bannière du haut du forum

Partagez

Le chant des sirènes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sujet: Le chant des sirènes

Mar 28 Nov - 10:38

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le chant des sirènes
feat. Niasci



Un appel

Je n’avais pas sommeil… Ou plus précisement… J-je n’arrivais pas à le trouver.

Nous nous étions t-toutes les deux arrêtées à une auberge d-de la capitale, en attendant d’obtenir l-l’audience que nous avions demandées. J-j’angoissais autant q-que j’attendais ce jour fatidique, c-car il nous permettrait d-d’avoir un endroit où nous pourrions subsister… Et c’était p-pour cette même raison que j’avais peur… P-peur de f-faire une maladresse q-qui nous coûterait toute crédibilité, qui détruirait toute nos chances… J’essayais d-de ne pas me faire du mourron, m-mais obligatoirement, j-j’en résultait… Je savais e-en plus que j’allais devoir p-prendre la parole, que j’allais devoir me m-montrée c-convaincante et persuasive… Que j-j’allais être j-jugée par une cour entière qui n-ne porterait que des regards i-incrédules à nos propos… Mais… C’était la seule manière q-que nous avions…

Mais je ne savais pas pourquoi, m-mais… Quelque chose me démangeait. N-nous étions en pleine soirée, le soleil étant déjà tombé, mais… Je… J’entendais une voix. Un chant, q-quelque chose qui résonnait dans ma tête. J-j’étais sûre que cela ne venait pas d’ailleurs, e-et que cela était directement dans mon esprit… Je ne savais c-comment l’expliquer, m-mais… C’était quelque chose que je ressentais… Ces échos… Ils semblaient… Etre une mélancolie, u-une complainte qui ne se terminait jamais… Je savais d’autant plus que la magie n-n’était pas une chose très courante ici… P-peut-être que j’étais la seule personne de t-toute la ville à l’entendre ?

Cela m’inquiétait… Car je ne savais pas ce que c’était… M-mais p-plus je l’entendais… Plus je trouvais que cela… Que cette mélodie… Etait e-en quelque sorte un message, u-une demande… Pourquoi l-le ferait-elle sinon ? M-me relevant u-un peu, j’essayais de trouver quoi faire, s-si je devais essayer de trouver ce qui était à l’origine de ce bruit, o-ou non… A vrai dire, j’avais peur… Mais d-de l’autre… J-je ne pourrais pas trouver l-le sommeil si… Si je continuais d’entendre en permanence ceci… La ville devait-être sûre, non ? Je n’en savais rien, d’autant qu’avec la nuit, j-je risquais d’avoir peur d-de chaque ombre…

Bon, c-c’était décidée, j’allais voir ce que c’étaiit. P-pas longtemps, je crois, mais juste p-pour me renseigner. Je sortais d-donc de la chambre, p-puis de l’auberge, vêtue comme je l’étais habituellement… Certaines personnes haussèrent les sourcils e-en me voyant sortir seule si tardivement, mais n-ne cherchèrent p-pas à me retenir… Ils d-devaient avoir confiance q-que je reviendrais vite, j-je crois… Mais pourtant, j-j’avais u-un mauvais pressentiment c-comme si refranchir cette porte serait u-une chose… Bien plus difficile que prévue…

I-il ne faisait p-pas chaud dehors… M’enveloppant b-bien dans mes tissus, j-je commençais à avancer, l-les yeux presque fermés, alors que je me guidais par cet écho qui… Pouvait tout aussi bien être un piège… Faites que… Que ça n’en soit pas un…

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Mer 29 Nov - 20:39

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Le chant des sirènes




Accoudée à un rocher couvert d'une mousse gelée non loin de la rivière, Niasci avait longuement hésité sur le futur de son voyage : retourner en ville, ou pas ? La plus grande ville aux alentours était Lerry et elle n'y avait évidemment jamais mis les pieds. Le seul village qu'elle avait visité était celui non loin de son clan et il était minuscule comparé à cette énorme cité dont les nombreuses colonnes de fumée se voyaient de très loin. C'était d'ailleurs ce qui l'avait guidée jusqu'aux abords de la ville. Sa première visite dans la civilisation lui ayant laissé un gout amer, elle craignait son retour parmi ces gens qui ne lui inspiraient, pour la plupart, que du mépris et une nouvelle expérience, dans un lieu bien plus peuplé l'effrayait un peu mais elle avait une mission. Une mission de la plus haute importance.

Elle prit donc la décision d’y aller le lendemain en empruntant la route principale. Peut-être croiserait-elle sur son chemin des personnes disposées à lui parler et à écouter son discours sur la Dame. Pleine d’espoir, elle s’allongea sous un épineux et s’endormit avec le sourire, se sentant utile pour une force qui lui était bien supérieure.

La moitié de la nuit passa sans encombre, Niasci ne fut réveillée que par un rongeur curieux venu renifler les écailles de son armure. Alors qu’elle essayait de se rendormir après cet événement, une voix l’en empêcha. D’abord, le son fut subtil et doux, elle le percevait à peine et elle essaya de le comprendre pour s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’une menace. Malgré sa concentration, elle n'y parvint pas bien que celui-ci devint plus fort. Impossible pour la dryade de se rendormir, le son envahissait sa tête et résonnait encore et encore dans ses oreilles. Bien que la voix soit très agréable, elle envahissait tout son être et laissait une sensation étrange.

Niasci finit par se lever d’un bond, attrapant son marteau, et se mit en marche, agacée d’interrompre sa nuit et de devoir partir ainsi à l’aveuglette à la recherche d’une vulgaire chanson. La nuit était particulièrement frisquette, on sentait bien que la période froide de la saison avait commencé amenant avec elle les nuits claires très étoilées mais surtout une brise glaçante.

Elle tenta de suivre la voix, se guidant à l’oreille sur plusieurs centaines de mètre, et ne croisa personne. La voix la fit s’éloigner de plus en plus des abords de la ville. Elle finit par ralentir, sentant que la source était proche. Elle se dissimula tant que bien que mal (mais plutôt mal que bien) dans les fourrées pour en observer la source. La dryade s’avança à pas supposément feutrés, espérant qu’il ne s’agissait pas d’une embuscade ou d’une créature maléfique envoyé par les dieux pour l’empêcher d’accomplir son objectif. A chaque mouvement, son marteau qui traînait derrière elle secouait feuilles et branchages, provoquant un petit concert naturel qui permettait de l’entendre venir de très loin. Cependant, le chant ne cessa pas et continua sa longue complainte au clair de lune.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Mer 29 Nov - 22:32

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le chant des sirènes
feat. Niasci



L'étang de glace

Je ne savais pas où mes p-pas étaient en train de me mener. Des gens, d-des passants, ils me dévisageaient à mon passage, s-se demandant v-vraiment pourquoi j’allais quelque part, a-alors que c’était u-une heure où… L-les enfants devaient déjà dormir depuis longtemps… Mais p-pourtant… Malgré l-la présence des risques, du froid e-et de tout ce qu’il pouvait m-m’arriver ensuite… Je marchais d-dans les rues, me laissant é-étrangement guidée p-par une voix que j’ignorais… D’où venait-elle ? J’essayais de l-le découvrir, même si… Et bien, j’avais u-un peu peur de savoir ce qui se tramait derrière tout cela, et si c-cet appel à l’aide n-n’était pas… Un piège…

Mes pieds r-rencontrèrent rapidement l-la neige et la glace n-non dégagée… J’avais déjà évitée de peu quelques engelures, e-et j’essayais, en me concentrant le plus possible, d’adapter la température de mon corps à cette partie. C’était… Une manière que j’avais trouvée, d-d’utiliser les pouvoirs d-de mon œil non pas à l’extérieur, m-mais à l’intérieur de mon corps… U-une manière très simple consistait juste à agiter l-le mana dans mon corps, en le faisant circuler d-d’une manière plus fluide… Cela réchauffait un peu mon corps, mais nécessitait u-une concentration de tous les instants… E-enfin pour le moment. Cela allait se faire p-plus naturellement par la suite…

Finalement, j-je quittais la ville, un peu effrayée, mais je sentais b-bel et bien que je me rapprochais… Je suivais pour le moment l-la route, p-puis prenais la direction d’un sentier. Les arbres d-devenaient de véritables ombres terrifiantes une f-fois la nuit tombée, e-et j’angoissais à l’idée de tomber nez à nez face à un grand monstre très agressif, c-comme cela m’était déjà arrivée… Mais malgré tout cela, j-j’avançais, captivée par cette voix que j-j’entendais dans ma tête… Qui était un écho persistant… J’en avais peur, mais en m-même temps… j’étais quelque peu s-sublimée p-par ceci…

Puis… C’était la nature que j’explorais, s-sur une centaine de mètre… J’étais toute proche, et vraiment inquiète de ce que j-j’allais trouvée… Je ne savais pas quoi… Mais cela allait être q-quelque chose, j’en étais sûre… Et ce fut... un petit étang gelé ? C-c’était ça que je trouvais, au milieu de la nature ? J-je devais m’être trompée, m-mais… J-je… J’entendais, toute proche, la mélopée qui résonnait maintenant dans ma tête… Elle était là, j’en étais sûre, la source de ceci, mais je ne la voyais pas… Et l’obscurité ne me permettait pas de trouver ce qui était la cause de ceci… J’avais froid pourtant, mais il faudrait que je trouve ce qui était là…

Toutefois, un bruit derrière moi m-me fit sursauter. I-il y avait quelque chose o-ou quelqu’un ! Une bête ? O-oh non, je n’aurais jamais dût m’éloigner ! Mais à peine voulais-je bouger que je perdis l’équilibre sur la glace, et tomba par terre, m-me faisant u-un peu mal, mais me mettant surtout dans une position vulnérable. J-j’essayais de me relever, m-mais je n’y arrivais pas ! L-la surface était trop glissante ! M-ma curiosité… Venait de me perdre !
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Jeu 30 Nov - 0:05

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Le chant des sirènes




Niasci continuait sa lente mais néanmoins bruyante progression. Dans le silence de la nuit, chacun de ses mouvements résonnaient et étaient amplifiés par le silence. Elle pesta, se rendant compte de son incapacité à se faire discrète. De plus, le chant résonnait encore et encore dans sa tête ce qui la sensibilisait, en bien ou en mal, elle ne savait pas mais la moindre contrariété l’atteignait profondément. Ainsi, elle pestait sur les branches qui craquaient sur ses pas et culpabilisait ensuite douloureusement d’avoir osé penser une telle chose.

Elle continua cependant sa route, ne sachant pas vraiment ce qui l’a poussait tant à connaître l’origine de cette chanson. Elle cessa de tenter d’être discrète pour optimiser sa vitesse de déplacement et, en raffermissant la prise sur son arme, elle s’avança, cette fois d’un pas franc et décidé vers la source. Elle bouscula quelques arbres qui lui barraient la vue, couvrant son armure de dizaine de petites épines de sapin et aperçut quelqu’un. Malgré la distance, elle put l’observer un peu, ses caractéristiques étant très particulières.

Le quelqu’un était petit, encore un enfant humain probablement ou un nain mais on lui avait dit que les nains étaient trapus et celui-là était plutôt de stature fine. Elle avait des cheveux roses, encore une couleur complètement invraisemblable. Les humains avaient vraiment des cheveux particuliers. Elle n’eut pas le loisir d’en voir plus puisque l’enfant s’écroula sur le lac gelé. Niasci avait vécu toute sa vie de dryade au bord d’une rivière gelée et elle avait vu plus d’un humain mourir de la morsure froide de l’eau gelée après s’être fait engloutir par une glace fragile.

Elle n’hésita pas longtemps. Elle courut sur la neige vers le lac. Étrangement, un observateur aguerrit aurait pu se rendre compte que sa course suivait le rythme de la musique. Elle n’était donc pas aussi rapide que les gestes de la dryade, qui marquaient la précipitation, semblaient le paraître. Son marteau traîné derrière elle laissa au coté des traces de pas de petites marques dans la neige, aux endroits où il avait rebondit pendant le trajet.

Elle le déposa au bord de la berge. L’enfant qui était en fait une petite fille vêtue de façon bien étrange ne cessait de glisser et de retomber en essayant de reprendre son équilibre. Niasci entendait toujours la voix résonner dans sa tête, si fort que cela lui faisait mal. Elle jeta un œil à la glace, cherchant des appuis solide et s’avança vers celle-ci. Elle attrapa l’enfant avec facilité, elle était légère et la ramena vers la berge. Elle la posa au sol et, la tenant par les bras, lui dit :

- Est-ce toi qui chante ?

Cependant, Niasci avait la petite fille devant elle et les voix emplissaient toujours ses tympans, elles venaient du lac. Niasci lâcha la petite fille :

- Tu ne devrais pas aller sur la glace, elle peut se briser à tout moment, même si tu es légère, c’est dangereux.

La dryade reporta son attention sur le lac gelé. Il n’était pas très grand et semblait un peu impromptu à cet endroit, elle n’en voyait même pas la source. Elle s’avança vers les bords, posant les genoux sur les bords gelés, elle colla son oreille contre la glace, cherchant l’origine des voix…


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Jeu 30 Nov - 13:35

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le chant des sirènes
feat. Niasci



Sauvée

Je c-continuais de m-malheureusement glisser s-sur cette surface t-trop glissante. J-j’étais i-incapable de f-faire le moindre pas, o-ou même de me redresser. J-j’essayais d-de… D’avancer, d-de me sortir d-de ce pétrin d-dans lequel je m’étais mise d’une manière bien trop imprudente, mais… J-je n’y arrivais pas… C-c’était la première fois q-que j’étais s-sur de la glace, e-et je ne savais p-pas du tout comment réagir ainsi dessus… Ce… C’était pitoyable… J’étais p-pitoyable… D-d’autant que ces bruits se rapprochaient… J-je fermais l-les y-yeux dans la panique, p-pour ne pas voir ce qui allait s’ensuivre, a-avant de sentir d-des larmes au niveau d-de mes yeux. Ç-Ça y était… Je… J’allais disparaître…

M-mais ce qui suivit f-fut différent… J-je… J-je sentis que je fut soulevée, rapidement déplacée, m-mais i-il n’y avait pas d-de crocs qui s-se plantaient dans mon corps, o-ou de pince q-qui m’attrapaient… Je… Je n’avais m-même pas mal e-en fait… Je… Je n’osais pas regarder, m-mais… P-peut-être que je n’allais pas ê-être dévorée ? J’étais t-toute tremblotante, d-de part l-le froid e-et ce qu’il arrivait actuellement… Et ce ne fut que lorsque je regagna c-contact avec le s-sol, sentant contact a-avec la neige, q-que je compris que… Que j’avais été éloignée d-de la glace… Et cet à cet instant que je rouvris les y-yeux… P-pour voir une femme… Enfin j-je crois…

Elle… Elle avait u-une peau toute bleutée, b-bien loin de ce que j-j’avais put voir jusque maintenant. J’ignorais ce qui lui était arrivée pour avoir ceci, ou bien si c’était u-une chose naturelle en ce monde, m-mais ses cheveux ne s-semblaient pas être d-des filins, c-comme s’ils étaient solides… M-mais ses yeux s-semblaient être n-normaux, e-enfin je crois… C-comme s’il y avait une norme… J’étais apeurée, c’était sûr, m-mais… En même temps j-je… J’étais i-impressionnée… C-car en plus de ça, e-elle portait u-une large armure e-et un gros m-marteau, qu’elle avait posée derrière elle, de l’autre côte du lac… E-et surtout, elle m’avait posée u-une question ! M-mais elle m-me conseilla de… De ne pas aller sur la glace, c-car elle pouvait se briser… Ce… C’était vrai… je… J’avais été très imprudente…

‘’E… Excusez-moi… J’ai été imprudente… M-mais… C-ce n’était pas moi qui… Qui chantais… J-j’entendais c-ces chants d-depuis là o-où je dormais… Et… Et je voulais savoir c-ce que c’était… Ce… Ce sont comme des appels à l’aide… E-et ils semblent p-provenir d-d’ici… P-peut-être sous la glace o-ou… J-je ne sais pas…’’


Je baissais l-la tête, n-n’en sachant pas vraiment plus, a-avant de la remercier p-pour ce qu’elle avait fait :

‘’M-merci de m’avoir sauvée… L-la glace semblait être très solide, m-mais… E-elle est très glissante. Vous… Vous entendez aussi ces voix ? J-je pensais être la seule… E-en tout cas… T-toutes les personnes de la ville n-ne semblaient pas être dérangées p-par ceci…’’

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Jeu 30 Nov - 16:24

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Une ombre dans la glace




Alors que Niasci avait la tête collée au sol, la petite fille prit la parole pour répondre aux questions que la dryade avait déjà oubliée. Sa voix était tremblotante et elle avait l’air d’avoir du mal à parler convenablement. Niasci mit cela sur le compte du froid mordant de la nuit.

La gamine lui confirma que ce n’était pas elle qui chantait. Niasci ne releva pas la tête, l’information était évidente puisque les chants continuaient et que l’enfant n’en était très visiblement pas la source. Elle s’interrompit, tournant les yeux vers l’enfant quand celle-ci dit que la chanson venait peut-être de dessous la glace. Cette information était particulièrement intéressante, Niasci le pensait déjà et, même si c’était un enfant, avoir un deuxième avis était toujours intéressant.

- Je pense aussi que cela vient de sous la glace. Il faut y mettre fin, je ne peux pas vivre avec ces voix dans ma tête.

Elle n’avait cependant aucune connaissance magique ou sur des créatures capables de produire un tel son, Niasca se trouva donc fort démunie malgré la possibilité d’une réponse à ses interrogations. Elle garda sa position agenouillée sur la glace et réfléchit quelques secondes, ignorant les remerciements de l’humaine. Sans surprise, aucune solution délicate ou particulièrement adéquate ne lui vint. Elle se releva, se tournant en direction de son marteau afin de donner un grand coup sur la glace quand les paroles de la fillette lui parvinrent.

- Personne dans la ville ? Tu veux dire que tout le monde n’entend pas ces voix ?

Elle remit son marteau debout, posant la tête sur le sol et tint le manche contre elle, lui donnant un léger mouvement de balancier. Elle prit appui, regardant le lac. Sa tête lui donnait l’impression d’être trop remplie et lui faisait mal. Cependant, étonnamment, malgré l’omniprésence de la musique, elle parvenait à entendre la petite fille sans difficulté. Elle ne se rendit pas compte de cela, trop épuisée et concentrée sur la musique pour pouvoir faire posément ce genre d’observation.

- Hum… Après, peut-être que les humains n’entendent pas parce qu’ils n’écoutent rien, trop concentrés sur leur petite vie et leur petite personne ?

Niasci entrevit alors la possibilité que cette voix puisse venir de la Dame, ce qui expliquerait pourquoi peu de gens l’entendaient : les humains ne prêtaient sans aucun doute pas assez attention à la dame pour être capable d’entendre ses complaintes. Cette possibilité ravit la dryade qui voyait cela comme une épreuve de sa loyauté, un appel au secours ou peut-être une voix sensée la guider.

La dryade s’avança de quelques pas, observant la glace, cherchant un endroit suffisamment fiable et posa un pied sur la berge et un pied sur la classe. Elle prit appui sur ses jambes, souleva son marteau d’un geste expert mais faiblard.

Elle prit une profonde inspiration et vit passer, sous la glace une forme sombre, longue et ondulante. Niasci n’avait aucune idée de ce que ça pouvait être mais ça n’était pas un poisson.

- Fais attention, il y a… quelque chose de grand et de vivant sous la glace…  


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Jeu 30 Nov - 21:40

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le chant des sirènes
feat. Niasci



Sous l'eau une ombre

La personne q-qui était là… E-elle pensait que… Elle aussi, enfin… Que les voix viennent de sous la glace. J-j’ignorais p-pour tout dire ce qui allait pouvoir ê-être trouvé dessous, mais je… j’avais u-un peu peur que c-ce soit une… Mauvaise chose. M-mais si c’était une personne ou une créature q-qui avait besoin d’aide… est-ce que cela serait mal de l’aider ? J-je pensais que non, même si c’était risqué… I-il y avait peut-être une personne qui était coincée sous la glace, et qui… N’arrivait plus à sortir… M-mais comment avait-elle put se retrouver dessous ? J-je ne le saurais q-qu’en temps et en heure…

Elle semblait en t-tout cas être décidée à m-mettre fin aux v-voix qui résonnaient depuis le début. P-pourtant j’avais été la seule à l’entendre, d-de toute la ville, c-comme si les gens n’y prêtaient aucune importance, o-où qu’ils s’en fichaient… Je… Elle semblait être cette fois-ci surprise parce q-que je lui annonçais, q-que je précisais, s-sous une forme de… T-théorie…

‘’Je… Je ne c-crois pas q-qu’ils l’entendent en fait… P-pour tout dire, je ne l’entends pas non p-plus, mais… Je… Je la ressens, e-en moi… C-comme si c-c’était à m-mon esprit q-que cette voix s-s’adressait… E-elle doit être u-un peu magique, j-je crois… C-c’est surement p-pour ça que… Que j’ai put l’entendre, la p-percevoir…’’

J’ignorais pourquoi il y a-avait cette différence e-entre elle e-et les autres humains… E-enfin, elle semblait être u-un peu différente, s-sur le plan p-physique… E-est-ce qu’elle appartenait à u-une espèce différente, c-capable d’entendre ceci ? C-cela pouvait alors s’expliquer… M-mais pour le moment, je… Je n’étais pas très rassurée, d’autant qu’elle prit son arme, a-avec la volonté de briser la g-glace d’un grand coup ! C-cela risquait d’être très bruyant, e-et un peu dangereux, m-mais c’était une solution q-qui pouvait être envisagée… Cela risquait d’être un peu b-brutal, d’autant qu’il n’y avait pas beaucoup de lumière… M-mais avant qu’elle ne frappe, elle précisa u-une inquiétude… Q-qu’il y avait quelque chose sous l’eau, q-qui vivait, en plus d-d’être grand. J-j’eu un peu de frayeur s-sous le coup, claquant des dents en m’éloignant de plusieurs pas, avant de revenir, e-en prenant un bâton non loin…

I-il me fallut quelques secondes de concentration p-pour réussir à canaliser suffisamment d’énergie dans mon œil, afin d’enflammer la branche. J-j’y arrivais maintenant, a-au moins un peu. Je rapprochais l-la petite flamme d-de la glace, afin d’essayer de voir c-ce qu’il s’agissait.

‘’V… V-vous voyez ce qu’est cette chose ? Je… Je pourrais faire fondre la glace, m-mais… I-il me faudrait u-un peu plus de temps… M-mais ce serait p-peut être p-plus prudent que… Que de donner un grand coup dans la glace. C-c’est peut-être ce qu’il y a en dessous qui appelle à l’aide, m-mais… S-si elle est apeurée, e-elle pourrait s-se montrer… A-agressive ?’’

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Ven 1 Déc - 18:27

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Une ombre dans la glace




Elle n’entendait pas, elle ressentait. C’était une différence assez fine, peut-être trop pour Niasci qui avait toujours eu des discours simples et n’avaient jamais théorisé la magie ou ses sensations. Elle fut étonnée d’entendre un si petit humain faire ce genre de réflexion. Elle en conclut que c’était un humain très évolué et elle ressentit un certain respect pour l’enfant même si celle-ci l’avait fait paraître inculte. La race des Ondines n'était pas particulièrement stupide mais leurs connaissances se centraient autour de la magie et de la nature et se transmettaient principalement par la sensation empirique sans jamais être transformée en connaissance formalisée. Niasci qui n'avait jamais eu de lien avec la magie n'avait jamais pu comprendre les discours de ses sœurs à ce sujet.

- Moi je l’entends. Je n’y connais rien à la magie. La magie, c’est bizarre. 

Niasci était très surprise que cela puisse être de la magie. Aussi loin qu’elle se souvenait, elle n’avait jamais eu la moindre affinité avec cet art, ce qui lui avait même causé beaucoup de problèmes et l’impression d’être si différente des gens de sa race. Sa première expérience qui pouvait être qualifiée de magique mais qu’elle qualifiait plutôt de divine était sa rencontre avec la dame, peut-être ce contact avait-il changé quelque chose en elle ?

Alors que l’Ondine continuait à observer la glace et la sombre créature qui continuaient à s’agiter sous la glace, elle entendit l’enfant faire quelques pas en arrière. Elle ne tourna la tête que quand elle entendit des crépitements. Surprise, la branche était enflammée ! Fascinée par cette apparition soudaine, elle fixa longuement la fillette et son bâton enflammé qui lui proposait de faire fondre la glace.

Niasci accepta que sa méthode fût quelque peu… brutale. Elle se sentit honteuse d’être une fois de plus tombé dans ce travers et d’avoir manqué de patience. Ses sœurs lui reprochaient souvent. Cependant, même si c’était probablement la dame qui l’avait guidée jusqu’ici, elle ne pouvait pas savoir si elle l’avait mené vers une magie passive, une créature docile ou à éliminer. L’ondine ne voyait donc pas d’un très bon œil de laisser un enfant gérer seule le problème.

- D’accord. Fais fondre la glace sur le bord. Si c’est agressif, je frappe. Ca te va ?

A ces mots, elle alla se placer sur le bord du lac, à une distance suffisante pour ne pas risquer de frapper la fillette mais suffisamment proche pour pouvoir rapidement frapper. Elle attrapa son marteau, l’appuya contre sa hanche et se tint prête à l’action. Sans quitter des yeux la forme noire qui allait et venait sous la glace non loin d’elles, elle souffla, la voix coupée par l’effort :

- Vas-y, c’est quand tu veux.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Ven 1 Déc - 23:13

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le chant des sirènes
feat. Niasci



Brasier

Je n-ne savais pas si tout ce q-que je disais était fondé ou non… L-la différence que je mettais en avant était très fine, vraiment toute petite, m-mais elle expliquait au moins plusieurs choses, mais elle en relevait aussi d’autres… Pourquoi c-cette dame l’entendait elle aussi ? E-elle disait ne ps connaître la magie… Et à m-moins qu’elle n’éprouve u-une sensibilité particulière, cela était très bizarre… P-peut-être qu’elle n-ne se rendait p-pas compte du potentiel q-qu’elle pouvait avoir… Ou bien, cela était par rapport à sa nature s-surement spéciale… A v-vrai dire, je me doutais q-qu’elle n’était pas humaine, e-enfin pas totalement, mais… J-je n’osais pas lui demander, t-trop intimidée par elle et… Ayant peur d-de mal l-le faire, comme si je risquais d-de la vexer p-par cette question… j-je préférais donc g-garder m-ma question d-de côté, e-en confirmant j-juste d’un signe de t-tête l’étrangeté de la situation actuelle, de cet appel…

Elle accepta en tout cas, après avoir été un peu surprise, que je m-m’occupe de faire fondre la glace. Cela allait sans doute être plus sûr qu’un coup plus brut, plus violent, qui risquait d’avoir des répercussions plus dangereuses… Je pris tout de même une bonne inspiration avant de répondre, le temps d’affirmer m-mes capacités…

‘’D’accord. J-je vais le faire. J-je compte sur v-vous si cette c-chose est… Dangereuse, m-mais je… Je ne l’espère pas…’’


Prenant vraiment mon courage à deux mains, j’avançais vraiment sur la glace, commençant à mettre d’autres branches sur l’ensemble, sur la glace. J-je n’en mettais pas tant que ça, j-juste p-pour couvrir des endroits clés (il fallait d-dire que c’était tout de même un peu dur de les transporter, surtout p-par ce temps). M-mais une fois que j’avais u-un tas u-un peu près uniforme, f-fait avec les moyens du bord, j-je commençais à mettre à l’aide de ma branche enflamée p-plusieurs petites braises, d-des petits foyers sans incidences pour le moment, avant de déposer celle que je tenais au centre, et de m’agenouiller, en posant mes deux mains devant moi, pendant q-que mon œil produisait u-une lueur magique… J’allais vraiment l-lancer un sort. I-il restait simple, m-mais avec mes capacités actuelles… J-j’avais besoin de toute ma concentration…

‘’Quis ego sum oculus…

Je commençais a-ainsi une petite incantation, récitant à v-voix basse ce qui avait t-toujours été inscrit en moi… U-une manière implicite de… De dire à mon mana la forme qu’il devait prendre… Ce… C’était réellement pour me concentrer davantage, e-et p-pour les sorts les plus simples, j-je n’avais pas vraiment besoin d’incanter… Sauf dans ce cas précis…

…aetheres accende…


Ma vision devenait trouble, m-mais mon œil de plus en plus incandescant… L-les flammes q-qu’il y avait sur la glace f-frétillaient crépitaient… Elle allaient… S’enflammer…

…Imperium ignis !’’


Je sentis directement un grand contrecoup, m-me faisant tomber en arrière alors que la lumière sur mon œil s’estompait… Je me sentais un peu plus faible, a-après avoir utilisée ce mana… Mais en contrepartie… C’était tout le bois devant moi qui brulait, f-formant une grande flamme, q-qui fit fonrdre très rapidement la neige aux alentours, avant d-de progressivement s’estomper… T-tout comme la glace q-qu’il y avait… Elle d-diminuait… M-mais l-la température aussi… Et s-sitôt qu’il y eu u-un petit interstice, l-l’ombre q-qu’il y avait s-sous l’eau surgit à la surface, p-prenant u-une forme u-un peu près humaine, féminine, m-mais qui me fit immédiatement crier sous la panique :

‘’Kyaaaa !’’

J’ignorais ce que c’était, m-mais je… J’en avais j-juste peur…
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Mar 5 Déc - 17:57

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Paf dans la glace




Tandis que Niasci se tenait prête, la fillette sembla se concentrer et prononça de nombreux mots dans une langue inconnue pendant plusieurs secondes. Aux premiers, Niasci tenta même de l’interrompre, pensant qu’on s’adressait à elle :

- Quoi ? Que dis-tu ? Je ne comprends pas. 

Elle s’aperçut assez rapidement que ceux-ci ne lui étaient pas destinés et l’Ondine n’en comprit aucun. Au fur et à mesure que les mots quittaient la bouche de l’humaine, Niasci sentit une puissance envahir l’endroit. De petites flammes apparurent sur la glace et s’épanouirent, faisant fondre tout sur leur passage. Niasci dut fermer les yeux, éblouie par la lumière et elle ressentit une chaleur très forte qui était des plus agréables au milieu de cette nuit glaciale.

Niasci fut de nouveau impressionnée par les capacités de cette gamine : la glace présentait maintenant un trou béant et la neige autour de l’enfant avait fondu, créant autour d’elle un petit cercle brun de terre. Les secondes suivantes furent longues. Niasci était particulièrement tendue, prête à intervenir, les muscles tendus, le regard fixé sur l’espace creusé par la fillette. Le froid se fit doucement sentir à nouveau, se glissant dans les interstices de l’armure d’écaille. Elle frissona.

D’abord, l’ombre qu’elles avaient aperçue sous la glace tournoya autour du trou béant sans se montrer, Niasci se concentra d’avantage. L’autre était peut-être capable de créer du feu mais en cas d’attaque physique, elle restait une enfant et se ferait rapidement submerger par un être plus grand qu’elle. La créature surgit, dressée fièrement dans toute la splendeur de sa féminité. Elle ressemblait en tout point à une sublime humaine mais les humains ne respiraient pas sous l’eau. Niasci fut d’abord surprise en voyant l’apparence de la créature et ensuite, elle ressentit de la peur et de la méfiance, cette chose n’était pas un humain et sa méconnaissance la mettait en position de faiblesse.

Elle les fixa de son regard glacial sans sortir de l’eau, ne montrant que son buste hors de l’eau. Elle ne fut pas agressive dans les premières secondes mais, si ses lèvres ne remuaient pas, la musique continuait d’emplir l’air de sa lancinante complainte.

Niasci n’hésita pas longtemps, les yeux injectés de sang par la fatigue physique due au manque de sommeil et la fatigue mentale due à la persistance du chant, elle se persuada qu’une telle torture ne pouvait être l’œuvre de la dame. Dans un souffle, elle improvisa une prière :

- Ma dame, je vous implore, protégez nous dans votre infinie bonté et par votre infinie puissance. 

Elle prit ses appuis, son élan, souleva son marteau et frappa, visant directement le visage de la créature. Malheureusement, ses bras lui firent défauts et elle ne put toucher que les épaules mais le marteau était malgré tout très lourd et le coup, particulièrement violent.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Ven 8 Déc - 22:15

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le chant des sirènes
feat. Niasci



Créature

Le cri que j’avais eu n’avait été que le simple réflexe q-que j’avais put faire en voyant cette forme sortir de l’eau. La surprise, l-la tension, la crainte q-que cela ne soit une chose terrible qui voulait f-faire du mal et que nous avions libérer s-sans savoir… I-il y avait tant de possibilité, t-tant d-de choses qui pouvait y avoir, e-et trop de mauvais dénouements à c-cette histoire qui s’était déroulée en cette soirée… J’avais peur, vraiment… Mais comment faire a-autrement face à une chose inconnue ? J’essayais de m-m’en éloigner, p-plus par panique que par véritable aversion… Pendant que la dame qui était là, n-non loin, armée, d-donne un p-puissant coup en direction de la créature !

A v-vrai dire, ce fut le bruit de la glace se brisant e-et volant d-dans de nombreuses directions q-qui me fit c-comprendre un peu ce qui se passait. Ce n’était p-pas forcément pour le meilleur q-que d’utiliser la violence, m-mais au moins… Ce… La créature n-ne devrait pas f-faire de mal ? Non… La créature, s-si elle était gentille… E-elle venait d-de recevoir u-un très mauvais coup p-pour rien, juste à cause d-de ma panique, de ma crainte, de m-mes stupides frayeurs… Je… Non… J’avais involontairement été responsable de ceci, de… D-de cette attaque… I-idiote, stupide… C’était tout ce que j’étais…

Mais lorsque je regardais, terrifiée, l-le petit étang gelé, i-il y avait t-toujours… Cette forme ! L-le coup était p-passé au travers, c-comme si… L-le corps de cette créature n-n’était q-qu’un ensemble i-immatériel, o-ou bien que son corps l-liquide s’était reformé à c-cause d-de son immersion importante. J-j’ignorais b-beaucoup de chose à v-vrai dire sur comment elle était passée a-au travers de ce coup, m-mais… J-j’étais sûre que… Que la dame… N-ne l’avait pas manquée… M-mais alors comment… Je n’en savais rien, e-et ce que je pus constater f-fut la disparition progressive de c-cette chose, qui semblait s-se fondre d-dans l-le vent, dans l’humidité naturelle, comme s-si elle n’avait été q-que pendant tout ce temps u-un esprit b-basé sur l’eau… J-je crois ? Cela expliquait alors pourquoi elle avait put survivre… Mais pourquoi n’avait-elle pas put passer au travers de l-la glace ?

Je soufflais, un p-peu frigorifiée, a-avant de m’approcher d-de la dame qui était là, probablement toute aussi s-surprise que moi….

‘’V… Vous allez bien ? C-cette chose… Elle… Elle a bien disparue ? J-je ne sais pas c-ce que… Ce qu’elle était… U-un esprit ? J-je crois…’’


Je regardais incrédule la surface glacée, avant de trembler un peu, e-et de la fixer de n-nouveau, p-pour la remercier :

‘’M-merci d’avoir été là… S-si elle avait été méchante, j-je… Enfin… Je m’appelle O-Orina, e-et vous ?’’

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Sam 16 Déc - 3:59

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Disparue




Après avoir donné mon coup de marteau, elle fut déséquilibrée. Le marteau pivota et retomba lourdement au sol accrochant et brisant la glace en de centaines de petits morceaux de glace qui voletèrent dans toutes les directions. N’ayant pas touché la créature, elle se trouva emportée par le poids du marteau et tomba un genou au sol. Un peu étourdie, elle ne prit qu’une seconde pour se relever, titubant légèrement. Elle tenta de se tenir droite en se supportant sur ses jambes écartes et en regardant droit devant elle, directement sur l’horizon pour ne pas chanceler.

L’arme était passée complètement au travers de la créature, Niasci n’avait ressenti aucune résistance, pas même molle, c’était comme frapper de l’air. En une seconde, elle s’interrogea sur la nature de la créature sans réellement chercher la réponse qu’elle savait ne pas avoir. Bien qu’elle ait vécu toute sa vie à coté de l’eau, elle n’avait jamais croisé de créature aquatique de ce genre. D’ailleurs, ça n’était peut-être même pas une créature aquatique. Elle se sentir terriblement démunie et affaiblie, sans son marteau, elle n’avait aucune arme et ne savait pas comment elle pouvait toucher cette chose si jamais elle se montrait agressive envers elle ou sa très petite nouvelle alliée. Elle pesta contre sa nature d’Ondine ratée sans aucun pouvoir, pas encore consciente à ce moment que la dame avait libéré ses capacités.

Cependant, contrairement à toute attente, la créature ne riposta pas.  Les muscles tendus, elle  resta attentive à la suite. Elle resta donc concentrée, prête à frapper à nouveau. La créature les dévisagea sans se montrer agressive, ce qui rassura un peu Niasci qui n’aurait pas pu contre attaquer. Peut-être, comme elles n’était-elle pas capable de les toucher ? Peut-être que la fillette de feu lui faisait peur ?

L’ondine ne put avoir de réponse, la créature s’évanouit progressivement, se fondant dans l’atmosphère et fusionnant avec l’air. Elle disparut doucement et avec elle, la voix s’efface, laissant juste s’égrener quelques dernières notes lancinantes qui moururent dans l’air au moment où la femme disparut.

Niasci poussa un profond soupir de soulagement, enfin libérée du chant, elle se sentit plus légère et se laissa tomber par terre. Elle ferma les yeux quelques secondes et fut interrompue par la fillette qui lui demanda son nom et l’interrogea sur la créature.

- Je ne sais pas ce que c’était mais j’espère qu’elle a bien disparu. Peut-être un esprit oui. Mes sœurs m’ont plusieurs fois parlé d’esprit vivant dans l’eau, peut-être était l’un deux mais je ne peux pas en être sure, je n’en ai jamais vu et on ne m’avait jamais parlé de ce genre de musique. C’était en train de me rendre folle… Peut-être était-ce une autre magie et que cette chose était aussi victime d’une personne comme toi, quelqu’un qui fait de la magie.

Le statut humain de la fillette lui sauta à nouveau aux yeux et cela la rebuta mais elle se dit qu’un si petit être ne pouvait pas avoir causé une telle chose. Elle garda donc, pour l’instant, une vision neutre de celle qui disait s’appeler Orina.

- Je m’appelle Niasci. Je suis née dans une petite forêt et j’ai vécu dans un petit territoire autour de la rivière de flèche. Et toi, qui es-tu ? Que fais-tu ici en plein milieu de la nuit ? Les petits humains ne sont pas sensés rester prêt de leur parent dans leur cité ?


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Sam 16 Déc - 17:17

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le chant des sirènes
feat. Niasci



Retombée

Mon souffle se stabilisait petit à petit alors q-que toutes les menaces environnantes avaient d-disparues… Il… Il restait bien le fait que nous étions en pleine nature, et c-cette madame, mais… Je ne pensais pas être e-en danger actuellement… A-a vrai dire… Je me s-sentais être u-un peu protégée, e-et même si l’endroit ne se prêtait pas à la discussion… Je l’engageais, un peu, pour en apprendre un peu plus sur elle… Car m-même si je venais de la rencontrer… Je… J-j’étais un peu intriguée p-par elle, à savoir… P-pourquoi se trouvait-elle ici, p-pourquoi avait-elle entendue cette voix… Et pourquoi… Enfin, qu’est-ce q-qu’elle était ?

I-il semblait en tout cas qu’elle confirmait… Ce que je pensais sur cette chose. Qu’elle était au f-final… Une sorte d’esprit, de l’eau. J-j’étais un peu curieuse concernant s-ses sœurs qu’elle mentionnait. Il… Il semblait qu’elle n’était pas familière avec c-ces esprits, e-et que… Qu’elle ne savait pas si ces créatures chantaient… Peut-être que c’était la m-manière u-un peu magique qu’elle avait d’exprimer sa détresse p-pour obtenir de l’aide… Et qu’elle l’avait trouvée e-en communiquant avec l-les membres d-de l’espèce de l-la dame, qui s’appelait Niasci… E-et que je l’avais interceptée à c-cause de ma s-sensibilité naturelle à la magie…

Elle e-expliquait ensuite u-un peu ses origines... Et que… Qu’elle été née dans u-une petite forêt d-dans le pays de Gothregal… Elle voyageait seule ? C-c’était ce que je soupçonnais… Mais elle posait des questions, s-sur pourquoi j’étais ici, et que j-je ne devais pas m’éloigner s-seule de la ville… Elle n-n’avait pas vraiment tort, m-mais… J-je n’étais pas du tout en mesure d-de trouver le sommeil a-avec ces échos…

‘’Je… I-il y avait cette voix… Qui m’empêchait d-de dormir… J-je suis venue ici p-pour… E-essayer de savoir pourquoi je l-les entendais. M-mais… C’était d-dangereux… E-enfin, j-je peux me défendre, un peu, m-mais… F-face aux créatures d-de ce monde…’’

Je baissais la tête, m-montrant b-bel et bien que j’étais vulnérable a-au quotidien, avant de reprendre la concernant :

‘’Et… E-enfin… Qu’être-vous ? V-vous ne semblez pas être… H-humaine je crois ? E-enfin… Je n’en ai jamais vu… P-pour tout dire… J-je ne le suis pas totalement, e-enfin… Humaine.’’


E-en même temps que je disais ça, j’utilisais u-un peu mon mana p-pour me réchauffer. I-il faisait froid, e-et comme je n’étais p-pas forcément très couverte… Cela était un peu efficace, mais je préférais… E-essayer de retourner rapidement à l’auberge…


Dernière édition par Orina Nishiie le Mer 27 Déc - 22:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Mer 27 Déc - 11:39

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Retour au calme




Niasci se détendit enfin dans le froid. Elle se sentait beaucoup mieux maintenant que les bruits avaient cessé, elle se serait bien endormie en s’écroulant sur place, à côté du lac. Cependant, elle n’était pas encore sûre que la zone soit sure et s’endormir ici n’aurait pas été très prudent. De plus, laisser l’enfant dans le froid n’était probablement pas conseillé pour sa faible constitution d’humaine même si elle devait être capable de se réchauffer avec ses pouvoirs.

La fillette expliqua pourquoi elle avait quitté la ville et Niasci ne pouvait que comprendre. Elle-même avait commencé sa progression dans la forêt à la recherche de la voix parce que celle-ci l’empêchait de dormir en emplissant sa tête de sa douloureuse chanson.

Ensuite, elle lui demanda de qu’elle nature elle était, disant qu’elle n’avait pas l’air humaine. L’idée que la gamine ait pu avoir un doute dégouttait l’Ondine. La prendre pour une humaine, elle ? Quelle vaste blague, elle n’appartenait pas à ses créatures inférieures, superficielles, stupides et éphémères. Niasci fut surprise de la question. Ses caractéristiques physiques lui donnaient l’impression que c’était l’évidence même mais l’enfant n’avait pas dû être éduquée sur les créatures non humaines et elle n’avait jamais dû en croiser auparavant, les Ondines quittant très rarement leurs petits coins de paix, surtout pour se grande dans les grandes cités humaines surchargées par l’agitation.

- Je suis une Ondine. Je suis un être lié à l’eau. Je vivais prêt d’une rivière avec d’autres personnes de ma race. Regarde, ma peau et mes cheveux ne sont pas comme les tiens. Toi tu es toute rose alors que je suis toute bleue, c’est une caractéristique régulière des gens de mon peuple. Mes cheveux sont aussi en coraux et pas filasses comme les tiens.

Elle lui dit également qu’elle n’était pas tout à fait humaine ce qui n’étonnait pas Niasci. C’était encore un enfant après tout, elle n’était pas encore terminée. Le fait qu’elle en soit consciente impressionna Niasci et elle se dit que l’enfant était un peu différent des autres.

Elle la regarda, si petite et faiblarde et se dit qu’elle ne pouvait pas l’abandonner ici. C’était déjà un miracle qu’elle n’ait pas été attaquée en s’éloignant autant de la ville, seule au milieu de la nuit et de la forêt. L’enfant ne connaissait peut-être même pas le chemin du retour si elle s’était laissée guider à la voix. Elle n’avait pas forcément porté attention au chemin et de toute façon, si elle n’était pas habituée à la forêt, il serait très facile pour elle se perdre, tout se ressemblait dans le coin. La neige qui tombait régulièrement n’arrangeait rien en recouvrant les routes, les pierres et les plantes qui pouvaient servir de point de repère.

- Tu habites où ? Tu veux que je te raccompagne en ville ?


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Mer 27 Déc - 22:59

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le chant des sirènes
feat. Niasci



Une question

Mon souffle se restabilisa r-rapidement. Le froid… L’appel à la magie… Et cette petite… Aventure… C’était particulier… Et je n’y étais pas habituée… Mais pourtant, je sentais que c-ce n’était pas la première fois q-que j’y avais été confrontée… Enfin, pas qu’au froid, mais surtout à c-ce genre de situation o-où… un mauvais c-choix pouvait avoir de très graves c-conséquences… L-lorsque des vies étaient en jeu… J-j’exagérais surement a v-vrai dire, m-mais c’était cette impression que j’avais eu… Que face à cet esprit d-des eaux… J’aurais put… Disparaître… En étant aussi craintive q-que moi… Chaque instant pouvait s-se retrouver être u-un véritable cauchemar… Mais au moins, je gardais le contrôle sur mon œil, e-et… C’était surement le principal…

La dame expliqua en t-tout cas sa nature… Ainsi, e-elle était une ondine… U-une créature liée à l’eau donc… Je s-supposais que c’était pour ça q-qu’elle avait été en mesure d’entendre l’appel de c-cette esprit… Parce qu’elle y était u-un peu liée, du moins p-par sa nature… Elle me montrait rapidement q-quelques différences, au niveau d-de la couleur de p-peau et de ses cheveux… Elle disait que c’était une chose normale c-chez ceux de sont espèces… C’était donc des… Des caractéristiques héréditaires. J-je me voyais face à b-beaucoup de créatures, e-enfin de personnes ainsi, et… C-cela me mettait mal à l’aise… Un peu… Au moins u-un peu plus que face à beaucoup d’humain… M-mais de peu… D-dans tous les cas, je secouais la tête p-pour me reconcentrer…

‘’J-je vois… C’est la première f-fois que je rencontre u-une personne d’une autre nature ! E-enfin, d’une nature n-non humaine, o-ou d’homonculus… E-enfin, j’ai voyagée u-un peu avec un couple de nain, m-mais… C-c’était p-particulier. N-nous n’avons pas vraiment beaucoup discutés avec eux…’’

Elle posait e-ensuite la question concernant o-où est-ce que j’habitais. D-désignant l-la direction d-d’où je venais, a-approximativement, j-je lui répondais :

‘’J-je n’habite pas vraiment là-bas, m-mais c’est à l-la capitale, à Lerry. Et… J-je ne voudrais pas vous déranger p-pour ça. J-je pense pouvoir y arriver. I-il suffit que je marche j-jusqu’à retrouver une route, puis la suivre j-jusqu’aux premières maisons.’’

Je réfléchissais un peu, a-avant de lui dire :

‘’Vous a-avez la m-même capitale ? E-enfin, des villes, d-des maisons, d-des châteaux ? J-je suis un peu curieuse… C-comme c’est la première fois que j-je rencontre quelqu’un c-comme vous… Je s-suis probablement m-mal informée, m-mais je… N’ai pas eu b-beaucoup le temps d’apprendre p-plus de chose sur… Ce monde, cet endroit… C’est encore t-tout nouveau pour moi, je suis désolée… Je ne voudrais p-pas vous faire p-perdre votre temps, o-ou vous vexer…’’

Finalement, après m-m’être emmêlée d-dans ce que je voulais dire, j-je baissais la tête… Je voulais initialement j-juste lui poser une question, e-et au final, je m-me retrouvais à m’excuser de l’avoir fait…
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Mar 9 Jan - 16:37

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Retour au calme




Dans la nuit, toujours au bord du lac dont le trou creusé par les flammes de la fille commençait doucement à se recouvrir d’une fine couche de gel, elles continuaient leur discussion surréaliste. En effet, une Ondine avec un marteau et un petite fille perdue en plein milieu de la forêt discutant calmement sous les étoiles n’était pas spectacle que l’on voyait tous les jours.

Elle lui dit qu’elle n’avait jamais rencontré d’Ondine ce qui n’étonna pas Niasci : les Ondines vivaient le plus souvent reculées, près des rivières à l’abri des regards dans les forêts, les montagnes ou les lacs éloignés de la civilisation. Elle avait bien entendu parler d’un endroit du monde où celles-ci vivaient en harmonie avec les autres peuples mais elle n’y croyait qu’à moitié et cela ne l’intéressait pas énormément. Elle s’intéressa cependant au couple de nain : Niasci n’en avait jamais vu mais en avait beaucoup entendu parler. Elle espérait pouvoir en croiser un jour pour en apprendre plus sur eux.

La fillette refusa son offre. Niasci ne trouva pas ça très prudent mais c’était son choix, elle n’insista pas. Au pire, elle aurait toujours ses flammes et pourrait demander son chemin une fois le soleil levé. Elle l’interrogea ensuite sur sa race, leur mode de vie, témoignant d’une certaine ignorance sur eux.

- La même capitale ? Non, certainement pas. Nous ne fréquentons pas les humains, ce sont pour la plupart des êtres stupides et superficiels qui ne peuvent pas comprendre notre mode de vie.

Nous n’avons d’ailleurs pas de capitale, chaque clan vit comme bon lui semble, je n’ai d’ailleurs aucune idée d’où je pourrais trouver d’autres personnes comme moi. Je sais qu’ils existent car on m’en a parlé mais c’est tout.

Nous n’avons même pas vraiment de ville. Nous vivons autour des cours d’eau et nos habitations sont faites de branchages et de grandes feuilles. Contrairement aux humains qui se battent pour leur maison, les nôtres sont interchangeables et chacun s’installe où et avec qui il le souhaite pour la nuit. Pour ce qui est de la nourriture, des chasseurs nous en ramènent et la partage avec tous : la communauté est très importante et l’argent n’existe pas chez moi. Je peux comprendre que les hommes aiment l’argent, j’en ai déjà vu, la brillance est très agréable à l’œil. Et toi, tu aimes l’argent ?

En réalité, elle s’exprimait uniquement selon ce qu’elle connaissait : soit son clan. Peut-être y avait-il une capitale, elle n’en avait aucune idée…

Niasci commençait à être vraiment fatiguée et voulait se reposer encore un peu avant que le jour ne se lève.

- Bon, si tu ne veux pas que je te raccompagne, je ais te laisser, j’aimerais dormir un peu mais je ne me sens pas en sécurité à coté de ce lac. Peut-être nous recroiserons nous un jour Orina.

HRP : Et je pense que tu peux clôturer sauf si tu veux lancer un autre élément perturbateur ;)


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant des sirènes

Mar 9 Jan - 21:35

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le chant des sirènes
feat. Niasci



Retour à la ville

J’admettais qu’il faisait t-tout de même bien sombre, et q-que… Et bien, cet endroit était v-vraiment effrayant. La présence d-de l’ondine m-m’aidait un peu, à ne pas a-avoir peur, alors q-que pourtant je ne l’avais rencontrée q-qu’il n’y a q-que trop peu de temps… M-mais c’était instinctif… En q-quelques minutes, j-je pouvais faire confiance à u-une personne, e-et p-peut-être q-que des années ne suffiraient p-pas pour que je puisse la donner à d’autres… Je… j’étais comme ça, et je craignais l-le jour où quelqu’un en abuserai p-pour me faire d-du mal, o-ou pire, à d’autres personnes… R-rien que d’y penser, j-j’en avais froid dans le dos, e-encore plus q-que par le climat…

D-dans tous les cas… Elle m’expliquait q-que les ondines n-n’étaient p-pas vraiment r-reconnues pour leurs villes… I-il n’y en avait m-même pas du tout, e-elle vivait d-dans un endroit o-où les gens n-ne s’attachaient p-pas aux biens, d-dans des petites tribus isolées… E-et où la force d-de tout ceci résidait d-dans u-une solidarité c-commune… Ce… C’était beau, j-je trouvais… C-c’était même enviable, e-et j’espérais que l-les gens puissent s’en inspirer… Mais je n’étais pas assez courageuse o-ou brave p-pour suggérer un tel changement, et… Je n’étais m-même pas sûr qu’ils acceptent… P-peut-être q-qu’à partir d-d’un moment o-où une société grossissait, l-le désir d’individualité reprenait l-le dessus…

Mais j-j’étais aussi u-un peu triste, car… E-elle ne savait m-même pas où trouver d’autres tribus, q-qui vivaient trop isolées p-pour être trouvées… Je m’estimais d-déjà chanceuse d’en avoir rencontrée une, une q-qui en plus était très gentille… J’espérais qu’elle puisse trouver c-ce qu’elle cherche, q-qu’importe ce que cela pouvait être… Et je répondais à sa dernière question, e-en baissant la tête…

‘’C… C’est plus une contrainte… L-le fait d-d’en avoir besoin p-pour pouvoir manger… P-pour pouvoir avoir u-un toit… Je… Je ne peux pas la rejeter, m-mais… Je ne l’apprécie q-que peu…’’

Et pourtant, j-je travaillais pour en avoir… C’était u-un point bien étrange… Qui me perturbait u-un peu… M-mais le temps était bien trop t-ténébreux p-pour me permettre de me perdre d-dans de telles réflexions… I-il fallait que je rentre à l’auberge. S-saluant u-une dernière fois l’ondine, s-sans oublier d-de la remercier p-pour tout ce qu’elle avait fait, j-je commençais à p-prendre la route d-de Lerry, e-et ce ne fut q-qu’au lever d-du soleil q-que je trouvais l-la porte de l’auberge… Je… J’étais épuisée, e-et j’avais surement dût inquiéter madame Aki… Mais cette nuit… Je ne comptais pas l’oublier… P-pas de sitôt !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Île des Sirènes~ Le chant des Sirènes
» Evénement Divin #8 (27) : Le Chant des Sirènes [Fe]
» La métaphore
» Le chant des sirènes [Mission Altiel & Amy]
» Des effets du chant des sirènes - Libre

Sauter vers: