bannière du haut du forum

Partagez

Un souffle vital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujet: Un souffle vital

Sam 24 Mar - 19:51

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...



ambiance musicale:
 

La douce lumière du jour pointait avec l’aurore aux doigts de roses ses premiers rayons d’argents, reflétés avec une délicatesse infinie sur la rosée du matin. L’herbe humide du sous-bois ruisselait doucement de ses milliers de gouttes en attendant l’éveil de la forêt. Pourtant, ici et là, les petits mammifères prenaient déjà possession d’un bois qui depuis plusieurs heures était habité par le piaillement ininterrompu de dizaines d’oiseaux levés dès les premières lueurs de l’aube.
La saison chaude battait son plein, et pourtant, sur le lit de mousse, la fraîcheur qui remontait rafraichissait le sous-bois à une température plus fraîche qu’on aurait pu l’imaginer.
Une foulée légère vint écraser la rosée du matin, tandis que les végétaux avaient à peine bougé leurs longues tiges silencieusement, réveillant à demi les insectes qui dormaient là. Ailleurs, la présence de cet être était passée inaperçue.

Arkazoc’k n’avait pas pour habitude de courir plus que nécessaire, n’ayant nul besoin d’exercer son corps à un quelconque exercice, mais aujourd’hui, elle avait entendu une sorte de cri provenant de quelques centaines de mètres de sa position. La dryade était allée faire une promenade le long d’une zone qu’elle connaissait que peu, à quelques kilomètres du nid. Le relief accidenté avait poussé la promenade à plusieurs longues heures de marche, mais elle en avait profité pour détendre ses fibres et absorber l’eau fraiche qui s’étalait sur le sol.
La marche matinale lui faisait du bien, elle aimait à sortir profiter des températures plus douces avant la température caniculaire qu’il faisait à l’extérieur. Heureusement, la forêt fournissait de l’ombre et conservait une certaine synergie et humidité que même les dunes proches n’arrivaient pas à défaire. Il ferait donc chaud, mais ce serait parfaitement supportable. Cette logique tenait depuis des jours, et dans le nid, on ne voyait pas un jour sans que l’on ouvre grand les volets afin de profiter au mieux de la providentielle tempérance matinale.

En somme, n’était-ce ce cri que tout était pour le mieux.

Quelque chose l’avait dérangée dans ce son. Plus que l’intensité, c’était un mélange entre un cri humain et un cri bestial qui s’était entremêlé dans un seul feulement, qui avait pris de l’ampleur dans la matinée, lentement, langoureusement, pour envahir épisodiquement la vallée.
La dryade avait décidé de tirer ça au clair, et était parti seuls dans la direction du bruit sous le regard désapprobateur de Hercules, l’énorme cheval de trait qui avait prit sur lui d’accompagner la dryade dès qu’il le pouvait. Depuis le temps, une véritable relation complice s’était liée entre les deux, laissant parfois Hildegarde, la jument, grosse, sur le carreau.

Le son était proche maintenant, elle ralentit le pas, reprenant son souffle avec aisance. La dryade avait une respiration sifflante, mais elle était due a la malformation causée par la malédiction qui avait été apposée sur elle et non de l’épuisement. Tout son corps avait été changé, et d’un idéal féminin, ses traits aujourd’hui montraient d’atroces meurtrissures et des déformations sur tout son corps. Les feuilles de son corps avaient fané, laissant place à un lichen persistant qui faisait aujourd’hui partie d’elle-même. En un mot, elle était pourrissante, a l’exception de ses yeux et de ses cheveux couleur de jais.

Quelque chose à sa droite attira son ettention.



Dernière édition par Arkazock le Dim 25 Mar - 0:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Sam 24 Mar - 20:34

avatar
Wakai Eru
N : 16 Or 660
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t566-wakai-eru
Voir le profil de l'utilisateur

   

   
Un souffle vital

   Feat Arkazoc'k

   
J'était en train de... me balader ? Plûtot d'explorer, j'avait traversé une plaine, une très grande plaine, composé au niveau végétal juste... d'herbe et de quelque arbre par ci par là, pas d'amas d'arbre. A part cette forêt là-bas. Les arbres y étaient imposants, facilement repérables donc. Au niveau de la faune de cette plaine, il semblait y avoir des insectes de tous types, logiques, quelques oiseaux, des sangliers qui me permettaient de me nourrir en les faisant cuire sur le feu de camps, les dryades ou tout autre être vivant en harmonie avec la nature m'en aurait voulu, mais faut bien survivre... Et y'a même pas de buissons à baies et les quelques arbres étaient des arbres non fruitiers. Finalement cette plaine ressemblait plus à un désert vert, littéralement rien.

C'est pourquoi je me dirigeait vers cette forêt, déjà il y'aurait peut-être moyen d'y faire varier mon régime alimentaire qui se limitait à "Sanglier, sanglier et sanglier"

Mais j'y voyais une silhouette ? Je n'arrivait pas à distinguer parce qu'elle était trop loin, c'est plûtot grand, et avec une grande carrure. Ça n'avait pas l'air commode non plus, peut-être qu'il est temps de tester mais compétence en combat, surtout mon ... Erethizon ? Tient je me souviens de ce pouvoir au fonctionnement extrêmement compliqué. Je n'ai aucune moyen de savoir d'où me vient cette capacité. Je dois probablement l'avoir perdu si la Dame a pompé toute ma puissance, à moins que ce ne soit qu'un simple rêve, mais c'est quand même bizarre qu'il arrive en même temps que je me rend compte que je suis semi-amnésique.

Je me rapprochais de cette forêt, et de cette silhouette, qu'est que cela pouvait être ? Un mutant ? Un géant ? Non trop grand, un lycan ? Hmm possible. Un golem était aussi un hypothèse viable, mais réellement à part sa carrure, et sa taille légèrement plus grande qu'un humain normal, je ne savais ce que c'était.

Plus je m'en rapprochais plus je me rendais compte que ce n'était pas humain, c'est clair. Le vent frissonnant, faisant bouger l'herbe, me rafraîchissait. Bon c'est que ça commence à être long... Je me mis donc à courir... Je m'épuisait en deux minutes... Au final je sais pas si je pourrais le combattre, je ne sais même pas ce que c'est... Je reprenait mon souffle, en prenant en compte que la fuite par la plaine ne serait pas possible, je ne cours ni assez vite, ni assez longtemps pour ça, à part si c'est un hippopotame, cette fameuse silhouette.

Je remarque d'ailleurs que je me souviens de beaucoup de chose de mon ancien monde sans vraiment m'en souvenir, j'ai l'image de cet "Hippopotame", je connais son nom, mais au final je sais pas où ce genre de chose vit, ça se trouve ça vit dans un marécage, pareil pour le Lycan, une espèce d'homme-loup je dirait... Je me demande en même temps d'où ça vient, mais pourquoi je n'ai pas la totalité de ma mémoire... Un alzheimer, une maladie qui ferait oublier tout et n'importe quoi, à en rendre fou, mais d'après ce que je me souviens ce n'est pas mon cas, cette perte de mémoire ne s'y apparente pas. Elle devrait être plus dispersée d'après mes souvenirs. Mais bon sang, d'où me viennent toutes ces connaissances... Probablement que beaucoup d'entre elles sont inutiles en plus de ça. Cet "Hyppopotame", ce "Lycan" et cette maladie "d'Alzheimer", ça se trouve ça n'existe pas... Je ne sais plus ce que je dois penser. Au final c'est vrai ou pas ? Parce que comme la Dame, je pourrais aussi bien m'inventer tous ça et y croire par manque de connaissance au final. Je ne sais pas. JE NE SAIS PAS BORDEL ET CA ME FAIS CHIER.

Oups. Calme toi, ouf, j'ai pas réussi à me contrôler, et le pire c'est que je sais que c'est pas dans mon caractère d'habitude de s'énerver, d'habitude j'arrive à garder mon calme. Eh mince encore "je sais"...



Dernière édition par Wakai Eru le Lun 26 Mar - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Sam 24 Mar - 21:04

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...


La présence de petits mammifères était toujours un signe excellent pour une forêt. Ils montraient sa bonne forme et sa capacité à fournir des gibiers plus gros en nourriture, en plus de confirmer efficacement la présence de la microfaune et sa capacité a se régénérer. Pour faire simple, si pour les humains c’étaient des nuisibles, pour une forêt, les rongeurs étaient une véritable bénédiction et un indicateur presque infaillible.

Aussi, fut elle inquiète de voir un lièvre a demi comateux en train de courir se cogner contre une grosse racine en boucle. Arkazoc’k essaya de l’aider, en s’approchant elle lui murmura : « alawa eta amalili bapbap », traduction approximative de « mais que fais-tu petit lièvre » dans la langue que la dryade réservait aux animaux. L’animal l’ignora, même quand elle le prit soigneusement entre ses mains, il ne se débattait pas pour partir, mais une fois au sol, il allait systématiquement se cogner à cette racine. La dryade le prit sur une centaine de mètres, le déposa et le vit disparaître entre les fourrés.

Plus loin, c’était un écureuil qui mangeaient une noisette invisible. Puis, plusieurs oiseaux morts sillonnaient la forêt. En les examinant, la dryade vit clairement qu’ils s’étaient fracassés le crâne contre le bois des arbres.
Les animaux de la forêt étaient devenus fous, comme possédés. Leurs esprits influençables semblaient avoir été soumis à une volonté plus puissante que la leur. Heureusement, la dryade se rassura en se convaincant de la supériorité de son esprit et de sa capacité à analyser le phénomène. Si l'illusion la prenait, elle le comprendrait sans aucun doute.

Le son avait pris des allures de musique. La dryade avait avancé contre le vent, aussi n’avait elle pas pu entendre jusque là les notes les plus faibles, mais lentement, la musique sembla s’insinuer en elle. Il y a quelques mois encore, elle aurait été déboussolée rapidement, mais sa condition s’était améliorée ses derniers temps, suffisamment pensait-elle pour rejeter ce son qui semblait logiquement affecter toutes les créatures vivantes.

Un sentier s’étendait devant elle, elle le suivit jusqu’à une petite route, puis une route pavée. En pleine forêt, c’était presque impossible. Sans plus réfléchir, la dryade prit la voie mal entretenue qui s’étalait devant elle.

Elle marcha un bon moment. Le voyage était pénible, elle avait l’impression de lutter contre une force invisible qui cherchait à la ralentir. La route était pourtant aisée, mais Arkazoc’k sentait que quelque chose la retenait en arrière, comme si la musique elle-même était dotée de matière et d’une volonté propre. Résolue, la dryade tenait bon, avançant pas après pas, elle progressait lentement sur cette route. Peu importe, il fallait bien tirer tout ça au clair.

En réalité, depuis plus d’une heure, la dryade s’échinait à marcher contre une paroi rocheuse, égratignant son écorce, déchirant son suir chevelu et griffant ses pieds de ses aspérités les plus dures. La sève de la dryade avait commencé a perler depuis longtemps et gouttait lentement sur le sol. Inconsciente de cet était de fait, comme Sisyphe sur son rocher, la dryade continuait inlassablement sa lutte inutile.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Sam 24 Mar - 21:36

avatar
Wakai Eru
N : 16 Or 660
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t566-wakai-eru
Voir le profil de l'utilisateur

   

   
Un souffle vital

   Feat Arkazoc'k

   
Après m'être énervée, et avoir continué à marcher, à marcher et à marcher. En voyant toujours des sangliers passer, à part que... euh c'est normal de le voir se cogner au seul arbre à 500 m à la ronde ?
Et les oiseaux... foncent vers le sol ? Bon. Il se passe un truc très bizarre dans cette forêt, en soi je devrais y aller ? Non pour une fois je vais faire plaisir au amoureux de l'écologie, je vais aider ces animaux et cette forêt, je suis presque sûr que cette silhouette en est la source.
D'ailleurs j'entendais aussi une musique, enivrante, très spéciale, indescriptible... Je sentais une sensation bizarre s'insinuer en moi. Bizarre, mais confortable. Merde, ça se trouve c'est ça qui rend débile les animaux, faut que je me bouche les oreille vite ! Je mettais alors mes doigts dans mes oreilles, les enfonçant le plus fort possible histoire d'en entendre le moins possible, et j'accélérait le pas, il fallait que j'arrive au contact de cette silhouette au plus vite.
L'Erethizon, d'après ce que je sais encore un fois... m'aurait permis de contrer cette musique assez facilement, visiblement avec une facette de mon pouvoir que je n'utilisais jamais car beaucoup trop puissante, celle d'augmenter ma concentration, et mes capacités mentales temporairement. Mais ... visiblement j'en été démunie.
Peut-être que le rêve de la Dame, n'en était pas un au final... Je ne sais pas... AAAAH CA ME GAVE. Je sais rien et beaucoup de chose en même temps, c'est très frustrant de pas savoir la source de ces informations, et ça me perturbait, énormément.

Les animaux était toujours à faire n'importe quoi, certains insectes à se cogner à moi, et même quelques oiseaux. Au final, je suis en train de me faire démonter par des animaux ?

Oh non... Je viens de me rendre compte, ça fait deux fois que je crie, et je me rapproche, ce qui ne peut signifier qu'une seule chose, la personne représentée par cette silhouette m'a repérée et m'attaque désormais en contrôlant les animaux pour m'attaquer, j'suis sûr des sangliers vont se mettre à me charger.
Je continuait à marcher donc, en hâtant le pas, du plus que je pouvais, mais ... mais... attend la silhouette est toujours au même endroit depuis tout à l'heure, j'essaya de me décaler sur le coté de 100 ou 200 m. Ah non, elle est bien là, mais je suis toujours à la même distance, alors que depuis j'ai du avancer d'au moins 1 km, ou plus... Oh non je sais plus, me dit pas que j'ai vraiment Alzheimer. Faut qu'on m'explique quand même, ça fait combien de temps que je marche, je sais plus mais au moins je sais ça par contre que ça fait un bon moment, je devrais être plus proche. Non c'est pas possible, y'a un truc qui cloche mais j'arrive pas à mettre le doigt dessus...


Dernière édition par Wakai Eru le Lun 26 Mar - 13:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Sam 24 Mar - 22:05

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...


Quelque chose changea, la musique se tut, et dans la forêt, ce fut le calme plat. Les piaillements des oiseaux cessèrent, et même le vent cessa de secouer les feuilles des arbres.
Brusquement, la dryade vit disparaître de ses yeux la voie pavée qui s’étendait devant elle un instant plus tôt pour ne trouvée qu’une paroi rocheuse maculée de sève. Dans le même temps, son front sembla éclater, manquant de la faire défaillir dans un gargarisme atroce. Sa vue se brouilla, et elle tenta de se raccrocher tant bien que mal à l’excavation rocheuse.

Ses doigts endoloris ne trouvèrent pas de prises, mais en s’adossant de sout son poids, elle parvint néanmoins à garder l’équilibre. Ses pieds n’étaient eux aussi que douleur de s’être heurté pendant aussi longtemps en cadence devant elle sur de la roche dure. Elle s’assit tant bien que mal, où plutôt s’effondra dans un râle de douleur.

En levant la tête, elle entraperçut une silhouette. La dryade paniqua, et dans la panique porta sa main à son anneau. Elle s’était sentie vulnérable un certain nombre de fois durant sa longue vie, mais rarement autant qu’aujourd’hui. La surprise de la douleur qui avait soudain saisi son corps l’avait abasourdie. Elle était à peine capable de bouger. Incapable de se battre, elle ne pourrait pas protéger la forêt si elle ne pouvait pas même se lever. Avec une certaine appréhension, elle se prépara a enlever l’anneau malgré l’interdiction à laquelle elle était soumise.

Elle héla la personne qui lui faisait face dans un cri croassant :
« Hé, toi ! Qui es-tu et que fais-tu ici ? Est-ce toi qui est à l’origine de ce vilain sort ? »
Elle respira profondément, essoufflée par se simple effort. Sa tête semblait sur le point d’exploser, son cœur de ronce battant à toute allure, faisant résonner douloureusement ses tempes. Elle essaya de se redresser sans grand succès. Tant pis, elle n’avait pas le temps de s’apitoyer sur son sort, et encore moins celui de s’évanouir pour de bon.

Au-dessus d’elle, un vol d’oiseau peupla le ciel, fuyant la zone pendant cette accalmie. Les animaux se ruaient dans leurs terriers, et seuls les insectes semblaient vivre paisiblement leur vie de labeur, peu impacté par un effet aussi complexe. Il était difficile de savoir avec certitude si le bruit allait reprendre, mais au-delà de ça, mus par leur instinct, les animaux qui le pouvaient allaient chercher refuge au loin s’ils le pouvaient, dans un lieu familier dans le cas contraire.

« Tu es encore une illusion c’est ça ? attention, je suis plus dangereuse que ce que j’ai l’air ! »
Dit-elle affalée sur le sol, incapable de se lever, enserrant son précieux anneau dans sa main, prête à l’enlever.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Sam 24 Mar - 22:29

avatar
Wakai Eru
N : 16 Or 660
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t566-wakai-eru
Voir le profil de l'utilisateur

   

   
Un souffle vital

   Feat Arkazoc'k

   
Qu'est que... Pourquoi je ne me vois pas m'approcher de lui pourtant l'arbre à coté de moi lorsque je vois le sanglier à coté de moi n'est plus là, donc... j'ai bien avancé.
"Illusion" à résonné dans ma tête, la musique avait de l'avoir pris pour paroles. Mais ça ne pouvait pas être ça, puisque je n'ai plus l'arbre à coté de moi, et si c'est vraiment le cas, ce doit en être une particulièrement surpuissante, au point que cela créaient des impacts d'animaux, des arbres qui semblent bien fixes pourtant... Pourtant cela ne pouvait être que...

AAAAAAAAAAAAH !

Et c'est alors que j'eut une douleur insoutenable à la tête, probablement mon cerveau qui a surchauffé, pourquoi j'en sais encore rien. Je me sens aussi très inconfortable, comme si j'avais de la terre sur tout la surface de mon corps. Mes yeux encore fermés jusque là s'ouvraient donc, et je découvrit, de l'herbe, et de la terre. Un ver de terre au passage. Je me relevais doucement, encore atteinte du mal de tête, en me relevant je découvrit que... j'était dans la forêt ? L'illusion à du me faire marcher jusqu'à celle çi, et j'ai ensuite du tomber à cause d'une racine qui dépassait, et marcher alors que j'était planté sur le sol... Heureusement que personne n'a vu cette situation, cela aurait été ridicule sinon, très ridicule.

A part ça la silhouette avait disparu, les oiseaux, certains insectes, et même les sangliers se mettaient à voler, sauter et courir dans le sens opposé à la forêt, ce qui est compréhensible. La musique s'était d'ailleurs arrêté depuis que j'avais eu mal. Finalement j'était déjà pris dedans, la musique est donc juste un repère pour savoir si on est dans "son" illusion ou non.
Bon il faut que j'aille déglinguer ce qui à crée cette illusion massive et surpuissante, elle s'est d'ailleurs peut-être arrêté par manque de ressource de la part de la source de cette illusion. Ce qui, si tel est le cas, me permettrait d'avoir un avantage certain contre lui, que ce soit sûr la discussion ou le combat. La je me mettais à courir, de toutes mes forces, pour une fois, je crois que je m'en foutais un peu d'être essoufflée, si ça se trouve le sort va se relancer, et je ne pourrais à nouveau rien faire, je n'ai strictement envie de ressentir cette douleur à nouveau, vu le mal de chien que ça fait.
Il va le payer cher celui là, la prison ad minimum, la mort et la souffrance éternelle ex maximum ! (Et la destruction si c'est un dispositif magique évidemment).

Et la j'entendis alors une voix.
Je vis, une dryade. Un être lié à la forêt, normalement, d'après ce que je sais, elle ont habituellement le pouvoir de parler au animaux, au plantes et au arbres, et veulent protéger leur forêt à tout prix.
Au final, ce n'était pas ce que je voyais, fin pas totalement, elle voulait protéger sa forêt, ce qui expliquait ses premières paroles, elle a été affecté par l'illusion d'après ce que je comprend, mais à terre comme elle est, elle à du se faire mal, ou mal prendre le choc mental. Pour le coté que ce n'était pas une dryade, elle était très cicatrisé, malade presque... Ce qui expliquerait en soit qu'elle soit à terre...

Je ne suis pas à l'origine de cette illusion, désolé moi aussi j'ai été affecté, à marcher ... dans le sol, de ta forêt je présume...
Je me prénomme Wakai. Et si tenté que je sois une illusion, je ne serait probablement pas aussi réelle, ou peut être que si vu la puissance du sort qui a été utilisé, mais je doute que m'attaquer serve à quelque chose si je suis une illusion,
disais-je alors que je me rapprochais d'elle. Sinon, tu est une dryade ? Tu y ressemble, mais y'a quelque détails au niveau de ton apparence qui... me chiffone ?


Dernière édition par Wakai Eru le Lun 26 Mar - 13:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Sam 24 Mar - 23:24

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...



Le monde semblait avoir repris son cours normal. A nouveau, la forêt semblait apaisée si l’on exceptait le départ des oiseaux qui avaient laissés un vide sonore rempli par les insectes qui bourdonnait alors que le soleil avait fait s’évaporer la forêt et s’élevait petit à petit dans le ciel. L’environnement semblait serein, apaisé par l’habitude d’une futaie en marche. Elle avait eu une période de trouble, mais celle-ci avait pris fin.

La personne devant les yeux de la dryade était étrange, ses cheveux étaient rouges comme une grenouille arboricole, ses yeux également, et elle portait un long vêtement noir qui cachait à demi sa silhouette. Elle avait l’air sacrément secouée, elle ne devait pas être à l’origine de la sombre mélodie qui avait envahit son cerveau. Au contraire, son teint pâle et sa cadence rythmée montrait qu’elle aussi avait dû prendre un sacré choc et cherchait comme elle l’origine de l’évènement. Compte tenu de sa ressemblance avec les grenouilles arboricoles, de son ridicule accoutrement et de tout ce qui faisait d’elle… elle, la dryade devina facilement qu’elle était un héraut, un étranger. Toutefois, elle ne l’avait pas vu au conseil, l’autre ne devait pas être affiliée, du moins pas encore. C’était donc potentiellement une menace, où une nouvelle arrivante. La dryade se détendit, c’était aussi pour ça que son sanctuaire existait.

Comme chaque fois, la dryade se fit remarquer son état. Elle n’était pas coquette, et son était n’était qu’un fait inaliénable et vrai. Pour une fois, l’outre pourrait comprendre :

« C’est la dame qui m’a fait… ça »

Inutile de rentrer dans les détails, l’autre devait se contenter de ces maigres explications. De toutes façons, la réalité de son cas était au-delà des mots comme il était souvent le cas pour les hérauts.

« Aide moi à me relever s’il te plaît… Je m’appelle Arkazoc’k, je n’ai aucune idée de ce qui se passe, mais je vais le découvrir »


La dryade se releva péniblement. Une fois debout, bien que secouée, elle sentait que son corps régénérait petit à petit. C’était bien la seule chose positive qu’elle avait gagnée lors de son transfert. Elle repoussait, plus vite qu’elle ne devrait. Cette repousse s’accompagnait toutefois d’une déformation permanente, la rendant régulièrement plus difforme qu’elle ne l’était auparavant.

A nouveau, les rares animaux qui étaient restés se turent, a nouveaux, le vent fit frissonner les feuilles, à nouveau, la musique se fit entendre. Mais cette fois, la dryade vit clairement en face d’eux un jeune satyre portant ses mains à sa bouche jouer d’une flute en bois à quelques mètres de là. Le temps qu’elle le pointe du doigt, le satyre détallait avec un rire éclatant dans les fourrés.

La dryade fit mine de le suivre, mais ses plaies se rappelèrent à elle. A défaut, elle lança :

« C’est lui ! il faut le suivre, attention à la musique ! »

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Sam 24 Mar - 23:46

avatar
Wakai Eru
N : 16 Or 660
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t566-wakai-eru
Voir le profil de l'utilisateur

   

   
Un souffle vital

   Feat Arkazoc'k

   
Hmm elle avait besoin d'aide pour se relever, je l'aida donc, mais attend...
Elle vient de dire quoi ? LA DAME ? Donc elle existe, donc ce n'était pas un rêve, donc je ne fais pas partie de ce monde, donc le fait que je soit aussi faible, que j'ai les souvenirs en vrac, c'est probablement à cause de cette dame. Qui plus est, ce serait la dame qui lui ferait ça ? Cette déesse est elle quelqu'un qui torture les gens à vie ou bien ? Je ne vois pas qu'elle sorte d'aide on peut recevoir après avoir infligé ça, que ce soit à moi ou à elle. Peut être ne pensait pas à mal, mais c'est une déesse après tout, elle pourrait vérifier avant de faire une action aussi irréfléchie.

La musique réapparaissait, mais ce coup çi nous vîmes un satyre, jouant de sa flute. J'avais pensé quoi tout à l'heure ? Ah oui : la prison ad minimum, la mort et la souffrance éternelle ex maximum !
Il va prendre cher celui là, et c'est là ou il était déjà parti, malheureusement, je savais que je ne pourrais pas le suivre dans cette forêt, déjà qu'on pourrait se perdre, et se reperdre derrière à cause de l'illusion, en plus qu'il nous faudrait une endurance de folie pour suivre un mi-humanoïde qui a des jambes d'un animal dont ces jambes sont faites pour courir bordel.

Malheureusement nous ne pourrons pas le suivre, malgré ce qu'elle m'a dit. Je lui pris le bras, et la tenais le plus fermement possible. Attrape moi et ne me lâche pas, hurlai-je alors pour que ma voix passer au dessus de la musique. On pourra pas le rattraper, ca va peut-être nous permettre de contrer l'illusion ! Comme ça au moins nous aurons peut-être moyen de contrer l'illusion ou au moins éviter de nous entre cogner, j'essayais de me concentrer le plus possible sur sa présence, pour ainsi l'intégrer à mon illusion, ce qui nous donnerait peut-être un moyen d'y échapper. Ensuite la seule chose que l'on pouvait faire, était d'attendre la fin de la musique, même si cela me frustrait de pas pouvoir le poursuivre, on l'a aperçu trop tard, maintenant que je sais qui est l'enfoiré qui fait ça, dès que cette illusion est finie, je vais lui courir après de toute mes forces, il va le payer très cher, en plus il avait un air enjoué ce ... p'tit con !

Malheureusement je n'avais non plus pas le temps de lui expliquer mon idée, en espérant me faire confiance, mais elle m'a fait confiance sur le fait que je n'était pas une illusion ou la source de celle çi après tout, parce que quand on parle d'illusion, on fait face à quelqu'un qui peut jouer sur les sentiments et les ressentis et donc mentir, et quand on vu une illusion, difficile de croire que le reste n'en est pas une après, qui plus qui pourrait elle aussi mentir. Donc au final c'est très surprenant qu'elle l'ait pris comme ça, mais tant mieux, j'espère en tout cas qu'elle va me faire confiance là-aussi, si c'est pas le cas j'aurait juste à rester planté comme un con en attendant la fin de l'illusion.


Dernière édition par Wakai Eru le Lun 26 Mar - 13:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 0:14

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...



Il faudrait un bon bout de temps avant qu’Arkazoc’k ne soit à nouveau maitresse de ses mouvements. Le choc initial était passé, mais elle avait la sombre impression de s’être fait écraser par un rorckarion. Impression d’autant plus douloureuse que ses blessures semblaient effectivement avoir été la production d’un écrasement. Qu’a cela ne tienne, s’il fallait claudiquer, elle claudiquerait. Quelque chose la rassurait tout de même. Si le satyre qu’elle avait aperçu était bien à l’origine du phénomène étrange et pénétrant, alors cela était paradoxalement une bonne nouvelle. Le satyre avait l’air jeune, peut être ne se rendait-il pas compte de ce qu’il provoquait ? Peut être simplement qu’il considérait tout ceci comme un jeu, auquel cas, il serait possible de le raisonner.

La musique s’arrêta, à nouveau, le vent se calma et les animaux reprirent leur rythme. Puis, au moment où les deux se détendaient la musique repris de plus belle et le satyre sortit d’un buisson. Sans lâcher son partenaire, la dryade lui glissa d’un air las :

« ça ne donnera rien, ils peuvent jouer pendant des heures… »


Les satyres comme les dryades comptent parmi les peuples de la forêt. Si les satyres se sont mieux adaptés que les autres a un mode de vie urbain, il était peu probable que celui-ci ne soit issu d’ailleurs que de ces bois. La dryade n’en avait pas encore croisé, mais la forêt était large et les êtres qui la peuplent sont d’un naturel secret et voyeurs. Ils gardent un œil sur tout ce qui passe à proximité de leurs territoires sans toutefois laisser la moindre trace de leur présence à suspecter par l’individu filé, qui, la plupart du temps traversera leurs territoires sans jamais en avoir eu connaissance.

Dans ce cas, le satyre semblait vouloir jouer, sans cesser de jouer de son instrument, il les attendait, comme pour les narguer avant de disparaître derrière un buisson. Pourtant, il aurait pu facilement distancer la dryade diminuée et le héraut fraichement arrivé. Plusieurs fois la dryade l’avait hélé, mais il s’était contenté de se moquer de son rire cristallin avant de disparaître à nouveau.

Comment un si petit être pouvait-il produire un son si puissant ? il y avait des génies parmi les jeunes de toutes les races, mais lui, il dépassait de loin ce que sa tutrice lui avait rapporté de ses voyages. Elle le saurait bien assez tôt. Elle ne voulait pas lui faire de mal, mais il mériterait qu’on lui tire la queue pour son vilain comportement.

L’affaire dura quelques minutes, puis, le satyre sauta dans un fourré épais, et se baissa pour disparaître à l’intérieur. Il aurait pu passer inaperçu si ce n’était ses cornes qui dépassaient grotesquement sans que celui-ci ne s’en rende compte.

Il était temps d’agir, mais la dryade était consciente de sa faible force physique et ne voulait pas le blesser


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 0:35

avatar
Wakai Eru
N : 16 Or 660
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t566-wakai-eru
Voir le profil de l'utilisateur

   

   
Un souffle vital

   Feat Arkazoc'k

   
Au final elle a entendu ce que je lui ait dit, les illusions passaient, entre chacune d'entre elle nous essayons de l'attraper, en nous liant à nouveau à chaque nouvelle illusion, cela marchait, mais c'était une technique qui marchait sur la durée, et malheureusement ce foutu satyre était beaucoup trop rapide pour nous. Mais à force de nous narguer avec son orgueil de jeune satyre, il allait forcément faire un erreur.

Et la voici, il se cacha, qui pouvait être une bonne idée pour lui, mais encore faudrait-il qu'il calcule la hauteur des buissons avant de le faire, parce que là désolé, on voit ses cornes.
C'est alors que je lui sauta dessus, en lâchant la pauvre dryade, elle était peut être faible, mais elle tiendra debout seule, la j'allais le chopper. TES CORNES DEPASSENT, MUSICIEN DE MES DEUX ! hurlais-je de satisfaction, j'allais l'attraper, j'élançais mais bras, en position pour l'attraper et mettre fin à cette histoire, parce que les maux de tête, j'en ai un peu ras-le-cul, il m'a tellement gavé celui, que j'ai prévu de le ligoter avec les prochaines lianes que je trouve, sérieusement il se prend pour qui ?

Je sais pas quel type de magie, mais bon déjà arriver à jouer d'une aussi bonne musique c'est déjà extraordinaire, même si son instrument est très bon, ce qui doit être le cas, un artefact ne m'étonnerait pas, même qu'un artefact en plein milieu de la forêt, qui est elle même en plein milieu d'une plaine désertique, excusez moi mais c'est le meilleur endroit pour cacher un artefact pareil. L'hypothèse la plus viable serait donc que le satyre l'aurait pris et se serait amusé avec. Encore s'il ne savait pas ce qu'il faisait avec, mais ça m'étonnerait qu'il ne nous voient pas nous cogner aux arbres et aux rochers, tout comme les animaux et les insectes, vu qu'il nous nargue, il sait pertinemment, déjà que c'est chiant, alors pour moi c'est pas grand chose, mais la dryade a l'air d'en avoir pâtit d'avoir foncé dans un rocher pendant trente minutes, et le reste des animaux, j'imagine pas le nombre de lésions cérébrales, ça se trouve, y vont tous crever car leur cerveau, tellement abîmé, et sera tellement déréglé qu'il mourra de ses lésions cérébrales. Non sérieux il est conscient que pour un être qui est sensé affilié à la nature, malgré que la plupart soit farceur, il a foutu le bordel dans toute la forêt ? Truc de sûr, je fais le ligoter au point où il bougera plus.


Dernière édition par Wakai Eru le Lun 26 Mar - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 1:47

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...


un peu d'ambiance:
 


La grenouille sauta sur le satyre, la saisissant autant que ses mains affaiblies par le transfert le pouvait. La prise se voulait plus ferme qu’elle ne l’était réellement, mais la grenouille tint bon, faisant basculer le jeune être étonnamment frêle pour sa corpulence musculeuse.

En retrait, Arkazoc’k le laissa faire. Elle n’avait aucune compétence en lutte et ne ferait que de rajouter du chaos a une situation qui deviendrait rapidement incontrôlable. Elle essayait de vider son esprit pour purger cette musique qui avait pris tout son être. Ce n’était pas un franc succès, la dryade avait repris des forces, mais pas assez pour lutter contre une puissance aussi colossale. Eut-elle affecté les sens qu’elle aurait pu tenter de faire abstraction, mais c’était son esprit qui était impacté par le son langoureux qui paraissait traverser la matière.

La dryade ne regarda le satyre d’un air inquiet, celui-ci avait pris une expression douloureuse et ses mains s’étaient figées sur sa poitrine. Il convulsa sans un cri, glissant douloureusement sur l’herbe. Puis, son visage prit une grimace et cette grimace l’élargit dans un rictus qui scindait son visage en deux. Le haut de son corps se recouvrait de poils drus plus long que ceux de ses jambes. La dryade s’écria :

« Recule ! vite ! »

Le satyre n’avait plus rien de lui-même, à chaque instant une partie de son corps se transformait dans des convulsion grotesques et désordonnées. Petit à petit, morceau après morceau, il prenait la forme grotesque d’un lycanthrope. Sa tête ressemblait à s’y méprendre à celle d’un loup, mais le corps restait celui d’un humanoïde de taille moyenne.


Face a ce qui s’annonçait, la dryade était désemparée, elle ne voulait pas faire de mal à la créature, mais elle n’aurait pas le choix si celle-ci l’attaquait. Elle n’avait jamais fait face à cette monstruosité, aussi, elle mit pour la seconde fois sa main sur son anneau. Elle était réellement prête à en découdre malgré la peine qui en découlerait nécessairement sur la zone. Le bosquet pourrait renaître en quelque années, mais ce sortilège risquait de la rendre stérile pour plusieurs générations. Pour la dryade, le choix était facile. Elle hésitait toutefois a risquer la vie de son infortuné compagnon. Si elle enlevait l’anneau unique qu’elle portait à son doigt, son précieux trésor, elle savait qu’elle n’arriverait pas à se contrôler parfaitement. Elle risquait de tuer tout le monde a petit feu, et ce n’était pas une belle mort que la septicémie et les parasites de mana.

Non, il valait mieux attendre. Elle espérait simplement qu’ils seraient débarrassés de la créature avant que la musique qui persistait ne les fasse à nouveau halluciner. Cette capacité était effrayante.



Dernière édition par Arkazock le Dim 25 Mar - 16:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 10:05

avatar
Wakai Eru
N : 16 Or 660
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t566-wakai-eru
Voir le profil de l'utilisateur

   

   
Un souffle vital

   Feat Arkazoc'k

   
Après l'avoir attrapé et mis à terre, je vis qu'il fit un geste, peut-être pour se débattre ? Et c'est alors que la dryade me dit de me retirer, affolé je regarda ce qu'il faisait. Des poils ? Je sauta en arrière au final.
Qu'est que... Un lycan ? Finalement je l'aurait bien vu tout à l'heure dans l'illusion, j'ai réussi à voir sa forme primaire dans l'illusion. N'empêche c'est rare de voir un satyre lycan... Je sais pas ça semble louche, surtout que maintenant il voudrait le combat le satyre ? Ça n'a pas de sens, mais ça m'étonnerait qu'il joue de la musique dans cet état. J'ai une hypothèse mais aucun moyen de le certifier, on est sûr du fait qu'il a un artefact entre les mains pour amplifier le pouvoir de sa musique, est-ce que l'artefact serait aussi capable de ça aussi ? Comme une punition pour l'avoir trop utilisé, ou au contraire pour défendre l'utilisateur... En tout cas cette capacité, malgré qu'elle soit assez rare, est très rarement manifestée dans la journée, par un satyre, et qui plus est jouait d'un artefact pour faire des illusion. Vu que la musique n'était pas là, je savais que ce n'était pas une illusion, tant mieux.

Bon que faire... Vu que la Dame a vraiment pompé tout mes pouvoirs, ma force ayant baissé de ce fait, ma rapidité, mon endurance, et mon Erethizon en ont tous pâtit. Je n'ai donc aucun réel moyen de le battre de ce fait. Mais étant donné ma petite carrure, et ma faible force j'ai tout de même pu l'attraper... Ce qui signifie peut-être une faiblesse de sa part aussi... Ca vaut le coup d'essayer.

Je le chargeais alors mon sabre dans son fourreau, sur la droite, étant donné que tu la gauche c'était difficile il y avait la dryade qui m'aurait gêné, je l'aurait probablement bousculé. Et pour une des rares fois, je crois que j'avais la rage dans un combat, d'après mon caractère d'habitude, je garde mon calme, mais celui là avait largement dépassé les bornes. Il a prévu de nous blesser maintenant, pas question ! Je pense que je peut augmenter la peine, légère torture physique, celle qui va commencer dès maintenant !


Dernière édition par Wakai Eru le Lun 26 Mar - 13:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 16:18

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...


un peu d'ambiance:
 


La dryade eut un mouvement de recul tandis que la créature se levait et que l’autre commençait à manipuler son sabre. Il devait être ignorant des choses de ce monde, ou peut être que son transfert venait d’être effectué puisqu’il semblait galérer à synchroniser ses mouvements. L’arme qu’elle portait semblait à la fois trop lourde et trop grande pour sa petite taille. L’attaque n’était pas franche, et la dryade s’éloigna davantage pour laisser le champ libre à la petite humaine. Elle n’avait pas grand-chose contre la créature qui lui faisait face, mais si elle était la source des problèmes de la région, il fallait l’arrêter.

La chose esquiva agilement et tendit ses griffes vers la grenouille qui lui servait de partenaire tentant de lacérer la peau au travers de l’habit léger, mais aussi de l’attirer vers sa gueule béante dans un vaste mouvement ample de la gauche vers la droite, visant le flanc de l’humaine. Il était difficile de savoir si l’attaque avait porté depuis l’endroit d’où la dryade se trouvait, elle le saurait bien assez tôt de toutes façons.

Manifestement, l’autre ne savait pas comment lutter contre ce genre de créatures, ce n’était pas très étonnant après tout, les hérauts faisaient leurs premières rencontres dans le feu de l’action pour la plupart. C’était déjà plus qu’étonnant qu’elle l’ait reconnu en temps que dryade, on ne trouve pas ce genre de bêtes dans tous les univers. Pour en avoir discuté avec d’autres, il semble que lors du transfert, la dame insuffle une partie de la culture générale et des connaissances communes au nouvel arrivant. C’est la raison pour laquelle ils connaissent la langue sans jamais l’avoir étudiée, l’affaire était particulièrement puissante puisque quel que soit la structure mentale, les idées se faisaient naturellement.

Ces réflexions, quoique intéressantes étaient hors sujet, elle regardait impuissante la grenouille se débattre. Elle décida de lui prêter assistance de son mieux, si ce n’était par des actes, ce serait par des conseils, et l’encouragea :

« Coupes lui les ailes ! »
Le but n’était pas tant d’estropier l’animal que de diminuer sa motivation. Les ailes sont plus fragiles que le reste, et il ne prendra pas le risque de se voir estropier. Si son aile était froissée, sans nul doute que la créature prendrait du recul, et s’ennuierait.

Après tout dans la nature, il y a peu de combats inutiles, les chasses font souvent office de repas, et seul les conflits territoriaux mettent en présences des forces plus où moins égales. Réellement, il était rare qu’un combat de prédateur ne se finisse par la mort d’un des deux intervenant. Le plus souvent, la fuite était le résultat le plus probable. Une victoire était en général respectée des deux côtés peu désireux de risquer des blessures qui pourraient les empêcher de chasser ou se défendre efficacement par la suite.
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 16:54

avatar
Wakai Eru
N : 16 Or 660
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t566-wakai-eru
Voir le profil de l'utilisateur

   

   
Un souffle vital

   Feat Arkazoc'k

   
Mon attaque fut aisément esquivée, d'un coté, un coup de griffe, que j'esquiva de justesse... Et justement de justesse, je me pris donc le torse dans sa gueule baveuse, mais c'est qu'il faisait mal ce con. Merci la Dame de m'avoir enlevé toute ma résistance, a la première populace que je rencontre, j'me fais bouffer par un lycan. BORDEL. Bon à part me débattre je ne pouvais rien faire.

La dryade de son coté, d'après ce que j'en sais, généralement elle ont des pouvoirs liés à la nature, parfois elle avaient le pouvoir de faire pousser des plantes, de l'autre je sais qu'elle ne pouvait juste que parler au plantes et au animaux. Mais dans les deux cas elle ne pouvait rien faire, si invoquer des plantes était son pouvoir, elle est déjà épuisée, et tomberait en manque d'énergie.
Dans l'autre cas, demander au plus gros animal de nous aider... ce serait un ours, et ça se trouve pas partout, et il aurait une force inférieure au lycan, un sanglier lui se ferait juste manger comme je suis en train de me faire bouffer, donc elle ne peut pas réellement m'aider.

Et c'est alors qu'elle me conseilla de... couper ses ailes ? Euh... d'après ce que je sais étrangement, première contradiction, les lycans n'ont pas d'ailes. Les lycans sont des hommes-loup, pourquoi aurait-t-ils des ailes ? Les seuls trucs du bestiaire que je sais qu'ils ont des ailes c'est, les dragons, les insectes, les oiseaux, certains démons notamment, les griffons, et je crois que le compte est bon, mais pas de lycans la dedans, les canidés c'est terrestre, les seuls mammifère que je connais c'est... ah oui j'ai oublié les écureuils volants et les chauves-souris, en plus des vampires, et on peut aussi rajouter... les rennes ? Dans une certaine forme de mythologie on dirait... Très étrange...

Donc faut que je coupe les ailes, mais je suis pourtant sûr de n'avoir pas vu d'ailes, et si c'était le cas je les voyait pas, je pouvais donc rien faire. Pourtant il me semble que la musique s'est arrêté, donc non ce n'est pas une illusion qui ferait qu'elle hallucine (ou peut être qu'elle est schizophrène ?), ni moi qui ne les verrait pas, mais malgré ça si c'était une illusion ce serait visible, et de toute façon il ne peut pas jouer de la musique avec moi dans la bouche.
Ce devait être un coup de panique de sa part, les dryades ne sont pas pour toutes habitués à la violence, à part celle des animaux qu'elle laisse normalement, mais un lycan ne devait pas être dans ses habitudes, surtout que j'était dans sa gueule, ce qui n'allait pas arranger la chose.

J'ai donc essayé un truc désespéré, vu qu'il était en contact avec moi l'énergie d'Erethizon devrait d'intégrer à lui, j'essayais de déclencher la décharge d’inconscience même une micro-seconde, histoire qu'il relâche la prise.
Rien.
J'ai donc pris mon sabre que je tenais, avec lequel j'avais prévu de le frapper, toujours dans son fourreau, j'avais un peu du mal à le manier, mais tant pis. Je pris le sabre dans son fourreau, et j'allais lui planter dans l’œil, avec le fourreau, ce qui devrait le déstabiliser et lui permettre de lâcher prise. Cela ne lui créverait pas l'oeil, mais il aurait mal, et dans le meilleur des cas, on aura le temps de le neutraliser.



Dernière édition par Wakai Eru le Lun 26 Mar - 13:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 17:11

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...



L’énorme créature était toujours aux prises avec Wakai, celle-ci semblait peiner se défendre comme elle pouvait contre l’énorme bête en face d’elle. Elle avait essayé un certain nombre de techniques sans succès. Arkazoc’k avait du mal de se concentrer, la musique, bien que plus tamisée, comme aspirée par le boucan du combat lui prenait toujours la tête et semblait vouloir se glisser dans sa conscience à nouveau. Pas question qu’elle recommence à halluciner, elle préféra essayer de faire le vide en elle pour lutter comme elle le pouvait contre cette force magique. Elle regarda le combat d’un air absent, incapable d’aider l’autre a repousser son adversaire sans détruire la moitié du bois, son compagnon compris. Elle était contrainte a l’inaction, et essaya de lutter contre le phénomène de son coté, afin de se prémunir contre une éventuelle nouvelle attaque mentale. Son cerveau engourdit avait du mal à répondre à cet appel.

La dryade leva soudain les yeux au ciel d’un air inquiet. Puis rapidement, elle eut l’air soulagé. Quelque chose avait manifestement attiré son attention, et quoi que ce fusse, elle avait désormais l’air beaucoup plus seraine à présent. Elle fixa un point dans les cieux pendant quelques secondes, puis avec un petit sourire satisfait, elle se retourna vers la grenouille qui semblait sur la défensive.

Le plus calmement du monde, la dryade s’épousseta la poitrine, remettant de l’ordre dans le lichen qui recouvrait une partie de son corps, passa la main dans ses beaux cheveux de jais et s’adressa à sa compagne avec un grand sourire, s’approchant nonchalamment :

« Tu as besoin d’aide ? »


La grenouille planta son arme dans l’œil de la créature qui recula sous le choc.
La bête poussa un terrible hurlement, de la bave coulait de sa gueule puis chargea a nouveau en colère. Elle enchainait assaut sur assaut, parant et attaquant en même temps, profitant de la robustesse naturelle de ses armes innées pour repousser l’arme d’une main et attaquer de la gueule où des griffes de l’autre patte. Bien que Wakai posséda l’allonge d’une arme, les bras long et souples de la bête énorme, en plus du surplomb que lui donnait sa haute stature comparativement à son adversaire compensaient efficacement ce défaut.

Arkazoc’k regardait le combat d’un air circonspect, peu désireuse de se prendre un coup perdu. Elle n’était pas une guerrière et ce n’était clairement pas à elle que l’on aurait demandé de maitriser physiquement un individu. Elle avait lâché son anneau, peu désireuse de s’en servir, incertaine du résultat. Toutefois désireuse de porter une éventuelle assistance, et a demi inquiète pour le héraut fraîchement arrivé, elle le relança.


« Dis-moi comment je peux t’aider »

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 17:46

avatar
Wakai Eru
N : 16 Or 660
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t566-wakai-eru
Voir le profil de l'utilisateur

   

   
Un souffle vital

   Feat Arkazoc'k

   


Le lycan m'ayant laché, je continuait de me battre contre lui, tantôt des coups de griffes et des coups de gueules par ci par là, il était un peu plus épuisé, puisqu'il ne me fait plus le double coup de tout à l'heure. Mais j'esquivait toujours de justesse. La dryade avait l'air... d'avoir récupéré ? Et demandais comment elle pouvait m'aider. Eh bien il faudrait lui porter un grand coup, ou l'immobiliser suffisamment longtemps pour qu'il se dé-transforme. Si elle pouvait utiliser de ses pouvoirs, quels qu'ils soient, elle semble en bien meilleure forme, elle devrait pouvoir m'aider. J'imagine qu'elle va ou invoquer des plantes, parce qu'appeler un animal serait une erreur, amenant forcément l'animal à sa mort, lente ou rapide, et je doute qu'elle veuille risquer la vie de ses protégés.


Dernière édition par Wakai Eru le Lun 26 Mar - 13:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 18:27

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...


On change d’ambiance:
 

Le griffon s’était envolé haut dans le ciel. Ces créatures intelligentes n’attaquaient pas souvent les êtres humains, et la plupart du temps préféraient fuir un combat que de risquer de voir leurs capacités de vol diminuées. Elle n’était pas trop sûre de savoir comment la fée s’y était prise pour se transformer comme un change forme, surtout dans une créature aussi imposante. Même dans le cas d’un changeforme expérimenté, les êtres capables de se transformer dans une chose aussi grosse étaient comptable sur les doigts d’une main.

La dryade regardait la grenouille gesticuler dans tous les sens. Avant que le griffon ne s’envole, Wakai avait réussi à se coincer la tête dans un terrier de blaireau et semblait se débattre avec son sabre en frappant contre la racine qui la bloquait à demi.

C’est à ce moment là que Arkazoc’k lui avait proposé son aide. Elle semblait se débattre sans réussir à sortir. A l’intérieur du terrier un blaireau terrifié se mit à feuler alors qu’elle tapait contre sa maison. L’autre ne lui avait pas répondu, du coup elle s’était approchée doucement, suffisamment loin pour ne pas se prendre un coup de sabre partout.

A force de bouger dans tous les sens, elle se libéra de sa prison de bois et continua à gesticuler en faisant de grands moulinets comme si elle était en train d’effectuer une danse martiale. Les gestes étaient certes saisissants, et on pouvait presque imaginer l’ennemi devant elle tant elle mimait efficacement un combat contre un être plus grand qu’elle-même.
Toutefois, pour la dryade, ces katas n’était qu’un ensemble de gestes sans but, et lorsque l’autre lui demanda de participer à sa danse de combat, elle ne sut pas trop quoi répondre. De bonne volonté, elle demanda en souriant :

« Attraper quoi ? Que je suis supposée capturer ? Un ennemi invisible ? Je ne sais pas trop comment faire ! »


Elle marqua une petite pause, réflexive, sans trop savoir quoi faire. Elle avait peur de décevoir le nouvel arrivant qui devait ignorer qu’ici personne ne mimait un combat après avoir participé à un autre, mais dans le doute, elle prit le parti de ne pas participer, presque sure de ne pas faire les choses correctement. Elle posa la question respectueusement :

« C’est une habitude de faire une danse du combat là d’où tu viens ? »

Au moment où elle posait la question, le vent se calma tandis que la musique s’arrêtait enfin libérant les esprits du poids qu'elle imposait de de leurs illusions. Le blaireau sorti terrifié de son terrier, allant chercher un refuge ailleurs, loin de la psychopathe rousse qui avait plongé son nez dans sa demeure.

La rousse en question se trouvait devant un arbre bas, tailladé de coup d’épée qu’elle pouvait voir clairement à présent.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 18:51

avatar
Wakai Eru
N : 16 Or 660
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t566-wakai-eru
Voir le profil de l'utilisateur

   

   
Un souffle vital

   Feat Arkazoc'k

   


Qu'est que... J'AVAIS LA TÊTE DANS UN TERRIER ? De blaireau qui plus est. Actuellement la dryade me regardait bizarrement, un mélange de pitié et de foutage de gueule... Je vis l'arbre lacéré...
Dans ma tête je me battais contre un lycan, qui était à l'origine le satyre qui faisait de la musique... Je regardais mes côtes, juste sale d'avoir roulé dans tout les sens... Il m'avait mordu là sur les côtes, mais juste... Le satyre il est où ? Il va encore nous enberlibonner ! Je précise que je ne sais pas d'où sortait ce mot, à part de ma bouche... Vite sinon... Mais la je remarquais qu'elle était toute calme. Il n'est plus là, tant mieux. Mais bon sang c'était quoi ce machin ? C'était vraiment un satyre normal au moins ? Je pense qu'il jouait d'un artefact, pour avoir une telle puissance et affecter même hors de la forêt. Mais c'est vraiment, je voulais au moins le foutre en prison pour nous avoir fait ça ! Non parce la il a du se barrer, et si il remettait le grabuge à nouveau ? Ce serait juste inacceptable.

[La dryade répondit, autorisation de Arka]

Ah, donc c'était un griffon, un change-forme au final... Et il s'est envolé, y manque pas de culot celui là, si jamais je le revoit, il va le payer cher. Bon sinon on était enfin au calme, et je vais avouer que c'était mon premier contact social depuis que atterrissait dans ce monde. Ca fait du bien. Sinon, tu t'appelle Arkazo'k, c'est ça ? Tu as dit tout à l'heure... que c'était la Dame qui t'avait ... fait ça. Tu entend ... quoi par là ? Elle t'a ... torturé ? Sans vouloir te vexer, ou t'embêter avec ça. Curieuse, car même pour une déesse c'est pas commun de transformer les gens comme ça, si elle voulait vraiment lui faire vivre le cauchemar, les enfers, ou devenir un faucheur aurait été plus judicieux je pense.

La nature s'était calmé, les animaux ayant repris un cours plus normal des choses, je suis désolé pour ce petit arbre. Et coincé dans le terrier d'un blaireau tout de même, comment c'était possible malgré l'illusion... Vraiment, si j'avais encore mon Erethizon, j'aurait pu me sortir de là aisément avec ma résistance mentale, si j'avais encore ma puissance, je l'aurait déjà sauvé la Dame... En tout cas j'aurait été plus utile, car j'était justement au paroxysme de ma puissance, tout ça pour me remettre à zéro... M'enfin c'est fait, pas moyen de changer ça à mon avis.
Mais cette dryade, j'avais bien envie de emplâtrer tellement elle se foutait de moi n'empêche, elle pourrait être plus compréhensive, je veux bien que la situation était à rire, mais j'était dans un saloperie d'illusion...
   


Dernière édition par Wakai Eru le Lun 26 Mar - 13:04, édité 2 fois (Raison : La dryade répond)
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 19:34

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...



Avec l’arrêt du son, les questions se posèrent. La grenouille harcela la dryade de questions dont elle n’avait pas les réponses.

« Mais… c’était un griffon ! Pas un loup garou ! Enfin… on n’a pas dû voir la même chose, de toutes façons, l’un comme l’autre aurait laissé des traces énormes. ».
De fait, il n’y avait rien sur le sol qui montre la présence d’une créature monstrueusement grande où agressive. Les traces de luttes avaient été faits par la rousse seule et il était assez évident qu’aucune des deux n’avait existé ailleurs que dans leurs esprits.

Quelque chose la chiffonnait :
« En revanche je doute que ce soit un satyre, c’est une créature féérique sans aucun doute, mais un satyre... »

Ils n’en sauraient pas vraiment plus et elle n’avait pas envie de se perdre en conjecture. Lorsque l’autre aborda le sujet de la dame, Arkazoc’k répondit d’un air las :

« La nécromancienne blanche comme la mort est venue me voir en m’imposant un contrat : l’aider et devenir plus forte. Puis elle a pris mon essence de vie pour me rendre à un demi existence. Je ne suis qu’un poison, a peine retenue par cet anneau de pouvoir que je porte. »

Elle raconta rapidement son histoire, la mort de son arbre père, le conseil, le sanctuaire. Elle évoqua rapidement les autres hérauts, caissaité, le petit homme emprisonné dans une boîte de métal, Aie Qui-ou-qui, avec son chapeau et son oiseau étrange. Sans rentrer dans les détails, elle avait raconté une part de sa vie en quelques minutes.

La musique s’était calmée depuis un moment déjà, le temps pour la dryade et l’humaine de faire le point sur la situation. Elles n’avaient pas vu la même chose, du moins tant que la musique était présente. L’une avait vu un griffon énorme aux plumes d’ébène tandis que l’autre avait vu un loup garou terrifiant. L’un comme l’autre avait eu la vision d’une bête, mais celle-ci n’était pas du tout de la même nature. Il était difficile de savoir comment le sort fonctionnait, mais la dryade proposa qu’il ne fasse que d’initier une vision que le cerveau, sous l’influence du sortilège, propageait en donnant vie à ce qui lui semblait possible. Pour elle c’était eux qui avait créé l’illusion, faute de barrière psychiques. Peut-être avaient-ils vu le blaireau en sautant dans le fourré, leur esprit avait fait le reste, peut être était-ce la créature féérique qui les avait emmenés qui avait provoqué une réaction plus violente, c’était difficile à dire.

C’est à ce moment que le vent s’éleva, et avec lui, la lente mélodie qui comme une flute résonnait dans la valée. Avec un rire, le satyre réapparut.

La dryade se retourna vers la grenouille :
« On fait quoi maintenant ? »

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 20:19

avatar
Wakai Eru
N : 16 Or 660
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t566-wakai-eru
Voir le profil de l'utilisateur

   

   
Un souffle vital

   Feat Arkazoc'k

   
Hmm clairement nous n'avions pas vu la même chose, et cela semblait pas être le moment de tergiverser sur la nature de ce sort. Pourtant il le fallait.

Mais d'abord la dryade répondit à ma question, qui appela la Dame, comme une nécromancienne, qui lui a enlevé toute nature de vie, remplacé par une nature pourrissante. Elle me racontait alors une bonne partie des aventures qu'elle a vécu après cela, en me parlant des autres "Héraut", terme qui désigne les élus de cette horrible Dame, les victimes de cela finalement, c'est bien joli de sélectionner des héros pour la sauver, mais déjà c'est un peu salaud, parce que certains ne le voulait pas forcément, mais en plus il y a un prix a payer. Et ce prix est plus cher pour d'autre, donc en fonction de la personne qu'on est, sans même aucun critère, puisque cette dryade et moi faisons le bien, ah moins que sont critère de jugement c'est, puisque que vous faisiez le bien vous payerez plus cher... C'est comme ça que tu espère qu'on te sauve la Dame. Je pense que dès que je la vois, je vais la laisser enfermée juste quelque temps, justement pour lui poser quelque question, elle le mérite je pense. Mais le problème c'est que pour arriver la il nous faudrait à quasiment tous les hérauts, le niveau pour combattre des dieux, car je pense qu'elle se soit enfermée toute seule. Peut-être pas des dieux, mais au même niveau puisqu'il en ont battu une. Sachant qu'avant, d'après mes souvenirs encore une fois, j'avais pas encore ce niveau, je pouvais découper des montagnes, mais les dieux détruisent des planètes disont...

Bon pas tout ça mais le satyre était à nouveau là, ce coup çi je dis : Attention à l'illusion, réfléchit à comment marche son illusion, c'est notre seule solution, bien malheureusement. Car oui après avoir essayé de l'attraper, ça marchera à l'infini son truc, d'esquiver avec son illusion. Ca me gavait de rien pouvoir faire, mais pas le choix.

Son illusion va nous afficher des choses réelles, telle que la plaine pour moi et la forêt pour elle. Cela simulait les animaux qui y étaient affectés, histoire d'augmenter l'immersion, mais en même temps il pourrait faire en sorte que l'on ne se rende compte de rien et on ne chercherait même pas à le poursuivre. Il y a donc une certaine forme d'hautaineté, d'orgueil dans son comportement, bien plus qu'on ne le pense. Ensuite cela crée des illusions bien différentes, et il semblerait que l'on ait peut-être vu le blaireau rentrer dans son terrier, notre cerveau ayant fait le reste... C'est encore plus puissant que prévu... Ce qui signifie que cela fonctionne comme un virus, la musique va rentrer dans notre cerveau et en changer le fonctionnement temporairement, pour le retourner contre nous. Mais étant que c'est notre cerveau cela crée des illusions.

Je crois que j'ai la solution, il suffirait de mémoriser l'environnement à la perfection, en sachant que l'illusion va submerger et revenir en arrière sur sa mémoire qu'on pense sûr, et d'imaginer les mouvements qu'on fait hors illusions, pour continuer à la poursuivre, ainsi on aurait peut être moyen au moins de voir le satyre pendant qu'il fait l'illusion, et de ne la voir que partiellement.
C'est compliqué, très compliqué, pas faisable même impossible. Je m'attendais à la prochaine illusion, celle qu'il venait de nous faire, celle contre laquelle je ne pourrais rien faire, mais là je pourrais être sûr de sa non-existence. C'est impossible de mettre en place ce plan... mais... je me souviens d'une personne qui disait... "Cela paraît toujours impossible, jusqu'à ce que ce soit fait !". Le regard déterminé, j'était prêt à ignorer l'illusion totalement jusqu'à ce qu'elle se dissipe, peut être d'ailleurs que cela n'amusera pas le satyre qui arrêtera.

Spoiler:
 
   


Dernière édition par Wakai Eru le Lun 26 Mar - 13:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 21:33

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...



Pendant les premiers temps, la scène ne bougea pas. Le satyre, l’air hilare regardait de loin les deux hérauts indécis, plantés sur place en attendant de savoir ce qui leur tomberait dessus cette fois-ci. Manifestement il avait l’air plutôt satisfait de lui a voir sa mine goguenarde se tordre de rire autour de l’instrument, alors qu’il en jouait. Autour d’eux le décor était fixe, si ce n’était le vent qui faisait trembler les branches et soulevait les feuilles tombées sur l’humus du sous-bois. Le soleil était approximativement au zénith, et l’air commençait à être plus lourd. Une petite sensation d’oppressèrent se fit ressentir, sans qu’on ne sache s’il s’agissait de l’air chaud portée par la brise où si c’était une autre illusion qui commençait à se mettre en place.

Puis, de manière imperceptible, ce furent les arbres qui bougèrent, froissant leur branches, grossissant démesurément pour envahir l’espace, cacher la vue, emprisonnant les deux dans un labyrinthe végétal. Rapidement, la dryade avait perdu ses repères. Cette fois, elle n’irait pas contre l’illusion. Les arbres ne lui avaient jamais fait peur, quand bien même une aura de mort recouvrait chacune de leurs feuilles et que des griffes semblaient sortir de chacune de leurs branches.

Puis, ils le virent :

Cette fois, c’est un sanglier qui sortit du sous-bois, se positionnant entre eux et le satyre. La bête était un gros mâle, et semblait particulièrement agressive. Il gratta le sol de ses sabots fourchus. Etablissant un message clair, si les autres s’approchaient, il chargerait. Il renâcla plusieurs fois tandis que les branches assombrissaient la zone.

Derrière lui, le satyre état visible, et là où on aurait pu l’atteindre dans une courte course de quelques secondes, à présent, l’animal était en plein milieu de la route, tandis qu’autour d’eux, les branches et les racines avaient grandi démesurément, absorbant la lumière et bloquant les chemins comme si la forêt elle-même tentait de les étouffer.

Courir en direction du satyre n’aurait pas posé de difficulté si ce n’était l’énorme mammifère en plein milieu du chemin. La dryade murmura :

« Je ne pense pas qu’il attaque si nous restons immobiles. »
Le satyre rit de plus belle, fier de sa trouvaille. Avec l’assombrissement de la zone, il était devenu la seule source de lumière. Baigné dans le soleil il semblait se rire de leur toit d’infortune dans l’obscurité. Plongés sous une épaisse canopée, les deux hérauts étaient noyés dans l’ombre, presque aveuglés par le contrejour que la luminosité en contraste créait pour le plus grand plaisir de la créature cornue.

Il semblait dominer la zone de ses rires et de sa position, pourtant, il était vraiment à deux pas, et en courant une dizaine de secondes on aurait pu l’attraper... S'il n'y avait pas eu le sanglier.




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 22:24

avatar
Wakai Eru
N : 16 Or 660
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t566-wakai-eru
Voir le profil de l'utilisateur

   

   
Un souffle vital

   Feat Arkazoc'k

   
L'illusion qui vint fut constitué de deux choses l'une... Premièrement les arbres essayaient de nous entourer en poussant à une vitesse incroyable, mais bourré d'épines et de feuilles noircies... L'autre étant un giga-sanglier, qui voudrait se venger de ses congénères que j'ai mangé ? Mais il semblerait que... nous pouvions attraper la satyre mais il y avait le sanglier, étant donné sa carrure, une fois esquivé ce serait aisé de l’attraper. Mais comme l'illusion tout à l'heure, on a eu l'impression qu'il s'était transformé, je suis persuadée qu'il n'existe pas réellement à cet emplacement, ce serait trop simple. Je vais juste lui dire un truc : Souvient-toi, ce n'est qu'une illusion, le sanglier, les arbres et peut-être lui aussi, peut être même qu'actuellement je parle à une illusion. Il va falloir subir, et ignorer la douleur.

Je tentais malgré tout en marchant calmement, comme ça dans la réalité j'avais peu de chance de tomber, et j'allais toucher les arbres, et je forçais de toutes mes forces en me concentrant mentalement pour me dire que cela n'existait pas, que cela n'existait pas, et ainsi pouvoir passer au travers. Même si je me disais que c'était futile, peut être que cela ne marcherait pas, mais ça valait coup d'essayer.
Peut-être qu'en essayant de me rappeler ce qu'il y avait là... Hmm j'avais beau essayer je n'y arrivais pas. Je me concentrais tout de même, il faut toujours essayer.

Evidemment cela ne marchait pas. Sinon ce satyre était toujours en train de se foutre de notre gueule, en train de crée juste un halo de lumière juste pour lui. Il est super orgueilleux, ça se voit, je vais lui rabattre le caquet ça c'est sûr.
Les arbres nous coinçant, le sanglier face à nous, finalement nous n'avions aucun moyen de faire quoi que ce soit... Si il nous chargeait, nous ne pourrions esquiver. Si nous voulions contourner nous ne pouvions pas à cause des arbres qui nous bloquer.
Au final nous n'avions pas d'option, à part la mienne, qui était d'attendre...

   


Dernière édition par Wakai Eru le Lun 26 Mar - 13:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Dim 25 Mar - 23:25

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...



La dryade s’approcha doucement du sanglier. Là encore, l’animal ne lui faisait pas peur, cela faisait des mois qu’elle était dan cette forêt. Elle connaissait la plupart de créatures qui vivaient à proximité de son camp. Ici, elle était bien trop loin pour connaitre le beau mâle qui exhibait ses défenses d’un air tant apeuré qu’en colère. Lorsqu’elle jugea la zone de confort idéale, elle s’accroupit sur le sol, tendit la main vers l’animal.
« Anawa esa enawa kilili »

Elle ne parlait que rarement dans sa langue natale, et exclusivement avec les créatures de la forêt. Ce n’était pas tant qu’ils comprenaient de manière innée le langage de la dryade, mais celui-ci était doué de vertus apaisante et glissait des mots dénudés d’artifices, désignant facilement ce qu’ils voulaient dire. Un cheval par exemple pouvait se dire cliclac. Ces repères auditifs permettaient de se repérer aux sons et non à leur signification. Pour les animaux, il était bien plus facile d’appréhender sans le comprendre ce qu’il voulait dire.

L’animal se rapprocha comme la dryade se redressait. Ils vinrent au contact l’un de l’autre, elle lui flatta l’échine en faisant face à ses longues défenses qui n’auraient eu aucun mal a l’embrocher, mais qui étaient passivement tournées vers le sol alors que l’animal baissait la tête pour mieux profiter de la caresse.

Elle glissa quelques mots à l’oreille de l’animal et le laissa partir alors que la musique retombait doucement. Cette fois, en voyant la réaction de la bête, la dryade était plutôt satisfaite. L’énorme créature disparut bien après que la dernière note ait raisonnée dans la vallée. Il irait bien, elle lui avait proposé de quitter la vallée et de ne pas croire ce qu’il voyait. L’intelligence limité de la bête l’en empêcherait sans doute, mais elle ne craignait pas grand-chose recouverte par son cuir épais et son large manteau de poil dru. Il était difficile de faire du mal à une telle créature, et elle aurait surement autant de peine à s’en faire elle-même involontairement.

La voie était libre à nouveau, la forêt était bien calme, sans même une feuille qui bougeait dans les arbres. Le satyre avait à nouveau disparu. Elle se retourna vers la grenouille et se laissa guider ; si l’autre avait une idée en tête, elle n’allait surement pas la contrarier. Elle avait obtenu une victoire, il restait à gagner la guerre


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Lun 26 Mar - 0:05

avatar
Wakai Eru
N : 16 Or 660
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t566-wakai-eru
Voir le profil de l'utilisateur

   

   
Un souffle vital

   feat Arkazoc'k

   
La dryade avait... parlé une langue spéciale, donc voilà son vrai pouvoir, communiquer au arbres et au animaux, et... QUOI ? Il part comme ça ? Qu'est qu'elle lui a marmoné ? Et pis c'était sensé être une illusion... Sauf qu'au final c'en était pas une vu qu'elle vient de s'en débarassé, donc les arbres autour aussi... T'avait dit quoi tout à l'heure ? Que c'était une fée ? Je crois qu'elle vient d'invoquer des plantes maléfiques, a moins que ce soit une illusion, mais ce sanglier était bien réel.... Je me retournais vers elle et lui expliquait le plan que j'avais en tête, en espérant qu'elle comprenne... Ce que j'avais compris, mais bon visiblement, il serait aussi capable de nous bluffer et de créer zéro illusions, il commençait à vraiment m'énerver celui là. J'avais tellement envie de trancher toute la forêt d'un coup et de le chopper instanément... Le chopper ? Nan à ce niveau là j'ai envie de le tuer, ce n'est ni une fée, ni un satyre, et peut-être pas d'origine maléfique, mais je pense à force que cela mérite la mort...

Au final, je n'était pas sûr que mon plan fonctionne, j'était donc en train de repérer chaque chemin, chaque arbre, chaque feuille, chaque pierre, chaque insecte, chaque grain de terre, chaque nuage, chaque animaux, chaque oiseau, chaque brin d'écorce, chaque trait de la dryade. TOUT. Tout s'accumulait dans mon esprit à une vitesse hors du commun, je faisait preuve d'une concentration très rare du commun, ces informations ne tiendrait pas longtemps, mais tout juste pour contrer la prochaine illusion qui pourrait arriver. En temps normal je n'était pas capable de ça, sans Erethizon, mais ce satyre m'avait foutu les nerfs en vracs, et je n'arrivait plus à me contrôler, et j'était déjà en colère, je suis très en colère, et c'était sûrement pas le moment de m'énerver, sale satyre, ramène toi pour voir !

Spoiler:
 
   
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Un souffle vital

Lun 26 Mar - 19:38

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




un souffle vital

Avec Wakai Eru
...



La dryade prit le temps de répondre calmement :

« Les plantes n’était qu’une illusion, due à l’augmentation de la température. Le vent a ramené un air étoffant, notre cerveau a fait le reste. Le sanglier était aussi perturbé que nous. »

La grenouille avait l’air particulièrement énervée et s’agitait inutilement. Arkazoc’k pouvait comprendre la contrariété et la frustration de sa compagne, mais elle ne partageait pas sa colère. A chaque chose un apprentissage était possible, et elle avait rencontré un animal magnifique. Cette pensée la fit sourire. L’animal était arrivé inquiet et soumis comme eux a des visions, et était reparti reconnaissant et serein. C’était une belle rencontre bien qu’elle eût été courte. La dryade se félicita de sa conclusion. Le pacifisme n’était pas son fort, mais dans ce cas, la violence n’aurait pas été nécessaire, et le superbe animal faisait désormais partie de ses connaissances amicales. Elle reviendrait certainement lui rendre vite à l’occasion, la vallée n’était pas loin du sanctuaire, a peine quelques jours de marches, il était bien possible qu’elle pousse la randonnée jusqu’ici occasionnellement si le problème se solutionnait. En attendant, le problème restait entier. Elle n’avait pas vraiment de solutions et voyait tout ceci comme une farce. Il ne fallait pas faire confiance à ce que l’on ressentait sous l’influence de la musique ? Mais alors qu’est-ce qui était vrai dans ce cas ? Elle avait quelque chose à essayer également.

A coté d’elle, la grenouille s’excitait et commençait à parler avec la créature qu’il confondait encore avec un satyre sans pouvoir ne la voir ni même savoir si elle était toujours là. Tant de gesticulations inutiles, la dryade était adepte de l’efficace et de la contemplation aux antipodes de ce que l’humaine à côté d’elle représentait. Elle soupira et attendit calmement que la musique revienne.

Lorsque à nouveau le vent se leva, apportant avec lui l’étrange mélodie, la dryade ferma les yeux, debout, bras tendus vers le ciel comme un arbre mort, et plutôt que de lutter contre elle essaya de s’immerger, laissant sa conscience disparaître rapidement dans l’illusion, se laissant guider par elle. Elle cherchait à en savoir plus sur la seule chose qui était vraie à ce moment : l’étrange mélodie et sa mystérieuse source. Elle essaya de mettre de coté ses préjugés et se laissa faire, immobile.

Autour d’eux, le décor n’avait pas changé, mais sortant de terre, des centaines d’insectes, effrayés par une chose mystérieuse s’échappaient de leurs nids. Cette fois, ce n’était pas eux la cible de la mélodie, mais cette masse bruissant et bourdonnante qui s’amoncela d’abord par centaines, mis par milliers, puis d’avantage. Le sous-bois était rempli de créatures de petite taille, et il semblait que toute la vallée appelait autour d’eux les insectes par pelletée. La nuée devint rapidement menaçante, piquant et dardant tout ce qui vivait, des arbres aux jambes. Des milliers de pinces affutées vinrent rapidement à bout des feuilles su sous-bois, se rapprochant dangereusement des deux hérauts.

C’est à ce moment là que le satyre sauta par terre depuis la branche d’où il était caché, couvrant d’un rire moqueur le bourdonnement des insectes.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un souffle dans la neige... [Syndrell, Snow]
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Un souffle de luxure [Hans]
» Le vent souffle la solitude [PV Hayley and Estéban]

Sauter vers: