bannière du haut du forum

Partagez

Das Biest und die Maschine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sujet: Das Biest und die Maschine

Lun 20 Nov - 23:50

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Das Biest und die Maschine


Avec : Sahronglaag

*Fin de l’analyse sémantique des données*

La voix analytique fut bel et bien la seule chose qui annonçait la fin de ma mise en veille. Aucun grincement, aucun autre bruit que la toute légère rotation du générateur. Son estimé douze décibel. Nombre de tour… Faible, trop faible. Cela annonçait un fonctionnement ralenti, très étrange. Les protocoles indiquent généralement un pic de consommation lors des réveils. Cela signifiait probablement une défaillance certaine. A quel ordre pourcentage ? Il me manquait les données pour en être sûre.

*Fin de la routine de démarrage. Temps estimé avant libération…*

Un calcul se faisait à l’arrière se ma tête. Les processeurs se mettaient en place pour donner une estimation concrète. Généralement, cela n’allait pas plus loin qu’une dizaine de seconde, mais cela dépendait de l’état dans lequel j’avais été placée en veille. Je veillais toujours à respecter ce délai, mes actes étant toujours confus et hasardeux tant que les protocoles de motricités n’étaient pas respectés et existant. Pour tout dire, j’ignorais totalement de quel pouvait être ma position actuellement, si j’avais été renversée par maladresse ou par un autre robot aspirateur.

*Erreur, estimation inconnue. Activation des protocoles d’urgence*

Erreur ? Au moins ceci corroborait avec le sous régime évident du générateur. Mais cela voulait aussi dire une grosse absence d’information. Les protocoles d’urgences entrainaient la perte de beaucoup de mes fonctionnalités, pour se concentrer sur la survie. J’allais perdre beaucoup de capteur, mais ce n’était pas grave. Si la situation l’exigeait, j’étais prête à m’en séparer un temps, au moins celui qui serait nécessaire pour tirer les choses au clair, et pouvoir commencer à concevoir ma situation actuelle.

Je commençais à mouvoir mon corps, faisant en sorte qu’il adopte une position assise, suffisamment stable pour nécessité peu d’action de la part de mes stabilisateurs, avant de commencer à user de mes capteurs pour comprendre dans quelle histoire je me retrouvais encore nichée. Blanc. Telle était la couleur que je percevais le plus dans la brume qui semblait être de mise. J’espérais bien évidement qu’il ne s’agisse pas d’une défaillance de mes caméras même si cela semblait être improbable, et ma jauge de température m’indiquait une baisse anormale des températures auxquelles j’avais été confrontées. De la neige du coup. Levant ma tête, j’apercevais aux alentours plusieurs conifères, sapins, quatre décennies en moyenne je dirais. Eux aussi étaient recouverts de gel et de poudreuse. Bien évidement… Comment m’étais-je retrouvée ici ? J’étais dans l’incapacité de le savoir, mais cela signifiait que mes capteurs nocturnes n’avaient put identifier ceci… Tandis que mes capteurs de magie… N’arrivaient pas à fonctionner faute de puissance… Combien en avais-je ? J’interrogeais mo corps, avant d’obtenir la réponse :

*Puissance disponible : 0.98%.*

C’était faible, extrêmement, j’avais littéralement moins d’un centième de mes capacités nominales. Je n’arrivais pas à expliquer ce qui était responsable d’une si grosse perte, mais il fallait surtout que je me concentre sur un autre point plus inquiétant : Est-ce que cela serait suffisant ? Je pouvais encore me mouvoir, mais probablement à faible allure, et il était inconcevable d’utiliser un seul propulseur pour compenser. Il faudrait donc que je trouve de quoi effectuer une première révision, un diagnostic au moins sommaire… Si ce n’était des sons résonnants dans ma tête. Mes capteurs audio étant actuellement désactivés, j’étais plutôt perplexe par rapport à ceci, mais j’entendais un message.

‘’Toi qui m’entends, tu n’es plus dans ton monde. Tu as été transportée dans le monde de Bariande. Je dois faire court, mon temps est compté… Sauve celle que l’on nomme la dame. Sauve ce monde. Sau…’’

Le message coupait avant la fin. Une étrange insatisfaction se faisait ressentir, alors que je demeurais impassible. Fermant mes yeux un court instant, assimilant ce… Ce message étrange, cette prophétie sans preuve, je demeurais ainsi, assise dans la neige, attendant quelque chose. Si je demeurais immobile, mes processeurs tournaient à plein régime, tout du moins avec ma puissance, pour essayer de trouver la meilleure solution à cette situation.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Mar 21 Nov - 13:37

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Das Biest und die Maschine
feat. KCT-023



La vie sauvage

La vie en pleine nature avait vraiment quelque chose de plaisant, malgré les difficultés que ça pouvait apporter. Clairement Carmina n'aurait pas pus me suivre, avec sa constitution de crevette mais c'était vraiment un sentiment enivrant. Liberté, indépendance, j'étais tel que la nature m'avait faite, aucun être pour essayer de m'imposer sa norme ou ses morales. Quitte à choisir entre les monstres et les humains, je préfère encore les monstres, eux au moins sont honnêtes.

Alors que mes forces me revenaient après une bonne nuit de sommeil, je m'étirais en faisant bien attention de ne pas tomber du sapin dans lequel je m'étais installée pour dormir. Mon corps était encore bien endolori de ma chasse de la veille alors que je jetais un œil au sanglier éventré en contre bas. J'avais mis bien du temps à chasser l'animal et la confrontation n'avait pas été sans douleur. Si le froid semblait l'avoir plutôt bien conservé, d'autres animaux semblaient avoir profité du buffet et la carcasse était bien endommagée.

L'air était frais, bien plus que ce a quoi j'étais habitué dans mon oasis, mais il fallait croire que mon sang chaud me protégeais en partie de la température, puisque le vent ne me gênait que peu. Après m'être réveillée, j'entamais ma descente en sautant de branche en branche tout en faisant attention de viser celle qui pourrait me supporter, ce qui ne manquait pas au vus de la taille du sapin où j'étais. Une fois arrivée en bas, la question du déjeuner se posait. Je me penchais sur la carcasse de sanglier et y récupéra le peu de viande qui était sauvable, avant de partir en quête de baie.

L'endroit était assez hostile et rude en ressource. Les arbres à baies que j'avais repérés ne me permettraient pas de me nourrir bien longtemps. Il allait bientôt falloir que je migre vers une partie de la forêt plus abondante. Après avoir remplis mon estomac des fruits que j'avais pus récolter, je me lançais donc dans une petite promenade, sachant qu'il fallait que je bouge mais sans trop savoir où aller pour autant. J'avançais au milieu des arbres blanchis par la neige en sifflotant, guettant vaguement un quelconque mouvement dans les alentours. La région était censée avoir une faune assez dangereuse et active mais je n'en avais encore pas vus grand chose. Peut-être étais-je dans une partie de la forêt qui avait été abandonnée, ce qui pourrait expliquer la pauvreté de l'environnement. Ca voulait aussi dire que plus je chercherais de la nourriture, plus je tomberais sur des ennemis coriaces. D'une pierre deux coups en somme, Haha !



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Mar 21 Nov - 16:07

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Das Biest und die Maschine


Avec : Sahronglaag

Avant d’action, tous mes protocoles nécessitaient une collecte d’information sur un maximum de donnée. Certaines batailles décisives s’étaient jouées après tout sur l’efficacité de quelques éclaireurs. Des coordonnées bien trop négligées par les têtes vides qui avaient permis de neutraliser tout le ravitaillement, ou de faire de purs massacre via quelques tirs d’artillerie. Tout l’art de la guerre se basait sur ce que l’on pouvait apprendre. Les espions étant les soldats les plus exposés, ils étaient rares, mais une fois implantés… Quelques mots pouvaient avoir plus de poids que tout un contingent de vétérans.

J’avais coupée l’alimentation des servomoteurs qui n’étaient pas les plus important pour que je conserve mon équilibre, qui était stabilisé par la position assise que je conservais. Bien évidement, obtenir des coordonnées GPS ou l’ombre même d’un signal aurait été une chose trop aisée… Cela voulait dire que je pouvais couper la majorité des signaux que je pouvais émettre, il semblait qu’il n’y avait personne pour y répondre de toute façon. Si je me référais au message dont j’avais été la destinataire, j’étais dans un autre monde. Autrement dit, la majorité de mes technologies de communication se retrouvait être inadaptée suite à ce changement. Restait à savoir à quelle technologie cet endroit était.

Pour tout dire, je ne savais pas si beaucoup d’option pourrait me convenir. Si j’arrivais dans un monde très en retard sur le plan technologique, j’aurais certes l’avantage par les options que j’avais, pouvant me faire passer comme une sorte d’envoyée divine, mais qui risquait de s’amenuiser avec le temps et l’usure que j’aurais sur mon corps. Et à l’inverse, un monde trop avancé ne serait pas à priviliégier, étant donné que certes, je pourrais être réparée, mais je serais probablement peu encline à me débrouiller. Restait à savoir pourquoi j’avais été amenée ici… Les chances concernant la première option étaient élevé, auquel cas d’autres formes de vies auraient été préférées, privilégiant une adaptation rapide. Mais ce n’était pas un point sur lequel j’allais me laisser distancer.

*Rayon de dix mètres, taux de concentration en radioactivité estimée : Très faible*


Autrement dit, si la fission et la fusion n’étaient pas des choses qui étaient d’actualité, il était probable que je sois d’une technologie supérieure. Etrangement, j’étais un peu déçue, le fait de ne pas avoir à apprendre de cet endroit. Autrement dit, je n’avais que peu d’intérêt pour le moment à demeurer ici. Il fallait donc libérer la dame ? Si cela était une condition pour que je puisse retourner dans un monde qui avait plus à offrir, elle pouvait être consciente que les jours de sa captivité étaient comptés.

*Alerte de niveau 2 : Apparition d’une silhouette humanoïde*


D’un coup, un surplus d’énergie fit que mon corps se redressa, presque d’un bond. J’avais coupée presque immédiatement la majorité de mes capteurs, pour me concentrer sur la vidéo, l’audio et le mouvement que je pouvais avoir. Je me tenais ainsi debout, en position droite, en commençant à analyser les différents signaux. Distance : quatre-vingts mètres, angle dix-sept degrés, en déplacement rapide. Il m’était impossible de savoir si cette forme venait ici par ma présence ou autre, mais dans l’état, il fallait que je me montre extrêmement prudente. La faiblesse qui affaiblissait mon générateur était un mal certains, mais que je pouvais dissimuler au moins un temps. Cela ne m’empêcherait pas de négocier avec ces gens pour obtenir plus d’information.

Je mettais néanmoins ma main droite en avant, plate, mais capable de faire feu au besoin. Toute personne qu’elle serait, cette silhouette serait confuse, effrayée ou au moins estomaquée par de tels coups de feu. Peut-être même que ce serait les premiers qu’elle entendrait. Mais comme elle se rapprochait de plus en plus, je clamais donc un dernier avertissement :

‘’N’avancez pas à moins de cinq fois votre hauteur, où je serais dans l’obligation de procéder à votre neutralisation rapide’’

Je préférais éviter de commencer à utiliser des unités de mesures. Déjà qu’à l’échelle d’un continent, elles n’étaient pas identiques, alors entre les mondes… Les choses n’étaient pas évidentes, au contraire.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Mer 22 Nov - 14:35

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Das Biest und die Maschine
feat. KCT-023



Provocation

Au fur et a mesure que j'avançais dans la forêt, ma théorie sur l'abandon de l'endroit me semblait de plus en plus probable. Il n'y avait plus grand chose a part de petit fruit et de petit animaux. L'endroit était devenus un coin de plaisance, où il ne serait pas trop dangereux de déambuler. Mais cet endroit ne saurait satisfaire mes faims, que cela soit pour la nourriture ou le combat. Alors que j'avançais sans trop faire attention, perdue dans mes pensées, une personne semblait m'aborder, une personne aux couleurs assez étrange, puisque sa peau paraissait chromée et sa tenue lui collait particulièrement au corps. La femme pointait sa main vers moi et me provoquait, une peu comme les policiers pouvaient le faire, en me défendant de m'approcher sous peine de me faire neutraliser rapidement. Cette approche me fit pouffer de rire et je continuais de m'approcher nonchalamment en engageant la conversation.

"Me neutraliser ? Rapidement en plus ? C'est bien téméraire de ta part de croire que ça sera aussi simple. Mais si tu m'invite, je vais me faire un plaisir de répondre !"

Le rythme de mes pas accéléraient alors que les mots s'enchainaient jusqu'à devenir des pas de courses. La femme sembla tenter quelque chose, mais échoua et se rabattit sur une posture défensive alors que j'arrivais au corps à corps. J'entamais le combat en bondissant légèrement face a elle, abattant mes deux bras violements sur son crâne tout en assenant un violent coups de genoux dans sa mâchoire, formant une puissante attaque en tenaille.



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Mer 22 Nov - 15:56

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Das Biest und die Maschine


Avec : Sahronglaag

*Analyse de la cible débutée*

Je restais statique pour le moment, alors que la silhouette se rendait compte de ma présence par l’intermédiaire de ma voix. Je n’avais pas cherchée à la provoquer ou à me montrer agressive, juste à lui indiquer un état de fait, à la mettre en garde de ce qui allait arriver si elle s’approchait davantage. Juste pour lui placer le lien que nous devions avoir, tout du moins celui qui me mettrait dans les meilleures conditions. Je n’étais pas ce que l’on pouvait qualifier d’une âme charitable, mais je savais sauvegarder dans mes données ceux qui avaient permit à l’obtention d’un résultat, bien que je ne promettais aucune contrepartie, ne m’engageant que lorsque cela était nécessaire.

*Echantillonnage primaire effectué, affichage des résultats*

Une femme, humanoïde d’apparence. Dans l’incapacité de faire fonctionner l’ensemble de mes capteurs, je ne pouvais pas en savoir plus sur le fait si elle cachait derrière ses traits et son corps des capacités ésotériques ou une nature plus complexée à incidence magique. Me basant sur son apparence, je pouvais en tout cas rapidement constater que ses muscles étaient plus développés que la moyenne, et qu’elles portaient sur son corps et ses mains des marques caractéristiques à ceux qui avaient l’habitude de s’en servir. Autrement dit, elle représentait bel et bien un risque, mais était-elle une menace ? Le rire qu’elle eu en accélérant sa démarche dans ma direction me firent penser que oui, et ses paroles confirmèrent ceci.

Et ce que je souhaitais éviter commença rapidement ! Elle semblait être lancée pour m’affronter. Je connaissais l’existence d’une population réfractaire à toute autoritée, même sur mon monde. Des êtres qui dès qu’ils voyaient un membre des forces de l’ordre ne cherchaient qu’à lui vouloir du mal. Pouvais-je la classifier aussi rapidement dedans ? Je la comparais en tout cas un peu, lui trouvant des similitudes dans la situation dans laquelle nous nous trouvions… Mais une chose est sûre, j’ajoutais au fichier personnel qu’il y avait dans mes données l’adjectif ‘’Chaotique’’.

Je calibrais mes doigts dans sa direction, visant le côté de ses oreilles, et en gardant un au niveau de sa jambe. Mon objectif était de lui faire comprendre les risques qu’elle rencontrait actuellement en se mesurant face à moi. Des tirs de semonces dispersaient habituellement les foules, et j’espérais qu’il en soit de même. Les chances étaient présentes, face à une chose qui pourrait la surprendre, mais même une chose aussi simple semblait être hors de portée…

*Erreur, déficience de puissance détectée, abandon des tirs de semonces*

Au moins, c’était catégorique. Je n’avais pas assez d’énergie pour pouvoir alimenter mon bras et mes capteurs principaux en même temps que mes petits canons. Je n’étais néanmoins par surprise, du moins extérieurement, et tout de suite me replaçait en position défensive, me préparant à encaisser et contrer toute attaque qu’elle lancerait dans ma direction. Sa vitesse n’était pas la plus grande que j’avais put affronter, d’autant que j’avais déjà été mesurée à plusieurs adversaires en même temps tout en devant protéger ma créatrice, mais c’était la première fois que je le faisais avec de telles lacunes physiques. Mes mouvements étaient ralentis, et beaucoup d’options étaient fermées à cause de ce qui me manquait. Je devrais me contenter des quelques servomoteurs que j’avais, même si la puissance que j’en dégageais était bien faible.

Elle était certes très proche, mais elle privilégia une attaque sautée, qui pouvait envoyer au sol un adversaire rapidement sous la force du choc, d’autant qu’elle utilisait ses membres pour m’envoyer des coups, tout en ne se limitant pas qu’à un seul point d’attaque. Elle diminuait certes l’efficacité individuelle de chaque attaque, mais une mauvaise esquive pouvait démultipliée l’efficacité de la deuxième. Mais j’y étais préparée, au moins suffisamment.

je plaçais ainsi rapidement mon bras droit à l’horizontale, au dessus de ma tête, pour me défendre des coups qu’elle portait avec ses bras, pendant que mon deuxième membre supérieur se plaça à l’horizontale, tout en collant le premier, à la manière d’un T. Mon objectif était de me défendre du coup de genou qu’elle me lançait par l’intermédiaire de ma jointure, du coude. D’autant que par cet intermédiaire, en fonction de la synchronisation des coups qu’elle porterait, l’énergie des attaques s’annulerait conjointement par le contact que j’effectuais entre les deux parties de mon corps… Et de plus, le fait de cogner du métal risquait de refroidir aussi ses ardeurs !

Si en tout cas, ma défense se réalisa, les deux coups se portant un peu près simultanément, je sentis tout de même un puissant contrecoup dans mes membres, largement compensé par la posture que j’avais prise. Heureusement que je m’étais ainsi défendue, car il semblait que tout mon corps souffrait d’un manque de mobilité et de force ! Je ne savais pas en tout cas quel contrecoup elle avait subit, mais l’élan qu’elle avait eu de quoi me faire reculer d’un pas, pour essayer d’assurer mon équilibre, suivit d’un autre, et d’une autre, jusqu’à ce que l’environnement traitre et la faiblesse que j’avais ne me fasse tomber sur le dos.

*Position allongée détectée, malfonctionnement des gyroscopes*

Oui, ça je le savais déjà. Je restais une seconde, tout au plus sur le dos, avant de me redresser rapidement, me remettant en garde face à cette personne qui semblait être partie dans l’optique de me combattre.

‘’Vous vous êtes rendus coupable du chef d’accusation d’agression physique, reconnue par l’ensemble des nations. Veuillez-vous rendre immédiatement aux autorités locales afin d’y être incarcérée.’’

Un dernier message, obligatoire en réalité, que je prononçais. Elle devait connaître ses droits, je pense, à moins qu’elle ne manque cruellement de connaissance, et que la violence dont elle fait preuve soit un moyen d’expier ses lacunes. Mais il y avait trop peu de chance que cela fonctionne. J’encrais cette fois-ci un peu plus mes appuis sur le sol, avant de reprendre la parole envers elle :

‘’Je me doute néanmoins que ce n’est pas une solution que vous êtes en mesure d’accepter. Poursuivez à vos risques et périls, au prix de dommages corporels et/ou moraux. Je ne me retiendrais pas.’’


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Jeu 23 Nov - 16:07

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Das Biest und die Maschine
feat. KCT-023



Eveil

La réaction de mon adversaire fut rapide et adapté à la situation. Son premier bras vint encaisser mes coups de poings, tandis qu'avec son second bras elle soutenait le premier tout en bloquant mon coups de genou. Mes deux attaques furent en quelque sorte dissipée les unes les autres, alors que la vérité concernant mon adversaire m'apparaissait avec limpidité : C'était un robot, un androïde, une machine, je n'en avais aucune idée mais elle était métallique et analytique. Une décharge de douleur me traversa le genou lorsqu'il rentra en contact avec le coude métallique de mon adversaire, alors que cette dernière fit quelques pas en arrière avant de trébucher et tomber sur le dos.

Je reculais moi même de quelque pas, en agitant la main en signe de douleur avec un sourire douloureux sur les lèvres.

"Tain, t'as la carcasse dur, boite de conserve. C'est la première fois que je me bats contre une machine, y'a plein de question que je me pose mais pour le moment profitons un peu du combat, on discutera après. Laisse-moi juste m'adapter."

J'avais perdus mes pouvoirs mais ils devaient revenir à terme. Je contractais mes muscles alors que je tentais de faire sortir certains de mes appendices. Pas de queues, d'ailes ou de cornes, mais mes écailles pourraient être bien utile pour combattre cette machine. Je me concentrais, essayant de toutes mes forces de faire ressortir ces attributs et après quelques minutes de douleurs et de fatigues, ma peau commença à se fissurer, laissant apparaitre des écailles dorées sur mes bras et jambes. Mon adversaire semblait perplexe devant le spectacle, puisqu'elle me laissait le temps de reprendre mon souffle, avant que je n'ajoute.

"Désolé pour l'attente. C'est l'heure du round 2 ! Acier contre acier !"

Je serais mes poings écailleux et me lançais à l'assaut de mon ennemi après avoir pris soins de lui laisser le temps de comprendre ce qui s'était passé. Je coupais rapidement la distance, saisissant le bras de la machine, glissant ma jambe entre ses pieds tout en lui assenant un violent coup de poing dans la région qui aurait du abriter son cœur si elle avait été humaine, comptant sur le recul de l'impact pour la faire trébucher sur ma jambe.



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Jeu 23 Nov - 16:35

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Das Biest und die Maschine


Avec : Sahronglaag

Aux signaux que je pouvais analyser sur les traits de mon adversaire, sur laquelle le moindre de mes capteurs alimentés était centré, elle semblait avoir subit le contrecoup de son attaque, comme quoi ma défense avait réussie son objectif. Je n’avais pas été aussi stable que je le souhaitais par la suite, et cela avait été la cause de ma chute grotesque, mais au moins connaissait-elle les risques maintenant. Chaque coup qu’elle me porterait risquerait un peu plus de lui briser les os des bras. Lorsqu’elle serait trop blessée pour combattre, peut-être accepterait-elle de se rendre bien gentiment. J’espérerais que cette mésaventure la rendrait plus coopérative, mais je ne m’illusionnais pas par de faux scénarios. Si elle cherchait querelle, elle devait être habituée à trouver au moins un peu de résistance.

Et puis elle l’avouait d’elle-même, c’était la première fois qu’elle se battait contre un adversaire constitué de métal. C’était un point sur lequel je pouvais obtenir plusieurs informations, afin de la surprendre par la solidité de mon corps, mais d’autres points ne devaient pas être à négliger… Et c’était par les expressions qu’elle utilisait que je fus aiguillée. Machine et boîte de conserve. Comme quoi, je m’étais peut-être trompée sur ce monde, peut-être pourrait-il arriver à une époque moins arriérée que je ne l’aurais crû ? Peut-être, mais la possibilité d’un monde post apocalyptique n’était pas à négliger… Bref, tant que je n’en saurais pas plus, je ne serais pas en mesure d’avoir la certitude.

Toutefois, ce fut d’autres mots qui m’indiquèrent aussi ses intentions, comme quoi elle souhaitait discuter après cet affrontement. L’optique du fait qu’elle m’agressait purement et simplement restait présente, mais j’envisageais aussi la possibilité d’une coutume locale barbare. Il ne fallait pas nier le fait que certaines zones géographiques conservaient des traditions folkloriques ridicules dans une société. Si pour exprimer ses salutations il fallait refaire le portrait, alors ce serait un domaine sur lequel je serais en mesure de communiquer.

Par ailleurs, je ne faisais la jonction que maintenant, mais elle et moi avions la même langue. Cela simplifierait grandement le dialogue avec les populations locales, si je n’avais pas la nécessité d’apprendre les termes qu’ils utilisaient. C’était une chose qui était à ma portée, relativement facilement, mais il fallait tout de même un temps d’adaptation, qui serait différent en fonction de l’accès ou non à l’éducation que ces peuplades pouvaient offrir. Par voie orale, les choses risqueraient d’être plus lentes.

Néanmoins, elle n’attaquait pas. Mon opposante semblait se concentrer, pour préparer une attaque ou une transformation. Elle avait précisée qu’elle ne cherchait à s’adapter à moi. La logique aurait voulut que je l’en empêche, décochant une attaque rapide et imparable pour la mettre en difficulté et par la suite l’interroger, mais j’avais aussi la grande curiosité de savoir ce qu’elle me réservait. Si cela était une chose unique, je me devais d’en apprendre plus afin de pouvoir l’anticiper avec une plus grande facilité par la suite. Je restais donc en garde, immobile, en dosant le plus efficacement possible la puissance que mon générateur pouvait fournir. Je profitais même de cet instant pour laisser mon corps aller à une température plus gérable, permettant d’offrir plus de puissance pour mes prochaines attaques et parades.

Je restais passablement immobile pendant qu’elle se préparait. L’attente me faisait de plus en plus penser sur toutes les faiblesses qu’elle affichait à ainsi agir, mais j’avais décidée de lui laisser cette chance. Et ce n’était pas une chose courante ou habituelle que de voir cette personne se couvrir les bras et les jambes d’écailles dorées. Evidement, cela allait rendre plus solide chacun de ses coups, en augmentant la masse qu’elle allait avoir. Je pouvais donc m’attendre à des coups un peu plus lents, si ses muscles n’étaient pas renforcés, mais par contre, chacune de ses frappes auraient un peu plus de puissance. Pour simplifier, plus de dégât et moins de contrecoup. Une bonne parade en somme. De mon côté, en esquivant ses attaques, ou en les annulant de la même manière, je pourrais conserver l’avantage. Mais il faudrait que je la contre aussi !

‘’Allez-y.’’ Dis-je, en ne quittant pas des yeux les mouvements qu’elle faisait. Elle restait vive, très, et fonçait dans ma direction, réussissant à prendre mon bras le plus avancé, pour tenter d’envahir la zone de défense en tentant d’avancer le plus possible. C’était bien joué de sa part, et j’admettais actuellement mon manque de vitesse, mais elle négligeait bien des choses, c’était qu’en s’avançant autant, elle entrait dans une zone à risque elle aussi. Je me projetais ainsi en arrière, me mettant sur le côté. Je pouvais me permettre de prendre des angles bien plus importants que ce que pouvait faire les humains. De cette manière, son poing renforcé ne fit que rebondir sur mon torse, ne laissant qu’un simple son en sortir, tandis que de mon autre bras, je visais à frapper son cou du tranchant de la main, pour la punir radicalement sur un point faible de sa structure anatomique.

Néanmoins, un point que je n’avais pas prit en compte était son pied trop avancé. Ma structure mécanique heurta ce dernier, ce qui me déséquilibra de nouveau. Etant donné que mon point fort en ce moment ne semblait pas être de garder les pieds sur terre, tout portait à croire que j’allais tomber… Et c’était une chose que j’acceptais, seulement, il fallait rebondir de chaque situation.

En effet, elle s’était accrochée à moi, sauf qu’à cause de ma composition métallique, je devais facilement avoir une masse équivalente à trois fois la sienne. Pour simplifier, le poids que j’avais pouvait être un avantage combiné à la gravité. J’attrapais donc son bras aussi, avant de l’entrainer dans ma chute. Si je pouvais me placer au dessus d’elle si nous étions tous les deux à terre, j’avais au moins des chances de l’immobiliser. La lutte faisait partie des sports que j’avais au moins un peu analysée, et je mélangeais naturellement tous les styles que je croisais.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Ven 24 Nov - 4:56

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Das Biest und die Maschine
feat. KCT-023



Berserker

La boite métallique était plutôt compétente en combat, ou du moins pour le coté analytique de la chose. Mais il semblait tout de fois y avoir des limites aux capacités d'une machine, puisque si elle avait pus esquiver habillement mon attaque, elle n'avait pas anticipé que ma jambe lui bloquer la retraite et que tenter ceci la ferrait trébucher. Mais faisant encore une fois preuve d'adaptabilité, elle m'entraina dans sa chute en me bloquant le bras. Je fus d'abord surprise par ce revirement de situation, avant de laisser l'adrénaline prendre entièrement le pas sur ma raison et d'afficher un sourire de maniaque.

"Tu danse bien, la conserve ! Ton concepteur a du mérite, mais je me demande jusqu'où tu peux aller !"

Je jetais le bras que je lui avais saisis au loin, avant de rabattre ma main libre sur son visage avec pour objectif de lui enfoncer le crâne dans le sol. Pendant la chute je repliais également mon genou, maintenant protéger par mes écailles pour tenter de profiter de la chute et lui asséner un coup a l'estomac. Elle de son coté tenta de m'asséner un coup avec le tranchant de sa mains sur mon cou, attaque que j'essayais de bloquer en penchant ma tête sur le coté et ainsi coincer l'attaque entre ma joue et mon épaule. Le résultat fut légèrement douloureux, mais l'attaque était bloquée. Je me retrouvais en position dominante, mais aucune manœuvre ne se terminerait en ma faveur. Je devais donc me retirer de la lutte, bien qu'ayant l'avantage pour le moment.

Je pris appuis sur le sol et sur son corps pour tenter de me dégager, mais sa prise sur mon bras intercepta la première impulsion, me forçant à donner plus d'effort pour me replier. La manœuvre fut plus couteuse que prévus, mais j'avais pus me dégager. L'adrénaline palpitait dans mes veines, et l'euphorie envahissait tout mon être.

"C'est génial ! Un combat, un vrai ! Ça faisait tellement longtemps ! Même si elles ne sont pas au sommet de leur gloire, même si ce n'est pas pour sauver le monde ! J'ai envie de te les montrer !"

En toute vitesse, je glissais ma main dans ma veste, ouvrit le rangement renforcé qu'elle abritait et en sortie une carte décorée. Je la tendais face à moi, vers mon adversaire, avant de prononcer l'incantation, un sourire maniaque aux lèvres.

"ADEAT !"

Dans un léger flash de lumière, la carte laissa place a une paire d'épées dorées des quelles commençait à perler quelques gouttes d'eau. Je faisais tourner les lames, les rabattants le long de mes avant-bras écailleux.

"Elles n'ont pas leurs pouvoirs d'antan, mais je meurs d'envie de les essayer contre toi !"

Encore une fois, je laissais le temps a la machine de traiter les informations qu'elle venait de recueillir avant de foncer, les lames en avant. D'ordinaire, je n'utilisais mon pactio que lorsque la situation l'exige, et jamais pour une envie soudaine, mais l'adrénaline avait pris le dessus. Plus de coups complexes, plus de plan, je n'étais plus qu'une tornade de violence voulant vaincre et dominer l'ennemi qui me faisait face.



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Ven 24 Nov - 11:56

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Das Biest und die Maschine


Avec : Sahronglaag

J’avais réussie à au moins bousculer la situation en l’entrainant par-dessus-moi. Et pourtant, aucun trait ne permettait de savoir si cela était volontaire ou non. Cela était une chose que l’on m’avait expliqué, que l’absence d’émotion que je montrais au cours d’un affrontement était une chose très déconcertante, et qu’un maître d’arme devait autant lire les mouvements de ses adversaires que son esprit. Avec moi, une moitié était rendue impossible, et l’autre l’était presque à cause du milli-métrage avec laquelle j’étais capable de me placer pour placer mes coups là où ils pouvaient toucher… Et le pire étant que plus j’affrontais un adversaire, plus j’étais puissante face à lui, pouvant anticiper ses coups, ses attaques, et me défendre le plus efficacement possible contre.

Et cette personne semblait être l’exact opposée de mon être. Elle était capable de placer des coups, mais elle semblait agir plus comme une furie que comme une stratège. C’était son corps plus que son esprit qui lui permettait d’agir. Ses coups étaient dans le même conduit que ses émotions, la rendant probablement anticipable… Si j’avais eu tous mes capteurs et plus de puissance sur mes articulations. Actuellement, le combat était un peu près équivalent, mais j’essayais d’utiliser tous mes avantages pour parvenir à prendre l’ascendant, sans réellement savoir pourquoi.

Dès le départ, j’aurais put chercher à prendre la fuite, ou à me dissimuler, mais j’avais toujours été en mesure de m’améliorer par l’intermédiaire des confrontations. Je ne les recherchais pas activement, mais lorsque l’une d’entre elle se présentait, je n’agissais pas dans un objectif de survie. Après tout, mes pièces étaient interchangeables, alors quitte à être blessée… Cela était risqué, j’en étais consciente, d’autant que dans ce monde, j’avais fort à faire, mais actuellement, l’on pouvait presque dire que je prenais mon pied…

Et c’est ma main en tout cas qu’elle prit. Elle réussit certes à amortir le coup qui lui était donné par son épaule, mais je vis tout de même que cela l’affectait. Probablement n’avait-elle pas cette peau renforcée à ce niveau là. C’était tout à mon avantage du coup, mais la puissance que j’avais à offrir n’était pas suffisante pour lui briser le bras. Juste un hématome, tout au plus. Il y aurait d’autres coups à donner pour la vaincre, à des endroits plus précis… Et pour cela, pour exploiter la vulnérabilité d’un adversaire, rien ne valait mieux qu’un contre bien placé…

Mais en même temps, elle continuait de prendre la parole, alors même que nous étions en train de chuter. Elle semblait être satisfaite, comparant la violence avec laquelle nous communiquions à une danse… Je ne cherchais pas plus que ça à comprendre ce qu’elle insinuait par là, mais je répondis en tout cas à un point qu’elle mentionnait, à savoir sur ma conception :

‘’Vous l’avez juste devant vous !’’

Je ne négligeais pas ma part que j’avais eu dans ma création. Certes, ma créatrice était celle qui avait construite mon âme par les lignes qu’elle avait inscrite, et c’était elle qui avait permit à ce que j’atteigne cette forme plus qu’efficace, mais la majeure partie des plans initiaux avaient été de ma conception. Peut-être que cela la surprenait un peu, mais cela ne m’empêchait pas de traiter les autres informations. Certes, mes capteurs m’indiquèrent d’un choc au niveau de l’estomac, mais ce n’était pas un point vulnérable de mon corps, contrairement au sien, où je tentais de frapper d’un mouvement tout en me protégeant d’un bras le visage, qui avait plus d’intérêt à être protégé.

Mais elle réussit à s’extirper de ceci, manœuvrant avec suffisamment de force et de vitesse pour esquiver mon coup et se libérer de mon étreinte. Je n’attendis pas pour me redresser, et me remettre en garde alors qu’elle semblait être en extase devant cet affrontement. Je savais que certains pouvaient prendre du plaisir devant n’importe laquelle des activités, certains humains pratiquant l’homicide pour l’euphorie que cela prodiguait, et il semblait que le défouloir de cette dame était l’affrontement direct…

Et il semblait qu’elle avait d’autres tours dans sa manche. Prenant une carte, qui me semblait aux premières lueurs étranges, elle fit apparaître dans une forte intensité lumineuse deux lames larges dont les particularités magiques semblaient être d’émettre de l’eau. Un combo qui pouvait se révéler être redoutable face à moi, si je me retrouvais empalée. J’avais certes été conçue pour résister à cet élément, mais si mes composants étaient exposés directement, cela risquait d’être une tout autre paire de manche. Il semblait être que la défense allait être primordiale, mais en s’équipant de telles armes, ses coups allaient être plus brouillons, notamment par le fait qu’elle combattait avec deux lames, chose qui n’était au final que peu efficace, les humains n’ayant pas d’ambidextrie au naturel, si ce n’était quelques rares exceptions. En était-ce une ? Je devais envisager le pire des cas.

Elle n’attendit guère plus de temps pour se remettre à foncer dans ma direction. Néanmoins, elle ne semblait pas vouloir partir sur plus de techniques ou de stratégie. Non, elle ne cherchait qu’à faire pleuvoir sur moi une pluie ininterrompue de coups et d’attaques. Elle ne faisait que tournoyer ses lames telle une amatrice. Néanmoins, le flot ininterrompu qu’elle exerçait était redoutable, et ne semblait jamais pouvoir prendre fin, même si elle outrepassait les limites respiratoires d’une personne normale. Ses muscles devaient subir de puissantes contraintes. A mon avantage, encore une fois.

Car de telles attaques pouvaient être au final contrées aisément. Utilisant mes avants bras métalliques, je déviais vers le sol chaque coup, les faisant frotter contre les parties renforcées. Certes, je pris quelques coups un peu violents, qui me secouèrent, mais rien de grave si ce n’était des rayures. La pression montait, le rythme s’accélérait, jusqu’à ce que ses attaques ne prennent fin ! Il lâchait, son endurance avait atteint des limites ! C’était donc pleinement ma chance d’attaquer, n’ayant pas eu de possibilité de contrer ses coups, j’allais…

*Niveau critique de température atteint, passage en mode ralenti*

Quoi ? Ah, la température… Il semblait qu’en multipliant les mouvements rapides, j’avais trop demandée aux moteurs de mon corps, ainsi qu’au générateur… Une fin ridicule au final, puisque si elle tombait à court d’énergie, c’était mon cas aussi, et le dernier coup nous envoya tous les deux dans la neige, concluant cet affrontement sur une triste égalité… Au moins la neige permettrait de refroidir plus rapidement mon corps, mais je restais si vulnérable…

‘’Un coup de plus, et la victoire est à vous.’’


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Ven 24 Nov - 15:29

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Das Biest und die Maschine
feat. KCT-023



Retombé

L'affrontement s'amplifiait sans que la machine n'affiche une quelconque émotion sur son visage chromé, ce qui contrastait bien avec la fureur et la sauvagerie qui émanait de chaque pore de ma peau. Un combattant calme et réfléchis contre une furie sauvage et instinctive, difficile de dire lequel des deux pôles aurait l'avantage sur l'autre. La stratégie et l'instinct faisait tout deux partie intégrante du guerrier et aucun n'atteindra le summum de ses compétences sans les combiner.

Emportée par la folie, je continuais d'asséner de puissants et violents coups a mon adversaire, négligeant complètements les douleurs que me causaient mes efforts ou les forces qu'ils me faisaient perdre. Tout ce qui comptait à l' instant, c'était de me battre, de donner tout ce que j'avais, même si cela impliquait de briser une promesse que je m'étais faites. J'allais le regretter, cela ne faisais aucun doute, mais mon esprit n'y songeait pas au cœur de la mêlée. La machine dévia habillement mes coups, mais submergée par ses derniers ne trouva pas le temps d'amorcer quelconque réaction. Je l'avais acculée sur la défensive et seule la plus endurante de nous deux aller émergée victorieuse de cette confrontation.

Petit à petit, alors que les coups pleuvaient, le rythme se faisait de plus en plus lent tandis que l'adrénaline se résorbait pour laisser place à la fatigue et la douleur. De son côté la machine semblait en mauvais état également, bien que je n'ai aucune idée du pourquoi et du comment. Je la vis chuter en arrière peut avant de la rejoindre dans la neige. Toute les deux sur le dos, vaincues nous profitions de la sensation unique d'avoir donné tout ce que nous avions, du moins pour ma part. Elle se contenta de commenter qu'un dernier coup m'assurerait la victoire. Je lâchais un puissant rire, qui résonna légèrement et fit souffrir mes côtes avant d'enchainer.

"Qu'est ce que c'est que ce ton ? Au lieu de dire ça tu devrais te lever et le porter ce dernier coup au lieu d'abandonner. Les machines ne doivent pas connaitre la persistance."

Ma tête tourna sur le coté emportée par son poids, confrontant la présence d'Aquarius a mes yeux. Je me rendis compte de ce que l'excitation de mon premier combat m'avait fait faire. J'avais brisée la promesse que je m'étais faites de ne jamais utiliser le pouvoir de mon pactio en mal. L'incantation glissa de mes lèvres, tel un soupire de tristesse.

"Abeat ..."

Répondant a mon appel, les épées d'or reprirent leur forme de carte, que je posais péniblement sur mon poitrail. Je repensais a tous ce que cette carte représentait, a ma femme, a son sourire, sa confiance, sa force, son soutient, tout ce que j'avais bafouée en utilisant son pouvoir de la sorte. Je sentais mon coeur se serrer a cette pensée et mon humeur changea du tout au tout.

"Brii ... Pardonne moi, j'ai utilisé ton pouvoir sans réfléchir."

Un léger sourire mélancolique se dessina sur mes lèvres, un sourire mêlant culpabilité et souvenirs agréable. Je finis par marquée une petite minute de silence et de repos, alors que mon corps récupérait petit a petit. Mes écailles commençaient a se rétracter, ne laissant finalement aucune trace de leur existence derrière elles. Après avoir rangé ma carte dans son étuis protecteur, je repris une voix plus forte et plus affirmée alors que je me relevais péniblement.

"Hey, boite de conserve ! Comment tu t'appelle ?"



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Ven 24 Nov - 15:47

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Das Biest und die Maschine


Avec : Sahronglaag

Tout mon corps était étendu dans la neige, le dos contre. J’avais eu la nécessitée de coupée d’urgence la majorité de mes actionneurs, afin de les laisser se refroidir au contact de la gelée de cet environnement. Une véritable aubaine que je sois hermétique, sinon l’eau qui aurait résulté de ce transfert thermique aurait put être un véritable problème… Mais à part le risque d’avoir de petites stalactites qui se formeraient, j’étais plutôt naturellement protégée des éléments… Sauf que néanmoins, dans ces conditions, c’était plutôt délicat de se retrouver aussi vulnérable… Et elle ne semblait pas comprendre ce pourquoi j’annonçais avoir perdue.

‘’Si j’agis dans l’immédiat, je risque de causer une surchauffe à mon corps.’’


C’était ainsi. Remarque, elle ne semblait pas être dans un meilleur état, à court d’énergie elle aussi. Pouvait-on conclure ce combat sur ce morne résultat, sur une égalité ? Ou bien dès que l’une d’entre nous serait en mesure de se relever, elle terminerait ce qu’elle aurait commencé ? Achever un ennemi à terre n’était pas une chose si délicate, mais il n’y avait pas grand intérêt. Après tout, j’avais besoin de renseignements sur les lieux qui échappaient pour le moment à mes capteurs, et je comptais bien la faire parler sur ce sujet.

Néanmoins, je l’entendais marmonner quelques phrases. Des excuses probablement. Je n’identifiais pas la personne qui était la destinatrice de ceci, mais je concevais que cela puisse être la source du pouvoir qu’elle avait, des deux épées qu’elle avait précédemment fait apparaître à l’aide de cette carte qu’elle rangeait maintenant. Avoir des capteurs audio était une chose qui dépassait de loin les oreilles humaines, d’autant que ma plage de fréquence était bien plus élevée, et je n’étais jamais gênée par ceci. Après tout, en cas de bruit trop fort, il me suffisait de l’atténuer, ou au pire de couper ces capteurs.

Je l’entendais en tout cas se relever, avant de me poser une question. Soit elle voulait savoir ceci pour placer mon nom sur mon épitaphe, soit elle souhaitait engager la conversation d’une manière plus posée. Ma température interne étant encore à des niveaux trop élevés, je demeurais pour le moment immobile, toujours allongée sur le sol, mais en préparant au besoin des protocoles d’urgences, ceux me permettant d’outrepasser les conditions de températures, au risque toutefois de bruler de l’intérieur à cause de ceci. Mon nom du coup…

‘’Je n’ai pas formellement de nom ou de prénom comme on peut en trouver couramment. La seule appellation que vous pouvez utiliser pour me désigner formellement est mon nom de code, que voici : KCT-023.’’


J’étais un peu près certaine qu’elle ne s’embarrasserait pas à retenir ceci, et qu’elle privilégierait un surnom. ‘’Boîte de conserve’’ serait surement une appellation que je risquais de... Conserver un long moment. A moins que je ne lui présente le surnom que j’avais reçue de ma créatrice… Non. Il était propriété de cette personne. C’était quelque chose de privé, que je n’utiliserais que dans certaines circonstances.

‘’Et quelle est votre appellation ? Tout comme j’imagine que vous aviez une idée derrière la tête en attaquant des personnes au milieu de nulle part.’’


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Sam 25 Nov - 0:49

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Das Biest und die Maschine
feat. KCT-023



Match Nul

Je trainais mon corps endoloris jusqu'à l'arbre le plus proche et me laissais tomber le long de son tronc, pour qu'il me serve de siège de fortune. Ça n'était pas très confortable, mais ça ferait largement l'affaire d'ici que mes jambes récupèrent leurs forces. Je fixais le corps de la machine, vautrée dans la neige d'un regard un peu amusée et légèrement vitreux.

"T'as bien l'air conne comme ça, vautrée comme une loque dans la neige. T'as pas peur de prendre l'eau, de rouiller ou te prendre un court-jus ? En tout cas, KCT c'est plutôt naze comme nom, pourquoi pas t'en choisir un vrai ? Genre Cassette, pour rester dans le ton. Pas que ça te rende moins ridicule, mais au moins ça sera plus un matricule."

Cassette me retourna la question en me demandant également si j'avais une idée derrière la tête pour l'avoir attaquée, ce qui me fit accentuer légèrement le sourire déjà présent sur mes lèvres.

"J'ai pas de raisons à avoir. J'avais envie de le faire, je l'ai fais, point. Tout comme je n'ai pas envie de te tuer et que je ne le fasse pas. Et puis, c'est toi qui m'as menacée, tu t'attendais à quoi ? Que je me plie en quatre et te supplie de ne pas me faire de mal ? Ha ! T'es pas si maligne pour une machine finalement. Pour ce qui est du nom, tu peux m'appeler Sahronglaag, ou Rin si tu n'arrive pas à te rappeler du premier."

Ma tête vient se cogner légèrement sur le tronc qui me servait d'appuis et je fermais les yeux de fatigue avant de reprendre.

"Tu viens pas d'ici pas vrais ? A moins que les autochtones se coordonnent pas niveau technologique. Tu ressemble pas au fanatique que j'ai croisé ou aux nomades qu'on m'a décrits. Surement que tu te retrouve embarquée dans une aventure qui te dépasse, même s'il faut dire que tu es mieux équipée que d'autres. Raconte moi donc une histoire pendant que je m'endors, haha !"



Dernière édition par "Rin" Sahronglaag le Sam 25 Nov - 0:59, édité 1 fois


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Sam 25 Nov - 0:55

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Das Biest und die Maschine


Avec : Sahronglaag

L’ennemie semblait être apaisée. Au moins avait-elle été pacifiée sur le fait de combattre. Elle n’était plus vraiment en état, son corps devant être trop douloureux pour poursuivre. Elle avait déjà été relativement impressionnante avec le nombre de coup qu’elle avait réussie à enchainée sans s’arrêter, en ignorant les signaux de son corps, mais elle connaissait ses limites, tout comme j’avais actuellement retrouvée les miennes à cause de ce risque imminent de surchauffe. Mais contrairement au corps humain, le mien n’avait besoin que de quelques temps, une heure à deux au maximum, tandis que la récupération du sien pouvait prendre plusieurs jours pour retourner à un niveau optimal. Je n’étais pas à plaindre à ce niveau là…

Mais elle tentait de me charrier, critiquant ma position. Je devais probablement lui donner raison sur le fait que je n’étais pas sous mes meilleurs éloges, mais ce n’était pas une chose dont je me souciais, bien au contraire. Si j’étais soucieuse de mon apparence, j’aurais probablement été conçue différemment, de manière moins polyvalente. Mais avoir un joli minois n’était pas une chose qui permettait de faire les fonctions qui m’avaient été confiées lors de mon administration.

De plus, elle critiquait rapidement le nom que je lui avais donnée. Classique, mais cela n’était pas une chose qui m’importait, bien au contraire. KCT-023 était le nom qui m’avait été donné à mon premier enregistrement, et il resterait celui qui m’identifierait de la manière la plus neutre possible.

‘’Vous pouvez donner l’appellation qui vous souhaites. Néanmoins, ce ‘’matricule’’ reste celle qui a été programmé pour m’identifier. Et un matricule n’est pas inférieur ou supérieur à un nom. Il s’agit simplement d’une appellation différente.’’

Puis, elle expliquait ce pourquoi elle avait décidée de se montrer aussi belliqueuse. Elle expliquait rapidement qu’elle n’avait pas eu d’autre raison que l’envie subite. En somme, ce qui pouvait caractériser une personne psychotique, soumise à ses pulsions. Etrangement, par rapport à la transe guerrière dont elle avait fait preuve, elle ne correspondait pas au profil d’une personne disposant d’une faible volonté. Le faisait-elle pour compenser quelque chose ? Ou cela était-il dans sa nature chaotique que je lui avais attribuée ?

‘’Ne pas avoir de raison en est déjà une. De plus, vous avez mal interprétée mes propos. Il s’agissait d’une mise en garde, et non d’une menace. La nécessité d’évaluer votre indice de dangerosité était une chose indispensable.’’

Je laissais une légère pause se faire, avant de reprendre sur les questions qu’elle posait au niveau technologique… Etais-je un cas isolé, où bien est-ce qu’elle se trouvait être dans une situation similaire à la mienne ?

‘’Mes capteurs ne sont pas en mesure de vous indiquer la direction de mon origine, néanmoins, un enregistrement laissé m’a indiqué que je me trouvais sur ‘Bariande’. Je ne sais à quel endroit cette appellation correspond, mais je peux assurer qu’elle ne se trouvait pas dans ma base de donnée, du moins avant aujourd’hui. Je suppose à vous entendre que vous vous trouvez dans une situation semblable, à venir d’un autre endroit que celui-ci. Néanmoins, vous disposez de plus d’expérience que moi, étant donnée que vous êtes la première personne de ce monde que je peux référencer.’’

Je laissais une nouvelle fois une pause se faire, avant de reprendre rapidement :

‘’Je suppose que vous n’avez guère plus d’informations que moi concernant celle que l’on nomme la dame. Pouvez-vous néanmoins me donner plus de renseignement concernant la géographie de l’endroit où nous nous trouvons, ainsi que concernant le niveau technologique des autochtones. Cela sont des points que je ne suis pas en mesure de négliger, étant donné l’affaiblissement problématique de mon générateur.’’


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Sam 25 Nov - 1:00

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Das Biest und die Maschine
feat. KCT-023



Calme après la tempête

Cassette me répondit sans bouger d'un pouce. Visiblement, la neige ne l'inquiétait pas plus que cela. Peut-être était elle construite dans un métal qui ne craignait pas la rouille, et peut-être sa mécanique ne craignait pas l'humidité, je n'en avais aucune idée. Chez moi, les robots humains restaient très primitifs. Il y avait également des robots chez les races magiques, bien plus poussé mais je ne le suis jamais posée de question quand a leur fonctionnement. Ceux que j'ai rencontrés servaient de larbin à un mage ou d'adversaire sans âme. Aucun intérêt a étudié en somme.

Celle-ci n'était pas très différente de ces derniers, bien qu'elle semblait au moins plus indépendante. La logique froide et calculée ne me plaisait guère, simplement parce qu'elle n'était pas du tout compatible avec ma philosophie. Là où une machine calculerait des probabilités de réussite et condamnerait certaines choses comme étant impossible a réaliser, moi j'avais comme philosophie que tout était possible tant que l'on abandonnait pas, un concept qu'une machine ne pourrait certainement jamais embrasser.

Le robot semblait considérer que son matricule lui suffisait amplement comme nom. A mes yeux c'était un manque de personnalité, mais c'était son choix à elle. En gardant les yeux fermés, je répondis sur un ton serein, presque endormis à mon interlocutrice.

"Ça manque de personnalité quand même, ça donne l'impression que tu es plus un élément d'une série plus qu'un être a part entier. Mais bon, tu trouvera un nom qui te convienne le moment venus."

Cassette aborda la question de son histoire et je compris rapidement qu'elle était dans une situation semblable à la mienne, vu qu'elle avait été amenée sur Bariande par la dame. Elle me demanda des informations concernant les environs et je ne voyais pas vraiment de raison de lui cacher quoi que ce soit.

"J'ai aussi été amené par la Dame et je ne sais effectivement pas grand chose de plus. Cela fait à peine une ou deux semaines que je suis arrivé et je n'ai pas rencontré beaucoup d'humains. D'autres personnes partagent notre condition, ils sont partis vers la ville, vers ... l'Ouest je crois. Moi je n'aime pas trop la vie en société, je suis plus a faire ce que je veux et quand je veux, les règles ne sont pas pour moi. Pour ce qui est des informations, je sais juste qu'ici c'est Gothregal, un territoire froid a la faune assez dangereuse. Sinon, il y a aussi Doliene, quelque part où il y a des mages parait-il. Pour ce qui est de la technologie, je n'ai croisé qu'un malade mentale avec une hache, donc je saurais pas te dire s'il y a des fusils ou quoi que ce soit d'autres dans ce monde."



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Sam 25 Nov - 1:02

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Das Biest und die Maschine


Avec : Sahronglaag

La nommée Sahronglaag semblait s’être grandement apaisée, c’était en tout cas ce que je pouvais comprendre par l’intermédiaire de ses signes vitaux. Pour le moment, elle restait en dehors de ma vision, étant donné que je demeurais immobile le temps de refroidir un peu, mais les battements de son cœur et ses respirations n’étaient pas des choses qui pouvaient me mentir. Après avoir obtenu des informations, il était toujours très important de pouvoir en dire les causes, les effets et les conséquences, et c’était un domaine où je n’étais pas une amatrice.

Elle critiquait en tout cas le manque de personnalité que je semblais afficher en me contentant de mon appellation officielle. Je ne trouvais pas que cela était une question de personnalité ou autre, mais de point de vue. La sensibilité des personnes était une chose trop subjective pour être uniformisée. Après tout, un prénom très en vogue dans certains pays sonnerait comme celui d’un étranger dans un autre. Je ne tenais pas compte du coup de cette remarque, étant donné que nous venions toutes les deux d’origines différentes, ce qui ne pouvait nous rassembler. Après tout, son appellation serai tout à faire barbare de là d’où j’étais originaire.

Toutefois, elle expliquait par la suite qu’elle avait été amenée par la dame en ce monde… Au moins cela signifiait que celle que je devais délivrer était la raison de pourquoi j’étais ici… Cela pouvait être une missive envoyée par quelqu’un d’autre, mais à part ceci, je n’en apprenais pas plus sur elle… Me jugeait-elle trop incapable pour venir à bout de cette mission seule, ou bien pensait-elle que le danger était suffisamment grand pour que plusieurs personnes soient nécessaires… Auquel cas, il aurait été plus efficace de les rassembler en un même endroit et d’effectuer un premier briefing… Cela cachait quelque chose, j’en étais certaine vu le manque d’efficacité des méthodes qu’elle employait.

Elle indiquait aussi avoir rencontrée d’autres personnes qui étaient parties du coup vers l’Ouest. En me référant à la position du soleil, je commençais à un peu près voir la direction dans laquelle ces âmes étaient parties, mais je n’en avais pas vraiment l’utilité. Le fait de trouver une ville était une chose suffisamment intéressante, mais elle précisa rapidement que l’endroit n’était pas au niveau technologique, se rapprochant plus des premières heures de l’histoire que de ce que j’avais put connaître. Ainsi, pas de fusils ou de boîte de conserve. J’étais la seule à pouvoir assurer mon propre entretien, chose à laquelle je devrais veiller.

De plus, je comprenais par ses mots le caractère de mon interlocutrice. Refractaire à la société, aux règles et aux lois. Une rebelle chaotique, comme je l’avais identifiée, mais qui appréciait se battre, bien qu’elle n’avait pas fait preuve d’un quelconque style identifiable, juste d’une furie passagère qui l’avait transcendée. Probablement qu’avec un peu plus de technique, elle pourrait s’avérer être bien plus dangereuse.

Et en parlant de danger, c’était probablement le point qui m’intéressait le plus. Gothregal était donc l’endroit où nous nous trouvions, avec une faune très sauvage et dangereuse. Le froid, je l’avais remarquée sans aucune gène. L’on trouvait aussi Doliene, avec des mages. Même si mon générateur fonctionnait à la magie, je préférais pour le moment ne pas tenter le diable face à un art où j’étais assez vulnérable. Je savais prendre de vitesse un mage, l’empêcher de faire le moindre sort et lui briser la nuque, c’était déjà suffisant. Et puis, avec la perte de puissance, je me devais de compenser par un peu plus de connaissances, et il semblait qu’il y avait des adversaires plus abordables…

‘’La faune est donc dangereuse en ces lieux ? Intéressant…’’


Je laissais un silence pendant qu’un léger bruit mécanique indiquait que mon corps était retourné à des températures plus acceptable. IL demeurait encore chaud, mais c’était amplement suffisant. Ce ne fut pas une difficulté que de retrouver mes caractéristiques de bipèdes, et de faire quelques pas de tests, afin de voir s’il y avait des liaisons problématiques, mais aucune séquelle, juste une frayeur raisonnable.

‘’Parlez-moi de cette faune, je vous prie. Y rencontre-t-on des canidés semblables à des loups ? Des meutes ? Ou ce nouveau monde s’accompagne-t-il de nouvelles espèces ?’’

Je me plaçais par quelques pas face à elle, la dominant du coup alors qu’elle était adossée à cet arbre. D’autres questions étaient aussi à aborder.

‘’Quels étaient les capacités dont vous avez fait preuve précédemment ? Modifier sa structure moléculaire n’est pas une chose à la portée de n’importe quel humain, tout comme l’évocation d’armes enchantées.’’



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Sam 25 Nov - 20:50

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Das Biest und die Maschine
feat. KCT-023



Cachoteries

La machine humanoïde ne bougeait toujours pas et écoutait attentivement ce que je disais. Je ne savais pas vraiment quel intérêt elle pouvait tirer de mes paroles. Il fallait dire que sa voix monotone ne transmettait pas grand chose. J'avais l'impression de parler a une de ces messageries automatisées qu'il y avait parfois dans les répondeurs de l'ancien monde. Cassette n'ouvrit la bouche que lorsque j'abordais la question de la faune locale. Après un petit silence, je l'entendis se lever et s'approcher lentement. En ouvrant les yeux, je voyais qu'elle s'était arrêter a quelques pas de moi. En prenant une grande inspiration, je me relevais également. Mon corps était encore endoloris, mais mes forces étaient revenus.

En m'adossant a l'arbre, cette fois ci debout, j'écoutais la machine poser ses questions concernant la faune. Je me serais plus attendue a des questions sur la civilisation, des trucs plus intelligents de la part d'un ordinateur. Mais il semblait qu'être fait de chair ou de métal ne jouait pas vraiment sur la stabilité mental du bousin. En riant un peu, j'entamais donc ma réponse.

"Et bien et bien, on cherche la bagarre ? Marrant de se dire que les machines ne sont pas bien plus sage que les vivants. Enfin, pour la question, il y a des loups, des sangliers, les trucs classiques, mais y'a l'air d'y avoir des trucs plus gros et dangereux. On m'a parlé d'un cerbère par exemple, mais je n'en ai encore jamais vus personnellement. Le coins a l'air d'avoir été plus ou moins déserté par les colosses. Les ressources y sont assez faibles et les créatures plutôt faiblardes. Assez en tout cas pour que les tuer soit possible a notre niveau avec un peu d'ingéniosité."

La Cassette fit un commentaire sur mes pouvoirs, ma transformation et mes armes, ce qui me fit prendre un sourire narquois quand elle me demandait de quoi il s'agissait.

"Nan, nan, nan ! C'est un secret ! Mais tu auras certainement le droit a tes réponses si tu devient plus forte. Pour l'heure, ça serait un peu du gâchis de te révéler ça tout de suite. Ça laissera un peu de suspens, haha ! Me demande quel tête pourrait faire une machine en apprenant ça."




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Sam 25 Nov - 22:23

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Das Biest und die Maschine


Avec : Sahronglaag

Même si elle était blessée et épuisée par rapport aux actions qu’elle avait fait précédemment, en se confrontant à moi, la femme surnommée Rin se relevait, adossée contre l’arbre. Il était inutile de feindre qu’elle allait bien, j’avais bien analysée le fait qu’elle ne possédait plus l’entièreté de ses forces… Même si elle pouvait toujours tenter de se jeter pour moi, mais cette fois-ci cela serait beaucoup plus risqué, étant donné que je récupérais bien mieux, que ce soit sur le court terme que le long terme. Mais il semblait que le dialogue était privilégié, ainsi que l’échange d’information…

Toutefois, elle exprimait une forme de surprise sur le fait que ce qui m’intéressais était, ce qu’elle nommait, ‘’la bagarre’’. Je ne comprenais pas ce qu’il pouvait y avoir de marrant concernant ceci, après tout, se renseigner sur les dangers qui pouvaient être rencontrés, notamment sur ceux ne pouvant être raisonnés, était une chose qu’il était nécessaire. Peut-être qu’elle pensait qu’uniquement au fait que je cherchais à les combattre ? Ce n’était pas totalement faux, je l’admettais, mais c’était pour mieux m’en prémunir. Connaître son ennemi était l’une des choses les plus importantes pour remporter la victoire, et c’était une chose que je lui renvoyais :

‘’Il est nécessaire pour combattre d’autant connaître son ennemi que soi-même. Mes capteurs n’ont pas de défaillances dans l’état actuel, ce qui remplit les conditions de moitié. A l’opposé, connaître son ennemi est quelque chose qui doit être fait à chaque instant. Chaque espèce de ce monde est potentiellement une menace aux missions qui me seront confiées, et il est nécessaire d’être en mesure de connaître les forces et les faiblesses de la faune et de la flore locale. Toutefois…’’

Je laissais une légère pause se faire, pendant que je m’apprêtais à continuer, sur un point où elle s’était permit une facilité de raisonnement, chose qui pourrais lui être aisément fatal… Comme beaucoup de chose en fait, elle laissait suffisamment d’ouverture pour qu’une personne expérimenté ou trop puissante pour elle ne les utilise pas.

‘’Vous commettez l’erreur de me comparer aux intelligences artificielles de votre monde. Même si j’ignore à quel stade de développement elles se trouvent, les paroles que vous insinuez me laissent penser qu’il existe entre elles et moi une différence suffisante. Il n’est nullement question de sagesse, mais de raisonnement. Et le mien consiste à devenir de plus en plus performante. Ainsi, combattre un adversaire n’est pas une chose déraisonnée, puisqu’en le faisant, je deviens plus à même de lutter contre.’’

Je baissais un peu la tête, pour reprendre, sur le reste des paroles qu’elle avait dit.

‘’Des créatures classiques, communes aux mondes qui se croisent ici. Néanmoins, la présence d’un cerbère est une chose plus surprenante. Si je m’en réfère aux archives mythologiques, cet animal correspond à un canidé aux multiples têtes et de grande taille. S’il était le gardien des enfers, il est néanmoins censé de supposer qu’une telle espèce serait en mesure de survivre à l’état sauvage et en meute, comme peuvent le faire les autres canidés. Je me demande comment les différents cerveaux de la bête arrivent à se coordonner pour mouvoir un simple corps…’’

Je posais une main sur mon menton, adoptant une figure plus pensive, plus réfléchie, presque humaine, avant de la poser contre ma hanche, plus relachée.

‘’Je dois admettre que ces créatures qui peuvent être rencontrées en ce monde, selon ce que vous êtes en train de m’annoncer, ont l’air d’être de véritables sources de questionnement, autant sur le fonctionnement anatomique qu’elles peuvent avoir, que sur leurs capacités à chasser et à se défendre. Il ne serait pas impossible qu’une fois une part plus considérable de mon énergie retrouvée, je me mette en chasse d’un de ces spécimens, afin de pouvoir témoigner de leurs capacités. Et probablement que plusieurs échantillons seront nécessaires afin d’obtenir une certitude suffisante concernant la manière dont-ils se battent…’’

Par la suite, elle chercha à conserver secret les capacités qu’elle avait fait preuve. Je n’étais pas en mesure de l’interroger pour le moment, et j’acceptais sans problème le fait qu’elle dissimule un peu les quelques atouts qu’elle pouvait avoir. Restait à savoir s’ils pourraient lui permettre d’obtenir des victoires dans le futur…

‘’Tant pis. J’aurais l’occasion de l’apprendre par de plus profonds examens lors des prochaines fois où nous repartirons en querelle. Votre style de combat étant très particulier, très peu canalysé, il me faudra apprendre vos méthodes et lire votre esprit afin d’être en mesure d’anticiper chacune de vos actions.’’



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Dim 26 Nov - 2:56

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Das Biest und die Maschine
feat. KCT-023



Philosophies

La machine se défendit de mes accusations concernant son caractère en avançant qu'elle ne faisait que rassembler des informations sur ses éventuels ennemis, chose parfaitement censé et qui devrait être fait à chaque instant. Elle semblait également se vexer du fait que je l'avais comparé aux machines de mon propre monde, qu'elle semblait considérer comme étant bien moins développé qu'elle ne l'était. Pour moi, ça ne changeais pas grand chose. Après tout, il y avait des automates très poussé par chez moi, et si je ne savais pas grand chose sur elle et ses machines, elle n'en savait pas plus, ce qui ne nous avançait pas a grand chose.

"Les machines de mon monde peuvent être assez poussé, mais c'est loin d'être le sujet que j'ai étudié. Les robots serviteurs étaient tout ce que j'avais pus observé, mais y'en a surement des plus poussé, ça ne m'étonnerais pas en tout cas. Du coup, difficile a savoir où tu te place par rapport a elles, si ça avait le moindre intérêt. Je pense ce que je veux de toi et si ça ne te plait pas, ça sera à toi de me faire changer d'avis."

Cassette enchaina ensuite en évoquant la faune de ce monde, qui avait des points communs avec le monde "normal" mais qui avait des particularités qui semblait la perturbée. Le cas du Cerbère semblait lui être assez étranger en dehors du cas de la légende. Pour ma part dans l'ancien monde, cela n'était qu'une légende, mais la créature était bien réelle dans le monde magique, j'en avais déjà croisé pendant ma quête pour sauver le monde, ça me faisait dire que son monde n'était pas très magique malgré le fait qu'elle était plutôt bien construite.

"T'as pas l'air d'être très habitué à la magie, pas vrais ? Moi j'ai déjà vus bien des trucs qui feraient passer les cerbères pour des petits toutous de compagnie, donc bon. Et puis a quoi ça t'avancerait de savoir ça ? Quand tu as un ennemi, contente toi de le vaincre, a quoi bon savoir comment il fonctionne, tant qu'il est mort."

La machine disait également qu'en temps et en heures elle irait certainement chasser des créatures. Elle avait le même objectif que moi, se surpasser et s'améliorer mais elle manquait de passion, ce qui me mettait un peu mal a l'aise comme le froid s'opposant aux flammes.

"L'objectif est bon, mais tu devrais essayer d'y mettre plus d'émotion. A quoi bon avancer mécaniquement vers un objectif sans en tirer quoi que ce soit ? Le combat c'est l'euphorie de l'adrénaline, le plaisir d'encaisser les coups, de surpasser la douleur et de répliquer. Si ce n'est pas pour ça, a quoi bon se battre ? Esquiver les situations dangereuses devrait être la meilleure chose à faire non ?"


Le prochain sujet concerna mon style de combat, qu'elle jugeait très particulier, peu canalisé et commenta qu'elle devra apprendre mes méthodes et lire mon esprit, ce qui me faisait un peu rire. Apprendre mes méthodes ? Lire mon esprit ? C'était bien une mentalité d'ordinateur ça. Comme si je perdrais mon temps à réfléchir pendant que je me battais. L'instinct, c'est tout ce qui compte. Structuré son style, apprendre des routines, c'est le meilleurs moyens de se faire analyser et contré ! Alors qu'une bête sauvage et imprévisible sera infiniment plus dangereuse !

"Je te souhaite bien du courage pour lire dans l'esprit d'un animal, haha ! Tu dis que je ne suis pas ordonnée ou "canalisée" ? Evidemment que je ne le suis pas, c'est la première faiblesse. L'ordre peut être anticipé et contré, pas le chaos. Je suis mon instinct et laisse mon corps agir de lui même, c'est infiniment plus efficace que d'essayer de réfléchir a toute les possibilités et les moyens de les contrer. Allez avec le courant et s'adapter, c'est la vraie voie du combat !"




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Dim 26 Nov - 13:04

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Das Biest und die Maschine


Avec : Sahronglaag

Encore une fois, les vues que nous avions sur la manière de procéder différaient. Il n’était pas vraiment étonnant, la dénommée Sahronglaag n’étant pas une personne que je pouvais qualifier de réfléchie ou de préparée. Si elle commença par rapidement expliquer les machines de son monde, parlant de quelques robots serviteurs, il semblait néanmoins que ce n’était pas ce qui lui sautait le plus aux yeux, et que donc par conséquent mon monde avait quelques temps d’avance. Cela était monnaie courante de posséder quelques androïdes, mais ils se limitaient à des tâches relativement simple, tandis que j’étais parfaitement autonome, et surtout, que j’étais capable d’apprendre par moi-même. C’était ça qui me différenciait de tous les autres androïdes qui pouvaient être observés.

Toutefois, elle avait encore tort sur un point. Elle avait tout à fait la liberté de penser ce qu’elle souhaitait de moi. Ce n’était pas une chose que j’allais faire changer. Ce n’était pas mon objectif. Pouvait-elle me haïr ou m’envier que je n’en aurais cure. Les humains étaient pleins de préjugés et d’opinions biaisées. SI j’avais souhaitées être bien vue unanimement, j’aurais été dans le caritatif, et non dans ce pourquoi j’étais optimisée actuellement.

Néanmoins elle remarqua un détail que je pouvais admettre. Oui, la magie n’était pas une chose que je maitrisais. J’étais en mesure de la repérer, de l’étudier, mais en aucun cas je ne pouvais la pratiquer. Pouvais-t-on qualifier ça de défaut de conception ? Pas pour le moment en tout cas, étant donné que pouvoir synthétiser un être capable de faire de la magie de manière totalement autonome s’apparentait à de l’invocation, et pour cela un apport constant en mana était une chose nécessaire. Mes études et analyses s’étaient donc consacrées sur des domaines qui pouvaient me rendre plus fort rapidement, plutôt que sur des chimères qui ne pouvaient être maitrisées.

Mais il y avait encore une fois un point où nous divergions…

‘’La magie est une chose moins courante dans mon monde que dans le vôtre, c’est un fait. Néanmoins, étudier un adversaire permet d’en apprendre bien plus que vous ne le pensez. En étudiant le fonctionnement d’un seul spécimen, c’est de toute l’espèce que j’apprends les principes, et donc les points faibles par la même occasion. En connaissant la position du cœur de l’espèce, un affrontement peut se terminer d’un seul mouvement en frappant avec précision.’’

De plus, elle se permettait de me dire que je devrais y mettre plus d’émotion. Je trouvais ça proprement ridicule, de penser que mettre des émotions pouvait mettre plus d’intérêt. Trouvait-elle mes manières mécaniques, c’était bien ce que j’étais.

‘’Chaque personne doit savoir esquiver des situations dangereuses, mais doit aussi savoir quand les prendre. Mener chaque bataille est une chose qualifiée de téméraire, alors qu’une attaque bien menée permet d’obtenir une efficacité encore plus grande. D’autant que contrairement à vous, certaines personnes ne se battent pas pour cette euphorie ou par plaisir. Certaines personnes le font car elles n’ont pas le choix, parce qu’elles le doivent, parce que sinon, ce sont leurs proches qui sont voués à disparaitre.’’

Je fermais mes yeux, un court instant, espérant qu’elle comprenne que le monde ne pouvait pas fonctionner d’une même manière, et surtout pas de la sienne, avant de reprendre, sur ce qu’elle disait enfin, sur des difficultés que j’aurais à analyser une chose qu’elle qualifiait d’aléatoire.

‘’Puissiez-vous penser ceci. Le chaos est plus aléatoire qu’un style plus contenu et maîtrisé, mais il peut est dirigé, et ainsi anticipé. Une bête acculée agira obligatoirement, d’une manière ou d’une autre. Je pense qu’il est préférable que nous nous laissions ici. Nos termes ne semblant pas trouver la moindre corrélation. J’ose espérer pouvoir comprendre vos points de vue une prochaine fois, où qu’à l’inverse, vous compreniez les autres.’’


Sur ces mots, je commençais à marcher dans la direction d’où elle était venue, en adressant un dernier discours :

‘’Puissiez-vous survivre.’’



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Das Biest und die Maschine

Dim 26 Nov - 15:41

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Das Biest und die Maschine
feat. KCT-023



Divergences

Cassette répondit a mon commentaire concernant sa volonté d'étudier la faune en rétorquant que cette dernière pouvait apporter bien des informations utiles, comme la position d'un point faible qui pourrait expédier un combat. C'était logique que certains veuillent conclure un combat aussi vite que possible en tuant leur adversaire, mais ce n'était pas mon cas. Plus un combat durait, meilleur c'était pour moi.

"Moui, c'est logique de vouloir expédier un combat avec un coup mortel, mais ça retire tout le fun. Et puis, pourquoi ne pas te contenter de frapper aussi fort que tu le peu ? Y'a pas beaucoup de créature qui survivent avec un trous béant dans le torse ou sans aucune têtes, pour reprendre le cas du Cerbère. Pas besoin de connaitre les détails."

La machine continua en répondant a ma remarque sur son manque d'émotion vis à vis du combat et je ne pouvais pas dire que je ne m'y attendait pas. Peu de personne pouvait partager le même enthousiasme que moi vis à vis de la chose et je passais souvent pour une rustre et une barbare. Cependant, elle leva la question que certaine personne devait se battre pour protéger les autres, ce qui me poussa a lui répondre.

"Oh, l'un n'exclue pas l'autre. Si mes pulsions me poussent a me battre avec des créatures de plus en plus puissante, je serrais obligée de dépasser mes limites et du coup pouvoir mieux défendre mes proches. Si je perd, je fuirais en rampant et reviendrais plus fort pour vaincre mon ennemi. Si je meurs, je tuerais la faucheuse et je reviendrais, même si ça doit me prendre des siècles."

Voyant que nous n'avions pas vraiment de points communs suite a nos discussions, Cassette commençait a s'éloigner doucement en me souhaitant de survivre, ce qui me fit lacher un petit rire.

"T'inquiète pas gamine. Survivre c'est ma spécialité."



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sauter vers: