bannière du haut du forum

Partagez

Remettre à flot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sujet: Remettre à flot

Mer 28 Mar - 21:42

avatar
Einar Usko de Balenria
N : 10 Or 455
dossier de personnage
Métier: Apprenti forgeron
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t278-einar-usko-de-balenria#1255
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Remettre à flot




Maintenant que j’étais au courant de ce qu’il se tramait à ce fameux conseil des hérauts, je ne pouvais décemment rester à Heabury, où les risques de me faire repérer et ficher en tant qu’un des invoqué de la Dame restait trop important, surtout si je continuai à me soucier des problèmes de petites filles et de vases brisés. J’avais donc sans plus attendre quitter la capitale de Tirione pour prendre la route vers la côte nord du pays. J’espérai y trouver un coin tranquille où personne n’allait se soucier de qui j’étais. Mes forces revenaient petit à petit, mais j’étais encore loin de pouvoir affronter un véritable danger. J’étais donc en quête de travail pour me renforcer physiquement. Je savais que les villages littoraux et les ports avaient très souvent besoin de main d’œuvre, puisque la mer restait le moyen le plus pratique pour transporter des marchandises aux quatre coins d’une nation entourée par l’eau. On y avait donc toujours besoin de muscle pour porter des caisses ou aider sur les chantiers. J’avais donc passé plus d’un mois à enchaîner les petits boulots que l’on voulait bien donner à un inconnu.

Cependant, au fil des jours, j’avais remarqué une certaine tendance : le trafic maritime ralentissait de plus en plus. La raison de ce fait ? La mer semblait s’agiter de manière crescendo, augmentant les risques encourus lors d’un voyage. De nombreux avaient payé les frais des tempêtes qui s’intensifiaient et se multipliaient sans que personne n’y comprenne quoi que ce fut. En quelque sorte, c’était une véritable aubaine pour moi, car même si la situation était loin d’être plaisante pour les natifs et que je ne prenais aucun plaisir à les voir craindre pour leur quotidien, j’avais de plus en plus d’opportunité pour travailler. Je faisais d’ailleurs attention de ne jamais trop demander en retour de mon travail, ne souhaitant pas les mettre plus dans l’embarra qu’il ne l’était déjà.

J’arrivai un matin dans un petit village portuaire qui avait été complétement ravagé la veille par une énorme tempête. Les tuiles avaient été envoyées aux quatre vents, quelques murs menaçaient de s’écrouler et, bien sûr, la plupart des bateaux de pêche qui assuraient vivre aux habitants avaient été retourné ou trop abîmé pour être utilisable dans leur état. Attristé devant un tel désastre, je proposai mes services à un homme qui semblait superviser les réparations et qui devait sûrement être le chef de ce village. Il fut tenté de me repousser de prime abord, mais m’accorda finalement sa confiance, voyant que je n’avais pas mauvais fond et que je ne souhaitais pas simplement profiter de la situation misérable de ces pauvres bougres.




Dernière édition par Einar Usko de Balenria le Mer 28 Mar - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Remettre à flot

Mer 28 Mar - 21:42

avatar
Einar Usko de Balenria
N : 10 Or 455
dossier de personnage
Métier: Apprenti forgeron
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t278-einar-usko-de-balenria#1255
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Remettre à flot




Les premier et deuxième jours, le vieil homme me confia la charge d’aider à la remise en état des toitures les plus abîmées. Je n’avais rien fait de tel auparavant, aussi, j’écoutai avec attention les conseils du charpentier-couvreur dont c’était le métier depuis l’adolescence. Heureusement pour moi et pour tout le monde, je restais très doué avec mes doigts, ce qui me permettait de compenser mon inexpérience en la matière. Je n’hésitais pas à demander une petite vérification de manière régulière afin de m’assurer que je faisais ce que l’on attendait de moi et de prendre mes marques. J’avais tout de même un peu peur d’être trop insistant et d’ennuyer le charpentier, mais il devait trop se soucier de réparer son village pour s’énerver sur un jeune homme apprenant le métier.

À partir du troisième jour, comme il n’y avait plus grand-chose à faire pour moi du côté des réparations des habitations, le vieux chef me mit entre les mains de ceux qui avaient la charge de réparer les bateaux de pêche pour les remettre à flot. La première tâche que l’on me confia fut de couper quelques arbres dans un des bosquets près du village. J’avais toujours un peu plus de mal avec les travaux purement physiques et ma forme n’était toujours revenue à un niveau acceptable, si bien qu’après une journée à scier et à frapper des troncs avec une hache, j’avais développé de grosses ampoules sur les paumes de mes mains et mes muscles me faisaient atrocement mal une fois le soir arrivé. Le jour suivant, voyant que je n’étais pas taillé pour découper des planches, on me chargea d’aider directement aux réparations. Poncer et clouer des planches me convenait bien mieux.

Il fallut cinq jours pour réparer les quelques navires qui constituaient la flotte de pêche du village. Une fois fini, j’étais exténué. Une fois fini, j’étais exténué. Je pris une journée pour me reposer, dormant une après-midi ainsi qu’une nuit entière pour récupérer mon énergie. Le chef semblait plutôt content de l’assiduité dont j’avais fait preuve, montrant clairement que j’avais été sérieux quand j’avais proposé mon aide une semaine plus tôt. Cependant, il semblait qu’il eût encore un travail à me confier lorsque j’allais être de nouveau d’aplomb.




Dernière édition par Einar Usko de Balenria le Mer 28 Mar - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Remettre à flot

Mer 28 Mar - 21:43

avatar
Einar Usko de Balenria
N : 10 Or 455
dossier de personnage
Métier: Apprenti forgeron
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t278-einar-usko-de-balenria#1255
Voir le profil de l'utilisateur
Header

Remettre à flot




Le vieil homme avait remarqué que j’étais arrivé avec mes armes et souhaitait m’engager, non pas en tant que main d’œuvre ce coup-ci, mais comme garde du corps. Il voulait que j’accompagne les marins en mer, craignant que des pirates ne rôdent dans la zone pour piller ce qu’il restait des épaves. Je n’avais jamais vraiment été très à l’aise sur la mer, mais nous n’allions pas nous aventurer loin des côtes. Il s’agissait plus d’un test pour s’assurer que les navires pouvaient mouiller sans danger. Durant mes voyages entre villages, j’avais noté que la région n’était pas très affectée par le banditisme. Aussi, même si on ne pouvait jamais être trop prudent, j’estimai que je n’allais pas avoir grand-chose à faire, sinon m’asseoir contre le mat et attendre.

Les flots étaient plutôt calmes pour une fois. C’était même presque une mer d’huile, le vent soufflant juste à peine pour gonfler les voiles et donner un mouvement au différents bateau de pêche. J’en profitai pour demander des conseils de navigation au capitaine qui, en remerciement du travail que j’avais fourni, accepta de m’expliquer comment se repérer en mer par rapport aux différents astres, comment utiliser trois points de la côte pour connaître sa position par triangulation et reconnaître les différents vents pouvant parcourir cette région. L’homme semblait extrêmement passionné et ne lésinait pas sur les détails, se perdant même au passage dans quelques descriptions plutôt inutile, mais que je n’osai pas remettre en question pour ne pas le froisser.

Finalement, comme je l’avais imaginé, il ne se passa rien de sortant de l’ordinaire. Nous restâmes trois jours et deux nuits en mer, refaisant les stocks de poison pour le village. Puis nous retournâmes au village, les marins soulagés par le fait d’avoir pu naviguer en eau calme pour une fois. Les habitants étaient eux aussi soulagés, même si je sentais qu’ils savaient bien que cet instant d’accalmie entre deux tempêtes n’allait pas durer éternellement et qu’il faudrait probablement encore tout réparer. Mais pour le moment, le temps était à la fête pour les habitants. Pas pour moi, cependant, devant reprendre la route et continuer mon voyage solitaire.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?
» Quand l'alcool coule a flot par une nuit sans Lune
» Vieille liste d'armée à remettre au goût du jour.
» [Quête] "Qui a dit que le rhum coulé à flot ?"
» Remettre son enfant dans le droit chemin [Cronos]

Sauter vers: