bannière du haut du forum

Partagez

Vie citadine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujet: Vie citadine

Dim 25 Fév - 21:43

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Musique

C’était non sans prestige que je m’avançais dans les rues de la ville. Cela faisait étrange, je l’admettais, que les gens s’écartent de ma voie, qu’ils tournent le regard humblement et que même certains se courbent pour me présenter leurs plus beaux hommages. Comme quoi tout était véritablement une sorte de mélange de castes et de hiérarchie, un jeu auquel l’humanité adorait se plier. Tout n’était que relation, puissance et pouvoir, un moyen particulier qui permettait de remplacer la force physique par d’autres moyens plus subtils… Ce n’était plus le tour de bras qui faisait les chefs, mais le charisme et l’opportunisme… En vérité, surtout l’opportunisme, mais c’était dans le cas d’actions, car là, dans cette communauté immense, c’était uniquement le sang qui prédominait. Etre l’enfant de la bonne personne changeait toute une vie, et c’était le cas de l’impératrice après tout…

J’étais obligée après tout de reconnaître les avantages d’une telle situation, en tout cas dans l’immédiat. Par rapport à la manière dont on me traitait encore la veille, comme une Skure si j’étais à jour sur le comportement des habitants d’Heabury, il y avait une évolution notable. C’était presque l’opposé en somme, et à l’exception des Albas, très rare, j’étais à l’aise grâce à cette évolution, même si je percevais tout de même des regards particulièrement curieux à mon égard, bien que discrets… Les gens devaient se poser des questions sur pourquoi j’étais aussi… Particulière…

En effet, même si je portais toujours ma tenue habituelle, qui servait à masquer à la perfection l’ensemble de mon corps (à l’exception des articulations, qui permettaient de dégager la chaleur en plus d’avoir plus de mobilité dans mes mouvements), je portais une petite cape dorée. Cette dernière avait été cousue sur ma demande il y a moins d’une heure, et elle suffisait amplement à me valider comme faisant partie des Orus. Une démarche qu’il avait fallut valider administrativement, en même temps que l’on me forgeait une pierre, adaptée à mon bandeau, pour toujours avoir le sceau des dieux sur moi. Je n’étais pas particulièrement friande de dévotion, mais si cela suffisait pour permettre aux hérauts de vivre, alors je m’y plierai… Temporairement du moins, le temps d’obtenir suffisamment d’influence et de puissance. Après, je ne pouvais le garantir…

Ce fut en tout cas munie d’un parchemin que je parcourais les rues. Dans l’immédiat, je n’avais guère de problème, sauf si ce problème s’appelait un enfant qui venait de me percuter à vive allure. Il réussit à me faire chanceler un peu, mais c’était surtout pour lui que cela avait dût être douloureux. Après tout, il venait de foncer épaule en avant contre un mur d’acier. Il était au sol, à quelques mètres derrière moi, se tenant douloureusement l’épaule après ce choc qui lui avait été bien douloureux. D’ordinaire, cela aurait été un simple accident, néanmoins je remarquais immédiatement, connaissant ce genre de situation, que ma bourse contenant mes économies, était elle aussi au sol. Je me penchais pour la rattraper, avant de la remettre à sa place, pour me pencher vers l’enfant :

‘’Il semble que votre tentative de vol à la tire s’est heurté à un problème conséquent.’’ Je l’inspectais du regard en même temps que je disais ceci. Vêtements de chanvre, en mauvais état, pied nus et poussiéreux, quelques blessures mal cicatrisées… Aucun doute possible, il s’agissait bien d’un voleur, ressemblait trait pour trait aux mendiants que je croisais si souvent… Et ce fut dans ses retranchements qu’il répliqua :

‘’P-Pitié, ne… Ne me tuez pas !’’


Il n’eut pas le temps de dire plus que je posais ma main sur son épaule, le fixant certes sévèrement, mais je m’inquiétais plus d’une autre chose… Comme je m’en doutais, son épaule était dans un mauvais état. Il n’avait pas vraiment de muscle ou de peau, vraiment malingre. Mais ce que je remarquais surtout, c’était que son épaule était tout simplement déboitée suite au choc, ce qui expliquait sans aucun doute la douleur qu’il ressentait…

‘’Votre épaule est en mauvais état. Je vais vous conduire à un dispensaire.’’


Il me regarda d’une manière choqué. Normalement, une Oru ne s’abaisserait jamais à aider un Skure. Pire encore, il venait de tenter de me voler, mais… J’avais mes raisons. Après tout, je n’étais pas spécialement en colère après lui, considérant que cela n’était pas forcément grave, d’autant que cette personne pouvait bien être quelqu’un comme Shayim… Bon sang, je la voyais un peu trop souvent dans mes pensées, mais elle représentait bien le peuple de Tirione, ou tout du moins ce que je souhaitais en voir… Un peuple prêt à agir, à mouvoir, qui savait saisir sa chance lorsqu’elle était à portée…

Et même si cela eu l’effet de surprendre bien des gens, je me saisis de l’enfant, avant d’avancer en direction d’un dispensaire proche. Là-bas, plusieurs personnes eurent en effet la surprise de me voir débarquer en portant un skure dans mes mains. Mais aucun ne protesta, se contentant de quelques discrètes messes basses. Je me prononça alors au médecin, qui n’osait même pas croiser mon regard :

‘’Je suis navrée de vous déranger pendant vos tâches, mais pourriez-vous soigner cet enfant ? Je ne faisais pas attention, et nous nous sommes percutés un peu fort. Voici de quoi payer les frais.’’ Je posais quelques pièces sur la table, avant de tourner le dos. Ce n’était qu’un événement mineur de ma journée, et j’avais encore bien des choses importantes à faire, comme… D’aller m’occuper de cette missive que je portais.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Dim 25 Fév - 21:51

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Musique

Ce fut après une bonne quinzaine de minute de marche que je me retrouvais dans l’endroit inscrit par la missive. Un fond public il semblait, au service de la communauté, mais aux ordres directs de la communauté. Une manière d’éviter que des Oru trop influent ne viennent piller toutes les réserves de la cité, afin d’éviter une révolution totale. Après tout, tant que les soldats et les gardes étaient payés, le pouvoir de la royauté demeurait par ces pions... Car le fanatisme était une bonne chose, mais c’était bel et bien la monnaie qui permettait d’instaurer un ordre convenable. C’était une chose que je devais garder en tête. Après tout, c’était bel et bien mon projet… Je présentais donc le document, signé d’un haut responsable administratif du palais, tout en demeurant stoïque. Evidement, j’attirais le regard, au milieu de nombreux Birus curieux et d’Orus grinçant les dents en voyant une nouvelle tête parmi eux…

‘’Donc vous vous nommez… Ka… Cé…’’


‘’KCT-023’’ L’interrompais-je, nous faisant gagner à tous un temps précieux. Il me dévisagea un temps, avant de noter ça avec une lenteur que je qualifiais d’affligeante. Il semblait que l’administration était ce qu’elle était, qu’importe les mondes et les pays… Il fini après une bonne minute pour écrire sept caractères par me dire :

‘’C’est votre prénom ou votre nom ?’’


‘’Il s’agit de mon appellation complète. Je n’ai n’y prénom, ni nom.’’
Il soupira, avant d’en prendre en compte. Au moins ne me demandait-il pas de changer ceci, et de lui trouver un nom, un prénom et d’inventer des parents. Il était bien au courant de ma situation, c’était juste qu’il faisait trainer les choses. Probablement parce qu’il en avait le pouvoir et essayait de me rendre dépendante de lui. Personnellement, même si attendre ne me dérangeais pas, je préférais que cela se fasse vite… Et pourtant, il lui fallut bien une heure pour terminer les quelques papiers, mais au moins j’avais accès à de quoi faire… Beaucoup d’argent, c’était sûr, qui était en tout cas stocké ici. Le fait de ne pas me donner immédiatement des sacs de pièces leur permettait d’éviter que je ne parte immédiatement, afin de me garder dépendant d’Heabury et donc de la reine. Un moyen intéressant, j’en convenais, mais… Je comptais faire fructifier ça, et cela allait commencer immédiatement.

Sitôt sortie, je fus accompagnée d’une jeune femme, qui était là pour me faire visiter la ville et que je trouve la demeure qui me conviendrait le mieux. Naturellement, elle se dirigea vers les hauts quartiers, là où les autres Orus vivaient… L’on y trouvait de somptueuses demeures, des endroits très intéressant il était vrai, mais avec beaucoup de patrouilles de gardes… Et la sécurité n’était pas la première chose qui m’intéressait, au contraire… Je regardais tout de même les lieux, mais sans réelle conviction… Et une fois la visite terminée, où elle indiquait à chaque fois les manoirs qui étaient disponibles, elle me demanda :

‘’Alors, avez-vous trouvée un endroit qui vous intéresse ?’’


Je regardais la dernière maison qu’elle venait de me montrer, avant de faire non de la tête, pour répondre lentement :

‘’Non, ce n’est pas ce que je recherche. Le logement est intéressant certes, mais il ne correspond pas à mes besoins.’’


Elle se gratta la tête, en voyant pourtant qu’elle avait présentée pendant toute la visite les plus belles maisons de la ville, avant de me demander finalement :

‘’Et… Qu’est-ce qui correspondrait à vos besoins ?’’


Ce fut en levant la tête, vers le reste de la ville, que je lui répondis, masquant un léger sourire :

‘’Suivez-moi, je vais vous montrer…’’





Dernière édition par KCT-023 le Lun 26 Fév - 12:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Dim 25 Fév - 23:17

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Musique

En quelques minutes, nous nous retrouvions dans des quartiers plus moyens, commerçant. Les rues bourdonnaient d’une folle activité, et nous croisions énormément de Birus et de Skure en train de s’organiser, chacun vaquant à la petite vie de la fourmilière qui était cette ville, même si, encore une fois, je ne passais pas inaperçue, entre mon apparence et ma cape, mais… Tout de même plus discrète qu’avant. Ici les gens étaient occupés, donc forcément ils s’intéressaient nettement moins aux autres. Certaines personnes ne me remarquaient même pas, c’était dire !

Pour la jeune femme qui m’accompagnait, elle semblait être relativement mal à l’aise, comme si elle n’était pas habituée à fréquenter ce genre de quartier. Je la supposais du coup comme appartenant à la haute bourgeoisie… Pas vraiment une noble du coup, mais fréquentant ces derniers. Dans tous les cas, ce n’était pas du tout le genre d’ambiance à laquelle elle était habituée, et dévisageait chaque personne qu’elle croisait. Heureusement que je ne l’avais pas emmenée dans les bidonvilles, sinon elle aurait eu le temps de faire une dizaine d’attaque cardiaque avant que nous trouvions un bâtiment me convenant…

Finalement, après une petite dizaine de minutes à nous balader dans les rues, je repérai le genre d’endroit qui m’intéressais. Je fis une petite ronde dans les environs, afin de clairement identifier les lieux, remarquant l’absence de concurrence potentielle dans le quartier proche. Je revins en tout cas, plutôt satisfaite, avant de désigner ce batîment, faisant l’angle entre deux rues et à l’abandon dans l’immédiat :

‘’Voilà ce qui m’intéresse.’’


Ce fut avec une grande surprise qu’elle accueillit cette nouvelle, me dévisageant un coup avant de regarder de nouveau le batiment. Des planches étaient clouées sur les fenêtres brisées, quelques tuiles manquaient et je pouvais voir que l’intérieur était saccagé… Des planches manquaient même sur le parquais. Pourtant, c’était bel et bien ceci qui m’intéressait, idéalement placé et disposant de bien de place, même s’il y aurait des travaux à faire… Beaucoup de travaux. Cela prendrait du temps, mais avant de pouvoir envisager la moindre chose, il me faudrait du personnel…

‘’C’est donc… Ceci ? Je… Je vais me renseigner pour voir si elle est à vendre, mais…’’

‘’Faites, faites…’’ Ce fut toute penaude qu’elle quitta l’endroit, pendant une bonne vingtaine de minutes, avant de revenir. Pendant ce temps, je m’étais renseignée du coup sur les environs. Une ancienne auberge il semblait, qui fonctionnait bien, jusqu’à ce que le propriétaire ne devienne colérique, et fasse fuir la clientèle… Et depuis sa mort, plus personne n’avait reprit ou même mit les pieds dans l’endroit… En somme, un endroit prêt pour un nouveau départ !

‘’Donc… Je viens de vérifier, et effectivement, cette maison est abandonnée… Mais est-ce que vous êtes sûre de vouloir… Ceci ?’’

‘’Certaine. Pouvez-vous vous charger du dossier pour le mettre en forme ? Je le remplirais lorsqu’il sera prêt.’’ Sur ces mots, j’avançais direction de la demeure, avant de vérifier l’état de la porte qui… Et bien, céda tout simplement. Les gonds étaient trop usés, et n’arrivaient plus à soutenir la masse du bois.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Lun 26 Fév - 0:29

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Musique

La visite commençait à peine et cet endroit promettait déjà d’être long à réparer. Des planches manquaient, des clous, des vitres, et il y avait un très grand besoin de faire le ménage. Heureusement que je ne respirais pas, autrement j’aurais simplement risquée de tomber malade. La jeune femme en tout cas n’osait pas me suivre, et je commençais à me balader librement dans le bâtiment… Enfin, jusqu’à ce que mon pied traverse le plancher… Je n’étais pas toute légère, je le savais, mais tout de même… Bref, dégageant mon pied, je lançais mon regard dans toute la grande salle, suffisamment grande pour accueillir une bonne foule, avec un comptoir, non loin d’un escalier qui montait. Il y avait aussi deux portes pour aller en arrière boutique, tandis qu’à l’étage je supposais que l’on y trouvait toutes les chambres… En tout cas, le bois était assez inégal. Certains morceaux devaient être changés après avoir été ruinés par l’humidité, mais d’autre ferait bien affaire.

Seule remarque, l’endroit était assez sombre, trop même… Cela couterait une fortune en bougie… A moins de remplacer une partie du toit par une verrière. Le climat de Tirione étant assez reposant, cela se tentait bien. Je rajoutais ça dans une liste de travaux, pour continuer ma visite… Bon, à part quelques problèmes de nuisibles qu’il faudrait régler et des cloisons à abattre, l’arrière était plutôt raisonnable. Il y avait même suffisamment d’espace pour loger les employés sur place. Une aubaine donc, car vu la pauvreté de certains, cela risquait de se montrer important… Mais seraient-ils mes possessions ou bien mes employés ? Cela restait bien particulier, et dépendrait de ceux qui travailleraient ici…

Puis je passais à l’étage… Forcément, les chambres n’étaient pas dans un très bon état, mais il y en avait suffisamment. Des chambres suffisamment grandes pour deux, et un nombre conséquent de petites pièces pour une formule économique, avec de quoi avoir un lit et une armoire… Un peu du stockage, mais les gens du coin ne venaient pas ici pour rester dans la chambre. C’était pour d’autres occupations, et ils ne devaient trouver que le sommeil là haut…

Par contre, tout le système d’eau était à changer. Les latrines étaient simplement détruites, et l’évacuation incomplète. Il ne faudrait pas que cet endroit devienne rapidement insalubre… Bref, j’avais du pain sur la planche, mais plus que ça, j’allais devoir trouver des employés, et ce serait la chose la plus importante… Car seule, je ne ferais jamais fonctionner un tel endroit, d’autant que mon objectif n‘était que de gérer l’endroit, pas d’y participer activement…

En tout cas, il serait possible par la suite de continuer à monter vers le haut, mais cela demanderait des travaux, c’était certains. Pour ce qui était du bas, je tombais sur quelques traces d’une cave, mais trop sommaire et trop petite. Il faudrait creuser ça sur mon temps libre… Au final, cela faisait un plan un peu près semblable à ceci :

Image :
 

Restait à voir les travaux, et pour ça, j’avais du pain sur la planche…



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Lun 26 Fév - 10:45

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Cela faisait maintenant trois jours que je m’affairais sur cette propriété qui était maintenant mienne. J’avais dût payer quelques frais de dossiers et bien évidement le prix initial du lieu, mais rien d’exorbitant par rapport à ce qu’aurait été le prix total et complet d’un manoir comme ceux qui m’avaient été proposés. Il y avait des travaux, c’était certain, mais j’avais put négocier en conséquence en réduction considérable du prix du bien, ce qui couvrirait au moins une grande partie des dépenses nécessaires pour retaper l’endroit, d’autant que dans l’immédiat, je ne dépensais rien en main d’œuvre. Après tout, j’avais l’expérience et la maitrise nécessaire pour retravailler ce genre d’endroit, et mes connaissances supérieures me permettaient d’y ajouter quelques améliorations notables pour la sécurité de l’endroit et pour son organisation.

Toutefois, je devais éviter de faire trop de zèle. Après tout, même si je n’avais pas besoin de repos ou de pause repas, les autres habitants du quartier préféraient ne pas être réveillés par d’incessants tambourinages de ma part en pleine nuit. Durant les périodes nocturnes, je me cantonais aux tâches moins bruyantes, telles que le ménage ou la préparation des espaces environnants. Je n’étais certes pas la plus créative des intelligences artificielles, mais j’étais capable de combiner suffisamment d’influence pour que cela ait un rendu attrayant à l’œil humain.

Mais après avoir rassemblée à travers les différents artisans des environs ce qu’il fallait de matière première, d’outils et de quincaillerie, j’avouais que je n’avais plus grand-chose à faire pendant ces heures là, et je me laissais aller à une exploration tranquille du quartier et des environs, afin d’avoir le maximum d’information sur où je m’installais. L’endroit était assez bien positionné, je l’admettais, et il y avait bien des choses intéressantes parmi les commerces environnants. L’endroit se situait tout de même dans le cœur même des commerces, pas dans le centre ville certes, mais dans un quartier actif.

Toutefois, alors que j’avançais, ce fut avec une certaine forme de surprise que je remarquais qu’une personne était en train de déambuler de manière aléatoire dans les rues. Une jeune femme si je ne m’abusais pas à cause de l’obscurité. Elle semblait être totalement mal en point, ivre je supposais. Surement une jeune femme qui avait passée une grande partie de la soirée à se sustenter de boissons fortement alcoolisées. A la voir passer d’un côté à l’autre de la rue maladroitement, il était évident qu’elle n’était pas dans son état normal, et ce fut lorsque je m’approchais qu’elle vint vers moi :

‘’Hey, vous… Vous avez pas une… *Hic* Petite pièce ?!’’


A ses habits, je remarquais qu’elle était une skure. Certes, elle portait un gilet brun de cuir, mais en dessous c’était des haillons grisonnants qu’elle avait… Et elle avançait donc en mendiant, après avoir dépensée surement la majeure partie de son gagne pain en boisson.

‘’Non. Vous devriez être chez vous à cette heure.’’


‘’Vous êtes pas d’ici vous… *Hic* Des chez moi, y’en a pas… Et puis à quoi ça sert que j’veille sur moi ? Des gens comme moi y’en a des tas. Z’avez qu’à aller dans l’premier bar et…’’ Elle ne termina pas sa phrase, commençant à avoir des hauts de cœur. Remarquant cela, je fis un pas sur le côté, pendant qu’elle renvoyait une partie de ses entrailles sur le sol… C’était donc surement ça l’odeur un peu âcre qui envahissait les rues… Dans tous les cas, elle ne m’intéressait pas spécialement. Pendant qu’elle laissait sa bile sur le sol, je la laissais ici, continuant ma route.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Lun 26 Fév - 12:42

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Je continuais à avancer. Les environs nocturnes d’Heabury étaient intéressants. J’entendais au loin quelques vadrouilles, quelques bruits… Surement des voleurs ou des cambrioleurs qui avaient des démêlés avec les forces de l’ordre… Et dans le tas, il y avait obligatoirement des assassins qui étaient en train de réaliser leurs méfaits… Je supposais qu’il y avait un clan de tueur, même petit, dans l’enceinte des murs. Peut-être devrais-je un jour négocier avec eux… Après tout, si je suivais mes projets, je serais un jour moi aussi dans l’illégalité, et j’aurais besoin de passeurs, de planques, mais surtout de contact… Mais pour le moment, il fallait que je m’installe, que je m’implante, que je structure déjà ma situation afin d’avoir une certaine stabilité. Et cela commençait par les choses que j’effectuais actuellement.

Je fus en tout cas bien intéressée de voir qu’il y avait plusieurs endroit intéressants, présentant des produits locaux. Une boulangerie à proximité immédiate, boucherie et autre poissonnerie… L’endroit était tout de même au centre d’une circulation importante de marchandise et de bien… Mais le plus intéressant fut tout de même la présence d’une brasserie de quartier, qui aurait de quoi desservir une auberge. La consommation d’alcool étant la chose la plus répandue, il faudrait acheter des réserves solides… Tout comme les vivres seraient importantes, mais pour cela il faudrait du personnel, manquant de cœur pour la pratique de la cuisine. Même si j’avais la précision, mes plats avaient toujours un arrière goût d’acier, ce qui n’était pas très bon, surtout s’ils étaient destinés à la clientèle…

Mais je me posais toujours une certaine question… j’en arrivais au point où il me faudrait dans tous les cas du personnel… Des gens qualifiés et compétent certes, mais surtout des personnes de confiance, qui seraient au courant des quelques plans que j’allais entreprendre, et qui protégerait ce secret… Et la loyauté n’était pas la chose la plus facile à trouver, d’autant que sur cette initiative, j’étais bien la seule à Tirione… Les autres hérauts ne seraient en aucun cas d’une bonne aide. Pire encore, ils seraient surement des adversaires s’ils pouvaient se faire un nom en me dénonçant… Ce serait donc avec une prudence extrême que je devrais agir, et réussir à assurer une certaine sécurité, à moi comme aux personnes qui me seraient fidèles…

Quand aux emplois… Il me fallait bien des personnes pour tenir ça… Du personnel de ménage, des serveurs, cuisiniers… D’autant que j’avais ensuite prévu d’en faire d’autres choses, comme la formation d’un groupe de mercenaire… J’avais vraiment du travail à faire, mais il n’y avait pas vraiment de moyen de faire passer une annonce sérieuse ici, surtout dans un bâtiment dans un tel état…

Puis, au bout d’une bonne heure, je retournais sur mes pas, un peu plus informée donc sur les environs. Je croisais bien une patrouille de garde sur le chemin, mais rien de bien effrayant. S’ils semblaient être prudent en me voyant, ils comprirent vite que j’étais une Oru grâce à ma cape, et me laissèrent donc circuler librement. Un bon avantage en effet… Toutefois, ce fut au même endroit que précédemment que je fus interrompue par la même femme.

‘’Heyyyyyy !’’ Commençait-elle en titubant maladroitement dans ma direction, une nouvelle fois. Elle n’avait pas encore pleinement dessaoulée. ‘’Alors c’est vrai ce qu’on r… *hips* Raconte sur vous…’’

Je la fixais, machinalement, plutôt désabusée sur ce qu’elle racontait, avant de lentement dire : ‘’Que raconte-t-on sur moi ?’’ Pour tout dire, je n’appréciais pas vraiment l’idée d’être déjà la cible de rumeurs et d’autres histoires qui pourrait me nuire…

‘’Alors comme ça… On est une Oru qui… Qui… Qui se montre clémente envers des Skures ? Des gamins qui volent et se blessent, des femmes qui boivent et finisses dans l’caniveau. Pour c’que j’ai fait tout à… *hips* tout à l’heure… Y’en a qui m’auraient ouvert…’’

Je restais immobile pour le moment. C’était vrai, j’étais clémente, mais c’était surtout que je n’avais pas d’intérêt particulier à faire ça. Tuer une personne, il m’arrivait de le faire, mais en cas de nécessité, pas sur une simple envie. Je n’avais nullement la nécessité de tuer cette jeune femme ou de laisser cet enfant à l’agonie au milieu d’une rue.

‘’C’est vrai, j’aurais put. Mais ce n’est pas pour autant que je l’ai fait. Je ne compte pas abuser de mes pouvoirs, tout comme vous ne devriez pas abuser de votre corps. La fatigue et l’alcool fait que vous devriez vous reposer pour entamer la journée à venir.’’

‘’Héhé… Comme si j’avais encore un truc à faire…’’



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Lun 26 Fév - 15:42

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

La dernière phrase qu’elle venait de dire signifiait donc qu’elle n’avait pas d’activité… Tout du moins, qu’elle n’en avait plus… Avait-elle donc eu un métier ? Et donc, pourquoi se retrouvait-elle à la rue ? Avait-elle été chassée par son précédent propriétaire ? Une lueur de lucidité dans son regard m’indiquait qu’il y avait bel et bien quelque chose derrière, et qu’elle s’apprêtait à me raconter son histoire en espérant pouvoir en avoir quelque chose… Cela ne faisait aucun doute qu’elle avait une idée derrière la tête, mais restait à savoir quoi…

‘’Je suis une Biru… Ou tout du moins, c’était ce que j’aurais dût être normalement…. *hips*  Mon père, inquiet par… par son âge vieillissant, s’est mit en tête de rassembler l-le plus d’argent possible pour s’assurer de conserver son rang social lors d’la grande transition de sa vie… Auquel cas il s’rait Skure aussi. Donc p-pour évité que je ne sois une perte d’argent, il m’a fait passer pour l’enfant d’une de ses servantes, et pas celle de sa femme… Ça… ça fait que j’ai pas eu le bon rang, p-pour une simple histoire d’argent… Et j’espère que ça lui fut bien utile, sachant qu’il est mort de maladie sans même avoir eu le droit d’y toucher. Et dans l’histoire, j’me suis retrouvée à la charge de celle qui a… Avait été désignée comme étant ma mère… Et toujours à devoir servir ceux qui sont normalement mes frères et sœurs… Histoire pourrie hein ?’’


Je demeurais silencieuse, continuant à la fixer, avant de pleinement comprendre de quoi il en ressortait. Je ne doutais pas de la véracité de son histoire, c’était possible qu’une telle chose puisse se produire… En revanche, tout paraissait plus clair sur pourquoi elle me racontait ça…

‘’Je vois… Premièrement, permettez-moi d’affirmer que vous n’êtes pas ivre.’’

Elle écarquilla les yeux, grandement, avant que je ne reprenne mes paroles :

‘’La rumeur ayant circulé me désigne comme une exception parmi les Orus, c’est indéniable. Et vous êtes venue ici afin d’en avoir la confirmation, comme quoi je pouvais faire preuve de clémence envers des Skures. Pour vous couvrir, vous vous êtes faite passer pour ivre, néanmoins l’absence d’établissement correspondant dans les environs rend votre couverture difficile, à moins que vous n’ayez véritablement déambulée jusqu’ici, mais alors pourquoi s’arrêter là, au même endroit que nous nous sommes croisées précédemment ?’’

‘’Eh bien…’’
Je ne la laissais pas continuer, reprenant directement :

‘’Votre famille vous exploite en tant que Skure, et vous avez une grande envie de quitter ce cercle vous rappelant à chaque instant ce que vous n’avez pas eu. Mais pour cela, pour surpasser un Biru, il vous faut un Oru ou un Alba, et de préférence un qui puisse vous apporter des conditions de vie plus décentes que la manière dont on vous traite actuellement… Et c’est alors que vous avez entendue cette rumeur sur mon cas, et que vous avez mit au point cette idée de vérifier par vous-même, avant de me raconter votre histoire pour tenter de m’amadouer…’’

‘’Wahou, vous partez loin là !’’


‘’Est-ce que je me trompe ?’’
Lui demandai-je en la fixant presque sévèrement.

‘’Eh bien… Nan, vous avez tout juste.’’
Dit-elle en se grattant l’arrière de la tête, coupable.

‘’Donc, que voulez-vous. Soyez franche.’’


‘’Bon… Autant ne pas y aller par quatre chemins… En fait, ouais. J’me suis dit que peut-être vous pourriez me prendre en tant que Skure… Je veux dire, ça peut pas être pire que ce que j’ai actuellement, mais… C’était sans doute une mauvaise idée. Navrée d’avoir…’’

‘’Ce n’était pas une mauvaise idée.’’
L’interrompis-je une nouvelle fois. ‘’C’était audacieux de votre part, intelligent, et il se trouve que je suis actuellement à la recherche d’employés…’’

‘’D’employés ? Plutôt des esclaves vous voulez dire…’’

‘’Non. Peut-être que sur le plan administratif, les choses seront vues ainsi, mais je compte donner aux personnes travaillant pour moi une juste rétribution pour ce qu’elles font.’’


Elle se prit soudainement d’un fou rire, avant de me regarder, en souriant : ‘’Vous êtes vraiment pas banale vous !’’

‘’Vous acceptez donc ?’’
Demandai-je sans exprimer plus d’émotion.

‘’Et comment ! Au fait, je m’appelle Alienor ! Je vais juste passer récupérer quelques trucs, et dès l’aube, je suis à vous !’’

Et ainsi partait-elle, courant dans la nuit, pendant que je venais de me faire donc ma première employée... Curieuse soirée.

Alienor :
 


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Lun 26 Fév - 17:04

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Ce fut par plusieurs coups rapides sur le semblant de porte que j’avais installée que je fus avertie de l’arrivée de ma première employée. Au moins s’était-elle renseignée par ses propres moyens sur où je me trouvais… J’avais toutes mes raisons de soupçonner qu’elle m’avait espionnée ces derniers jours. Elle regardait avec une certaine curiosité les murs, alors qu’elle pénétrait sans problème dans l’enceinte de ma demeure, admirant les toiles d’araignées suspendues au plafond, le sol encore inégal et le rangement très ordonné des planches, clou et autres accessoires… Elle se permit même une petite remarque…

‘’Si je m’attendais à ce qu’une Oru vive dans un tel endroit…’’ Elle toussa un peu, à cause de la poussière, avant de s’approcher de moi, visiblement pour attendre des ordres ou bien pour poser des questions… Toutefois je fus la première à lui répondre :

‘’Tout le monde n’apprécie pas le confort des manoirs, et la vie qui va avec. J’ai des projets, et je compte les réaliser, en commençant par transformer cet endroit en un commerce fonctionnel.’’

‘’C’est pas l’endroit le plus tranquille pour y couler sa vie… Mais c’est vous qui voyez. Vous avez quoi en tête du coup pour cet endroit ? Comme commerce en tout cas. Y’a de l’espace, c’est sûr, mais ça dépend de ce que vous voulez en faire…’’

‘’Une auberge.’’ Répondis-je directement, en terminant de scier une planche, laissant le bout de bois tailler tomber sur le sol, avant de la prendre, et de la poser sur le sol, là où une manquait, pour prendre quelques clous et commencer à effectuer l’opération de changement. ‘’C’est le commerce que je compte installer ici, néanmoins des travaux sont nécessaires, beaucoup de travaux.’’

‘’Une auberge ?’’ Demandait-elle, incrédule, avant que ne hoche la tête pour lui confirmer. ‘’C’est… C’est surement la dernière chose que j’aurais imaginé, mais ça veut pas dire que c’est la pire, au contraire, ça me tente bien !’’ Elle sourit, avant de poser un léger sac à dos, contenant au dessus un sac de couchage et ses quelques affaires, pour craquer ses doigts, et dire avec un bon sourire : ‘’Bien, par où on commence ?’’

‘’Commencez par installer vos affaires à l’arrière, dans la salle à droite après la porte du fond. Après ça, prenez la scie et coupez les planches entreposées ici aux marques indiquées. Nous commencerons par le parquet, après quoi ce sera le tour du passage de l’étage et des cloisons entre les chambres. C’est un long travail qui nous attend.’’

‘’A vos ordres !’’ Fit-elle en souriant. Certes, elle était commandée, mais au moins on la traitait comme une employée, et non comme une bête ou une possession. De plus, l’Oru que j’étais s’investissait personnellement dans les travaux, ce qui avait de quoi être motivant. Toutefois nous risquions de manquer de matières premières par rapport à ce qu’il y avait à changer, et j’avais encore quelques tâches de plomberie à m’occuper… J’allais devoir passer chez les forgerons des environs, pour récupérer les commandes que j’avais passées. Cela ne faisait pas quelques jours que j’étais ici, et déjà je commençais à me faire un drôle de nom dans ce quartier, l’Oru à la peau grise qui faisait nuit et jour son auberge… Cela avait de quoi surprendre la cité d’Heabury.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Lun 26 Fév - 18:10

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Le moment du repas vint au final assez rapidement. Alienor était une personne appliquée et motivée, je ne pouvais le nier, et elle s’investissait d’autant plus en sachant qu’il s’agissait pour elle d’une seconde chance. Elle semblait savoir se débrouiller en matière de réparation, et ce qu’elle ignorait, elle apprenait assez rapidement à s’en servir, tant que cela n’était pas trop éloigné des bases qu’elle connaissait déjà. Par chance, elle savait déjà lire et compter un peu, et disposait d’un peu de culture générale. Je remarquais cependant qu’elle jetait assez souvent des regards intrigués concernant mon apparence, en se demandant si j’étais réellement comme elle ou bien si elle venait de pactiser avec quelque chose d’autre…

Bon, dans les faits elle avait pleinement raison, mais dans l’immédiat, alors qu’elle venait de finir de scier une nouvelle planche et que ses gestes devenaient plus imprécis, je l’invitais à stopper ainsi : ‘’Ce sera bon pour le moment. Prenons une pause, le temps d’acheter de quoi manger et de se reposer un peu. Comment va votre bras ?’’

‘’Engourdi tout de même, mais ça va ! Je pourrais faire ça toute la journée !’’ Dit-elle, alors qu’elle se secouait un peu le bras pour se le muscler un peu. Je me doutais qu’elle disait ça pour donner la meilleure image d’elle, mais je savais également qu’un geste répétitif pouvait être réellement douloureux à la longue. C’était pourquoi pour la suite, j’allais lui donner une autre tâche, lui laissant le temps de faire reposer convenablement son bras. Mais au moins, le parquet avait très bien avancé, et je ne regrettais en tout cas pas du tout de l’avoir engagé, même si cela amenait de nouvelles contraintes.

Une fois au marché tout proche et accompagné de mon employée… Ou assistante, en fonction du terme qui allait le mieux pour la décrire, je lui laissais pleinement le choix de ce qu’elle souhaitait prendre. Cela la surprenait un peu, surement plus habituée à recevoir comme traitement un bouillon fade. Il semblait qu’elle était un peu méfiante pour le coup, se demandant si tout cela était un test, mais avec ce qu’elle savait pour le moment de moi, elle se permit tout de même de prendre un pain aux céréales, qu’elle engloutit presque entièrement, alors que nous continuons à avancer, et que je m’arrêtais aux différentes échoppes, pour y récupérer soit des clous, soit des tuyaux… J’avais déjà prévue un système d’eau, mais il n’y avait pas encore de système d’égout ou de distribution d’eau. Il faudrait donc avoir une cuve pleine, récupérable avec de l’eau de pluie, et un endroit où vider les eaux usées... Je supposais tout de même que l’écologie n’était pas le maître mot ici… A moins que je n’engage un mage pour réaliser quelques runes de téléportation, pour alimenter en eau et évacuer les eaux usées… Cela reviendrait cher sur l’instant, mais c’était ce qu’il y avait de plus simple. Je rajoutais ça sur une liste mentale, alors que mes bras étaient pleins de tuyauterie, que j’entreposais à l’intérieur du chantier, pendant que, curieuse, Alienor me demandait :

‘’A quoi tout cela va servir ?’’

‘’Cela va servir à aménager des latrines ici, avec un système permettant évacuer l’eau et les déchets. Cela pourrait aussi servir afin de disposer d’eau au niveau du comptoir, là-bas, même si les clients ne risquent pas de venir ici pour en boire. Cela permettra d’assurer plusieurs besoins.’’

‘’Ah… je vois… Par contre, vous ne mangez pas ?’’
En effet, elle avait vue juste… Il était probablement temps de lui expliquer quelques points important de ma condition…

‘’Je n’ai nullement besoin de nourrir ou de me reposer. Cela est dût à ma nature particulière. Vous avez sans doute été informée de l’apparition des personnes nommées « Hérauts ». J’en suis une. Je suis ce que l’on appelle une gynoïde. Cela ne change toutefois pas mes ambitions concernant cet endroit.’’

‘’Ah.’’ Fit-elle, en affichant un peu sa surprise. Elle se doutait surement que j’étais une héraut, mais était sans aucun doute surprise de ma nature, qu’elle ne devait avoir comprit que partiellement.

‘’Dans tous les cas, nous allons nous rendre cet après-midi vers une scierie. Les travaux restant demanderont davantage de bois qu’il y a actuellement, et je dois passer commande pour être livrée d’ici l’aube. Allons-y.’’


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Lun 26 Fév - 19:37

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Encore une fois, nous nous aventurions dans de nouveau quartiers de la ville. Cela était assez étrange ne plus être seule, et d’avoir une personne qui me suivait constamment… Un peu comme Carmina en somme, à la différence qu’elle paraissait plus jeune et que la majeure partie du voyage s’était déroulée sur mes épaules, étant donné que je ne subissais pas la fatigue comme elle… Cela avait raccourci notre voyage sans me déranger particulièrement… Après tout, j’avais déjà fait ça un certains nombre de fois, en conduisant ma créatrice à la maison après qu’elle ait été un peu trop fatiguée suite à diverses occasions… En fait, le monde extérieur la fatiguait, mais elle était tout de même obliger de se mouvoir avec… Et mon arrivée fut pour elle une grande délivrance, d’avoir un lien social avec quelqu’un, même si je n’étais pas particulièrement très « Humaine » dans l’esprit.

Une fois à l’extérieur de la ville, il suffit d’avancer de quelques centaines de mètres pour trouver ce qui m’intéressait… Le batiment était suffisamment explicite, et le nombre de copeau visible intéressant… Mais je passais surtout rapidement la commande qui m’intéressait, à savoir le bois, et en grande quantité. Cela avait un coût, c’était certains, mais c’était surtout indispensable à la structure même de l’endroit. Et j’avais en plus les moyens d’agir avec l’argent qui m’avait été donnée avec mon rang tout particulier… Cela risquait de faire fructifier l’économie. Par ailleurs, je passais aussi quelques autres commandes vers d’autres endroits, me resnseignant sur leurs prix, leurs services etc. L’important était de se faire déjà des contact, et d’établir une base saine... Je ne payais pas forcément le moins cher, mais j’avais donc de quoi jongler avec les fournisseurs en cas de problème, ce qu’Alienor ne comprenait pas vraiment… Mais je ne lui en voulais pas.

Toutefois, je pus témoigner d’une altercation juste sous mes yeux alors que nous progressions à l’extérieur de la ville. Un homme, habillé sommairement, était en train de se battre avec un autre, lui aussi vêtu de basse facture. Le problème était qu’ils se confrontaient au niveau de la porte d’entrée d’un endroit où je voulais aller… Bon, je m’écartais pour le moment, attendant la fin de la confrontation qui se déroulait.

‘’Pouilleux ! Vaurien ! Galleux ! J’aurais ta chienne !’’

‘’Misérable ! Enflure ! Pourriture !’’


Et bien, les mots s’enchainaient. Cela semblait amuser Alienor, qui affichait un certain côté bon vivant, avant que les coups ne deviennent trop violent, et que je n’intervienne pour les séparer tous les deux, m’interposant déjà rien que ma présence, puis par mon corps, qui laissa les deux hommes. L’un d’eux rentra à l’intérieur du domicile, pendant que l’autre, un homme aux cheveux et à la barbe rousse, grommela tout de même un dernier mot :

‘’Connard…’’ Il se tourna vers moi, en reniflant un peu de sang coulant de son nez abimé, qu’il essuya d’un revers de son poignet, pour affirmer avec une certaine forme d’agressivité : ‘’Quoi ? Vous voulez un portrait ?!’’

Plusieurs personnes se choquaient de se comportement envers moi, une Oru, mais… Je n’allais pas lui en tenir rigueur. La colère qui l’animait faisait qu’il agissait de manière très agressive, d’autant que l’adrénaline pouvait le risquer à opter pour une tactique très offensive… En somme, de quoi recevoir un bon coup de sa part si j’étais imprudente. Toutefois, je ne m’engageai pas plus vers lui, quittant son cas pour avancer un peu, et entrer dans l’échoppe, qui présentait quelques pièces de bois… Je restais suffisamment longtemps pour faire connaissance, et être bien renseignée, avant de repartir, et de me diriger de nouveau vers la cité, où nous travaillions jusqu’à la soirée à préparer la manufacture du verre qui allait remplacer les vitres et constituer la verrière. La découpe n’étant pas évidente, je préférais y aller doucement, afin d’éviter un grotesque accident. Pour ce qui s’agissait de l’installation, j’avais trouvée mon activité de la nuit, tandis qu’Alienor profitait d’une bonne nuit de repos en arrière boutique…


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Lun 26 Fév - 22:02

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Comme je m’y attendais, le fait d’appliquer les vitres ne m’occupa qu’une courte partie de la soirée… En deux heures, les vitres que nous avions préparées étaient déjà toutes appliquées, améliorant un peu l’endroit qui demeurait encore vide, mais qui au moins paraissait déjà moins abandonné… Ce serait tout le mobilier après qu’il faudrait avoir, et cela risquait d’être une tâche assez longue… Des tables et des chaises par dizaines seraient nécessaires, et c’était sans compter sur les assiettes, les draps, les verres, oreillers et toutes les autres choses… En somme, je n’étais pas prêt d’ouvrir l’auberge, d’autant qu’il fallait un peu plus de personnel… A deux, nous ne serions jamais suffisante, c’était certains…

Mais bon, je m’aventurais une nouvelle fois dans la nuit… je n’étais pas vraiment certaine quant à la possibilité de rencontrer une nouvelle personne en pleine nuit, après tout, les gens dormaient normalement à une heure pareille… Mais l’on pouvait toujours tomber sur des surprises toutes particulières, comme ce fut le cas avec Alienor, qui avait trouvée le sommeil depuis. Je ne me faisais tout de même pas de faux espoirs, et profitait en tout cas de cette sortie pour chercher de nouveaux endroits intéressants, afin de véritablement mieux connaître mon entourage… Encore une fois, l’activité nocturne était ce qu’elle était, avec son lot de méfait, de mauvaises histoires et de problèmes, que j’évitais pour le moment. Cela me rappelait que je risquais d’avoir besoin d’un peu de sécurité, et qu’il me faudrait au moins un videur compétent… Et où pourrais-je trouver des armoires à glace ? Je n’en avais aucune idée… Et c’était par chance que j’avais récupérée Alienor…

Toutefois… En y repensant, je risquais tout de même de recevoir des candidatures… La rumeur comme quoi je l’avais recrutée risquait de s’étendre, et d’autres personnes pourraient être intéressées à cette idée là… Mais cela ne me convenait que moyennement. Il s’agissait de personnes plus intéressée par une occasion que des personnes capables de se la créer. Alienor avait eu cette volonté d’essayer, de se mettre en danger quitte à mourir sur une erreur, alors que les autres attendaient seulement que la zone soit sûre avant d’agir…Je ne risquais pas d’être aussi ouverte envers eux. Plus que de personnel, c’était des personnes fiables et fidèles dont j’avais besoin… Et pour cela, les choses étaient plus difficiles. Cela dépendait beaucoup de la personne, de ce que je pouvais voir d’elle dans la situation proposée…

Toutefois, un cri d’effroi me fit retourner à la réalité. Il était proche, très proche, à seulement un quartier d’ici ! Comprenant qu’une personne était en danger, je me mis à courir rapidement dans la direction, et arriva en une trentaine de seconde en vue de la situation. Un homme, portant un couteau, était en train de s’attaquer à deux jeunes femmes. Les quelques gouttes carmines qui tombaient de la lame indiquait qu’un premier coup avait été porté, et qu’une personne avait été blessée !

Il ne me fallut aucun instant pour réagir, et arriver dans le dos de la personne, en lui donnant un grand coup de pied au niveau du genou, avant de le saisir au niveau du cou, et de serrer rapidement, pour le neutraliser en l’etouffant. En une vingtaine de secondes, l’homme fini par arrêter de se débattre, et tomber au sol lourdement. Il reprendrait surement conscience dans les prochaines minutes, mais j’en profitais pour l’inspecter… Un biru donc, qui se prenait à s’attaquer à des jeunes femmes la nuit ? Cela me rappelait bien évidement une histoire d’un meurtrier chirurgien s’attaquant à des prostituées…

En tout cas, je ne m’avançais pas sur la profession de ces dames. Il y en avait deux, une grande une petite. A leurs traits, je supposais qu’elles étaient surement de la même lignée, surement des sœurs à la différence d’âge… Mais ce qui m’attira le plus alors qu’elles essayaient de se cacher avec leurs capuches fut la blessure que l’une d’entre elle, la plus grande avait au niveau du thorax… Sa vie était en jeu !


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Lun 26 Fév - 23:06

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Posant mes deux mains au niveau de la plaie de la jeune femme, je l’inspectais rapidement alors qu’elle tremblait de peur. Visiblement, elle n’était pas du tout rassurée à l’idée d’être au contact physique d’une autre personne qu’elle ne connaissait pas, d’autant que mon contact très froid n’était pas le plus chaleureux possible, bien au contraire… La blessure était tout de même concrète et profonde, et si elle ne recevait pas de soin dans les prochaines dizaines de minutes, elle risquait de simplement succomber… Autant dire qu’il n’y avait pas de temps à perdre, mais où trouver une clinique ouverte à cette heure ci ? D’autant qu’un rapide coup d’œil m’indiquait qu’elles étaient toutes les deux des Skures…

Bon… Je n’avais guère vraiment le choix. Mes connaissances en médecine demeuraient assez hasardeuses, d’autant que je n’avais pas vraiment le matériel pour m’occuper d’une telle plaie, mais il allait falloir que j’improvise. Soit je m’occupais d’elle, soit elle ne passais pas la nuit. La prenant dans mes bras, je me tournais vers la plus jeune, avant de lui dire directement :

‘’Suivez-moi !’’ Je n’attendis pas pour me mettre en route, courant rapidement pour essayer de gagner le plus rapidement possible la taverne en construction. Elle s’executa fort heureusement, me suivant à travers les rues jusqu’à arriver à l’endroit en question, que j’ouvris rapidement avant de poser la jeune femme sur le bar, le seul endroit pouvant servir globalement de table d’opération. J’enlevais rapidement sa capuche, pour poser un peu ma main sur mon front afin d’avoir sa température grâce à mes capteurs, toutefois… je fus surprise. Il y avait quelque chose qui ne devait pas nécessairement se trouver là…

Image :
 

Des… Oreilles donc… A l’aspect, je dirais renard. Cela me surprit quelques secondes, avant que je ne reprenne mes esprits. Elles n’étaient pas totalement humaines, et alors ? Est-ce que cela faisait d’elle des créatures non intelligentes ? J’avais rencontrée bien pire, et ce jusqu’à maintenant, même dans ce monde, donc cela ne me stoppa pas.

‘’Comprimez de toute vos forces la plaie, pour stopper l’hémorragie. Je vais chercher de quoi nettoyer la plaie et la panser.’’ Ce fut à grande vitesse une nouvelle fois que je me dirigeais vers l’extérieur, pour aller récupérer de l’eau vers une petite fontaine de quartier, avant de la ramener promptement là-bas. Pour ce qui s’apparentait au bandage… Bon tant pis pour les meilleurs matériaux, les rideaux étaient horribles de toute façon. J’appliquais donc cette matière improvisée, avant de couper suffisamment court pour ne pas avoir de problème. Je continuais de presser la plaie, pendant que la patiente elle gémissait un peu. Son état devait être stabilisé, mais cela ne l’empêchait pas de subir la douleur correspondante à cette blessure. Toutefois, il se faisait tard, et si je n’avais pas de problème pour ça, je me tournais vers la plus petite, pour lui dire d’une voix stricte :

‘’Allez vous reposer. Je m’occupe d’elle. Prenez le reste du rideau pour vous couvrir. Je m’assurerai qu’elle aille mieux.’’



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Mar 27 Fév - 21:59

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Je demeurais silencieuse alors que les frissonnements de la plus jeune des deux et les gémissements difficiles de la blessée m’accompagnait dans ces heures nocturnes. Je n’étais guère fatiguée ou ennuyée de ceci, mais j’admettais qu’il y avait tout de même des situations bien plus passionnantes… Mais c’était soit je veillais, soit… Elle ne passerait pas la nuit. Peut-être donnais-je l’impression de maitriser la situation, mais le sang qu’elle avait perdue et qu’elle perdait encore faisait qu’elle devait être dans un état aggravé… Et bien malheureusement, il n’y avait personne pour pouvoir la soigner à une telle heure… Certains pourraient se demander pourquoi je m’investissais tant envers une inconnue, et je n’avais pas forcément la réponse moi-même… Simplement parce que j’avais envie… Ou autre chose ?

Evidement, je pensais à la suite. Peut-être qu’en aidant ces jeunes femmes, elles se montreraient reconnaissantes, et cette dette de sang qu’elles contracteraient me permettrait d’assurer la fidelité qu’elles auraient à mon égard… Mais ce n’était qu’une possibilité parmi tant d’autres, et peut-être que sitôt qu’elles le pourraient, elles s’enfuiraient, rendant caduque les efforts que j’avais fait, tout du moins si je les basais uniquement sur ce que je pouvais en retirer. Il y avait toujours cette histoire de réputation, qui pourrait me suivre bien loin tant dans les basses castes, tout devait se savoir. Je supposais par ailleurs que mes égarements avaient dût circuler parmi les témoins… Je devais tout de même mesurer presque milimétriquement la moindre de mes actions, mais j’étais surement la personne qui serait la mieux placée pour réussir cet exploit.

Toutefois, après un long moment, la jeune femme tourna un peu difficilement son visage dans ma direction. Elle me fixait, sans dire un mot, avant de le porter plus loin, en direction de celle qui partageait son sang… Elle semblait être soulagée de la voir se reposer, bien que dans des conditions difficiles… Elle était rongée par l’inquiétude après tout… Elle retourna son visage vers moi, avant de demander, faiblement : ‘’Vais-je… M’en sortir ?’’

‘’Je ne peux le garantir.’’
Commençais-je à répondre, et c’était vrai. Je ne savais aucunement si la lame n’était pas empoisonnée ou porteuse de maladies terriblement mortelles… J’avais eu le temps de voir tout de même son état, et dans l’immédiat, elle n’en portait pas les symptômes, donc je précisais ensuite : ‘’Votre état semble être stable pour le moment, mais je préfère vous conserver sous observation, avant de vous confier à une personne plus expérimentée et équipée que moi dans ce domaine d’intervention.’’

‘’Un… Médecin ? Aucun n’accepterait de s’occuper de moi… Voyez par vous-même, ce que je suis…’’

‘’Une skure ?’’ Répondis-je, avant de voir qu’elle ne pensait pas à ça… ‘’Oh, votre nature différente du commun des habitants d’Heabury...’’

Elle sourit difficilement, avant de répondre : ‘’Vous devez être nouvelle pour avoir pensée qu’être Skure… n’était pas la pire chose qui puisse arriver. Même les plus démunis peuvent compter sur un peu de solidarité, entre humain ou entre hommes-bêtes… Mais pas nous… Ma… Ma sœur et moi somme le résultat d’un maléfice, nous rendant… A cet entre-deux que vous voyez-là. Trop animales pour être des humaines… Trop humaines pour être des hommes-bêtes…’’ Elle se tourna de nouveau vers sa congénère, pour reprendre : ‘’Elle est la seule chose que j’ai… Si… Si jamais je ne voyais pas le lever du jour… Puis-je vous demander de…’’

‘’Non. Vous le verrez. Ne cherchez pas d’excuse pour vous faire croire que vous l’aiderez en la laissant seule.’’



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Mer 28 Fév - 22:13

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Pendant plusieurs heures, je tins bon. La personne était retombée dans un état comateux, à mi chemin entre l’inconscience et le sommeil. Il n’y avait pas à trancher que sa condition était inquiétante, mais pas au point de réveiller tout le quartier. La nuit ne fut donc pas la plus productive comme je pouvais m’y attendre… Mais bon, au point où j’en étais, je n’aurais pas forcément fait grand-chose de plus que du repérage, qui n’était pas la première de mes obligations, et pouvait être reportée à d’autres soirées destinées à la déambulation et au vagabondage à travers les rues de la ville.

Toutefois, dès que vinrent les premières lumières de l’aurore, je pris la blessée dans mes bras, avant de commencer à la transporter. Les autres personnes n’étaient même pas encore réveillée, et elles débuteraient cette journée sans la moindre explication… Alienor devrait faire avec, temporairement tout du moins, car je me dépéchais d’aller vers une clinique proche, pour toquer rapidement, obligeant un médecin encore en habits de nuits à m’ouvrir sa porte, un air visiblement endormi. Je le dérangeais surement pendant ses premières tâches routinières, mais il s’agissait d’une situation suffisamment urgente pour passer au-delà. Et puis, à la vue de ma cape, il comprit qu’il n’avait guère le choix. Je rentrais donc, posant sur la table d’opération la blessée, pour qu’il l’inspecte rapidement, sans que je n’ai eu besoin de dire un mot.

‘’Hum… Une artère a été touchée… Elle va mettre du temps à guérir et à être de nouveau pleinement utile…’’ Il se tournait vers moi, un peu pensif, avant d’annoncer de la manière la plus normale possible : ‘’Vous devriez la laisser dans cet état, et opter pour un autre Skure pour la remplacer.’’

Ces paroles étaient dures, mais je comprenais que c’était dans l’ordre hiérarchique des choses. Lorsqu’un outil était brisé, on le changeait si les réparations à effectuées étaient trop grandes, trop importantes… Toutefois, je n’adoptais pas la vision des habitants de Tirione. Pour moi, les vies humaines demeuraient des vies, qu’elles appartiennent à des skures ou non. C’était surement ce respect de la vie qui faisait que j’étais une exception particulièrement rare dans l’enceinte d’Heabury…

‘’Je demande vos services, pas vos conseils. Faites le nécessaire pour stabiliser son état. Je repasserai lorsque le soleil sera haut, et vous dédommagerai en conséquence.’’

Il écarquilla un peu les yeux, pensant avoir mal entendu. Qu’une Oru payait ses services, qu’elle n’abusait pas de son rang pour se l’offrir ? Et bien, la journée était étrange, mais avait-il à se plaindre… Pas nécessairement… Je commençais à quitter la pièce, avant de me retourner alors que je sentais une tension particulière provenant de ce médecin :

‘’Je ne tolérerai pas « d’accident » de votre part la concernant. Aucun.’’

Je ne laissais pas fixes les conséquences qu’il aurait si c’était le cas, mais il pouvait s’en douter que je ne serais pas aussi clémente que j’avais put l’être avec d’autres. Soit il faisait ce pourquoi il avait ouvert boutique, soit elle serait le cadet de ses soucis.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Mer 28 Fév - 23:15

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

En rentrant, je m’autorisais un détour par le marché ouvrant lentement ses premiers étals, et achetant de quoi manger. Quelques pains chauds ne seraient pas de trop dans l’immédiat pour ouvrir l’appétit des personnes à l’auberge, et j’imaginais sans peine que le temps de cette sortie, il y avait eu un peu de mouvement à l’intérieur… Au moins les deux ne devaient pas être encore endormies, c’était le minimum. Une fois dedans, je pus constater que la moitié d’entre elles étaient éveillées, et il s’agissait d’Alienor, qui regardait avec de grands yeux rond la petite endormie, contre un mur, serrant contre elle le rideau que j’avais décrochée et un peu découpée…

‘’Vous… Pouvez m’expliquer ?’’
Demanda-t-elle en la désignant du doigt, avant de lever les yeux au ciel, en abandonnant déjà la potentielle explication. Au moins cela l’épargnait de se méler de quelques histoires, et cela lui en serait d’autant profitable, même si celle-ci n’avait rien de confidentiel… Mais l’odeur des pains réussit à extirper du sommeil l’enfant, qui immédiatement se mit sur la défensive, en nous voyant toutes les deux, mais surtout en ne voyant pas sa sœur…

‘’Où est ma sœur ?! Qui êtes-vous ?!’’


‘’J’ai confiée votre sœur aux services d’un profesionnel. Elle est en train d’être soignée. Son état est stable, mais elle a besoin d’une légère opération que je n’étais pas en mesure de réaliser. Quand à qui je suis, mon nom est KCT-023, la propriétaire de cet endroit et la personne vous ayant sortie de ce mauvais pas durant la nuit.’’

‘’Ah, c’est donc comme ça que vous vous appelez…’’ Fit Alienor, pensive. Il était vrai que je ne lui avait pas dit mon nom, mais j’avais supposée, à tort, qu’elle l’avait apprit en m’espionnant un peu, après tout elle s’était intéressée à moi afin d’améliorer ses conditions… Et pour le moment, cela lui réussissait plutôt bien. ‘’Moi, c’est Alienor, et toi, c’est comment ?’’

‘’A… Aeosa…’’ Répondit-elle en détournant le regard, ne savant pas vraiment réagir face au fait que quelqu’un lui venait en aide… Je ne lui en tenais pas rigueur, et lui tendis même un pain, pour qu’elle puisse au moins avoir le ventre plein. Alienor elle ne s’était pas gênée pour se servir d’elle-même…

‘’Mangez, cela vous fera du bien.’’ Je me tournais ensuite vers l’une des vitres, avant directement reprendre sur le côté professionnel de notre journée : ‘’Nous devrions recevoir le premier chargement de bois sous peu. Je m’occuperai de les couper. Alienor, votre tâche sera de consolider le couloir de l’étage. Je préfère le doubler afin d’éviter qu’il ne se brise sous mon poids.’’

‘’Oh, tout de même, vous êtes presque aussi fine que moi !’’ Répondit-elle amusée… Il était vrai qu’avec sa condition, elle n’était pas bien large… Mais j’annonçais sans faillir :

‘’Dans l’état actuel, je dois être approximativement quatre fois plus lourde que vous. Si les planches résistent à mon poids, alors elles résisteront au passage des futurs clients. Aeosa, dans l’attente du rétablissement prochain de votre sœur, que nous irons chercher dans les prochaines heures, je vous propose d’assister Alienor.’’


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Jeu 1 Mar - 21:35

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

La matinée fut pleine de tâches et d’actes répétés. La découpe du bois pour assurer les murs et les cloisons étant sans nul doute une action répétitive, je préférais m’en occuper afin d’éviter des douleurs musculaires aux autres personnes, qui agissaient toujours non loin de moi. Il me suffisait d’entendre régulièrement les coups de marteaux pour savoir qu’elles ne tiraient pas au flanc. Alienor était motivée, je n’en doutais pas, tandis que la jeune Aeosa… Et bien, inquiète évidement, mais elle s’était tout de même bien rendue compte que sans moi, les choses auraient tournées bien plus mal, et c’était sa manière à elle de me remercier ou de me dédommager, en fonction de ce qu’elle souhaitait, si elle estimait que cela avait une valeur monétaire.

Une fois les découpes effectuées, je fus obligée d’aiguisée de nouveau la scie, qui était tout de même cruellement usée après cette utilisation intensive. Les lames diamantées me manquait un peu, étant donné qu’il ne s’agissait actuellement que d’un simple morceau de tôle taillé, avec son grand lot d’imperfection. Mais au moins, nous avions de quoi travailler pour les prochains jours, d’autant que mon projet de verrière tenait toujours. Les vitres entreposées là allaient servir, mais il faudrait démonter au moins une partie de la charpente, et cela risquait d’être une tâche acrobatique… Et il n’y avait aucune sécurité, autrement dit j’allais devoir m’y coller seule.

Je signalais toutefois l’arrêt de la session de travail, invitant les deux à me rejoindre. Elles avaient grandement besoin d’une pause, et je pouvais voir ça facilement, étant donné qu’elles s’étiraient un peu trop souvent, réarmant leurs muscles moins sollicités. Toutefois, les renforts demandés avaient été effectués, et cela était un très bon signe concernant la progression des travaux. Au moins pourrais-je inspecter sans crainte l’étage, et m’assurer des prochaines tâches…

‘’Bien. Vous avez bien travaillées. Profitons d’une pause méritée, et allons voir comment va votre sœur. Suivez-moi.’’


Sur ces mots, j’ouvris la porte de l’auberge, avant de l’accompagner jusqu’à l’auspice, où elle put revoir celle à qui elle tenait le plus. Aeosa semblait être une personne pleine de vie, mais qui tenait énormément à sa sœur. Raison de plus pour ne pas avoir abandonnée, d’avoir investie ces efforts…

‘’Alors, comment vous sentez-vous ?’’


‘’Bien mieux.’’ Répondit-elle directement, en souriant, avec de modérer un peu plus sa réponse : ‘’Je risque d’avoir quelques temps de convalescence, à ne pas pouvoir exercer d’activité physique, mais mes jours ne sont plus en danger. Je… Ne sais pas comment vous remercier.’’

Je posais en même temps quelques pièces sur le comptoir, là où le tenancier de l’endroit était en me fixant avec intérêt depuis que j’étais rentrée ici, attendant son dût tel un rapace. ‘’Votre sœur m’ayant aidée ce matin, considérez que nous sommes quittes. Vous avez surement bien d’autres problèmes à gérer pour vous en rajouter de nouveaux.’’

‘’Je… Vous êtes une personne généreuse…’’ Disait-elle, en baissant un peu la tête, comme si elle espérait à moitié une autre réponse… Bon, il semblait que le moment était venu de mettre correctement les engrenages…

‘’Sauf si vous souhaitez travailler pour moi, en tant qu’employée.’’ Je tournais mon regard vers Alienor, qui me répondit en souriant, pour elle, c’était tout vu : ‘’Même si vous êtes en convalescence, je m’assurerai de vous trouver des tâches vous permettant de vous reposer. Je m’occuperai de vous fournir le gîte et le couvert, ma protection ainsi qu’un salaire pour vous efforts. Et cela compte aussi pour votre sœur, si vous êtes toutes les deux d’accord.’’

‘’Vous… Souhaitez vraiment travailler avec des personnes comme… Nous ?’’ Demanda très surprise la plus grande.

‘’Oui ! On accepte !’’ Répondit Aeosa en levant la main, ne prenant pas la peine de consulter son ainée… Mais fallait-il vraiment qu’elles le fassent sur une telle opportunité ? C’était tout vu…

‘’Je ne pourrais jamais vous remercier assez ! Je m’appelle Tatana !’’

‘’KCT-023. Allons discuter de ça là-bas. Avez-vous besoin d’être transportée ?’’

‘’Cela ira, merci !’’


Et c’est ainsi que mon entreprise s’agrandit de deux novuelles recrues… En y pensant, peut-être faudrais-je que lui donne tout de suite un nom… Oh, j’avais déjà des idées en tête.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Jeu 1 Mar - 22:35

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Ce fut avec une étrange fascination que toutes les personnes dans le chantier m’observaient agir. Toutes ces dames demeuraient à quelques mètres, si elles le pouvaient, elles se seraient rajoutées d’autant plus près, autour de l’endroit où je m’afférais… Mais les vues de quelques étincelles provoquées par mes outils remplaçant mes doigts eurent tôt fait de les faire reculer un peu, par précaution… La technologie existait ici, mais demeurait encore un peu instable, ce qui ne rassurait pas ces personnes de me voir avec un chalumeau de précision…

La découpe était lente, pointilleuse. Je n’avais qu’une seule plaque de métal, et je tenais à faire en sorte qu’elle soit parfaite. J’avais passée du temps à enregistrer le modèle dans la plus haute définition possible afin d’avoir le maximum de précision lors de la découpe, que je voulais faire moi-même. C’était donc chirurgicalement que j’opérais, veillant à respecter le contour de cette plaque que je perçais lentement mais surement, jusqu’à obtenir le résultat final, celui que j’espérais, laissant au moins le temps aux bords de refroidir pour éviter qu’ils ne plient trop aisément. Je présentais ensuite le modèle aux autres personnes :

Image :
 

‘’Le loup d’acier. Voilà ce qui sera le nom de cette auberge.’’


Parmi les personnes présentes, il y eu tout de même un peu de surprise, mais aussi une certaine forme de respect quant à l’œuvre accomplie. Le loup d’acier… Il y avait plusieurs raisons derrières cela… L’esprit d’un loup, d’une meute, et c’était mon objectif avec cet endroit, de créer une cohésion, autant entre les personnes que je recrutais qu’avec celles que j’aiderais, des hérauts, pour être la base de la confrérie dont j’avais parlée. L’implantation à Tirione prenait ses racines, et j’espérais que d’autres mouvements trouvaient la lumière dans les autres nations…

Et puis l’acier. Une référence évidente à ma personne, mais aussi aux armes. Il était plus que probable que nous ayons à devoir nous battre pour nos convictions… Dieux, empires, nous aurions des opposants, et les négociations, aussi fortes pouvaient-elles être, ne résolveraient pas toutes les disputes. Certaines fois, ce serait par le fil de l’épée que les mots devraient se transmettre.

Au moins un bon pas qui était fait. Cela faisait maintenant deux jours tout de même qu’Aeosa et Tatana avait renforcée nos rangs. Si la plus jeune assistait en permanence Alienor, attelée aux réparations sur le bois, la plus grande demeurait principalement assise, à coudre nappes, rideaux et couettes. Le travail était répétitif, mais c’était le mieux que j’avais pour éviter de lui demander trop d’efforts physiques, à cause de sa blessure, dont l’état s’améliorait progressivement.

Et de mon côté… Et bien, tout cela s’avançait à bon pas. Même s’il y avait encore une masse immense de travaux, je percevais que cela était au moins possible, même si pour le moment, toute ouverture était impossible pour bien des raisons…


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Ven 2 Mar - 22:27

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Encore une fois, il faisait bien sombre lorsque je sortais. Tout le monde dormait à cette heure. Même les deux sœurs avaient trouvées le sommeil, alors que j’avais compris qu’elles étaient initialement des créatures plutôt nocturnes. Toutefois, le rythme citadin que je leur imposais avait suffit à ce qu’elles rentrent dans le rang pour le moment. Je serais plus coulante à l’avenir, leur laissant au moins un peu plus de souplesse pour leurs horaires, mais là, étant donné que les travaux étaient bien bruyants, cela nous obligeait à respecter quelques règles de bon sens.

Mais maintenant que nous avions le nom et l’emblème du commerce, cela allait pouvoir me permettre de commencer à faire parler de l’endroit… 239 rue du levant… Je n’avais aps encore créée d’affiche ou de prospectus, mais il était indéniable que cela pourrait se révéler d’une bonne aide… Mais la curiosité des habitants environnants, du quartier proche, faisait que déjà, mon projet d’auberge avait atteint la majorité des habitants… Après tout, vu toutes les excentricités que j’avais fait, par ma simple présence et mes choix, il y avait de quoi répandre des rumeurs, et la seule mauvaise publicité était celle qui ne se voyait pas… Donc cela m’était profitable, d’autant que pour le moment, je n’avais pas encore fait quelque chose qui pourrait me mettre dans une situation difficile, bien au contraire… Les gens risquaient d’être bien contents d’avoir un endroit pour se désaltérer, même si certains étaient méfiants quant à ma personne…

Dans tous les cas, c’était bien une chose qui me passait au dessus. Dans l’immédiat, je n’avais pas vraiment de projet, et effectuait une de mes innombrables ballades nocturnes. La température ambiante ne m’affectant pas, j’étais tranquille, même si pour une fois, j’avais le droit à un temps maussade. La pluie tombait en bonne trombe sur mon être. Heureusement que j’étais étanche, sinon je risquais l’oxydation ou des courts-circuits… Bref, des dysfonctionnements intolérables vu mon niveau de technologie. Je pouvais bien tomber dans l’océan que je pourrais en ressortir, tant que je n’avais pas de fuite et aucun moyen de la combler rapidement…

Toutefois… Il semblait que j’allais avoir le droit à de l’animation. Après quelques minutes, je vis une dizaine d’individu courir à travers les rues, armes en main. Plusieurs groupes ainsi se chassaient dans la ville, semblant poser les bases d’un grand affrontement populaire… J’ignorais la cause, mais cela me fit avancer bien plus prudement, afin d’éviter que je ne sois prise pour cible… Avant d’être tirée d’un coup sec dans une ruelle, et qu’on me pose la main contre la bouche en me cachant derrière une caisse. Je me défis assez facilement de ce contact, qui n’avait pas été maintenu… Et je reconnu rapidement l’homme qui s’était battu à l’extérieur de la ville… Que faisait-il là ?

‘’Vous…’’

‘’Taisez-vous, ou vous allez y passer.’’ Il sortit une dague, qu’il gardait en main, non pas dans ma direction, mais vers l’entrée de la ruelle… ‘’C’était la pire idée que de sortir cette nuit ! Plusieurs guildes de voleurs ont décidées de se mettre dessus pour prendre le contrôle d’un plus grand territoire ! Et avec la cape que vous montrez si fièrement, vous risquez surtout une dague dans les omoplates !’’

Je demeurais silencieuse, alors que peu après, plusieurs personnes passèrent rapidement, pour que je ne reprenne, à voix basse :

‘’Et donc, pourquoi vous êtes ici si vous saviez que cette nuit serait si chaotique ?’’

‘’Affaire personnelle.’’


Au moins c’était explicite… Il resterait à voir comment j’allais me tirer de ce mauvais pas en devenir…





Dernière édition par KCT-023 le Dim 4 Mar - 13:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Dim 4 Mar - 12:29

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

L’homme à côté de moi furetait avec attention la rue d’où je venais initialement, essayant de constater si elle était vide ou non d’être humains. Entre les gardes et les voleurs, il y avait de l’animation, mais qui était le chasseur ou le chassé ? Des affrontements devaient éclater un peu partout, mais pour des raisons bien précises. Il ne devrait pas y avoir normalement de pillage, et dans l’état actuel, je ne pouvais pas vraiment y répondre seule, manquant de puissance d’action… Mon titre ne me serait d’aucune utilité si j’étais menacée par une personne déterminée. Encore une fois, les convictions qui animaient les êtres humains étaient souvent puissantes, et il semblait que celui se trouvant à côté de moi en possédait bien quelques unes…

‘’Une affaire personnelle donc…’’ Commençai-je, alors qu’il ne m’accordait même pas un regard… ‘’Vous semblez être bien plus renseigné que vous ne devriez l’être… J’ai toutes les raisons de supposer que vous n’êtes pas un simple inconnu avec ces guildes de voleurs… Peut-être en êtes vous un membre, que sais-je, mais toujours est-il que même si c’est le cas, quelque chose, cette affaire personnelle vous pousse à ne pas partir guerroyer avec vos acolytes, mais à tout de même prendre des risques…’’

Il semblait que j’avais mit le doigt sur quelque chose, car il m’adressa un regard furieux. J’avais touchée juste, mais je n’allais pas me limiter à ça…

‘’Et pour prendre autant de risques en étant obligé de braver le chaos, vous êtes sur un gros coup. Un cambriolages d’Oru peut-être… Mais pourquoi le faire seul pour autant de risque si ce n’est pour l’argent, et… Non. Vous êtes ici pour quelque chose de différent. Cette affaire personnelle… Est un meurtre.’’

‘’Vous allez vous taire ?’’ Me dit-il en se retournant pleinement, énervé et serrant les dents, restant plusieurs secondes lame tirée contre moi, avant de retourner à sa planque. ‘’Qu’est-ce que ça peut vous faire que tout ceci soit vrai ou non ? C’est mes histoires, pas les vôtres, alors rentrez chez vous, ça ira mieux pour tout le monde. De toute façon, vous ne serrez rien de plus qu’une gène.’’

Il conservait sa mâchoire serrée, et agissait d’une manière prudente… Visiblement, cette histoire avait de l’importance pour lui, énormément. Ce n’était pas un simple meurtre ou vol. Il avait des raisons qui le poussaient à agir. Devais-je l’en empêcher immédiatement ? L’arrestation préventive était quelque chose de controversé, simplement basé sur des suspicions, et non des preuves… Toutefois, je devais reconnaître qu’il m’avait au moins sauvé la mise sur ce coup, donc… Je voulais voir ce qu’il ferait, s’il réussirait sa mission ou mourrait en tentant. Bon sang, je devenais aussi spectatrice que Carmina…

Au bout d’un moment, il se décida à sortir de sa cachette, fonçant dans les rues en espérant par la même ocassion me semer… Sauf que j’étais suffisamment rapide pour ne pas me faire distancer, malgré ma carlingue plus lourde. Je le suivais de près, ce qui n’était pas pour lui faire dessiner un sourire… Mais qu’importe, il verrait bien là où cela le mènerait… Enfin, jusqu’à ce qu’il s’arrête, en pleine rue, pour se retourner :

‘’Bon, vous avez pas bientôt finie votre petit jeu ?! Rentrez chez-vous, dormez sur vos deux oreilles, et ne vous mêlez pas des affaires des autres ! Ça vous évitera un paquet de problème !’’ A peine termina-t-il sa phrase qu’une voix derrière lui l’interrompit, le mettant dans un état de surprise monstre, mais aussi d’énervement palpable…

‘’Guiscard, Guiscard, Guiscard… Ce n’est pas ainsi que l’on parle aux femmes voyons…''


L’homme, vêtu d’un long manteau semblait être une bien singulière personne… Si l’on excluait la présence de plusieurs sbires à ses côtés, armés et prêt à combattre…

‘’Assassin !’’ Hurla le nommé Guiscard




Dernière édition par KCT-023 le Dim 4 Mar - 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Dim 4 Mar - 13:04

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Je regardais avec une certaine forme de scepticisme les deux camps se former. D’un côté, l’homme au manteau et ses quatre acolytes armés, montrant une certaine forme de mépris et d’irrespect envers celui qui m’avait sauvé la vie, qui défendait lui-même son camp… J’avais beau être une Oru, j’avais bel et bien l’impression que ce titre ne serait d’aucune utilité dans l’immédiat, et qu’il faudrait envisager des solutions basées plus sur l’action que la négociation… Car là, le combat ne pourrait se résoudre pacifiquement, j’en étais certaine…

‘’Je te connais, Guiscard… Je ne te connais que trop… Je savais que tu profiterais de cette occasion pour tenter d’attenter à ma vie. C’est bien la dernière chose qu’il te reste, cette vengeance que tu as à mon égard, cette colère monstrueuse que tu as envie de me déverser. De quelle manière as-tu prévue de me tuer ? Me décapiter ? M’égorger ? M’éventrer ? Peut-être les trois non ? Navré de te décevoir, mais ça n’arrivera pas. C’est toi qui va mourir.’’ Il leva légèrement la main, pendant que je l’observais d’une manière très attentive… Cheveux courts, bruns et négligés, quelques cicatrices au niveau de l’œil et une barbe de quelques jours… Il avait de quoi être considéré comme un voleur lui aussi…

L'homme :
 

‘’Assassin… Ce que tu décris, j’aurais dût le faire bien avant. Tu as trahis tous les nôtres, tu as trahis tout ceux que tu connaissais, par appel de l’argent, du pouvoir, de tes ambitions ! Tu as tué ton frère, ton père et ton fils ! Tu as tué tout tes amis ! Tu as prit même ceux qu’ils me restaient en me laissant pour mort !’’

Sa colère était visible, alors qu’il dégainait un couteau, son couteau, pour le pointé vers son opposant, en déclarant fortement :

‘’Alors je ne vais pas te décapiter, t’égorger ou autre. Je vais juste te tuer, qu’importe la manière et qu’importe le coût ! Tu ne verras pas l’aurore !’’

Guiscard :
 

L’homme se mit à rire. Il ne le prenait pas du tout au sérieux. Seul contre cinq, il y avait de quoi en même temps… Et ce fut à cet instant qu’il daigna m’accorder un peu d’attention, en disant :

‘’Tu ne changeras jamais Guiscard. Juste peut-être à ce détail près, je ne pensais pas que tu irais inviter dans tes salles histoires une Oru. Il est bien tard pour trainer ainsi dehors, milady… Quel dommage que vous soyez témoins de la déchéance de cet homme.’’

‘’Elle n’est pas avec moi.’’ Il semblait que je n’avais pas vraiment mon mot à dire, mais je me permis tout de même d’intervenir. C’était mon choix après tout, et pas celui d’un autre…

‘’Je pense tout de même avoir le droit de choisir. Ne décidez pas d’avance mes heures de vie. Ne décidez pas seuls de mes droits, de mes décisions, de mes devoirs. Ne prévoyez pas sans tenir compte de moi de vos actions… Et surtout…’’ Je levais mon bras droit dans leur direction, calibrant avec précision mes doigts pour viser ces hommes, sans qu’ils s’en rendent compte, pour conclure : ‘’Ne m’empêchez pas de décider de mon camp !’’

Sur ces mots, j’ouvris le feu, en direction du coup des hommes de main. Un fut tué sur le coup, deux autres gravements blessés, tandis que le dernier fut simplement blessé. J’allais devoir réarranger un peu ma visée à l’avenir, mais au moins cela équilibrait le combat à venir…

‘’Guiscard, si vous souhaitez vous occupez de cette affaire personnelle, c’est le moment ou jamais. Faites parlez votre lame avec lui, et faites sonnez la fin de cette histoire, qu’importe puisses-t-elle être. Je m’occupe de son dernier adjuvant.’’




Dernière édition par KCT-023 le Dim 4 Mar - 13:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Dim 4 Mar - 13:45

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

La confusion venait immédiatement d’atteindre l’homme en face, qui venait de perdre son avantage numérique en une seule salve. Il fallait dire que mes balles étaient assez dangereuses malgré l’aspect compact que pouvait avoir mes armes incrustées dans ma main, qui en même temps n’était pas pénalisée pour agir normalement et interagir avec son environnement. Donc comment aurait put-il prévoir que de ce simple geste j’aurais été si efficace ? Difficilement, d’autant qu’ils étaient demeurés immobiles et non protégés afin de privilégier la mobilité.

Ce fut en tout cas bien satisfaite de moi-même que je laissais maintenant place à Guiscard, qui n’avait pas répondu du tout, et s’était jeté directement sur son opposant, afin de lui mener la vie dure. Les choses ne seraient pas simples pour celui qui se pavanait avant, car je voyais que mon poulain, si je pouvais le qualifier ainsi, avait une véritable maitrise du couteau ainsi qu’une bonne agilité… Il fallait croire que ce n’était pas son premier affrontement, et qu’il était beaucoup plus entrainé, nettement plus dans l’action que dans les relations… Cela lui était bien profitable dans l’immédiat. De mon côté, j’avançais tranquillement vers le blessé, qui peinait déjà à rester debout. Autant dire, ce fut une partie de plaisir de l’envoyer au tapis d’un seul coup de poing dans le thorax, afin d’éviter qu’il n’agisse. Toutefois, il ne faudrait pas que ce combat s’éternise, étant donné que la déflagration provoquée par mes armes à feu venait d’alerter surement plusieurs personnes, dont les gardes, qui arriveraient d’une minute à l’autre.

Et au final, lorsque la cavalerie arriva, ce fut pour témoigner du pinacle de l’affrontement, à savoir lorsque le roux enfonça sa lame dans la gorge, pour la retirer aussi sec. Propre, sans bavure ou acte inutile. Un meurtre efficace si l’on pouvait dire ça ainsi. Cela me laissait ni chaud ni froid. Je croyais sans aucun problème la version de Guiscard, comme quoi cet individu avait fait preuve d’une trahison et avait tué bien des personnes, dont les proches du nouveau meurtrier, qui laissait retomber le corps, alors qu’il reprenait difficilement son souffle.

‘’Halte là !’’ Interpella la garde. Non pas en ma direction bien évidement, étant donné mon rang, mais envers Guiscard, qui venait après tout de tuer un homme. Il n’y eu guère de plus de temps pour qu’il se retrouve menotter. Après tout, il se laissait faire, sans résister, ayant accomplit l’objectif de sa vie. Pouvait-il bien mourir maintenant que cela ne le dérangerait pas… Mais j’avais d’autres idées derrière la tête.

‘’Laissez-le.’’ Fis-je en avançant vers les gardes, pour empêcher très clairement cette opération : ‘’Cet homme que vous êtes en train d’arrêter m’a sauvé la vie contre ces hommes, qui voulaient attenter contre moi. Je ne vous permettrais pas de l’emmener. C’est pourquoi en vertu du rang qui m’est conféré, j’exige sa libération immédiate et sans condition.’’

Les gardes se regardèrent un instant, avant de s’exécuter… Ils le laissèrent partir, puis eux-mêmes disparurent dans la nuit, pour s’occuper du reste du chaos ambiant, ce qui nous laissa seul… Et bien évidement, il avait des questions…

‘’Pourquoi… M’avoir sauvé ? Qu’est-ce que vous voulez en retour ?’’


‘’Hum…’’
Je fermais les yeux, un instant, pour lui répondre, d’une voix très calme : ‘’Je n’avais pas envie que vous mouriez. Et puis, vous m’avez sauvée précédemment en m’informant.’’

‘’Vous l’avez fait deux fois… Autant face à lui qu’aux gardes…’’


‘’Certes. Bon, je vais être directe. Je souhaite vous recruter pour l’établissement que je cherche à ouvrir. Ne prenez pas ceci comme une demande en fonction de mon rang. Si vous souhaitez refuser, vous avez parfaitement le droit.’’

‘’Me recruter ?’’ Il haussa un sourcil, avant de soupirer… ‘’Ça dépend… Pour quel genre d’établissement ? Je vous préviens, j’ai pas envie de tremper encore dans de sales histoires comme celle qui vient de se terminer.’’

‘’Une auberge.’’ Annonçais-je, pour lui préciser : ‘’J’ai remarqué votre habileté au couteau. J’ai des raisons de me tromper, mais je pense que vous pourriez faire un bon cuisinier. Une situation stable et sans problème, un toit…’’

Il se prit à rire devant cette proposition, alors que j’énumérais quelques avantages…

‘’Vous voulez me recruter comme cuisinier alors que je viens de tuer quelqu’un ?! Vous êtes la personne la plus cinglée que je connaisse ! Mais… C’est vrai que ça m’est arrivé de travailler un peu dans ce domaine… Et puis, c’est pas comme-ci j’avais mieux à faire dans l’immédiat.’’ Il me tendit sa main, avant de se présenter : ‘’Guiscard, mais vous le saviez déjà non ?’’

Je pris sa main, en répondant : ‘’En effet. KCT-023. J’espère que cette association nous sera profitable.’’


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Dim 4 Mar - 17:39

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Contrairement à Alienor ou aux sœurs Aeosa et Tatana, Guiscard n’est pas une personne très… Sociable. L’homme, d’une soixantaine d’année si je me réfère au système utilisé par les populations locales, n’est pas la personne souriant le plus facilement, ou parlant le plus. Une sorte d’homme de l’ombre, préférant les actes aux paroles, les faits aux promesses… Et il semblait qu’il n’appréciait pas spécifiquement le système castique de Tirione, jugeant les gens sur la valeur qu’ils avaient et non sur le rang. C’était pourquoi il s’était initialement montré plutôt rude avec moi, avant de se montrer plus coopératif. Probablement pensait-il que j’étais comme la majorité des Orus, à vouloir faire la pluie et le beau temps au préjudice des autres… Mais bon, j’avais prit des risques, même si cela avait été sur une envie personnelle plus que par réel devoir… après tout, j’acceptais un meurtrier et ancien voleur à nous rejoindre…

Ses relations avec les autres ? Et bien… Pas les plus souriantes, mais pas non plus mauvaises. Il ne parlait que peu de lui, mais travaillant comme deux. Il semblait avoir une expérience dans chaque petit métier. Je soupçonnais que pour survivre, il avait dût faire de nombreux petits boulots. Un homme aussi polyvalent était un avantage certain pour bien des tâches, d’autant qu’en combat, il savait se défendre, bien que je lui avais créée l’avantage la nuit dernière. Par ailleurs, il ne semblait pas vraiment être fatigué… Probablement que l’adrénaline ne l’empêchait que partiellement, comme s’il restait encore aux aguets en pensant que tout ceci n’était qu’une mauvaise blague…

Toutefois, contrairement aux autres, il était très indépendant, découpant lui-même ce qu’il avait besoin, sans que je ne lui dise quoi faire. En bref, un second très efficace, parlant peu, ne contestant pas… Il se pourrait bien qu’il puisse trouver une importance capitale dans ce que je ferrais, mais mes projets devaient être tenus secrets pour le moment. Il venait de quitter le cercle de la contrebande et des opérations en douce, je n’allais pas lui annoncer immédiatement ce que je comptais faire par la suite de cet endroit, auquel cas il filerait sans doute, comme tous les autres. Le lien que j’avais avec eux devait s’étoffer davantage, pour être certaine d’avoir leur fidélité… Mais le jour venu, je leur laisserais sans doute le choix. Avec ce qu’ils faisaient pour moi, c’était normal.

Aeosa de son côté, était surement la boule d’énergie qui illuminait un peu l’endroit, bien que son immaturité soit parfois un peu délicate à gérer. Elle avait chutée plusieurs fois dans du matériel entreposé, avec parfois un peu de casse… Mais au moins elle y mettait du cœur à l’ouvrage, agissant toujours avec le sourire. Mëme si bien evidement, elle restait beaucoup avec sa sœur, une certaine forme de complicité naissait avec Alienor.

Par ailleurs, ma première employée s’adonnait aussi beaucoup à cette tâche, d’autant qu’elle commençait maintenant à faire parler de l’endroit en construction. Elle avait un très bon côté social, une matière à exploiter… Il faudrait qu’elle soit au contact des clients le plus possible… Il me paraissait envisageable de la mettre en tant que Barmaid, là où elle pourrait toujours gérer des clients. Après, il faudrait aussi régler sa tendance à rapidement aller sur la bouteille, mais chaque chose en son temps.

Tatana se remettait elle lentement de sa blessure. Plutôt douce et bienveillante, elle s’occupait en tout cas efficacement des premières coutures. Les rideaux étaient déjà réinstallés, avec cette fois-ci un peu plus de goût, tout comme les premiers draps que j’entreposais dans un coin… En commençant bien évidement par ceux du personnel, qui s’en servait déjà. Si je ne pouvais pas assurer le confort de mes employés, inutile de tenter d’en fournir à d’autre.

Enfin bref, les travaux avançaient bien, mais les rencontres suivantes allaient elles aussi avoir de l’influence !


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Dim 4 Mar - 20:58

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

*Wouf*

C’était dérangée par ce bruit singulier que j’arrêtais l’installation d’un carreau de la verrière. Je m’étais rendue sur le toit, accompagnée de Guiscard. Nous avions enfin démontés une partie du toit, et avions déjà bien avancés sur l’installation de la charpente et des carreaux. Il en restait encore plusieurs à mettre, ainsi qu’à assurer l’étanchéité de cette nouvelle structure, mais nous nous en sortions bien. Alienor et Aeosa s’assurait de nous charger de verre, que nous montions à l’aide d’une corde jusqu’en haut, où nous travaillions. Et puis, au moins je vérifiais la solidité du toit, avec ma masse qui pouvait être risquée par rapport aux autres. Par contre, je n’étais pas en mesure d’assurer le minimum de sécurité, si ce n’était qu’un simple tour de corde au niveau des hanches, ce qui pourrait être périlleux et dangereux… Toutefois, c’était déjà plus que ce qu’avaient habituellement les ouvriers de Tirione.

‘’Un chien errant, comme il y en a beaucoup.’’ Commença Guiscard, en me jetant un regard. Je savais bien que cela correspondait à une bête, mais pourquoi se prenait-elle à venir ici ? Le quartier n’était pas résidentiel, et nous n’avions que peu de vivre en stock… Pourquoi une telle bête aboyait-elle ici ? J’étais intriguée, et jetais un regard vers la bête… Je fus par ailleurs surprise de voir qu’il s’agissait d’un berger allemand, une race présente dans mon monde également… Mais bon nombre de créature existait dans ces deux réalités…

Image :
 

La bête semblait être un peu maigrelette, souffrant sans aucun doute de sous-nutrition. Rien de bien grave évidement, sauf qu’elle continuait d’aboyer, empêchant Alienor et Aeosa de s’approcher, au risque qu’elles soient mordues… Il semblait nous avoir prit en grippe…

‘’Elle risque de nous amener des problèmes, et cela m’embêterait de l’abattre juste pour ça. Je vais descendre aller la repousser.’’ Sur ces mots, je pris l’échelle, en descendant rapidement, avant d’approcher d’Aeosa et Alienor, un peu plus en retrait : ‘’Vous n’avez rien ?’’

‘’Rien de grave, plus de peur que de mal. J’sais pas quelle mouche a piquée ce clebs, mais s’il continue, il va se prendre mon pied dans l’museau !’’

‘’Je vois… Aeosa, êtes-vous en mesure de percevoir ses intentions ?’’

‘’Et bien… Elle semble être effrayée, sur la défensive. Peut-être penses-t-elle que nous empiétons sur son territoire ?’’ Ce fut au tour de Guiscard de descendre, voyant bien que l’attention de tous se focalisait ici. Et en tant qu’homme polyvalent, il prit les choses en main en annonçant :

‘’Je vais m’en charger.’’


Tout cela allait dépendre de la manière avec laquelle il opérerait… Mais contrairement à ce que je pensais qu’il ferait, il s’approcha doucement, avant de s’asseoir devant le canidé, qui continuait d’aboyer pendant plusieurs secondes, avant de se pétrifier en un duel de regard, jusqu’à ce que la créature ne s’approche doucement, et lui renifle les doigts… Il l’avait maitrisé en à peine une minute… Décidement, Guiscard m’impressionnait beaucoup.

‘’Ouah, trop fort !’’ Commença euphorique Aeosa

‘’Et bien, t’as un lien particulier avec ces bêtes !’’
Reprit Alienor. ‘’Peut-être que t’en était une avant !’’

‘’L’on peut comprendre les intentions d’une créature. Pas celles d’un humains.’’ Répondit-il calmement en caressant le col du chien, qui semblait être devenu bien docile.

‘’Hum… Un chien serait une dépense supplémentaire en matière de nourriture et d’aménagement…’’ Commençais-je, avant de reprendre : ‘’Mais avec une bonne éducation, il pourrait s’avérer très utile. Je vous propose donc de le garder ici.’’ Je tendis ma main vers la créature, avant que, par réflexe, il ne me morde, s’usant les dents sur mon métal…

‘’Il semble qu’il ne vous apprécie pas.’’


‘’Beaucoup d’éducation…’’


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Dim 4 Mar - 21:32

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Annonce !

Commerçante en cours d’ouverture recherche les services d’un magicien afin de finaliser les services proposés dans l’établissement. Les compétences demandées sont les suivantes :
-Création d’un système capable de faire apparaître de l’eau potable.
-Utilisation d’une magie de téléportation ou de désintégration pour faire disparaître les eaux usées.
-Utilisation d’une magie incendiaire pour conserver un feu sécurisé constant sur demande.
-Création de plusieurs systèmes lumineux portables
Les mages intéressés sont priés de se rendre au 239 rue du levant. La rémunération est à débattre en fonction des services proposés.


Cela faisait une journée que j’avais postée cette annonce sur un panneau local que plusieurs personnes s’étaient rendues dans les environs de l’auberge pour tater un peu de la négociation. Le problème principal était que bon nombre d’entre eux n’étaient rien d’autre que des charlatans, alors que mon offre était on ne peut plus sérieuse… J’excluais déjà les paiements par avance et autre entourloupe où je ne verrais pas l’ombre d’un système, pour essayer de me concentrer sur les véritables offres, malheureusement inexistantes… Il fallait dire que les mages des environs étaient bien demandés, et il faudrait que l’un d’entre eux vienne… J’hésitais à envoyer un courrier à la cour pour faire valoir cette demande par ailleurs, mais je voulais jouer d’un peu plus de patience pour cela…

Je demeurais pour le moment assise à un bureau, comparant les différents fournisseurs. J’avais déjà fait un liste et plusieurs stocks avaient déjà été fait, mais c’était sur le long terme que je devais faire ça, d’autant qu’avec tout les travaux que j’avais fait, l’argent que j’avais avait tout de même diminuée… Mais bon, je ne m’inquiétais pas trop à ce niveau là, ma condition me permettant tout de même des emprunts…

Puis arrivèrent ces trois mystérieux coup à la portes. Un peu timide il fallait l’admettre… Mais suffisamment pour qu’Aeosa vienne ouvrir, puis me prévenir à toute vitesse : ‘’Madame, on a une magicienne à la porte, qui dit pouvoir s’occuper de ça.’’

Si j’oubliais que c’était la onzième à pouvoir m’annoncer ça, je me levais tout de même, en espérant ne pas perdre encore une fois mon temps. Et ce fut face à une jeune femme, d’une taille semblable à la jeune demi-humaine, que je fus confrontée. Ses cheveux bruns cachaient l’un de ses yeux, et je l’analysais rapidement, alors qu’elle prenait la parole :

‘’Bonjour, je viens pour l’annonce !’’ Annonçait-elle fièrement, comme si elle était la messie dont parlait tant de livres et d’histoires…

‘’Vous n’êtes pas la première, mais j’espère que vos compétences se montreront suffisantes pour la tâche en question. Bien, montrez-moi ce que vous êtes capable.’’

Elle se concentra un peu, avant de faire apparaître dans l’une de ses mains une flamme, et dans l’autre une bulle d’eau. C’était déjà bien, pour les objectifs que j’avais… Mais il faudrait une installation, et non pas la réquisitionner en permanence.

‘’Je vois. Pouvez-vous faire les installations nécessaires ?’’


‘’Oh oui ! Juste avec un peu de temps et d’ingrédients, et ça se fera sans le moindre problème, héhé’’ Quelque chose n’allait pas. Sa manière, sa gestuelle… Il y avait un hic… Un problème avec cela… Soit elle n’en était pas capable, soit… Il y avait autre chose…


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Vie citadine

Dim 4 Mar - 22:47

avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Vie citadine


Avec : Solo

Je regardais avec une certaine forme d’interrogation la jeune femme, qui semblait avoir bien envie d’en découdre, mais surtout rapidement… Sa magie n’était-elle que temporaire ? C’était possible, et à la minute où elle quitterait l’auberge, ses rituels disparaitraient peut-être… Donc il fallait que je sois très prudente, et que je prenne soin d’effectuer de nombreux tests. Dans tous les cas, elle se permit d’entrer, pour constater les travaux… En effet, nous étions en train de réaliser les nombreux meubles que nous aurions besoin pour habiller l’endroit. Sans table et sans chaise, la chose allait être difficile, mais même si nous manquions un peu de personnel, nous demeurions efficaces. Les heures de pointes allaient néanmoins être très difficiles, et épuisantes, mais j’avais foi en mon personnel, que j’allais devoir épauler.

Donc, la première épreuve qu’elle eu à faire fut le distributeur d’eau au niveau du bar. Déjà pour ceux qui auraient besoin de boire un peu d’eau à la place de bière ou de vin, ce qui pouvait se comprendre, mais surtout pour la vaisselle, afin d’avoir un minimum d’hygiène. Je n’avais pas envie que cet endroit devienne un centre d’épidémie, même si j’y étais immunisée. Donc à ce niveau là, j’avais conçue une sorte de petit évier, relié directement à l’évacuateur qu’elle devrait faire par la suite. Ses tâches étaient simples, et elle devait être au courant de ça.

‘’Voilà le premier endroit. Je souhaite qu’en tournant ceci, de l’eau soit créée ici, et que plus ceci soit tourné, plus l’eau coule avec abondance. Pour couper l’eau, il faudra remettre ceci à sa position standard.’’ Le principe d’un robinet, mais sans l’eau chaude. Je n’allais pas trop demander pour un début déjà.

‘’Hum… Il va me falloir des cristaux pour ça, quelques-uns qui…’’


Je sortais d’un coin un cristal qui me restait de ma vie d’aventurière, lui tendant directement en demandant : ‘’Comme ceci ?’’

J’eu le droit au coup de la surprise, avant qu’elle n’hoche la tête, en souriant, avant de le prendre, et de le poser dans l’évier, pendant qu’elle se concentrait… J’avais toujours cette mauvaise impression, mais je lui laissais le bénéfice du doute… Au moins, elle pourrait au moins tenter de m’impressionner, ou alors de partir toujours rapidement en m’ayant juste fait perdre du temps et un cristal… Mais ce fut une explosion de poussière qui en résultat, détruisant le cristal et faisant tousser tout le monde dans la salle, avant de voir que la personne avait disparue…

‘’Oh oh…’’
Entendis-je comme voix, avant de baisser les yeux… Près du sol, haut d’une vingtaine de centimètre, il y avait la prétendue mage, rapetissée comme jamais. La prenant doucement, je la posais sur le comptoir, avant de dire, d’une manière un peu lassée :

Image :
 


‘’J’imagine que ce n’est pas le résultat attendu. Qu’êtes-vous ?’’


Je la regardais avec suspicion, alors que Tatana arrivait, presque complètement guérie, pour la regarder avec une certaine forme de curiosité, et dire : ‘’Elle ressemble à une fée. Vous en êtes une, je ne me trompe ?’’ Elle faisait preuve de plus de compassion que moi, mais j’étais un peu agacée de tout ces essais infructueux.

‘’S’il vous plaît, j’ai… j’ai besoin de cet argent !’’
Commençait-elle, en étant bien tendue…

‘’Je ne peux vous le donner si vous n’êtes capable de réaliser ce pourquoi j’ai laissée cette annonce.’’
Répliquais-je rapidement.

‘’Mais je peux le faire ! Seulement…’’


‘’Seulement ?’’

‘’Il me faut du temps et… S’il vous plaît, laissez-moi ma chance ! J’en ai besoin pour vivre ! Ce…Ce n’est pas simple de vivre à Tirione en tant que fée et…’’

J’avais étrangement déjà entendu cette histoire, ce genre de cas, et je me tournais vers Tatana, qui semblait bien évidement faire preuve de compassion et d’empathie… Comment pouvais-je l’empêcher d’en faire preuve alors qu’avant, elle aussi était dans la même situation… D’autant que les autres personnes de la pièce me regardaient à leur tour… Autrement dit ils avaient déjà tous une idée bien particulière en tête…

‘’Et ce que vous recherchez, il s’agit de quoi manger et d’un endroit où dormir ?’’ Je marquais un temps d’arrêt, levant les yeux au ciel, pour reprendre : ‘’Nous n’avons pas discutée encore de votre rémunération… Mais considérez l’offre suivante. Si vous réussissez à faire couler l’eau par ce robinet, je pourrais vous prendre comme employée, permanente. Nourriture et toit comprise, ma protection et un salaire pour vos intérêts personnels.’’

Elle me regardait, de ses grands yeux…Bon… Il semblait que j’avais trouvée une nouvelle employée… Il semblait que mon personnel se diversifiait un peu plus à chaque personne.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]
» Une citadine perdue dans la campagne !
» | CK006 | Du poisson...

Sauter vers: