bannière du haut du forum

Partagez

[Event]Le conseil des Hérauts Part.II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujet: [Event]Le conseil des Hérauts Part.II

Lun 5 Fév - 21:23

avatar
PNJ staff
N : 1 Or 504
http://bariande.forumactif.org
Voir le profil de l'utilisateur
Header



Tout le monde était là, en tout cas les Hérauts, car les dirigeants se faisaient encore attendre, une manie des hautes classes de la société à ce qu’il fallait croire. Au total il devait y avoir un trentaine de Hérauts et au moins autant de gardes, répartis scrupuleusement autour de la pièce ronde et barrant l’accès à la seule porte. Deux prêtres se tenaient également dans la pièce, leur accoutrement montrant qu’ils étaient des vénérateurs d’Akith ou de Yedith. Soudain, trois coups secs résonnèrent dans la grande salle et les gardes affiliés à la porte s’écartèrent précipitamment tout en s’inclinant du plus bas qu’il le pouvait devant ce qui  n’était pour l’instant que deux battants ouverts.

En première entra bien évidemment dame Wenton, l’air supérieur, le regard hautain, qui lança un regard circulaire à toutes les personnes présentes en spécifiant clairement d’un simple coup d’oeil qu’elle dédaignait chaque personne ici. Pourtant un faux sourire emprunté étirait son visage. Elle ne prit pas la peine de se présenter et se contenta de s’asseoir sur une des quatre chaises plus hautes que les autres, choisissant une des deux qui se trouvaient au milieu.

La suivit directement un homme à l’allure assurée, ses cheveux noirs attachés en une queue de cheval stricte et portant une robe de mage renforcée de cuir. Il avait l’air plutôt intéressé par chaque personne présente dans cette pièce et analysa de ses yeux aciers tous les Hérauts un par un. Non sans jeter un regard exaspéré à la reine de Tirione déjà assise, il prit place à la toute gauche de la table.

Une vieille elfe prit sa suite, un sourire sympathique (légèrement forcé) relevant ses pomettes. Elle avait déjà eu l’occasion de voir les rares Hérauts de sa nation lorsqu’ils avaient touchés le cristal et fut donc particulièrement chaleureuse avec eux avant de prendre sa place entre l’impératrice et l’archimage, le menton reposé sur ses mains croisées.

Bon dernier, Vargfur entra sans la cérémonie de ses comparses et s’assit aussitôt, légèrement de travers, gardant un air sévère et sérieux mais dénué de suffisance. Il avait les cheveux relâchés et ne semblait pas montrer plus d’intérêt que cela à la réunion, en tout cas c’est ce que l’on pouvait déduire au premier abord.

Ce fut l’impératrice qui parla en premier, sa jolie voix gâchée par la dureté de son ton.

- Je suppose que vous savez pourquoi vous êtes ici. Cette année le conseil doit gérer avec l’intrusion sur nos territoires d’éléments potentiellements dangereux, certains d’entre vous sont nés ici, d’autres sont étrangers à notre monde, les troubles commencent déjà à naître et il est de notre devoir de contrôler tout cela, je suppose que vous êtes d’accord avec moi. Étant la dirigeante du conseil des nations …

- Pour l’instant, la coupa Deswann, n’oubliez pas que cette situation n’est pas définitive, Dena.

Le regard furibond de la reine suffit à faire comprendre à l’assemblée à quel point cette pique venait de jeter un froid sur le conseil déjà tendue.

- Etant actuellement la dirigeante du conseil des nations
, reprit-elle plus fort, il est de mon devoir de trouver une solution à cette crise au plus vite. Nous avons convenus avec nos camarades ici présents de vous demander votre avis.

Son regard se porta tout particulièrement sur Vargfur et Elli, même si Deswann n’échappa pas à sa colère, visiblement, la décision ne venait pas d’elle.

- Nous vous invitons donc à vous présenter, Hérauts, et à nous dire si vous voyez une solution aux dégâts que causeront très certainement votre présence dans ce monde.

- Enfin asseyez vous déjà, lança Vargfur aux quelques-uns qui n’avaient pas encore pu s’asseoir, inconscients du protocole.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Le conseil des Hérauts


Avec : Za Warudo

Ainsi donc se trouvait l’ensemble des hérauts qui avaient répondus à l’appel… Beaucoup m’étaient connus, tandis que d’autres n’étaient pas présent, tel que Einar… En revanche, je remarquais des têtes qui m’étaient inconnues, comme cette jeune fille aux cheveux roses, semblant être très proche de d’Aki Nishiie, que j’avais rencontrée lors d’une bien triste affaire, ainsi qu’une femme à la peau bleutée et aux cheveux non filins… Elle était très probablement d’une autre race, mais restait à savoir laquelle…Toutefois, ma plus grosse surprise fut de trouver la dryade que j’avais rencontrée lors d’une étrange journée… Et donc elle se trouvait ici ? Je supposais que ce n’était pas vraiment par choix, mais plus par contraintes, certains échos entre élus des autres nations avaient sous-entendus des rafles pour essayer d’en récupérer un maximum… Cela s’annonçait mal, assez mal… Mais même si je prévoyais déjà un plan de sortie, il fallait surtout que j’apprenne ce qu’à quoi tout cela rimait, et pourquoi rassembler tous les hérauts au même endroit, plutôt que de les tuer à vue… En garder quelques uns pour l’exemple était suffisant, et moins risqué, car réunis, nous pouvions toujours tenter une action désespérée, malgré l’omniprésence de gardes... Et puis bon, nous nous trouvions dans une capitale avec les quatre têtes couronnées de ce monde… Difficile de faire plus protégé comme lieu.

Toutefois, une paix relative était entre eux. Au moins ne s’étaient-ils pas assassinés dans les coulisses, et ils étaient capables de tous s’asseoir côte à côte, bien que cela ne semblait pas être de gaieté de cœur. Je reconnais parmi eux le Jarl de Gothregal, Vargfur, que j’avais aidé un peu, ainsi que l’impératrice, qui… Avait sa tête à chaque coin de rue tant le culte de la personnalité qu’elle avait était grand… Elle était le visage de Tirione, doux d’apparence, mais à la dureté sans pareille dès qu’il s’agissait d’entrer dans le vif du sujet, car c’est ainsi qu’elle s’adressa à nous…

Donc, nous étions directement des intrus, potentiellements dangereux… C’était presque insultant. Certains d’entre nous l’étaient totalement, mais provoquer un scandale diplomatique ne serait pas de bonne augure, donc je restais calme, en espérant que les autres hérauts aient le même sang froid que moi… Ainsi, les troubles naissaient déjà ? Comme quoi ils pouvaient être bien informés, ou alors avaient-ils jetés un coup d’œil à certaines personnes… Moi la première, qui avec mon apparence bien atypique devait être clairement de trop…

Toutefois, je fus un peu surprise de voir que l’un d’entre eux, visiblement mage à sa tenue. Il semblait bien rappeler à l’impératrice que la situation pouvait évoluer… Pour annoncer ça à cette dame, il était prêt à jouer la paix entre les deux nations… Soit il n’avait strictement aucune empathie pour son peuple, soit il était bien confiant dans ses capacités à remporter une guerre entre ces deux puissances… Ou peut-être les deux…

Dans tous les cas, elle reprit, annonçant donc que nôtre venue était une crise et que nous allions provoquer presque obligatoirement des dégâts en ce monde par notre simple présence… Et bien cela semblait bien mal parti, cela ressemblait presque à un procès où nous devions nous défendre pour nous assurer de survivre, et il allait falloir trouver de bon arguments, d’autant que la vie de chacun d’entre nous se jouait, et celle de tout ceux qui suivraient… Bref, il allait falloir éviter les incidents diplomatiques, et ça, avec certaines personnes à cette table, c’était bien mal parti… Si je m’étais assise dès le début, je me releva peu de temps après, avant de faire une révérence aux quatre dirigeants de ce monde, avant de prendre la parole. Mieux valait tenter de partir sur une bonne première impression, tout du moins cela était mon objectif…

‘’Mes hommages, membres de ce conseil exceptionnel. Mon nom est KCT-023. Je tiens déjà à vous remercier pour cette invitation à la table de ce conseil. Je ne pense guère vous surprendre en vous annonçant que je ne suis pas originaire de vôtre monde. Je ne vous apprendrai surement rien en énonçant nôtre situation, tous venant de contextes différents, choisit par une ancienne divinité de ce monde, avec nos capacités bridées par elle dans le but de la libérer.’’

Première étape, passer la pommade en les flattant un peu, tout en se présentant. S’il le savait, cela montrait bien que je les savais sage, et s’ils l’ignoraient… Et bien c’était pour eux l’occasion d’apprendre les bases et conserver un minimum de crédibilité auprès du public qu’ils avaient, d’autant que cette réunion était cruciale.

‘’Toutefois, je tiens à préciser un point, concernant l’objectif imposé par la dame à nous tous, hérauts. Elle nous demande de la libérer de sa prison. Nous ignorons encore ce pourquoi elle cherche à obtenir sa libération, mais ses ordres n’étaient pas de la mettre au pouvoir, de lui préparer un trône au panthéon des divins. Ses ordres ne sont pas de détruire le culte des dieux sombres ou de s’y opposer, mais de lui permettre de faire quelque chose… Souhaite-t-elle renouer contact avec les êtres qu’elle a engendrés il y a fort longtemps ? Souhaite-t-elle quitter cet univers pour un autre, laissant entièrement place à ses descendants ? Nous ne sommes pas encore en mesure de répondre à cette question.’’

Je laissais un silence se faire, pour que tout le monde puisse bien assimiler ceci, en espérant que quelqu’un ne me contredise pas, pour reprendre :

‘’Ce que les hérauts souhaiteront pour le retour de la dame est une affaire de cas par cas, et non une généralité. Certains chercheront que cette ancienne déesse soit la seule maitresse de Bariande, alors que d’autres… Chercheront à la détruire pour tenter de regagner la vie qu’ils possédaient autrefois.’’

Encore une fois, un temps, pour continuer, sur un autre point qui m’avait beaucoup fait réfléchir :

‘’Le fait est que la dame est en mesure de toucher de son ‘don’ n’importe quel être. La diversité des personnes autour de cette table montre bien ceci, que nous soyons natifs ou étrangers. Cela implique tout aussi bien qu’elle puisse chercher à rallier à elle des personnes pouvant avoir de l’influence en ce monde, d’une manière ou d’une autre, et cela, malheureusement, fait de vous et vos proches des personnes plus exposées. Nous ne pouvons en aucun cas décider de ceci, puisqu’il s’agit uniquement de la volonté de cette déesse, toutefois…’’


Et c’est là que l’utilité de nous préserver apparaissait :

‘’Nous ne savons pas encore toutes les conséquences que cela peut avoir d’être choisi par la dame. Sommes nous soumis à tous les instants à pouvoir être manipulés tels des pions ? Possédons-nous une espérance de vie d’une année suite à son action ? Quels sont les limites que nous avons en vertu de son action sur nous ? Aucun de nous n’est en mesure de répondre à ceci dans l’immédiat… Mais si cela un jour vous arrive, au moins vous posséderiez plus d’information par nôtre présence, par les recherches que nous avons menés jusqu’à présent, et celles que nous continueront à faire.’’

Et c’est à ce moment qu’il fallait présenter un léger projet. Je balayais un court instant mon regard à travers tous les hérauts présents dans la salle, à la recherche de qui pouvait bien être Shayim parmi toutes ces personnes, pour continuer :

‘’Pour mener à bien les recherches que nous devons faire, nous risquons d’avoir besoin d’organisation, d’un lieu, à l’écart des populations où aucun risque pour vos peuples, vos coutumes et vos religions ne sera présent, et je ne demeure pas en mesure d’affirmer que chaque personne ci-présente souhaite s’investir dans cette tâche, mais cela reste une possibilité des plus envisageable pour éviter toute répercussion.  Cela dit, je laisse maintenant la parole aux autres hérauts venus ici en ce jour, pour qu’ils puissent eux aussi présenter leurs points de vues sur ce sujet.’’


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carmina
N : 18 Or 1029
dossier de personnage
Métier: Répétitrice
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t213-carmina
Voir le profil de l'utilisateur
Des hérauts… tellement de hérauts. Carmina porta son regard sur chacun des héros présents, des étoiles dans les yeux. Il y en avait de toutes les origines, de tous les genres, de toutes les couleurs même ! Tout ce que la Scribe souhait, dès à présent, était de discuter avec chacun d’eux pour apprendre leur histoire, leur caractère, leurs passions, leurs talents, ce qui les motive et ce qui les rebute, les rêves qui les font vibrer et les questions qui les font douter. Le Don de Lecture s’affolait à lui en donner mal à la tête.

Oh, mais il y avait tant de gens intéressants que la Scribe en avait oublié les dirigeants de ce conseil exceptionnel, déjà assis. Une femme autoritaire entreprit d’expliquer la situation aux Hérauts présents, et par des paroles presque menaçantes -…ou menaçantes tout court ?- leur somma de se présenter et de donner  leur avis sur la situation… et les moyens de remédier aux dégâts que les Hérauts causeraient ? Voilà une bien étrange demande… ou du moins, pour la Scribe. Elle concevait qu’il était tout à fait normal de se poser la question, mais ce n’était pas à elle de…. Le faire ? Certainement ?

Pourtant, sitôt que la femme-androïde eût fait le premier pas sur un ton nappé de modestie, de déférence, et recouvert d’étiquettes, l’écrivaine se trouva face à l’impression qu’il était à son tour de parler, quand bien même sa présence ici n’était pas en « Héraut » mais bien en observatrice. Peut-être parce que sa localisation était très proche de celle de l’androïde ? A vrai dire, elle ne s’était pas assise, et avait même prévu de s’éloigner un peu pour laisser de l’espace aux vrais héros de cette histoire. Mais comme elle n’en eût pas le temps, et puisqu’elle devait parler… eh bien elle parla :

« Mh ?... Oh ! A vrai dire, Carmina était en train de penser qu’elle n’avait pas à se présenter, n’étant pas ici en tant que Héraut mais plutôt comme Scribe, un titre bien plus important pour elle, signifiant simplement que son rôle ici ne consiste qu’à observer et mémoriser le déroulement des évènements, ainsi qu’à rendre accessible tout savoir et toute connaissance au plus grand monde –Haute société et bas peuple sans distinction-. Mais soit, il s’avèrerait extrêmement gênant qu’elle ne prenne pas la parole, alors elle ne s’en privera pas. Elle tient d’abord à dire que…Oh ? »

Elle cligna des yeux quelques instants, fixant profondément celle qui se disait présider le « conseil des nations. »

« …Ah ! Il semble qu’elle ait fait une erreur. L’écrivaine ne pensait pas que tu avais une identité aussi marquée, mais en fait si ! Oh, voilà qui change tout ! Les Hérauts ne sont pas les seuls sujets intéressants, hum… Oh ! Qu’importe, ça ne change pas son avis sur la question. Elle va donc continuer à te répondre.
Si elle s’en tient purement et strictement à son statut de Scribe, elle doit conserver une neutralité absolue face à tout évènement qui ne menace pas la continuité de l’histoire humaine et possède donc une bien trop faible quantité d’informations pour se positionner vis-à-vis de la Dame l’ayant fait venir en ce monde. A en juger par la situation actuelle, elle dirait simplement que rares sont les changements majeurs d’une société s’étant déroulés sans faire couler le sang et alimenté les flammes, mais qu’il arrive néanmoins quelque fois que les dégâts soient mineurs. Maintenant, peut-elle conseiller des solutions ? Mh… »


L’écrivaine observa un moment tout autour d’elle, rassemblant mentalement les dernières informations qui lui manquaient pour confirmer la situation. Mais bien vite son regard se porta de nouveau sur son interlocutrice :

« Agressive. Nombre de Hérauts sont ici et encore faibles, les éliminer tous dès à présent règlerait une partie du problème…
… Mais ! Parce qu’il y a un mais, elle n’est pas sûre que ce plan fonctionner sur le long terme. Après tout, tous les Hérauts ne sont pas ici, et quand elle dit « tous », elle ne cible pas que les êtres déjà choisis et arborant en ce moment même ces terres. Elle inclut également ceux qui arriveront plus tard. Doivent-ils apprendre qu’une guerre, qu’une traque ouverte se déroule contre eux ? Hum… Le contrecoup arrivera, plus tard, mais il arrivera. Et Feu et Sang il y aura alors. Cependant, cela reste une solution à court terme viable si d’autres moyens sont mis en œuvre par la suite pour qu’aucun des hérauts ou de leurs éventuels sympathisant n’ait la possibilité de mener une révolution dangereuse.

Pacifique. Puisque nombre d’entre eux sont ici, pourquoi ne pas se montrer amicale et entrer dans une démarche de coopération ? Après tout, les Hérauts ont pour beaucoup des pouvoirs amenés à devenir de plus en plus grands, et cela fait d’eux des alliés d’une grande puissance à avoir sous son aile. Les bêtes qui attaquent les voyageurs. Les brigands qui terrorisent marchands et villages. Les fléaux divins qui s’abattent. Et même les Hérauts qui ne se plieront pas aux termes de cette éventuelle alliance. Cependant beaucoup n’ont ni proches, ni famille ni foyer ni travail. Nombre d’entre eux auraient de grands avantages à être bien vus des puissants de ce monde, telle que toi et tes  collègues ici présents, ainsi les quelques récalcitrants seront rapidement convaincus par l’effet de masse… ou éliminés par l’avantage numérique.

Neutre. Moins coopérative que la solution présente, elle consisterait plutôt à les laisser vivre comme ils le souhaitent, accorder la citoyenneté et ceux qui la désirent et la méritent, et laisser les autres se débrouiller dans la nature.  Ni d’office renégats, ni par défaut alliés, mais les considérer comme des éléments normaux du monde et de la société, laisser le Destin faire les choses et les divinités comploter sur leur dos comme elles le font souvent –ou en tout cas, ceux que Carmina a connus faisaient ainsi-. La Scribe doute fort que le nombre de hérauts cause un quelconque bouleversement démographique de toute façon. Cela reviendrait à ignorer l’aspect ésotérique de la question, et même si les puissants de la société y sont mêlés, peut-être n’est-ce pas ton destin de changer le sort des hérauts ?

Hum… quoi qu’il en soit, l’écrivaine aurait bien d’autre choses à dire mais son souffle se fait court, elle devrait plutôt développer les détails à l’écrit, dans une thèse minutieusement construite, pas dans le feu de l’action et de l’immédiat. Elle va donc retourner à son plan initial : Observer cet évènement très important pour l’Histoire, dont les conséquences vont changer le destin des générations à venir ! »

Elle s’éloigna donc du groupe, se plaçant de manière à voir toute la scène et entendre tout ce qui se dira, afin d’en retenir le moindre détail sans exception !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Le conseil des hérauts




La réunion commençait. C’était une bonne réunion bien humaine, pleine de garde, de mises en scène et de grands discours et autre cérémoniels. Ainsi, une succession de personnes entrèrent, ayant chacun un comportement différent. La première était une superbe femme que Niasci eut du mal à quitter des yeux, son comportement montrait qu’elle devait être ou en tout cas, se considérait comme la personne la plus importante de cette assemblée.

Evidemment, les humains se disputèrent. Ils avaient tenu plus au moins trois minutes avant de s’agresser pour tenter de prendre l’ascendant sur l’autre. L’Ondine était presque impressionnée, c’était encore pire que tout ce qu’elle avait pu voir, tout ce qu’on avait pu lui raconter. Finalement, la dame leur demanda de se présenter tandis que le jarl de Lerry leur proposait de savoir avec une voix qui, pour Niasci, semblait refléter une certaine lassitude. Elle s’assit, posant lourdement son marteau à côté d’elle.

Niasci écouta deuxpersonnes se présenter et soupira en grommelant :

- N’y a-t-il donc que des hérétiques en ces terres ?

Lorsqu’une étrange femme avec un chapeau s’exprima, Niasci décrocha : les phrases étaient trop alambiquées et la construction du discours trop tordus. En plus, elle commençait par proposer de tous les tuer. Ca devait probablement être une simplette : l’un de ses humains qui se croient plus intelligents que quiconque mais qui ne font que brasser du vent.

Distraite, elle observa les gens dans la salle et repéra Aki, Orina et Rin, des personnes qu’elle avait déjà rencontrées auparavant. Voir Rin et la petite fille de feu lui fit plaisir, elle se sentit moins seule dans cette grande salle pleine d’inconnus insupportables. La vue d’Aki lui apporta moins de plaisir, cela lui rappela principalement des souvenirs douloureux.

Vint ensuite le moment pour elle de se présenter. Elle assura la prise sur son arme avant de s’exprimer d’une voix forte :

- Je m’appelle Niasci, je ne sais pas ce que je fais là, je ne vois pas en quoi se réunir dans une salle va nous aider à faire quoi que ce soit mais j’ai été contente de voir un peu le monde en voyageant jusqu’ici, vous avez de jolies rivières.

Ensuite, elle fixa l’humanoïde bizarre qui dont l’étrange armure reflétait de nombreuses couleurs. Elle secoua la tête en la regardant et la pointa du doigt d’une façon fort impolie mais dont elle n’était pas consciente.

- Elle se trompe et fait honte à chacun de nous. Nous sommes là pour rendre à notre déesse la place suprême qui lui revient. Priez plus fort et abandonnez vos faux dieux car la Dame est de retour et elle vous éclairera bientôt à nouveau de sa lumière et de sa puissance dont elle donne déjà un aperçu en transcendant les mondes.

Afin d’appuyer ses dires, elle ponctua sa dernière phrase en soulevant puis en laissant retomber son marteau sur le sol afin de le faire résonner dans la grande salle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des herauts
feat. The World



Réflexion

J'observais silencieusement la réunion se poursuivre, adossée à un mur légèrement en retrait. Ce n'était pas dans mes habitudes de rester calme ou de me taire, mais a situations exceptionnelles moyens exceptionnels. La femme qui semblait présider la réunion disait que le conseil, qui ne semblait pas très soudé au vus des réactions, avait décidé de nous convoquer pour que nous décidions ensemble de quoi faire vis à vis des "Hérauts".

La machine engagea la conversation, en apportant son lot de décorum vomitif. Elle précisa que la mission de la dame était seulement de la libérer et non de la remettre sur un quelconque trône tout en prenant le soin de préciser que nos volontés nous étaient propre et que nous n'étions pas un groupe soudés ou cohérents. La quantité d'information qu'elle débitait avec ce coté soumis me fit rapidement décrochée, mais elle semblait proposer une approche neutre de notre cas.

Carmina quand a elle aborda le problème sous un angle bien peu commun et qui déstabilisa plusieurs "Hérauts" présent, a ma plus grande satisfaction. Elle proposait d'une manière désinvolte trois solutions : notre morts, nous aider ou nous laisser en paix. Toutes ces solutions avaient très certainement déjà été envisagées par nos hôtes et si nous étions là c'est qu'ils souhaitaient explorer d'autres solutions que la simple éradication. Carmina avait eu le courage, ou l'inconscience, de montrer que nous n'étions pas dupe quand a la situation où nous étions.

Vint ensuite le tour de l'Ondine. Cette dernière eut une approche plus violente et moins diplomatique, comme je pouvais m'y attendre de sa part. Comme moi, c'était une tête forte, qui ne baissait pas facilement l'échine et je respectais ce fait. Je ne pouvais pas lui reprocher de ne pas avoir le recul que m'avait donné ma quête pour sauver mon monde. Quand des problèmes nous concernent à une plus grande échelle, il faut souvent se résigner et faire ce qui doit être fait. Toute fois, je découvris une facette religieuse, peut-être même fanatique de sa personne alors qu'elle appelait les autres hérétiques et qu'elle déclarait haut et fort que la dame était revenue prendre ce qui lui revenait de droit.

Etrangement, des trois personnes qui avaient parlé, je soutenais plus Carmina que les autres. Nous étions tous réunis pour régler ce problème et ce que nous devions faire. Pas de décorum encombrant, pas de fanatisme mal placé, un simple objectif à remplir était tout ce dont nous avions besoin. En ce qui me concernait, la dame n'était qu'une porte de sortie, rien de plus. Sa situation ne m'intéressait pas au delà de ce fait et si elle venait à me trahir, je la détruirais et trouverais moi même un moyen de repartir. Mais ce monde avait encore beaucoup à dévoiler avant d'envisager un départ. Mais je gardais toute ces informations pour moi, réfléchissant en regardant les autres hérauts prendre la parole.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des Hérauts
feat. Bariande



Début de réunion

A… Ainsi nous étions t-tous rassemblés ici… La salle n’était p-pas forcément très accueillante, et j’avais peur de c-ce qui pourrait advenir… J… J’avais envisagée p-par moi-même b-beaucoup de scénarios, d-d’histoires q-qui pourraient se dérouler, et malheureusement, p-presque toutes se terminaient mal… Je restais p-proche d’Aki, a-afin de ne pas être s-seule face à tout ceci… J’avais beau r-reconnaître des visages f-familiers, j’étais vraiment très nerveuse p-par rapport à ça, d’autant q-que tout semblait commencer, e-et que les dirigeants arriviaent… je reconnaissant l-le jarl de Gothregal, m-mais… Il était bien le seul, l-les autres… Me mettaient mal à l’aise…

D-dans un premier temps, ils… Ils expliquèrent q-que nous risquions de causer d-du tort, par notre simple p-présence… Je… Comment ? P-pourquoi les autres personnes acceptaient ceci ?! N-nous… Nous ne voulions p-pas faire du dégât… Si ? E-est-ce que j’étais u-une figure d-d’exception p-parmi toutes les p-personnes qu’il y avait ? Je… Je n’en savais rien… Et j’essayais v-vraiment de ne pas paniquer, a-alors que d’autres prenaient la parole… La première fut une dame à la peau étrange, u-un peu… Mécanique, q-qui tenta d’ouvrir l-le dialogue, d-d’une manière diplomatique, p-posée…M-mais les personnes qui vint après f-furent…Bien différentes… Madame Carmina t-tout d’abord, q-qui était t-très particulière e-en s’adressant à e-eux, les tutoyant, c-chose que… Que je ne pouvais simplement p-pas faire… D’autant qu’elle mentionnait l-la pire chose possible, q-que les nations présentes déclarent la guerre aux hérauts… Je… C’était surement la pire chose qui p-pourrait arriver, c-car même si n-nous en réchappions, nous… Nous n’aurions p-plus aucune endroit o-où aller… Et vivre u-une vie de fugitive… N-nous serait fatal… Nous n’aurions probablement p-pas la force d-de nous en sortir, s-seules face a-aux nations…

P-puis, madame Niasci e-elle se montra a-aggresive, m-montrant s-sa dévotion à l-la dame, a-alors que… Que son culte était absent, et q-qu’elle… Que les nations vénéraient l-les autres dieux, les dieux s-sombres… C… Cela risquait-il d-de nous mettre en danger ? J-je crois, et cela m-me faisait encore plus peur q-que je n’étais déjà effrayée… D’autant que… Que nous devions tous parler… Il… Il allait falloir que je parle moi aussi ? U-une fois que le silence retombait, je… Je commençais à parler, m-mais t-terriblement intimidée…

‘’Je…’’

Je n’avais p-pas la force d-de le faire, m-mais… J-je le devais, p-pour… Pour nous…

‘’Je m-m’appelle… Orina…’’

Je c-craignais tant le pire… Mais j-je devais faire e-en sorte qu’il puisse être évité… D-de ne pas donner d-de raison p-pour qu’il l-le soit…

‘’P… Pourquoi l-la présence d-des h-hérauts… C-causerait d-des dégâts ? Nous… Nous ne…’’

Je ne terminais pas ma phrase, trop… Trop intimidée et réalisant qu’avec l-l’intervention d-de madame Niasci… Et b-bien, ils avaient toutes les raisons de c-croire que ceci a-allait se produire… C… Comment ceci allait-il bien pouvoir se finir…
© Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




La foire aux monstres

Avec Une bande de fanatique
...


Arkazo’ck regardait la scène d’un air intriguée, avec le vif intérêt d’un spectateur qui aurait eu a voir avec fascination les merveilles d’un cabinet de curiosités. Si cette notion lui était étrangère, elle n’en vit pas moins les créatures repoussantes pour la plupart s’amasser autour de la table. La normalité avait fait fi des conventions, et un cirque ambulant aurait bien fait ses affaires avec une telle tablée de monstruosité de toutes sorte. Certains vinrent en silence, d’autres en fanfare, rendant d’autant plus ubuesque la situation. Un cirque avait voulu l’acheter lors de sa captivité d’ailleurs. Mais ce n’avait pas grand-chose à voir avec la situation.
Comme pour mieux voir, elle avait collé ses mains contre la paroi transparente de sa prison et posé son front pour s’appuyer comme l’aurait fait un enfant. Les yeux grands ouverts, la bouche parfois bée, son attention passait de l’un à l’autre : Comment a-t-il fait pour passer cette robe ? Ce chapeau est ridicule ! Un marteau de guerre ? Ici ? Caissété était là aussi ! Toujours sans sa caisse, il devait l’avoir perdu définitivement lors du transfert. Elle garda ses réflexions pour elle de peur de le mettre en boite.
Avant qu’elle n’ait vraiment compris ce qui se passait, les gens s’était installés à une chaise et avaient commencés à discuter de la nécromancienne blanche. Elle regarda médusée ces fanatiques idolâtres parler d’elle en bon termes. La scène était ridicule. Ils étaient ignares ou très malheureux pour se satisfaire sans se révolter d’un choix que l’on avait fait pour eux. Aucun n’avait invoqué les vrais dieux. Ceux qui avaient amenés toutes choses
La discussion tournait à la neutralité où la faveur de la dame. Cette situation ne pourrait plus durer, ces abominations venues d’autres mondes étaient tous à annihiler. Si la nécromancienne en amenaient autant qu’un arbre a de feuilles ? Toutes les terres seraient menacées de déséquilibre.
Elle frappa du poing de toutes ses forces contre la paroi magique qui fit un bruit semblable a un millier d’insectes tout en restant indemne. Puis, elle prit la parole de sa voix parfois cassante comme du bois pourri, ou croassante comme un vol de corbeau.

« Vous n’êtes que des fanatiques idolâtres pour penser qu’il ne puisse sortir quoi que ce soit de bon de la malédiction que vous appelez don. On nous a arrachés a nos parents, a nos sœurs, à nos maisons en brisant ce qui nous tenait à cœur. Vous « réfléchissez ? » ce n’est même pas votre monde. Quel don ? nous ne faisons que de briser le cycle absolu de la nature. »

Elle regarda l’ondine qui avait les propos les plus en faveurs de la dame.

« Les plus idiots d’entre vous vont même juqu’a… la prier ? Stupides fanatiques joufflus à la solde d’une nécromancienne maudite, porteuse de peste et de mort. Abominée soit elle, la putain qui nous a vomi ce sort nous privant de ce que nous devrions être. Je la maudis milles fois, et que dix milles maux viennent frapper tout ce en quoi elle croit. »

Elle ne savait pas vraiment ce qu’était un putain, mais elle avait entendu ce mot en ville et il lui avait fait forte impression. Elle l’avait improvisé dans le contexte. Il rattraperait le "joufflus" qui lui semblait en deçà en terme d'impact Au moins les fanatiques allaient réagir un peu.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Relhan
N : 9 Or 963
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t197-relhan
Voir le profil de l'utilisateur





Retrouvailles et présentation




Relhan venait d'arrivée dans la salle où aurait lieu le conseil. Il était venu grâce au cheval que la Tirione avait mis à disposition pour les héraut. Comme tout les autres surement, il ne savait pas exactement pourquoi il était là mais comme la majorité sans doute, il se doutait que cela avait un rapport avec le fait que la dame les ai invoqués dans ce monde. Après tout, la dame restait à ce jour emprisonnée et complotait contre les dieux qui régnaient en ce temps sur Bariande. Au final, peu importe ses suppositions, l'homme bête devait attendre que le conseil commence pour en savoir plus.

Le métamorphe balaya d'un regard furtif l'intérieur de la grande salle sans trouver la personne qu'il cherchait, Aki. Après tout il avait retrouvé un de ses ami, Mune, un loup au pelage de neige et aux tatouages verts desquels s'échappaient une faible lumière, raison pour laquelle on pouvait les voir même à travers sa fourrure. Il s'agenouilla face au canidé surnaturel et lui caressa le dessus de la tête.

J'espère qu'elle sera là, sinon il faudra la chercher ailleurs ... Tu dois avoir hâte de la retrouver !


Le métamorphe comprit au regard de la bête qu'il espérait la revoir... Il se mit en marche dans le but d'atteindre un siège sur lequel s'asseoir afin de patienter jusqu'au début de l’événement mais ne l'atteignit jamais. Dans son action, il vit Mune partir en courant à l'autre bout de la salle. Relhan se douta de la raison du pourquoi. Le petit loup avait du apercevoir la druidesse rousse. L'homme-bête suivi donc son presque homologue et le vit bondir dans les bras d'Aki. Relhan, quant à lui, prit un peu plus son temps. Il salua la jeune femme qui venait de retrouver un de ses amis et s'adressa à elle.

Voilà un ami qui avait hâte de te revoir on dirait ! Je serais heureux de te raconter comment nos chemins se sont croisé mais c'est une sacrée longue histoire et nous ne savons pas quand tout cela sera terminé ...


Il avait pris les devants car il ne pensait sincèrement pas avoir le temps de raconter ce qui s'était passé avant que le conseil ne commence. En parlant de ce conseil, de grandes portes s'ouvrirent. Ce devait être le commencement. Le changeforme s’estima heureux de ne pas avoir à attendre comme se fut surement le cas pour la majorité des personnes présentent ici. Les quatre têtes dirigeantes de ce monde entrèrent et s'installèrent à la place qui leur revenaient. Si la première personne à prendre la parole fut sèche et catégorique, la suivante fut plus mesuré et laissait pensant que le tableau n'était pas aussi noir qu'on voulait nous le faire croire. On les invitait à se présentait mais également à s'asseoir s'ils le désiraient. Le jeune homme ne se fit pas prier et partit s'asseoir en lançant un hochement de tête à la druidesse pour lui faire comprendre qu'il parlerai plus tard.

Plusieurs personnes se présentèrent, certaines en exprimant des idées sur l'avenir des hérauts plus ou moins positives, d'autres en revanche crièrent au blasphème en avançant qu'il fallait rendre à la Dame la place qui lui revenait de droit à savoir l'idole a vénérer, d'autres encore semblait répandre la parole des dieux sombres. Tout ce cirque exaspéra Relhan. Ils étaient tous ici pour savoir ce qu'ils allaient devenir. Il se leva et parla sans même se présenter tout en essayant de restait le plus calme possible sans vraiment y parvenir à la perfection.

Nous ne sommes pas ici pour savoir qui nous devons prier et vénérer mais plutôt pour savoir ce qu'il adviendra de nous !


Il se sentait mieux, sa saute de rage était passé. Il reprit donc d'un ton plus serein.

Je vous prie de m'excusez, je me nomme Relhan, je suis arrivé dans votre monde il y a un petit moment déjà. Certaines personnes ici ont déjà émis la possibilité de la neutralité avec laquelle je suis d'accord. Pourquoi ne pas tout simplement nous laisser vivre notre vie en paix, pour ceux qui viennent d'ailleurs tout comme moi, nous avons tout perdu à cause de la Dame. N'avons-nous pas le droit de refaire notre vie ?


Il attendit quelques instants puis continua.

Si certains ne peuvent s'en contenter et continuent d'engendrer tout le chaos dont vous nous faites part, c'est un autre problème sur lequel il faudra débattre. Nous sommes tous différents ici, nous n'aspirons pas tous au même futur mais je vous en conjure, ne piétinez pas la vie de ce qui n'ont rien demandé et qui subissent déjà les actes de la Dame.


Relhan se rassit. Il estimait en avoir dit assez. Pour être honnête avec lui même, il ne savait toujours pas ce qu'il allait faire. Jusqu'ici il s'était débrouillé pour vivre en travaillant par-ci par-là contre un repas et une nuit d'auberge dans le meilleur des cas mais sa position qu'en au rôle que lui avait donné la Dame tout comme aux autres héros restait pour le moment incertaine. La seule chose qu'il voulait actuellement c'est de ne pas se retrouver enchaîné voir pire, mort.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shayim
N : 15 Or 555
dossier de personnage
Métier: Acolyte
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t322-shayim
Voir le profil de l'utilisateur
Comme la grande dame dont elle avait pris l'apparence, Shayim se forçait à distribuer des regards à chacun, selon son rang, au lieu de rester dans l'ombre d'un mur conformément à son caractère.
Cela l'épuisait énormément, mais, l'espérait-elle, cela lui servirait plus tard.
De nombreuses personnalités étaient rassemblées, de différentes races, de différents pays, ou même de différents... Mondes, comme avait dit KCT-023. Seulement la Skure ne reconnaissait rien, ni les races qu'elle n'avait pas l'habitude de croiser à Heabury, ni les ressortissants des autres pays de Bariande, ni les hautes personnalités qui, peu à peu se rassembler.
Ah, si, elle. Elle qu'elle craignait, elle qu'elle exécrait, elle devant qui elle rampait et qu'elle avait déjà assassiné plus de mille fois en cauchemar. Instinctivement, sa main se referma discrètement sur la manche d'un couteau. Consciente de son geste, elle s'arrêta aussitôt.
Mais elle l'avait reconnue, la despotique et sanguinaire reine de Tirione, qui commençait la réunion en les insultant, en les menaçant. Elle brûlait de l'assassiner, là, maintenant, de l'égorger devant tout le monde. Avec tous les gardes réunis, la tâche ne serait sans doute pas aisée. Mais ses dons de Changeformes lui laisseraient tout de même l'avantage.
Seulement, tous les Hérauts présents seraient sans doute assassinés eux aussi en représailles. Et cela était à éviter.

Donc ils étaient une menace, une crise. En bonne fayotte, Shayim baissa le regard avec un sourire humble. Il fallait désormais se présenter et proposer une solution au "problème" que posaient les Hérauts. Cette immonde reine voulait sans doute leur cou offert sans résistance. Mais cela, hors de question qu'elle l'obtienne.
Shayim garda le silence, laissa aux autres le soin d'exprimer les premiers leurs opinions. KCT-023 parla la première, exposant la situation sous un jour clair et objectif. La Skure l'écouta avec attention,
en profitant pour combler les quelques lacunes qui encore trouaient son savoir.

La seconde personne à parler destabilisa Shayim, dont l'attention se volatilisa. A peine retint-elle quelques noms ,quelques opinions, afin de savoir qui serait digne de rentrer dans cette future confrérie,
dont KCT-023 avait eu l'imprudence de parler à tant de personnes qui ne rêverait que de les détruire.
Notamment une certaine Niasci, dont elle ne pouvait deviner ni le pays ni l'espèce, semblait posséder une foi à toute épreuve. La Changeformes posa son regard sur cette dernière, espérant que ce poids immatériel la ferait se retourner et qu'elles pourraient discuter, une fois la discussion terminée.
Enfin, le tour de Shayim vint et ceux qui l'entouraient s'écartèrent un peu, afin de permettre à leur odieuse dirigeante de bien l'observer. Aussitôt, Shayim posa un genou au sol, ne craignant pas de salir sa belle robe, et garda son visage vers la terre.

"Je me nomme Shayim, ô mon incomparable reine."

Sa voix était douce et humble, comme celle d'une enfant de contes de fées. Et pourtant son coeur ruait contre ses côtes, brûlait, se révoltait contre cette hypocrisie, voulait hurler toute la haine qu'il ressentait.

"Si Sa Majesté veut bien écouter mon avis... Le pouvoir de la Dame peut être détourné. Si ses enfants ont su l'emprisonner, une reine puissante et intelligente saura sans doute la soumettre à son bon vouloir, drainer sa puissance, une fois que la Dame sera sortie de sa prison.
Ainsi, non seulement elle contribuera au bien être de Tirione, mais en plus elle ne nuira pas au culte de nos dieux légitimes..."


Elle ne se releva pas et resta immobile, attendant d'obtenir l'autorisation de bouger ou qu'un mouvement de foule la cache.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Le conseil des Hérauts



feat.Quasiment tout le monde


La quantité de Hérauts ici présents avait beau être faible, la rouquine ne pouvait nier que si un phénomène semblable à son ancien monde se produirait, l’équilibre de Bariande se trouverait grandement menacé. Cependant il était clair que la solution de tous les tuer ici-même était sans doute sérieusement discutée. Bien qu’elle se savait incapable de quoi que ce soit à l’encontre d’un tel type de décision, elle serra plus fort l’épaule d’Orina pour montrer qu’elle la protégerait envers et contre tout ce qui devait se passer. Le début de l’assemblée commença donc, la première personne à y arriver était, à n’en pas douter, Dena Wenton, la dirigeante tyrannique dont elle avait déjà entendus parler, suivie de prêt par par les trois autres dirigeants dont elle ne reconnut que Vargfur. Puis vint le moment où ils furent autorisés à parler. La foule massée ici ne lui avait pas encore permis de voir qui était présent en détail mais il était sûr que plusieurs têtes lui étaient connus, notamment la première personne qui s’exprima, KCT, avec qui elle avait mené une traque au lycanthrope.

Celui-ci évoqua la possibilité d’un endroit neutre dédié aux Hérauts, une idée qui n’était pas dépourvue d’intelligence mais qui revenait à leur confier un certain avantage, la jeune femme doutait que cette idée serait approuvée puisqu’elle donnerait une trop grande liberté aux envoyés de la dame qui pourraient aller jusqu’à avoir leur propre nation et déclarer la guerre aux autres une fois leurs pouvoirs retrouvés. Elle souleva plusieurs points concernant leur mission qui ne fit ni chaud ni froid à la rouquine, elle se contrefichait bien de ce que la dame avait pus lui demander, elle ne contait pas la libérer si c’était pour que tout cela devienne pire encore ! En revanche, si elle pouvait se servir de la déesse pour rentrer dans son monde avec Orina, elle n’hésiterait clairement pas. Le seul point qui lui donna des frissons fut l’idée d’être soumise à cette charogne détestable qui l’avait privée de sa vie.

Carmina, la jeune mage que l’archère avait été contente de voir ici renchérit en exposant trois solution qui leur était offerte dont la première était très certainement celle qui restait la plus à redouter. Quant à sa façon de tutoyer les dirigeants, elle était très probablement risquée si on en jugeait par l’air suffisant de certains d’entre eux. La Nishiie l’aurait volontiers fait taire pour l’empêcher de déblatérer plus de bêtises mais la scribe continua avec d’autres idées qui, sans résoudre totalement le problème, semblaient plus appropriées à la situation (et surtout moins dangereuses).



La rouquine n’eut pas à attendre plus longtemps avant qu’une boule de fourrure blanche ne se précipite dans ses bras. Surprise, elle réceptionna le paquet inconnu et perdit un dixième de seconde à l’examiner avant de constater la criante vérité. Mune. C’était Mune. Les yeux emplis de larmes, elle aperçut Relhan qui suivait son louveteau adoré et lui adressa quelques mots auxquels elle ne répondit que d’un hochement de tête ému. Mune. L’amie des animaux fourra son visage dans la pelage chaud de son ancien compagnon, les larmes imprégnant ses tatouages.

- Tu m’as manqué, chuchota t-elle d’une voix déraillée. Je suis heureuse de te voir.

La créature lupine planta ses deux yeux verts pomme dans ceux de la rouquine. Il connaissait sans doute les enjeux de ce moment et ne voulait pas que son amie ne laisse ses émotions l’emporter sur son sens du devoir. Cette dernière sourit et tenta de recommencer à écouter tout en caressant d’une main le Gardien, ayant lâché Orina pour le ratrapper.

Ce qui se passait dégénérait d’ailleurs très vite, Niasci ne manqua pas de proférer un discours fanatique et hargneux (Aki ne l’avait jamais vus comme ça, même pendant leur débat animé), Orina tenta de parler, sans doute effrayée par les possibilités qui s’offraient à eux puis une chose étrange à l’air de végétal pourrissant s’opposa farouchement au discours de l’ondine, crachant sur la dame, ce qui ne manqua pas de faire sourire la Nishiie qui trouvait qu’il avait bien certainement raison. S’ensuivit le discours de Relhan qui n’aspirait qu’à la paix puis celui d’une jeune femme blonde à la longue robe blanche qui semblait connaître le protocole et proposa de récupérer le pouvoir de la dame, voilà qui ne plairait pas à la femme bleue. Aki avait également son mot à dire sur la situation et ne s’en priva pas.

- Je me présente à vous, membres du conseil, Aki Nishiie, guérisseuse étrangère. Beaucoup de mes camarades ont déjà parlés et la majorité d’entre eux ont fait sens dans leur propos, j’espère que vous les avez tous écoutés. Notre Scribe a parlé de tous nous éliminer, mais elle a raison, cela ne mènerait à rien. Si un seul d’entre nous s’en sort, vous savez parfaitement que cela ne saura être pardonné et que vous serez encore plus en danger. J’aimerais beaucoup que vous nous laissiez vivre notre vie en liberté et ma fille et moi sommes ici pour prouver que c’est possible. Vargfur en témoignera, depuis que nous sommes ici, nous n’avons fait qu’aider Gothregal de tout notre coeur et nous n’avons pas causé de troubles. Nous participons activement à  la vie de la communauté et tout ce que nous demandons en échange c’est d’y être acceptés en tant qu’êtres pensants à part entière. Vous alliez avec ceux qui le veulent et laisser les autres mener leur vie tranquillement devrait être la solution la plus bénéfique pour chacun d’entre nous. Toute cette histoire de Dame m’échappe, en ce qui me concerne, je ne compte pas me battre pour elle ou pour aucun dieux de ce monde. Je n’ai qu’une déesse et cela ne changera jamais. En revanche je ne vous dérangerait jamais dans votre vénération des dieux sombres ou de la dame ou de qui que ce soit d’autre et je pense, au vus des témoignages que vous avez pus entendre jusqu’ici que nous sommes en majorité d’accord pour rester calme et ne pas poser les problèmes que vous nous pensez capable d’engendrer.

Elle garda Mune dans ses bras, le louveteau écoutant attentivement également tout ce qui se passait. Son destin et celui d’Aki étaient liés de la manière la plus absolue possible et si les dirigeants décidaient de les attaquer, il la défendrait de tout son possible, tout comme Orina qu’il avait aperçus et à qui il avait lancé un regard pleins de tendresse, même si l’homonculus ne comprendrait sans doute pas ce qui se passait avec lui.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ai Kyouki
N : 16 Or 982
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t261-ai-kyouki
Voir le profil de l'utilisateur

Le Conseil des Hérauts
feat. Aki Nishiie



Tous autour d'une même table


Laissant son acolyte ailée à l'entrée de l'imposant bâtiment qui accueillerait un Conseil entre les dirigeants des différentes Nations qui composaient Bariande et les Hérauts qui parcouraient actuellement ses terres avec la « bénédiction » de la Dame, Ai pénétrait dans le lieu gardés par des hommes armés d'un pas intimidé. D'expérience, elle savait que ce genre d'événement n'était guère fait pour elle à cause de sa manie à s'attirer des problèmes, qu'elle ne veille ou non. Cependant, l'espoir de pouvoir avoir enfin de plus ample explications sur sa présence ici et sur ce qu'elle allait devoir faire à l'avenir l'avait finalement décidé à accepter l'invitation à cette réunion exceptionnelle.

Pour une fois bien motivé à ne pas faire de vague, notre demi-démone rejoignait les autres béni de la Dame d'un pas discret, son large chapeau retiré de son crâne et ce trouvant entre ses mains, comme le voulait les règles de politesse, le regard rubis hésitant de la jeune fille balayait la salle, survolant le visage des inconnus sans trop savoir quoi faire à présent.

Finalement, après plusieurs minutes d'attente, les différentes grandes pompes de ce monde en proie au chaos se décidaient enfin à montrer leurs visages fières à leurs invités. La première à rentrer en scène n'était autre que la dirigeante de Tirone, facilement reconnaissable grâce aux nombreuses publicités mettant en avant ses qualités qu'on trouvaient un peu partout dans son domaine. Lançant un regard glacial à l'assemblée, qui donna des frissons à la démone qui détournait le regard mécaniquement, allant même se cacher derrière un inconnu tendit que les représentants suivants prenaient leurs places à leurs tours aux côtés la grande monarque, certains aux visages plus sympathique que d'autre. Donnant dores et déjà le ton de la réunion en ce crêpant le chignon d'ambler, ils finirent cependant par proposer aux restent des Hérauts encore debout de prendre place à leurs tours autour de la table afin de commencer la dite réunion.

Refroidis par cet accueil étrange, mais néanmoins logique venant du beau peuple, Ai lançait un regard en direction de la porte qu'elle avait traversé un peu plus tôt, hésitant un moment de rebrousser chemin avant de finir attaché à un bûché, mais la soif de réponse de la demoiselle la poussait à prendre une chaise en silence, ce faisant petite alors qu'elle serait son chapeau dans ses bras comme si c'était un bouclier.

Il ne fallut guère longtemps avant que les débats ne débutent, chaque Héraut allant de son argument qu'Ai écoutait sans dire un mot, continuant de regarder les personnes présentes une à une. La première à prendre la parole, ce présentant sous un étrange pseudonyme, cherchait déjà à mettre les choses aux clairs avec les paroles très générals de la reine de Tirione, rapidement suivi par une donzelle parlant d'elle à la troisième personne et évoquant le fait qu'elle souhaitait rester une observatrice dans toute cette histoire, évoquant alors divers scénarios possibles qui pourrait découler de la dite réunion. Suite à ses sages paroles de personnes cherchant des solutions vint le tour d'une extrémiste qui ne manquait pas de faire avoir des sueurs froides à Ai à sa façon très inquisitrice de s'exprimer qui lui rappelait les chasseurs religieux qui pouvait arpenter son propre monde...

Finalement, à l'autre bout de la table, une petite voix essayait de se faire entendre et comprendre... Une petite voix qu'Ai reconnue aussitôt si bien que la chaleur de la lave revenait presque lécher sa peau lorsque le visage d'Orina apparu aux yeux de la semi humaine qui affichait un sourire en la voyant aux côtés d'Aki... Finalement deux visages familiers qu'elle était bien heureuse de retrouver ici. Mais le fracas d'un coup de poing vint faire sursauter la demoiselle qui se tournait vers la dryade maudite qui l'avait accueillis ici-bas. Évidemment, les divagations sur le sujet de celle qu'elle appelait la Nécromancienne et qu'elle ne portait pas dans son cœur ne pouvait pas la laisser spectatrice dans cette histoire.

Suite à ça, les retours d'un homme d'âge moyen, qui essayait de contenir sa colère tant bien que mal, tentait de faire revenir la conversation vers un ton plus calme alors qu'une autre grande femme allait s'agenouiller près de la reine agressive, presque en train de lui lécher les pieds à la plus grande incompréhension d'Ai... Vint finalement le tour de la druidesse à la chevelure flamboyante qui vint appuyer un discours de paix ralliant ceux de Carmina et Relhan qui souhaitaient juste vivre tranquillement dans ce monde qui les avaient accueillis sans leur demander leurs avis préalables.

Beaucoup de personnalité différentes étaient présentes autour de cette table et les questions soulevées devaient l'être, tôt ou tard. Ceux qui étaient nées à Bariande redoutaient ses étrangers venant de contrée qu'ils ne pouvaient même pas imaginés, certains prêchés les paroles de celle qui leurs avaient offert une nouvelle vie tandis que d'autre méprisé son nom... Mais, au grand soulagement de la mage, la majorité souhaitaient seulement qu'on les laissent vivre simplement et calmement. Il n'y avait pas grand chose à ajouter aux plaidoiries déjà faite, il y avait de grandes chances que le ton monte même à cause de certains malgré les efforts des autres. Assise dans sa chaise, Ai resté en retrait pour le moment, silence et curieuse de voir comment les choses allaient avancer.

©? Aki Nishiie


Dernière édition par Ai Kyouki le Jeu 15 Fév - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ staff
N : 1 Or 504
http://bariande.forumactif.org
Voir le profil de l'utilisateur
Header



La première personne à répondre au conseil fut une femme à l’apparence plus que bizarre, une étrangère très probablement. Au regard que la reine posa sur elle il n’y avait pas de doute sur l’opinion qu’elle avait de ceux qui différait trop de la norme. Les quatre dirigeants écoutèrent cependant son discours sans mot dire, Elli hocha la tête à une ou deux reprises et les deux prêtres semblèrent mal à l’aise quand la robot se mit à parler de la Dame. Cependant, l’air des décisionnaires semblait plutôt mitigé à la fin de la première intervention qui fut très rapidement suivie par celle de Carmina qui émeut beaucoup plus la classe supérieure. Il était évident que Dena serrait les mâchoires pour ne pas insulter la petite scribe qui osait la tutoyer, ce qui semblait beaucoup amuser Deswann, par ailleurs. L’assemblée haussa les sourcils quand elle parla de l’éventualité de tous les exécuter sur le champ et plusieurs regards s’échangèrent, ce n’était sans doute pas ce à quoi ils s’attendaient. A plusieurs reprises dans la suite de son discours elle reçut cependant des regards d’approbation de la part de Elli et Vargfur. Aucun ne comptait s’exprimer avant que tout le monde n’ait donné son avis.

La suivante à prendre la parole fut Niasci et il est minimisé la réaction des prêtres que de dire qu’ils la foudroyèrent du regard. Si ceux-ci avaient pu la tuer sur le champ, cela aurait sans doute déjà été fait, mais il fallait croire qu’un ordre de calme leur avait été donné. Bouche cousue ils se contentèrent donc de serrer les poings et de préparer leur vengeance. Vargfur rigola doucement, essayant de se faire le plus discret possible, le jarl de Lerry trouvait la détermination et le courage de cette Ondine admirable, bien qu’il ne vénère officiellement lui même que les dieux sombres. L’intervention de l’homonculus quant-à-elle passa quasiment inaperçue puisqu’elle fut presqu’aussitôt coupée par la dryade qui pestait contre Niasci, à la grande satisfaction des deux prêtres qui sourirent dans un premier temps avant de déchanter face au langage grossier et direct de la pourissante.

Suivit le discours du métamorphe qui semblait dépeindre une utopie où tout le monde se laissait vivre comme d’autres avant lui, bientôt surenchérit par la changeforme blonde qui présenta ses respects à la reine. Dame Wenton, bien aise, ne put empêcher un sourire pleins de désir et d’avidité à la proposition de celle qui, enfin, s’inclinait devant elle. Posséder la puissance d’un Dieu, voilà qui était alléchant. Les autres en revanche sentirent tout de suite les problèmes arriver et se mirent sur la défensive face à cette jeune femme si polie. Pour terminer la rousse avec un petit animal dans les bras reprit à peu près le discours de Relhan si ce n’était qu’elle apportait les arguments de sa vie et de celle de sa fille pour prouver qu’ils étaient raisonnables.

D’autres Hérauts s’exprimèrent, certains avec beaucoup de défiance, mais la majorité semblaient s’accorder sur le point que les laisser vivre devait être la moindre des choses après ce qu’ils avaient vécu. Beaucoup avaient perdus de la famille, des amis, certaines personnes très respectées c’étaient fait rejeter de leur position due à leur soudaine faiblesse, bref, il ne souhaitait pas que le poids de décision à leur encontre pèse en plus sur leurs épaules. Enfin, plus un son ne se fit dans la salle, ce qui permit au conseil de reprendre la main. Comme attendu, Denna se leva et pointa un doigt accusateur tour à tour sur Carmina et Arkazock.

- Vous deux. Surveillez votre langage en présence des plus hauts dignitaires de ce monde si vous souhaitez que l’avenir que nous discutons ici ne soit pas qu’un doux rêve pour vous. Quant à vous.

Elle dirigea son index accusateur sur Niasci.

- Blasphématrice inconsciente, si vous poursuivez dans cette voie, nous serons obligés de vous faire taire et je parierais mon trône que cela ne vous plaira pas.

Les prêtres hochèrent la tête vigoureusement et prirent également la parole.

- Nos méthodes de conversion ne sont pas des plus agréables.

- Gardez vos discours hérétiques hors de nos murs, ou vous le regretterez plus vite que vous ne le pensez.

Suite à quoi, l’archimage se leva et montra la paume de ses mains vides, dans un geste d’apaisement.

- Ecoutez, prioritairement il s’agit de tous nous calmer sur les questions religieuses. Nous ne souhaitons pas que ceux qui nous entendent nous punissent de notre ardeur, n’est-ce pas?

Son regard sévère et glaçant s’adressait à tout le monde, il était évident que même sans être un homme pieux, il ne souhaitait pas pour autant que malheur et misère récompensent cette entrevue.

- A Doliene nous cherchons à contrôler l’utilisation de magie, et il se trouve que la grande majorité d’entre vous ont des … capacités qui mériteraient un chaperon bien plus strict que la totale liberté que vous exigez. Je comprends votre volonté de “vivre en paix” mais le monde n’est pas en paix alors vous ne le serez pas plus que nous. Comprenez que si vous vous mettez à conspirer des alliances quand vos sois-disants pouvoirs seront revenus et que nous n’avons aucune emprise là-dessus, cela risquerait de briser la paix entre nos nations.

- Parfaitement, renchérit Elli, il faut avant tout penser au bien de tous les citoyens qui ne sont pas concernés par vos histoires de Hérauts. Pour le bien de la communauté vous vous devez d’admettre que si vous êtes vous même de bonne volonté, il n’en sera pas forcément de même pour tous ceux qui vous suivront. Et comment géreront nous un Héraut surpuissant qui déciderait de tous nous détruire ou de libérer la Dame en faisant pleuvoir sur nous la colère des dieux sombres ? Nous sommes dans une situation très délicate aujourd’hui et nous ne pouvons pas juste vous laisser repartir et faire ce que vous voulez. Quoi qu’il résulte de ce conseil, une part de votre liberté sera à engager pour le bénéfice commun, que vous le souhaitiez ou non.

Le seul à ne pas s’être exprimé jusqu’à présent était Vargfur qui finit par soupirer pour prendre la parole.

- Ecoutez, sincèrement, moi j’aimerais beaucoup vous dire de mener vos broutilles tranquillement et de faire ce qui vous semble être bon. Même si vous êtes assez étranges dans votre genre, je ne peux pas nier que vous avez tous l’air d’avoir votre part d’honneur et le peu que je connais de certains d’entre vous me pousse à vous faire plus confiance. Mais la vie est telle qu’elle est et nos voisins ont déjà prouvé à plusieurs reprises que la paix était fragile.

Dena le regarda avec un air assassin.

- La liberté est une chose, continua t-il en l’ignorant complètement, la sécurité en est une autre. Mes guerriers s’entraînent dur tous les jours pour maîtriser les armes, mais ce n’est assurément pas pour pouvoir se battre contre des pouvoirs et des capacités qui nous sont totalement inconnues.

La main de l’impératrice claqua sur la table.

- Tous les beaux discours de tout le monde ne régleront pas nos problèmes. Je ne me suis peut-être pas montrée assez claire avec vous au vus de la réaction de certains, mais aujourd’hui nous ne vous demandons pas ce que vous souhaitez, nous vous demandons de trouver une meilleure solution que votre mort immédiate.

- Enfin nous avions envisagé autre chose, risqua Elli. Je doute que cela vous plaise mais, pour éviter que vous ne créiez des guerres et des affrontements, il nous faudrait équilibrer les forces et pour cela … eh bien il n’y a nul autre moyen que de vous rendre officiellement citoyen des diverses nations sans réellement vous en laisser le choix … et de nous assurer que vous ne pourrez pas trahir.

Un silence de plomb s’installa dans la salle, en attente des réactions des divers Hérauts.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des herauts
feat. The World



Solution ?

Tout comme Niasci soutenait la dame, il y avait des hérauts pour la destituer ou l'exploiter. Comme au sein de l'humanité, il n'y avait que peu de cohésion et tous les camps étaient représentés. Je me forçais de garder le silence, attendant que le premier échange d'avis soit fait pour me faire mon idée quand a la marche à suivre. Il y eu quelques échanges supplémentaire, mais ils n'apportaient pas vraiment d'éléments supplémentaires au problème.

La femme qui présidait l'assemblé ne manqua pas de réagir au manque de décorum de Carmina et au fanatisme de Niasci. Ceux qui avaient évoqué l'exploitation de la dame ne furent pas vraiment réprimandés, puisqu'il semblait que le culte en place était opposé à cette déesse. S'en suivit un tour de table où quelques dirigeants évoquaient leurs vus sur le problème et il en ressortit une conclusion assez simple : il serait trop dangereux de nous laisser en liberté sans aucun contrôle. Certains évoquaient même l'idée de nous enrôler de force dans leur nation.

Après avoir entendus ceci, je réfléchissais quelques instants, avant de me désolidariser de ma colonne, de faire un pas en avant en levant la voix pour signaler que je prenais la parole.

"Pourquoi avez-vous peur de nous ? Les "hérauts" ne sont encore que des bourgeons inoffensifs, pas plus puissants que vos recrues. Nous tuer ne ferait que résoudre le problème de manière temporaire et ne donnerais que plus de raison aux hérauts futurs d'être vos ennemis. Oui, parce que je ne pense pas que cette "Dame" se limite a une dizaine d'élus, d'autres viendront très certainement avec le temps. Deuxièmement, vous avez des espions, des messagers et des soldats pour surveiller vos territoires, je ne pense pas qu'un héraut puisse accumuler du pouvoir sans que vous n'en soyez informé, n'est ce pas ? Vous pourrez agir pour le contrecarrer, tout comme vous le feriez pour n'importe quel dissident. Dernièrement, nous somme tous, ou pour la plupart, humains, avec tout ce que cela implique. Il y a autant de diversités dans nos rangs que parmi vos paysans et je ne serrais pas surprises de voir une bonne partie d'entre nous accepter la sécurité et le pouvoir que vous leur offrirez en échange de leur loyautés. Après tout, peu sont taillé pour la vie sauvage et solitaire, toujours est-il que si conflit il y a, vous aurez des hérauts sur tout les fronts. Nous forcer à vous rejoindre ne ferait qu'injecter du poison dans vos nations, alors que si vous nous laisser le choix, vous aurez plus de chances d'avoir des éléments fiables dans vos rangs."



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ai Kyouki
N : 16 Or 982
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t261-ai-kyouki
Voir le profil de l'utilisateur

Le Conseil des Hérauts
feat. Le Conseil et ses Hérauts



Solution ou châtiments?


Malgré le fait qu'elle n'était pas très à l'aise dans ce genre d'assemblé, ceux-ci lui rappelant bien trop les différents conseils de discipline ou tribunal qu'elle avait dû affronté à plusieurs reprises, Ai ne pouvait que ce délectait du spectacle que lui offrait les différents souverains de Bariande. Faisant mine d'œuvrer de concert, ils leur étaient cependant impossible de dissimuler leurs mésentente qui semblait remonter à bien années, voir des décennies, en arrière... Chacun allant de sa petite pique pour ses petits camarades, mais ce qui ternissait ce jolie tableau, c'était bel et bien les paroles prononcés par les différentes parties...

Posant son chapeau sur la table, Ai prenait un air plus sérieux en posant ses lèvres contre ses mains jointes devant elle alors que la chef du quatuor prenait un malin plaisir à reprendre la parole, ne cachant en rien ses intentions tout en rappelant à l'ordre les deux ou trois réfractaires qui avaient osés hausser le ton en sa Sainte présence. Ai n'aimait pas cette femme. Elle était hautaine, agressive et désagréable... Une personne comme elle, avec de tel pouvoirs entre les mains, n'étaient qu'une source de problèmes, présent ou à venir. Et histoire de jeter un peu plus d'huile sur le feu, ses deux acolytes, très certainement des religieux locaux, ne se priaient pas pour y aller également de leurs petites remarques...

Observant la scène de ses yeux rubis, la demi-démone espérait que les mots de ces personnes extérieurs n'allaient pas détruire toute chance diplomatique avec les parties en présence alors que de possibles solutions pouvaient être trouvées. Ce levant de son siège, paumes levés en guise de rappel au calme, le dirigeant à la tenue semblable à celle d'un pratiquant des arts magiques, de son regard sévère, vint avancer des paroles plus que sensé pour la mage. Elle qui n'avait pas eu la chance de pouvoir avoir une éducation et des restrictions dignes de ce nom savait que trop bien à qu'elle point des pouvoirs mal maîtrises pouvaient être dangereux pour soit et pour les autres... Malgré ses aires dures, cet homme était le dirigeant qui avait le plus de prestance à l'heure actuelle aux yeux de la demi-démone, tout comme la seconde femme de l'assemblée qui pris partit pour le supposé mage, argumentant encore un peu sur la dangerosité d'un pouvoir inconnu et non contrôlé ou réglementé. Vint alors le tour de son autre compère, un peu plus sauvage et en retrait depuis le début du débat, soupirant avant de finalement en rajouter une couche aussi...

Ainsi, tous les quatre étaient bien d'accord sur le fait que l'inconnu étaient le spectre le plus crains des êtres humains, cette donnée qui ne pouvait être prévu et qui pouvait apporter plus de problèmes que de solution était quelque chose que des dirigeants de Nation ne pouvait laisser entre les mains du hasard et du destin. Évidemment, comme le suggérait la matriarche Elfe, si les Hérauts étaient rattachés à des Nations et s'ils étaient sous une emprise qui les empêchaient d'être de potentiels obstacles, le problème serait partiellement réglé...

Un silence s'installait dans la salle suite à cette dernière suggestion, toutes les personnes présentes sentaient que cette réunion n'allait pas être une partie de plaisir comme pouvait l'imaginer notre héroïne et que de graves décisions allaient être prises autour de cette table qui ce voulait offrir une égalité entre tous ceux qui étaient assis autour, bien que la réalité était tout autre...

Restait en retrait jusqu'à maintenant, une jeune femme quittait sa colonne pour allait exposer son avis sur la question, un avis que Ai approuvait en majorité. Serrant son chapeau entre ses mains, la démone pris une profonde respiration avant de finalement se lever après les mots de la femme vétue de rouge, prenant son courage à deux mains avant de parler d'une voix forte, presque tremblante sur les premiers mots.

-E-Excusez-moiii ! Je-Je me nomme Ai Kyouki, je suis une mage fraîchement arrivé dans ce monde !...

Crispé, elle regardait autour d'elle les visages de ceux qui s'étaient tournés dans sa direction. Hésitant un instant à se rasseoir, la tête sous la table, elle finit cependant par reprendre la parole après avoir pris quelques secondes pour se calmer.

-Je rejoins l'avis de Dame Elfe, dont j'ignore le nom, et de ma compatriote-à-la-colonne, dont j'ignore le nom aussi. Nous intégrer à la population de l'une des Nations ici présentes pourrait être notre meilleur chance, à vous comme à nous, de vivre en harmonie et en paix tout en vous assurant une certaine sécurité vis-à-vis de nous. Mais comme le suggérer madame ici présente. Dit-elle en désignant Rin en la regardant avec un sourire trahissant son trac. Nous forcer la main serait une erreur qui pousserait certains d'entre nous, présent ici ou qui arriveraient par la suite, à des trahisons futur alors que si vous nous accueillez, bras ouvert, lorsque nous venons vers vous par nous-même, nous serons plus enclin à vouloir protéger ceux qui nous aider à nous familiariser avec ce monde plutôt que de chercher à les éliminer. Forcer les gens à accepter quelque chose qu'ils ne souhaitent pas ne ferait qu'échauffer des esprits déjà confus et perdus. Sans parler de ceux qui sont originaires de ses terres... Sur ses mots, ce fut la dryade maudite qui se vit offrir un sourire par la demi-démone. Certains d'entre eux appartiennent à Bariande même et rallier un bout de tissu flottant au-dessus de frontières dessinées par la main de l'Homme n'auraient aucun sens pour eux. Ce serait comme essayer de forcer des oiseaux à rester enfermer entre quatre murs invisibles... Au mieux ils s'enfuiraient, au pire ils deviendraient vraiment une menace...

Après les quelques jours passaient à ses côtés, Ai pensé notamment que Arkazok n'allait pas du tout apprécier ce genre de décision. Un esprit de la forêt comme elle, même maudite par une tierce entité, n'appartenait à personne. Pour la jeune fille, une insertion en douceur était bien plus profitable et efficace qu'une chasse aux sorcières, sans mauvais jeu de mot, qui se finirait mal à un moment. Portant alors son regard vers l'homme à la robe de mage, fixant son regard sur celui sévère du dirigeant de Doliene, elle reprit la parole.

-Je suis d'accord que nos pouvoirs, laissés en libertés et sans aucun contrôle, seraient un danger pour vous, pour nous et pour ses Terres. Mais, Messire, entre pratiquants magiques, existerait-il vraiment un moyen de contrôler autant d'étranger, de toute race et de tout horizon, de façon sûr et prolongé pendant de longues périodes sans risquer d'affaiblir l'un des pays ici présent ? Je ne pense pas... Je maintiens qu'une répartition arbitraire ou aléatoire des Hérauts seraient impossibles à faire ou à organiser... Le plus simple et lui plus efficace, selon moi, c'est de nous laisser le choix.

Sur ses paroles, la demoiselle s'inclinait légèrement devant l'assemblée avant de ce rasseoir, son visage virant au rouge pivoine pendant un moment alors qu'elle se recacher au fond de son siège...

©? Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1138
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur



Le conseil des Hérauts



feat.Quasiment tout le monde


Bien peu après l’intervention d’Aki et de quelques autres Hérauts qu’elle n’avait jamais vus (ou en tout cas pas assez pour se souvenir de leur nom), les dirigeants s’exprimèrent, toujours aussi en désaccord les uns avec les autres, mais de leurs discours sortirent quelque chose, il n’y avait aucune chance pour que la liberté totale qu’ils souhaitaient depuis le début leur soit accordée. Serrant les dents, Aki posa Mune au sol, laissant l’animal se rapprocher d’Orina, non sans lui avoir chuchoté à l’oreille la triste réalité de ce qu’il était advenu de la mémoire de sa fille adoptive. Le petit loup s’approcha à distance respectable de l’homonculus et s’assit devant elle, le regard doux et plein d’affection. Aki de son côté expliqua très rapidement à sa protégée qui était la bestiole qui quémandait visiblement son affection.

- C’est Mune, je t’en avais déjà parlé, vous vous entendiez très bien à l’époque, mais ne t’en fais pas, il comprends.

Suite à ce court apparté, la rouquine reprit son attention au milieu du discours de la dragonne qui était plutôt censée. L’archère avait été plutôt surprise qu’elle ne donne pas son avis la première fois, mais cette fois-ci, Sahgronglaag ne retenait pas ses mots. Elle donna l’idée, raisonnable mais peu probable, de leur laisser choisir, mais n’était-ce pas le droit qu’on venait de leur nier ? Le choix ? A moins que la blonde ne parle ici de choisir soi-même de s’allier à une nation. Ai, la mage explosive que la Nishiie avait déjà rencontré et qu’elle appréciait plutôt bien prit la parole à son tour, visiblement du même côté que la bastonneuse, même si elle y mettait des formes bien plus intéressantes, montrant aux dirigeants à quel point cette solution proposait un compromis vis à vis de ce qui avait déjà été proposé et non un changement total de plan. Malgré tout restait un soucis, elles défendaient leur liberté de choix, mais qu’allaient en penser ceux qui étaient au dessus ?

La soigneuse s’avança à son tour en souriant à Ai, elle espérait que tout ceci se finirait autrement que dans un bain de sang et, étrangement, les soucis ne surgissaient pas de ceux auxquels elle se serait attendue.

- Je pense que nous comprenons tous votre problème. Vous redoutez ceux d’entre nous qui pourraient semer le désarroi et que vous cherchez à nous contrôler, mais comme l’a relevé ma camarade, il n’y a pas de bonne solution. Tous nous tuer ou tous nous contraindre ne réglera rien, au contraire, vous risquez d’empirer les risques, nous devons chercher une entente sur le plan de la coopération comme l’ont très bien fait valoir mes deux précédentes interlocutrices. Je suis persuadée que tous, dans votre grande bonté, pensez avant tout à la sécurité de votre peuple, en ce cas, il vous conviendrait sans doute qu’une majorité des Hérauts en fasse partie, car ainsi il leur tiendrait à coeur que leur nation vive bien et heureuse. Mais que faire des moutons noirs en ce cas ? Que faire de ceux qui refusent de s’établir quelque part et qui ne veulent obéir à aucune lois ou règles ? Ce sont eux les véritables problèmes que nous devons envisager. Je suis prête, aujourd’hui, à jurer fidélité à Vargfur et au peuple de Gothregal et je pense qu’un grand nombre d’entre nous plierons le genou devant le pays de leur choix s’il le faut, la réelle question à laquelle je n’ai pas de réponse malheureusement, c’est : que devons nous faire des autres ? Non pas que je ne comprenne pas le désir de liberté, je me passerais bien moi-même d’une autorité supérieure, mais ils seraient effectivement les plus susceptibles de causer un violent déséquilibre et des désastres sans précédents … si l’un de nous se trouvant dans cette situation a une solution, je pense qu’il devrait s’exprimer.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carmina
N : 18 Or 1029
dossier de personnage
Métier: Répétitrice
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t213-carmina
Voir le profil de l'utilisateur
Les discussions faisaient rage. Il y avait autant de sages que de sangs chauds, autant de mots coopératifs que de paroles zélées, que ce soit en faveur de la Dame qu’en promesses de sa destruction. Mais lentement, le débat semblait se recadrer, se resserrer dans une direction de plus en plus précise : L’asservissement des Hérauts. Pouvait-on employer un tel mot ? La Scribe aurait été ravie d’en débattre des heures devant le feu d’une cheminée, mais elle n’en avait pas la possibilité. Alors elle devait simplement se fier à l’impression étrange qu’il s’agissait bien de ce terme, qu’elle lisait entre les lignes, qu’elle voyait luire derrière les dirigeants de ce conseil comme le soleil filtre au travers des déchirures d’un rideau opaque abimé. Etait-ce encore trop doux ? Etait-ce exagéré ? Elle l’ignorait.

La Scribe prit alors de nouveau la parole, tenant à faire part d’une histoire ayant quelques similitudes avec le sort des Hérauts :

« Le monde de Carmina a rencontré il y a bien longtemps une situation proche de celle à laquelle nations et hérauts font face aujourd’hui. Un peuple parvint, via de puissants et complexes rituels, les plus fiables de leur époque, à invoquer des créatures spirituelles venant d’un autre plan et usèrent de cette même magie pour les asservir à leur volonté et contrôler leurs pouvoirs. Rien ne pouvait briser les chaînes qu’ils employèrent… sauf une magie plus puissante. Un catastrophique accident provenant d’un autre continent dont ce peuple ne connaissait que les côtes.  Il ne pouvait savoir ce qu’il s’y tramait, et n’en avait ainsi aucun contrôle… rien ne laissait présager d’un tel résultat.
Les Esprits à présent libres de faire ce qui leur plaisaient se retournèrent contre leurs anciens maîtres, les asservissant à leur tour, pour les utiliser comme ressource afin de se faire la guerre… ou leur plaisir personnel.

Oh, c’est très résumé ! Mais Carmina souhaite qu’un détail qui lui semble important soit mis en couleur… un détail déjà évoqué plus tôt par une Héraut. »
Accompagnant ses paroles d’un geste, elle pointa du doigt la jeune mage arborant des atours similaires à ceux de la Scribe. Ensuite, elle montra celui qui représentait Doliene :

« Tu as parlé de contrôle de la Magie, et la Scribe respecte les connaissances dont tu dois disposer à ce sujet. Existe-t-il une magie qui soit infaillible ? Au pouvoir illimité ? Et s’il en existe une, en quoi une autre magie ne pourrait briser la première ? La Dame offre aux Hérauts un pouvoir qui ne cessera de croître, ou du moins c’est ce qu’elle prétend. Pourquoi ne seraient-ils pas apte à briser leurs liens, un jour ? Le Destin peut jouer des tours inattendus aux plus puissantes organisations, la Scribe a déjà vu ce scénario.

Mais cela n’est vrai que si la magie sera le moyen employé pour avertir d’une rébellion.»


Elle baissa ensuite ses doigts, croisant ses mains derrière son dos, s’adressant maintenant aux quatre dirigeants du conseil :

« Bien entendu, elle ne souhaite pas que vous preniez ses avertissements pour une menace. Il ne s’agit là que de simples spéculations basées sur l’histoire ancienne, rien de plus. Après tout, elle a également vu un peuple se faire manipuler durant des millénaires par les dieux qu’ils vénéraient, ainsi tout est possible… mais elle ignore si des humains sont capables de la même prouesse, d’autant que… »

Elle regarda cette fois-ci la dame d’un certain âge à l’origine de cette supposition :

« Si tu souhaitais manipuler les Hérauts, leur dire directement était-il vraiment la chose à faire? Oh, elle ne cherche pas à juger ou à porter préjudice ! A vrai dire, le fait de leur demander leur avis est peut-être déjà une certaine forme de respect, qui pourrait être preuve d’une réelle volonté d’établir une cohabitation pacifique. » Sur cette dernière phrase, elle regardait les autres Hérauts, leur indiquant peut-être que cette information leur était destinée.

Ses yeux distraits s’attardèrent sur Aki et sa dernière affirmation, avant de revenir sur les mêmes personnes. Même si la situation de la Scribe était plus complexe qu’un simple refus des lois, elle comprenait que pour le regard des dirigeants cela reviendrait certainement au même. Elle doutait qu’un humain puisse comprendre pleinement ce qu’incombait son rôle, tant il était… inhabituel :

« Carmina ne chérit pas sa liberté. Au contraire, elle l’a abandonnée depuis bien longtemps, faisant le choix de s’adonner à ses devoirs, et particulièrement à celui de Scribe. S’il lui arrive de… s’autoriser, certaines souplesses quant  au code de conduite qu’elle doit suivre, certaines choses lui demeurent strictement interdites. La Scribe ne peut pas favoriser une partie des humains –ou peuples intelligents en général- et doit fortement limiter ses interventions directes dans leurs affaires internes. Ce n’est pas quelque chose de négociable. Pour ces raisons, il lui est strictement impossible de jurer fidélité à une nation, à moins que celle-ci ne lui impose pas d’agir dans son sens et ne lui interdise pas d’interagir comme elle le doit avec les autres peuples.

Mais si son cas est particulier, elle trouve néanmoins nombreuses similitudes avec ceux défendant leur liberté personnelle. Chaque camp protège sa position et c’est normal ! Pour la bonne entente, elle souhaiterait que chacun soit prêt à faire des sacrifices... mais ce ne sera pas facile.

Pour l’instant, Carmina observe trois possibles moyens de régler la situation de ceux ne voulant ou pouvant pas s’allier à une nation :

Les éliminer, avec les avantages et les inconvénients déjà cités.
Leur forcer la main, avec les avantages et les inconvénients déjà cités.
Ou…faire du cas par cas, ce qui pourrait être le moins dangereux, mais le plus long et complexe car cela multiplierait les négociations avec chacun d’entre eux. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Le conseil des Hérauts


Avec : Za Warudo

J’avais donc été la première à parler pour nôtre cause, s’il y avait un semblant d’unité parmi nous… Et bien rapidement, les réactions se firent voir, autant à l’encontre de ce qu’avait put dire l’impératrice de Tirione que mes propres propos. Carmina avait été la première à résumer la situation avec beaucoup d’exactitude, même si le fait qu’elle se prenne à tutoyer les grands de ce monde était assez dangereux pour nous tous… Il ne faudrait pas qu’ils prennent cela comme une insulte, mais je supposais qu’ils s’efforçaient déjà à ça de par notre simple présence… Et après tout, même si on lui demanderait, Carmina ne changerait probablement pas sa manière de faire, étant après tout la ‘’scribe’’ de cette complexe histoire. J’aurais juste utilisée le terme ‘’Coopérative’’ à la place de pacifique, mais le moment n’était pas là pour faire un tel détail…

Après tout… je fus classée directement sous le signe de l’hérésie par l’action de la prochaine. Une femme, aux traits suffisamment particuliers pour que je me mette à chercher une identification rapide. Peau bleutée, cheveux minéraux… Elle avait le trait d’une incarnation sous-marine, mais je me retins de lui poser la question. Après tout, elle semblait déjà ne pas beaucoup m’apprécier, étant donné que j’avais supposé que la dame ne souhaitait qu’être libérée, et non pas regagner la place suprême. Une fanatique donc, qui détruisit rapidement ce que j’essayais de faire. Ma main se positionna au niveau de mon front, pour cacher mes yeux, exprimant à quel point je pouvais être déçue de son attitude… A quoi bon essayer de nous protéger de ce monde si nous étions incapable de nous réunir et de parlementer… Nous étions nos propres ennemis, d’autant qu’elle fut rapidement opposée à une autre, Arkazo’k la dryade maudite, qui elle était de l’autre côté… Shayim, ton plan semblait être un lointain souvenir maintenant... Mais bon, tout n’était pas perdu…

Je notais par ailleurs le refus d’obtempérer de la part de Sahronglaag, qui ne s’assit même pas, ni ne dit mot. Des personnes silencieuses, il y en avait, ça c’était sûr, et d’autres essayaient de parler avec une voix trop faible pour être entendue convenablement, comme cet enfant assise à côté d’Aki Nishiie, la druidesse que j’avais rencontrée à Gothregal.

Ce fut toutefois grâce à l’intervention d’un homme plus mûr d’apparence que les choses reprirent un semblant d’ordre, recentrant le sujet. J’étais bien d’accord avec lui sur cette histoire, même si le fait de vivre en paix était bien utopique avec la démonstration de fanatisme que nous avions reçus tantôt. Des extrémistes existeraient, c’était certain, au grand malheur de tous, et c’était le grand problème qu’il nous faudrait résoudre.

Oh ? Shayim était donc venue ? Sous l’apparence d’une élégante jeune femme blonde, la changeforme proposa une manière bien particulière pour nous garder en vie… De drainer nos pouvoirs… J’étais bien obligée d’admettre que cela pouvait nous préserver, mais cela nous conduirait principalement en prison. Entre être sur l’échafaud et enchainé, la différence était faible… Et cela ne conviendrait pas à tous, c’était certain.

Finalement, ce fut la druidesse qui intervint aussi, confirmant donc les différents propos déjà tenus, mais indiquant aussi qu’il était possible de vivre en communion avec ce monde. Elle mentionnait toutefois sa fille, que je soupçonnais être la jeune être à ses côtés… Une Héraut elle aussi ? Elle devait avoir quelque chose de spécial. Réunir les familles ne devait pas être la priorité de la dame, puisqu’elle avait ses objectifs avant tout…

En tout cas, les quatre individus avaient eux-aussi des objectifs. Si certains furent remis à l’ordre, au moins rapidement trois, ce fut surtout ce qu’ils avaient prévus qui tomba… En effet, ils avaient déjà une idée en tête… En fait, cette réunion était une bien belle mascarade, pour faire croire que nous avions nôtre mot à dire, mais il fallait s’en douter. Sinon, pourquoi la rendre obligatoire et placer des gardes à chaque sortie possible ? Ils cherchaient juste à valider leurs intérêts ici, ce qui était compréhensible après tout. Cela passerait mieux, même si nous n’avions pas bonne réputation.

Et donc, cette idée, c’était de nous disperser à travers les nations pour que chacun puisse avoir accès à cette… Nouvelle ressource ? Il semblait bien… Décidément, l’idée d’un groupe uni d’héraut semblait déjà bien loin… Mais il faudrait faire avec. Dans l’immédiat, aucun d’entre nous ne pouvait se permettre de défier ouvertement ces gens, faute de puissance et de soutien. Toutefois, ce fut avec surprise que je vis Sahronglaag donner un discours qui faisait sens, comme quoi évidement, il y avait d’autres hérauts, mais aussi parce que cette mesure imposée risquait de faire naitre une grande rancœur… Chose qui fut confirmée par une mage, nommée Ai Kyouki, qui apparaissait donc comme une nouvelle entrée dans mes bases de donnée.

La Druidesse les rejoint en tout cas, même si sa priorité était de rester avec sa fille, et ça, c’était incertain, d’autant qu’elles risquaient de ne pas finir dans les mêmes terres qu’elles espéraient. Le froid de Gothregal serait peut-être un lointain souvenir. Puis Carmina, qui expliqua une nouvelle fois des sujets justes, comme quoi assujettir les hérauts n’était pas une bonne idée, que nous finirions par nous révolter… C’était bien beau, je l’admettais, mais il fallait garder à l’esprit que nous pouvions tous nous faire exécuter si nous étions trop gourmands… Je devais donc proposer quelque chose.

‘’Si je peux me permettre…’’


Je me levais de nouveau, avant de m’adresser à l’ensemble de l’assemblée :

‘’La situation actuelle est complexe, il en est certain. Nôtre apparition est un fait encore inédit en ce monde, et c’est pourquoi la solution proposée par nos hôtes est proposée. Il s’agit d’éviter un maximum de conflit le temps qu’une meilleure solution se trouve. Il n’est pas impossible que dans les prochains mois nous soyons en mesure de regagner nos mondes d’origines, ou de retrouver nôtre ancienne vie. Toutefois…’’

Je me tournais vers les quâtres grands de ce monde :

‘’Ce que disent mes camarades est vrai. Il est indéniable qu’en forçant la main, une rancœur puisse naître, tout particulièrement chez certains… Je tiens donc à proposer un compromis.’' Je joignais mes deux mains, pour expliquer : ‘’Vous souhaitez trouver un équilibre avec la répartition des hérauts présents. C’est une chose concevable. Dans ce cas, laissez-nous juste décider comment nous répartir entre nous, afin que chaque personne puisse finir avec la nation qui lui conviendrait le mieux, mais qu’en même temps vous puissiez obtenir ce que vous recherchez. Cela évitera beaucoup d’effet néfastes, même si, évidement, il risque d’y avoir des mécontents, mais qui seront nettement moins nombreux.’’

Je commençais à vouloir me rasseoir, avant qu’une autre idée ne jaillise, pour que je ne relève juste quelques mots. Me tournant vers le mage, je dis :

‘’Vous disiez tantôt que ce monde n’était pas en paix. Je suppose à vous entendre qu’entre vos quatre nations, certaines tensions peuvent exister. Dans ce cas, un héraut qui serait découvert par l’une de vos factions serait conservé pour son potentiel, et non pas extradé vers une des autres nations qui compose ce monde. L’équilibre qui est instauré ne sera que provisoire.’’

Sur ces mots, je me rasseyais, en espérant qu’ils acceptent cette proposition, qui éviterait bien des problèmes. Je regardais par ailleurs la druidesse, en pensant particulièrement à elle. Même si je ne ressentais pas les liens qu’elle pouvait avoir avec son enfant, je supposais que cela pourrait la détruire si elle la perdait.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des hérauts

Le discours de Niasci ne plut pas à grand monde. Une créature immonde et pourrissante enfermée dans une cage réagit de manière violente en insultant la Dame. Cependant, l’Ondine n’eut pas la possibilité de lui répondre sur le même ton car la reine de Tirione la remit à sa place. La menace à peine voilée, elle interdit ce genre de discours qu’elle estimait blasphématoire. Evidemment, Niasci n’apprécia pas de voir que peu de personne défendait la même position qu’elle et que les dirigeants de ce monde semblaient prêts à utiliser la force pour maintenir en place les dieux destructeurs qui régnaient actuellement sur Bariande. Elle n’insista néanmoins pas car, si elle était toujours persuadée de la grandeur de la Dame et de la justesse de ses actions, Niasci tenait malgré tout à la vie et insister dans cet instant où elle était en position de faiblesse n’aurait servi à rien. Mourir n’allait rien apporter à la Dame et à la cause qu’elle défendait.

Une elfe nommé Elli fit une proposition : celle d’intégrer les hérauts dans les différentes nations afin d’équilibrer les forces. Cette piste ne fit ni chaud ni froid à Niasci : elle ne savait pas ce que représentait exactement les nations, que ce soit en termes de territoire ou de culture et la notion de citoyen n’avait pour elle aucun sens.

Plusieurs hérauts s’exprimèrent sur cette proposition. Tous, ou presque, semblaient défendre l’idée qu’il faudrait laisser à chaque héraut la possibilité de rejoindre la faction de son choix afin de se prémunir des trahisons et pour les autres… c’était encore flou.
Cette solution, Niasci la trouvait très…humaine. Il fallait toujours qu’ils compliquent les choses et qu’ils se créent des rapports hiérarchiques empreint de solennité et de rituels pour se rassurer. Comme si un quelconque geste ou une parole pouvait les forcer à quoi que ce soit. Après, pour les gens issus d’autres monde, c’était un moyen de trouver une place et un peuple, cela, Niasci pouvait le comprendre.

A son tour, elle s’exprima :

Si vous avez besoin d’un serment, je le ferai, peu importe à qui, je ne connais de toute façon aucun d’entre vous. J’aimerais cependant avoir le droit de vénérer ma déesse tout comme vous vénérer vos faux dieux.


Elle avait été maladroite mais il était difficile pour elle ne pas ressentir du mépris pour toute cette affaire et contenir son agacement n’était pas des plus évidents pour elle. Cela dit, elle était sincère et rejoindrait n’importe quelle nation si cela pouvait garantir sa survie. Elle avait certes une préférence vague pour le jarl de Gothregal, de part sa position géographique et le comportement qu’il avait eu jusqu’à présent mais elle n’était pas en position de faire la difficile.

De plus, qu’importe la nation à laquelle elle jurerait fidélité, il n’y avait qu’un peuple : celui de la Dame.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Un espoir un peu fou

Avec Une bande de fanatique
...


Arkazo’k prit le temps de la réflexion. Coincée dans sa boîte depuis des semaines, elle avait pu constater que certaines forces la dépassaient, et que certains pouvoirs pouvaient contrer la pourriture qui l’avait envahi. Finalement, elle avait pu se reposer dans sa prison qui semblait absorber toute émanation de sa part. Cette période avait paradoxalement été une des plus calmes depuis qu’elle avait été rejeté de sa terre natale.

En réalité les besoins des dryades étaient raisonnables : un endroit loin du monde qu’elle pourrait appeler « ma foret », et qu’on étouffe sa malédiction afin qu’elle ne détruise pas son « chez elle ». Eut-elle possédé un tel pied à terre qu’elle eût pu aider les autres personnes dans la même situation qu’elle, afin de leur apprendre les règles de ce monde avant qu’ils ne répandent le même chaos qui s’était répandu autour de la table du conseil.

Or, autour de la table, semblaient réunis les puissants de ce monde pour qui un tel bois au cœur de leurs forets non exploités ne signifiait rien. Ces mêmes dirigeant semblaient attendre quelque chose d’elle. L’allégeance à une faction ne signifiait rien pour elle, elle n’avait pas grand-chose à perdre, elle se lança.

« Vous attendez de moi une allégeance ? Mais cela ne ferait de moi qu’un parasite porteur de mort au sein de vos sociétés.
J’ai une autre proposition. Donnez-moi officiellement un bois au cœur d’une de vos forêts vides d’hommes, et avec les déshérités de la « dame » nous construirons un sanctuaire où les nouveaux venus de ce monde pourront apprendre ce qu’ils doivent savoir pour survivre. Je saurais faire bon usage d’un petit bois au cœur de ces vertes étendues vides d’hommes, et nous vous enverrons en tribu ces cailloux brillants issus de la terre dont vous semblez raffoler. »


Elle marqua une pause, davantage pour vérifier qu’elle n’avait rien oublié que pour marquer son auditoire. Elle se reprit brusquement :

« Bien évidemment, pour mener à bien cette mission, j’aurai besoin d’un objet enchanté qui m’aide à contrôler mes pouvoirs comme cette cloche le fait si bien ! »

Elle leva les yeux au ciel pour se concentrer sur ses pensées, mais ne trouvant rien d’autre à dire, elle ajouta pour faire bonne figure :

« Nous serons bien évidemment prêts à coopérer avec le souverain qui nous donnera un tel refuge. Ce sera plus facile pour tous si les hérauts du royaume ne sont pas disséminés en tous lieux, rendant plus facile l’intégration, la communication mais également l’usage que vous pourriez avoir des nôtres, car bien que nos idées ne soient pas les mêmes, notre sort à tous est lié. »

Elle respira, et sourit, fière d’elle pour conclure :

« Sous ces conditions mutuellement avantageuses, si vous me cédez ce bois dont vous ne faites rien, je suis prête à prêter allégeance. »

Un large sourire plein d’espoir se dessina sur son visage incapable de cacher ses émotions. L’offre lui semblait honnête, le dirigeant qui accepterait pourrait avoir un certain contrôle sur les hérauts, ils auraient un chez eux, en harmonie avec la nature, et les nouveaux arrivants auraient un lieu où apprendre les règles du nouveau monde auquel ils appartiennent, leur évitant d’amener le chaos partout autour d’eux. Tous les partis étaient gagnants, d’autant que les dirigeant sous exploitaient les larges forets dont ils étaient propriétaires. Il faudrait travailler pour batir un sactuaire qui puisse-t-être en harmonie avec la nature, mais le travail ne lui avait jamais fait peur bien que la technique lui manquât.
Avec un peu de chance, on lui trouverait certainement un bracelet enchanté capable d’absorber sa magie où un quelconque objet du genre qu’on doit utiliser pour enfermer les mages renégats.

A la réflexion, l’offre était plus qu’alléchante, avec un peu de chance, les dirigeants se disputerait peut-être pour répondre à cette offre ?

Son sourire innocent se tir davantage sur ses traits.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Relhan
N : 9 Or 963
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t197-relhan
Voir le profil de l'utilisateur





Le conseil des héraut




La totale liberté n'était donc pas une option, rien d'étonnant quand on voit qu'aucun héraut ne peut sortir de cette salle. Les dirigeants avaient été plutôt claire là-dessus. Par conséquent, certains captifs émirent d'autres idées qui restaient convenables et laissaient un certains degré de liberté. Ce que proposaient KCT-023, Aki ainsi que deux nouvelles interlocutrices, Ai Kyouki et une femme adossée à une colonne au final s'était de nous laisser la liberté de choisir à qui nous prêterions allégeance.

Même si ce n'était toujours pas ce qui semblait le plus juste au yeux du métamorphe, c'était toujours mieux que de finir aux ordres de ce qui semblait être la despote de ce monde, à savoir la reine de Tirione qui présidait ce conseil. D'après les dires de l'autre femme de ce conseil, la région où elle vivait semblait mettre en avant le bien commun avant tout. Cette philosophie de vivre ne correspondait pas vraiment à Relhan, il était un peu plus égoïste que ça, le bien commun passait après celui de son entourage et il se se voyait donc pas vivre dans une telle société. En revanche, l'homme aux épaules aussi larges qu'une armoire n'avait pas l'air de se souciait réellement du problème soulevait par les autres dirigeants. Il parlait d'honneur, peut-être bien qu'en réussissant à prouver le sien, l'homme-bête pourrait vivre en paix, essayant de s'intégré à son peuple trouver une métier, après tout il était herboriste autrefois.

Non, la vrai nation alléchante était celle du sorcier. Grâce à l'aide d'un tuteur, le changeforme pourrait redomptait sa magie et en apprendre plus sur cette dernière. Il pourrait certainement apprendre comment fonctionne la magie de ce monde et peut-être trouver de l'inspiration pour développer la sienne.

Mmh ... Nous laisser le choix de notre allégeance semble raisonnable si on prend en compte la rancœurs qu'une assignation forcée pourrait engendrée dans le futur. Disposant de capacité magique et souhaitant en découvrir plus sur la magie de votre monde, je serais prêt à jurer obédience à Doliene.


Ce n'était pas ce qu'il espérait en venant à ce conseil, mais c'était pour lui la meilleur solution.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des Hérauts
feat. Bariande



Restons ensemble !

Ce f-fut t-timidement que j’eu prit la parôle… Trop e-en fait, personne ou presque ne réalisa que j’avais prononcée quelques mots… Je baissais donc la tête, renforcée dans mon malaise permanent, sans vraiment avoir la possibilité de m’en sortir, d’autant que les gens continuaient de parler, de se disputer, de s’affronter p-pour des faits m-mineurs, alors que nous é-étions tous en danger… T-toutefois, i-il y eu u-un détail bien p-plus particulier q-qui prit u-une partie de mon attention, e-et c’était q-qu’Aki… Elle tenait d-dans ses bras, c-contre elle u-une petite créature, de la taille d’un p-petit loup… Un louveteau ? E-elle semblait être émue, t-touchée p-par ceci, comme si… Elle venait de retrouver cette créature… L’avait-elle connue ici, o-ou bien… Avant ? J-je n’en savais r-rien, mais… la voir… Heureuse… C-cela me rassurait, a-au moins un peu… Nous p-pourrions bien v-voir la lumière a-au travers de ce brouillard qui s’annonçait…

Je restais en t-tout cas proche d’elle, alors qu’elle prenait la parole, p-pour essayer de nous protéger, p-pour que nous puissions vivre… Expliquant t-très simplement n-nos intentions, q-qui étaient de rester ensemble, à G-gothregal, s-sans embêter p-personne… Peut-être q-que c’était le destin d-du monde qui se négociait ici… Mais c’était a-avant tout le nôtre que nous tentions de maintenir à flots… Et que serait-il ? J-je n’en savais rien… Car les p-personnes continuaent d-de parler, p-proposant m-maintenant de… De nous affilier a-aux nations… D-de nous équilibrer ? Je regardais inquiète les personnes, qui recommencèrent à parler, essayant de nous donner le choix de pouvoir oui ou non rejoindre une nation, avec comme argument la loyauté et… En fait, ceci était assez pertubant, que tout le monde qui se disputait tantôt se batte pour cette même cause… Mais je… Je n’étais pas t-très active… Jusqu’à ce q-qu’Aki n-ne me présente l-la bête qu’elle avait tenue, q-qui était maintenant assise n-non l-loin de moi…

Ainsi d-donc… Il s’agissait de… Mune ? Je… Malheureusement… Aucun souvenir n’était présent concernant l-la petite créature blanche qui était là… Je… Je regardais d’une m-manière triste Aki, en l-lui montrant bien q-qu’encore une fois, cela n’avait pas de résultat… M-mais j’approchais l-lentement ma main d-du louveteau, en… essayant d-de lui parler, s-s’il me comprennait…

‘’B…Bonjour Mune… Je… je m’appelle Orina, mais… Tu dois d-déjà le savoir non ? Je… Je suis désolée, mais… M-mais je n’ai… Aucun souvenir…’’


P-puis, elle prit la parôle, pour de nouveau tenter d’affirmer que nous étions prête à rejoindre le jarl Vargfur, e-et à participer à l-la vie là-bas, même si nous étions u-un peu… Surveillées… Nous n-ne souhaitions pas refaçonner le monde, juste… Y vivre, paisiblement… Mais il semblait que c’était d-déjà beaucoup, e-et je t-tenais d-d’une main l-la manche de la druidesse, p-pour… Pour tenter de me rassurer a-alors que je n’osais pas reprendre la parole….
© Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shayim
N : 15 Or 555
dossier de personnage
Métier: Acolyte
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t322-shayim
Voir le profil de l'utilisateur
"Faire pleuvoir la colère des dieux sombres"... Shayim masqua un rictus de mépris. Y avait-il eu un suel jour où ils avaient été cléments? Pouvait-il y avoir, pour elle, une situation encore pire que ce qu'elle avait connu? Alors que leur colère pleuve, elle s'en moquait. Car la lumière de la Dame Blanche serait là pour lui servir de bouclier, désormais - à moins que ce ne soit qu'un leurre des dieux sombres pour éradiquer les hérétiques.
Ainsi, Dolienne s'occupait de régir l'emploi de la magie? Cela devenait intéressant. La Changeformes ne connaissait rien de ce pays dont elle n'avait entendu le nom qu'en laissant trainer ses oreilles au hasard de différentes conversations. Cependant il pourrait être intéressant de s'y rendre pour voir, car cette chose, la "magie", l'attirait, l'intriguait, et elle voulait en apprendre plus à ce sujet.

Les propositions se succédaient, toutes toujours aussi persuadées de leur propre bien fondé. Shayim n'écoutait même plus. La sadique impératrice n'en ferait qu'à sa tête, de toutes façons, et les autres hérauts avaient beau s'égosiller, elle ne changerait en rien les plans qu'elle avait déjà élaborés.
Cette réunion était vaine, et ils ne le voyaient pas. Vaine, mais pas pour elle, qui en profitait pour voir quels membres seraient dignes d'intégrer cette confrérie dont elle avait parlé, avec KCT-023. Niasci lui semblait un membre de choix.
Un regard en direction de celle-ci lui fit comprendre que son intervention n'avait pas été comprise.
La robot l'avait prise au premier degré... Après leur conversation, pouvait-elle vraiment la croire capable de tenir un tel discours? Un soupir discret s'échappa des lèvres de la Skure. Elle voulait seulement amadouer son immonde souveraine, lui donner comme arguments à leur survie des raisons qui avaient de la valeur à ses yeux de tyran.

Après quelques minutes de parlementation entre eux, les Hérauts semblaient être tombés d'accord sur une répartition entre les pays. A condition, peu probable bien sûr, que cette solution soit choisie, cela lui permettrai de rejoindre Dolienne,
ce qui l'arrangerait.
Seulement, pour le bien de la confrérie, pouvait-il se permettre de rester dispersés?
Elle risquait de perdre de vue les bons éléments - mais au contraire cela permettait aux mauvais de s'éloigner...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ staff
N : 1 Or 504
http://bariande.forumactif.org
Voir le profil de l'utilisateur
Header



Encore une fois, les quatre dirigeants écoutèrent avec une patience (variable) les diverses propositions. Il semblait que ce que l’elfe avait dit en avait troublé plus d’un, l’idée d’être mis sous l’autorité d’une nation sans avoir leur mot à dire ne leur convenait pas du tout. En premier lieu, deux personnes qui n’avaient jusqu’ici pas parlé exprimèrent leur point de vue sur les rébellions que cela risquait d’engendrer et les points positifs qu’il pourrait y avoir à ce que chacun choisisse où aller. Vargfur et Deswann semblaient plutôt en accord avec cet avis mais Elli et Dena firent une moue désapprobatrice, cela ne les arrangeait certainement pas. La rouquine qui reparla ensuite ne changea pas vraiment son discours, pointant du doigt ses camarades Hérauts qui pourraient se mettre en travers du plan prévus par les deux précédents. Personne ne pouvait nier que le soucis aller être ceux qui ne seraient pas d’accord avec le plan qui finirait par être choisis.

La petite mage qui parlait d’elle à la troisième personne résuma globalement tout ce qui avait été dit. La machine surenchérit en parlant d’un autre soucis probable, que faire des prochains Hérauts qui arriveraient, seraient-ils d’offices dans la nation qui les découvrirait ou les négociations parviendraient-elles à conserver un semblant d'équilibre ? A en juger par les divers comportements des conseillers présents, cela risquait effectivement d’être un soucis potentiel. L’ondine poursuivit le débat en se pliant un peu plus aux normes mais en continuant à demander le droit de vénérer la personne qu’elle voulait, une chose qui lui serait très improbablement accordé officiellement à en juger des regards réprobateurs qu’elle reçut de la part de tous les partis présents.

Suite à quoi la dryade sous sa cloche de verre avança une autre proposition, un lieu (un bois pour être plus précis) où elle pourrait s’établir et rassembler d’autres Hérauts, une idée à la fois avantageuse pour la nation qui les recevrait et très dangereuse pour les autres. Malgré tout, Elli eut l’air intéressée par cette idée et la doyenne de Gondone scruta quelques instants la pourrissante avant de prêter attention à la suite. Le dernier à intervenir fut le brun grisonant qui se porta volontaire pour s’établir à Doliene, toujours dans la voie de “choisir” où ils allaient aller. Dame Wenton croisa les mains un instant, l’air pensive et regarda ses collègues qui hochèrent tous la tête.

- Les décisions que nous prendront durant ce conseil détermineront sans doute l’avenir de Bariande et nous ne devons en aucun cas en prendre à la hâte. C’est pourquoi, en accord avec mes éminents confrères et consoeurs, nous allons consacrer le reste de cette journée ainsi que les deux suivantes à délibérer. Vous êtes libres de disposer durant ce temps, mais vous devez être de retour dans trois jours dès le matin afin d’entendre notre décision. Afin de nous assurer de cela, nous vous demandons de bien vouloir consulter les prêtres avant de sortir. Quiconque désobéira verra bien sûr une juste sentence s’appliquer.

Après un signe de tête hautain de l’impératrice, les deux prêtres s’avancèrent et passèrent devant chaque Héraut, leur saisissant chaque poignet sans dire un seul mot. Les Hérauts purent à ce moment ressentir une douleur vive sur leur main, s’étendre dans tout leur bras. Après observation, un sceau de Yedith et un de Akith avait été appliqué respectivement sur les poignets droit et gauche, gravé dans la chair, ou dans les branches pour certains.

- Lorsque vous serez de retour, les sceaux vous seront retirés. Si vous essayez de les enlever, quel que soit le moyen, ils vous tueront sur le champ. Si vous ne vous présentez pas à l’heure, il en ira de même. Si l’un de vous blasphème, je ne peux répondre de leur effet. Vous pouvez disposer.

Spoiler:
 

Heabury - 4 de Glucho




Ce ne fut que vers le milieu de matinée que les quatre dirigeants se présentèrent enfin, l’air toujours aussi fier, mais beaucoup plus fatigué. Il était assez facile de deviner que les débats avaient dûs êtres longs … et rudes à en juger par certains regards assassins de part et d’autres. Tous s’assirent sans attendre bien longtemps, Deswann se massant les tempes, Vargfur se frottant les yeux du bout des doigts, Elli clignotant compulsivement des paupières et finalement Dena se pinçant l’arête du nez.

- Bien. Commença t-elle, la voix bien plus rauque qu’à l’accoutumée. Je ne prendrais pas la peine de relever votre nombre et je passerais tout de suite au sujet que vous avez envie d’entendre. Nous avons décidé d’accéder en partie à vos requêtes.

La reine laissa un long silence planer après cette phrase. Sans doute espérait-elle des ovations devant son infinie grandeur.

- La solution que nous avons décidé d’adopter fera en sorte, nous l’espérons, de préserver notre sécurité tout en gardant des relations … cordiales avec votre … communauté. Nous vous laisserons effectivement le choix, dans un premier temps, de la nation à laquelle vous souhaitez jurer allégeance. Mais l’équilibre se doit d’être respecté. C’est pourquoi aucune promesse ne vous sera faite quand à l’acceptation ou non de votre demande. Et pour nous assurer de votre … coopération, les sceaux que vous avez portés durant les précédents jours seront remplacés par un sceau national. Celui-ci pourra plus tard être remplacé à votre demande par un bijou que vous devrez porter si vous ne souhaitez réellement pas conserver de stigmates. Cette décision est irrévocable.

L’impératrice foudroya toute l’assemblée du regard, il était certain que bien des Hérauts ne seraient pas contents de ce qui venait d’être décidé. D’une voix plus douce et compréhensive, Elli prit la suite.

- Nous vous invitons à vous présenter chacun à votre tour devant nous pour nous informer de votre choix. Mais avant cela nous sommes ouverts à vos questions, nous sommes conscients qu’il s’agit de votre destin que nous venons de décider et même si le respect reste de mise, nous espérons que vous pourrez l’appréhender au mieux. Une semaine vous est donnée pour prendre votre décision, nous sommes conscients qu’il s’agit de quelque chose de très complexe.

- Bref, des questions ?

Vargfur avait quasiment coupé la doyenne elfe, il avait très clairement l’air de vouloir en finir au plus vite avec tout cela pour pouvoir aller se reposer.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Un espoir un peu fou

Avec Une bande de fanatique
...


Arkazo’k était plutôt insatisfaite de la non réponse qui lui avait été faite. A peine un haussement de sourcil de la dirigeante de Gondone. Rien de bien concluant à son goût. Ces humains… Ils semblent incapables de se parler pour dire ce qu’ils pensent et se cachent derrière des faux semblants. Elle soupira pensive en écoutant d’une oreille distraite la suite des évènements. Elle avait semé une idée qui devait prendre le temps de germer comme une jeune pousse. Les dirigeants devraient en discuter entre eux ou à part peut-être ? Elle se plongea dans ses perspectives.
Gondone. Elle n’y était jamais allée elle-même, mais sa tutrice lui avait longuement parlé du bois enchanté des murmures où les arbres eux-mêmes semblent s’adresser à tous, des plus attentifs aux plus sourds, et même aux nains ! Le merveilleux lac de cristal, malheureusement aujourd’hui prisé en partie par l’industrie, il existait même une zone où rien ne pousse, balayée par le vent. L’endroit était plein de merveilles aux yeux de la dryade et sonnait comme un air de voyage. Les plantes étaient si différentes là-bas… Elle avait dû apprendre leurs noms, mais les voir en vrai… un frisson de plaisir fit frissonner son corps comme une douce brise.
Comme les autres, elle eut le droit à sa marque. Comme les autres, elle se vit prisonnière de ses propres paroles. Elle ne vit pas la différence. Le blasphème contre les dieux sombres ? Elle n’allait pas renier leur puissance. C’est eux qui avaient fait le monde tel qu’il est. Fondamentalement, la question l’indifférait. S’ils existaient, elle ne ferait pas de prosélytisme pour où contre eux de toute façon.
Quelques mots de plus et les dirigeants étaient partis. Ils laissaient un temps de réflexion. Le symbole sonnait comme une menace, mais elle s’en moquait tant qu’elle avait une perspective d’avenir.
Des discussions éclatèrent de part et d’autre de l’endroit. La plupart des hérauts ne connaissaient rien à la géographie et aux jeux de pouvoirs, tout à fait étrangers à la planète. Certains avaient dû se sentir abandonnés comme elle, perdus peut-être. Elle regarda autour d’elle et prit sa voix la plus forte qui résonna rocailleuse et croassante dans le grand hall.

« La plupart d’entre nous sont abandonnés et perdus, loin de vos racines. Ceux là même qui étaient habitants de ces terres ont été trop souvent contraint de quitter leurs forêts et leurs rivières.
Mais ensemble nous nous relèveront. Après l’hiver, vertes seront nos feuilles et nos tiges vigoureuses.
S’il reste de la sève en vous, s’il vous reste le courage de bâtir un lieu que vous appellerez foyer, rejoignez-moi et bâtissons un sanctuaire où nous ne serons jugés ni par nos apparences, ni par nos origines. Un foyer où nous pourrons nous épanouir comme une fleur au soleil.
Nous serons ensemble, et ensemble nous serons forts, garants de nos libertés et de nos allégeances. S’ils me cèdent une terre, elle sera pour chacun d’entre nous. Sinon, je serai la première à m’arracher ce stigmate qui meurtrit ma peau.»


L’inspiration lui manqua, elle laissa sa phrase en suspens.
Certains regards s’étaient tournés vers elle, elle s’apprêta à leur répondre. Ses intentions étaient honnêtes. Elle ne voulait pas d’une propriété, elle n’avait aucunement l’intention de diriger qui que ce soit, mais après autant de temps seule, elle avait besoin d’une forêt, d’un foyer, d’amis.
Elle leur dirait qu’il faudrait travailler pour sortir de terre un lieu agréable et engageant où les hérauts seraient les bienvenus quelque soient leurs allégeances et leur croyance. Elle serait prête à leur apprendre ce qu’elle savait sur ce monde qui leur était étranger. Ils traceraient des chemins, elle consentirait même à la construction d’une scierie puisqu’il leur faudrait un toit. Le pays leur demanderait sans doute des services, ils auraient la liberté d’y répondre.
Lourde serait la tâche, mais toujours plus légère que d’errer sans fin où d’être jugé dans chaque village et chaque ville traversée.

Elle se doutait que ce ne serait pas simple, mais certains devaient également ressentir une forme de solitude dans ce monde qui n’était pas le leur.

Elle espéra que cette réunion mettrait fin à cette solitude.


Lorsque revinrent les dirigeants, elle prit rapidement la parole pour répéter son projet pour conclure dans ces termes.

« Dites-moi lequel d’entre vous sera prêt à appuyer mon projet et je le rejoindrais puisqu’il le faut. J’engage mes sœurs et frères à me rejoindre dans cette voie. »

A ce moment, en attente de réponse, son cœur meurtrit se pinça.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Le conseil des Hérauts


Avec : Za Warudo

A quel point les hérauts pourraient prévaloir leurs intérêts au dessus de la survie commune ? Plus que d’essayer de convenablement se placer, ce qui était important dans l’immédiat était d’éviter que nos têtes soient tranchées, et je pensais que beaucoup l’oubliaient. Certains eurent même des propositions osées, comme la fanatique bleutée, demandant de pouvoir continuer son culte, même si elle acceptait de se ranger… Mais la plus téméraire, ou brave, selon la réussite de son plan, était Arkazo’k, demandait une forêt pour elle, afin d’en faire un refuge pour que les gens puissent s’y installer… Avec ce qu’ils venaient de nous dire, comme quoi ils refusaient que nous puissions nous organiser, cela semblait être bien compromis…

Dans tous les cas, les grandes têtes de ce mondes parvirent rapidement à la décision qu’il leur fallait le temps de débattre. Trois jours entiers à ne rien faire, à rester dans les environs, et… Il semblait bien qu’ils avaient trouvés une idée pour éviter que nous ne partions librement en sachant que les choses s’embrasaient… des sceaux, sur chacune de nos paumes. Mes capteurs indiquait que cela devait normalement faire mal, mais ce n’était pas mon cas, et j’observais juste les symboles marqués, avant de m’en moquer, si cela ne servait qu’à faire mal. Toutefois, tant que j’évitais de trop titiller mes libertés données, je ne devrais pas avoir de problème.

Tout le monde partit alors bien vite, chacun se dispersant. Je ne comptais pas résumer ici mon emploi du temps de ces journées, relevant de quelques informations confidentielles. Tout ce que je pouvais indiquer ici était que j’avais eu une grande et longue discussion avec Carmina, afin de l’informer des possibilités que nous pourrions avoir, et de la conseiller un peu près. Elle n’avait pas forcément en permanence les pieds sur terre, et j’espérais que ce que nous aviosn discutés allait lui permettre de ne pas avoir de regret sur ce qu’elle prendrait comme solution, même si je doutais que la liberté en soit une. Je pensais plus que ce que j’avais proposée finirais par être appliqué, et que nous devrions nous répartir. Je notais tout de même la non implication d’un grand nombre d’héraut dans le tas, comme si ces derniers préféraient nous laisser parler, mais bon… Pouvait-on leur reprocher ? Pas vraiment, les choses étaient déjà bien complexes.

Ce fut en tout cas fatiguée que les dirigeants revinrent. Impatiente d’en découdre, je fus la première arrivée, stationnant immobile dans le hall avant d’entrer dans la salle, accompagnée de tous (même si je me doutais qu’au moins un d’entre eux avait surement tenté le diable, et avait mal fini…), ils nous annoncèrent que j’avais raison, et que nous devrions nous répartir. Mais avant cela, il y avait quelques questions qu’ils devraient répondre, des précisions à apporter sur les termes de ce… Contrat… Je pris donc la parole :

‘’Mes hommages, excellences. Je tiens déjà à vous remercier d’avoir longuement débattu sur nôtre requête, et de nous laisser cette liberté. Nous comprenons bien les raisons qui vous pousse à nous imposer ceci. Et si ceci concernait l’ensemble que nous formions, les prochaines négociations que vous risquez d’avoir seront individuelles, concernant les termes de nos allégeances.’’

Je marquais un silence, pour les laisser prendre un peu de temps pour y songer. Vu leurs visages, je soupçonnais un état de fatigue avancé à cause des débats, comme quoi les trois jours n’avaient pas été simples, ou… D’autres choses que je n’évoquerai pas.

‘’Toutefois, bon nombre des nôtres sont encore un peu perdus et désorientés concernant ce monde. Pour faciliter la décision de chaque individu ici présent, pourriez-vous parvenir à quelques explications concernant la nation que vous dirigez et aux conditions de vies que vous proposez aux personnes qui vous jureront allégeance ?’’


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [EVENT] Perdu au milieu de nulle part
» [mini-event] Raviver une legende : le conseil pirate
» Les membres du CEP frappés d’interdiction de départ
» [CONSEIL] Nains
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e

Sauter vers: