bannière du haut du forum

Partagez

Le chant du ruisseau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sujet: Le chant du ruisseau

Mer 28 Mar - 2:44

avatar
Syripso Sunchase
N : 9 Or 390
dossier de personnage
Métier: Troubadour
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t520-syripso-sunchase#2986
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Paisible après-midi





La satyre allait bon train depuis des jours maintenant. Elle avait quitté Fleur, son amante d’un voyage au port, mais plus qu’une simple relation, cette jeune femme lui avait montré une Voie à suivre et, tout comme KCT et Aliénor, lui avait fournis l’espoir nécessaire. Elle restait cependant prudente, les Chasseurs de Hérauts, ces briseurs d’aîles, pouvaient se trouver n’importe où. Fort heureusement, elle n’était pas comme tout ces étrangers, elle ressemblait à n’importe quelle autre Satyre et à Gondone elle passait pour ainsi dire inaperçue. Munie de sa flûte, de sa voix et de son envie perpétuelle de danser, elle se sentit rapidement proche des Gondoniens qui ne la gênaient que bien peu souvent. Ils la trouvaient parfois un peu trop fainéante, bien entendu, et auraient préférés qu’elle aide à construire des choses plus intéressante pour la communauté, mais au moins elle ne lui causait pas de tort et ils la laissait donc vivre en paix.

Elle remontait tranquillement vers le Nord, demandant à rencontrer la personne qu’on lui avait conseillé, Arkazock, qui construisait une communauté pour les Hérauts. Une fois qu’elle avait posé cette question elle ne restait pas bien longtemps, de peur que des gens ne se demandent pourquoi une satyre voulait voir cette dryade paria et ne comprenne donc son dangereux secret. Elle aurait volontiers également questionné sur les Voguenuits mais elle sentait quelque part au tréfond de ses entrailles que ce n’était ni le bon moment ni la bonne manière. Si elle allait se jeter dans les bras de la piste que lui avait indiqué Fleur tout de suite, elle prouverait toute seule qu’elle ne méritait pas sa liberté. Le sens de ce mot et de ces gens lui viendrait en temps et en heure, en attendant elle pouvait profiter de la vie telle qu’elle se présentait.

Finalement on lui indiqua un bois qui était censé contenir l’ébauche de fraternité de la dryade, bien que certaines personnes l’ait mise en garde sur cette créature qui, soi disant, était capable de répandre la pourriture, une honte pour son espèce lui avait-on dit. Mais la conteuse qui avait grandis à Tirione avait appris à ne pas écouter les gens qui médisaient des autres sans se faire un avis en premier lieu. Après tout, dans son ancien pays, elle était une honte par son existence même, une erreur de la nature, seuls les elfes et les humains avaient droit de cité dans ces contrées horribles.

L’après-midi était à peine entammée quand Syripso rentra dans les bois où elle eût tôt fait de trouver une source qui voguait tranquillement entre les arbres. Enfantine, la barde y déposa un rondin de bois, bateau miniature, et le regarda filer comme les gouttes d’eau et disparaître de sa vue. Libre de son habillement elle ne portait qu’un pagne et un bandeau pour cacher sa poitrine, une habitude qui lui restait de son ancienne maison. Après tout ici elle avait croisé de nombreux satyres complètement dénudés, gardant leurs poils comme seule protection et s’il n’y avait aucun doute que le reste de pudeur de la flûtiste partirait avec le temps, elle ne souhaitait se forcer à rien.

S’asseyant au bord du cours d’eau, elle y plongea donc ses sabots et le haut de ses pattes avec un soupir de satisfaction et se laissa tomber en arrière dans l’herbe douce qui lui chatouillait le dos pour contempler le ciel à travers la frondaison des arbres. C’était une bien belle journée il fallait le dire. Doucement elle se mit à fredonner des airs sans queue ni tête et surtout sans paroles, comme elle aimait à le faire, observant les oiseaux voleter de branches en branches et rêvant de s’envoler avec eux.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Mer 28 Mar - 21:17

avatar
Mandra
N : 6 Or 410
dossier de personnage
Métier: Magnétiseuse
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t576-mandra
Voir le profil de l'utilisateur
Le chant du ruisseau
Je suis lasse, je ne sens pas ma vitalité revenir, malgré l’enlacement du tronc, l’énergie me manque comme si on m’avait vidée. J’ai dormi pas mal de temps dans ma cabane, me suis nourrie de quelques fruits trouvés ici et là, mais cela ne me suffit pas. J’ai bien tenté d’attraper des petits oiseaux ou des lapins mais je ne sais pas comment faire. Ce qui est étrange, c’est que j’ai de vagues souvenirs d’avoir fait ça avant, des images de moi mangeant du gibier dans une autre cabane, mais je ne sais plus comment je faisais pour les piéger.
Je me souviens aussi de l’odeur de plantes séches mais lesquelles ? Et ce pain que je me revois dévorer, je suis incapable de le fabriquer maintenant, comme si mon voyage jusqu’ici avait effacé des données essentielles dans mon cerveau.

Je refléchis à tout ça tout en me dirigeant vers le ruisseau. Plusieurs jours que j’observe ma Mère la Lune et que je la vois grossir, hier elle était presque entière et ce soir est le bon. Je vais me glisser dans l’eau rafraîchissante qui va me débarrasser des ondes impures et laisser les rayons bienfaiteurs de l’astre me ressourcer. J’ai l’esprit léger, ce soir est mon soir.

Il y a quelqu’un. Une créature mi-humaine, mi-animale se trouve là, allongée sur le tapis herbeux et les jambes ou plutôt les pattes baignant dans l’onde, chantonnant. C’est étrange de voir cette femme à la fois aussi belle qu’animale, il ressort d’elle une sérénité assez déconcertante.
Je m’approche d’elle doucement pour ne pas l’effrayer, un peu intimidée par cette présence insolite.

Bonjour...Vous êtes d’ici ?


Des paroles assez banales, un peu ridicules même, mais que pourrais-je dire à une personne inconnue, d’une espèce aussi inconnue pour moi, et pour qui mon arrivée pourrait fortement déranger la quiétude ?
L’eau est bonne ici, n’est-ce pas ?


J’aurais pu lui demander si elle était une musicienne mais avec une flûte entre les mains, je doute qu’elle ne s’en serve pour faire sa toilette.



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Jeu 29 Mar - 16:39

avatar
Syripso Sunchase
N : 9 Or 390
dossier de personnage
Métier: Troubadour
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t520-syripso-sunchase#2986
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Une nouvelle tête





La satyre sursauta quand elle entendit une voix lui parler. Elle se redressa promptement pour regarder la personne qui venait de la déranger dans sa phase de détente absolue. Il s’agissait d’une jeune femme, humaine au premier coup d’oeil, possédant une belle tignasse rouge et un visage fin et charmant. Une fois calmée de sa première surprise, Syripso lui adressa un grand sourire.

- Bonjour à toi ! Non pas encore, mais j’ai bien l’intention de m’y installer ! Tout est si calme dans le coin !

Naïve, la blonde ne pensait pas aux dangers que pouvaient représenter une autre personne, elle avait vécus toute sa vie dans une communauté paisible et même si elle s’était faite attaquer par des pirates sur son chemin vers Gondone, elle était persuadée qu’il ne s’agissait que d’une exception de gens et que personne d’autre n’était comme ça, ou en tout cas personne de capable de se balader dans un endroit aussi agréable.

- Oui, l’eau est juste fraîche comme il le faut, j’y resterais des heures à me rincer les sabots.

Comme pour appuyer ses paroles, elle battit quelque peu des jambes, faisant voler des éclaboussures d’eau dans toutes les directions dont une grande partie lui retomba dessus. Rigolant comme une gamine, elle reproduit cela une fois de plus avant de poursuivre la conversation.

- Et toi donc ? Tu vis dans le coin ? Je cherche un endroit en particulier et on m’a dit que c’était dans cette forêt, là où se trouverait la dryade nommée Arkazock.

Plongeant ses mains dans l’eau pour se rincer le visage, la flûtiste commença doucement à se décaler pour laisser un peu de place à ses côtés à la nouvelle venue.

- Joins-toi à moi ! Je ne connais rien de mieux que l’eau claire pour évacuer tous nos problèmes ! Je me baignerais bien complètement mais mes poils mettent toujours une éternité à sécher et sans soleil direct je finirais par prendre froid.

Elle rigola de nouveau doucement puis se remit à fredonner comme si elle était seule. Certes sa voix était loin d’être aussi suave que dans le temps mais elle sentait tout de même que peu à peu ses cordes vocales redevenaient douces et malléables, comme quand elle était jeune. En s’entraînant quotidiennement elle redeviendrait la barde qu’elle avait été, capable d’amadouer une panthère par le son de sa musique ou d’attirer les oiseaux jusqu’à ses bras, telle une princesse de conte de fée.

- Sais-tu jouer d’un instrument ? Je trouve que la musique est ce qu’il y a de plus apaisant en ce monde !


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Dim 1 Avr - 13:37

avatar
Mandra
N : 6 Or 410
dossier de personnage
Métier: Magnétiseuse
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t576-mandra
Voir le profil de l'utilisateur
Le chant du ruisseau
La femme végétale a l’air d’apprécier l’eau, telle une petite fille elle s’amuse à éclabousser partout en rigolant. Peu à peu, je me sens mieux, je me détends et sa présence ne me gène plus. Apparemment, elle n’est pas là par hasard et recherche justement celle qui protège les lieux.

Je suis ici depuis peu, je vis dans la cabane proche d’ici. Je suis Mandra, simple shamane, mon écrin est la forêt, mes ressources sont l’eau de ce ruisseau et les vibrations de l’Arbre. Celle dont tu me parles vit ici aussi, elle est la protectrice de l’écrin, elle est la constructrice de la cabane.

La voir ainsi dans l’eau est un supplice, ma peau appelle cette sensation de fraîcheur et je doute résister à l’envie d’y aller plus longtemps, d’autant qu’elle m’invite à la rejoindre. Je commence à me dévêtir tandis qu’elle fredonne d’une voix douce, elle semble absorbée par sa musique.
Maintenant nue, j’entre un pied dans le ruisseau, puis le second, lui tournant le dos, protégeant ainsi ma nudité de sa vue.
J’aime beaucoup la musique mais je ne sais pas en jouer, je ne chante pas beaucoup non plus, mais toi tu sembles douée pour ça.

Maintenant assise dans l’eau, je sens l’eau glisser sur ma peau, sa froidure provoque des picotements qui la font hérisser. La pierre plate est là, bien à sa place et accueille ma tête quand je me laisse flotter, allongée dans le léger courant. La Lune n’est pas encore à sa apogée mais je suis prête à en recevoir ses rayons bénéfiques et protecteurs, seuls émergent les pointes durcies de mes seins, comme en appel à ce don sélène.



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Dim 1 Avr - 21:01

avatar
Syripso Sunchase
N : 9 Or 390
dossier de personnage
Métier: Troubadour
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t520-syripso-sunchase#2986
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Baignade





La façon de parler de la femme aux cheveux rouges était bien étrange. Elle semblait communiquer en énigme comme les vieux sages du clan d’où venait Syripso. Elle rigola doucement, non pas pour se moquer mais tout simplement car cela lui rappelait chez elle. Ainsi donc c’était une habitante de la région et elle connaissait Arkazock ! La flûtiste était si proche du but … Elle éprouvait une sorte de joie mêlée d’un questionnement : et après ? Une fois qu’elle aurait trouvé la dryade et son sanctuaire, que ferait-elle ? Il était délicieux de ne pas savoir où aller, délicieux d’avoir la liberté de voyager où elle le voulait. Délicieux d’exister.

L’interprétation de “rejoindre” de cette inconnue était également très atypique. Elle se déshabilla, ce qui n'échappa pas totalement à la chanteuse qui eût pourtant la politesse de ne pas la dévisager, faisant comme si elle n’avait rien vus. Elle ne put cependant s’empêcher de lui glisser des coups d’oeils furtifs alors qu’elle allait dans l’eau. C’était une belle femme, assurément, peut-être un peu trop voluptueuse aux goûts de la blonde, mais sûrement un objet de désir pour bien des hommes (et des femmes). L’inconnue lui répondit également quant à sa question sur la musique, complimentant la velue qui sourit.

- Et encore ! Je chantais beaucoup mieux avant ! Du coup tu connais cette Arkazock ? Comment est-elle ? Et son sanctuaire ? J’ai entendus que c’était un havre de paix de la bouche de certains alors que d’autres me disaient que c’était le berceau de la corruption d’une dryade morte. Où est la vérité là dedans ?

La musicienne avait abandonné ses barrières de protection habituelle, après tout son interlocutrice vivait visiblement avec celle qu’elle cherchait, il y avait donc une forte probabilité qu’elle soit une Héraut et si c’était le cas … eh bien la naïveté de la conteuse la poussait à croire que ces derniers ne pouvaient pas se trahir pour une histoire de sceau. En réalité, elle n’avait tout simplement jamais eu la confirmation que parmis les chasseurs qui devaient venir à bout des Sans Nations sans elle il y avait bien des étrangers et des natifs appelés par la dame, eux aussi.

Quoi qu’il en soit, elle regardait le soleil se coucher et la lune monter doucement dans le ciel sans ressentir le besoin de partir pour l’endroit où vivait la créature naturelle et où cette dernière avait construit cet endroit sur lequel elle avait des avis tellements différents.

- Au fait ! Je viens de me rendre compte que je ne me suis pas présentée ! Je suis Syripso, barde et conteuse de profession ! Et toi ?

Ce n’était pas la politesse ou le sens de l’étiquette qui avait rappelé la cornue à son devoir de présentation (elle n’avait aucune connaissance de ce genre de chose), mais uniquement le plaisir de se présenter de nouveau tel quel et la curiosité de savoir qui était la personne qui osait se baigner nue à côté d’elle et qui ressemblait pourtant tant à une humaine (eux qui étaient d’habitude si à cheval sur la pudeur, c’était très étrange).


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Mer 4 Avr - 10:56

avatar
Mandra
N : 6 Or 410
dossier de personnage
Métier: Magnétiseuse
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t576-mandra
Voir le profil de l'utilisateur
Le chant du ruisseau
Je ferme les yeux et goûte au plaisir de la caresse de l’eau sur ma peau. Je me prépare déjà à la suite, imaginant les rayons laiteux frapper doucement mon corps, mais la présence de l’inconnue me perturbe. Je ne sais pas si la réception se fera convenablement, il faudrait pour cela que je sois seule. Je ne peux pas lui dire de partir, ce serait méchant de ma part et j’avoue que c’est tout de même assez plaisant d’être avec elle.
Le silence qui me plonge habituellement dans une agréable torpeur est vite rompu par la femme qui m’assène une cataracte de mots sortant les uns derrière les autres sans faiblir. Elle est apparemment très préoccupée de trouver cette Arkazock, la raison m’en échappe mais son débit de paroles me renseigne sur sa nervosité, le sujet est important pour elle.

J’ai rencontré cette dryade, qui m’a permis de m’installer ici sous sa protection. Elle m’a effectivement parlé d’un lieu dans lequel elle loge, dans cette forêt, mais je n’en sais pas plus.

Je me doute que ma réponse va la décevoir mais il est vrai que je n’ai pas posé plus de questions à Arkazock, les détails ne m’intéressent pas. Les informations les plus essentielles me sont apportées par le souffle du vent, le chant de l’eau, les bruits des animaux, le murmure de mes ancêtres...D’ailleurs, preuve que les informations sur la dryade sont primordiales pour cette femme, Syripso comme elle me l’apprend, c’est qu’elle n’a même pas retenu ce que je lui ai dit tout à l’heure.
Mon nom ? Il me semble m’être présentée, Mandra la shamane, tu ne te souviens pas ?

Peut-être que son espèce a un problème de mémoire, je n’ose le lui demander, comme je n’ose me faire expliquer ce qu’est un barde, sûrement en rapport avec son activité de conteuse. En tous les cas, maintenant je comprends sa volubilité.



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Jeu 5 Avr - 11:38

avatar
Syripso Sunchase
N : 9 Or 390
dossier de personnage
Métier: Troubadour
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t520-syripso-sunchase#2986
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Baignade





Les informations que Mandra put transmettre à Syripso étaient bien maigres. Mais il y avait tout de même des choses à comprendre dans tout ce qu’elle n’avait pas spécifié expressément. D’après la tournure de sa phrase, il était probable que Arkazock soit quelqu’un au grand coeur et prêt à accueillir des gens même les plus étranges. D’un autre côté, la shamane était très “naturelle”, plus que la satyre, était-ce la condition d’accès à son sanctuaire ? Visiblement, il faudrait y aller pour le savoir puisque la femme aux cheveux rouges ne semblait pas vouloir en dire plus sur le sujet. Retenait-elle expressément des informations ou n’en savait-elle juste pas plus que cela ? La question restait en suspens.

Lorsque son interlocutrice répondit aux questions de la cornue, cette dernière explosa de rire ! Elle croyait que Mandra était un titre et sûrement pas un prénom ! Elle n’avait jamais entendus ce genre de phonèmes rassemblés pour désigner une personne. Comme toujours, il n’y avait aucune moquerie envers la baigneuse dans son hilarité, mais juste un amusement face à la situation fort inconvenante.

- Oh excuse-moi Mandra, je pensais qu’il s’agissait d’un titre ou d’une profession. Pardonne moi !

Riant de nouveau elle se décida à glisser dans l’eau à son tour, ses jambes velues en première, bientôt suivies de son torse. Bien sûre elle avait pris quelques secondes pour se déshabiller avant, laissant son pagne et le bandeau qui couvrait son torse sur la rive et si ses poils couvraient très efficacement le bas de son bassin, le haut de son corps était à découvert.

La blonde poussa un soupir de satisfaction lorsque l’eau fraîche balaya la saleté du voyage de son corps, s’asseyant sur le bord pour avoir de l’eau jusqu’aux épaules, elle posa sa tête sur un caillou qui dépassait du courant.

- Je suis ravie de te rencontrer en tout les cas, Mandra, tu m’as l’air d’une personne très sympathique.

Les yeux fermés elle laissa l’eau calme délasser ses muscles et son corps tout en chantonnant un conte pour enfant qui n’avait rien de bien intéressant au sujet d’un renard roux qui se faisait avoir par une souris trop maligne. C’était un conte de son peuple où les souris étaient bien entendus les satyres, bien plus malignes que toutes les autres espèces se croyant particulièrement intelligentes ou roublardes, loin d’être une histoire à morale, c’était une histoire qui portait sur le bien que cela faisait de se laisser aller à être tout simplement qui on était, perfide et blagueur s’il le fallait, concupiscent même, si telle était notre nature.

- Et que comptes-tu faire ici ? Tu es une Héraut non ? Tu viens de ce monde ou tu fais partie des ces étrangers ?


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Lun 9 Avr - 9:44

avatar
Mandra
N : 6 Or 410
dossier de personnage
Métier: Magnétiseuse
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t576-mandra
Voir le profil de l'utilisateur
Le chant du ruisseau
Je ne suis pas chez moi ici, ce ruisseau n’est pas celui dans lequel je me ressourçais, son eau n’est sans doute pas si pure. Pourtant, quand Syripso se met dedans, je ne peux m’empêcher d’avoir ce sentiment qu’elle souille mon eau. Sur l’instant, quand je vois ses sabots et ses poils poussiéreux, dans ma tête, une seule pensée s’impose : l’eau ne sera plus intacte pour moi.
Cependant, je réalise que maint animaux ont du s’immerger avant moi, sans doute plus sales qu’elle et que je n’ai aucun droit sur ce ruisseau. Etrange comme l’inconnu fait peur et paraît repoussant, comme j’ai de suite supposé que Syripso n’était pas propre parce qu’elle avait des poils, parce qu’elle appartient à une espèce différente de la mienne.

Elle, comme pour me démontrer que j’ai eu une réaction plus que stupide et injustifiée, profite de l’eau fraîche qui caresse son corps, tout comme je le fais, elle doit avoir des sensations identiques aux miennes. Et ma honte grandit encore quand elle discute avec moi, de manière simple et qui se veut amicale, me complimentant sur ma sympathie.
Je lui souris. Sourire pour effacer cette maudite pensée qui n’aurait jamais du être, sourire d’excuses pour un affront qu’elle ne saura jamais, sourire d’acceptation pour cette main tendue dont je ne pense pas être digne.

Je te retourne le compliment, tu m’es d’une compagnie très agréable, et je vois que nous partageons au moins au chose, le plaisir de l’eau.

Elle ne sait rien de la tempête qui vient de secouer mon esprit. Le sien est certainement léger, libre de toute gêne, elle entonne un chant mélodieux, qui m’apaise.
Puis viennent les questions, de la même manière que la dryade, une cascade de mots qui se percutent tant ils veulent sortir le plus rapidement possible. Elle veut savoir, comme l’autre, mais à cette différence que là, il est un terme qui m’indique que je ne suis pas la bienvenue pour elle si je suis de "ces"étrangers. Comme c’est ironique, un inversement de situation où à présent c’est moi qui suis succeptible de subir un rejet. Je suis l’inconnue étrangère, elle est ici chez elle, juste retour des choses, punition tacite pour une mauvaise pensée.
Je viens d’ailleurs, une dame blanche m’a fait venir ici, je dois être comme tu le dis, une Héraut. Pour l’instant, je m’installe ici, dans la cabane que m’a confiée Arkazock, mais je ne sais pas si je vais y rester, je ne sais pas si je pourrai de nouveau soigner, si les gens viendront me voir et...

Ma voix se casse sur un sanglot qui serre ma gorge
Je ne sais pas si je vais pouvoir survivre ici, sans ceux que j’aimais

Du coin de l’oeil, je vois briller une larme dans l’oeil de Minka perché sur une branche au dessus du ruisseau.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Lun 9 Avr - 20:17

avatar
Syripso Sunchase
N : 9 Or 390
dossier de personnage
Métier: Troubadour
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t520-syripso-sunchase#2986
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Chagrin





La shamane lui retourna le compliment quant à sa sympathie, ce qui fit sourire la satyre. Effectivement, comme l’humaine s’en doutait, Syripso ne se préoccupait pas de la “souillure” de l’eau, l’eau restant de l’eau, claire ou boueuse, sale ou propre, fraîche ou brûlante. Peu de temps après, Mandra répondit à la question de la flûtiste, c’était bien une Héraut, une étrangère qui avait tout perdus, ce qui la faisait d’ailleurs sangloter. Dépourvue, la blonde s’approcha doucement de son interlocutrice, tâchant de ne pas glisser sur les cailloux avec ses sabots trempés.

- Ne pleure pas ! Je suis désolé, je n’aurais pas dû te demander cela …

Maladroitement, elle tapota le dos de la femme aux cheveux rouges. Il fallait dire que la barde n’était pas souvent exposée à la tristesse d’autrui, son peuple étant plutôt du genre à profiter de la vie ... et surtout n’étaient jamais placés dans des situations aussi atroces que la perte obligatoire de leurs proches. Certes, la chanteuse était partie de son foyer, abandonnant derrière elle parents, frères et soeurs, mais elle savait qu’en tournant les sabots elle pourrait tous les revoir avec un peu d’efforts.

- Je suis sûre qu’il y a un moyen pour vous tous de retrouver votre vie d’avant, je ne connaissais pas cette dame, mais elle ne peut pas être assez méchante pour vous enfermer ici pour toujours, elle m’avait l’air très gentille à moi ! Tu retrouveras tous ces gens, c’est certains !

Bien sûr la musicienne n’en savait rien du tout, elle ne connaissait rien de cette ancienne déesse qu’il fallait sauver et il s’agissait seulement de la deuxième Héraut qu’elle croisait, mais elle pouvait au moins rassurer sa compagne de baignade sur un point.

- Pour ce qui est de ta capacité à soigner, j’ai croisé des gens avec qui j’ai pus parler de tout cela, nos capacités reviendront, ne t’inquiète pas à ce sujet !

Elle se souvenait bien de la puissance de KCT qui dépassait son imagination alors que, comme tous les Hérauts, la robotique avait dû revenir à son point de départ en étant transportée ici. En effet, contrairement à ce que sa formulation avait pus laisser penser, la luthiste n’avait rien contre les étrangers, les désignant par “ces” uniquement car il s’agissait d’un groupe auquel elle n’appartenait pas et que les plus fines tournures lui étaient complètement


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Jeu 12 Avr - 11:19

avatar
Mandra
N : 6 Or 410
dossier de personnage
Métier: Magnétiseuse
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t576-mandra
Voir le profil de l'utilisateur
Le chant du ruisseau
Syripso fait tout ce qu’elle peut pour apaiser ma peine, certes il est rassurant d’entendre que je vais retrouver mes dons, que je pourrai sûrement de nouveau soigner, que la dame ne me gardera pas...mais ce n’est pas l’essentiel.

Il me manque...

Lui qui a été si long à ouvrir son coeur, au moment où nous étions enfin unis par le même sentiment, proches comme jamais auparavant, on m’a fait partir. Je pense à lui, comment a t-il pu réagir ? Il doit être aussi malheureux que moi, mais il s’est sûrement construit cette armure qui lui permet de tout enfouir pour ne pas s’affaiblir. Et derrière son masque, lui qui avait appris à sourire ne doit plus être que ce visage fermé, comme je l’ai connu.
N’a tu jamais été amoureuse ? Aimer jusqu’à ne plus penser qu’à lui, jusqu’à ne faire du temps qui ne s’écoule pas assez vite un ennemi qui te sépare encore trop de lui, aimer à en perdre le goût de vivre quand il n’est plus là ?

C’est la première fois que j’en parle à quelqu’un. Elle que j’ai jugé trop rapidement et qui s’avère être celle à qui j’ai besoin de me confier.

Mais alors que s’installe un silence qui accentue l’intimité de notre conversation, une alarme retentit dans ma tête, m’avertissant d’un trouble dont je ne sais l’origine. Aucun bruit suspect, rien en vue mise à part ma compagne de bain qui a l’air si paisible, rien si ce n’est...
L’odeur de brûlé, tu sens ? Non, pas ça, pas la forêt !

J’espère que je me trompe, que mes sens sont perturbés, mais si ce n’est pas le cas, c’est bien une odeur de végétaux en flamme que je perçois de plus en plus intense.



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Jeu 12 Avr - 16:25

avatar
Syripso Sunchase
N : 9 Or 390
dossier de personnage
Métier: Troubadour
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t520-syripso-sunchase#2986
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Feu





Même si Syripso tentait par tous les moyens de rassurer Mandra, il semblait que le problème était plus complexe que ce qu’elle ne l’avait imaginé. Il s’agissait d’un “il” ou plutôt d’un “Il”, bref, de quelqu’un de très important pour elle et qui n’était pas là. Incapable de comprendre ce que la shamane lui disait, la satyre afficha une moue embarrassée.

- J’aimerais pouvoir te dire que je sais de quoi tu parles mais … je n’ai jamais rien connus de ce genre, je dois bien l’avouer. Je ne sais pas si le problème vient de moi, de ma race, ou juste du fait que je n’ai pas encore rencontré cette personne. Cependant je sais ce que c’est que d’apprécier la compagnie de quelqu’un et de se sentir incomplète sans cette dernière. Ce doit être bien pâle par rapport à ce que tu ressens aujourd’hui et je doute d’avoir les mots qui pourraient te consoler mon amie, mais il te faut aller de l’avant. Aimer est sans doute une belle chose, mais elle ne doit pas te détruire. S’il t’aime aussi il voudrait te voir heureuse, même loin de lui, il ne voudrait sans doute pas que tu gâche ton existence pour l’honneur de son souvenir, je me trompe ? Et puis si tu veux le retrouver, tu dois être forte et faire tout ce que cela pourra demander, tu dois apprendre à vivre sans lui pour pouvoir vivre de nouveau avec.

Une bonne partie de ce discours ne venait pas vraiment de la conteuse mais des quelques mots que lui avait dit Fleur avant de repartir sur son bateau pour l’empêcher de pleurer. Des mots qui avaient trouvés écho dans le coeur avide de liberté de la blonde mais qui ne serait sans doute pas vus pareil par une humaine. Après tout, bien peu de légendes parlaient de l’amour entre les satyres et ce n’était pas pour rien. Bien qu’existant, il restait rare qu’un faune désire se lier pour la vie avec quelqu’un au prix de sa liberté malicieuse.

Mais les chagrins d’amours de la femme aux cheveux rouges devraient attendre, en effet, tout comme elle, la flûtiste avait sentis une odeur de fumée et lorsqu’elle leva les yeux au ciel se fut pour voir un épée nuage noir se dégager de la cime des arbres. Il ne faudrait que peu de temps pour que le crépitement du brasier dévorant les arbres autour d’elles se fasse plus puissant que les bruits de la faune apeurée qui commençait déjà à fuir. Un lapin passa juste à côté de la source, déguerpissant vers l’extérieur.

- Oh non ! Par le souffle des dieux, nous sommes en danger Mandra, nous ne pouvons pas rester ici !

Elle saisit par le bras la pauvre soigense et tenta de la tirer hors de l’eau avant de s’arrêter, posant des yeux désolés sur son interlocutrice.

- Ta cabane est dans cette forêt, c’est ce que tu m’as dit ? Comme le sanctuaire d’Arkazock ?

Tout allait être détruit … les feux de forêts étaient des évènements tragiques mais malheureusement régulier, surtout dans les climats les moins froids. Certes, la chaleur ambiante ne pouvait pas le justifier mais il suffisait d’un imprudent ayant mal ajusté les pierres autour de son foyer pour que celui-ci s’étende aux herbes sauvages autour … puis à tout le reste.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Sam 14 Avr - 13:10

avatar
Mandra
N : 6 Or 410
dossier de personnage
Métier: Magnétiseuse
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t576-mandra
Voir le profil de l'utilisateur
Le chant du ruisseau
Les animaux fuient, signe que c’est bien la forêt qui brûle. Syripso me tire par le bras pour partir, il faut s’éloigner d’ici, tout va disparaître dans les flammes, mon arbre, ma cabane...
Les larmes aux yeux je sors de l’eau et me rhabille en hâte puis tenant la main de la conteuse, je me mets à courir le plus vite possible devant moi, à la suite des lapins apeurés.

Plus loin, encore plus loin, aussi loin que mon souffle peut me porter pour ne pas finir en cendres. Dans ma course, j’ai lâché la main de Syripso mais je la vois qui est proche de moi, sans doute libérée comme moi de l’entrave qu’était notre lien physique. Quel sentiment prédomine en moi en cet instant ? L’angoisse, la colère, la tristesse, je ne saurais dire mais sans doute que l’abattement qui m’envahit a présent que je m’arrête enfin à l’orée du bois sera celui qui me tiendra à présent. Je n’ai plus rien, certains diront que je n’avais pas grand chose mais je m’étais reconstitué un semblant de chez-moi et il va finir en poussière.
Je m’assied sur une grosse pierre sur le bord du chemin pour reprendre mon souffle et je réalise soudain que...

MINKA !

Je n’ai pas pensé à lui dans ma fuite, où est-il, s’est-il perdu ?
Mais bientôt son doux chant répond à mes angoisses, il est là, perché sur un petit buisson, et me regarde tristement. Lui aussi ressent sans doute cette tristesse de perdre de nouveau son foyer. Pour le rassurer ou me rassurer moi-même, je fais alors une promesse comme un défi au destin.
Je te promets qu’on va retrouver un bois, avec un beau ruisseau, et une cabane qui sentira bon les plantes séchées, je te jure que nous pourrons de nouveau profiter de l’eau pure sous les rayons de la lune, je te le jure !

Syripso a du entendre, sûrement me prend-t-elle pour une folle de parler ainsi à Minka, mais comment pourrait-elle savoir qu’il est plus qu’un simple phoenix, qu’il est une partie de l’âme de mon père ?
Et le voir, le savoir avec moi me redonne espoir, je ne sais pas ce que ma compagne a l’intention de faire mais moi, à cet instant, ma décision est prise.
Je vais aller vers la grande plaine, il y a des villages là-bas, c’est mon seul espoir de retrouver un abri. Mais toi, le sanctuaire que tu cherches est sans doute détruit maintenant, que vas-tu faire ?



Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Mar 17 Avr - 14:51

avatar
Syripso Sunchase
N : 9 Or 390
dossier de personnage
Métier: Troubadour
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t520-syripso-sunchase#2986
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Avenir





Le désastre n’était pas encore visible de là où les deux femmes se tenaient, mais à l’odeur comme aux animaux qui s’enfuyaient à toute pattes, il était certain qu’il était devenus inévitable. Ce qui avait provoqué cet incendie restait encore inconnu mais ce qui le suivrait pour les deux semblait fort triste. Mandra avait dû perdre sa cabane dans les bois, de nouveau sans foyer, elle s’adresse à son phénix comme à une personne. Syripso ne fut pas spécialement choquée par ce point, les gens ont des rapports aux animaux qui peuvent varier du tout au tout et son peuple s’entendait souvent mieux avec les quelques personnes un peu étranges qui prennent leur bestioles pour des humains (sans doute à cause de la moitié inférieure de leur corps).

Visiblement très secouée, la shaman donna ses plans à la barde, lui expliquant qu’elle irait vers les plaines pour trouver un nouvel endroit où vivre et demandant à la conteuse ce qu’elle comptait faire de son côté. Effectivement, le sanctuaire avait dû être détruit, mais la satyre ne comptait pas tourner les sabots et laisser en plan son objectif pour autant, même si toutes les chances semblaient se liguer contre elle, elle verrait quand même ce qu’il reste et si elle pouvait retrouver Arkazock pour voir avec cette dernière ce qu’elle comptait faire à présent.

- Tu as raison, le sanctuaire doit être détruit, mais la dryade est peut-être encore quelque part, si elle a construit ce projet une fois, peut-être aura t-elle comme objectif de recommencer ? Je vais essayer de la retrouver et de discuter avec elle, ensuite seulement je verrais vers où j’irais.

La blonde contempla encore quelques instants la forêt et l’épaisse fumée noire qui s’en élevait. Quel gâchis. Toutes ces créatures, tous ces arbres, toutes ces fleurs, brûlés, réduits en cendres. Un spectacle infernal qui survenait alors qu’elle était si proche du but ! Il y avait de quoi en déprimer plus d’un, pourtant la luthiste ne comptait pas se laisser impressionner ou décourager.

- Tu devrais partir Mandra, rester ici ne te remémorera que ce que tu as perdus, il y a un petit village pas loin, c’est eux qui m’ont indiqué cet endroit, tu devrais y passer la nuit. Je ne sais pas vraiment comment je vais faire de mon côté, mais je pense que je vais dormir à la belle étoile. Ce fut un plaisir de te rencontrer quoi qu’il en soit, j’espère que le jour où nous nous reverrons tu auras de nouveau une cabane à côté d’un aussi charmant ruisseau.

Souriant de toutes ses dents, la cornue était déjà passée à autre chose, envisageant le futur comme un soleil rayonnant dans son coeur. Elle n’était pas bien compliqué à satisfaire après tout, un peu d’eau fraîche et la liberté, voilà tout ce qui lui importait dans la vie. Si en plus de cela elle pouvait avoir sa flûte et une charmante compagnie, elle serait sans aucun doute la plus heureuse de sa race.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Le chant du ruisseau

Lun 23 Avr - 20:55

avatar
Mandra
N : 6 Or 410
dossier de personnage
Métier: Magnétiseuse
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t576-mandra
Voir le profil de l'utilisateur
Le chant du ruisseau
Ainsi a décidé Syripso, elle tient visiblement à rencontrer la dryade, malgré la destruction certaine du sanctuaire de cette dernière et nos chemins se séparent là. Je ne lui dis rien de ce qu’Arkazock m’a confié sur ces sentiments par rapport à la dame blanche, je tais également qu’elle est capable de semer la désolation et la mort autour d’elle, je lui laisse la découvrir. Sans doute sera t-elle déçue, ou peut-être pas, mais je ne veux pas l’influencer.

Les paroles de la conteuse font échos à mes pensées, ici n’est plus ma place, il n’y a plus rien pour moi. Je vais aller vers les villages en espérant trouver un sous-bois avec un point d’eau, les encouragements de Syripso en ce sens me font chaud au coeur. Elle évoque le fait que nous nous reverrons un jour, et cette promesse fait embuer mes yeux.

Je vais tout faire pour retrouver un chez-moi qui me convienne, et je serai heureuse de t’y accueillir quand tu passeras à proximité. Je ne saurais pas où te rouver mais toi, tu sais que je serai dans ma grande plaine, quelque part dans une cabane, près d’un ruisseau.

A l’image de la flûtiste, je souris à l’idée de cette rencontre future, quand je pourrai lui proposer de rester quelques jours avec moi. Alors, je lui montrerai ma façon de vivre, comment je partage les vibrations des arbres, comment ma mère la Lune m’envoit ses rayons ressourçants, comment l’eau pure me nettoie des ondes négatives. Je partagerai tout ça avec elle parce que, pour la première fois depuis que je suis arrivée ici, je sens qu’entre elle et moi il y a un lien que rien ne pourra défaire.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bien taux un chant-bardement jeux nez ralle !
» Le héros le plus crédible en "méchant"
» Se moquer de la tête du Grand Méchant Masqué
» Quel est le méchant le plus méchant de Disney? [Survivor]
» LA " MARSEILLAISE CHANT de HAINE

Sauter vers: