bannière du haut du forum

Partagez

Découverte de l'artisanat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sujet: Découverte de l'artisanat

Dim 11 Fév - 2:50

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Découverte de la forge

En ville, en attendant la fête réunissant les hérauts, Niasci avait été soignée et avait dû trouver un emploi temporaire afin de rembourser les soins dont elle n’avait pas pu se passer. Après avoir accompli une petite mission dans la maison supposément hantée d’une vieille dame, elle avait pu régler sa dette. Cependant, il restait encore quelques jours avant la fête et l’Ondine devait se loger. En forêt, elle serait allée juste se reposer en s’appuyant contre un arbre. A ce moment, il était inimaginable d’aller dans la forêt : les lieux aux alentours de Lerry était clairement dangereux au vu de l’expérience qu’elle avait pu vivre avec la rousse qui s’appelait Aki Nishiie. Etant toujours en période de convalescence, prendre le risque d’un combat n’était clairement pas une bonne idée. La seule solution était donc de rester en ville mais ici, les règles étaient différentes et on ne pouvait pas dormir en sécurité dans les rues. Pas que le lieu soit plus insécurisé qu’ailleurs mais chaque ville renfermait son lot de tire-laines et autres êtres bien peu recommandables.

Elle se renseigna donc chez les herboristes qui l’avaient soignée et ceux-ci lui conseillèrent une auberge qui se trouvait assez loin du centre-ville et qui était donc plutôt bon marché. Niasci s’y rendit en suivant le plan et pénétra dans le bâtiment. L’aubergiste était une jeune femme sympathique qui se rendit rapidement compte, à la vue du physique inhabituel de sa cliente, qu’elle n’était pas de la ville et qu’elle s’y sentait quelque peu larguée. Plutôt que de lui donner une chambre que l’Ondine risquait de ne jamais payer alors qu’avec l’approche de la fête, le commerce était très faste et les chambres rapidement louées, elle envoya Niasci vers l’une de ses connaissances.
Allez voir Victor, il cherche toujours un peu d’aide en ce moment, vous serez nourries et logées en échange de votre travail.

Niasci  remercia celle qui s’appelait Anna et se rendit donc chez cet homme. Elle arriva devant une boutique attenante à une forge. La boutique avait une activité certaine et les clients entraient et sortaient à intervalles réguliers, les bras chargés de matériaux. A côté, on voyait les fumées de forge qui s’élevaient dans l’air et le bruit caractéristique du métal qui se fait battre par une forte poigne. La femme entra dans la boutique et interpella un homme barbu.
Je cherche Victor, je viens de la part d’Anna, de l’auberge.

Son interlocuteur la dévisagea mais envoya un jeune homme la guider vers le patron. Celui-ci était occupé à la forge en train de marteler un bout de métal. Le garçon l’abandonna là et Niasci attendit qu’il termine, observant avec attention l’activité. Bien qu’elle vint d’un peuple vivant en harmonie avec la nature, son handicap magique l’avait poussée vers un style de combat qui l’était moins et qui utilisait une arme forgée. C’était une occasion très intéressante pour Niasci qui découvrait comment ce genre d’objet était travaillé.  Victor finit par plonger l’épée qu’il venait de terminer dans l’eau froide et il s’adressa à Niasci :
Bon, qu’est-ce que tu veux toi. T’es pas d’ici et tu me fixes depuis un moment, ça me déconcentre. Encore une brebis galeuse envoyée par Anna, je suppose ?

Je ne suis pas une brebis, je suis une Ondine et je ne pense pas avoir la gale. Par contre, c’est bien Anna qui m’envoie, elle m’a dit que vous pourriez me loger en échange de mon travail.

Mhhh… Bon, tu sais faire quoi ? A voir ta tenue, tu viens pas d’un endroit où on forge et vu ta dégaine et ta façon de parler, je peux pas te mettre en boutique. Par contre, je vois que tu as un marteau, tu dois avoir un minimum de poigne. Hum… Qu’est-ce que je vais faire de toi ?  

Il avait enchainé ses réflexions à voix haute sans vraiment lui laisser le temps de répondre et semblait plonger sans ses réflexions. Il finit par trancher :
Bon, tu vas battre le métal. T’emballe pas, tu vas pas forger mais je vais te montrer comment préparer mon métal. Ce sera dur mais tu auras à manger et une paillasse pour dormir avec les apprentis. Ca te convient ?  

Ca convenait à Niasci.  On lui donna un tablier de cuir et elle se mit immédiatement au travail. En effet, c’était dur. Il faisait chaud et ça faisait largement travailler les bras. A la fin de sa première journée, il l’interpella.
Allez viens là, tu t’en sors pas mal et ça a l’air de t’intéresser. Tu vois ce petit bout que tu viens de me préparer, tu vas en faire une dague :  je te montre le geste et après, c’est toi qui le fait.

Il lui fit une démonstration et lui laissa ensuite la place. Niasci frappa son méta en tentant d’imiter au mieux la situation. La perspective d’avoir la compétence de pouvoir fabriquer ses propres armes et de potentiellement remplacer son marteau bien abimé. Au fil de la fabrication, le forgeron fit des commentaires et guida l’Ondine :
Plus fort. Mieux sur la gauche. Allez, plus ferme sur la poigne. Remet au feu. Refroids maintenant.

Après un moment, elle plongea la dague dans l’eau froide. Elle n’était pas parfaite, complètement invendabble en réalité, tordue et désiquilibrée mais elle l’avait fait elle-même et en était très fière. Le forgeron la renvoya en la prévenant qu’elle pouvait aller manger avec les autres employés et demander au garçon qui l’avait emmenée jusqu’ici un endroit où elle pouvait dormir. Elle réessaiera une autre fois.


Dernière édition par Niasci le Dim 25 Fév - 2:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Découverte de l'artisanat

Dim 11 Fév - 15:19

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Découverte de la forge

Niasci avait passé la nuit dans une sorte de dortoir qu’elle partageait plusieurs apprentis. Parmi eux, certains s’occupaient de la vente en boutique, d’aller prendre des commandes et livrer du matériel pour la garde ou des particuliers et parmi eux, certains étaient plus spécifiquement les apprentis du forgeron et avaient l’autorisation de s’occuper de certaines commandes sous la surveillance du maître.

Le matin, elle commença par suivre tout le monde dans la grande arrière salle où tous les membres de la boutique s’attablaient autour d’une table carrée où prendre un premier repas. Celui-ci n’était pas excellent ni très luxueux mais solides. Au milieu de tous ces humains, Niasci semblait être une intruse mais la parole du patron faisait force de loi et comme il avait décidé qu’elle avait sa place, personne ne l’importuna. Après le repas, elle repartit donc rejoindre Victor qui enfilait son tablier.

Il demanda à Niasci de nettoyer du matériel et d’aller chercher de grosses quantités de métal dont ils auraient besoin pour le travail de la journée. Après cela, elle déplaça des bûches pour alimenter la forge et raviver les flammes. Il était déjà midi quand elle eut terminé tout ça. Porter tout c’était plutôt contre indiqué pour elle mais elle n’avait pas vraiment eu le choix, heureusement, ses blessures ne s’étaient pas rouvertes. On leur apporter deux bons morceaux de pain qu’ils mangèrent rapidement avant de reprendre le travail. Anna n’avait décidément pas menti. Certes, le travail était dur mais elle était bien nourrie et elle avait en endroit où dormir le soir.

Le soir, Victor lui donna quelques pièces :
Tiens, tu as bien travaillé, c’est ta paie. Tu sais ce que c’est au moins ? Si tu veux à nouveau essayer de fabriquer une dague, je la garde pour payer les matériaux.

Depuis la dernière fois, Niasci savait ce que c’était. Elle refusa la paie, choisissant plutôt de retenter l’usage de la forge et la création d’une nouvelle arme qu’elle espérait plus réussie cette fois. Après la fermeture, elle récupéra donc un morceau de métal de faible qualité et le reste du matériel nécessaire afin de se lancer dans la création. Elle essaya de se rappeler des conseils qu’on lui avait donné la veille afin de les appliquer au mieux.

Comme précédemment, le forgeron resta à ses cotés du début à la fin en lui donnant des indications au fur et à mesure. L’Ondine tenta de les suivre au mieux au fur et à mesure en se concentrant sur son geste et sur la gestion du feu. Evidemment, encore débutante, elle oubliait souvent d’alimenter le feu et c’était Victor qui jetait de temps en temps une bûche en lui rappelant de le faire. Il l’apostrophait également régulièrement pour la reprendre sur ses gestes et ses mouvements comme il le faisait, pendant la journée, avec ses véritables apprentis.

En plongeant sa lame dans l’eau froide, Niasci espéra que, cette fois, le résultat serait plus satisfaisant. Peut-être que cela ne pourrait pas être vendu mais si ça pouvait être utilisable, ça serait déjà un progrès par rapport à l’essai de la veille.
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Découverte de l'artisanat

Lun 12 Fév - 11:48

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Passage chez l'enchanteur

Le deuxième essai fut le bon. La dague était de qualité correcte, elle était même vendable. Victor lui proposa donc de lui rembourser les matériaux utilisés, qu’elle pourrait à nouveau prendre si elle voulait continuer à s’exercer dans la pratique de la forge, en échange de la dague qu’il pourrait mettre en vente dans sa boutique, juste à côté. Niasci accepta cette proposition et la dague partit donc être exposée dans la boutique et Niasci reprit son travail qui consistait aujourd’hui à donner de grands coups de hache dans d’épaisses bûches qu’elle devait séparer en morceaux plus petits qui serviraient après à alimenter le feu. La journée se déroula comme les deux précédentes, rythmées uniquement par les pauses repas et les nouvelles tâches à accomplir. Dans l’après-midi, un des apprentis vint voir Victor :

Quelqu’un voudrait un enchantement sur une arme pour ce soir mais Luk est en livraison toute la journée et tout le monde est surchargé à la boutique. Vous avez quelqu’un dont vous pouvez vous passer ici ?

Victor observa les personnes qui travaillaient actuellement avec lui. Il avait de grosses commandes à rendre et se séparer d’un des apprentis forgerons n’était pas envisageable. Il fixa donc Niasci, hésita un peu et ensuite se résigna.

Tu vas aller voir quelqu’un pour moi. Je vais te donner un plan ainsi qu’un bon de commande et tu devras te rendre à l’endroit indiqué et donner le document à un homme nommé Ogien. Tu as compris ?

Il griffonna plusieurs informations sur un document et le tendit à l’Ondine. L’apprenti apporta l’objet qui devait être enchanté : c’était une dague, celle qu’elle avait justement réalisé la veille. Elle l’emporta et se guida en ville grâce au plan jusqu’à arriver devant une petite boutique. Niasci pénétra dans celle-ci et appela celui qu’on appelait Ogien. L’homme au comptoir se fit reconnaitre comme étant son interlocuteur et elle lui donna les documents et explications nécessaires.

Hum, eh bien, ne partez pas, je vais m’en occuper tout de suite. Accompagnez-moi voulez-vous ? Je me suis blessé ce matin et je vais avoir besoin d’un peu d’assistance. Ne vous inquiétez pas, je vais vous donner toutes les indications nécessaires pour mener à bien cette activité.

Il l’emmena dans l’arrière-boutique et ouvrit de grandes armoires pour en sortir quelques ingrédients qu’il posa sur la table autour de la dague forgée par Niasci. Il lui donna quelques instructions et elle répéta les gestes et paroles ainsi que la façon de faire interagir les objets. Elle ne savait pas exactement ce qu’elle était en train de faire et l’homme lui expliqua que tous ces gestes augmenteraient le pouvoir de la dague. Elle trouva cela très intéressant et se demanda si elle pouvait en faire de même sur son marteau. Cependant, ce n’était pas le moment de se déconcentrer car l’homme serait probablement contrarié si elle ratait les gestes parce qu’elle pensait à autre chose.

Le résultat ne se fit pas attendre et la dague brilla d’une douce lumière qui montrait que les ingrédients avaient fait leur effet.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Découverte de l'artisanat

Lun 12 Fév - 12:29

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Passage chez l'enchanteur

L’éclat ne dura qu’une seconde et disparut. Niasci resta un peu idiote face à son arme, attendant le verdict du maître enchanteur. Elle n’avait jamais vu, à sa connaissance, d’objets enchantés et ne savait pas exactement à quoi ceux-ci devaient ressembler.  Elle finit par se tourner vers le marchant et vit sa moue désabusée. Elle comprit alors son échec et se sentit bien embêtée. Elle savait que les humains accordaient beaucoup d’importances à la moindre de leur possession et cela faisait deux fois qu’elle échouait et faisait perdre du matériel à une personne. Décidément, les activités humaines ne devaient pas être faites pour elle.

L’homme soupira, regarda les objets utilisés et alla les jeter. Apparemment, il devenait totalement inutilisable désormais. Il ne dit rien mais elle voyait bien qu’il était mécontent et qu’il ne se retenait de lui faire des remarques désagréables uniquement parce que c’était lui qui avait demandé son aide et qu’elle n’y était pour rien : elle était ignorante de cet art après tout. Il alla vers son armoire et en sortit d’autres qu’il tint contre sa poitrine et qu’il posa à nouveau devant Niasci. Il lui demanda de s’écarter et commença lui-même à faire les gestes mais il fit tomber rapidement un flacon qui se brisa au sol et dont le contenu se répondit sur le plancher.

Fichtre ! Mon poignet est vraiment trop faible. Je l'ai violemment tordu hier, voyez-vous et depuis, il me fait défaut et je peine à faire des mouvements en portant même l’objet le plus léger. Bon, je n’ai pas le choix, j’ai besoin d’avoir rapidement le paiement pour cet objet si je veux m’amuser à la grande fête. Vous allez donc vous concentrer et recommencer et cette fois, ne faites pas d’erreur ! Vous faites exactement ce que je vous dis et je ne veux pas voir la moindre pensée parasite dans vos yeux : la pratique de l’enchantement demande rigueur et concentration parfaite.

Niasci se sentit un peu coupable puisqu’elle avait effectivement été distraite la première fois. Elle décida d’éviter cela cette fois-ci en allant demander des réponses aux questions qui la taraudaient :

Est-ce que marteau est enchanté ? S’il ne l’est pas, peut-il l’être ?  

Il répondit par la négative à la première question et fut mitigé sur la deuxième. Certes, l’arme pourrait être enchantée mais il le déconseillait : celle-ci était vieille et abîmée et le gain de compétence ne vaudrait pas forcément le coût. Elle ferait mieux de s’acheter une nouvelle arme, ce qui augmenterait beaucoup son efficacité avant de penser à un quelconque enchantement.

Satisfaite des réponses obtenues, elle se concentra, cette fois totalement, sur son ouvrage. Elle fixa l’arme et les objets qu’elle devait utiliser pour mener à bien son enchantement. Elle répéta les mouvements en hésitant un peu moins cette fois puisqu’elle avait déjà pratiqué les gestes juste avant et les avaient encore bien en mémoire.

Une fois de plus, la dague s’irradia d’une légère lumière. Cette fois, la lumière se maintint pendant plusieurs secondes et il fut satisfait. Il renvoya donc Niasci chez le forgeron afin que la livraison et le paiement puisse être effectué.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Découverte de l'artisanat

Dim 25 Fév - 13:36

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Travail du cuir

Niasci retourna donc à la forge avec sa dague nouvellement enchantée. Le forgeron l’examina, satisfait et le donna à son livreur lorsque celui-ci revint. Le lendemain, la forge fut plutôt calme, les clients étaient peu nombreux et les commandes diminuaient grâce aux apprentis de la boutique qui pouvaient venir aider dans la partie fabrique de la boutique. Niasci était moins expérimentée que les autres et aucun travail ne requérait de force. Victor l’envoya donc à quelques pâtés de maison d’ici, dans une autre boutique qui lui appartenait et qui travaillait le cuir.

Elle s’y rendit donc sur le champ en suivant les indications qu’on lui avait donnée. Elle arriva devant la boutique qui était un peu plus petite que la forge. Elle y entra et se présenta au vendeur :

Bonjour, je m’appelle Niasci. Je travaille pour Victor mais il n’a pas besoin de moi aujourd’hui et m’a dit de venir vous aider.


Eh bien, jeune femme… heu… enfin, Niasci, suivez-moi, je vais vous trouver quelque chose à faire. Je suppose que vous n’avez aucune compétence. Eh bien, vous allez me laver ses peaux et énergiquement, je ne veux plus rien voir sur celles-ci.

Elle commença donc à frotter la peau dans de grandes cuves. Elle commençait par un premier bain dans lequel elle lavait les peaux les plus sales pour retirer les restes de sang et les grosses impuretés. Elle passait ensuite à un second qui lui permettait de frotter et de retirer les dernières traces de sang grâce à un énorme bloc de savon gras. Finalement, elle terminait par retremper encore une fois dans de l’eau claire pour rincer et rendre le futur cuir parfaitement propre pour qu’il soit prêt à être tendu.

Quand elle eut terminé, il la fit venir à sa table de travail et la regarda de haut en bas en s’attardant sur sa tenue qui était déchirée en plusieurs endroits depuis son combat plus ou moins amical avec Rin. Il lui tendit ensuite quelques morceaux de cuir ainsi que des fibres. Il lui tendit également une grosse aiguille épaisse. Il dit ensuite en pointa son armure :

Tiens, tu vas m’aider à fabriquer des gants. Tu apprendras à coudre et tu pourras réparer ça, tu ne peux pas rester indéfiniment dans cet état, ça ne fait pas sérieux pour les affaires.

Consciente qu’elle avait effectivement piteuse allure depuis qu’une plante carnivore avait déchiré ses vêtements, elle se mit à l’ouvrage. L’idée de pouvoir réparer son armure lui faisait plaisir. Elle y était attachée et n’avait aucune envie de s’en débarrasser. Cela lui prit du temps, c’était un travail minutieux et elle n’arrêtait jamais de se piquer. Elle suivit à la lettre le schéma que lui avait donné son professeur temporaire et progressa tant bien que mal. A un moment, il l’arrêta pour qu’elle l’aide à détendre les peaux en tirant par-dessus sur tous les côtés. Une fois cela fait, elle reprit sa tâche et petit à petit, les deux morceaux de tissus découpés s’assemblèrent en un gant de cuir.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Découverte de l'artisanat

Dim 25 Fév - 13:55

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Apprentie alchimiste

Une fois la journée terminée, Niasci retourna dans la boutique d’armes et armures pour le repas avant d’aller se coucher. Elle savait aussi qu’elle allait recevoir sa paie. Elle utiliserait surement celle-ci pour s’entrainer à nouveau à la forge. Même si elle pouvait rapiécer le cadeau de ses sœurs, depuis son combat avec Rin, elle s’était rendue compte qu’une véritable armure serait un atout pour elle. Même si ce genre de tenue entravait les mouvements, comme elle ne pouvait pas porter de coups très rapides avec son marteau, cela n’avait pas d’importance. Elle avait plus besoin d’être capable d’encaisser les coups plutôt que d’accélérer ses mouvements d’une infime part.

Sur le chemin, elle vit un étal avec d’étranges fioles multicolores. Un homme vêtu d’une longue robe claire bordée de fourrure était devant celle-ci et il interpelait des passants en les invitant à acheter ses réalisations, des potions de soin semblait-il. Certains passants s’arrêtaient et d’autres venaient directement le voir, probablement habitué de la boutique. L’étal était en effet placé juste devant un petit bâtiment dont l’entrée n’était pas très grande ce qui devait l’obliger à faire sa publicité à l’extérieur afin que l’on connaisse l’emplacement de sa boutique et qu’on ne la confonde pas avec une habitation des plus classiques.

Soudain, d’un geste maladroit il renversa l’une de ses réalisations sur lui. Il fut recouvert à moitié d’une énorme tâche rouge. Il pesta et rentra dans le bâtiment. Niasci vint regarder cela de près, l’homme n’était pas non plus dans la boutique. Il devait être à l’étage ou dans l’arrière-boutique à tenter désespérément de se nettoyer ou en train de se changer.

Certaines étaient remplies de ce qui ressemblaient à de l’eau, d’autres avaient des liquides rouges, vert ou orange. Parmi elles, l’une fumait et sentait atrocement mauvais. Quand l’Ondine mis sa tête au-dessus, l’odeur lui piqua les yeux et lui tira quelques larmes. Dans un bol, plusieurs fleurs et baies étaient mélangées

Elle attrapa plusieurs baies et les fit rouler entre ses doigts, elle en reconnut une qu’elle mangea. Elle avait un bon goût sucré et ses pépins croquaient sous la dent. Cependant, pour les autres, elle eut un doute : était-elle comestible ou pas ? Elle n’en avait aucune idée, c’était un peu étrange de tout mélanger de cette façon et potentiellement dangereux également.

Elle s’étonna que personne ne fut devant cette boutique, depuis qu’elle était arrivée, les humains semblaient tous faire très attention à ce qui leur appartenait. Elle eut envie de profiter de l’occasion et fit comme les humains. Elle prit une des baies dans ses mains, une des fioles d’eau et jeta la première dans la seconde. Elle la regarda se dissoudre pendant quelques secondes jusqu’à ce que le liquide devienne rougeâtre.

Elle prit ensuite la potion nouvellement créée dans sa poche et laissa quelques pièces restantes de sa paie de la veille sur la table. Elle n’avait aucune idée de ce que valait ce genre de préparation mais elle faisait de son mieux pour correspondre aux habitudes des humains en entendant la grande fête des hérauts.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Découverte de l'artisanat

Dim 25 Fév - 14:07

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Conclusion

La grande fête approchait enfin, elle avait lieu le lendemain. Niasci entama donc son dernier jour de travail. Elle commença, comme tous les jours en prenant son repas avec le reste des employés. Ensuite, elle alla couper du bois pour alimenter la forge. L’étape suivante allait être de battre le métal pendant un long moment, probablement jusqu’à la collation de midi qu’ils prendraient tous ensembles à l’extérieur.

L’après-midi, elle assista Victor dans la création d’armes lourdes et de gros plastrons pour la garde. Elle devait l’aider à maintenir le métal en place tandis qu’il s’occupait de le battre pour lui donner la forme adéquate. Après, elle devait le fixer afin qu’il puisse réaliser les parties plus délicates comme les jointures.

Durant le repas du soir, elle annonça qu’elle devait partir et le remerciait pour ce qu’il avait fait pour elle. Elle lui expliqua qu’elle devait participer à la grande fête des hérauts et qu’ensuite, elle quitterait probablement la ville. Elle était loin à ce moment d’imaginer qu’elle irait jusqu’à Tirione et ne rentrerait que quelques semaines plus tard. Il eut l’air surpris d’apprendre que l’étrange humanoïde qu’une amie lui avait envoyé était en réalité l’un de ses mystérieux hérauts dont le nom était sur toute les lèvres. Il ne posa cependant pas de questions et arrêta ses apprentis quand ceux-ci commencèrent à le faire. A vrai dire, la question des hérauts était compliquée et on ne savait pas encore ce qu’ils étaient et leur statut était très peu défini. Dès lors, il n’était pas mécontent qu’elle quitte la forge maintenant qu’il savait ce qu’elle était. Au moins, avec la grande fête, le jarl pourrait s’occuper d’eux et les choses seraient plus clairs. Alors, peut-être pourrait-elle revenir, en fonction de la décision prise, évidemment.

Niasci quitta donc les lieux en remerciant Victor pour l’avoir accueillie chez lui et pour ce qu’il lui avait appris. Elle avait réellement apprécié travailler à la forge. Le travail était dur mais les résultats étaient rapidement visibles et apportaient une bonne fatigue physique qui était satisfaisante et soulignait l’importance de la tâche effectuée. Ensuite, dans un coin de sa tête, même si cela lui semblait pour l’instant une idée lointaine difficilement réalisable, elle rêvait d’être capable de se réaliser une meilleure arme et même, pourquoi pas, une armure solide qui pourrait réellement la protéger des créatures dangereuses qu’on pouvait trouver à Gothregal.

Elle se rendit donc à la fête, suivant la foule jusqu’à la place où avait lieu l’ouverture qui commençait par un grand discours. Fière de représenter sa déesse, elle se présenta comme héraut, la tête haute et rejoignit d’autres personnes, notamment Aki, Orina et Rin qu’elle reconnut rapidement et à qui elle adressa un signe de tête. Les gardes se refermèrent sur eux et leur intimèrent de les suivre. Le retour à la forge ne serait décidément pas pour tout de suite…

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sauter vers: