bannière du haut du forum

Partagez

Martel en tête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sujet: Martel en tête

Lun 2 Avr - 16:12

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Martel en tête

Avec la douce Niasci
...


Aujourd’hui, la Dryade était promise à un tour d’horizon des métiers qui étaient d’usage dans le sanctuaire. On lui avait aimablement suggéré de venir essayer différentes techniques de fabrications pour qu’elle ait plus de facilités à appréhender les occupations humaines, mais également pour lui permettre de tester par elle-même ces méthodes. Les inactifs de l’endroits s’étaient regroupés, curieux de voir comment la dryade s’en sortirait avec un marteau et du bon acier. A dire vrai, du mauvais acier, il avait été fait sur place dans un fourneau improvisé. Le creuset était sale, la température inadéquate et le métal gorgé de petites salissures qu’on n’avait pas réussi à filtrer correctement pour les séparer du métal. La base n’était pas la meilleure envisageable, mais de toutes façons, la Dryade n’était pas une experte. Elle n’allait pas passer une semaine a la forge, et il était donc peu probable qu’elle n’obtienne un quelconque résultat probant. Dans ses conditions, la qualité du lingot n’était guère importante et on s’était contenté d’une qualité moins bonne qui ferait aussi bien l’affaire.
Du reste la Dryade n’était guère experte dans le domaine, et il lui suffirait de peu pour se confronter à ses premiers échecs, mais pourquoi pas, ses premières réussites. Elle regarda le métal et les outils d’un air dubitatif. Elle n’avait aucune idée de comment commencer. Elle avait vu les forgerons frapper le métal pendant des heures, puis le mettre dans l’eau pour le refroidir, puis le brosser, puis le frotter avec différents objets. In fine, le métal se transformait petit a petit, dans un processus long et laborieux en objet du quotidien, comme des pics où des pelles, parfois des couverts où des clous, et une pléthore d’autres outils indispensable a la vie du camp.

Pour elle, le procédé s’apparentait à de la magie. Frapper milles fois sur un objet pour le transformer d’un bloc en une infinités de formes ? Il aurait été certainement plus aisé de faire le contraire. Le susdit objet, elle se voyait tout aussi bien le transformer en bloc informe a coup de marteau.

Elle se saisi d’un outil. La poignée était confortable, mais pour elle qui ‘en avait jamais tenu, l’objet lui semblait lourd et peu maniable. Comment arrivaient-ils a utiliser ce genre d’outils de manière précise ? Il fallait sans doute des dizaines d’années d’entraînement, elle savait qu’elle ne serait sans doute jamais à l’aise avec ça en tout cas. Elle allait néanmoins essayer, après tout, elle était là pour partager une expérience, pas pour se choisir une vocation.

Arkazoc’k jeta un regard circulaire de détresse, elle espérait que quelqu’un lui vienne en aide, mais amusé, la plupart de son public improvisé était plus prompt à la laisser dans son problème que de l’aider à s’en sortir. Le feu crépitait doucement alors que le silence s’était fait entendre. Vraiment personne n’allait l’aider ?
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Lun 2 Avr - 19:08

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Martel en tête

Niasci était dans le sanctuaire depuis seulement deux jours. Cet endroit était un peu étrange pour elle mais elle le trouvait agréable. Il y avait une activité assez importante qui pouvait faire penser à une sorte de ville miniature mais, en même temps, l’endroit se trouvait en pleine forêt et elle se sentait ainsi chez elle. La dryade rencontrée a son arrivée ici l’avait amenée jusqu’à cet endroit en apprenant qu’elle était un héraut. Auparavant, elle avait vérifié que l’Ondine était bien affiliée à une nation. Elle avait alors appris qu’elle se trouvait à Gondone, un endroit qui se trouvait bien loin de Gothregal. Elle se souvenait de ce nom, elle l’avait entendu au conseil et la dirigeante de cette nation l’avait même sérieusement houspillée quand elle avait fait référence à la Dame. La croyance dans les dieux sombres semblait être quelque chose de sérieux par ici et Niasci avait plutôt intérêt à rester prudente. La Dryade lui avait ensuite expliqué que ce sanctuaire était dédié à l’accueil des hérauts, venus de toute part tant qu’ils étaient affiliés et, qu’à ce titre, elle était la bienvenue aussi longtemps qu’elle le souhaitait. Niasci ne put alors que constater que le conseil n’avait pas menti, les chasseurs de héraut était effectivement actif et les hors la loi n’avait aucun endroit pour se cacher.

Ce jour-là, Niasci se sentait de bonne composition. Bien sûr, sa mort l’avait terriblement affaiblie mais elle sentait que chaque jour lui permettait de se revigorer, elle n’était donc pas revenue au point zéro de ses compétences comme lors de son contact avec la Dame. Comme elle s’ennuyait un peu à rester inactive, elle décida de partir se balader. Bien entendu, ses faibles forces ne lui permettaient que de rester dans le sanctuaire mais un peu d’air en milieu naturel était l’un des meilleurs remèdes qui soit pour une créature de son genre.

Elle vit plusieurs personnes acheminer du matériel qui ressemblait fortement à du matériel de forge vers un bâtiment. Intriguée, elle les suivit. Là, elle découvrir une dryade qui était en face d’un morceau de métal de qualité médiocre et qui avait l’air de ne pas trop quoi faire de son marteau qui, dans ses mains, paraissait terriblement lourd. Niasci ne put résister et s’approcha d’elle.

Tu t’y prends mal, tiens-le plutôt de cette façon sinon tu vas très vite fatiguer ton poignet.


Une fois ce premier conseil donné, elle tâcha de rapprocher d’elle les différents outils dont elle aurait besoin et le traditionnel sceau d’eau froid. La dryade inexpérimentée n’en avait pas à portée de main et le métal était déjà suffisamment mauvais pour ne pas en plus ajouter un problème de finalisation. Cette situation permit à Niasci de se rendre compte de la chance exceptionnelle qu’elle avait eue de pouvoir s’entrainer avec un maître…

Bon, frappe maintenant, on va voir comment tu t’en sors, j’essaierai de t’aider au fur et à mesure mais c’est en forgeant qu’on devient forgeron.




Dernière édition par Niasci le Mar 3 Avr - 1:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Lun 2 Avr - 21:01

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Martel en tête

Avec la douce Niasci
...


Quelqu’un l’invectiva sans semonce. Arkazoc’k regarda l’ondine d’un air surpris. Pour une raison qui lui échappait, la plupart des hérauts au sanctuaire prenaient une voix douce pour lui parler, comme on parlerait à un enfant. L’ondine quand a elle avait eu une expression très professorale, et la dryade ne s’y était pas attendue.
Elle corrigea derechef son maintien, espérant que cette fois, le marteau serait dans une position qui conviendrait mieux. En fait, elle avait pris l’objet par le manche proche de la tête alors qu’il aurait fallu le prendre au bout comme il avait été conçu. La position n’était pas naturelle pour elle, et son geste était très rigide. En frappant, il était fort possible que plutôt que de laisser la tête de métal remonter lors du choc, elle absorbe par sa tenue le choc, ce qui pourrait avoir des conséquences de fatigue, mais à long terme des problèmes de jointures. Elle n’en était pas là, le métier devait bien rentrer. Elle regarda avec des grands yeux l’ondine :

« C’est mieux comme ça ? Je ne savais pas que tu savais forger ! »

L’autre avait réuni des objets dont Arkazoc’k n’avait absolument pas idée de leurs utilités. Des sortes de pinces, une espèce d’accordéon en cuir, de l’eau, des brosses de formes et de tailles différentes, des burins, marteaux, gants, même une grosse roue en pierre un peu bizarre que le forgeron habituel avait ouvragée lui-même. La pléthore d’objet la laissa sans voix. Elle avait devant elle un bout de métal mal dégrossé, un feu a-demi éteint, des tas d’outils, une enclume, un fourneau, de l’eau, et avec tout ça elle était censée créer quelque chose ? Sa bouche a demi ouverte elle jeta un œil implorant à l’assistance hilare. Une dryade a la forge, ils auraient tout vu !
Niasci lui demanda de commencer son travail. Elle saisit une pince au hasard, un marteau inadéquat, se retourna vers elle et la regarda déconfite.

« Mais… Je dois faire quoi ? Je ne sais même pas par où commencer ! »

Effectivement, elle n’avait jamais réalisé ce genre d’ouvrage, mais elle n’avait jamais observé suffisamment longtemps le forgeron pour savoir ce qu’il en était. De fait, si le feu du fourneau n’était pas éteint, il était dans l’état impossible d’en tirer quoi que ce soit. Il y avait bien un soufflet et du charbon de bois, mais la dryade n’avait jamais allumé de feu et n’avait même pas idée de le faire. Elle posa le bout de métal directement dans l’âtre plutôt que de l’approcher des flammes, regarda a nouveau les autres pliés de rire et demanda penaude :

« Il ne faut pas attendre qu’il soit rouge ? »


Sa remarque provoqua un nouvel éclat de rire. La pauvre n’avait aucune notion de pyrotechnie.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Lun 2 Avr - 21:43

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Martel en tête

Niasci entendit les autres rire. C’était peut-être bienveillant mais pour l’avoir elle-même vécu, c’était très mauvais pour la concentration. Elle jeta donc un regard aussi froid et meurtrier qu’elle put à la foule en espérant que cela les ferait reprendre leur tâche ou au moins les calmerait et qu’ils seraient plus calmes et tolérants envers cette débutante. Juste après, la dryade lui demanda si elle pratiquait la forge, Niasci eut une pensée pour son maître qui n’avait pas de nouvelle d’elle et répondit :

Oui, c’est mon métier à Gothregal. Je suis en encore une apprentie mais je commence à me débrouiller un peu… Oui, c’est mieux comme ça pour la prise, ça devrait déjà te paraitre moins lourd, pas vrai ?


Niasci la vit tenter son coup et ne put que constater qu’elle ne faisait pas un très bon professeur : la dryade s’était contentée de jeter son matériel dans un feu presque éteint. Elle avait surement voulu aller un peu trop vite en besogne. Il était vrai que, de son côté, elle avait pu un peu observer Victor avant de se lancer et avait donc déjà une vague idée de la démarche que des conseils avisés étaient venus compléter. Elle attrapa une pince pour sortir le métal du feu, le mit de côté et décida de reprendre aux bases en commençant par le feu. Victor était bien meilleur qu’elle à cet exercice mais apparemment, personne d’autre ne semblait prêt à aider cette pauvre plante verte en détresse.

Bon, déjà, il faut raviver ce feu, il n’est pas du tout assez fort pour ramollir le métal et permettre qu’on le façonne. Rajoute du charbon, je vais t’aider à refaire du feu. Ensuite, il faudra utiliser le soufflet pour apporter de l’air et permettre au feu de se développer correctement.


Elle ponctua chacun de ses mots en montrant le matériel dont elle parlait afin que l’autre put bien saisir ce que l’Ondine lui demandait même sans connaître le vocabulaire technique. Après tout, au vu de l’hilarité de la foule, au-delà de sa simple incompétence, la vision d’une dryade en train de travailler les flammes et le métal devait sembler des plus incohérente et absurde.

Niasci commença à frotter les pierres à feu afin de lui montrer comment créer une étincelle et allumer un feu convenablement. Cette compétence lui serait surement utile au-delà de la forge de toute façon. D’ailleurs, l’Ondine se demanda pourquoi une femme comme elle voulait maîtriser la forge. Pour elle, c’était une évidence quand on la voyait, son mode de combat était bien plus proche de celui des humains que de celui des Ondines mais la dryade, malgré son apparence répugnante semblait encore passablement en fusion avec la nature et son corps pouvait difficilement accueillir une armure ou, en tout cas, celle-ci devrait être faite sur mesure et il était temps qu’elle se mette à se muscler pour être capable d’en supporter le poids.

Pourquoi souhaites-tu apprendre à forger ? Tu veux te… faire une armure ?  




Dernière édition par Niasci le Mar 3 Avr - 1:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Lun 2 Avr - 22:49

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Martel en tête

Avec la douce Niasci
...


La dryade regarda l’ondine faire du feu avec des grands yeux. Niasci avait saisi un briquet et frappait les pierres l’une contre l’autre. Rapidement, elle obtint des étincelles qu’elle transforma en flamme non sans un certain savoir-faire. Les copeaux de bois sous forme de limaille fine prirent et elle les investit dans un morceau d’écorce fin qui prit rapidement à son tour. Elle plaça quelques branches en cabane au-dessus du foyer et enfin une grosse buche qui mettrait plusieurs heures à prendre.
Arkazoc’k a son tour essaya. Elle n’était pas très douée pour frapper les pierres efficacement pour obtenir des étincelles, et encore moins dans la bonne direction. Elle se meurtrit les mains avant de réussir à obtenir une petite flamme qu’elle ne parvint pas à propager. Au bout de quelques longues minutes, elle parvint enfin à faire on premier feu. Elle regarda la flamme, incrédule à l’idée qu’elle ne fût la source originelle de cette lumière. Pourtant, le feu avait pris, et avec lui, une nouvelle connaissance.
Elle avait toujours trouvé le feu inutile, mais elle n’avait pas non plus eu besoin de forger quoi que ce soit. Elle regarda l’ondine montrer l’exemple, puis, à son tour mit en branle l’énorme soufflet de forge qui était voué à l’usage qu’elle tentait d’en faire. Ensemble, ils ajoutèrent du charbon, et bientôt les braises prirent une couleur rougeâtre alors que le fourneau commençait à chauffer.
Les spectateurs, n’ayant pas envie de déplaire à l’ondine un poil trop effrayante à leur goût se contentaient de pouffer dans leurs barbes en s’échangeant des commentaires. Ils portaient une certaine affection pour la dryade mais la voir en difficulté leur semblait cocasse au plus haut point. De fait, ils avaient rarement eu l’occasion de la voir dans cet état, aussi appréciaient-ils l’ironie de la situation.

L’ondine lui demanda les raisons de sa mise à la forge. La dryade n’en avait pas d’autres que celles de sa curiosité, aussi avec un air innocent lui annonça-t-elle ses motivations :

« Je sais que c’est important comme travail ici, mais j’ai du mal de me faire une idée du temps qu’il faut pour fabriquer des outils, donc je voulais essayer. »

Elle pointa du doigt le petit attroupement qui leur faisaient face.
« Et c’est eux qui me l’ont suggéré, ils trouvent ça amusant, j’ai du mal de comprendre pourquoi, mais je suis volontaire en tout cas »

Elle regarda les braises flamboyer dans l’âtre du fourneau en terre cuite qui allait doucement progresser vers sa température recherchée. Elle regarda interrogateur Niasci.

« C’est maintenant qu’on jette le métal dedans ? »

Elle sût qu’elle avait dit une bêtise à entendre les autres pouffer à nouveau, se cachant à peine. Elle savait que les occasions de s’amuser étaient rares et elle n’avait pas de problèmes à être mise en défaut. Aussi, elle attendit la réponse de l’ondine avec un certain détachement.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Mar 3 Avr - 1:35

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Martel en tête

La curiosité était donc l’objectif de la dryade. Pourquoi pas après tout, connaître les différentes choses de ce monde avait une importance. De plus, Niasci ne pouvait nier que parfois, les compétences des hommes et des autres races urbanisées pouvaient avoir un intérêt. Elle-même avait largement profité des compétences de forge humaine pour se créer une protection digne de ce nom. Avec ses conseils, la dryade parvint à allumer un et, au bout de quelques minutes d’efforts, la forge ressemblait enfin à quelque chose et elles pouvaient tenter de l’utiliser avec un poil plus de succès.

La dryade demanda donc si c’était le moment de mettre le métal dans le feu ce qui fit rire, mais plus discrètement – l’imposante taille de Niasci et son regard meurtrier ayant fait son œuvre – et elle ne releva pas puisque la dryade semblait ne pas s’y intéresser. Quelle fut honteuse de sa situation ou pas importait peu à Niasci tant qu’elle gardait la concentration nécessaire à l’exercice de l’artisanat.

Alors oui mais pas n’importe comment. D’abord, prends cette pince, elle te permettra de saisir convenablement le métal que tu souhaites réchauffer. Il ne suffit pas de le jeter dans les flammes, il faut le ramollir pour qu’il soit plus simple à travailler mais pour ça, il faut pouvoir le récupérer facilement.


Elle montra donc à Arkazock l’outil à utiliser la façon de le tenir. Elle plongea le morceau de métal dans les flammes pendant quelques secondes pour lui montrer comment le positionner. Ensuite, elle le retira du feu, le posa prudemment et encouragea Arkazock’ à en faire de même. Elle lui indiqua le temps nécessaire à l’amollissement du métal et en profita pour deviser un peu :

Je me suis moi aussi mise à l’exercice de nombreux artisanats mais plutôt par hasard ou par urgence, personne d’autre n’étant disponible… La forge par contre, m’avait toujours fait envie même quand je n’avais encore jamais quitté ma rivière. Bien sûr, je n’avais aucune idée du fonctionnement et mon imagination visualisait les choses les plus folles mais je savais qu’il y avait un travail du métal, mes sœurs plus âgées me l’avaient dit…


Elle regarda le morceau de métal quelques secondes pour en observer l’état et le temps qu’il devait encore rester dans cette position. Il n’était pas loin d’être chauffé à blanc et il était donc temps de déterminer ce que la dryade voulait réaliser comme forme.

JQue veux-tu forger ? Ca va être important pour la suite, il vaut mieux ne pas y aller à l’aveuglette. Au vu de la forme de ton morceau de métal originel, je te conseille quelque chose de petit et d’allongé, peut-être une dague, une longue aiguille à tricoter ou un tisonnier, quelque chose de simple pour une première fois idéalement.


Elle remit ensuite un coup de soufflet dans les flammes et, tout en surveillant étroitement l’état du métal attendit la réponse de la dryade pour préparer la suite des opérations.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Mar 3 Avr - 2:24

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Martel en tête

Avec la douce Niasci
...


La dryade regarda attentivement l’ondine porter le métal au feu pendant quelques secondes avant de le sortir de l’âtre précautionneusement pour le chauffer a blanc. Elle ne connaissait pas l’expression, mais elle était évocatrice. Elle s’essaya au jeu et prit elle-même les pinces. L’autre avait l’air de savoir ce qu’il faisait, elle se laissa faire. Le temps que le métal chauffe, elle prit le temps de discuter des techniques de forge. Elle partait littéralement de zéro, voire moins que ça puisqu’elle connaissait mal les objets qu’elle était sensée ouvrager. Au fond, dans un objet quelconque tel une serpe, il y avait des centaines d’années de technologie passive et d’innovations qui avaient conduit à l’aboutissement actuel de l’objet en forme de lune. Si une personne normale avait à reprendre ce modèle, il lui suffirait de composer avec une forme similaire pour arriver à ses fins. La dryade quant à elle aurait eu tendance à faire un objet droit, plus visuellement coupant, à l’instar d’une épée. C’est donc avec un handicap certain qu’elle était partie forger des objets pour le compte seul de sa curiosité.

Cette perspective pourtant avait du bon, et lui permettait en outre de mieux connaître les gens qui comme elles étaient en train de former une petite communauté. Connaître leurs labeurs, leurs ouvrages était synonyme de pas vers eux, mais aussi anticiper et appréhender leurs besoins.
C’était le cas de l’ondine en face d’elle qui avait commencé à parler de son vécu et de ses expériences. Par hasard elle s’était faite forgeronne, et bien qu’elle ne soit pas une experte, elle était dans son domaine suffisamment instruite pour enseigner les rudiments à la dryade. Elle réagit à son histoire :

« Tes frères et sœurs ont besoins d’outils n’est-ce pas, comment font-ils pour les fabriquer s’ils n’ont pas d’ustensiles en métal ? Je serais curieux de savoir comment ils les fabriquent. »

Plus important, l’autre lui avait soumis une question à laquelle elle n’avait pas de réponse. Que voulais-t-elle fabriquer. Aussi ironique que cela puisse paraître, elle n’en avait aucune idée. Elle s’était lancée dans la fabrication pour la découverte et ne pensait pas obtenir un résultat. A présent qu’elle avait une aide, elle pouvait effectivement réfléchir à ce qu’elle voulait faire. Elle réfléchit à ses besoins personnels. Le seul objet qu’elle avait jamais utilisé était une dent de dhrem. Celle-ci lui avait fort mal servi d’ailleurs, mais elle se rendait compte qu’un couteau n’était pas de trop. C’était décidé, ce serait un grand couteau.

« Un grand couteau ? C’est possible ? J’ai parfois besoin de couper de la viande où des branches. Pas trop petit, quelque chose de cette taille-là. »

Elle écarta les mains pour montrer une taille raisonnable, un peu petit pour une dague, mais trop grand pour un couteau alimentaire.

« Et heuu, c’est possible de faire le tour du manche en Enaya ? j’ai l’impression que la plante m’apprécie. »
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Mar 3 Avr - 13:09

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Martel en tête

La dryade lui avait demandé comme les siens fabriquaient des outils sans avoir de forge. Cette question lui sembla bien étrange. N’était-elle pas elle-même une créature des bois vivant loin de la technologie des nations urbanisées ? Malgré tout, Niasci réfléchit au problème, après tout, elle avait très peu utilisé les outils elle-même et ne les avait donc pas vu fabriquer. Par contre, elle en connaissait les matériaux.

Eh bien, nous utilisons des pierres ou des os que nous taillons progressivement. Je n’ai jamais vu faire longtemps donc je ne sais pas réellement combien de temps ça prend mais nos aiguilles par exemple, sont en os ainsi que nos couteaux. Nous utilisons tout des créatures que nous chassons. Les os pour fabriquer des outils, les peaux pour faire des vêtements ou pour mettre un toit aux abris, la viande pour la nourriture et ce qui ne mange pas est utilisé comme appas pour pêcher.


Ensuite, il fallait déterminer l’arme qu’elles allaient forger. La dryade demander la création d’une sorte de long couteau. Au vu de la quantité de métal, c’était largement possible et c’était en plus un bon choix. Ce n’était pas trop compliqué ou trop lourd pour commencer. Elle-même avait commencé de cette façon. Elle réclama ensuite que la garde soit faite dans un bois particulier qui appréciait la dryade. Malgré son apparence, elle avait donc encore des liens avec la nature ? Niasci fut contente pour elle, ce ne devait pas être évident de vivre avec ce corps pourrissant.

Eh bien oui, c’est possible. Il faudra aller en chercher un morceau mais ça peut attendre un peu pour le moment. On ajoutera la garde à la fin, une fois que le métal sera refroidi.


Maintenant que les détails pratiques avaient été déterminés, il était temps de passer aux choses sérieuses. Niasci sortit donc le métal du feu, invita la dryade a regarder attentivement ce qu’elle faisait et martela l’arme avec un lourd marteau de forgeron. Régulièrement, elle s’arrêtait, prenant une brosse qu’elle avait auparavant préparée sur le côté pour frotter le métal. Elle s’expliqua à Arkazock :

Ton métal est de mauvaise qualité, il y a énormément d’impureté à l’intérieur. En le frappant de la sorte, on va faire sortir toutes les petites saletés. Reste ensuite à le brosser pour évacuer celles-ci petit à petit et obtenir un métal plus pur qui te permettra d’avoir un rendu de meilleure qualité. Allez, à ton tour, il faut faire ça pendant un moment alors, si à un moment tu fatigues, je prendrai le relais.


Niasci lui tendit ensuite le marteau et la brosse en s’assurant qu’elle les prenait convenablement. Autour, les spectateurs s’étaient réduis en nombre. En effet, maintenant que la dryade ne disait plus une bêtise toutes les trois minutes, c’était beaucoup moins distrayant. Ne restait donc plus que ceux qui ne s’étaient pas encore lassé de l’étrange scène invraisemblable d’une dryade tentant de travailler le métal.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Mar 3 Avr - 16:24

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Martel en tête

Avec la douce Niasci
...




Pas de problèmes pour faire un couteau, la dryade était contente. Elle avait désormais un objectif. Elle ne s’attendait pas à faire des miracles mais elle allait se prêter au jeu avec un peu plus de volonté, ce serait SON couteau, celui qu’elle aurait fait elle-même. Cette pensé la fit sourire. Elle n’avait pas grand-chose et n’attacherait pas une grande valeur à l’objet, mais elle pourrait être fier de s’en être sorti si elle parvenait à ses fins. De plus, l’objet avait une réelle plus-value utilitaire puisqu’elle le sortirait régulièrement. Au camp, la possession d’un couteau était valorisable, les nombreux travaux demandaient de l’utiliser lorsque ce n’était pas à des fins alimentaires. Le matin même n’en avait-elle pas utilisé un pour dépecer une chèvre ?

L’ondine lui fit une remarque sur la qualité pauvre du métal. La dryade se pencha dessus sans trop comprendre et fit part de son incompréhension.
« Comment tu sais qu’il n’est pas pur ce métal ? c’est parce qu’il y a des points noirs dessus ? »

De fait, il ne fallait pas un œil d’expert pour voir les taches de couleur, mais aussi la couleur un peu jaunâtre du métal, signe qu’il avait été mal séparé du cuivre riche dans la région. Il suffisait de comparer avec une arme en bon métal pour voir que la différence était manifeste, tant en termes de couleur qu’en termes de rugosité. Toutefois, la dryade avait eu peu d’objets entres les mains et cette différence lui était trop subtile pour être évidente.
Elle se mit à frapper le métal blanchi par le foyer, puis à le brosser. Puis le retourner, puis le frapper à nouveau, puis le brosser encore une fois. Retour à l’âtre pour éviter qu’il ne blanchisse, puis à nouveau, frapper, brosser…
Arkazoc’k finit par avoir des doutes, elle ne voyait pas vraiment de différences entre avant et après, et la forme de l’objet n’allait certainement pas apparaître par magie. Elle commençait à fatiguer et ne constatant pas d’évolutions, elle demanda :
« Il faut encore faire ça longtemps ? »

En réalité, lentement, en brossant la couche superficielle dure du dessus de l’objet, elle avait enlevé les impuretés les plus éloignées du cœur, tandis que chaque coup extrayait par convection les particules qui n’avaient rien à faire là et qui sortaient petit à petit.
Si elle avait cru que faire un objet en métal prenait quelques heures, elle était en train de se rendre compte qu’il lui faudrait peut-être plusieurs jours pour finir sa dague. Elle n’était pas vraiment pressée, ses cultures pourraient bien attendre qu’elle revienne, mais elle n’aurait jamais cru que les humains pouvaient faire preuve d’une telle patience. L’autre ne s’était pas éloignée, elle allait peut-être l’accompagner durant toute sa fabrication ? si c’était le cas, elle voudrait bien en profiter.

« Dis-moi, tu veux bien me fabriquer quelque-chose ? Tu vois cette plante, elle durcit à la chaleur et pourtant elle semble toujours attiré par ceux qui possèdent de la magie, tu crois que tu peux en tirer quelque chose? »
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Mar 3 Avr - 18:26

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Martel en tête

Comme Niasci l’avait prévu, la dryade fatigua en demandant s’il fallait faire ça pendant longtemps. Eh bien, cette question fit sourire Niasci. Il était vrai que beaucoup de gens, même parmi les humains, pensaient que la forge était un art simple et rapide qui ne demandait que quelques heures de travail. En réalité, les grosses commandes demandaient parfois des mois de travail quand plusieurs pièces devaient être forgées. Le temps demandé en plus de la matière première expliquait en grande partie le prix élevé des armes.

Eh bien oui, il faut continuer longtemps. Regarde ton métal, tu n’as retiré les impuretés que sur la partie supérieure. Il va encore te falloir de longues heures pour terminer ton arme.


Maintenant que la dryade avait comprit la méthode, Niasci n’allait pas rester à côté d’elle tous les jours pour vérifier son travail, elle comptait juste repasser de temps en temps pour voir si elle avait besoin de quelque chose. Cependant, alors qu’elle s’apprêtait à la laisser, la pourrissante lui demanda de fabriquer quelque chose sur base d’une plante. Niasci fut un peu perplexe mais accepta de jeter un œil car Arkazock semblait sérieuse.

Je veux bien regarder, montre-moi… Je suppose que tu veux quelque chose de forgé ? Je ne vois pas comment je pourrais forger du bois mais je peux toujours essayer…


Arkazock tendit la plante à l’Ondine et celle-ci put l’observer plus sérieusement. Comment allait-elle travailler un misérable bout de bois pour en faire une arme utilisable et suffisamment solide ? Elle était d’autant plus embêtée que le bois semblait plutôt très mou. Elle le mis sous les flammes quelques secondes afin d’en voir le résultat et, effectivement, la surface semblait plus dure. Cela dit, au bout de quelques minutes, il redevint mou. Niasci décida donc de tenter quelque chose, de toute façon, elle n’avait pas grand-chose à faire.

Elle alla donc se placer un peu plus loin que la dryade, elle n’avait pas besoin d’une source de chaleur dans un premier temps et essaya de travailler le bois de la même façon que le métal en le frappant régulièrement et fortement. Etrangement, cela fonctionna, des petits insectes, de la sève et de la mousse sortirent de tous les côtés, elle les retira en les brossant vigoureusement. Ensuite, elle frappa à la verticale pour tenter de refermer les interstices dans le bois. Des petits éclats de sciure volèrent mais à sa grande surprise, cela fonctionna plutôt bien et elle continua donc pendant un long moment de pratiquer de la sorte pour resserrer de plus en plus le bois et avoir au final quelque chose de déjà solide à mettre dans les flammes. Peut-être qu’ainsi, son travail serait finalement aussi dur que du métal ? Voilà qui serait intéressant à voir et à tester en tout cas. Satisfaite, elle se tourna vers la dryade afin de lui annoncer la bonne nouvelle :

Eh bien, il semble que j’arriverai peut-être à faire quelque chose, tu peux me dire ce que tu souhaites exactement ?


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Mar 3 Avr - 22:36

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Martel en tête

Avec la douce Niasci
...


La dryade suivit les consignes de l’ondine toute la soirée. Lorsque la nuit tomba, l’ouvrage était bien dégrossi. Elle avait cessé de parler pour autre chose que de demander des conseils qui s’étaient avérés justes. L’ondine avait appris auprès d’un maître artisan, et si elle avait encore un long chemin pratique, elle avait une excellente base théorique, appréciable pour la dryade.

De son coté, elle lui avait demandé de lui faire une sorte de chaînette, et d’y incorporer des cristaux de Shunath qui réagissaient positivement à son pouvoir. Elle ne savait pas trop ce que ça allait donner, mais essayer ne couterait rien.

Niasci lui avait fait lammeller le métal. En fait, si en chauffant au blanc ils avaient réussi à enlever la plupart de impuretés, le métal restait moyen. Une solution pour renforcer la qualité de l’objet était de L’opération consistait en l’aplatir dans une sorte de crêpe à demi molle pour ensuite la replier en deux, l’aplatir encore une fois pour a nouveau la replier. A chaque fois, le métal se dédoublait, formant des lamelles de plus en plus fines qui donnaient une meilleure cohérence au choc dans la direction transversale. L’idée était de rendre plus dur la pièce dans sa direction la plus fine. Une dague par exemple ne devait pas casser perpendiculairement à la lame. Or, en mettant en œuvre différentes couches, il devenait plus difficile de tordre l’acier, et ce, indépendamment de la qualité. Bien entendu, si le fer était pur au départ, le résultat serait meilleur, à la fois plus flexible et plus robuste, mais à défaut, la technique le rendait moins cassant. Tout ceci était une histoire de placement de cristaux et de microfissures qui viendrait nécessairement sur la lame. Le lamellage empêchait qu’une de ces fissures ne se propage a travers tout l’acier en séparant les lamelles pourtant collées.
En fait, elles apparaissaient lorsque le métal refroidissait, d’où l’importance du trempage : le refroidissement était trop lent, l’acier s’organisait sous forme de gros cristaux visibles à la loupe sui s’accrochait mal les uns aux autres. En revanche, si les cristaux étaient plus petit, l’organisation serait meilleure, un peu comme de l’eau sous forme solide peut être de glace où de neige. Dans le premier cas, les petits cristaux donnaient un assemblage résistant tandis que dans le second cas, les cristaux peu cohérents sont beaucoup plus faciles à séparer les uns des autres. On ne peut rien construire avec de la neige même compactée qui soit résistant. La glace en revanche présentait de bien meilleures qualités de matériaux.
La dryade n’avait pas vraiment compris ces subtilités et s’était contenté de marteler le bloc comme on lui avait montré. Lorsque le nombre de couche sembla suffisant à l’ondine, Arkazoc’k commença a lui donner la forme voulue. Elle n'avait pas séparé le couteau en deux, la petite garde faisant partie de l’objet. c'était avant tout un outil et non une arme dédiée à la parade.
Elle avait passé presque toute la journée sur son ouvrage qui avait fini par ressembler davantage à un croc coupant qu’à un couteau. La forme était à demi volontaire. Lorsqu’elle s’était rendu compte que l’objet était en croissant de lune, elle avait décidé de le garder tel quel pour rappeler la canine qu’elle avait eu à ses côtés avant de se faire capturer il y avait un moment. L’objet n’était pas particulièrement beau, et avait une couleur tirant davantage sur le vert que sur le gris, mais il était pragmatique. Cela suffirait.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Mer 4 Avr - 15:41

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Martel en tête

Niasci, satisfaite de voir qu’elle pouvait faire quelque chose avec ce morceau de bois étrange, termina de le frapper tout en observant les gestes de la dryade qui arrivait doucement au bout de sa tâche. L’Ondine mis donc la sienne en pause et alla lui donner des consignes pour la réalisation de la forme précise. Elle retira quelques minutes ses gants pour bien montrer les mouvements et retourna ensuite à son bout de bois refroidi qu’elle prit à pleine main pour observer l’état du travail déjà effectué. A sa grande surprise, la plante se mit à gigoter et à essayer d’attaquer sa peau, comme si la plante essayait de pénétrer à l’intérieur. Niasci la lâcha en poussant un petit cri. Qu’est-ce que la dryade voulait faire d’une telle plante ? Comment pouvait-elle utiliser une arme qui voulait l’attaquer ? Niasci remit ses gants et reprit la plante en main qui, cette fois, ne réagit pas. Elle semblait n’être active qu’au contact de la peau. Elle s’adressa à Arkazock’, presque vexée qu’elle ne l’ait pas prévenue du danger.

Qu’est-ce que c’est que c’est plante ? Elle a essayé de rentrer dans ma peau ? Pourquoi veux-tu celle-ci en particulier ? Que feras-tu si elle t’attaque ?


En bougonnant, Niasci reprit son travail, elle n’allait quand même pas se laisser effrayer par un bout de bois alors qu’elle avait vécu au milieu de ceux-ci pendant déjà de nombreuses années, surtout du point de vue d’un humain. Cette fois, elle allait essayer de donner une forme à l’ensemble. N’ayant pas une grande expérience, elle allait être obligée de la faire en plusieurs morceaux. Il s’agissait donc ici de séparer le morceau principal en petits morceaux qu’elle retaillerait plus tard. Au vu du matériel donné par la pourrissante, il ne s’agissait pas réaliser une arme de corps à corps mais une arme de mage. L’ondine n’avait jamais fait ce genre de réalisation mais elle avait déjà vu Victor en réaliser. Ces armes permettaient de canaliser le pouvoir du mage afin qu’il puisse attaquer à distance avec un moindre effort. Elle aurait bien eu besoin de ça contre la créature marine qu’elle avait affrontée à Gothregal avec Aki, Rin et Orina. Elle se demanda au passage ce qu’elles étaient devenues. Elles lui semblaient tellement loin…

Elle jeta un œil à l’ouvrage d’Arkazock. Celui-ci avançait bien, la forme était des plus anarchiques mais cela semblait convenir à la dryade puisqu’elle ne tentait pas particulièrement de corriger la forme incurvée. Niasci termina ses petits morceaux pour l’arme à distance et les plongea ensuite dans l’eau froide. Après cela, elle se rendit auprès d’Arkazock pour l’encourager et lui donner des conseils dans les derniers moments de fabrication. Rapidement, elle eut terminé, la forme était très loin des ouvrages que l’on pouvait trouver chez les humains mais c’était fonctionnel et, après tout, à l’image de l’endroit où elle se trouvait : brut et naturel. Elle lui donna une grande tape sur l’épaule.

Félicitation, tu as réussi, tu as fait ton premier ouvrage forgé ! Qu’en penses-tu ?


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Mer 4 Avr - 16:36

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Martel en tête

Avec la douce Niasci
...


L’objet que la dryade avait entre les mains avait une forme assez étrange, c’était peut-être simplement dû à sa condition de prototype, mais en tout cas, il serait intéressant de faire des essais de coupe avec. Elle n’en était pas encore là, l’objet ne coupait pas du tout. Le bord était parfaitement rond et elle n’avait pas de tranchant. En l’état, l’objet était parfaitement inutile. Elle s’en inquiétât. Avait-elle fait quelque chose de mal ?
« C’est normal qu’il ne coupe pas ? »

Elle finit par comprendre. Il lui faudrait d’abord lui donner une meilleure lame. Sous les indications de l’Ondine, elle se mit devant la pierre ronde qu’on lui avait désigné comme étant une meule. L’établi miniature était supposé aiguiser les lames, mais elle ne savait pas du tout comment il s’y prendrait. Arkazoc’k s’assit comme un humain sur le petit siège et commença à appuyer régulièrement sur la planche de bois amovible qui servait de pédale. La roue se mit en branle à sa grande surprise, et elle appliqua son objet contre la pierre. Instantanément, des étincelles apparurent et n’eusse été le regard approbateur de l’ondine qu’elle aurait arrêté par peur d’avoir mal agi. A priori son travail n’était pas si mauvais, elle devait ajouter de l’eau régulièrement pour éviter que le frottement ne chauffe trop l’acier et pour garantir une meilleure évacuation des impuretés. Elle ne s’en sortit pas si mal.


Quelques minutes plus tard, l’objet était enfin terminé. Elle regarda son bout de métal mal dégrossi qui serait désormais son couteau de poche, enroula quelques fibres d’Enaya pour le manche, chauffa pour la durcir, et le contempla. En souriant face a la forme et là couleur de l’objet aux apparences très primitives, et pour répondre à l’ondine qui la félicita elle annonça :
« Ce sera mon croc vert, je l’aime bien, il me donnera plus de mordant. »


La blague n’était pas mauvaise et le parallèle était plutôt évident. Presque personne n’était resté pour la voir finir, les gens s’étant lassés du spectacle étaient retournés à leurs activités. La nuit allait étendre son ombre sur le camp. La dryade n’en avait toutefois pas fini avec sa dague.


En parallèle, l’ondine s’était inquiétée de la plante qu’elle avait entre les mains. Comme elle avait fait pour Arkazoc’k, elle avait tenté de pénétrer la peau de l’ondine. Ce n’était guère surprenant, presque tout le monde au sanctuaire les faisait réagir. Pour rassurer l’ondine, elle prit un bout d’Enaya, la glissa sur sa peau, et la laissa pénétrer son organisme. Une relation symbiotique se mit en place, à peine visible sous l’écorce fine de la dryade. Sur une simple pensée, la racine ressortit. La plante n’était pas agressive, elle ne l’attaquerait pas.

« C’est plus pratique qu’une arme je trouve, je me vois mal courir en forêt avec un bâton comme certains mages de Dolienne, quant à secouer une baguette, ce serait risquer de la perdre au milieu de nulle part. »

Pour rire, elle mima des gestes étranges avec une tige métallique en prononçant des incantations sans significations comme « Wingardium levioooosa » en insistant sur le O pour pointer le ridicule.
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Jeu 5 Avr - 11:43

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Martel en tête

En regardant sa petite dague, la dryade s’étonna que celle-ci ne coupe pas. Cela amusa Niasci, l’Ondine avait les mêmes réactions qu’elle ou plus généralement que certains enfants ou paysans. Beaucoup pensaient qu’il n’y avait que peu d’étape dans la forge et qu’il suffisait de jeter un morceau de métal dans le feu pour obtenir une arme superbe et parfaitement coupante. Niasci lui indiqua donc la meule et lui expliqua rapidement comment l’utiliser. Cet objet servait à aiguiser les objets en créant une lame fine et parfaitement aiguisée qui pourrait trancher n’importe quoi. La dryade se mit donc à aiguiser sa lame en appuyant sur la pédale et Niasci observa. La forme de sa lame rendait cet exercice peu évident mais la dryade semblait s’en sortir avec un talent relatif et elle mettait même de l’eau régulièrement comme demandé. En tout cas, on ne pouvait nier que la dryade savait suivre des instructions.

A ce stade, la plupart des gens avaient repris leurs activités et laissés les deux êtres naturels étaient presque seuls dans cet endroit. Les quelques personnes qui restaient n’étaient plus là pour les observer mais pour avancer eux-mêmes dans leur travail d’artisan. Ainsi, quelques odeurs de cuir remontaient jusqu’à Niasci pendant qu’elle allait continuer à travailler l’arme étrange demandée par Arkazock. Quand la dryade eut terminé, elle admira son ouvrage et annonça que c’était son croc vert. Niasci rit à la plaisanterie poliment mais se demanda quand même si les dryades avaient des dents.

L’autre vint ensuite lui expliquer le fonctionnement des plantes démoniaques. Niasci la vit pénétrer mit dégoutée mi fascinée le corps de la dryade. Les deux furent ainsi dans une forme de symbiose ou le bois constituant une partie du corps de la dryade et pouvant vivre au travers de celle-ci. Elle en profita pour lui expliquer la raison de ce choix, moquant les mages humains. Cette fois, Niasci rit franchement en les imaginant, parfaitement ridicules ! Cependant, si elle pouvait comprendre l’utilité de ce choix pour la dryade, elle-même ne le pratiquerait pas. En effet, laisser entrer une plante de cette façon dans son corps lui semblait être fort peu agréable et, contrairement à Arkazock, elle ne pouvait pas fusionner avec lui pour que cela se passe sans douleur.

Niasci retourna ensuite travailler sur son arme, cette fois pour lui donner la forme définitivement, petits morceaux par petits morceaux, terminant, comme pour le métal en plongeant dans l’eau glacée pour resserrer le bois une dernière fois. Quand elle eut terminé, il n’était pas nécessaire d’aiguiser, par contre, elle devait intégrer les petites billes qui permettaient de canaliser la magie. Elle creusa donc des petits trous où les enchâsser. Elle alla ensuite chercher des petits cadres déjà préparés à l’avance par un autre qui allaient permettre de coincer de façon définitive les petits orbes donnés par la dryade. Honnêtement, Niasci n’avait aucune idée de la façon dont on pouvait fonctionner la magie au travers de cet orbe mais ce qui comptait, c’était que la dryade soit satisfaite. Elle lui montra son travail :

Alors, ça te convient ?


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Jeu 5 Avr - 22:04

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Martel en tête

Avec la douce Niasci
...


La dryade n’était pas peu fière de sa réussite. Tant pis si son œuvre était primitive, si elle n’était pas régulière et que son équilibre était loin d’être parfait. Elle n’avait jamais eu l’intention de l’utiliser pour autre chose qu’utilitairement. Et puis quand bien même, l’outil lui plaisait. Elle avait cherché à mieux connaître la forge, elle connaissait mieux la forge, en cela, l’objectif était rempli. L’autre lui demanda si ça lui convenait. Elle répondit enthousiaste :

« Oui, je crois que j’ai assez bien compris les bases, la lame n’est pas aussi droite que je l’avais pensée, mais elle coupe bien. Je vais essayer de l’enchanter, Hubert m’a montré comment faire. Je vais le cherche pour être sûre »

Dans le coute, la dryade partit quelques minutes, plantant son professeur du jour sur place avant de revenir avec un homme bedonnant et quelque-peu grassouillet tiré à quatre épingles qui a déjà alpagué Niasci a son arrivée pour en savoir un peu plus sur ses compétences, mais qui s’est rapidement rétracté en voyant l’emblème de Tirione. Celui-ci semblait passablement agacé d’être dérangé dans ses activités, et il avait un air bougon dont sortait une moue ridicule. La dryade tout sourire n’avait pas prêté attention à son allure, encore moins à son humeur maussade.

« Ça y est ! j’ai trouvé des choses pour enchanter, c’est bien comme ça qu’il faut faire hein ! J’ai pris tout ce qu’il faut ? »

Quelque chose dans l’intendant se dérida. Il aimait qu’on lui donne de l’importance, et adorait par-dessus tout juger du travail des autres. Il regarda les cristaux et les petits fruits sur la table en grommelant pour le principe. Elle refit les présentations :

« C’est Hubert, il est ici pour veiller à la bonne marche du camp et il a été envoyé par la vieille elfe du conseil, tu sais la doyenne.

A ces mots, Hubert leva les yeux au ciel. La doyenne possédait un titre et une influence qui dépassait de loin tout ce que la dryade pouvait imaginer. Une nation entière était à son écoute, et si elle ne prenait pas de décisions unilatérales, il en était néanmoins vrai que sa parole avait une certaine forme de loi dans tout Gondone.
Evidemment, il avait atterri dans le seul trou à rat où son autorité, et la sienne par extension n’était pas respectée. Il avait une certaine conscience du piège qu’on lui avait tendu en acceptant la proposition de « chance unique » et « d’avancée progressiste dont il serait au cœur ». Depuis, il s’était rendu compte que son badinage à la cour et son manque d’implication avait fini par déplaire, mais il avait déjà sauté dans la souricière. Il ne lui restait qu’a faire mauvaise fortune bon cœur.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Sam 7 Avr - 18:49

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Martel en tête

Niasci écouta le petit compte rendu de la dryade sur son propre travail. En tout cas, elle avait l’air satisfaite et c’était le plus important aux yeux de Niasci. Elle lui expliqua également qu’elle souhaitait l’enchanter et parti donc brusquement. Niasci haussa les épaules et reprit son travail. Elle eut à peine le temps de sortir le matériel de polissage qu’elle était déjà revenue. Elle amenait avec elle un homme bougonnant qu’elle appela Hubert. Apparemment, l’homme était là pour servir d’intendant au sanctuaire mais il devait aussi avoir des compétences en enchantement au vu du comportement de la dryade vis-à-vis de lui. Quand elle parla de la vieil elfe, Niasci comprit tout de suite, elle ne se souvenait pas de son nom mais bien de son visage lors du conseil des quatre nations. Celle-ci l’avait traitée d’hérétique, une honte pour son peuple. Un souverain devait donner l’exemple et être soumis aux dieux sombres de la sorte était pour Niasci une forme de faiblesse. En effet, ses dieux étaient si puissants que ça, il n’aurait pas à craindre que l’on évoque la Dame. Leur censure était la preuve de leur conscience de la faiblesse de leurs divinités.

La dryade montra quelques matériaux qui servaient à l’enchantement. Niasci avait déjà quelques peu pratiqué l’enchantement mais cela l’intéressait tout de même. Elle jetterait surement un œil mais pour l’instant, elle avait un travail à faire valider et, de toute façon, la préparation du matériel d’enchantement par l’intendant allait prendre un peu de temps, surtout si la dryade connaissait autant cet art que la forge. Elle termina par un petit coup de chiffon sur l’arme construire pour retirer les dernières poussières et impuretés qui étaient posées dessus et elle se tourna vers Arkazock’ :


Je pense que j’ai terminé. Tu veux bien venir regarder ? Est-ce que c’est bien cela que tu voulais ? Pourrais-tu l’essayer afin de voir si c’est fonctionnel ? Au-delà de ta satisfaction personnelle, je suis assez curieuse de voir le résultat et la façon dont cela va fusionner dans ton corps.


A ces mots, Niasci lui tendit l’arme afin de pouvoir l’observer. De son côté, l’intendant était en train d’enfiler un gros tablier qui lui permettrait de ne pas se tâcher et il préparait également des petits bols de toute sorte de taille afin d’y poser les ingrédients apportés par la dryade. Il observait également l’arme créé par Arkazock afin de voir comment attaquer la réalisation de l’enchantement. De son côté, Niasci avait probablement terminé son travail à moins que sa compagne ne souhaite des retouches ou une autre réalisation.

En tout cas, travailler ce bois l’avait un peu fatiguée et elle alla se servir un grand verre d’eau fraiche issue d’une cruche posée sur une petite table. A côté, elle trouva un tabouret où s’asseoir et prit le temps de boire son verre à petite gorgée avant d’attaquer un fruit posé non loin de là.


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Dim 8 Avr - 19:42

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Martel en tête

Avec la douce Niasci
...


Arkazoc'k vint auprès de l’ondine pour admirer son œuvre du jour. Persuadée que l’objet serait à la mesure de Niasci, pragmatique, sa surprise fut grande lorsqu’elle put l’avoir entre les mains et le contempler.
L’Enaya s’était remarquablement adapté aux travaux de l’ondine, et d’une branche, elle avait réussi à faire des maillons qui ensemble donnaient une chainette. L’ouvrage était si étonnamment raffiné et délicat qu’il ne tranchait que davantage avec la fausse apparence un peu rustre de Niasci.

L’objet était une longue chaine attachée par endroit qui parcourrait la main de la dryade du poignet aux bouts des doigts. Les ramifications dessinaient des arabesques qui recouvraient la main une fois l’objet porté. Pour soutenir l’ensemble, une sorte de bracelet faisait le tour du poignet pour enrober le bras de la dryade afin de soutenir et de capter la force magique de celle-ci. Les deux cristaux de Shunntah rougeoyaient légèrement à l’approche de la main, donnant un éclat particulier à l’ensemble. La dryade n’avait pas de vraie notion de ce qu’était le raffinement. Toutefois, l’objet était objectivement agréable à l’œil, et n’eussent été les matériaux que l’ondine aurait certainement pu proposer un objet de bien meilleure qualité.

« Je suis impressionnée, je ne pensais pas que tu savais faire quelque chose d’aussi fin. »

La dryade le prit délicatement puis invita l’ondine à la suivre dans une clairière plus grande où elle ne risquait pas de détruire la moitié de la forêt. Avec un peu d’appréhension, elle le glissa sur sa main opposée à son anneau, le mit en place avec une certaine maladresse, puis, le laissa la pénétrer. Lentement comme avec délicatesse, l’objet entra en elle. D’abord doucement, puis par à-coup pour se loger confortablement, fusionnant son essence.
D’extérieur, seuls une fine trace prouvait l’existence de la chainette, ainsi que le rougeoiement des cristaux qui pulsait avec lenteur comme le cœur de ronce battait la sève de la dryade.

« Je… Je vais essayer »

La dryade n’avait aucune idée de la façon de se servir de l’objet, mais elle n’tait pas si faible qu’elle ne puisse l’utiliser. Elle tendit la main vers une souche, fit un geste mesuré et… rien ne se passa !
Il lui fallut plusieurs essais infructueux avant de comprendre. Elle devait concentrer ses capacités magiques via son cœur pour les expédier dans sa main. Si la méthode est difficile à décrire, pou la dryade dotée de capacités depuis son plus jeune âge, c’était un geste facile à réaliser. En se concentrant, cette fois, en visualisant une coupure, une lame d’énergie en forme de feuille surgit de son bras, jaillit vers la souche, se planta profondément avant de finalement éclater.

« C’est… intéressant. Je n’étais pas sûre que l’Enaya fonctionnerait aussi bien. Je te remercie infiniment, tu peux être fière de toi, l’objet est une petite merveille ! »

l'arme en question:
 


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Lun 9 Avr - 17:36

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Martel en tête

La dryade vint observer et l’objet et fut surprise du travail de Niasci. En effet, celle-ci y avait passé pas mal de temps et s’était appliquée pour faire quelque chose qui ressemblait au travail de Victor sur ce type de produit même si ce n’était pas naturel pour elle. Ce n’était bien entendu pas aussi beau ni aussi délicat mais le résultat était quand même suffisant pour qu’elle puisse en être fière. Ensemble, elles partirent ensuite vers un endroit plus isolé afin de tester l’efficacité de l’arme nouvellement créé. Le bois fusionna avec la main d’Arkazo’k en quelques secondes, se mêlant à sa peau faite d’écorces et de branchages. Les petites chainettes de bois métalliques se mêlant à son corps dans un étrange entrelacs.

Elle se concentra pour attaquer et l’Ondine attendit patiemment. En effet, il fallut plusieurs essais pour que l’expérience soit une réussite. Utiliser ce genre d’arme pour un néophyte ne semblait pas aussi évident que de pointer une épée sur l’adversaire. Cependant, une fois qu’elle eut compris le fonctionnement, il apparut qu’aucune maîtrise technique n’était nécessaire ou en tout cas très peu. Elle devait réussir à envoyer sa magie au travers de l’arme qui la concentrait probablement. En tout cas, c’est ce que Niasci imagina quand une parcelle du pouvoir de la dryade alla s’écraser contre un arbre.

Celle-ci fut très reconnaissante et Niasci accepta les compliments. Elle avait aimé réaliser cet ouvrage et elle devrait bien cela à la personne qui l’avait emmenée dans le sanctuaire qui la logeait et la nourrissait depuis son arrivée dans cette nouvelle région inconnue. Par contre, tout cela l’avait épuisée, elle se fatiguait vite depuis son retour de chez Fern et décida donc que s’en était fini pour elle de travailler lors de cette journée. Elle s’adressa donc à la dryade :

Je t’en prie, c’est normal. Je suis contente que ça te plaise et je suis personnellement ravie d’avoir pu m’entrainer à confectionner ce type d’objet. Par contre, je commence à être fatiguée et je vais te laisser. De toute façon, je pense que ton intendant t’attend pour enchanter ton matériel, n’est-ce pas ?


Elle termina en la saluant et retourna à la petite chambre qu’elle occupait en traversant le sanctuaire qui grouillait d’activités de toute sorte. Sur la route, elle fit des signes de tête à quelques personnes qu’elle avait déjà vues plusieurs fois et, une fois rentrée chez elle, s’hydrata copieusement, se lava rapidement pour retirer tous les éclats de bois et les odeurs de feu de son corps. Finalement, elle se jeta dans son lit pour se reposer et s’endormit pour une longue sieste. Elle ne se réveilla que plus de trois heures plus tard pour le repas mais ne chercha pas particulièrement à savoir où en était Arkazo’k. Si la forge était un art qui la passionnait, l’enchantement la laissait totalement indifférente.
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Martel en tête

Lun 9 Avr - 23:40

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Martel en tête

Avec la douce Niasci
...

La dryade mis sa main sur son front dans une expression innocente et naïve, elle l’avait complètement oblitérée de ses pensées !

« Oui tu as raison, je l’ai complètement oublié le pauvre ! »

Elle se précipita dans sa direction, plantant l’ondine sur place avec un dernier mot.

« Va au nid te reposer un peu tu as travaillé toute la journée ! encore merci pour l’objet ! Je vais l’appeler feuillu, c’est bien trouvé non ? »

La dryade partit en riant. Elle avait eu de grandes satisfactions aujourd’hui, mais la journée n’était pas encore finie. L’enchantement prenait du temps mais un enchantement aussi simple ne prenait que quelques minutes. Elle n’allait pas passer des heures et il fallait qu’elle retrouve Hubert.
L’intendant avait l’air contrarié de s’être fait mettre en attente par la lunatique dryade. Il la gronda lorsqu’elle revint, mais la dryade le désarma par un rire cristallin. Enfin, elle était là, c’était ce qui comptait. Il abandonna l’idée de la secouer, ça ne donnerait rien de bon pour lui de toutes façons. Pour une raison qui lui était étrangère, elle avait un impact considérable pour le camp. Elle n’avait pourtant rien d’une meneuse. Mieux valait s’en faire une alliée. Il la mit au travail immédiatement.

« Allez ! Apprend ça par cœur, et essaye de répéter l’incantation... Non, pas comme ça ! Il faut que tu mettes ton énergie dans chaque mot également, sauf ce passage qui doit être plus fort. Attention tu vas briser l’enchantement ! »

Au bout de ce qui semblait être une éternité, il la laissa enfin essayer. La dryade alla devant la table d’enchantement improvisée, ses ingrédients posés devant elle. Elle les répartit comme l’instruisait son instructeur du jour, Pour plus de précautions, il lui avait donné bien plus d’ingrédients que nécessaire. Il était difficile de rater dans ces conditions, mais c’était une novice avec quelques heures d’apprentissage. C’était un peu tôt et il le savait. Ils allaient bien voir. Le pire qu’il puisse faire était de rater l’enchantement, voire de gâcher les ingrédients, mais ils n’avaient que peu de valeur.

Finalement, il fallut du temps pour qu’elle parvienne à comprendre que les mots étaient un support pour son pouvoir et non une fin en soi. L’incantation était inutile, c’était l’intention qui comptait. En soit, les mots donnaient un chemin, elle se laissa glisser pour parvenir à ses fins.

Quand elle eut enfin fini, et qu’elle se redressait pour contempler son œuvre, elle ne vit rien de changé. Les ingrédients avaient noircits mais c’était tout.
Pourtant, dans l’objet, quelque chose semblait changé, signe qu’elle avait réussi. En le prenant, elle se sentait plus forte. Elle regarda l’intendant qui sourit pour signifier son succès. Elle avait réussi son premier enchantement.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Garde Khazâd vs Morne-Martel
» Achat elfes morne martel et gobelin de la moria
» Les arabes ....
» A propos des nouveaux set d'attaques
» L'education gratuite un slogan

Sauter vers: