bannière du haut du forum

Partagez

Nuit pourpre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujet: Nuit pourpre

Dim 26 Nov - 15:02

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


La rouquine ne put que trembler quand un souffle d’air glacé souleva la fourrure légère qu’elle avait réussis à se procurer. Elle regarda du coin de l’oeil Orina qui marchait à ses côtés, sans doute tout autant frigorifiée qu’elle, même si on pouvait se demander si sa magie ne l’aidait pas au moins un peu dans ce genre de situation. Grelottant, la jeune femme se désespéra en pensant qu’elle n’étaient qu’à la frontière de la nation de glace et que ce serait encore pire les jours suivants. Elle regarda les quelques pièces qu’elle avait dans une poche de sa veste, 2 pièces d’or qu’elle avait gagné en vendant une peau de lapin. Un lapin qu’elle n’avait même pas pus tuer elle-même mais qu’un chasseur lui avait donné avec un air dégoûté en les voyant toutes les deux. Elles avaient fait durer la chair du rongeur aussi longtemps que cela avait été possible et le petit pactole de 5 pièces d’or qu’elles avaient empoché en revendant sa fourrure durement tannée et en rendant de menus services avait fondus de jour en jour, de plus en plus vite au fur et à mesure qu’elles montaient vers le Nord et que les plantes comme les animaux se raréfiaient, les poussant donc à acheter leur nourriture quasiment tous les jours. Elles avaient beau se contenter de peu, ces économies ne seraient pas éternelles, et leur pouvoir ne semblaient pas vouloir donner signe de vie, ni même leur capacité les plus basiques.

Il n’y avait pas une journée où Aki ne culpabilisait pas de ne pas donner une meilleure existence, une meilleure chance à sa fille. Ses souvenirs ne semblaient pas revenir d’ailleurs, et pour elle, elle n’était toujours qu’une étrangère aux cheveux flamboyants et qui voulait manifestement la protéger. Mais pour l’instant, elle lui faisait toujours confiance et avait accepté de la suivre jusqu’ici, malgré les dangers et la difficulté de ce mode de vie. Plus d’une fois, la druidesse s’était demandée s’il ne valait pas mieux se mettre à voler, si elles n’auraient pas meilleur compte en chipant une pomme sur l’étal de ce marchand qui ne les regardait pas. Parfois elle avait même réfléchis à la possibilité de vendre ce qu’elle n’avait jamais osé penser à commercialiser, mais bien vite elle s’était ravisée. Il y avait des extrémités qu’elle n’atteindrait que si c’était absolument nécessaire et pas avant.

Mais cela faisait maintenant une demi-journée qu’elles avaient franchis la frontière d’après leurs informations (celle-ci n’était d’ailleurs absolument pas gardée, rien d’étonnant si on jugeait de la politique des deux pays), et il faisait déjà beaucoup trop froid pour envisager de passer une nuit dehors le ventre vide. Cependant, étant donné leurs maigres possessions, il allait falloir en choisir un des deux. Elle avait demandé son chemin plusieurs fois et on leur avait conseillé de longer les Écailles de dragon (une chaîne de montagne qui marquait la séparation entre les deux pays) jusqu’à trouver un passage. Il y en avait à intervalles réguliers, mais il fallait bien une cinquantaine de pièces pour engager un passeur qui les garderait en sécurité le temps de la traversée, ce qu’elles ne pourraient bien évidemment pas se permettre. Une fois le danger passé, il faudrait longer de nouveau vers le nord jusqu’à tomber sur le lac autour duquel plusieurs villages étaient implantés afin de ne pas s’enfoncer inutilement dans la toundra glaciale. L’intégralité de ce voyage leur prendrait bien une semaine, mais ensuite elles devraient être en sécurité.

En attendant, il n’y avait pas énormément d’auberges ou de taverne le long des écailles et la soigneuse fut plus que ravis d’en observer une derrière une nappe de neige qui commençait à chuter. Elle se tourna aussitôt sa protégée avec un grand sourire.

-Il y a une auberge là-bas ! Nous devrions nous arrêter pour la nuit, avec cette neige qui commence à tomber dru, ou nous serons ensevelies au matin. Ca ne te dérange pas trop ? Il va sûrement y avoir des gens à l’intérieur.





Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Dim 26 Nov - 15:27

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit pourpre
feat. Aki Nishiie



A travers le blizzard

Autant… De neige… Il y en avait à perte de vue. L’horizon se nappait de ce voile blanchâtre… Partout, je pouvais voir les sommets du monde recouvert par de grands glaciers, les arbres se revétir d’épine et de nombreux flocons tomber à chaque seconde… Il… Il y en avait partout ! J’avais v-vraiment été stupéfaite au début, de voir ceci, mais après quelques pas dedans, et quelques chutes tête la première, j’avais rapidement c-comprise qu’elle était inoffensive, même si… Un éternuement m’avait rappelé ce à quoi nous étions constamment exposées… Le froid…

Je… Je n’avais jamais été très à l’aise avec ceci… Je… J’avais toujours subis le climat, résistant tant bien que mal à ce qui s’était toujours passé… Mais… M-mais c’était la première fois q-que… Que j’affrontais un blizzard aussi… P-puissant… J’étais gelée jusqu’aux os, et s-surement même plus… Mes dents ne s’arrêtaient de claquer que lorsque j’essayais d’utiliser ma respiration p-pour réchauffer mes doigts, q-qui eux aussi, subissaient grandement ce climat… Je d-devais avouer, à chaque instant, que j-je me posais la q-question si j-j’avais fait le bon choix, o-ou non… P-peut-être que… Que Tirione aurait été un endroit p-plus accessible… J-je n’en savais rien, et j-j’essayais d’ôter ces idées noires de ma tête, en espérant q-que demain serait un jour meilleur… E-et un peu plus chaud…

C-c’était dans ce genre de s-situation q-que j’éprouvais d-de la peine… Et u-un peu de frustration m-me concernant… Mon œil… I-il aurait put servir… A nous réchauffer, o-ou au moins faire un feu p-pour les nuits… M-mais c’était à peine si j’en étais capable… Si je pouvais… Etre a-au moins plus q-qu’une toute petite allumette perdue dans la nuit… Mais je m’efforçais d-d’aller de l’avant. Si j-je ne pouvais pas f-faire ceci, a-au moins je pouvais marcher, d-d’autant que j’évitais d-de trop parler, le vent frais s’enfonçant d-dans ma gorge e-et étant parfois a-assez douloureux p-pour mes poumons, s-surtout lorsque je n’y étais pas préparée…

Mais alors que la neige continuait à tomber, n-nous continuions d’avancer. Le voyage que nous entrepregnions avec m-madame Aki était difficile, nous le savions… Mais c’était au moins ce q-qui nous permettrais… D-de trouver un endroit sûr… Que serait-il après ? Je n’en savais rien, et j-j’essayais de ne pas trop me projeter… C-car avec un tel climat… P-peut-être que nous serions forcées à reculer… Mais pas sans avoir tout donnée au préalable…

Et ce fut s-sur la route que nous arrivions en vue d-d’une auberge. M-mon corps entier trembla… P-pas à cause de l’endroit, enfin je crois, mais plutôt à cause du froid qui s’accumulait… Il était vrai que de dormir à la belle étoile dans de telles conditions… Serait trop dangereux… D’autant que… Que nous devions trouver un endroit sûr et nous réchauffer… I-il ne nous restait p-plus beaucoup de pièce pour le voyage, j-j’en étais consciente, mais… J-j’imaginais q-que dans ces conditions… N-nous n’avions p-pas le choix…

‘’C… Ça ira, j-je crois…’’ Commençais-je en étant sujette encore une fois à un claquement régulier de mes dents… ‘’C-c’est plus s’i-ils viennent v-vers moi q-que je me sens… Mal à l’aise…’’

Je restais dans tous les cas proche d’elle… Et u-une chose était sûre… C’était qu’à l’intérieur de cet endroit… J-je n’allais pas la quitter d-d’une semelle !
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Mar 28 Nov - 0:21

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


La rouquine se fendit d’un sourire devant l’acquiescement de sa fille et accéléra légèrement le pas en direction de l’auberge. On pouvait entendre le bruit depuis l’extérieur, quelques personnes qui chantonnaient mais globalement pas trop de rire gras qui auraient pus présager d’une auberge mal fréquentée et dans laquelle elles auraient été en danger. C’était à la fois une bonne nouvelle et une mauvaise, car cela voulait aussi dire que la chambre serait probablement chère. Elles risquaient de devoir se rabattre sur l’écurie pour ne pas payer, ce qui, si le patron était gentil, leur permettrait peut être même de manger ! Poussant la lourde porte déjà un peu encombrée par la neige, Aki sentit un souffle d’air chaud s’échapper à l’extérieur pendant que quelques cris courroucés s’échappaient des tables les plus proches de l’ouverture. Rapidement, la jeune femme s’engouffra à l’intérieur et dès que sa fille fut hors de portée des flocons, referma le battant pour profiter enfin pleinement de la douce quiétude qui régnait ici.

D’un regard elle détailla la salle. Rustique mais plutôt bien entretenue, le parquet avait des années derrière lui et la majorité des meubles étaient usés par des vers de bois, mais le tout sentait bon le pin et la cheminée crépitait avec joie. Les tables rondes étaient réparties un peu partout dans un désordre apparent qui permettait toutefois au tenancier à la bedaine avantageuse de se balader entre elles sans problème, même avec un plateau sur chaque main. Il semblait gérer l’établissement seul, en tout cas en ce moment, il n’y avait personne pour l’accompagner. En même temps, les clients n’étaient pas nombreux et sa position l’expliquait facilement. Les résidents de Gothregal ne passaient que très rarement au Sud des écailles d’après ce que les deux femmes avaient pus entendre et les Dolienois n’étaient pas très amicaux avec eux.

-Bienvenue voyageuses !

Une femme assise à une table juste à côté d’elle arborait un grand sourire et agitait les bras dans leur direction. Soucieuse de garder Orina à l’aise, la druidesse afficha un sourire d’excuse et se dirigea à l’opposé du monde, proche de l’escalier qui devait en toute logique mener vers les chambres. L’aubergiste ne tarda pas à se diriger vers elle et par poser l’immense battoir qui lui servait selon toute évidence de main sur la table.

-Vous prendrez quelque chose ?

C’était maintenant que les négociations allaient se jouer. Prenant un air à la fois désolé et sympathique, la soigneuse commença à expliquer qu’elles manquaient d’argent et qu’elles espéraient qu’il avait une écurie de libre pour moindre coût. Fronçant les sourcils, le patron sembla perdre un peu de sa bonhomie en entendant parler de la pauvreté de ses clientes.

-J’peux pas loger des gens à perte moi. Si vous prenez une place à ma table, faut bien que vous puissiez payer un truc, et j’me vois pas vous faire payer mon étable, comprenez ? Ca m’embête de passer pour un pingre mais y’a pas grand monde ici, surtout des voyageurs, je peux pas accepter de perdre des recettes comme ça …




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Mar 28 Nov - 10:15

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit pourpre
feat. Aki Nishiie



Sans argent

Le bâtiment de bois et de pierre dans lequel nous nous engouffrions avait une sensation étrange… Il était là, s-se battant chaque jour que le froid et la neige, pour tout faire pour ne pas s’effondrer, pour n-ne pas chuter, comme pour tous les voyageurs qui devaient passer par ici… J’imaginais que n’importe qui devait être extrêmement heureux en voyant cet établissement… A-au moins plus que moi, qui é-était toujours un peu mitigée, m-mais pour d’autres raisons, après tout, j-je n’étais pas vraiment une grande voyageuse, et à la vue du nombre de fois où j’avais fini tête dans la neige… L’on pouvait facilement comprendre ça…

Mais la sensation d-de chaleur en entrant dans l-l’endroit… Ce… C’était q-quelque chose, c-comme si j-je redécouvrais m-mes orteils, n-non sans une impression très étrange, u-un peu douloureuse p-pour tout dire… Je tremblais encore un peu, évitant au maximum que mon regard ne croise celui des autres personnes de cet endroit, pour ne pas me sentir mal… Et pourtant, i-ils n’étaient pas méchant… L-l’une d’entre elle nous avait même souhaitée la bienvenue… Ils… Ils ne nous voulaient pas de mal, et voulaient nous accueillir dans une ambiance s-sympathique… Je me rongeais les lèvres de ne pas pouvoir en profiter pleinement, et d’empêcher madame Aki de faire de même…

Toutefois, c-ce fut bien rapidement q-que le gérant, u-un m-messieurs… I-impressionnant, enfin, tous les adultes l’étaient, commença à venir n-nous voir, m-mais fut bien obliger d-de constater notre situation… N-nous n’avions aucunes économies, a-aucun moyen de f-faire fonctionner cette auberge… I-il le disait d-directement… N-nous étions u-une perte dans son commerce… E-et si nous ne prenions r-rien… A-alors… N-nous devrions repartir… M-mes dents se serrèrent de peur à cette idée, d-de devoir m’endormir au risque de ne pas me réveiller… C’était en p-permanence le cas en fait, m-mais certaines fois p-plus que d’autres…

‘’Si s-seulement l-la dame nous avait d-donnée de quoi s-survivre…’’ C-commençai-je à voix basse… Il était vrai que de se débrouiller dans un nouveau monde n’était pas une chose facile, m-mais... S-sans la moindre capacité, s-sans même u-un peu d’argent… Je n’avais pas trop l-la notion de la monnaie, m-mais je savais que dans c-ce genre de situation, elle pouvait nous p-permettre de survivre aux éléments… Après tout, l’homme était la seule espèce qui recherchait ces pièces brillantes…

J-je regardais d-d’un coup d’œil craintif l-la druidesse, a-avant d’oser prendre les devants vers l’aubergiste, s-sans pour autant m-m’imposer…

‘’Je… V-vous a-avez p-peut-être q-quelque chose que nous p-pourrions faire… Je… Je n-ne sais pas q-quoi, m-mais… S-s’il vous plaît…’’
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Mer 29 Nov - 1:09

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


Surprenant son ancienne mère adoptive, la petite fille prit la parole face à l’aubergiste pour défendre leur cause, arguant qu’elles pourraient sans aucun doute faire quelque chose pour l’aider. Considérant Orina avec surprise, la rouquine se dit que chaque jour passant, elle trouvait sa fille un peu plus différente qu’elle ne le pensait. Elle était pourtant convaincue qu’il s’agissait exactement de la même personne, mais en ayant effacé une partie de sa mémoire, la dame avait probablement créée quelques dérèglements dans le caractère de l’homonculus qui l’avaient rendus plus forte et plus courageuse qu’à l’endroit où ses souvenirs remontaient. L’homme se gratta pensivement la moustache, mais sous ses sourcils broussailleux, des petites pattes d’oie étaient apparues, montrant à qui était assez malin pour le voir qu’il souriait intérieurement.

-Je vais pas laisser deux jolies jeunes femmes crever de froid dehors va. Zaurez qu’à m’faire le ménage quand y’aura plus de clients, et je vous donnerais des restes et la chambre de ma femme pour la nuit. L’est partie chercher des vivres et elle me tuerait si elle apprenez que j’ai laissé des pauvrettes dans la saison des pluies.En attendant, z’avez qu’à rester là, va.

Il s’éloigna de sa démarche lourdeaude en ne laissant pas une seconde aux deux femmes pour protester, ce que de toute façon Aki ne comptait pas faire. Le marché était plutôt équitable à vrai dire, puisqu’il n’y perdait pas un centime tout en gagnant une économie de temps de son propre côté. Elle sourit à la jeune fille aux cheveux roses et se cala un peu plus confortablement sur la chaise.

-Il est sacrément sympa celui là ! J’espère que tous les Gothregaliens sont comme lui, nous pourrions vite trouver un endroit où vivre, qu’est-ce que tu en pense ?

Une heure pleine passa, pendant laquelle les corps transis de froid des deux compagnes commencèrent un peu à se réchauffer. Un instant, la quiétude douce et sereine de la salle permit même à la Nishiie de s’endormir, 5 minutes seulement, mais déjà largement assez pour qu’elle puisse se réveiller avec un certain regain d’énergie. Passé cette heure, l’aubergiste revint vers elles. La salle c’était drastiquement vidée et les seuls clients restants commençaient à parler de monter dans les chambres.

-Vous pouvez faire un tour à la vaisselle les filles. Suivez moi.

Vérifiant que sa protégée en faisait de même, la soigneuse emboîta le pas au pataud personnage, utilisant une petite porte à l’arrière de la salle pour entrer dans les cuisines. Une odeur délicieuse de ragoût y flottait, mais la première chose qui attira son attention fut la montagne de bols en bois et de choppes qui s’accumulaient dans un bac.

-L’eau est ici, j’en ai plus beaucoup dans mes réserves alors allez y doucement. Là vous avez l’chiffon pour laver, là l’chiffon pour essuyer. Quand vous aurez finis j’vous donnerais un bout à manger et puis vous m’ferez la salle.

Sans mot dire, la guérisseuse se mit au travail, essayant d'accommoder le plus sa partenaire de calvaire en lui donnant la tâche qu’elle estimait comme la plus agréable : essuyer les affaires propres.

Hrp:
 




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Mer 29 Nov - 12:33

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit pourpre
feat. Aki Nishiie



Retrousser ses manches

Je n’avais pas grand espoir de peser dans la balance… D-des personnes qui avaient besoin d-d’aide, il avait dût en voir beaucoup, surtout que… Nous ne pouvions rien lui offrir en échange, si ce n’était nos services… Et… Q-qu’est-ce que nous pouvions faire ? Je n’avais personnellement aucune idée en tête concernant ceci, ne sachant pas vraiment de quoi une auberge avait besoin… Surement des provisions, mais… Nous étions dans l’incapacité d’en ramener ou de chasser la moindre petite créature… Des clients ? A-avec notre allure malingre… N-nous serions plus à même de les faire fuir p-plutôt que des les accueillir ou les servir…

Et p-pourtant, je l’implorais d-de trouver quelque chose… L-la moindre tâche, le plus petit des travaux, pour que nous puissions trouver un accord… Sous un tel froid… Nous… Nous risquions bien plus que de perdre l’esprit et de grelotter… Mes yeux s’étaient fermés, e-et j’étais prête à m-me mettre à genou… Même si cela n’aurait que peu d’effet… Je… Je souhaitais ardument ceci… Même si cela impliquait de loger avec d’autres personnes, alors que j-j’avais déjà u-un peu de mal avec Madame Aki… Il semblait bien que le fait d’être arrivée dans un nouveau monde allait me forcer à me surpasser, et sur tous les aspects…

Qui pourrait dire ce que je serais dans un mois ou dans un an ? Je ne m’y projetais même pas, incertaine de mon futur… J’étais sûre d’avoir la même apparence, à l’exception de quelques marques qui pourraient arriver entre temps… Mais dans quel contexte serais-je ? Dans quel monde vivrais-je ? Pour simplifier… Qui serais-je plus tard ? Je n’en savais rien… Ni où se trouvait ma place… Et probablement que j-je ne devrais pas m’en soucier, étant donné qu’il y avait plus urgent… Maintenant…

M-miraculeusement, l-l’homme s-se mit à réfléchir, comme s-si ma supplique l’avait affecté… Il pesait le pour et le contre… Tandis que mon angoisse sur son jugement final s’accentuait d’instant en instant… Pour qu’au final… Il accepte… Il acceptait d-de nous offrir le gîte et l-le couvert en échange d-de quelques tâches m-ménagères. U-un grand soulagement se f-fit sur mon visage alors qu’il partait, tout bedonnant… C’est à ce moment que la druidesse me sortit presque de cette transe euphorique, en envisageant d-de beaux j-jours…

‘’Je l’espère aussi… M-même s’il f-fait froid… A-au moins leurs cœurs ne sont pas gelés… Tout c-comme j’espère q-que nous n’aurons pas de mal à trouver un tel endroit, m-même si… I-il faudra surement p-plus…’’

J’affichais tout de même un léger sourire, m-montrant qu’au moins, je n’étais pas trop paniquée. Certes, un peu gênée par la présence de tant de gens, par cette battisse, mais… Par forcément effrayée… Sur cette bonne nouvelle, je me callais contre le dossier de ma chaise, avant de fermer les y-yeux, et de me concentrer sur la chaleur et ma respiration… Je savais q-que je n’arriverais pas à dormir dans de telles conditions, mais au moins si je pouvais me réchauffer… Et m’apaiser totalement… J’essayais de diminuer mon rythme cardiaque, d’être presque comme une statue, capturée au milieu d’une scène…

Je ne parlais pas, me focalisant uniquement sur ce que je ressentais… Des grincements de chaises, la respiration de la druidesse, l-le bruit de la neige dehors, le vent qui soufflait, le crépitement de la cheminée… Finalement, toute l’heure qui passe fut remplie de ces sons qui s’évacuaient comme le temps… Et que nous étions appelées par l’aubergiste, afin de s-s’occuper de la vaisselle ! E-et il y en avait, b-beaucoup… I-il fallait croire que c’était l-le stock de plusieurs jours, c-car cela dépassait le nombre des clients présents, e-et il allait falloir tous les laver ! Cela représentait u-un long moment, j’en étais sûre, mais… N-nous étions deux p-pour faire ceci !

‘’D-d’accord !’’ Dis-je à l’aubergiste, avant de rester un temps penaude devant l’immensité que nous allions devoir faire… Mais je me ressaisis rapidement, afin de m’y mettre… Il allait falloir essuyer tout ce qui était lavé ! Prenant le chiffon dans m-mes mains, j-je commençais immédiatement en prenant le premier bol qui avait été humidifié, frottant assidûment, avant de le poser, p-pas mécontente d-de ce que j’avais fait, même si j’avais probablement mit un peu trop de temps… Et ce n’était que le premier…
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Mer 29 Nov - 14:50

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


La quantité de vaisselle était impressionnante mais petit à petit la pile d'objets nettoyés et essuyés dépassa celle qui restait encore à faire jusqu'à ce que leur travail soit complètement finis. Ravie de leur travail efficace, le bonhomme fit claquer deux nouveaux bols en bois sur la table, cette fois plein d'un ragoût à la viande difficilement identifiable.

-Allez pour la peine, ceux là, j'les lave, lança t-il en souriant.

Cette simple expression rendit son visage plus agréable et moins effrayant. Sans attendre, la rouquine dévora sa part de nourriture, son ventre vide se complaisant de la chaleur brûlante du bouillon et du goût doucement mijoté des légumes. Soupirant d'aise, elle se rappela soudain que leur travail était loin d'être finis. Heureusement, avant de les envoyer récurer le sol, le patron les laissa se reposer quelques minutes, il en profita même pour discuter tranquillement des raisons qui les avaient poussées sur les routes.

-C'pas bien prudent vous savez, par notre époque, de courir les champs comme ça. Vous v'nez d'où du coup toutes les deux ?

La jeune femme haussa les épaules d'un air gêné tout en regardant sa fille en coin.

-D'assez loin d'ici, nous étions à Doliene il y a peu, mais l'atmosphère ne nous plaisait pas vraiment.

Le tenancier partit d'un rire enjoué.

-Ah ça pour sûr qu'on a pas de voisins bien sympathiques. Dire qu'ya des hommes qui font d'la magie par là bas, ça m'fout des frissons d'dégoût, j'vous le dit, c'est contre nature. On a pas c'qu'y faut dans l'ventre, si v'voyez c'que j'veux dire.

La druidesse hocha la tête comme si elle comprenait, bien que ce ne soit absolument pas le cas. Après quelques informations tranquillement glanées sur l'autre côté des écailles de dragon, il fallut se remettre au labeur qui fut bien heureusement moins long que la première partie. Après avoir essuyé les tables, elles durent balayer le sol et y passer un coup de chiffon mouillé, le tout ne prit pas plus d'une trentaine de minutes, suite à quoi l'aubergiste leur montra leur chambre, une petite piaule qui jouxtait la sienne.

-Elle dort pas avec moi, parce que j'ronfle voyez vous. Pis elle prends d'l'espace quand elle pionce, alors elle veut un lit pour elle toute seule la patronne.

Sans être particulièrement grande, la pièce était de taille correcte, tout comme le lit. La rousse se proposa pour dormir par terre afin qu'Orina puisse profiter du lit, ne souhaitant pas la forcer à partager la même couche, même s'il s'agissait de quelque chose qu'elles avaient souvent fait lorsqu'elles étaient encore mère et fille. Finalement, la petite fenêtre sale qui donnait sur l'extérieur vit de lourds volets couper la lumière de la lune et la soigneuse s'endormit comme une masse.

Dans la pénombre, des bruits de grincements retentirent, quelques vois étouffées. La chasseuse sortit de la chambre en silence pour ne pas réveiller la fille aux cheveux roses. L'obscurité transformait les ombres de sa bougie en fantômes terrifiants qui disparurent lorsqu'elle ferma la porte, laissant sa protégée seule dans la pièce désormais plongée dans un noir complet. Et cette porte ne s'ouvrirait pas pour signaler le retour de la guérisseuse, quelques bruits sourds se produiraient encore durant la nuit, et les voix persisteraient encore un peu, inaudible murmure angoissé. Le matin prendrait sa place à la nuit sans qu'aucun autre incident ne se produise, et Orina resterait seule dans le lit … si elle décidait d'y rester.




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Ven 1 Déc - 22:52

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit pourpre
feat. Aki Nishiie



Jusqu'à l'insomnie

Le travail s’enchainant sans la moindre pause. D-des bols, des assiettes, des verres et des couverts, il y en avait beaucoup, t-tout comme des choppes sales q-qui laissaient sentir une odeur d-d’alcool que je n’arrivais pas à s-supporter, me forçant à tourner l-la tête du tas sale, p-pour que je ne me concentre uniquement s-sur ma tache… Je ne savais pas c-comment madame Aki arrivait à supporter ceci… Probablement qu’elle faisait preuve d-d’une abnégation sans faille… C’était surement ça… Elle avait affrontée les pires nouvelles, le climat et les désillusions pour en arriver là… Ce ne serait pas une mauvaise odeur qui la verrait faillir ! J-je devais m’en inspirer, et v-vraiment me concentrer sur ce que j’avais à faire…

Mais la fin de la vaisselle s’annonçait avec l’arrivée d-de bons plats chaud, servit par l’aubergiste, qui semblait être content de ce que nous avions fait… M-mais ce n’était… Que le début, car n-nous avions encore beaucoup à faire… Mais cette pause… N’était pas de refus. Je ne savais par quel miracle m-mon ventre n’avait pas encore gargouillé… Probablement l’habitude en fait… Je ne mangeais pas si souvent que ça, ce qui expliquait mon apparence maigrichonne, presque squelettique par moment… Dans tous les cas, ce fut avec un sourire que je commençais à manger, non sans avoir remercié l’aubergiste du repas…

C’était vraiment revigorant… P-presque un peu trop chaud, mais ce n’était pas un mal… La différence de température réussit de nouveau à me faire trembler, mais… Ce n’était pas grave, au contraire… J’essayais de prendre mon temps, d-de savourer, mais je devais b-bien avouer que la faim… Avait prit un peu le dessus… Et que j’avais tout mangée sans v-véritablement me soucier d’autre chose que de mon appétit…

Néanmoins… J’écoutais d-d’une petite oreille la conversation entre les deux adultes… Oui… Nous étions là bas fut encore peu, et que selon le tenancier, les hommes pratiquant la magie était contre-nature… A-a vrai dire… Etant donné que j’avais été créée par des mages pratiquant eux-mêmes la magie… Je pensais qu’il valait mieux que je me taise, hochant juste un peu la tête lorsqu’il demanda confirmation, s-sans véritablement m’avancer ou prendre partie, cherchant juste à être la plus discrète d-du monde… Comme souvent en fait…

Mais bref… Rapidement, nous dûmes aller continuer nos taches. Bien du ménage nous attendait alors que la salle était totalement vide maintenant… Faire le ménage, balayer les miettes, laver le sol et les tables… Seule encore une fois, cela aurait prit une éternité, m-mais à deux… N-nous nous débrouillions bien, e-et en une petite demi-heure, l-l’endroit était en train de sécher, et nous étions autorisées… A aller dormir… J’avouais avoir véritablement envie de fermer les yeux, de simplement m’effondrer… J’allais jusqu’à passer ma curiosité sur l’absence d-de la femme du tenancier… Mais il y avait u-un point que… Que je n’allais pas forcément e-exiger…

‘’V-vous pouvez d-dormir avec m-moi, si vous l-le voulez… J-je ne prendrai p-pas b-beaucoup de place !’’ J’étais suffisamment petite p-pour que nous puissions dormir toutes les deux dans le lit, même si je n’étais pas du tout habituée à ceci… Mais si elle dormait par terre… Je… J’allais m’en vouloir…

Mais dans tous les cas… Mes yeux se fermèrent… Et je ne les rouvris pas de la nuit, n-n’ayant pas eu de mal à trouver le sommeil… Mais à mon réveil… Je… J’étais seule… Je vérifiais bien partout dans la petite pièce, m-mais il n’y avait pas m-madame Aki… P-peut-être était-elle… Déjà réveillée ? C’était ce que j’espérais, v-vraiment, mais commençant à craindre de terribles choses… Que je sois toute seule maintenant…

Essayant de ne pas penser au pire, je me frottais les yeux et m’engageait dans l’auberge, commençant à chercher un p-peu partout où elle se trouvait… Ou même si quelqu’un l’avait vu… L-l’aubergiste, s’il était là…
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Ven 1 Déc - 23:16

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


https://www.youtube.com/watch?v=iGBydRP0Mmg

Aucun bruit dans l'auberge vide, à croire qu'aucun client n'avait décidé de ronfler cette nuit. Pas un soupir, pas un craquement, tout était d'un silence pesant, inquiétant. A quelques endroits, les volets étaient à demi entrouverts, disséminant une lueur fatiguée et terne dans les couloirs. La chambre de l'aubergiste, absolument obscure, était entièrement vide. Les draps défaits tombaient du lit, comme si on s'en était levé avec une certaine précipitation, mais aucune trace de lutte ne pouvait s'apercevoir dans la pénombre environnante. Chaque meuble était parfaitement à sa place, aligné contre le mur, et le sol était exempt d'autre chose que quelques rayures. La majorité des chambres des résidents étaient quant à elle parfaitement fermées à clés tandis que les autres semblaient tout simplement ne pas être louées, les draps parfaitement ordonnées, parfois même une légère pellicule de poussière recouvrant un bureau d'appoint.

La salle du bas, quant à elle, n'avait pas changé d'un poil depuis la dernière fois qu'Orina l'avait vus. Leur ménage était toujours aussi visible, les quelques tâches de graisse subsistantes étaient les plus vieilles, celles que même un acharnement conjugué des deux jeunes femmes n'avait pas pus désincruster. Il n'y avait nulle part le moindre signe de désordre … mais pas non plus le moindre signe de vie, comme si le temps s'était tout bonnement suspendus, ou comme si tout le monde s'était évaporé dans les airs sans laisser la moindre trace.

Parmi les quelques portes que l'homonculus n'avait jamais ouverte, il y avait celles des chambres des résidents, mais également une se situant dans l'arrière salle de la cuisine (elle aussi restée intacte au demeurant). C'est en s'approchant de cette porte qu'il est possible d'entendre enfin quelque chose d'autre que le grincement de ses pas sur le parquet. Des coups sourds, répétés, qui résonnent par trois avant de s'arrêter brusquement. Pas de voix non plus dans cette direction, mais uniquement ce martèlement répétitif et quasiment hypnotisant. La porte quant à elle, est fermée à clé pour qui tente de l'ouvrir, mais son bois semble fragile, bien qu'un coup d'enfant ne puisse le briser, il y a sans doute un moyen de passer malgré tout. En plus de cela, la clé ne doit pas être cachée bien loin, elle est donc trouvable si l'on cherche un peu. Encore faut-il avoir le désir de s'enfoncer plus profondément dans le mystère qui enveloppe désormais cette auberge lugubre.




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Ven 1 Déc - 23:45

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit pourpre
feat. Aki Nishiie



Inquiétude

Musique

Calme… Trop calme… Habituellement, je… J’appréciais ceci… j’appréciais de pouvoir n’entendre rien d’autre que la nature, simplement lui ruissellement de l’eau et le petit son du vent qui se perdait à travers les arbres et les montagnes, secouant quelques branches encore touffues… J’aimais ce son… Car au moins, ce n’était pas celui d’un grognement, de pas qui se rapprochaient… D’une bête qui aurait peut-être l’envie de me dévorer… Cela m’indiquait qu’il n’y avait aucun danger… Mais est-ce que c’était le cas maintenant ?

J’avançais à petit pas, la tête basse, en cherchant d-du regard des personnes… Je ne savais pas l’heure qu’il était, juste que la nuit était finie, mais… P-pourquoi tout le monde dormait encore ? Ou pourquoi tous avaient désertés cet endroit ? Je regardais à gauche et à droite, u-un peu agitée, tout en commençant vraiment à sentir u-une sorte de crainte m’envahir… J’essayais de l’ignorer, mais… Qu’une chose ne soit pas normale… Etait bel et bien possible… Je serrais les dents, non pas à cause du froid comme cela avait put l’être hier… Plutôt parce que je… Je pourrais crier à n’importe quel m-moment…

‘’M… Madame Aki ? Monsieur l-l’aubergiste ?’’
Commençai-je à voix basse en entrant dans la grande salle, toujours vide, comme si toutes les âmes de l’endroit avaient été amenées dans un autre lieu... A l’exception de ma personne... Même les chambres… Elles demeuraient vides ou fermées, alors qu’il faisait jour… C’était angoissant, à u-un point inhabituel… A un point qui… Je l’avouais, me terrorisait… ‘’Que… Quelqu’un ?’’ Dis-je sans vraiment de conviction, en me recroquevillant presque sur moi-même, sentant mon rythme cardiaque s’accélérer alors que je paniquais vraiment… Cette absence de son… Elle était pesante dans un lieu qui devait être vivant…

Mais rien à faire… Je devais me rendre à l’évidence… Il n’y avait personne ici… Et mon absence de pouvoirs m’empêchait de les retrouver… Ils ne devaient pas être loin, je l’espérai, ils ne pouvaient pas tous avoir disparu sans le moindre bruit, sans la moindre trace… Madame Aki… Elle ne pouvait pas m’avoir abandonnée… S-si ? Je respirais un grand coup, tout en claquant un peu des dents, avant de commencer à avancer, les pieds presque trainant… Ce… Ce n’était pas normal du tout… Et je n’avais pas la moindre piste pour les retrouver… Je n’étais même pas en mesure de sentir la magie, chose que j’arrivais pourtant à faire normalement…

Je… Je devais revenir sur mes pas, reprendre depuis le début… Et en faisant ceci… J’arrivais non loin de la cuisine, où j’entrapercevais u-une porte, que je n’avais pas encore ouverte… Mais surtout des bruits, des coups, q-qui manquèrent de me tétaniser… I-il y avait quelqu’un ! Mais qui… P-pourquoi ? J’approchais à tâtons, intimidée par ce qu’il pouvait y avoir, avant d-de jeter u-un tout petit coup d’œil au niveau de la serrure… J’avais peur, vraiment, si bien que je saisis un objet que je n’aurais jamais pensée devoir utiliser…

J’avais un couteau entre les mains… Et son utilité dépendrait de ce qu’il y-y aurait derrière cette porte…
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Ven 1 Déc - 23:59

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


https://www.youtube.com/watch?v=j4Cc21OBNVM

A travers la serrure, la vision floue que pouvait avoir Orina n'était qu'un long escalier noir s'enfonçant dans les profondeurs, assez loin pour que la vue s'y perde. Quelques torches seulement éclairent le couloir, dévoilant de la pierre brute, mal taillée. Etait-ce simplement le chemin menant à la cave de l'auberge ou quelque chose de plus obscur … de plus dangereux que cela ? Pendant l'observation de la jeune fille, des pas se firent entendre. Réguliers et assurés, ils provenaient du bas des escaliers mais se rapprochaient dangereusement. Très rapidement, il devient clair au vus du nombre d'impacts qui résonnaient qu'il s'agissait d'un groupe d'au moins deux personnes, d'ailleurs des chuchotements le confirmèrent. Assez ténus, ils n'étaient pas audibles immédiatement, mais le temps passant, il était possible de distinguer un dialogue murmuré, prononcé par des voix fébriles.

-Cette expérience mènera à de grandes choses.

-Les gens de ce pays sont trop faciles à piéger, aucuns ne pratiquent la magie.

-Heureusement pour nous, à part la sauvageonne, il n'y avait aucune femme dans l'auberge.

-Tu remercieras notre informateur de nous avoir donné les dates de voyage de l'épouse du patron, une aubaine.

-Taisez vous un peu, il fait jour maintenant, il pourrait y avoir des clients.

-Tss, tu parles, dans ce coin paumé !

Un déclic retentit alors et la poignée commençait à tourner lentement. Dès que la porte fut ouverte, trois personnes vêtues de lourdes capes blanches émergèrent des profondeurs du gouffre, deux d'entre eux étaient des hommes, l'air malingre, trébuchant, la troisième était une femme de stature un peu plus imposante, un collier orné d'une rune luisant à son cou.




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Sam 2 Déc - 0:32

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit pourpre
feat. Aki Nishiie



Tendue jusqu'aux os

Musique

Je… J’avais peur. C’était inscrit dans mon corps, dans l-la moindre petite partie de mes gênes. J’avais voulus crier, j-j’avais souhaitée hurler… Mais… Je mettais simplement ma main devant ma bouche, horrifiée parce que j’avais vu, parce que j’avais entendue… L’auberge était déserte… Pour des raisons… Mauvaises… Dans cette salle, que je parvenais à voir à travers l-le trou de la serrure… Il y avait des personnes… Mais pas des clients… J’entendais simplement des pas résonner contre les parois, régulier… Des personnes approchaient… Parlant d’une expérience qu’ils comptaient faire, et qu’ils… Qu’ils avaient toutes les personnes d’ici, en les ayant piégées !

J’avais un grand frisson que parcourait mon échine… Si j’avais échappée à ceci… C’était uniquement par chance… C-car ces personnes… Elles ne s’attendaient pas à ce qu’il y ait quelqu’un qui soit en train de dormir dans la chambre de la femme de l-l’aubergiste… Si nous avions été dans une autre chambre… Alors nous aurions été nous aussi piégées… Mais pourquoi Aki n’était pas là ? Etait-elle déjà en train de s’occuper de cette histoire, ou bien… Avait-elle été prise au piège pendant que je dormais encore ? E-est-ce que cela signifiait que… Que j’étais seule ?

Je serais mon couteau contre moi, priant de ne pas à avoir à m’en servir, même si cela semblait être une finalité malheureuse… Je devais trouver une cachette, et vite ! Ces personnes étaient en train d’arriver, et je n’avais pas d’autre choix que de me protéger ! Je… Je ne pouvais décidément pas défier seule trois personnes adultes et entrainées… Elles avaient l’air effrayantes ! Me dépêchant en veillant à ne pas faire le moindre bruit, je me réfugiais de nouveau dans la chambre où j’avais dormis, avant d’observer une nouvelle fois depuis le trou de la serrure les personnes qui en sortaient… Trois âmes… Trois personnes… Deux h-hommes et une femme… Même s’ils n’étaient pas comme aussi forts ou large que l’aubergiste… I-ils… Ils me dépassaient physiquement…

Je plaquais l’une de mes mains contre ma bouche, pour faire le moins de bruit possible, en les observant une nouvelle fois… S’ils s’éloignaient… Peut-être que je pourrais passer et fuir cet endroit… Je… J’avais aussi la petite fenêtre de la chambre, mais est-ce que j’y passerais ? Je n’en savais rien, et je devais d’abord en apprendre plus sur eux… S’ils comptaient sortir de cette pièce… Ou s’ils s’approchaient… J’essayais de repérer s’ils comptaient laisser aussi laisser la porte ouverte, ou bien s’ils avaient la clé… Et surtout, lequel l’avait… J’étais paniquée, mais en même temps, il y avait cette personne, la femme… Qui portait un collier brillant… J’ignorais la symbolique, et ce n’était pas ça qui était important…

Je commençais à réaliser ce qu’il se passait… J’étais seule… Face à ces trois personnes… Libérer tout ces gens ne tenait plus qu’entre mes mains… Je… J’avais toujours cette possibilité de fuir… Après tout, je… Je n’avais jamais été douée avec les autres… J’avais toujours été une petite survivante… Mais… Je… Je ne pouvais pas. Plus maintenant, plus jamais ! Je comptais libérer tous les otages, et vaincre ces méchants, ou au moins les forcer à fuir ! J’espérais ne pas avoir à… Les tuer… Mais… Si j’étais dos au mur… J’accepterais le fait de n’avoir pas d’autre choix, même si cela me hanterait toute ma vie…

Mais toutes les actions que je pourrais faire… Dépendrais de ce que feraient ces personnes… Et de mon environnement…
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Sam 2 Déc - 16:31

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


https://www.youtube.com/watch?v=uEOwvQOoq70

La femme donna une petite tape sur l'épaule à l'homme se trouvant à sa droite, pointant la porte restée ouverte du doigt.

-Tu fermes pas ?

-Si, si, bien sûr !

Bondissant de son pas hésitant, le petit personnage retint avec anxiété les coins de sa cape tandis qu'il verrouillait fébrilement le battant avant de glisser la clé dans sa poche. Alors qu'il rejoignait le groupe, la femme au sceau le saisit par le col, le secouant légèrement.

-Je te préviens, si quoi que ce soit échoue dans notre plan à cause de ton incapacité à réfléchir correctement, ce sera toi le prochain sujet de l'expérience.

Hochant la tête d'un air terrifié, le pauvre petit homme lissa difficilement les pans de ses vêtements avant de repartir, la tête tristement baissée. Ils prirent la direction de l'extérieur, sans évoquer une seule fois les raisons qui les poussaient à le faire. La pièce fut de nouveau vide, mais le tambourinement résonnait toujours au loin. Au sol, la clé avait glissé de la poche de l'infortuné martyr. Forgée dans une ferraille des plus simples, elle ne semblait pas représenter quoi que ce soit de spécial, pourtant elle était probablement le seul indice qui pouvait mener Orina à la vérité sur cette affaire.

Lorsque cette porte s'ouvre, c'est sans un bruit, pas un grincement, elle est visiblement très bien huilée. Les escaliers dans une pierre aussi mal taillés que les murs sont inégaux, usés par les multiples passages et probablement de très longues années, à tel point que cette descente semble être plus ancienne que l'auberge elle même. L'humidité règne dans le couloir, de la moisissure suinte même d'entre certaines pierres et fait grésiller les torches qui se prennent une goutte farceuse.

Si on réussit à ne pas glisser le long de la descente, on finit par arriver dans une salle tamisée et pleine de rangements, des étagères dans toutes les directions, chargées d'aliments, de fûts de bière, de torchons et de vaisselle. Visiblement il s'agit de la réserve de l'auberge, mais il y a bien des questions que l'on peut se poser quant à son emplacement et sa difficulté d'accès. Ce n'est qu'à ce niveau qu'on peut entendre un faible gémissement de douleur, qui semble provenir d'un coffre en bois fermé à clé. Au dessus, un trousseau de clés est suspendus, il y en a pas moins d'une trentaine, toutes quasiment similaires mais pourtant imperceptiblement différentes, toutes les tester pourrait prendre du temps, beaucoup de temps. Mais beaucoup d'ustensiles de cuisine sont exposés un peu partout, et même une hache pour couper le bois, il y a de quoi en finir avec ce coffre vermoulus, encore faut-il assumer le bruit que cela produira.

A l'opposé de la pièce, une autre porte est fermée mais non verrouillée, c'est de cet endroit que proviennent les coups sourds qui n'ont toujours pas changé de régularité. Trois coups. Silence. Trois coups. Silence. Une voix psalmodie en chantonnant, si légère qu'on ne l'entends qu'en plaquant son oreille contre le battant de bois. La mélodie est douce, envoûtante et se mêle parfaitement aux battements qui semblent à présent prendre le rythme du coeur de celui qui l'écoute. Trois coups. Silence. Pourtant il y a quelque chose de mauvais dans cette voix, quelque chose qui ne va pas. Elle est inquiétante, devient gutturale, franchement menaçante.




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Sam 2 Déc - 17:37

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit pourpre
feat. Aki Nishiie



Dans les entrailles de l'auberge

Je restais immobile, le souffle coupée alors que je voyais ces personnes s’agiter j-juste à quelques mètres de moi… S’ils voyaient que j’étais ici… S’ils me trouvaient… Il n’y aurait aucun d-doute possible que… Que je ferais partie d-de cette… Expérience… Q-qu’est-ce que cela était ? Je n’en avais aucune idée, mais je craignais beaucoup concernant cette histoire… rien de bon semblait en présager… Si tous les clients, le tenancier… Et Madame Aki avaient été capturé par eux… Je devais faire tout ce que je pouvais pour les sauver de cette histoire… Que je pensais être maléfique…

B-bon sang, mon cœur s’agitait, je commençais à me sentir mal et à avoir quelques vertiges, alors que je n’avais encore rien fait ! Si je n’avais pas ma main contre ma bouche, probablement le bruit de ma respiration paniquée les auraient alertés, d’autant… Q-qu’ils ne semblaient pas être gentils du tout, prêt à sacrifier l’un des leurs sur un échec… Même si… J-je n’avais aucune preuve que cette expérience puisse être mortelle… Même si… J’avais un terrible mauvais pressentiment concernant ce point… S’ils s’attaquaient à des endroits isolés… Il y avait fort à parier qu’une chose terrible était en train d’arriver à l’horizon… J’ignorais si cette expérience avait un but magique ou autre… Tout ce que je savais…

C’était que je devais y mettre un terme !

Les personnes partaient, quittant la salle pour l’extérieur… Cela limitait mes chances de fuite… Mais… Me laissait le champ libre pour agir… Je sortais de la chambre c-comme une ombre, avant d’arriver devant la porte… Il l’avait fermé… Mais un bruit sur le sol m’avait surprit un peu tout à l’heure… Et je ne sais par quelle chance, mais il s’agissait d’une clé ! Est-ce que la dame me souriait ? Je n’en savais rien, mais mon cœur battait trop fort pendant que je testais cette lourde clé, pour voir qu’il s’agissait de la bonne… Mais j’allais m’engouffrer dans les ténèbres… Quelques torches permettaient d’y voir un peu… Mais c’était bien loin d’être suffisant…

J’avançais pas à pas dans l’escalier, m-me tenant de mes deux mains contre la rambarde ou le mur, sentant que le sol pouvait se dérober à n’importe lequel de mes pas… J’avais fermée la porte en haut, mais pas à clé, afin de pouvoir fuir au besoin… Même si en verrouillant, je m’isolais des gens de l’extérieur, cela signifiait aussi m’emprisonner avec ce que je pourrais trouver en bas, avec cette… Expérience…

Il y avait des choses, vaiselles, coffres et tonneaux… Quelques bruits vinrent d’un coffre, posé en plein milieu, c-comme si quelqu’un était à l’intérieur ! Il y avait des clés, beaucoup de clés, mais je… Il y en avait trop, et des coups sourds proviennent de là… Terrifiée à l’idée que cela puisse être une autre personne, je m’approchais tout de même les yeux presque larmoyants en ne trouvant aucune solution pour le moment… Je ne voyais rien à travers la serrure, m-mais j’entendais une voix, q-qui chantait, d’une manière trop étrange, trop solennelle, t-trop calme… J-j’essayais de sentir, mais c-ce n’était que l’odeur de l’alcool des tonneaux et de la poussière que je ressentais… Je n’avais pas le moyen de savoir ce qu’il se passait à l’intérieur, mais le changement de ton me terrifia d’autant plus !

Des personnes qui disparaissaient et étaient enfermées dans un endroit sombre… Une… expérience… Des chants… Cela ressemblait à un rituel… Mais alors ;.. Est-ce que les personnes étaient… des sacrifices ?! B-bon sang, et j’étais seule contre c-ceci ?! D-du calme, Orina, t-tu te trompes surement, comme souvent… Mais si c’était le cas… Je devais l’interrompre, mais comment… La personne à l’intérieur devait avoir besoin de concentration… C’était primordial… Il fallait que je la brise, mais sans prendre trop de risques…

Soudainement, une idée me vint en tête ! Un bruit largement suffisant ! Je pris s-sur les étagères u-une assiette u-un peu ornée, e-en porcelaine je crois, qui devait servir p-pour les invités l-les plus prestigieux, avant de me mettre dans un endroit sombre et caché, d-derrière des tonneaux par exemple ! Et de toute ma force, je la jetais proche de l’endroit où je l’avais trouvée, comme si elle était tombée toute seule, avant de me terrer dans la cachette, tout en conservant un minuscule petit interstice pour observer… Ce qui allait peut-être sortir d’ici, tout en gardant dans mes mains le couteau que j’avais…

D-Dame… S-soyez clémente p-pour moi, soyez indulgente avec m-mon âme… Car ce que je pourrais être amenée à faire… Je n’ose le prononcer…
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Dim 10 Déc - 22:42

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


L'assiette s'écrasa sur le sol, diffusant un son cristallin qui se perpétua pendant plusieurs secondes, le temps que tous les éclats s'immobilisent enfin sur le sol. La voix avait cessé de chanter et le battement s'atténuait petit à petit. Pendant une longue minute, il n'y eut plus un seul son, puis la porte s'ouvrit pour laisser passer une femme en longue robe blanche et rouge. Des ornements runiques ornaient chaque pans de tissus, dessinés dans une étrange peinture écarlate. La jeune femme avait attaché ses longs cheveux blonds en un chignon dont seules quelques mèches s'échappaient, elle était d'une terrifiante beauté. Ses yeux du rouge du sang semblaient avoir déteins sur ses lèvres carmins, ses doigts fins et délicats tapotaient nerveusement un livre massif orné d'une main stylisée, son regard perçant scrutait les ténèbres avec résolution.

-Qui est là ?

Sa voix était douce, rassurante, chaude et tendre, mais son visage était impitoyable, dur, prêt à mordre et à déchirer de ses dents blanches.

-Cette assiette n'est pas tombée toute seule, je sais que vous êtes là.

Elle se dirigea vers le coffre qui avait abruptement cessé de gémir et glissa un ongle contre sa serrure qui cliqueta aussitôt. Elle en sortit l'aubergiste, le tenant par le col comme s'il avait pesé autant qu'une simple feuille, rivant ses yeux dans le grand homme qui semblait à présent chiffonné, d'avoir passé tant de temps à l'intérieur.

-C'est toi ? Tu as trouvé un moyen d'appeler des renforts c'est ça ? Ta coopération t'as évité d'être là-bas avec eux (d'un signe de tête, elle désigna la porte entrouverte par laquelle elle était passée), mais cela ne veut pas dire que tu ne peux pas t'y retrouver si tu fais n'importe quoi à nouveau.

-Non, souffla t-il, proprement terrifié. J'ai rien fait. Rien fait du tout.

Une longue minute passa pendant que la probable mage semblait disséquer de son regard impérieux le pauvre tavernier avant de le laisser retomber dans le coffre dans lequel il se roula comme un pauvre enfant apeuré. Les mains sur les hanches, la demoiselle à la robe blanche se retourna.

-C'est donc qu'il y a quelqu'un ici qui ne devrait pas être là. (Un sourire fendit son visage, le transformant en une parodie terrifiante de charognarde.) Tu n'imagines même pas ce que je réserve aux fouineurs, l'intrus, moi, en revanche, j'ai hâte de te trouver pour te le montrer. Les sujets de cet expérience te plaindront une fois que j'en aurais finis avec toi !

Ce disant, elle se mit à fouiller chaque recoin de la pièce, se rapprochant de plus en plus de l'endroit où se trouvait Orina. Deux échappatoires s'offraient pourtant encore à la petite fille. La porte entrebâillée qui ne laissait pas voir ce qu'il y avait à l'intérieur, et les escaliers glissant qui remontaient vers une hypothétique liberté. Comme pour parachever ce sinistre tableau, un hurlement de douleur masculin s'échappa de la pièce rituelle, faisant briller d'un désir malsain les yeux de la chanteuse.

-Écoutes ça, disait-elle au vide, à l'inconnu qui s'abritait dans la pièce, seule la vraie souffrance peut être aussi poignante, aussi puissante. Et pourtant, tu n'as ici qu'un aperçus de ce qui t'arrivera. Tu veux savoir pourquoi ils ont aussi mal, misérable insecte ? Ils se font dévorer par la magie, consumés vivant avec une lenteur sans égale, annihilé par la puissance vitale du sort que j'utilise. Ce sort, une fois qu'il sera prêt, je le testerais sur toi. Je lâcherais ma toute nouvelle puissance, une addition de magie ancestrale et de magie du sang, sur ton corps et ton âme. J'absorberais tout ce que tu es, je ferais de toi une réserve de douleur et de souffrance !

Elle laissa échapper un rire aigre, ne laissant plus aucun doute à sa proie. Elle était en train d'essayer de lui faire peur pour la pousser à commettre une faute, une faute qui lui serait fatale.





Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Dim 10 Déc - 22:49

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit pourpre
feat. Aki Nishiie



La dernière défense

Après la peur… L-l’épouvante venait à moi a-alors que la personne s’arrêtait de chanter après avoir entendue la vaisselle tomber sur le sol… J’avais interrompue son rituel, s’en était sûr… Mais la personne que je vis sortir n’allait pas p-pour me mettre en confiance… E-elle… Elle ne semblait pas méchante, t-tout du moins d’apparence. Un peu étrange, certes, mais ce qu’elle faisait… Non, elle ne l’était pas ! Et le calme et la douceur apparente qu’elle faisait preuve ne rendaient cette scène que p-plus dérangeante…

Et… Et elle répétait qu’elle savait que j’étais là… L-le plan que j’avais pour la faire sortir avait réussi, mais q-qu’à moitié… Elle ne pensait pas que cette assiette était tombée toute seule… J’espérais qu’elle bluffait, q-qu’elle disait ça aux ombres, s-sans la moindre preuve, en espérant faire sortir un rat o-ou bien une souris d’un mur, mais… Elle semblait en être persuadée… Et à partir du moment où je la vis soulever d-d’une seule traite l’aubergiste, comme s-s’il n’avait été qu’un insecte, j-je commençais à paniquer sur l’utilité potentielle de mon couteau, qui semblait être une bien petite chance de survit face à elle…

Prise de panique, j-je commençais à accumuler nerveusement du mana dans mon œil… J’étais un peu près incapable de lancer un sort c-construit avec, et l’accumulation p-prenait du temps, m-mais d-dans la panique, s-si j’étais r-repérée… J-je pourrais p-peut-être la surprendre avec u-une vague d-de mana et de chaleur… Je ne s-savais pas si je pourrais en lancer une deuxième… P-pour tout dire, j-je ne savais même pas s-si je pourrais lancer la première, mon corps étant trop nerveux pour se concentrer, et trop faible pour réellement exploiter mon œil… M-mais c’était possible, j-j’avais toujours de l’énergie magique en moi, sinon… J’aurais cessée d’exister…

Je ne plongeais pas pour l-le moment dans mes réserves vitales, m-me contentant d’aspirer le mana disponible u-un peu partout, avant de prendre une grande i-inspiration… Cette dame… E-elle était folle, c’était sûr… Et comme elle se doutait de ma présence… Je n’avais q-que peu de chance de lui échapper… J’avais deux choix… Rebrousser chemin, o-ou bien m’enfoncer u-un peu plus… J-je ne savais même pas si j-j’avais une échappatoire en passant la porte d’où elle était venue… Mais c’était le seul moyen que j’avais d’en apprendre plus… Le c-cœur du danger… Etait là où je devais me rendre… Et en arrivant là… Au moins serait-elle surprise de m’y trouver, et j-j’aurais a-au moins cet avantage p-pour frapper… Même si j’espérais q-que cela ne soit pas nécessaire…

Prenant mon courage à deux mains, en gardant toute mon énergie en moi, prête à se libérer, je commençais à essayer de me faufiler comme une ombre dans l’autre salle, en passant dans son dos. Je veillais à ne pas marcher s-sur du gravier ou la moindre chose qui pourrait faire du bruit, l-les q-quelques gémissements q-qu’il y avait e-et ses monologues couvrant les bruits de mes pas... D’autant que son rire… Me mettait mal à l’aise… Si ce n’était plus…
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Dim 10 Déc - 22:51

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


Orina se glissa dans le dos de la magicienne alors que celle ci soulevait le couvercle d'une jarre et plongeait son visage carnassier à l'intérieur pour vérifier qu'elle était vide. Cette obstruction temporaire de son champ de vision et de son ouïe permirent à l'homonculus de se faufiler jusque dans la pièce rituelle. Une rune complexe était dessinée au sol, brillant d'une pâle lueur rosâtre légèrement malsaine. A chaque extrémité d'un entrelacs de fils formant le dessin, se trouvait une personne pitoyablement avachie sur elle-même. Deux seulement s'était réveillées, deux voyageurs relativement proches dont les cris de douleurs avaient en partie couverts la fuite d'Orina. Ils avaient les yeux dans le vague, la bouche constamment ouverte, le corps s'élevant et s'abaissant au rythme du tambourinement qui émanait d'un cercle au centre de la création. Celui ci rougeoyait également selon ce tempo soutenu. Plus le temps passait plus le rouge devenait profondément pendant que les gens autour du cercle devenaient de plus en plus pâle et s'affaissaient de plus en plus sur leurs positions.

Ils étaient tous des clients qu'ils avaient pus apercevoir dans l'auberge, la femme qui leur avait souhaité la bienvenue n'était pas là et si on y réfléchissait bien … elle ressemblait bizarrement à la colosse qu'Orina avait pus entrapercevoir en haut des escaliers, bien que son champ de vision ne lui ai pas permis de vérifier cela en détail. Un peu plus loin de la deuxième personne réveillée, il y avait Aki, inconsciente, terriblement pâle et faible, sa respiration était difficile et devenait de plus en plus irrégulière. Alors que la jeune fille entrait dans la pièce, la ligne qui reliait la druidesse au centre était devenue plus flamboyante, tout comme celle de trois autres personnes également évanouies. L'une d'elle était morte, il possédait la ligne la plus vivace. C'était un jeune homme d'une trentaine d'année aux cheveux noirs et qui conservait sur son visage glacé une terrible expression de douleur.

L'origine des battement quant à elle, était une brusque contraction de l'air qui créait un bruit sourd et indéfinissable. Une fois en contact avec cette sensation, une pression nauséeuse s’abattait sur quiconque se trouvait dans cette pièce, la puissance à l'oeuvre ici était terriblement forte. Les deux magies les plus puissante de Bariande étaient en train de fusionner à travers un rituel complexe qui était censé donner à la personne au centre un pouvoir terrible. Mais pour l'instant il n'y avait personne au milieu, et la magie s'évaporait, sacrifiant probablement des vies pour rien. Un autre homme ouvrit les yeux qu'il rivât sur la jeune femme, incapable de parler il tenta de lever une main dans sa direction, mais fut aussi foudroyé par un coup qui le souleva et le fit hurler à la mort.

Certaines des victimes semblaient pleurer dans leur sommeil, d'autres étaient régulièrement prises de spasmes incontrôlables, leur souffrance tordait leur traits, défigurait leurs corps qui prenaient parfois des angles hautement improbables dans un mouvement sec. Hormis cela, la salle était parfaitement vide, lugubre consécration à la magie.




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Dim 10 Déc - 22:57

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit pourpre
feat. Aki Nishiie



Au coeur du rituel

J’angoissais… Terriblement… Mes yeux se perdaient dans l’obscurité alors q-que je me faufilais dans l’interstice la porte, sans savoir dans quoi je m’engageais, sans savoir dans quoi j’allais, et si même j’allais ressortir de cette salle vivante… Mon pouls était trop haut pour être sain, et je doutais même de si j’allais toujours l’être après ceci, si tentée que j’en réchapperai… Je ne devais pas y penser, mais… C’était trop dur, j’étais trop perturbée par les risques… Alors qu’au contraire, je ne devais penser qu’à ce que je devais faire, a-analyser au plus vite chaque situation, et agir en conséquence… Mais en étais-je seulement capable ? J’allais aux devants de mystères…

Car une fois arrivée dans la salle… Ce fut face à l’horreur que mes yeux se confrontèrent ! Un rituel magique, b-bien évidement, m-mais qui utilisaient d-des vies humaines comme ingrédients ! U-une sorte de pierre philosophale, m-mais qui n’avait pas de matière, laissant u-une énergie et une force si dense q-que je parvenais à la sentir, p-presque à la touché ! C-c’était… Horrible, ç-ça c’était sûr, m-mais mon corps était c-comme fasciné p-par ce que je voyais, a-alors q-que je tremblais, mes circuits magiques c-commençant à entrer e-en résonnance avec ceci…

Mais je secouais la tête, p-pour essayer de ne pas trop être perturbée… par ça, o-ou tout du moins, pas trop longtemps… Et je constatais avec horreur que l-les personnes utilisées d-dans le rituel… Etaient les clients de l’auberge ! D-des personnes que j’avais vu hier s-soir, a-avec qui ne n’avait rien dit certes, m-mais qui n’avait rien à voir avec ceci ! J-j’en dénombrais plusieurs, m-mais certains é-étaient comme en transe, c-comme s’ils… Souffraient ! J-je devais les libérer, m-mais i-il y avait aussi m-madame Aki, s-sur l-le sol, inconsciente ! P-pitié, f-faite q-que je ne sois pas arrivée t-trop tard ! J-je voulais courir p-pour aller l’aider, m-mais mon regard s-se posa s-sur u-une des personnes présentes… Je… Je ne voyais rien, m-mais u-une sorte de filin rougeoyant la reliait au centre… En fait, toutes les personnes étaient reliées, mais avec une intensité différente, j-je crois… E-et ce qui était en train de transiter était… Leur énergie vitale ?!

Je n’eu pas le temps de crier p-pour paniquer q-qu’une personne eu un ultime râle d’agonie en mourant, t-transformant son corps e-en un pantin qui s-se désarticulais ! C’était horrible, m-mais que pouvais-je y faire ? Je tremblais, tétanisée par ceci alors que les hurlements de cette personne me rendaient confuse ! Je devais agir… Je devais agir…

Je devais les sauver… Les délivrer… Je devais interrompre ce rituel ! La magie de mon monde... Si l’on tuait le mage… Ce qu’il faisait se stoppait… Mais je n’avais pas la force, p-pas moyen d-de vaincre cette personne qui était la maître arcaniste, ni ses t-trois sbires… Je n’avais q-que mon c-couteau, et l-l’équivalent d-d’une balle instable d-dans l’œil… Je voulais sauver t-toutes ces personnes innocentes, mais plus je réfléchissais, m-moins je trouvais d-de solutions…

A… A moins de retourner l’arme qu’ils avaient contre eux ? S-s’ils cherchaient à extirper la magie d-du corps de ces personnes… J-je pourrais en prendre p-pour les combattre ? N-non, c’était mal ! M-mais pourtant… Je ne savais pas quoi faire, m-mais une chose était sûre, je devais les sauver ! Je m’avançais un peu, de quelques pas, avant de couper le filin qui reliait une personne au cœur du rituel… Pas Aki néanmoins… Je voulais d-d’abord… Etre sûr que cela puisse sauver la personne, et pas que cela ne la tue instantanément…

Mais en faisant ceci… Je m’étais avancée au cœur du rituel…
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Dim 10 Déc - 22:59

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


Alors que la jeune fille s'approchait du lien d'un pauvre homme dont les lèvres blanches suintaient de bave mêlée de sang, elle passa par inadvertance sur le centre névralgique du rituel et les flux rouges qui émanaient du cercle se redirigèrent doaucement et discrètement vers elle. Au départ, le lien refusait de se rompre, se montrant plus évanescent que réellement solide. La lame traversait la fumée âcre sans avoir rien rencontré de solide. Mais plus la magie fusionnée atteignait le corps de l'homonculus, plus il semblait y avoir quelque chose de tangible qui ripait sur sa lame. Finalement, les particules rouges se désolidarisèrent, prenant immédiatement une teinte grise. L'homme ainsi libéré ouvrit de grands yeux entièrement blancs et se mit à hurler de terreur. Prit de convulsions, il recula jusqu'à heurter le mur, choc qui sembla le rasséréner quelque peu. De nouveau ses paupières se fermèrent et sa respiration prit un rythme normal, apaisé. Impossible cependant de déterminer s'il allait bien finir par se réveiller.

En revanche la conséquence de la cassure dans le rituel ne se fit pas attendre, en effet, l'équilibre parfait qui garantissait la fusion affectait tous ceux qui y étaient connectés d'une manière ou d'une autre. De nombreuses victimes se réveillèrent, toujours emprisonnées par la magie et Aki en faisait malheureusement partie. De même, les deux seules bénéficiaires de ce sombre pouvoir en ressentirent aussitôt le contrecoup, même si la quantité faible de puissance absorbée par Orina la protégea en partie. Un glapissement de fureur provint de derrière la porte qui s'ouvrit dans un grand claquement. Furieuse, la mage essuyait de longues coulées de sang qui ruisselaient de ses yeux, de ses oreilles, de son nez et de sa bouche.

-Sale garce ! S'exclama t-elle en voyant la petite fille.

Celle-ci se voyait affublé d'un violent mal de tête et d'une faiblesse tout aussi dévastatrice dû à la brusque interruption de l'échange fondamental qui se pratiquait ici. Les battements avait pris un rythme trépidant, bien plus irrégulier. Tout semblait parfaitement déréglé. Folle de rage, la grande blonde fit plusieurs pas chancelants dans la direction de la malfaitrice.

-Je vais te tuer, je vais t’éviscérer, cracha t-elle. Pour qui te prends-tu sale chienne ?

Son regard tournoyait, ne regardait plus vraiment quoi que ce soit de distinct, une folie terrible s'était emparée d'elle. De son doigt elle traça quelques runes dans l'air puis s'ouvrit le poignet d'un geste preste.

-La fusion n'est pas terminé mais tu vas bien voir ce que ça va te coûter !

Une rune apparut sous les pieds de la jeune fille aux cheveux roses, créant une puissante force d'attraction à cet endroit précis, tellement puissante même qu'elle aurait été susceptible d'absorber dans la terre chaque atome qui composait la victime … si seulement la manipulatrice n'avait pas été aussi faible. Épuisée par ce sort d'une grande puissance, elle se laissa également tomber à terre et ne put maintenir le maléfice plus de quelques secondes. Désespérément, elle reprit sa marche mécanique vers l'enfant qui n'avait que quelques secondes pour réagir et choisir une marche à suivre.




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Dim 10 Déc - 23:01

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit pourpre
feat. Aki Nishiie



Détermination

Couper l-le lien spirituel n-n’était pas une chose facile, au contraire… Ce n’était pas l-la lame du couteau qui était en défaut, ou ma force… Ce… C’était comme s’il n’existait pas, comme si j’essayais d’effacer d-de la fumée, n’arrivant a rien… Mais j-je commençais à paniquer lorsque j-je sentais l-les effluves d-du rituel commencer à venir e-en moi, commencer à m’envahir, à m’atteindre… J-je devais faire vite ! Je devais f-faire quelque chose ! Et p-plus j’essayais, p-plus cela semblait fonctionner, la lame d-d’acier se frottant à q-quelque chose, avant de le couper, p-projetant l-la personne qui était reliée, la s-sortant du rituel p-pendant q-qu’elle semblait r-revenir à e-elle inconsciente… Ce… Cela fonctionnait, j-je crois…

M-mais il y avait aussi des cris, des hurlements, qui me firent penser q-que ce n’était pas le cas… Que je me trompais, q-que je n’avais fait que mettre fin à ses jours… Je ne préférais pas y penser, comme si mes actes n’avaient plus aucunes conséquences… M-mais en sauvant u-une personne, j’avais peut-être condamnée les autres, et toutes celles encore prisonnières du rituel durent subir la perte d-d’un des leurs ! B-bon sang, je devais faire vite ! M-mais la porte… L-la dame…

Elle arrivait… D-d’un grand bond, d-d’une furie inégalable, elle me défiait, m-me fixant droit dans mes yeux p-pendant q-que je voyais q-que son calme apparent avait cédé à la haine en m-me voyant au centre du rituel ! Si j-je ne la reconnaissais pas, l-le visage de l-la dame qui était partie précédemment avec l-les deux hommes me revint en tête ! C-c’était l’une des clientes ! E-elle savait d-depuis le départ que j’étais d-dans l’auberge, a-alors… P… Pourquoi ? Pourquoi n’avais-je pas été emmenée avec les autres ? P-pourquoi… Je n’étais pas l’une des personnes de ce rituel ?!

J’avais envie de hurler p-pour comprendre, mais j’étais tétanisée, incapable de réagir face à la personne qui se trouvait face à moi ! J-je serrais mon couteau, m-mon seul moyen de me défendre, a-avant d’être plaquée a-au sol p-par sa magie, m-mais juste un temps… J’avais e-envie de vomir t-tant le choc avait été rude, mais je serais des dents, en m-me redressant, alors qu’elle semblait ne plus avoir l’entièreté de ses f-forces ou de sa conscience ! Couper ce lien du rituel… L’avait blessée ! Il n’y avait q-qu’un moyen d-d’en finir alors…

‘’Je… Je ne sais pas ce que cela va me coûter… Peut-être tout, et plus encore…’’ C-commençai-je avec une voix rarement sûre d’elle, comme si… J-je défiais le mal q-que représentais cette personne… Je ne savais même pas pourquoi je faisais ceci… ‘’Mais je sais que cela mettra fin à vous et à cette expérience !’’

Sur ces mots, je me retournais, lame en m-main, p-pour couper avec frénésie l-les différents fils qui reliaient les personnes, en c-commençant par Aki, p-puis par les autres clients encore en vie… Si… Si je pouvais sauver l-les personnes qui pouvaient encore l’être… Je le ferais, qu’importe ce qu’il adviendrait de moi ensuite, qu’importe c-comment ils me jugeraient... Et si elles s’avançaient pour m’attaquer… Mon œil était prêt à la repousser, m-me donnant le temps d’agir…

Pour les sauver… J’étais prête à t-tuer de nouveau…
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Mar 12 Déc - 20:07

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


Alors que les filins se coupaient sous le poignard acéré de la jeune fille, chaque personne ainsi libérée se retrouvait à subir exactement les mêmes symptômes que la première, mais pis encore, chaque fois le mal de tête devenait plus puissant, la proximité de l'évanouissement se faisait plus tangible … Difficile dans ces conditions de discerner correctement à quel point cela avait pus impacter la mage blonde qui se tortillait pourtant de douleur. Au lieu de simple fils rouges, c'étaient une véritable hémorragie qui ruisselait sur son visage.

-Haaaaa ! Arrête ! Arrête ! Aaaah ! Je te laisserais tranquille mais arrête ! Aaaaaaaaaah !

L'arrogance de la maîtresse du rituel semblait s'être dissipée au fur et à mesure que les chaînons qui la reliait à la magie se brisait. Elle tomba à genoux, se tenant le visage entre les mains. Toute trace de beauté avait disparus de son corps redevenus frêle et faible. Lorsque la dernière source de pouvoir se rompit, ce ne fut plus qu'obscurité et l'inconscience happa la jeune fille. Lorsqu'elle se réveillât, il était impossible de déterminer combien de temps s'était écoulé, mais c'était indubitablement des bruits de pas et de voix dans l’escalier qui l'avaient tirés de son sommeil.

-Je n'entends plus le bruit du rituel, vous pensez qu'elle a finis ma dame ?

-J'espère bien, qu'on touche notre récompense pour tout ça ! Ça m'plaît jamais à moi de tuer des gens. Manqueras plus que faire en sorte que ce satané aubergiste parle pas et on pourra avoir notre argent et se tirer.

La voix de la « dame » était reconnaissable, il s'agissait très probablement du groupe qui était sortis un peu plus tôt. Autour, toutes les anciennes victimes dormait et la seule perte à déplorer était le jeune homme mort avant qu'Orina ne puisse intervenir. La mage était étendue sur le sol et ne bougeait plus, aucune respiration ne soulevait son buste et une marre de sang avait teint le blanc éclatant de sa robe. L'homonculus elle même saignait légèrement du nez, mais rien d'aussi impressionnant que ce qui était arrivé à la folle furieuse désormais partie dans l'autre monde.

La porte était restée grande ouverte depuis que le rituel avait été interrompus et n'importe qui se trouvant dans cette réserve pourrait voir ce qui se passait à l'intérieur. Le premier homme séparé du rituel commençait à cligner des yeux et à regarder autour de lui d'un air affolé, les autres n'allaient sans doute pas tarder à suivre … mais le danger venant des escaliers s'approchait de plus en plus ...




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Mar 12 Déc - 21:18

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit pourpre
feat. Aki Nishiie



Résolution

Etais-je prêt à renoncer à mon h-humanité pour sauver des vies ? Oui… Je l’avais toujours été… Je… J’avais toujours eu l-l’impression que si je pouvais sauver des gens, q-qu’importe ce qu’il m’arriverait, je le ferais, quitte à en perde la vie q-que j’essayais tant de sauvegarder… J’étais prête à me sacrifier p-pour d’autres personnes, p-pour que d’autres vies se poursuivent… Et même s’il ne s’agissait pas là que je ne meure, quelque chose allait se briser, j-j’en étais sûre… A c-chaque f-fois que ma lame r-rencontrait u-un fil, d-de nouveaux c-cris se faisaient, m-multipliant toute la douleur q-qu’il pouvait y avoir en ces lieux… Et tentant d’ébranler l-la détermination q-qui me subjugait…

Je… je n’aurais jamais été aussi loin normalement… Je n’aurais jamais été… Jusqu’à faire souffrir des gens, q-qu’importe ce qu’ils puissent être… Mais là… Je restais sourde à ses suppliques, au fait qu’elle était prête à arrêter ceci, cette expérience pour qu’elle puisse survivre… J’avais les dents serrés, et mon corps n’en faisait qu’à s-sa tête, tranchant un à u-un les chainons, coupant fil à fil ce qui maintenait cette mage à l-la vie…

‘’Ce n’est p-pas moi qu’il faut laisser tranquille…’’ Commençai-je à dire, un peu bas a-au milieu des cris, sans savoir pourquoi je le faisais… J-j’étais presque aussi f-folle q-qu’elle à cet instant… Je… Je me suppliais d’arrêter, de stopper ceci avant que l’irrémédiable ne soit fait… ‘’Mais les autres, tous ! Et vous recommenceriez si j’arrêtais…’’

J’étais probablement la plus abasourdie par les mots que je disais… Je me hurlais de stopper, mais rien à faire… Je coupais ces filins alors que tout semblait devenir plus flou, et plus dur… Ma tête tournait, j’étais prête à tomber, mais je continuais, incapable de stopper, comme s’il ne s’agissait que de la seule et unique solution que j-je pouvais trouver à cette situation… Et il était trop tard pour faire marche arrière…

Le mana envahissait mon corps une dernière fois alors que je coupais le dernier fil, et que mes yeux se fermaient… Je… Je m’évanouissais, incapable de faire plus, incapable de… Tenir… J’avais fait le maximum… Et j’étais incapable de savoir si cela était suffisant ou non… Sans savoir… Si je les avais sauvée…

Mais à mon réveil… Je me sentais déjà toute mal… Une odeur de sang remplissait m-mes narines… Et un simple contact s-sur ma bouche m’indiquait que j’en avais perdue… Un peu… Mais ce n’était rien p-par rapport à la personne qui était la mage… Elle… Elle ne bougeait plus du tout… Elle était… Partie…. J-je commençais à m-me sentir mal, t-très mal… Mais immédiatement d-d’autres voix s’élevèrent, depuis l’extérieur de la pièce… L… Les trois autres ! Je… Je n’étais pas en mesure de les repousser…En aucun cas ! J’étais agenouillée, le couteau dans ma main droite, ne sachant quoi faire… Je… Je ne pouvais qu’attendre… Les autres personnes… Je ne savais même pas si elles étaient consciente ou non…

Je ne pouvais… Que leur faire comprendre… Ce que j’avais fait… Je ne pouvais q-qu’accumuler le restant d’énergie dans mon œil, p-pour tenter u-une ultime défense… J’étais prête à tout… Pour ces personnes…
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Mar 12 Déc - 21:21

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


Un cri de colère retentit depuis la réserve et aussitôt les deux hommes plongèrent en direction de la salle du rituel, prêts probablement à égorger la jeune fille qui se trouvait au centre de la pièce. Mais une voix féminine puissante résonna dans la pièce.

-Arrêtez vous !

La grande femme à la rune autour du cou s'approcha à son tour, portant sur son épaule un sac qui sentait les herbes fraîches qu'elle laissa aussitôt tomber au sol. D'un œil circonspect, elle observait le désastre. Deux morts, et parmi eux, celle qui les avait embauché. Un échec. Un échec total. Un profond soupir ébranla sa carcasse massive alors qu'elle s'approchait du corps étendus de la mage tout en regardant l'enfant avec méfiance.

-Bouge pas d'ici. Je la récupère et on se tire, d'accord ? On te cherche pas de noises …

Puis elle s'arrêta pendant une seconde pour dévisager plus longtemps l'homonculus avant de sembler enfin la reconnaître.

-Ah merde, c'est toi ! Je savais que j'aurais dû leur dire, mais … oh bordel, j'm'étais dit que toutes pitoyables que vous paraissiez, vous viendrez pas mettre le bordel dans nos affaires … Et voilà qu'l'autre rouquine sort en pleine nuit, toute fringuante, décidée à nous arrêter. Quelle idiote petite chose. Mais j'me disais que toi tu bougerais pas. Et t'as bougé. La prochaine fois, j'laisserais pas les emmerdeuses vivre … fais chiez …

Elle traîna le cadavre un peu plus loin et fit un signe de tête à ses deux acolytes qui se mirent à fouiller sans pitié la dépouille et à entasser des pièces sonnantes dans leurs poches. Fixant les yeux rougeoyant de la fille aux cheveux roses, l'aventurière sourit.

-Tu sais quoi, j'vais encore faire une exception pour toi petite. Vus ta tête, t'es pas venus là pour l'argent, alors tu vas juste nous laisser repartir avec et nous on cherchera pas les embrouilles avec toi et l'autre aubergiste. De ton côté, tu ferais mieux de remettre les idées en place à l'autre dans son coffre. Après tout, c'est aussi sa faute si vous en êtes là, héhé.

Chargeant la morte sur son épaule, elle fit aussitôt demi tour, l'air nonchalant mais prête à détourner n'importe quelle attaque. Les deux bonommes, eux, retournaient vers les escaliers à reculons, visiblement déconfit de ne pas pouvoir tuer tout le monde ici. Une dernière fois, la colosse se retourna et adressa un clin d'oeil à la pauvre petite fille tout en plaçant un doigt contre sa bouche.

-Et ne dit rien à propos de nous, tu es prévenue. C'est pas le moment qu'les autorités nous courent après.

Sur ce elle disparut dans l'encadrement de la porte qu'elle referma presque délicatement. Ne restait plus qu'Orina, l'homme mort, et la douzaine de vivants qui geignait et commençaient doucement à s'éveiller. Se massant la tête en grommelant, la druidesse elle aussi émergeait difficilement. Elle embrassa la salle d'un regard et ouvrit deux grands yeux horrifiés en voyant la flaque de sang au sol et celui qui ornait le visage de son ancienne fille adoptive. Se traînant comme elle le pouvait jusqu'à sa protégée malgré la douleur qui lui vrillait les tympans, elle tenta tant bien que mal de voir si c'était grave.

-Par Gaea, que s'est-il passé ? Tu vas bien ? Qui sont tous ces gens et … Grande Mère, qu'est-ce qu'on fait ici ?

Elle tremblait sans même pouvoir se retenir, l'horrible souvenir du rituel et de l'impression que toute son énergie vitale s'envolait persistant jusque dans ses os.




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Mar 12 Déc - 21:31

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Nuit pourpre
feat. Aki Nishiie



Culpabilité

Je ne bougeais pas. P-pas d’un cil, pas d’un murmure. Mon œil était prêt à déverser à n’importe quel moment l’énergie qui s’était emmaganisée. J’avais prit mes réserves, et c’était a-assez difficile de tenir éveillée ainsi, sentant que je devrais prendre sur moi pour tenir, m-mais je ne laissais r-rien paraître. Rien p-par rapport au fait que ces hommes pouvaient s’ils le désiraient tuer t-toutes les personnes ici, rien par rapport au cadavre qui se tenait d-devant moi. Tentais-je de paraître intimidante ? P-peut-être, mais je n’en avais pas les moyens… Pouvais-je vraiment l’être, mon couteau entre mes main, un saignement de nez parcourant mon visage, et agenouillée face à la fatalité ? Non… Mais même si c’était un funeste destin qui m’attendait… A-au moins… Le regarderais-je droit dans les yeux…

Mais elle… La dame… Empêcha le massacre… Elle n’était pas vraiment effrayée, juste… L-lassée… La personne qu’elle devait protéger était morte, et elle commençait rapidement à récupérer son argent, c-comme si elle n’avait aucun scrupule à la détrousser… Je ne réagissais pas… Une partie de moi souhaitait les punir, eux aussi, de leurs méfaits… Mais j’en étais incapable, mon esprit ayant reprit c-contrôle sur moi… Je ne voulais plus rien faire… Je voulais juste fermer les yeux… Mais je tenais, c-comme une statue, pour protéger c-ces personnes…

Et enfin… J’apprenais c-ce pourquoi… J’avais été épargnée… Parce qu’elle avait pensée que je n’étais pas une menace… Madame Aki avait tentée d’agir, mais s’était faite repoussée par ces personnes… Je n’étais pas meilleure qu’elle, pas meilleure que quiconque, mais j’avais réussie à passer silencieusement, e-et à atteindre le cœur du rituel… C’était la seule chose qui m’avait permit de faire cela… Et je me posais toujours cette question… Pourquoi n’avais-je pas fuit ? Pourquoi… Etais-je restée ici, pour sauver ces personnes dont je ne savais rien, si ce n’était l-la druidesse… Si elle n’avait pas été capturée… Aurais-je agis de la même manière ? Des doutes m’envahissaient, alors qu’elle disait qu’elle allait partir… Me mettant en garde contre l’aubergiste q-qui… Avait sa part de responsabilité dans cette histoire…

Et elle partait… Me laissant seule dans cette petite salle… Où tout le monde était… Je peinais à rester consciente, à bouger… J’étais… Comme paralysée, tétanisée qu’un retournement soudain ne se fasse, qu’elle se ravisse, e-et termine cette funeste histoire… Mais rien ne vient… Les seuls bruits é-étaient quelques gémissements plaintifs d-des personnes qui étaient aux alentours et celui de ma respiration… Profonde, trop profonde, qui commençait à m’étouffer alors que mon regard se baissait lentement sur la flaque de sang devant moi, là où était juste avant… La mage responsable de ce rituel…

Et ce n’était pas les quelques bruits qui vinrent de derrière moi qui me firent bouger… Madame Aki… Elle s’animait… Elle était vivante… Mais j-je n’étais même pas en mesure de m’en réjouir… Mes yeux se focalisaient s-sur… Cette flaque… Et ce ne fut que lorsqu’elle était juste à côté d-de moi… Que je commençais à r-réagir…

‘’C… C’est terminé…’’


Je tournais l-lentement mon regard v-vide vers elle, alors que le mana que j’avais emmaganisé se relachait dans mon corps, ayant annulée l’accumulation… Je ne savais quoi dire… Si ce n’était… La vérité…

‘’U-une personne… Elle voulait… Sacrifier toutes l-les personnes de l’auberge p-pour… U-un rituel… Une expérience…’’

Mes yeux se baissaient une nouvelle fois, alors q-que ma tête devenait lourde…

‘’Je… L’ai…’’


Un mot.

‘’Tuée…’’

Et je tombais presque inconsciente sur elle, t-toute la tension que j’avais endurée m’infligeant un terrible contrecoup à cet instant précis… Je pleurais, v-vraiment, m-mes larmes se mêlant a-au sang que j’avais perdu…

‘’J-je ne voulais pas q-que cela arrive ! M-mais je n’arrivais pas à m-m’arrêter… E-elle criait ! Elle avait m-mal ! E-et je continuais…’’

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Nuit pourpre

Mar 12 Déc - 21:35

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Nuit pourpre



feat.Orina Nishiie


La petite fille semblait terriblement affectée par ce qui venait de se passer, même si la rouquine n'avait strictement aucune idée de ce que c'était. Tous ce sang et tous ces gens n'étaient pas arrivés ici par hasard, il avait dû se passer quelque chose, et au ton sinistre avec lequel elle prononça ces quelques mots « c'est terminé », Aki finit par comprendre que c'était Orina qui avait résolus l'affaire … d'une façon qu'elle estimait visiblement horrible. Elle rattrapa l'homonculus, oubliant sa propre faiblesse pour la serrer dans ses bras, écoutant avec horreur le récit rapide mais non moins atroce de ce qui s'était passé ici. Comment avait-elle pus affronter tout cela toute seule ? Quelle était la force incroyable qui avait pus l'animer lorsque cela c'était produit ? Bien que raconté en ces termes l'acte semble cruel, la druidesse savait que sa protégée n'aurait pas fait ça s'il n'y avait eu une meilleure solution.

Serrant le petit corps fatigué contre le sien qui n'était pas tant en meilleur état, elle ne savait pas quoi dire. Quels mots pouvaient la consoler ? Quelles étaient la parole pour lui faire comprendre qu'elle ne devait pas s'en vouloir ? Que personne ne lui en voudrait ?

-Ne t'en fais pas, tu as bien fait. C'était la bonne décision. Tu as sauvé tous ces gens n'est-ce pas ?

Et c'était la pure et stricte vérité. Tous autant qu'ils étaient seraient mort à cette heure si elle n'était pas intervenue, bravant le danger sans penser à sa propre sécurité, osant s'opposer à une femme au moins dix fois plus forte qu'elle.

-Merci Orina. Merci de nous avoir sauvés. Tu es courageuse et forte. La personne la plus forte et la plus courageuse que je connaisse. Ne te met pas un poids en plus sur les épaules. Ce n'est pas ta faute, absolument pas ta faute. Tu as fait ce qu'il fallait, autrement nous serions tous morts.

D'autres personnes sortaient de l'inconscience et certains regardaient les deux femmes avec curiosité. Des murmures commencèrent à s'élever, les gens se demandaient ce qu'ils faisaient ici, s'effrayaient du sang et des symboles effrayants dessinés sur le sol, ainsi que de leur propre faiblesse. Certains eurent la folie de vouloir se lever et s'effondrèrent aussitôt. La majorité de leur énergie vitale avait été absorbée, mais elle reviendrait petit à petit, avec un repas et du repos, beaucoup de repos. En cet instant, la soigneuse ne portait aucune attention à ceux qui perdaient conscience autour d'elle ou qui se brisaient le nez en tombant de la mauvaise manière. Seul importait la petite fille dans ses bras. Elle n'était pas aussi forte qu'avant, elle était incapable de la protéger comme avant contre les dangers du monde extérieur, mais elle pouvait toujours l'aider à se battre contre elle-même, contre sa culpabilité et sa peur, contre tout ce qui lui faisait du mal et qui provenait des noirceurs de son cœur.

-Ça va aller maintenant. Grâce à toi. Tout vas bien se passer.

Elle se sentait presque un peu stupide à rassurer ainsi une personne qui venait de lui sauver la vie. Mais comment pouvait-elle réagir ? Malgré sa maturité et son intelligence, il s'agissait toujours d'une enfant de bien des façons, comme si, bien souvent, une partie du monde avait glissé sur elle et qu'elle le réalisait soudainement. Une des personnes avait ouvert le sac que la guerrière avait ramené un peu plus tôt. Il était plein de plantes médicinales qui auraient probablement servis à s'occuper de la mage si une partie du plan avait mal tournés. Mais maintenant c'était aux victimes de l'expérience de s'en servir et les plus robustes commençaient déjà à piller les réserves pour nourrir les plus faibles. Ainsi leur arriva une miche de pain agrémenté d'un fromage un peu sec. La chasseuse sourit chaleureusement à la personne qui avait amené ce trésor et rompit la miche en deux pour inciter l'homonculus à en manger une partie pendant qu'elle-même mastiquait difficilement.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Sauter vers: