bannière du haut du forum

Partagez

Mercenaires arctiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sujet: Mercenaires arctiques

Mer 20 Déc - 22:58

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Mercenaires arctiques
feat. Einar Usko



Bruyante neige

La vie sauvage m'avait amenée dans bien des endroits, mais c'était la première fois depuis mon arrivée qu'elle m'avait ramené aux montagnes où j'ais rencontrée la dame. Bon, j'y ai aussi rencontré quelqu'un d'assez atypique, Carmina. Ces souvenirs ne m'étaient pas particulièrement agréable, puisque la compréhension avec cette hurluberlue avait était plus que difficile. JE l'avais depuis confié à d'autres personnes dans la même situation que nous pour qu'il l'emmène en ville, pendant que je retournais dans la pampa. Je me demandais ce que devait la folle, pas que j'y tienne particulièrement, mais j'étais plutôt curieuse.

Je regardais la montagne se dresser devant moi, il n'y avait aucune trace de la tempête qui m'avait accueillis la première fois. Aujourd'hui le soleil était radieux et la neige réfléchissante. La visibilité était assez réduite, mais ça n'empêchait pas l'itinérante que j'étais de s'engager sur les sentiers, avec pour seul objectif de s'occuper. Qui sait, je trouverais peut-être a manger, ou un ennemi de qualité. J'espère juste qu'ils sont en rupture de stock de maboules dans cette montagne, une seule c'était déjà bien difficile, j'ai pas vraiment envie de m'y replonger tout de suite.

Je me demandais quel genre d'animaux vivaient dans les montagnes. Moi même j'avais bien plus l'habitude des déserts, la faune montagneuse était assez nouvelles pour moi, surtout sur ce nouveaux monde. Celle de la forêt m'avait posé quelques soucis, mais majoritairement elle était gérable. Est-ce que les créatures d'ici allez être plus coriace ? J'allais le découvrir tôt ou tard.



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Mercenaires arctiques

Jeu 28 Déc - 15:26

avatar
Einar Usko de Balenria
N : 10 Or 455
dossier de personnage
Métier: Apprenti forgeron
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t278-einar-usko-de-balenria#1255
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Mercenaires arctiques





Après m’être séparé de l’étrange demoiselle qu’était KCT, j’avais continué de suivre la vallée pour lentement me rendre à Tirione. Je profitais de me trouver dans une région calme politiquement pour m’entraîner régulièrement, souhaitant regagner un peu de ma force avant d’atteindre la nation aristocratique du sud de Bariande. De ce fait, je pouvais passer plusieurs jours au même endroit, désirant pratiquer quelques exercices afin de regagner les muscles et la souplesse que cette Dame m’avait dérobé en m’amenant dans ce monde. Pour subsister à mes besoins, je troquais mes services. C’est-à-dire qu’à chaque fois que j’arrivais dans un petit hameau, je rendais un service aux familles - aider à couper du bois, nettoyer des étables, s’occuper d’un champ - et, en échange, il m’offrait un peu de nourriture et d’or. J’avais vendu la cape que les chasseurs m’avaient offert, histoire d’avoir une réserve de fond en cas d’urgence.

Un jour, en arrivant dans un nouvel hameau, je remarquai que les habitants ne semblaient pas d’humeur à converser avec un étranger portant une étrange tenue. Après un court dialogue avec une jeune locale, j’appris qu’ils s’inquiétaient de l’absence d’un jeune homme. Ce dernier avait apparemment fait un voyage jusqu’à une ville proche pour y vendre quelques produits, mais tardait à rentrer. En temps normal, je leur aurais conseillé de ne pas s’en faire, mais j’avais aussi appris qu’ils avaient reçu une demande de rançon de la part de bandits locaux. Je me portai alors immédiatement volontaire pour aller enquêter sur son possible enlèvement et pour éventuellement le secourir. Je me doutai que je n’étais pas encore assez fort pour tenter un quelconque affrontement avec un groupe de malandrins, mais j’estimai que j’étais capable de pouvoir accomplir cette opération en évitant de me battre. Soit par négociation, soit en ne comptant que sur ma discrétion.

Après avoir reçu les informations concernant la route qu’avait empruntée le jeune disparu, je me mis en route. La route me forçait à m’enfoncer un peu plus dans les montagnes, ce qui ne me plaisait pas tellement, car je devais quitter la douceur de la vallée pour retrouver le vent mordant que j’avais rencontré à mon arrivée. Le ciel était clair et bien dégagé en cette journée, laissant présager que je n’avais pas à me soucier d’une éventuelle tempête. La route me forçait à m’enfoncer un peu plus dans les montagnes, ce qui ne me plaisait pas tellement, car je devais quitter la douceur de la vallée pour retrouver le vent mordant que j’avais rencontré à mon arrivée. Je continuai encore un peu d’avancer, avant de voir un peu plus loin devant moi une silhouette se rapprocher. J’attendis un peu pour mieux l’observer, continuant d’avancer et d’observer à la recherche d’éventuels indices sur la disparition du jeune homme. C’était une jeune femme, blonde, vêtue légèrement, un peu trop pour la région si vous vouliez mon avis. Elle n’avait pas l’allure ou le comportement d’un bandit, mais elle n’avait pas non plus celui d’un péon, je préférais donc rester sur mes gardes et être prêt à dégainer dans le pire des cas.
- Veuillez accepter mes excuses, mademoiselle, l’interpellai-je quand nous fûmes à bonne distance pour discuter, mais, sur les chemins que vous avez emprunté dans ces montagnes, avez-vous remarqué la présence de bandit ? Je suis à la recherche d’une personne qui s’est probablement fait enlever sur ces routes.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Mercenaires arctiques

Jeu 4 Jan - 21:14

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Mercenaires arctiques
feat. Einar Usko



Femme bornée

J'avançais, tranquillement et sans objectif particulier dans la neige, le vent caressant allégrement ma peau exposée. J'avais un corps plutôt résistant aux intempéries et ma nature rendait l'attaque difficile aux microbes qui pourraient tenter de s'infiltrer dans mon corps. Pour moi, la neige et le vent n'était qu'une petite fraicheur sans grande incidence pour ma santé et ne me gênait pas plus que cela. Je me demandais bien ce que j'espérais faire en bravant ces montagnes, je n'avais littéralement rien à faire de l'autre coté du col, si ce n'est continuer mes errances. A moins que quelque chose d'inopportun n'arrive ici.

Alors que j'avançais sans trop faire attention, une voix m'interpella. En relevant la tête, je vis un homme de bonne stature, plus grand que je ne l'étais mais pas vraiment menaçant ou intimidant. Il avait plus l'air d'un enfant qu'on aurait étiré pour qu'il ait les dimensions d'un adulte. Sa tenue me faisait plus penser a une tenue d'apparat de chevalier ou de noble qu'a une véritable armure de soldat. Il m'accueilli avec des paroles pompeuses de bourge, mais je remarquais qu'il avait porté sa main sur la garde de sa lame, ce qui m'intéressais mille fois plus que ce qu'il avait pus me demander.

"Un enfant qui se prend pour un guerrier ? Dis-moi petit, cette main sur ta lame doit-elle me dire que tu pense pouvoir me vaincre si j'étais ton ennemi ? Tu ferrais mieux de rentrer chez toi et de laisser le combat a ceux qui savent et qui ne s'embarrasse pas de toute ces conneries fleuries de bourgeois. Combien devront mourir avant que vous compreniez que nous sommes aussi dangereuses que vous ne l'êtes ? Bande de con, vous méritez de vous faires piétiner pour votre stupidité."

Une main sur la hanche, je sermonnais l'inconnus sans même prêter garde a ce qu'il m'avait demander. Des écailles dorées commençaient a recouvrir mes mains et a remonter le long de mes avant-bras en prévision du combat qui allait certainement survenir.

"Je te laisse le premier coup. Si tu ne le prend pas, je ne me gênerais pas."



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Mercenaires arctiques

Ven 5 Jan - 1:19

avatar
Einar Usko de Balenria
N : 10 Or 455
dossier de personnage
Métier: Apprenti forgeron
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t278-einar-usko-de-balenria#1255
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Mercenaires arctiques




Vous savez, n’importe qui de censé penserait qu’être poli, tout en restant prudent, face à un ou une inconnue serait le bon comportement à adopter. Et puisque je m’étais comporté de cette manière, je ne m’attendais pas exactement à recevoir une flopée de phrase passivement agressive de la part d’une inconnue qui avait vraisemblablement eu, pour des raisons qui restaient obscures à mes yeux, son ego blessé par mes paroles. Non, en fait, elle ne s’était pas tellement intéressée à ma question concernant l’affaire d’enlèvement que j’essayai de régler pour se concentrer sur le fait que j’avais maintenu ma main sur la garde de Stamatios. Elle avait tenté de me blesser en m’accusant de la sous-estimer et de ne pas avoir la carrure pour me comporter comme un guerrier. Je restai quelques secondes devant le surréalisme de cette situation avant de secouer la tête pour revenir à la réalité.

L’étrange furie s’était alors mise en garde, attendant et m’invitant même à lancer le premier assaut. Cette personne commençait vraiment à me les briser. Je détestai ces gens qui prenait trop à la légère la violence des combats, qui n’hésitait pas à vous défier pour un oui ou pour un non, ou qui prenait même les duels comme une manière de s’amuser. Quand j’avais été contraint de passer plus de dix jours dans une arène, j’avais fulminé. Quand j’avais été contraint de me battre face au baron d’Arnedar, j’avais fulminé. Quand les autres templiers me défiaient à Ivia pour satisfaire le tragique manque d’ego dans leur cœur, j’avais fulminé. Du plus loin que je me souvienne, je n’avais jamais aimé avoir à me servir de mes deux épées pour les porter sur la figure de quelqu’un d’autre. J’appréciai de m’entraîner, parce que cela me détendait. Et je pensais tout cela parce que j’avais profondément conscience de la faiblesse – ainsi que de celle des autres – et de la gravité que pouvait impliquer mes gestes lors d’un combat. Cela me révoltait que l’on puisse avancer de telles menaces sans réflexion. Je répondais donc, froidement :
- Est-ce irrespectueux de se comporter prudemment face à une personne que l’on ne connaît pas et qui fait, sans offense, tâche dans le paysage alors que l’on cherche à retrouver la trace de bandits ? Par votre seul sang-chaud, vous venez de justifier ma méfiance. Je vois bien que vous n’avez aucune intention de m’aider et je vais me permettre d’assumer que vous n’avez aucune information utile sur la personne que je recherche. Personne qui s’est fait kidnapper, je vous le rappelle puisque vous n’avez pas pris la peine de m’écouter. Maintenant, si vous le voulez, je vais continuer mon chemin. Je n’ai pas de temps à perdre avec quelqu’un ayant un aussi gros problème d’ego. Appelez-moi un lâche, si vous le souhaitez. Au moins, je suis conscient de la faiblesse de mon corps et de l’importance de secourir une personne en danger.

Je repris ma route, tenant fermement ma main sur Stamatios, sachant pertinemment qu’elle n’allait sûrement pas me laisser partir aussi facilement. Je voulais la contourner en restant sur le chemin de montagne tout en restant le plus loin de cette hystérique. Je gardai un œil attentif sur cette dernière, observant chacun de ses mouvements. Je n’allais pas me laisser faire si j’étais contraint de me battre. J’espérais simplement pouvoir en finir rapidement, pas exactement sûr de pouvoir tenir le duel très longtemps avec ma forme physique actuelle.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Mercenaires arctiques

Ven 5 Jan - 1:55

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Mercenaires arctiques
feat. Einar Usko



Confrontation

Le garnement semblait passablement choqué par mon comportement, comme bien d'autres. Je n'avais pas pour objectif de me faire des amis, je ne cherchais même pas le contact avec les autres. Je suis une solitaire, vivant ma vie dans mon monde, les choses de la société ne m'intéressais pas, je ne m'attendais pas a lui plaire ou même a ce qu'il me comprenne. Toujours est-il que le petit soldat se défendait que sa réaction fût parfaitement normale et que mon comportement justifiait sa méfiance. Il me sermonna comme je l'avais sermonné, avant d'essayer de reprendre sa route, visiblement effrayé par ma personne, ce qui m'amusait assez, il fallait l'avouer.

"Imbécile ! Tu crois vraiment que si tu m'avais offensée, tu serais encore debout ? Non, ce qui va suivre n'a rien à voir avec ton comportement, c'est seulement ma volonté. Je veux voir ce que vous valez, toi et tes beaux discours héroïques barbants. Parce que c'est bien beaux de parler comme un héro, mais il faut encore avoir les bras pour assumer. Tu pense que j'ai des problèmes d'égo ? Tu es bien loin du compte. Je suis tel que la nature m'a créée, je ne laisserais personne me commander, aucune règle me réprimer, parce que rien ni personne n'a le droit de diriger ma vie autre que moi. Maintenant, tu as peut-être une mission à remplir, mais moi je veux me battre. Tu peux débattre autant que tu veux sur la légitimité de nos choix, au final, seul le plus fort aura son mot à dire."

Je me mettais en position, dévoilant allégrement les écailles qui recouvraient maintenant mes avant bras et mes tibias. Je laissais quelques secondes passer pour que mon adversaire puisse bien assimilé la situation avant de bondir dans sa direction, visant à enfoncer mon poing droit dans son estomac, prêt à enchainer avec un uppercut du gauche dans la mâchoire. Je voulais aller relativement doucement pour engager les hostilités, aussi je me retenais d'enchainer, voulant voir comment mon adversaire allait réagir.




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Mercenaires arctiques

Jeu 8 Fév - 11:59

avatar
Einar Usko de Balenria
N : 10 Or 455
dossier de personnage
Métier: Apprenti forgeron
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t278-einar-usko-de-balenria#1255
Voir le profil de l'utilisateur
Einar Usko de Balenria a écrit:
Header

Mercenaires arctiques




Si je devais trouver une seule qualité à cette fille qui commençait sincèrement à me les briser, c’était qu’elle était fidèle à ses principes. Enfin, cela aurait été une qualité si, dans le cas le plus permissif, un seul de ses principes avait été louable, ce dont je doutais fortement vu le caractère belliqueux qu’elle me présentait. Sûrement dotée d’un cerveau reptilien, elle semblait peiner à comprendre qu’il n’y avait aucune raison de se battre et qu’il valait mieux, dans notre intérêt commun, continuer notre route sans se soucier de l’autre. Non. À la place, croyant sûrement avoir un éclair de génie, elle m’expliqua qu’elle agissait selon sa propre volonté, qu’elle ne suivait que les règles que la nature lui avait dicté, sans se plier à ce que d’autre aurait pu lui imposer. Une bien triste pensée, montrant bien qu’elle était de ceux qui se croyait libre, alors qu’il était soumis à leurs pulsions les plus primaires. Des animaux, simplement mus par le désir, incapable de comprendre l’impact de leurs actions. J’aurais pu lui dire ça, mais à quoi bon. Une personne aussi bornée qu’elle n’aurait jamais voulu m’écouter, ou aurait simplement balayée mes arguments d’un revers de main, refusant la discussion. Je devais m’y résoudre : la seule parole que ces individus acceptaient était celle des gestes et du combat. Et quand je la vis me sauter dessus, je compris que je n’avais plus le choix.

Ce duel commençait avec un désavantage, dans mon cas. Comme j’étais en train de m’éloigner d’elle, je ne lui faisais pas parfaitement face, et je dus immédiatement faire un mouvement pour me retourner. Je profitais de cet instant pour dégainer Isokrates de la main droite, afin d’avoir une arme avec laquelle me défendre, puisque je devais attendre d’avoir un peu plus d’espace pour prendre mes deux lames en mains. Je parvins ainsi à décaler le poing droit qui fonçait vers mon abdomen en glissant en même temps vers ma droite avant de me reculer pour esquiver in extremis son uppercut. Une fois à bonne distance, je pus sortir Stamatios de son fourreau. Comme je n’avais pas encore pu rencontrer de forgeron pour les réparer, mes deux épées n’avaient toujours pas récupéré leur incroyable tranchant, mais elles restaient très efficaces en combat. Maintenant que j’étais prêt à croiser le fer, je m’énonçai :
- Ainsi soit-il. Puisqu’il est impossible de vous faire entendre raison, je n’ai plus d’autre choix. Ô Serana, patronne des templiers, pardonne mes gestes destructeurs et irréfléchis…

Je passais alors à l’action. Le principal avantage de disposer d’armes est de disposer d’une allonge par rapport à un pugiliste. De ce fait, afin de conserver cette distance, je n'effectue que de rapide coup d’estoc avec Isokrates. J’avais levé Stamatios afin de pouvoir parer une possible attaque si elle arrivait. Je restais prudent, ne souhaitant pas tenter la chance et risquer de me faire avoir par mon orgueil. Je venais d’arriver à Bariande, ma force et mon agilité n’était donc plus celle auxquelles j’étais habitué. Je ne devais donc pas laisser passer une seule ouverture et n’en présenter aucune. Et qu’importe si elle s’amusait ou non de ce combat, ce n’était clairement pas mon problème et je comptai bien le lui faire comprendre par les gestes.



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Mercenaires arctiques

Mer 14 Fév - 17:39

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Mercenaires arctiques
feat. Einar Usko



Valeur ?

Un rapide coup suffit pour que le snobinard qui me faisait face comprenne qu'il n'avait pas le choix. Répondant a mon assaut, il dégaina une sorte de rapière décorée dont la lame crissa contre les écailles qui recouvraient mon poing droit alors qu'il déviait mon attaque sur le coté. Rapidité ou chance ? Difficile a dire, le second coups allait m'apporter une réponse plus concrète au travers de l'esquive in-extremis qu'il réussit. Il semblait avoir des réflexes, mais son corps avait du mal a suivre a en juger ses exploits. Il dégaina une seconde épée et fit une sorte de prière avant de se préparer au combat, ce qui me fit légèrement rire.

"Une prière maintenant ? Mais est ce qu'il y a ne serait-ce qu'un fragment de force chez toi ou est ce que tu laisse tout le monde te dire quoi faire ? Déjà que tu te plie aux autres comme un bon chien, faut maintenant que tu mette ta vie dans les mains d'une déesse qui de toute façon ne te sauvera pas ? Tu parle d'une plaisanterie."

Le duelliste se rapprocha rapidement en commença a enchainer les coups d'estocs, gardant visiblement sa deuxième lame en retrait pour se défendre en cas d'attaque. Un paterne classique et facilement prévisible et il n'était pas difficile d'esquiver ou parer de tel coups. Le métal crissa contre mes écailles pendant cet échange, jusqu'à ce qu'après une parade, je me saisisse de sa lame, bien décidée a ne pas la laisser partir. Il était bloqué et n'avait plus que sa seconde lame pour espérer se dégager et j'étais prête a cette éventualité.

"Regarde la vérité en face, tu ne pourras pas me battre avec un style comme ça. Tu es trop prévisible, pas assez fort ou rapide. Tu aurais déjà de la chance de battre un bandit malade dans ton état, alors un groupe ? Ha, laisse moi rire. Tu devrais retourner derrière les mur de ta ville te planquer le temps de valoir quelque chose, parce que là tu va juste crever."

D'un vif mouvement, je poussais sa lame contre lui pour le faire reculer.

"Avoir un grande gueule, ça ne te sauve pas la vie, bien au contraire. Tu ferais mieux de faire profil bas plutôt que de te la ramener avec tes grands airs. Tout le monde n'est pas aussi coulant que moi."




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Mercenaires arctiques

Dim 18 Fév - 19:59

avatar
Einar Usko de Balenria
N : 10 Or 455
dossier de personnage
Métier: Apprenti forgeron
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t278-einar-usko-de-balenria#1255
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Mercenaires arctiques




Cette jeune femme n’avait pas l’air d’apprécier le fait que j’avais adressé quelques mots à Serana. Elle n’avait pas eu non plus l’air de comprendre qu’il ne s’agissait en aucun cas de l’invocation d’un nom pour me donner des forces – ni même d’une prière à proprement parler – mais d’une simple mauvaise habitude que j’avais pris au fil de mes aventures, alors que l’appréciation que j’avais pour le combat diminuait à chaque fois que j’avais à me servir de mes lames. En plus de ça, elle ne savait pas que Serana n’était pas une déesse. Je ne pouvais pas lui en vouloir pour ça cependant, la manière dont j’avais parlé d’elle avait des équivoques. Quoi qu’il en fût, cette phrase ne voulait rien dire de plus que les mots que j’avais utilisé : c’était une simple excuse à la fondatrice de mon ordre que je prononçai pour me décharger de la culpabilité d’avoir recourt à d’inutiles violences. En effet, les templiers n’avaient rien de guerrier, puisqu’ils étaient des gardiens. Ils ne se battaient pas, ils protégeaient. Et si les simples d’esprits argumenteraient qu’il ne s’agit que d’une histoire de sémantique, la réalité des choses est plus ambiguë. Cependant, c’était avant tout une affaire culturelle, donc le recul que j’avais pouvait diamétralement être opposé au sien. Je ne me souciais donc pas plus de la pique qu’elle m’avait lancé.

Alors que j’enchaînai les courtes estocades, j’avais remarqué quelque chose. Mes lames semblaient ricocher sur sa peau, comme si elles rencontraient une armure. Mais au moment où j’avais changé de stratégie pour m’adapter à cet adversaire cuirassé, la jeune femme attrapa Isokrates. En temps normal, quand cela se produisait, j’abattais violemment mon autre arme sur le poignet de mon assaillant, mais le manque de réflexe et d’adresse due à ma récente arrivée à Bariande m’empêchèrent de réagir à temps. Quel idiot faisais-je... Ma faiblesse m’empêchait de me risquer à affronter qui que ce fût pour le moment. Comment pouvais-je alors prétendre vouloir sauver un homme de bandit. J’allais devoir réfléchir à un autre plan une fois cette affaire classée.

Isokrates bloqué, je restais prêt à contre-attaquer s’il le fallait. Mais mon instinct me disait que cela n’allait pas être nécessaire. En effet, j’avais l’impression que l’inconnue s’était fortement retenue. Elle tenta alors de m’asséner les quatre vérités, m’expliquant que j’étais trop faible, que mon style était trop imparfait et que j’allais mourir si je persistais à vouloir sauver l’otage. Elle me repoussa violemment, me forçant à reculer. Et alors que j’abaissai mes armes, comprenant que ce “duel” s’était finis par une cuisante défaite de ma part, elle reprit son monologue, accusant mon optimisme et mon manque de réalisme. Je rangeai donc mes épées :
- Vous avez raison, commençai-je d’un ton calme et posé. Parfaitement raison, même. Je suis faible. Trop faible pour vaincre un bandit. Mais ça ne signifie pas que je ne peux rien faire pour l’homme qui s’est fait enlever. Pensiez-vous vraiment qu’avec mon niveau actuel, j’allais tenter de défaire un groupe entraîné et uni ? Je suis certes altruiste, mais pas suicidaire. Tout ne se résout pas à la force des poings. Et un n’est pas contraint de se conduire de manière épique pour sauver une vie. Certes, j’avais l’espoir de pouvoir sortir cet homme par moi-même, mais je suis contraint d’abandonner ce projet. Néanmoins, ça ne signifie pas pour autant que je ne peux rien faire. Si je parviens à trouver l’emplacement de leur bastion et que j’en fais part à des personnes plus expérimentées, plus aptes à remplir cette mission, peut-être que ces gens-là mettront fin à ce groupe de hors-la-loi. Ce sera peut-être trop tard pour ce bougre, mais tant pis, car j’aurais fait mon possible.

Une fois mes deux lames rengainées, je me retournais, prêt à partir, quand un souvenir me revint en mémoire. Il me semblait que KCT m’avait vite fait la description d’une jeune femme blonde agressive, mais pas au point de tuer quelqu’un. C’était légèrement tiré par les cheveux, mais ça valait le coup d’essayer :
- Corrigez-moi si je me trompe, mais votre nom, est-ce que ça ne serait pas Sahronglaag ? Une jeune... hésitai-je, ne sachant toujours pas comment la considérer avant de finalement choisir, une jeune golem répondant à l’appellation de KCT m’a parler de vous. Enfin, disons qu’elle vous a très vite décrit... J’aurais aimé vous rencontrer dans d’autres conditions, pour un duel d’entraînement par exemple. Dans tous les cas, je ne peux que reconnaître votre force. Je sais que je suis très mal placé pour vous faire une leçon de morale, mais considérez ceci, je vous en prie : votre force est un don. Contrairement à moi, vous ne semblez pas être bridée par une nature humaine. Je pense qu’il serait dommage que cette force ne servent qu’à satisfaire vos pulsions et vos désirs. Prenez ceci avec un grain de sel, je ne suis le maître de personne et je n’oserais jamais prétendre l’inverse. Sur ceux, au revoir.

J’avais quelques problèmes à me décider quoi penser sur cette Sahronglaag. D’un côté, c’était une femme qui cédait volontiers à ses pulsions animales qui la poussaient à se comporter comme une bête territoriale désireuse de montrer sa force aux autres. D’un autre côté, elle n’était clairement pas idiote et je ne pouvais juger sa vision du monde sur le peu que j’avais vu. Son comportement violent et son sang-chaud ne me plaisaient définitivement pas, mais si KCT m’avait dit qu’il y avait moyen de discuter de manière posée avec elle, cela signifiait que l’on pouvait la raisonner, d’une manière que j’ignorai pour le moment. Clairement, elle n’était pas dans le groupe de personne que je respectai ou que j’appréciai, mais je ne comptai pas la ficher immédiatement comme un individu non-respectable.

Pour le moment, ce n’était pas mon plus gros problème, cela dit. Je devais encore retrouver l’endroit où se cachait les bandits avant de reporter cette information à une personne plus compétente que moi. Cette deuxième étape allait se révéler plus complexe que la première. Quant à la jeune femme, je ne m’étais pas plus soucié de sa réaction.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Mercenaires arctiques

Jeu 22 Mar - 12:39

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Mercenaire Arctique
feat. Einar



Jugement

Le chevalier eu quelques instants de réflexions quand il comprit qu'il n'avait pas vraiment de chances au combat, que ça soit contre moi ou des bandits, mais finit par réagir calmement a la situation, chose qui me surprit venant de la part de quelqu'un qui m'était apparut comme hautain. Il acceptait humblement sa situation mais disait qu'il ne pouvait pas non plus ne rien faire et qu'il pourrait peut-être trouver quelqu'un pour agir là où lui ne pouvait rien faire. A l'entendre, il n'avait aucun problème à sacrifier son honneur pour sauver une vie, ce qui me fit penser a la rouquine avec qui je m'étais fait une habitude de me disputer sur ce genre de sujet. Son approche des choses était aussi téméraire que pouvaient l'être les miennes, mais les personnes droites avaient souvent tendance à mordre dans plus gros qu'ils ne pouvaient avaler.

"Au moins tu ne te fais pas d'illusion sur ta situation, c'est bien et persévérer malgré ça prouve que tu es soit un idiot, soit un suicidaire, dans les deux cas ça me plait. Si seulement tu pouvais être moins coincé et apprendre a t'amuser un peu, ça serait parfait, mais il faut croire que vous êtes tous des vieux cons grincheux dans ce monde. Pour ce que j'en ais à faire, ta mission ne me concerne pas, mais j'imagine que je n'ai pas grand chose à perdre à t'accompagner, histoire de voir si tout ça c'est du vent ou si t'as les couilles d'aller au bout. Après tout, y'a quand même beaucoup de chance que les choses ne se passent pas du tout comme tu l'espère, peut-être même que tu tomberas dans une embuscade sans avoir rien trouvé. Je me demande ce que tu fera alors."

Je réagis ensuite a ses commentaires, comme quoi KCT lui aurait parlée de moi et ses suppliques d'utiliser mes forces pour aider les autres. Je lui répondis sur un ton sec et résolus.

"Ma force est mienne et moi seul décide de quoi en faire. Tu désire sauver des vies, je désire être libre de faire comme bon me semble. Qui peut dire ce qui est bien ou mal quand on parle de vœux ? Un désir est un désir, il n'y a pas de moralité à avoir. Je fais ce que je veux et tu fais ce que tu veux, le fait que ce que tu veuilles faire concerne les autres ne change pas le fait que c'est ce que TOI tu veux et non pas ce que les autres veulent. Tu ne peux pas accomplir des vœux sans en piétiner d'autres, donc je me contente d'exhausser mes vœux puisque personne d'autre que moi ne peux les défendre."


Une fois ceci dit, je pris la suite du chevalier, le suivant en restant en retrait de quelques mètres. Je n'engageais pas de conversation particulière, mais je ne rechignais pas à lui répondre si c'était ce que lui voulait. Mon seul but était de juger cette âme chevaleresque pour ce qu'elle était vraiment.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mercenaires du chaos vs gamines
» [Mercenaires] Premier essai de liste
» Les triplés [Mercenaires]
» Aventure des mercenaires du sable
» ma bande de mercenaires

Sauter vers: