bannière du haut du forum

Partagez

Shayim [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sujet: Shayim [fini]

Lun 25 Déc - 20:30

avatar
Shayim
N : 15 Or 555
dossier de personnage
Métier: Acolyte
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t322-shayim
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Présentation de Shayim

Informations générales

Nom :

//

Prénom :

Shayim

Âge :

21

Sexe :

Féminin

Origine :

Heabury

Race :

Changeformes

Toi, derrière ton écran

Pseudo / Surnom :

Pandore, Shumeï,...

Prenom :

Eve

Comment as tu connu le forum ?

MP groupé School of Progress

Des questions ou des suggestions ?

j'ai eu ma réponse^^

Histoire

La tête posée sur l'épaule d'Eshma, les yeux à demi-fermés, Shayim cherchait à se souvenir d'une époque où elle ne le connaissait pas. Elle n'y parvenait qu'à grand peine. Tout ce qui concernait son enfance, jusqu'au jour où elle avait été "remarquée" par une famille d'Albas, lui échappait. Elle se souvenait vaguement d'êtres qu'elle aurait pu appeler père et mère. Seulement, dans leur errance continuelle à travers les rues les plus mal famées d'Heabury, leurs visages et leurs voix changeaient continuellement. Lorsque leur fille ne suivait pas ce rythme, ne reconnaissait pas ses parents, ils ne l'attendaient pas.
Elle avait ainsi beaucoup erré, beaucoup mendié, beaucoup souffert déjà, des crachas, des coups et des rires gras qu'elle avait reçus dès son plus jeune âge. D'autres Skures, elle avait déjà dû en côtoyer beaucoup, et leurs relations avaient dû tenir bien plus de la lutte pour survivre que de l'entraide. Pourquoi n'avait-ce pas été le cas avec Eshma, pourquoi était-il devenu quelqu'un de spécial? Elle ne saurait le dire.

Elle en arriva à son premier souvenir net, un souvenir bien douloureux. Un froid tenace et mordant régnait depuis quelques jours à peine, car la semaine de Naha venait de commencer. Aux fenêtres, une légère couche de givre s'était formée, et les quelques pavés qui restaient dans leurs rues étaient devenus glissants. Peu d'âmes se risquaient dehors. Les pauvres hères des basses classes se hâtaient, emmitouflées dans de nombreux habits, traînant derrière eux le panache de buée qui se formait à chaque expiration. Quant aux privilégiés des hautes classes, ils promenaient un regard méprisant et amusé depuis le chaud véhicule qui les transportait, tiré par de malheureux Skures n'ayant plus que la peau sur les os.
Shayim serra la main d'Eshma. Elle ne pouvait se souvenir de ce jour sans que des larmes ne pointent à ses yeux. Ce jour là, assise sur une ruine de muret, elle faisait face à la fosse commune. A cette immonde faille dans la terre glacée où les deux cadavres de ses parents, fraîchement assassinés par un riche marchand sur le chemin de qui ils se trouvaient et qui selon lui entravaient sa marche, avaient rejoint les cadavres anonymes de nombreux autres malheureux. Assise, donc, sur son muret, elle retenait ses larmes en maudissant les dieux.

Le bruit clair et sinistre des graviers jetés contre les pavés gelés attira son attention. A pas lents, un petit bonhomme roux, en à peu près aussi bon état qu'elle, se rapprochait dangereusement de là où elle se trouvait, en fixant sur elle un regard vert. Malgré l'expression marquée sur le visage de l'inconnu - la curiosité, la compassion, l'empathie, tant de choses incompréhensibles et anormales pour des Skures - Shayim resta sur ses gardes. Et, lorsqu'il arriva à quelques coudées d'elle, tendant une main timide, elle sauta au bas de son muret.
Elle voulut sauter au bas de son muret.
Car une poignée ferme, immobilisant lourdement sa frêle épaule, la retint.
Et là, tout s'enchaîna. Inconsciemment, tandis que la force brutale la tirait en arrière, elle tendit la main vers ce garçon inconnu. Leurs doigts s'effleurèrent un instant mais bientôt elle fut trop loin. Seulement, quelque chose de lourd et de froid avait chu dans la main.
Sous le coup de la panique, l'enfant ne prit pas la peine de regarder ce qui lui avait été donné. Elle savait qu'elle ne pouvait rien posséder, qu'au mieux ceci lui serait ôté. Alors, avec une grande discrétion que la nécessité lui avait fait apprendre, elle fit disparaître le mystérieux objet dans ses haillons.

Un sourire de reconnaissance aux lèvres - le seul sentiment à peu près positif qu'elle pouvait ressentir -, Shayim posa ses doigts sur la légère chaîne qui ornait son cou et fit venir à elle ce qui se trouvait au bout. Une petite et légère montre de gousset, discrète mais ouvragée, dans des tons de vieil or. Pourquoi la lui avait-il donnée ce jour là? Lui même ne saurait dire. Seulement, depuis qu'elle la portait, il avait toujours pu la retrouver en temps de troubles, lui qui avait eu la chance de connaître une vie meilleure.
Shayim murmura un remerciement et marcha de quelques pas. Son regard rouge parcourut quelques instants les poutres poussiéreuses et le parquet gris de poussière de ce grenier mal éclairé, dans la masure du boulanger qui avait pris Eshma comme apprenti. Enfin, elle se dirigea vers l'étroite lucarne qui laissait passer quelques rares rayons hivernaux. Elle en écarta les battants aux verres brisés et se retourna vers le jeune homme:

"Adieu."

Cela lui brisait le coeur mais, vu ce qu'elle venait de lui révéler, il était très probable qu'ils ne se reverraient plus.
L'instant d'après, la demoiselle avait laissé place à une gracile hirondelle au plumage plus gris que noir, gris comme la poussière et la saleté dans lesquels elle avait toujours vécu.

L'oiseau survola les rues en bordure de la ville, remplies de misérables n'ayant de vivant que l'apparence, traînant leur désespoir sans fin et leurs blessures à travers des rues tout aussi morbides et insalubres que leurs existences. Là, des enfants à peine protégés du froid dormaient à même la terre sous les porches moisis de maisons sur le point de s'écrouler. Là, dès qu'ils seraient en âge de marcher, ces enfants qui ne quitteraient pas ces quartiers maudits pour devenir les jouets d'autres seraient envoyés travailler, sans dormir ni manger, dans l'une de ces sombres et larges bâtisses qui, sans cesse, recrachaient une fumée ténébreuse sur cette partie d'Heabury. Les plus courageux d'entre eux, peut-être, pourraient rejoindre l'une de ces écoles de rue, avant d'être dispersés, quelques semaines plus tard, à coups de fouet, puis voués à une fin inconnue mais rapide et douloureuse.
Puis les rues s'élargirent et se firent plus propres. Les bâtisses, plus droites, plus blanches, plus hautes, commencèrent à ressembler à des palais tandis qu'elle se camouflaient derrière des portails de fer forgés et s'entouraient de cours, d'arbres et de bassins pour se perdre dans des jardins grandioses. Le brouhaha des âmes damnées avait laissé place à un silence majestueux, brisé çà et là par le souffle rauque d'un esclave tirant un carrosse.
Plus Shayim avançait, plus le paysage se faisait extravagant. La blancheur des rues et des maisons avait laissé place à un étalement chamarré de richesses, de façades peintes avec les pigments les plus rares et les plus chers, de jardins où lions, licornes et griffons pouvaient se balader en toute liberté, de perrons gardés par des serviteurs armés de ces bâtons tirant le feu, dont elle se méfiait comme de la peste. Car nombre de fois, l'un de ces serviteurs avait voulu tester cet engin de mort sur un oiseau de passage.

La fenêtre de la cuisine, simple rectangle libre de toutes les fioritures qui encombraient le reste de la demeure, avait été ouverte par une servante au courant des escapades de Shayim. Celle ci se glissa doucement par l'ouverture et, lorsque ses pattes touchèrent le carrelage immaculé, elle était redevenue une humble Skure, prête à obéir à son maître, un Héraut, avait elle entendu dire. Elle ne savait ce qui signifiait ce mot, elle ignorait donc que cet homme hautain, irascible, méprisant et cruel avait été contacté par une déesse qui lui avait confié des pouvoirs pour qu'il la sauve. Ce qu'elle ignorait aussi, c'est qu'il était resté complètement sourd à cet appel à l'aide, se contentant de profiter de la position sociale et de la puissance que lui offrait ce nouveau statut.
Sans qu'elle ne s'en rendît compte, ses doigts fins et pourtant déjà rendus calleux par les travaux fusèrent sur la table de bois, où les restes des festins de la veille attendaient d'être distribués au personnel. Déjà, le couteau qui servirait au partage avait été essuyé sur une serviette qui traînait et glissé dans ses bas. Ce geste était devenu machinal.

La jeune fille parcourait les couloirs sombres et étroits réservés aux Skures. Encore une fois, elle se demanda pourquoi elle n'était pas partie. La réponse, elle ne la connaissait que trop bien. Malgré les mauvais traitements, les coups s'apparentant parfois à de la torture pour distraire les invités lors d'un banquet, après qu'elle ait été forcée à changer autant de fois de forme que chacun le voulait, malgré l'absence d'affection ou même de chaleur humaine, l'absence de soin, l'absence de nourriture, malgré les travaux forcés, qu'il s'agît de nettoyer chacune des trois cent cinquante pièces de la maison, de préparer à manger pour une cinquantaine de convives, faire les courses la nuit - car les Skures n'allaient tout de même pas, de jour, venir souiller les rues où un Alba pourrait se promener-, l'entraînement physique qu'elle avait dû subir pour devenir l'un des assassins du maître, les risques qu'elle prenait pour aller donner la mort à quelqu'un qui agaçait celui ci et pour qui il refusait de se salir les mains - sans compter le choc moral que cela causait... Malgré tout cela elle ne pouvait partir. Car malgré tout l'oiseau avait un toit, elle avait plus de chance de se réveiller vivante le matin que si elle était restée à la rue. Et elle se voyait libre, ainsi. Car les oiseaux n'ayant nul part où se poser sont prisonniers de leur fuite.
Et puis il y avait la peur.
La peur d'être retrouvée et exécutée. La peur irrationnelle de représailles menées contre Eshma.

Enfin, elle poussa la porte du bureau austère où l'attendait le contremaître. Elle savait son destin désormais scellé et savait que, cette fois-ci, ni elle-même ni Eshma ne pourraient plus la sauver. Cependant ses yeux et son coeur étaient secs, elle avait eu la chance de vivre vingt et une années, ce qui était déjà énorme pour quelqu'un cumulant le triple malheur d'être changeformes, d'être Skure et d'être femme. - Enfin chance, vu les conditions, c'est vite dit. Disons plutôt qu'elle avait eu la chance de connaître Eshma pendant de très nombreuses années, et elle avait conscience que cette étoile parmi toute sa misère était un privilège qu'elle ne méritait peut-être pas.
Humble, elle posa un genou à terre tandis qu'on lui liait les mains et qu'on lui faisait boire une boisson à base d'Umud, qui l'empêcherait de réagir lorsqu'elle se trouverait face à la mort.

Elle rouvrit les yeux dans une arène aux gradins remplis d'Albas multicolores et surexités. La mode aujourd'hui était au turban blanc orné de pierreries.
Le maître avait eu une idée de génie en leur proposant ce divertissement: la mise à mort d'une Skure. Et certains êtres au teint de cire, vêtus de noir, proféraient d'étranges paroles: elle serait envoyée rejoindre les légions de Nott.
Le soleil froid l'éblouissait, les cordes l'engourdissaient et ses pensées semblaient ralenties par une affreuse mélasse opaque. C'est avec peine qu'elle parvint à garder les yeux fixés sur la grille qui lentement s'ouvrait, laissant passer ce qui serait son bourreau.

Le cliquetis lent et sinistre d'une armure retentit tandis que Shayim perçut les contours d'une silhouette cuivrée. Et lorsqu'elle comprit ce qui s'approchait d'elle, un cri d'horreur s’étouffa dans sa gorge.
La bête s'avançait, avec le calme du prédateur qui se sait vainqueur, propulsée par une queue de serpent armée, de chaque côté, de trois pattes d'insecte semblables à des lances de tournoi. Derrière son passage, le sable gardait la marque de la lugubre trainée ponctuée d'infimes trous de part et d'autre. A quelques mètres de sa proie, elle se redressa de toute sa proie et fit claquer ses titanesques pinces de crabe. Sous le soleil qui se reflétait sur ce bec acéré, la sacrifiée put discerner avec précision la dentelure de ces pinces.
Shayim poussa un soupir. Quel dieu pouvait-elle prier, lorsque les seuls noms qu'on lui avait appris à révérer étaient la Mort et le Désespoir. Elle ne pouvait se résoudre à supporter un trépas aussi barbare et insupportablement douloureux, surtout pour l'amusement de quelques privilégiés. Toutefois l'umud, en grande quantité dans son sang, l'empêchait de réagir.
Tandis qu'un murmure de plus en plus grand s'élevait dans la foule - curiosité, frénésie, joie, peur? - elle ferma les yeux. Plutôt que de contempler la monstruosité qui bientôt la rendrait méconnaissable, elle préférait se remémorer les cheveux de feu d'Eshma, son visage pensif et sa voix calme, sa manière qu'il avait de regarder dans le vide en silence lorsque le monde autour d'eux semblait s'écrouler...

Elle rouvrit les yeux lorsqu'un silence de mort s'abattit sur l'arène, bientôt suivi d'une clameur d'indignation. Elle était étrangement intacte.
Mais surtout... Eshma était là. Il eut le temps de lui adresser un sourire rassurant avant de s'écrouler sans vie, le front traversé d'une balle. Bientôt, le sable s'était gorgé de son sang.
Alors enfin, Shayim hurla, le visage recouvert de larmes. Elle hurla d'abord sa douleur d'avoir perdu Eshma, là où perdre sa vie lui importait moins. Puis elle hurla son incompréhension envers ce monde, envers ses dieux pour qui ils n'avaient été que des jouets écrasés de misère. Et enfin, cette incompréhension se mua en haine.
C'est à peine si elle eut le temps de remarquer le cadavre du Ciméria, tétanisé par une force mystique, lorsqu'on la détacha et la frappa jusqu'à ce qu'elle s'évanouît. C'est à peine si elle remarqua la truffe douce d'un loroth, celui là même qui avait occis le monstre par la force seule de sa pensée, qui se frottait  contre sa joue avant que l'animal ne disparût pour échapper à la convoitise du public.

Et tout devint noir.

Description physique

Shayim bénéficie d'une taille étonnamment normale pour une enfant exploitée et sous nourrie comme elle. Et son regard, qu'elle garde constamment haut et fier malgré sa situation, malgré les humiliations, malgré le risque surtout, contribuent à cette impression de hauteur.
En revanche la demoiselle reste bien trop maigre, et ce ne sont pas les quelques restes que lui jettent son maître quand il y pense qui changeront la donne. Seulement elle s'y est habituée, et cela lui permet de se faire passer pour un homme, lorsqu'elle le souhaite, sans même avoir à utiliser ses talents de Changeforme. Et sa vie d'esclavage et de travaux de force l'a dotée d'une musculature puissante, bien que discrète, ainsi que de beaucoup de souplesse et d'agilité. Seulement, depuis la rencontre avec la Dame, tout sera à redécouvrir.

Ses cheveux, originellement noirs comme l'ébène, ont très tôt viré au blanc, suite aux privations, aux mauvais traitements et aux craintes continuelles. Elle les porte courts, laissés libres de se dresser en épis comme ils le souhaitent, à l'exception de deux tresses, une de chaque côté de la tête. Il lui arrive de retenir les mèches les plus rebelles avec le premier accessoire qui peut tomber sous la main d'un Skure qui, par définition, ne possède rien. Enfin, elle garde sa frange longue afin de camoufler les rinceaux noirs qui longent la ligne de son front.
Ses pupilles, d'un rouge de sang, ont quant à elles gagné une expression résolue et presque féroce. Lorsqu'elles sont éclairées par la lumière, mises en valeur par la peau diaphane de Shayim, elles semblent briller.

La puissance d'une maison se mesure à l'accoutrement de ses esclaves. Privée de nourriture terrestre ou spirituelle, l'intérieur de la domesticité était laissé à l'état de ruine, mais l'extérieur était entretenu avec soin. Shayim possède - non pardon - Shayim a gracieusement reçu le droit de porter de nombreux ensembles noirs. Ceux préférés par la jeune fille, car les plus confortables, sont ceux constitués d'une chemise, d'un léger gilet, d'une jupe et de chaussures permettant de courir. Et pas de tablier, s'il vous plaît.
La raison de cette préférence tient aussi et surtout au fait qu'il devient alors facile de cacher deux ou trois couteaux dans cette tenue, afin de pouvoir les tirer le cas échéant, afin de tuer quiconque prenant Shayim pour une proie facile, en ayant au préalable pris une autre apparence.
Et, contre son coeur, elle porte la montre de gousset offerte par Eshma.

Description psychologique


Shayim est une personne de l'ombre. Silencieuse, taciturne et discrète, elle ne se fera pas remarquer, n'ira pas vers les gens. En revanche, ses yeux et ses oreilles sont partout. Elle est le papillon qui vient de passer sous votre nez, elle est le lézard qui s'est glissé dans un creux du mur. Elle sait quelle est votre faiblesse, elle sait où frapper, et n'hésitera pas à utiliser ces connaissances si elle peut se protéger.
Se protéger et protéger Eshma sont ses seuls buts dans sa vie. Si pour cela il faut obéir, alors elle s'y plie, mais elle ne cautionne pas les meurtres ni l'opulence. Maintenant qu'Eshma est mort, elle n'est pas prête à ressentir pour l'instant de l'affection pour quelqu'un, son esprit est rempli par la douleur et par la peine. Éventuellement pourra t elle ressentir de la compassion pour un être faible et mal traité.

Shayim possède quelques vagues notions de justice, de bien et de mal. Si elle avait la force elle les appliquerait, c'est à dire elle rendrait oeil pour oeil et dent pour dent à son maître. Mais se faire Chevalier et défendre les faibles et les opprimés... Non, elle est suffisamment occupée comme ça pour l'instant par ses propres problèmes. Elle rêverait peut-être d'un monde où elle n'aurait pas été maudite dès sa naissance, seulement elle ne possède pas les moyens de réaliser ce rêve. Et sans doute n'est-il d'ailleurs qu'une farce des dieux pour la plonger plus violemment dans le désespoir.
Enfin, il faut noter qu'en plus d'être cleptomane pour tout ce qui concerne les armes blanches, Shayim souffre d'anhédonie, c'est à dire qu'elle ne peut ressentir les émotions positives comme la joie, l'euphorie, etc.

Autres détails importants

Arme(s) et Pouvoir(s) :

Peut changer d'apparence, possède une belle collection de couteaux de cuisine dérobés un par un avec patience au fil des ans (et elle risque sa vie si cela vient à être appris)

Familiers(s) :

Un loroth apprivoisé par Eshma

Autre(s) possession(s) :

Une montre de gousset offerte par Eshma


Dernière édition par Shayim le Mar 26 Déc - 21:57, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Shayim [fini]

Lun 25 Déc - 21:56

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur
Coucou !

Bienvenue sur Bariande Shayim et bonne chance pour ta présentation ! Tu seras notre premier changeforme :happyrun: ! Pour répondre à ta question, oui, tu auras toujours la capacité de changer de forme, pas de soucis :3 !

En tout cas bonne chance pour la fin de ta fiche ! En attendant n'hésites pas à faire un tour sur la taverne et à nous rejoindre sur le Discord :dance: !

N'oublie pas non plus de nous prévenir quand tu auras finis ta fiche de présentation, sinon on risque de ne pas le voir xD !


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Shayim [fini]

Mar 26 Déc - 1:09

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur
Bienvenue à toi sur le forum o/
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Shayim [fini]

Mar 26 Déc - 1:30

avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur
Bienviendus o/


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Shayim [fini]

Mar 26 Déc - 13:53

avatar
Shayim
N : 15 Or 555
dossier de personnage
Métier: Acolyte
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t322-shayim
Voir le profil de l'utilisateur
merci :)
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Shayim [fini]

Mar 26 Déc - 21:02

avatar
Shayim
N : 15 Or 555
dossier de personnage
Métier: Acolyte
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t322-shayim
Voir le profil de l'utilisateur
voilà j'ai fini^^
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Shayim [fini]

Mer 27 Déc - 11:34

avatar
Carmina
N : 18 Or 1029
dossier de personnage
Métier: Répétitrice
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t213-carmina
Voir le profil de l'utilisateur
Bienvenue à toi ! :)

Je suis le grand méchant modo qui va s'occuper de ta fiche. :3

Histoire: Joliment décrite et cohérente, rien à redire de ce côté !

Descriptions: De même, on a tout ce qu'il faut pour cerner la madame/le monsieur/le truc.

Autre: Aucun soucis de ce côté !


Fiche validée !
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Shayim [fini]

Mer 27 Déc - 12:20

avatar
Relhan
N : 9 Or 963
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t197-relhan
Voir le profil de l'utilisateur
Bienvenue, en retard o/ les fêtes toussa-toussa :campfire:

Passe de bonnes fêtes de fin d'année et à plus sur le forum :bounce:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Sauter vers: