bannière du haut du forum

Partagez

Geisel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sujet: Geisel

Lun 11 Déc - 17:19

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Geisel


Avec : Solo

Ainsi je me retrouvais de nouveau mêlée à une histoire. Au fur et à mesure de mes pas à travers ce monde, je commençais à y être habituée. Après tout, c’était presque une habitude que de finir à devoir agir pour le compte d’autrui, pour l’instant tout du moins. Je me prêtais au jeu, temporairement du moins, afin de me développer et d’en apprendre de plus en plus. C’était un moyen comme un autre de subsister, tout comme le fait que je n’avais pas besoin de me nourrir faisait que mes économies ne maigrissaient pas. Un avantage certain, qui permettait de pouvoir envisager avec un peu plus de confort et de sécurité les dépenses futures, lorsque j’en aurais réellement besoin.

Toutefois, l’occasion d’en obtenir un peu plus vint se présenter. Nous nous étions arrêtées dans un petit village de Tirione. Un cambriolage qui avait mal tourné semblait-il, et le responsable de la ville recherchait des personnes pour s’occuper des individus qui s’étaient retranchés à l’intérieur. Je soupçonnais une prise d’otage en plus, ce qui risquait de paralyser du coup l’action de la milice locale, mais ce que je pus voir était que le commerce en question était une armurerie. Autant dire que les criminels avaient un arsenal complet. Je m’approchais donc du coup de l’entrée, constatant que quelques hommes étaient déjà en train de sécuriser le périmètre. Il me sonna par ailleurs lorsque j’étais trop proche.

‘’Reculez ! C’est un secteur dangereux, pas un endroit pour les civils !’’


‘’Je sais’’ Répondis-je directement sans m’arrêter, avant de me stopper à quelques mètres seulement de l’entrée, pour le tourner vers celui qui m’avait interloqué, qui semblait être un peu confus et énervé de ma réponse : ‘’Je viens justement m’occuper de ces individus. Quel est l’état de la situation ?’’

‘’Hum… Vous n’êtes même pas armée, tout comme vous ne me semblez pas être bien forte pour vous occuper de c…’’
Je l’interrompis brusquement en me rapprochant d’un pas vers lui le fixant de mes yeux qui pouvaient paraître vide :

‘’Avez-vous, oui ou non, l’état de la situation, où dois-je y aller sans information ?’’
Il recula de plusieurs pas, légèrement effrayé par la manière poussive que j’avais utiliser afin d’obtenir des informations. Surement comprenait-il que je ne plaisantais pas, et que j’étais déterminée à agir.

‘’Euh… Trois jeunes hommes sont arrivés il y a une vingtaine de minute, avant de commencer à tenter de prendre l’argent et des armes de valeurs. Néanmoins, le commerçant a réussi à donner l’alerte, et en peu de temps ils se sont retrouvés pris au piège. Ils se sont retranchés à l’intérieur, avec les otages.’’

‘’Combien d’otages ? Avez-vous tentés un assaut ?’’


‘’Trois, le commerçant sa femme et leur enfant. Et oui, nous avons déjà tenté, mais c’est un échec, un de nos hommes s’est fait sacrément amoché avant même qu’il ne passe le pas de la porte ! Ils sont sur une poudrière, nous n’avons pas moyen de répliquer à leurs tirs au risque de faire exploser tout le carré !’’

‘’Des tirs ?’’
Je me retournais, ayant repérée le blessé tantôt, avant de m’approcher. En effet, l’individu avait reçu plusieurs balles, et il était dans un état critique. J’estimais très faible ses chances de survie. Mais cela rendait en effet l’attaque plus difficile, car ils pouvaient profiter de la distance, tandis que le moindre tir pouvait provoquer une explosion. Toutefois, leurs armes devaient être rudimentaires, donc longue à la recharge. Mais ils pouvaient compenser ceci par le fait qu’ils devaient en avoir plusieurs sous la main, vu la magasin qu’ils avaient attaquer. ‘’Ce sera tout. Je m’en charge. Seule.’’

Je commençais à m’avancer de la porte, laissant la milice me prendre pour une folle. C’était peut-être le cas, ou non. J’avais déjà une idée en tête conformément à l’armement qu’ils avaient.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Geisel

Lun 11 Déc - 17:21

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Geisel


Avec : Solo

Pour tout dire, le plus dur dans cette histoire était les otages qu’ils avaient. Ils pouvaient décider à n’importe quel moment de les exécuter, ou tout du moins de faire planer la menace sur eux. J’estimais néanmoins qu’ils n’étaient pas la priorité, que l’important était de rendre la justice aussi expéditive pouvait-elle être. Le manque de fonction actuellement disponible m’obligeait à me découvrir, à ne pas pouvoir faire de reconnaissance ou jouer sur la distance, mais c’était ce qu’il faudrait faire.

Je visualisais donc la façade du bâtiment. L’endroit semblait être suffisamment long pour posséder une arrière boutique, mais aussi un étage. S’ils surveillaient l’entrée, ils devaient probablement avoir au moins un individu retranché derrière le comptoir, mais cela laissait deux endroits potentiels d’où pouvaient se trouver les otages. Ils ne devaient pas avoir de sortie de derrière, sinon ils en auraient rapidement profités. Les chances étaient un peu près égales pour le moment… Donc il faudrait dans tous les cas que je tente une entrée. Et cela serait risqué dans tous les cas. Mes compétences en escalade n’étant pas actuellement suffisantes à cause de ma masse, j’estimais risquée l’ascension. D’autant qu’une fois à l’étage, je risquerai d’être à découvert. Il fallait que j’use de vitesse, que je les surprenne suffisamment pour ne pas avoir de problème.

J’approchais jusqu’à la porte, prenant le temps qui était nécessaire pour jauger cette dernière, avant de commencer à poser ma main sur la poignée, et lentement l’ouvrir, gardant mon autre main en évidence. Je tentais de commencer de manière diplomatique avec eux, laisser une chance à ces individus d’éviter un bain de sang. C’était un risque, mais il fallait bien en prendre pour débloquer cette situation extrêmement tendue.

‘’Messieurs, je viens ici pour négocier. Je ne suis pas armée, je viens négocier.’’


J’ouvrais lentement la porte, les mains en évidences. Avant de la refermer. Ce plan me permettais en faire d’obtenir les informations sur la disposition des pièces et sur la position des otages. Inutile de préciser ceci, mais j’étais immédiatement mise en joue par deux des individus, qui tremblaient. Ils ne semblaient pas être bien âgés ou sûr de ce qu’ils faisaient. Pour simplifier, ils étaient donc très instables, capable de ruiner leurs vies sur une action involontaire.

‘’Vous êtes qui ? Qu’est-ce que vous voulez ?!’’
Commença l’un d’eux, après m’avoir observé pendant plusieurs secondes où je ne bougeais pas.

‘’Je viens négocier. La milice se trouve actuellement dehors. Je viens tenter de désarmer le conflit. Toutefois, j’ai besoin avant d’entendre vos revendications de m’assurer de la vie des otages que vous tenez actuellement.’’

Normalement, dans ce genre de situation, ils devraient faire en sorte d’amener au moins un otage, ou de faire entendre leurs cris. C’était une manière comme une autre de faire savoir qu’ils étaient en vie, mais je fus la première surprise de voir qu’à la place, l’un d’entre eux m’indiqua la voie, faisant en sorte que je puisse voir encore plus la disposition des lieux. Les otages se trouvaient donc à l’étage, et c’est là où je fus, me retrouvant donc avec la famille, complètement terrorisée, un garde plutôt nerveux, et deux d’entre eux faisant le guet pour éviter les conflits. Autrement dit, ils venaient de me guider en plein cœur de mon périmètre d’action.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Geisel

Lun 11 Déc - 17:21

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Geisel


Avec : Solo

Constatant la présence des otages, je me tournais vers l’homme qui me surveillait. Il continuait de braquer son arme dans ma direction, comme s’il comptait me tirer dessus au moindre faux pas. Mais ce dernier, ils l’avaient déjà fait en me laissant m’installer. Des amateurs en fait, je m’étais déjà débrouillée de situation un peu plus complexe que celle-ci. Je posais mon regard vers le mur, d’une manière surprise, vraiment confuse et insistante, ce qui, intentionnellement, fit en sorte qu’il détache son regard de moi, me permettant de m’approcher de lui, et de commencer à l’étouffer, pour lui couper le souffle, et ainsi le faire s’évanouir en quelques instants. J’écartais ainsi son arme, la confiant à la famille, que je prévenais de quelques mots.

‘’Je suis là pour m’occuper de ces personnes. Surveillez-là, mais ne bougez pas d’ici tant que vous ne me voyez pas une personne de la milice revenir.’’


Je commençais à avancer un peu. C’était là que les choses allaient se complexifier. Deux individus armés face à moi. Forcément il y aurait conflit, car aussi instables qu’ils étaient, ce serait dans le sang qu’ils se livreraient. Il me fallait agir sans risquer d’être victime de leurs armes qui risquaient d’avoir un effet sur moi. Je ne voulais pas tenter mon blindage face à des armes à feu. Il me fallait donc un bouclier, aussi grand pouvait-il être, et j’avais une idée sur la question…

La porte. Littéralement. Je soulevais la porte de bois, pas massif heureusement, pour la dégonder, avant de commencer la descente des escaliers. Autant dire qu’ils furent surprit de voir le mobilier s’opposer à eux, même s’ils se doutaient que c’était moi derrière ! Ils commencèrent à me tirer dessus, à essayer de me neutraliser, mais heureusement ce bouclier improviser était efficace, et eux trop tendus pour penser à économiser leurs tirs ! Ils vidèrent toutes les armes qu’ils avaient à porter, me permettant ainsi de les charger ! Je fis tomber la porte sur l’un d’entre eux, avant de bondir et d’engager le corps à corps avec l’autre. Esquivant son premier crochet, je plaçais mon poing entre ses deux poumons à cause du nombre d’ouverture qu’il laissait, avant de faire tomber mon coude au niveau de sa nuque. Le premier venait à peine de se dégager du mobilier lorsque je m’agenouillais sur lui, en commençant à le neutraliser par une multitude de coups brutaux au niveau de son visage, le mettant suffisamment mal pour qu’il ne puisse plus agir.

Je franchis donc tranquillement la porte, pour me faire accueillir de nouveau pendant quelques instants par des armes braquées en ma direction, avant d’avancer vers celui qui dirigeait l’opération, en lui indiquant d’une manière neutre :

‘’Mission accomplie.’’



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Geisel

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sauter vers: