bannière du haut du forum

Partagez

Patrouille improvisée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sujet: Patrouille improvisée

Lun 15 Jan - 20:13

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Patrouille improvisée
feat. Aki Nishiie



Protection rapprochée

Je devais a-avouer que je ne me sentais pas à ma place… P-pour tout dire, il n’y avait p-pas vraiment beaucoup de lieu où… J-je me sentais vraiment bien, m-mis à part quelques endroits privilégiés, mais trop rare p-pour être vraiment nombreux… Pourtant, je sentais que j’étais en progrès, l-léger par rapport à avant, mais t-tout de même… Le… Le fait de savoir que nous avions u-une maison, prêtée par le jarl certes, m-mais un endroit o-où nous étions… Chez nous… Cela m’aidait… Le simple fait de savoir q-que nous ne devrions pas n-nous démener chaque j-jour pour pouvoir avoir u-un toit où dormir, d’avoir l-la possibilité d’être u-un peu plus indépendante… Cela… Cela m’aidait à m-mieux envisager l-la suite de ce que nous allions vivre…

Dans tous les cas, la vie à Lerry était… E-et bien, nous vivions dans l-la capitale depuis quelques temps d-déjà, mais nous avions la certitude q-que nous allions y rester u-un long moment, sans crainte d’être repoussée, tant que nous n’étions pas à l’origine de problème. M-mais il restait à s-savoir comment nous rendre utile, e-enfin… Surtout moi en fait, c-car si madame Aki c-commençait à avoir un travail, d-dans mon cas, la chose était u-un peu plus complexe. J-j’aidais la famille Ua Brian, lorsqu’ils le demandaient, m-mais cela n’était que quelques heures par semaine, et même si… J-je n’appréciais pas vraiment l’argent, i-il était indispensable que nous en obtenions u-un peu pour vivre, même si maintenant, n-nous allions pouvoir commencer à faire des économies, et commencer à t-travailler sur d’autres points…

Ma mémoire, et n-notre tâche en tant que héraut… Nous n’avions toujours pas vraiment eu la possibilité de v-vraiment travailler sur ces points, m-mais nous ne perdions pas espoir que les choses p-puissent s’améliorer, d’autant q-que maintenant, nous allions avoir un peu plus de temps concernant ce sujet…

Mais dans l’immédiat, nous avions une tâche. P-pour m-mieux nous faire voir d-des habitants de Lerry, q-qui nous trouvait t-toujours comme étant des étrangères, l-l’on nous avait suggérée d-d’essayer de f-faire quelques travaux supplémentaires… C’est a-ainsi que nous nous étions engagées temporairement auprès de la garde de la ville, e-enfin… Que madame Aki s’était engagée m-mais que je l’avais suivie… F-forcement, elle avait été un peu surprise de me voir l’accompagner, e-et peut-être un peu énervée… Mais je voulais m-me rendre utile, auprès d’elle c-comme des gens de la capitale… M-même si je ne portais pas l’uniforme des gardes, l-l’armure et les armes, je les accompagnais, afin de les aider… Certains étaient contre l-le fait qu’une enfant s-soit avec eux, t-tandis q-que d’autres, un peu amusés, n’y voyaient pas d’inconvénient… Je… J’avais promis que je me ferais toute petite…

Dans tous les cas, i-ils avaient fini par accepter, m-même si j’essayais de respecter ma parole, e-en n’agissant presque pas. P-pour tout dire, l-la patrouille que nous avions s-s’était dispersée à travers les rues de la ville, p-par binôme afin de couvrir rapidement l-le plus de lieu possible. N-nous avions eu p-pour notre part u-une petite rue. E-enfin, nous… Madame Aki, que j’accompagnais, et une autre garde, bien amusé à l-l’idée qu’une enfant puisse l’aider dans cette tâche… J’espérais que rien de dangereux ne se passe, mais… Je ne pouvais p-pas vraiment en être sûre… Ce métier était tout de m-même dangereux… Et j’avais u-un peu peur pour madame Aki… C’était surement ça qui… Qui m’avait amené à l-l’accompagner aujourd’hui…
© Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Patrouille improvisée

Mar 16 Jan - 19:52

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Patrouille improvisée



feat.La plus merveilleuse des petites filles


La druidesse rajusta nerveusement son arc dans son dos, les jointures blanchies par ses poings serrés par l’angoisse. Elle prit lentement une grande respiration tout en s’appuyant plus fermement sur son genou et sur le bout de bois qu’elle tenait dans la main gauche. Les yeux fermés, elle capta tout son Fluide agressif dans les doigts de sa main droite et respira profondément.

Taille.

La brindille se cassa en deux, la poussant à lâcher un grognement de dépit avant d’en saisir une nouvelle. Une goutte de sueur perlait à son front.

Taille, chuchota t-elle, comme si la force de sa voix pouvait influer sa précision.

De nouveau le bois tomba en deux morceaux mais elle continuait ainsi depuis de longues heures et une progression commençait déjà à se faire sentir. Elle tenait absolument à réussir à tailler cette flèche grâce à la magie avant de rejoindre la patrouille de garde du lendemain, histoire de se prouver qu’elle commençait à récupérer.

Taille.

Cette fois, une couche d’écorce glissa sous sa paume comme par magie … enfin par magie. Laissant échapper un cri de joie, la rouquine lança un sourire ravi au vide. Orina n’était pas avec elle en cet instant, mais si l’homonculus avait pus assister à cet évènement, elle aurait sûrement eu droit à une étreinte emplie de joie. Les choses avançaient, plus lentement que dans son ancien monde, mais elles avançaient tout de même.

*
**

Comme l’avait deviné son ancienne fille adoptive, l’amie des animaux n’avait pas été ravie à l’idée d’être accompagnée de sa protégée. Elle n’avait pourtant pas protesté, se contentant de froncer les sourcils et de lancer des regards noirs à ceux qui osaient se moquer de la jeune fille aux cheveux roses. Malgré leur progression à toutes les deux, il était certain qu’elle ne valaient pas beaucoup plus de la moitié d’un des gardes qui les entouraient, mais ce n’était pas une raison de tourner en dérision un être si fragile qui avait choisis d’affronter lui-même le danger !

Encore une fois et ce n’était sans doute pas la dernière, la jeune femme regretta ses pouvoirs, sa vie, la facilité qu’elle avait eu pour tout faire dans son passé. Elle garda une attitude protectrice envers la jeune fille durant toutes la première partie de la ronde jusqu’à ce qu’on les pousse à s’éloigner en leur assignant des positions différentes, ce qui fit bien évidemment grincer des dents l’archère qui prit même la peine de protester avant de se raviser en avisant l’oeil assassin de leur supérieur de la journée.

Soudainement, un des professionnels cria de douleur, un poignard dépassait de son abdomen, gouttant de sang, tandis qu’une forme sombre s’échappait. Aussitôt, un brans-le-bas de combat se mit en place.

- Les deux nouvelles, restez avec Loka, elle vous gardera, nous on poursuit ce fils de Drehm !
grogna le capitaine en courrant avec le reste de ses hommes.

Sans qu’Aki n’ait pu hurler sa capacité à soigner le blessé, celui-ci était déjà partis avec un autre groupe, décidément, la patrouille de Lerry possédait une certaine organisation. Déconcertée, la rousse se rapprocha de l’homonculus en jetant des coups d’oeils circonspect à la jeune femme qui était restée avec elles, tout c’était passé terriblement vite et elle avait peine à comprendre ce qui allait advenir d’elles à présent.
Spoiler:
 





Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Patrouille improvisée

Mer 17 Jan - 19:58

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Patrouille improvisée
feat. Aki Nishiie



Un bruit fendant l'air

Pour le moment, t-tout allait bien. Certains passants s-semblaient être u-un peu curieux de ma présence… Je sortais v-vraiment du lot, c-ce qui risquait de donner une image un peu étrange des gardes, q-qui acceptaient l-l’aide d’une enfant… Mais… M-mais j’étais u-un peu plus que ça, t-tout du moins intérieurement, car… L’apparence que j’avais laissait v-vraiment à croire que j-j’en étais vraiment u-une, e-et aussi un peu mes manières… M-ma curiosité et mes nombreuses maladresses… Mais aussi l-la peur de tout ce qui était inhabituel… Est-ce que je devais avoir p-peur de moi-même ? Autrefois, c’était le cas… J’avais peur de mes pouvoirs, q-qui me terrifiaient, mais sans le savoir, j’avais t-trouvée une manière d’être p-plus en phase avec eux… Je ne savais pas vraiment, m-mais j’avais un peu peur de briser cet équilibre, de risquer de le perdre, e-et de vivre à nouveau avec la crainte de mes capacités…

Toutefois, i-il y avait tout de même de l’agitation, d-des gens qui passaient rapidement, d-des côtés… Nous étions tout de même dans un endroit grouillant d’agitation… Ce qui m’effrayait u-un peu, je l’admettais sans problème, m-mais… j’étais au milieu d-de gardes, du coup… J-je ne pouvais pas être plus protégée, p-pas vrai ? Il faudrait être i-inconscient pour s’en prendre à d-des gardes armés e-et entrainés… Et s’il y avait des problèmes i-ils seraient là pour s’en charger a-avant même que je n’ai le temps de réagir…

Mais… Encore une fois, c’est ce qu’il se passait ! J-je n’ai pas eu l-le temps de comprendre ce qu’il se passait q-que nous nous retrouvions madame Aki et moi e-en compagnie d-d’une garde, à f-faire attention au moindre d-détail, comme si un état d’alerte venait de se déclencher ! Je… Je n’avais pas compris ce qu’il se passait, et cela m’angoissait, mais lorsque mon regard se posa s-sur des gouttes de sang au sol, j-je comprenais que c’était g-grave, e-et qu’il fallait que nous soyons attentives ! J’ignorais q-qui était blessée, et par réflexe, je regardais madame Aki, afin de savoir si c’était elle, m-mais heureusement, ce n’était pas le cas… Elle allait bien, m-même si elle était inquiète…

Néanmoins la garde q-qui était avec nous ne comptait pas rester totalement inactive ! Dégainant son arme, u-une épée longue de fer, e-elle regarda d-des deux côtés de la rue, avant de nous indiquer une direction :

‘’Nous allons allez par là. Si vous repérez la moindre chose, prévenez-moi avant d’agir, et tout se passera bien. Ce n’est pas la première fois qu’on s’en prend à des gardes, mais on se charge toujours que les coupables soient traînés en justice. Restez prudente.’’


Sur ces mots, elle commençait à trotter dans une direction, m’obligeant à la suivre. Elle… Elle savait ce qu’elle faisait, n’est-ce pas ? Je crois… Ce ne devait pas être sa première o-opération compliquée, a-alors que pour nous… C’était n-notre toute première fois… Je ne savais pas q-quoi repérer, e-et maintenant, c-chaque personne que je voyais é-était une menace… Je trouvais ç-ça terrifiant de me dire que les personnes p-pouvaient peut-être m’attaquer dans le dos, p-pour nous faire du mal, alors que précédemment je leur disais gentiment bonjour…

Mais... Nous étions en train de marcher, e-et un sifflement étrange s’avançait… Rapidement… Très… C’était… Très étrange, car il se stoppa… Je… Je ne savais même pas d’où il venait… Je demeurais un peu perdue, essayant de comprendre, alors que j’entendais… Des cris… La dame, la garde… Elle se tenait en position de garde, maintenant son bouclier p-pour nous protéger, alors que je ne comprenais toujours pas… JE sentais juste mon visage se crisper un peu, étrangement, avant… D-de me sentir u-un peu vaciller, p-pour tomber sur le chemin d-de terre, sans même comprendre… Que j’avais mal…

Comprendre que je venais de recevoir u-une flèche dans l’une de mes cuisses…
© Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Patrouille improvisée

Mer 17 Jan - 21:13

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Patrouille improvisée



feat.La plus merveilleuse des petites filles


La dénommée Loka eut à peine le temps de leur donner les instructions basiques de sécurité et de se mettre à avancer que déjà le sifflement caractéristique d’une flèche se fit entendre. Rouillée et faiblarde, la rouquine ne put pas plus réagir à temps que la garde et elles ne purent toutes deux que regarder le trait se ficher dans la jambe de l’homonculus.

- Orina ! Non !

Bondissant auprès de sa protégée, au risque de se mettre également en danger, la guérisseuse avisa que la flèche n’avait touché aucune artère, ce qui ne devait pas être moins douloureux pour autant. Sur ce monde comme sur bien d’autres, une simple blessure pouvait être fatale si on la laissait s’infecter et à son grand désarroi, l’archère n’avait pas récupéré ses capacités de ce côté là non plus, en tout cas pas assez pour la soigner correctement. Déchirant une partie des manches de sa chemise, la jeune femme entoura la blessure de tissus, sans pour autant retirer la flèche. Si elle tirait comme une forcenée dessus, la partie métallique qui était la seule vraiment dangereuse risquait de se détacher et de ne pas venir avec, rendant cette blessure très probablement plus grave qu’elle ne pourrait l’être. La mère adoptive inquiète caressa doucement les cheveux de la jeune fille.

- Hey, ma chérie, ça va ? Ne t’en fais pas, ce n’est pas très grave, tu ne crains rien, d’accord ? Loka et moi on va te protéger.

En parlant du loup, la garde semblait plus qu’embarassée d’avoir une blessée dans sa petite équipe. Elle pointa regarda avec une moue désapprobatrice le linge blanc qui s’imbibait doucement de sang.

- Tu la protégeras pas en restant assise là. Si elle a reçus cette flèche, c’est soit que ce fils de Drehm leur a échappé, soit qu’ils sont plusieurs, vous êtes pas là que pour la parade, il va falloir faire votre boulot maintenant !

Fermant les yeux, la jeune femme hocha la tête. Son énergie était plus que limitée, alors elle pouvait peut-être soigner sa protégée, mais ce serait au prix d’une traque qui devenait maintenant urgente. Un “Clong” sonore précédé d’un déplacement acrobatique de la guerrière démontrèrent que leur attaquant ne les avait pas quitté, un de ses carreaux reposait maintenant au sol, brisé en deux. Jetant des coups d’oeils à la blessé et aux sommets d’où étaient venus le tir, la jeune garde finit par se décider à confier son bouclier à la Druidesse.

- Tu la protège et tu te fais pas toucher d’accord ? Je vais attrapper ce Glub, il va voir de quel bois se chauffe la garde de Lerry !

Et en un instant, elle n’était plus là, terriblement rapide. Une flèche qui avait tenté de la suivre s’écrasa dans une maison à proximité. Pataudement, la chasseuse qui n’était pas habituée à ce genre d’attirail, gardait le bouclier en direction des tirs, ce qui se révéla efficace à en juger par le bruit mat qu’elle entendit à plusieurs reprises. Si seulement elle était toujours capable d’utiliser son Fluide neutre ! Malheureusement pour les deux femmes, un bruissement se fit entendre de l’autre côté de là où devait être l’archer, un bruissement qui ne pouvait rien signifier de bon.






Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Patrouille improvisée

Mer 17 Jan - 21:56

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Patrouille improvisée
feat. Aki Nishiie



Retour de flamme

Mon souffle… R-rien que ma respiration était coupée, d-difficile… Je… je me crispais sur moi-même, après avoir reçue ceci… je… La douleur… Elle m’empêchait complètement d’agir, d-de faire la moindre c-chose… E… En moins d-d’une seconde, j-j’étais retournée à la place qui avait t-toujours été mienne… Ce… Celle d’un poids, celle d’une cible… Je… je ne pouvais pas aider les gens… je n’arrivais qu’à me mettre en danger, ce qui était néfaste p-pour les autres, q-qui eux aussi se mettaient en danger pour me protéger… Que… Comment avais-je put être aussi idiote p-pour penser que je pouvais accompagner d-des gardes sur u-une telle opération ? C-comment avais-je put penser aider Madame Aki ? J-je… Je payais ceci au prix fort, d-du sang s’écoulant depuis m-ma jambe, alors que je n’arrivais plus à rien, m-même pas à me relever…

Je… J’entendais p-pourtant que… La situation était c-critique… D-des flèches se brisaient c-contre l-les murs, e-et d’autres finissaient p-par percer l-le bois d-des b-boucliers qui étaient p-portés… Je… A chaque bruit, j-je sursautais, p-priant p-pour ne pas recevoir u-un second trait… Ma… Madame Aki avait d-déjà commencée à f-faire quelque chose, à essayer d-de me soigner, m-mais dans l’urgence… Elle… Elle se mettait en danger… Par ma faute… P-par mon imprudence… je… Je ne voulais pas être une nouvelle fois un poids, p-pour les gens, m-mais… Je me tordais de douleur à cause de ce qui perçait ma jambe… Je n-ne pouvais qu’entrouvrir les yeux, au maximum, essayant de comprendre c-ce qu’il se passait… Nous étions… Attaquées… Et j’en avais fait les frais…

Je… Je voyais madame Aki… En… En train de se défendre contre de nouveaux tirs… Cela me terrifiait, c-car… Car elle ne pouvait… Elle ne pouvait pas t-tenir s-s’il y en avait un autre… Et c-c’était ce q-que je craignais, c-car d-de l’autre côté, j-je commençais à entendre u-un bruit s-strident, comme celui qui m’avait atteint… N-non… M-même si je n’étais pas la cible, je… je ne pouvais p-pas… Pas faire en sorte q-qu’elle soit atteint… Je… Je devais éviter qu’elle soit blessée… Rassemblant de la magie, chose q-qui était peut-être la plus naturelle chez moi après pleurer, ce que je faisais en ce moment même, je serrais les dents pour essayer d’allimenter c-correctement mon œil, avant de jeter u-une bourrasque enflammée dans la direction d-d’où venait l-l’attaque… Je… je put voir que la flèche… E-elle n’était p-plus qu’un peu de cendre e-et un bout de bois calciné q-qui tombait au sol, dévié p-par les flammes… je… J’avais défendue m-madame Aki… Mais… D-d’autres tirs viendraient, e-et par reflexe, j-je lançais p-plusieurs petites attaques enflamées, p-pour nous défendre… Je… J’avais peur, évidement… Mais je… Je voulais nous défendre… A tout prix, j-jusqu’à ce que j’entende crier, u-une voix d’homme…

‘’Aaaaah ! Je suis en feeuuuuu !’’

M-même si j’allais culpabiliser p-pour ceci… j’eu ce sentiment s-si étrange… D’être contente de… De l’avoir mit en dehors de combat… D’avoir protégée madame Aki e-en lui faisant du mal… Je… Je voulais aider… Mais ainsi, c-c’était peut-être le maximum que je pouvais faire… O-ou tout du moins… I-il y avait peut-être u-une autre chose… Une barrière magique, p-pour nous protéger… M-mais… I-il faudrait u-un peu plus de temps, v-vu la difficulté que j’éprouvais à concentrer m-mon énergie dans l’immédiat…
© Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Patrouille improvisée

Ven 19 Jan - 19:46

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Patrouille improvisée



feat.La plus merveilleuse des petites filles


Pendant que la jeune femme tentait de tenir le bouclier, l’homonculus, à peine consciente, aida également à les défendre grâce à ses pouvoirs plutôt impressionnants. Lorsqu’un autre homme essaya de les contourner, il prit immédiatement feu en hurlant. Surprise que son ancienne fille adoptive ai osé faire une chose pareille, la guérisseuse tenta pendant quelques secondes de lâcher leur protection physique pour extraire la flèche de la fille aux cheveux roses.

- Ne bouge pas ma chérie, et essaye d’empêcher les gens de s’approcher, d’accord ? Je risque de te faire très mal à un moment, mais ça va normalement passer juste après. Tu me fais confiance ?

Devant l'acquiescement d’Orina, la soigneuse se mit en position. Ce n’était pas la première fois qu’elle faisait ceci, mais ses pouvoirs faiblards l’inquiètaient tout de même. Ce ne fut pas son Fluide vert qu’elle canalysa en premier mais bien le rouge, le destructeur. Celui-ci s’insinua dans le corps de sa protégée sans provoquer le moindre effet pour l’instant. Les yeux fermés, la jeune femme essaya de récupérer la précision qu’elle avait eu le matin même.

- Arrache.

Accompagné d’un flot de sang, la flèche se trouva en un rien de temps dans la main de la jeune femme, même si la précision n’avait pas été optimale, loin de là. Un peu de chair été venu avec, donnant à voir un spectacle bien peu agréable.

- Je suis désolé, je vais régler tout ça, essaye de respirer profondément, concentre toi sur tes pouvoirs pour ne pas penser à la douleur.

Le Fluide Vert s’enchaîna ensuite, causant douleur et chaleur à la fois, replaçant doucement les choses là où elles étaient censés être, mais impossible de refermer correctement la plaie en revanche, il faudrait compter sur la capacité du corps d’Orina à se soigner lui même pour le reste. Le bandage que la rouquine avait posé un peu plus tôt s’était imbibé de sang durant l’opération, l’amie des animaux s’arracha donc une autre manche pour prendre sa place.

- Voilà, d’ici quelques jours, tu ne devrais avoir plus qu’une croûte et ça finira par devenir une cicatrice. Je suis désolé si ça t’a fait mal et de ne pas pouvoir faire mieux que ça …

Entre temps, les flèches avaient cessés de pleuvoir et la garde revenait vers elles, boitant légèrement et un trait fiché dans l’épaule. Elle contempla l’homme calciné qui dansait toujours dans tous les sens, se débarassant peu à peu des flammes qui lui collaient à la peau.

- C’est vous qui avez fait ça ? Quelle est donc cette magie ?

Elle avait l’air plus effrayée que reconnaissante de ce qui venait de se passer, et le fut plus encore en voyant la flèche arrachée et le sang autour.

- Comment as-tu pus la sortir sans appareil ? Tu aurais pus la tuer ! Mais qui êtes vous à la fin ?





Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Patrouille improvisée

Ven 19 Jan - 22:06

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Patrouille improvisée
feat. Aki Nishiie



Douleur intense

‘’Custodes… flammae…’’

Mes mots… j’éprouvais une si grande difficulté à l-les prononcer, à les dire, si b-bien que… Que j’avais peur q-qu’ils ne sortent même pas, q-qu’ils ne soient que le fruit de l-la démence q-que j’avais à cause d-de cette douleur… Je restais t-toute crispée, incapable de faire le moindre mouvement avec mon corps… Et même essayer d-de penser à agir, à n-nous protéger était u-une chose d-difficile… M-mais pourtant, sur… Sur une inattention, je… Je pouvais laisser p-passer le t-trait q-qui pourrait me tuer… O-ou pire… Tuer m-madame Aki… Car… Car c’était vers elle q-que je m’inquiétais l-le plus… Elle… Elle était exposée, e-en voulant me protéger, m-me soigner…

‘’Dum… de somno… surgere…’’

Elle s’approchait de moi, e-encore plus alors q-que je venais de… D’attaquer quelqu’un… Elle… Elle commençait à s’occuper de mon état, pendant que q-quelques flèches c-continuaient de partir… M-mais moins qu’avant, m-moins précises… Le… Les flammes que j’avais lancées… Elles avaient eu u-un effet… Effrayant ? Je n’en savais rien… Et je hochais la tête, u-un peu effrayée, alors qu’elle disait que… Qu’elle allait essayer de me soigner, m-mais… Que ce ne serait pas sans douleur…

‘’Nihil autem… ingressus… fuerit in domum… suam…’’


Je demeurais pour le moment muette, alors que j’essayais d’abréger m-mon sort, pendant que je sentais les deux m-mains de madame Aki s-se poser sur moi, a-alors qu’elle préparait à f-faire… C-ce qui fallait faire… Je… Je savais que cela serait douloureux, f-forcément, e-et que… Qu’aucune d-de nous deux ne pourrait faire quelque chose contre ça…

‘’ Quia certus vos…’’


Je… Je touchais au but… P-plus qu’une seule phrase… P-plus que seulement deux mots, q-qui allèrent de pair a-avec ce que prononça madame Aki, l-l’effet d-de la magie qu’elle employait…

‘’Obice flamma !’’


Et dès lors, u-une partie de ma magie sortie de mon œil, a-avant de nous entourer, t-toutes les deux, p-pour nous protéger d-des flèches q-qui pourraient venir… Si elles s’approchaient… Si d’autres attaques venaient… Elles seraient calcinées… M-mais pendant ce temps, l-la douleur q-que cela avait p-provoquer, l-la flèche qui se retirait d-de ma peau… Je… Mon souffle, s’était stoppé, je… Je n’arrivais p-plus rien à dire… M-mes yeux, i-ils… Ils s’étaient fermés, et… J-je tremblais, g-grandement, ce qui ne facilitait pas la t-tâche… Je… J’avais j-juste… T-très mal… D’autant que la douleur… Elle se répendait à t-travers t-toute ma jambe, à travers tout mon corps… Je… je n’arrivais même plus à l’entendre, à être en mesure de… De l’écouter… Je… je souffrais…

Et… Et ce ne fut q-que lorsque la majeure p-partie de la douleur s’évanouie, a-au bout de plusieurs dizaines de secondes, q-que je pus commencer à c-comprendre… Ce qu’il se passait… L… la flèche n’était plus là, elle était au s-sol, q-qu’elle imbibait de sang… E-et un nouveau bandage, q-qui était encore très douloureux, était présent… J’essayais de regarder les environs… Il… Il y avait la garde… Qui était arrivée… Tandis que de l’autre, côté, u-une personne était en train de se rouler dans la n-neige, p-pour… Pour éteindre les flammes qu’elle avait, p-pendant qu’elle continuait de crier… Je… Cela me faisait mal… De me dire q-que j’en étais responsable… Je… J’avais recommencée… A montrer c-ce côté… Qui était prêt… A faire du mal a-aux autres…
© Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Patrouille improvisée

Sam 20 Jan - 0:17

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Patrouille improvisée



feat.La plus merveilleuse des petites filles



Le bouclier de flamme impressionnant les avait préservées toutes les deux de la moindre atteinte mais à présent, la garde demandait des comptes. Cherchant un moyen de se dépatouiller de cette situation problématique sans pour autant dévoiler leur statut de Héraut, la rouquine inventa un demi mensonge.

- Ecoutez nous avons appris la magie il y a longtemps, elle contrôle parfaitement tout et il en va de même pour moi. Vous n’avez rien à craindre de nos capacités, je vous le promet. Les femmes ne pratiquent-elles pas la sorcellerie ici ?

- Si … Mais cela reste très rare, et ce n’est jamais quelque chose de semblable …

Tout en parlant elle s’était dirigée vers l’homme brûlé qu’elle saisit par le col avant de le plaquer face à un mur pour lui attacher les mains solidement.

- Je ne dirais rien de votre petit secret, mais si j’entends parler d’un incendie mystérieux quelque part, comptez sur moi pour venir vous interroger. Allez maintenant, nous devons retrouver le reste du groupe.

La soigneuse se releva, plutôt soulagée, tout en essayant de pousser sa protégée à en faire de même, la soutenant du côté de sa jambe blessée. Elle tentait de la laisser dos à l’homme dont la peau noire craquelait et exhalait une odeur de cochon cuit.

- Ça va Orina ? Tu penses que tu peux marcher ? Si tu ne peux pas, on trouvera un autre moyen, ne t’en fais pas.

Le sourire de la Druidesse était sincère, mais pleins de tristesse. Il n’y avait pas de bonne solution pour leur vie, juste des réponses temporaires et souvent très imparfaites. Etait-ce leur naissance qui avait décidé qu’elles méneraient une vie ballottées de droite à gauche et qui n’aurait rien de normal ? Tout ce que Aki avait toujours demander, c’était une belle vie pour sa fille, et pour elle s’il restait de la chance pour deux. Rien de plus. Mais surtout rien de moins. Et pas même cela n’avait pus se réaliser.

- On sera bientôt à la maison … Orina … merci de m’avoir protégée.

Bien que sa fierté soit blessée de cette constatation, l’amie des animaux était fière de sa protégée qui avait sus s'accommoder de ce manque de chance omniprésent et devenir de plus en plus forte au fil des jours. Peut-être restait-il une solution finalement, une façon pour elles de reconstruire quelque chose.





Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Patrouille improvisée

Sam 20 Jan - 1:45

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Patrouille improvisée
feat. Aki Nishiie



Celle que je ne suis pas

Musique

Mon corps… Il me fallut p-plusieurs dizaines de seconde a-avant de pouvoir… C-commencer à e-en reprendre possession… Je… Je savais que la blessure que j’avais reçue pouvait être t-très grave, et que si elle n’avait pas é-été soignée, je… J’aurais put en mourir… Pour c-certains, une telle plaie s-signifiait la fin de tout un mode de vie de m-manière temporaire, v-voir même définitif… Comment courir ou combattre s-si l’on ne pouvait pas utiliser ses jambes ? De… Dans mon cas, cela n’avait pas u-une si grande conséquence, à v-vrai dire… Vu que je n’étais p-pas une personne qui… Qui était très athlétique…

D… D’autant que je connaissais u-un peu mon corps, ses particularités, l-le fait que, magiquement, i-il s’orientait t-toujours vers un d-disposition particulière… Je… j’avais reçue déjà b-beaucoup de griffures, de coupures et de morsures lors de ma vie, et j’aurais dût en garder des traces, d-des cicatrices, mais… Pas la moindre ne subsistait… Ma nature d’homonculus… éliminait p-petit à petit les changements, que ce soit des muscles plus développés, une croissance de taille ou, d-dans ce cas, une blessure prononcée… De… D’ici quelques semaines, cela disparaitrait, de la même manière q-que la magie que j’avais actuellement serait bien différente d-dans ce même temps… Ce qui me constituait… Se consommait très lentement, de la m-même manière que je pouvais en drainer naturellement autour d-de moi, afin d’assurer s-sans même m’en rendre compte ma survie… C’était imperceptible, j-je crois… A vrai dire, j-jamais personne n’avais dût faire attention à ce détail…

Donc… Je n’étais pas à plaindre… Je… Je pouvais encaisser q-quelques coups, e-et n’en garder aucune séquelle… Ce… C’était pour ça que… Que je savais q-qu’il existait des homonculus avec une f-fonction très différente… Q-qui eux n’étaient pas destinés à utiliser la magie qui les habitaient, m-mais… A servir p-physiquement, p-par des prouesses et d-des choses qui semblaient être impossibles… P-pour le commun des mortels, en t-tout cas…

Au final… Des p-personnes qui pouvaient partager ma… M-ma nature… Etais-je une si grande priviligiée ? Je… Je n’en savais rien, mais p-par ma nature même, p-par ce qui avait été définie lors de ma création… Je… J’avais déjà des particulartiés qui rendaient m-mon cas b-bien désirable… Je… Je pouvais parler, j’étais instruite, sur de très nombreux domaines magiques… J’avais u-un pouvoir, tout particulier, mon œil, u-une chose unique, qui n’avait jamais été synthétisée avant, e-et de grandes capacités pour m’en servir, et surtout… Je n’avais pas… Une existence condamnée… Je savais que tant que m-mon corps était allimenté en magie, je ne pourrais pas… Disparaître, a-alors que d’autres… N’existaient que pour une période donnée… Des années souvent, a-afin d’éviter de mettre trop de ressource, m-mais parfois… Juste quelques semaines… Juste le temps d’être montrés, afin de bien prouver les capacités de la famille qui l’avait créée…

La… Famille qui m’avait créée… Je ne savais quoi en penser… Je… Je devais être très reconnaissante envers eux, ils… Ils m’avaient donnés la vie, la notion même de pouvoir exister… Si j’étais ce que j’étais… C’était grâce à eux… Tout comme je me sentais coupable à leur égard, de ce que j’avais fait, d-du manque de contrôle que j’avais sur moi-même le jour où cet incendie s’est déclaré… Et en même temps… Je… J’en étais un peu repoussée, par rapport à... Aux raisons… Si j’avais été créée… Ce n’était pas pour vivre, c’était pour les servir, d’exécuter leurs volontés… Je devais être l’homonculus que l’on exhibait par fierté, une pièce maitresse d’une collection, tout comme une arme… Et ce que j’avais fait, i-il n’y a pas plus de temps que quelques minutes… Aurait été mon quotidien…

Je… Je me posais toujours cette question, depuis bien longtemps… Que se serait-il passé si… Si cet incendie ne s’était pas déclaré ? T-tout aurait été différent… Vraiment tout, n-non ? Cela avait hanté beaucoup d-de mes nuits, e-et… Et même certaines assez récentes… En pensant q-que, forcément, ce que je n’avais pas vécu devait être m-meilleur… Mais aujourd’hui, je m’en rendais compte…

Oui… Je me sentais mal d’avoir enflammée cette personne, m-mais… Pas autant que… Que ce que j’avais put faire lorsque nous faisions route vers Lerry… Comment dire… Le fait de savoir q-que cette personne, b-bien que grievement blessée, n-n’était pas morte ? Q-qu’elle s’attaquait à d-des gens innocents, d-des gardes, madame Aki e-et moi ? Que j’avais évoluée à ce niveau là, que… Que j’étais en mesure d’accepter ceci ? En y r-réfléchissant… Cela aurait s-surement une des choses que j’aurais fait si tout avait été différent, mais… Aujourd’hui, je m’en étais rendue compte… Que ce que j’avais fait… C’était pour ne pas perdre ce que j’avais…

Nous m-marchions toutes les deux, m-madame Aki et moi… Enfin, marcher… Je boitais, serrant un peu les dents à chaque fois que ma jambe touchait l-le sol. Je… J’avais trébuchée plusieurs fois dans la neige, et j’imaginais sans problème que c-cela avait été m-mon sort, p-pour avoir décidée d-de tenter de rentrer à p-pied jusqu’à la maison, qui… Qui n’était p-pas si loin de là… Enfin, au début, j’avais tentée, s-sur une vingtaine de mètres, avant de… D’utiliser un sortilège p-pour voler, u-un peu… J-juste d’une dizaine de centimètre, p-pour que mes pieds n-ne touchent pas le sol, p-pour ne pas avoir à bouger mes jambes… Mais pendant ce temps… Je gardais en permanence m-ma main contre celle de Ma… dame Aki… J’avais… J’avais eu déjà trop peur d-de la perdre aujourd’hui, q-qu’une flèche ne l’atteigne elle aussi… Mais durant ce trajet… Je restais j-juste muette, silencieuse… Reniflant plusieurs f-fois, entre les larmes et le froid des rues…

Puis finalement, nous arrivâmes toutes les deux à la maison… Toute récente encore. Vu que j’étais b-blessée, madame Aki était rentrée avec moi, mais… Mais j-je savais qu’elle n’avait pas encore finie… Qu’elle allait devoir repartir… Les gardes eux aussi étaient b-blessés, et avaient besoin d’aide… Peut-être qu’elle ne rentrerait pas ce soir, qu’elle passerait la nuit à travailler, à essayer de soigner d-des blessures comme elle pouvait, alors que mon état était stable… Je ne comptais pas faire moi-même grande résistance avant d’aller me reposer… Même si…

Même si mes pensées actuelles étaient égoïstes, je le savais… J’étais bien au courant que… Q-que ses pouvoirs lui permettaient de soigner, de sauver des vies c-comme elle l’avait fait avec moi, e-et que bien des gardes pourraient éviter des complications… Je savais que c’était surement la meilleure chose à faire, m-mais… Je ne pouvais m-m’empêcher de… De vouloir qu’elle soit là… Qu’elle p-puisse… être présente, q-qu’après cet éprouvant moment, elle puisse me dire, encore, que tout irait bien… Qu’elle ne ressorte pas, avec les dangers q-que les environs comprenaient… Il devait y rester d’autres personnes, d’autres méchants… Qui eux, continueraient ces attaques incompréhensibles… Et que… Peut-être… Elle ne pourrait pas revenir… Je voulais chasser ces mauvaises pensées, mais… Je… J’avais peur.

Je me tournais en tout cas vers elle, e-en affichant un air triste… Avec toutes ces pensées, avec tout ceci… Je me sentais encore une fois prête à pleurer. J’avançais, de quelques mètres, a-avant que par instinct, mes bras ne viennent l’attraper autour du cou… Je… Je me rendais compte… A quel point je tenais à elle…  Que je ne voulais p-pas la perdre, pas qu’elle ne parte, q-que… Je voulais juste être avec elle… Je voulais juste… Mes pensées commencèrent à devenir de plus en plus forte, au point que je les murmurais, qui à côté d’elle, faisait q-qu’elle… Qu’elle entendait…

‘’L… Laissez-moi être… Elle… Laissez-moi… être celle q… Que je ne pourrais pas être…’’

Ça… ça y était… je pleurais d-de nouveau… Mais dans la peur d’une réponse…

‘’Celle qui a perdue la mémoire d-d’une famille, d-de… De tout ce qui vous concerne… Donnez-moi… Le fait que vous n’êtes pas une i-inconnue, q-que vous êtes bien plus que ça… Laissez-moi être… Celle qui est la personne dont vous racontez l’histoire…’’

© Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Patrouille improvisée

Sam 20 Jan - 18:38

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Patrouille improvisée



feat.La plus merveilleuse des petites filles



Alors que les deux femmes se rendaient jusqu’à la maison, Orina boitillant comme elle le pouvait, l’homonculus semblait perdue dans des pensées noires et tristes dont Aki ne connaissait ni les tenants ni les aboutissants. S’en voulait-elle encore d’avoir fait descendre le feu sur cet homme ? Se sentait-elle faible ? Coupable ? Que pouvait-il bien se passer dans cet esprit enclin à se faire du mal de la sorte ? La rouquine tâtonna dans sa poche pour trouver la clé qu’elle glissa dans la serrure, récupérant cette sensation de soulagement profond de rentrer chez soi, enfin dans sa propre maison. La porte s’ouvrit en silence et mère et fille purent entrer. Alors qu’elle verrouillait derrière elle, la guérisseuse pensa à cette chance qui leur été accordée et à la meilleure manière dont elle pourrait la saisir. Dès qu’elle se retourna, les petits bras de sa protégée entourèrent son cou, la serrèrent contre elle.

La Druidesse, surprise, referma également ses bras autour de la petite mage et ferma les yeux, profitant de son odeur qu’elle connaissait par coeur, de la douceur de ses cheveux sur sa peau, de savoir qu’elle était là. Une mère a toujours peur pour son enfant. Quoi qu’il fasse, qu’il soit grand ou petit, qu’il soit fort ou faible, qu’il soit courageux ou trouillard, une mère vit avec ce serrement constant “et si elle ne revenait pas ? “ “et s’il lui arrrivait quelque chose ?” “et si elle ne me disait rien quand elle est triste ? “ “et si je ne suffisait pas ?”. Aki avait appris cette vérité quand elle avait décidé d’adopter cette enfant, elle avait également compris que si elle avait rêvé toute sa vie d’être une maman, elle ne serait jamais une mère idéale, loin de là. Mais elle savait que son amour pour Orina était vrai, profond, inébranlable. Alors lorsque cette dernière chuchota ces quelques mots dans sa peine, la jeune soigneuse souleva la petite fille de terre pour la porter jusqu’à son lit, la serrant toujours plus fort dans ses bras, puis s’allongea à ses côtés en la gardant contre elle.

- Tu as juste besoin d’être toi ma chérie. Tu n’as besoin d’être personne d’autre que toi, d’accord? Moi je t’aime de tout mon coeur et je n’ai jamais cessé de te considérer comme ma fille, pas un seul instant. Tout ce que je souhaites c’est que tu sois heureuse et si pour cela tu veux que je soit à tes côtés, je le serais Orina, je serais ta maman, pas celle d’un souvenir qui appartient au passé, la tienne. Chaque seconde, chaque instant, je te le promet.

Quelques larmes coulaient sur les joues de l’amie des animaux alors qu’elle caressait doucement les cheveux de sa fille.

- Tu as encore été forte aujourd’hui ma chérie, très forte. Je suis très fière de toi, mais n’en fais pas trop, d’accord? Si tu as besoin de te reposer, de me parler, de pleurer, je suis là pour toi. Tout ira bien pour nous maintenant. Tu es ma famille, je suis la tienne et une famille se serre les coudes, une famille avance ensemble, une famille c’est plus fort que tout, alors tout ira bien, promis.

La Nishiie resta là, continuant à réconforter sa protégée jusqu’à qu’elle se sente mieux et même encore après. Sa fille avait besoin d’elle, tant pis pour le reste, tant pis pour son travail, tant pis pour les blessés. S’il était égoïste d’agir ainsi, elle n’y pensa pas sur le moment. Tout ce qu’elle faisait, elle le faisait pour elle et pour elle seule, la prunelle de ses yeux, le trésor le plus important qui existe, l’être qui respirait entre ses bras.





Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Patrouille improvisée

Dim 21 Jan - 16:01

avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Patrouille improvisée
feat. Aki Nishiie



Etre... L'unique

Musique

Je demeurais pour le moment… Silencieuse… Je… Je l’avais dit ? L’avais-je vraiment dit ? Je l’avais d-dit… J’avais prononcée ces quelques mots sans m-même avoir le temps de l-les enfermer dans mes pensées… Je… j’avais été prise de court par mes sentiments, p-par les événements q-qui s’étaient succédés, ce qui… Me rendait vraiment à f-fleur de peau… O-oui, je pleurais, n’arrivant pas à me contrôler, pendant que… j-j’appréhendais avec u-une grande frayeur l-la suite d… de ce qu’elle allait dire… Me repousser avec gentillesse je pense… Même s-si elle avait de l’affection, elle… Je m’attendais toujours au pire, a-alors que pourtant… je savais t-très bien ce qu’elle allait répondre, q-que toute la gentillesse qu’elle avait… F-ferait que ses mots s-seraient ceux qui… Entraineraient…

Elle continuait e-en tout cas d-de me supporter a-alors que je la tenais c-contre moi, e-et qu’elle refermait s-son étreinte sur moi, a-afin de… Se rapprocher, u-un peu plus… Toute… Toute la tension que j’avais se multipliait à chaque seconde, alors que… Que j’avais peur… Peur du pire, peur de l’impossible, p-peur de cette possibilité qui… semblait être si proche, mais comme une étoile… L’on pensait la toucher du bout de ses doigts, alors q-qu’elle était infiniment loin… Mais la simple vision de cet astre suffisait à ne pas faire l-lever la tête, par peur de ce que cela entrainerait…

Elle me souleva délicatement, a-avant de me déposer s-sur le lit, où n-nous nous allongions toutes les deux… Je ne savais p-pas vraiment ce à quoi cela allait amener… Juste… A une discussion… P-plus proche, p-plus… Importante qu’une à la dérobée s-sous le porche de n-nôtre maison… Et… Elle commençait à m’expliquer… Que pour elle… Q-que je sois l’une… Ou l’autre… Cela n’avait pas d’importance… P… Prenait-elle le risque de ne p-pas retrouver sa fille, de confondre avec une autre… Non… Car… Elle… elle l’avait… Elle me considérait comme… Et… Et même si je n’avais pas ces souvenirs, c-ceux qui me manquaient, je… Nous nous en créerions d’autre…

Elle était ma famille… J’étais la sienne…Nous en formions une…

Je… Je me lovais c-contre elle, e-en posant m-ma tête sur son épaule… Nous... Je peinais à réaliser c-ce qu’avait engendré l-la précipitation de mes mots, c-ce moment d’absence o-où ma raison avait faillit… Ce… Ce que j’avais demandée, et q-qu’elle avait acceptée, qu’elle l’avait déjà fait… C… Combien de fois m’avait-elle désignée c-comme étant sa fille… Et en comparaison… Combien de fois… L’avais-je désigné comme étant ma mère ? Je… Je n’avais jamais souhaitée prendre ce rôle q-qu’elle m’avait toujours attribuée, p-par peur d’être une autre… Mais il n’y en avait qu’une seule… Je commençais à fermer les yeux s-sur les autres possibilités, sur le fait que… Qu’il pouvait y avoir une méprise… Ces heures de craintes étaient terminés e-en même temps que j’acceptais maintenant cette place à ses côtés, cette place c-contre elle…

Elle… Elle disait… Encore une fois que j’avais été forte… J’avais mal, p-pourtant… Cette douleur s-semblait s’évanouir p-par rapport à ce que je ressentais a-actuellement... Le fait de… Réaliser ? C’était s-surement ça… Je retombais lentement, m-mais tout en restant contre elle, e-et… Et en continuant de pleurer… Je… je ne savais p-pas vraiment ce qui me différenciait, ce qui faisait que j’étais si chère à ses yeux… Et même si je savais qu’elle devait normalement repartir, il semblait que le moment n’était pas très bon pour cela…

‘’M… Merci…’’
lui murmurai-je, toujours sanglotante, m-mais pas par crainte… Juste que… Je n’arrivais pas à les faire cesser… ‘’E… est-ce que… Vous allez… repartir ?’’

© Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Patrouille improvisée

Lun 22 Jan - 21:49

avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Patrouille improvisée



feat.La plus merveilleuse des petites filles






Fallait-il sourire ? Fallait-il pleurer ? Famille à nouveau. Le coeur d’Aki était bercé de cette mélancolie joyeuse, de cette tristesse souriante, de cet aspect rassurant et terrifiant à la fois de la vie. Celui qui se relève, celui qui survit, celui qui reconstruit, celui qui retrouve, celui qui espère à nouveau, celui qui réapprend à respirer. Cette saveur unique n’avait pas de prix, pas de sens tellement elle était puissante et effacée à la fois. Impossible de décrire avec des mots ce que ressentaient les larmes qui roulaient sur les joues des deux femmes, impossible de s’approcher, de voir réellement de quoi il en retournait. Il est de ces moments dont découlent des vies, des morts, il est de ces moments si purs et si intacts qu’il serait terrible sacrilège de les briser, de leur porter atteinte de quelque manière que ce soit. Il est de ces moments que l’on voudrait capturer dans un vase de cristal, enfermer pour pouvoir les regarder à nouveau pour apprendre à vivre, mais qui sont si fugaces, si volages, si puissants, que nul coffre blindé ne saurait les retenir.

- Je reste Orina, je reste avec toi.

La rouquine déposa un baiser sur les cheveux emmêlées de sa fille, la serra plus fort encore, comme si elle pouvait la garder ainsi pour toujours, comme si elles pouvaient fusionner et veiller l’une sur l’autre chaque seconde de cette manière, comme si le temps pouvait s’arrêter, se figer, pour les laisser s’aimer pour l’éternité, se parler et se sourire chaque instant que la Mère fait.

- Je t’aime ma fille, je t’aime tellement.

Et que dire en plus de cet amour ? Cet amour sans faille ? Celui qu’une mère porte à sa fille, de son sang ou non, celui qu’on porte à une part de nous-même, plus important que tout ce qui existe, cet amour qui brûle, qui dévore, qui dure toujours et jamais. Cet amour qui semble n’avoir ni commencement ni fin, qui ne souffre que de la souffrance de l’autre, qui ne connaît ni jalousie ni tristesse, qui ne connaît que le sourire et les larmes de celui pour qui on le ressent, qui ne connaît que la recherche constante de son bonheur. Cet amour là, si fugace parfois, si profond d’autres, celui-là, vous voyez très bien duquel je parle, qui nous donne l’impression que la vie et la mort n’ont plus d’importance, tant que l’autre est là. D’aucun trouveraient cela malsain, étrange, bizarre, de pouvoir aimer son enfant comme cela, la Nishiie trouvait cela naturel, instinctif, beau.

Si le soleil veut brûler
Si la lune veut tomber
Je resterais.





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» patrouille de griffe de panthère
» Patrouille en forêt [PV Aubé + Tarte aux Pommes + Soleil Couchant]
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» [500 pts]Liste Patrouille 23 Octobre 2011 Mesnil st denis
» Liste kos pour de la patrouille en 500pts

Sauter vers: