bannière du haut du forum

Partagez

Chasse pas si sauvage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sujet: Chasse pas si sauvage

Lun 2 Avr - 21:58

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Chasse pas si sauvage

Avec un bloc de métal sur pattes


« Nous avons besoin …. D’aide… Nous… haaa… avons été attaqués… »


Le satyre venait d’arriver au sanctuaire, l’écume aux lèvres d’avoir couru pendant des heures sans reprendre son souffle. Il avait été reçu par le boucher qui retrait ses bêtes et qui lui avait donné à boire le temps de chercher la dryade qui était toute à ses cultures.

Elle lui demanda s s’expliquer. Péniblement, celui-ci annonça son problème. Ils avaient confectionné des potions alchimiques de croissance pour soigner les pousses des plantes destinés à la consommation. L’odeur des potions étant dissuasives, personne n’avait jamais essayé de les boire, elle puait la charogne et la viande décomposée. Pourtant elles étaient étonnamment efficaces et permettaient en quelques semaines d’obtenir des fruits a maturités. En plus, elle se dissipait en quelques heures et une fois dans le fruit devenait parfaitement inoffensive !
En toute logique, ils n’auraient pas dû avoir de problèmes, après tous cela faisaient des générations qu’ils utilisaient le même produit.

Aujourd’hui toutefois, il en avait été autrement. L’odeur de viande morte avait attiré des charognards particulièrement peu regardant sur la fraîcheur des aliments qu’ils ingéraient : des Rolrons. Les stupides créatures aux allures d’autruches et de lézard avaient été mises au parfum et étaient venus lécher le sol imbibé de liquide alchimique.

La potion les avait rendues folles, et elles s’étaient jetées aussi bien sur les vivant que sur les morts pour de nourrir. Il ne savait pas combien ils étaient, mais pour en avoir vu un se jeter sur sa demeure et cracher un jet de flamme, il savait que l’animal était dangereux. Il faudrait les abattre et ils n’étaient pas assez bien équipés en armes pour leurs donner la chasse. Aussi avait-il bravé les dangers de cette faune nouvelle pour courir ventre à terre vers le seul endroit qu’il connaissait où des gens capables susceptibles de l’aider siégeaient : le sanctuaire.

Arkazoc’k avait déjà visité l’endroit et connaissait le village peuplé d’êtres des bois. Il était hors de question que des créatures privées de leurs natures n’aient le loisir de ravager la forêt placée sous sa protection. Elle n’était pas la seule, mais elle était sans doute la plus sociale. Elle se mit en route.

Elle s’était rapprochée du fleuve et le longeait désormais pour faciliter sa marche. Sur la rive, le sol était plus ferme et la dryade était pressée. Elle avait déjà couru pendant plus d’une heure de la démarche légère qui caractérisait désormais ses déplacements en forêt, et avait parcouru plus de la moitié du chemin. A ce rythme elle arriverait largement à temps pour aider à soigner les blessés et recueillir des informations pour sa chasse avant la nuit. Elle pivota agilement pour esquiver un arbre énorme sur sa course, pris appui sur une racine pour s’élancer au-dessus des broussailles… et faillit percuter de plein fouet un énorme bloc de métal a apparence humaine.

Une chose était sûr, ce bloc n’avait rien à faire là.
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Chasse pas si sauvage

Mar 3 Avr - 1:22

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Chasse pas si sauvage

Niasci était sortie difficilement de l’eau, son armure pensant sur son dos et l’entrainement vers le fond. Avec la force du désespoir, elle lacha son marteau et parvint à retirer certaines pièces et put ainsi se hisser jusqu’à la surface reprenant une énorme bouffée d’air. Elle était vivante mais ne reconnaissait pas l’endroit où elle se trouvait. De plus, elle se sentait faible mais, au moins, la sensation de faim et de soif avait disparue. Elle alla jusqu’à la rive où elle déposa les pièces qu’elle avait encore sur elle, à savoir ses gantelets et ses bottes. Ensuite, elle fit quelques allers-retours afin d’aller rechercher une à une les pièces qui avaient coulées au fond de l’eau. Elle ne savait pas exactement comme tout cela s’était passé mais en tout cas, elle avait repris exactement l’apparence qu’elle avait avant de mourir, blessures comprises. Elle passa quelques minutes à retirer les algues qui s’étaient coincées dans les interstices et entreprit de remettre sa tenue. Bien qu’elle fut affaiblie, il était hors de question qu’elle abandonne l’équipement si difficilement fabriqué et le mettre sur elle était encore la façon la plus simple de le porter.

Ensuite, elle se redressa et marcha sans but, cherchant la civilisation. Elle ne reconnaissait pas l’endroit où elle se trouvait et le paysage ressemblait à Gothregal mais il était certain qu’elle n’était plus au royaume de Fern, elle se sentait bien dans son corps et, surtout, l’endroit était plein de vie, d’eau et de nourriture.

A peine avait-elle fait quelques pas qu’une créature émergea et lui fonça dans son armure. Faible, Niasci vacilla sous le choc et se retrouva un genou au sol. Effrayée que ce fut une créature agressive, elle attrapa son marteau prête à se défendre. Cependant, la forme devant elle était en réalité une dryade qui confirma définitivement à l’Ondine qu’elle était de retour dans le monde des vivants. Niasci en avait déjà vu une il y avait très longtemps, qui avait été de passage près de la rivière de son clan et avait profité de leur hospitalité pendant quelques nuits. Celle-ci ne lui ressemblait en rien, elle n’avait pas cette délicatesse et cette beauté naturelle que l’on retrouvait chez ces êtres dont le corps était en grande partie fait de fleurs et branchages. Ici, elle avait l’air presque… pourrie. Elle ne sentait rien mais Niasci pouvait voir des pores de sa peau suppurer une substance hideuse et elle du réprimer une nausée. D’un coup, elle se souvint, il s’agissait de la dryade qui était présente au conseil des hérauts. Où avait-elle juré fidélité ? Niasci ne s’en souvenait pas. Par contre, elle se souvenait de sa haine de la Dame mais ce n’était pas le moment de parler religion, elle avait trop besoin d’aide.

Je vous ai déjà vue, vous êtes un héraut et je suis comme vous où sommes-nous ? Je… suis… faible, j’ai besoin de… repos.   


Pour l’instant, Niasci préférait ne pas parler de son expérience dans le royaume de Fern et cette hérétique ne lui inspirait pas confiance bien qu’elle ait fortement besoin de son aide.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Chasse pas si sauvage

Mar 3 Avr - 3:33

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Chasse pas si sauvage

Avec un bloc de métal sur pattes



Ambiance musicale:
 

La dryade vit la chose métallique attraper une énorme masse et la brandir en direction de celle-ci. Elle eut un mouvement de recul et plaça ses bras devant sa tête pour la protéger de l’impact, mais qi la scène n’avait duré qu’une fraction de seconde, le coup redouté ne vient jamais. Avec un certain soulagement elle plissa les yeux pour reconnaître son adversaire. A contre-jour, de sa position au sol, elle n’arrivait pas à reconnaitre le visage au soleil et encore moins la silhouette derrière l’épaisse armure métallique de son « agresseur ». L’autre fut plus rapide à comprendre la situation, et une voix familière se fit entendre.

C’était la fanatique du conseil ! Elle ne l’avait pas reconnu tout de suite à cause de l’amure, mais maintenant qu’elle l’avait entendue, la peau bleue et la stature ne trompait pas ! Mais qu’est-ce qu’elle faisait ici ?

La dryade fronça les sourcils. Puis, voyant que l’autre ne représentait pas de menace et serait plus prompte à s’assoir qu’à se battre, elle se détendit un peu. Elle tenta une approche qu’elle estimait « délicate » :

« Mais pourquoi es-tu aller te baigner en armure lourde ? Heureusement que vous respirez sous l’eau sinon tu te serais sans doute noyé ! »

L’autre n’était pas en état, elle réfléchit à l’abandonner ici, mais finalement abandonner quelqu’un sur la route pour sauver d’autres personne manquerait de logiques. Elle avait couru pendant un moment, ce serait l’occasion pour elle de se reposer un peu.

« Repose toi un moment, j’arrive avec de quoi te ressourcer. Ne bouge pas d’ici je vais chercher a manger »

Elle quitta l’ondine après s’être assurée que celle-ci n’était pas en manque flagrant de quoi que ce soit. Connaissant bien l’endroit, elle savait qu’un petit ruisseau courrait non loin et était gorgé de poissons logés sous les rochers. Arkazoc’k n’était pas experte, mais elle connaissait bien la faune et les habitudes de ces animaux peu intelligents. Elle n’eut pas à chercher longtemps. En palpant sous les pierres qui n’étaient pas logées dans le sol du ruisseau où sous les arbres qui laissaient courir l’eau entre leurs racines, elle eut tôt fait de trouver ce qu’elle recherchait.
S’armant d’une branche verte fourchue, s’approchant à contrecourant du poisson, elle piqua de son arme improvisée l’animal paresseux qui se reposait dans l’eau courante qui ruisselait sous un vieux frêne qui avait dû connaître des jours meilleurs.
Le poisson se débattit, mais percé de part en part, rapidement, la vie le quitta. Il s’agissait d’une truite de taille moyenne. Elle n’était pas vraiment surprise par l’animal, la hiérarchie était assez stricte chez les poissons, les plus gros occupant les meilleures places. Elle répéta l’opération deux fois pour finalement retourner voir l’ondine avec un grand sourire :

« Voilà ! j’ai trouvé des poissons ! »




[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Chasse pas si sauvage

Mar 3 Avr - 13:30

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Chasse pas si sauvage

Heureusement pour elle, la dryade ne l’attaqua pas malgré leurs différences d’opinion. Qu’elle ne se souvint pas d’elle ou qu’elle n’eut pas envie de se battre mais de toute façon, ça l’arrangeait. Elle s’assit donc au sol tandis que l’autre lui demandait pourquoi elle était entrée dans l’eau en armure lourde, soulignant qu’heureusement les Ondines pouvaient respirer sous l’eau. Niasci la détesta encore plus et la fusilla du regard. Ce n’était franchement pas le moment de réveiller ce genre de vieille frustration. Elle ne releva pourtant pas, préférant ne pas dévoiler ses faiblesses à une presque inconnue. Il était temps pour elle d’expliquer la raison de sa présence dans l’eau et elle n’avait pas changé d’avis, impossible pour l’instant d’expliquer son expérience chez Fern, cela viendrait peut-être plus tard si elle trouvait quelqu’un de confiance. En attendant, il allait être question de mentir et Niasci n’était pas très douée pour ça.

Eh bien… Je me suis perdue. Longtemps. Et puis, heu… j’ai trébuché dans l’eau à cause de la fatigue.  


Elle espéra que cette piètre justification suffirait à la dryade. Voyant à quel point Niasci était faible, celle-ci eut la présence d’esprit d’aller lui chercher de quoi manger. Ainsi, elle vit la dryade chercher quelque chose dans les roches, surement une algue comestible, un poisson ou des curstacés. De son côté, en attendant, Niasci se traina jusqu’à la rivière à quatre pattes et plongea le visage dans celle-ci afin de s’abreuver. Elle en profita pour se regarder dans le reflet de l’eau mais il n’y avait pas trace des brûlures du soleil qu’elle avait ressenties chez Fern. Soulagée, elle fit ensuite demi-tour pour retourner à l’endroit où elle avait croisé la dryade qui lui apporta du poisson. En la voyant revenir, Niasci commença à allumer un feu. Elle était extrêmement reconnaissante et ses petits poissons allaient vite cuire. Trempée comme elle était, un peu de viande cuite lui ferait le plus grand bien. Une fois les poissons mis sur le feu, Niasci en profita pour poser quelques questions d’usage qui lui permettrait ensuite d’interroger la dryade sur l’endroit dans lequel elle avait atterri.

Hum, désolé mais je ne me souviens plus de ton nom. Au conseil tu étais dans une bulle qui n’incitait pas vraiment à la conversation… 


Maintenant que les démarches diplomatiques avaient été menées avec diplomatie, tout du moins du point de vue de l’Ondine, il était temps d’aborder les questions plus complexes. Elle attrapa un poisson qui était déjà grillé. Il ne l’était pas encore pas totalement mais elle avait trop faim pour attendre encore et la nourriture lui rendit immédiatement des forces. Ce n’était peut-être que temporaire mais c’était souverain.

Où sommes-nous exactement ? Je ne sais plus à quelle nation tu avais juré fidélité. Sommes-nous dans celle-ci ? Je vais avoir besoin d’un endroit pour me reposer un peu et… disons, voir ce que je vais faire dans les prochains temps, tu connais une auberge ou, encore mieux, un clan d’Ondines qui serait prêt à m’accueillir temporairement dans la région ?  


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Chasse pas si sauvage

Mar 3 Avr - 18:07

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Chasse pas si sauvage

Avec un bloc de métal sur pattes





Elle était… tombée dans l’eau ?? La dryade regarda Niasci d’un air circonspect puis secoua la tête en levant les yeux au ciel. Après tout elle s’en fichait bien des raisons de l’ondine. Elle était curieuse de savoir ce qui s’était passé, mais pas au point de soutirer les secrets. Elle lui suggéra de prendre un peu de temps pour se restaurer.
« Et bien, repose-toi quelques minutes, mange ce que je te rapportes et suis-moi, je vais te ramener à un village, à moins que tu ne préfères héler un bateau ? »

Les poissons à peines ramenés étaient déjà déposés sur la broche improvisée de l’affamée ondine. Celle-ci était à même de faire jaillir le feu malgré d’humidité de son équipement, ce qui surprit Arkazoc’k. Pourtant, les ondines vivant sur l’eau, il devait s’agir d’une compétence de base si elles voulaient manger des aliments cuits. Elle la regarda manger sans envie, elle avait mangé le matin même et se contentait de peu. Capable de photo synthétiser la lumière, la dryade récupérait l’énergie du soleil pour l’emmagasiner dans son organisme. Si elle ne bougeait pas, cela lui suffisait à vivre, toutes ses fonctions vitales étant alimentées par ce système. En activité, cependant, elle devait trouver de la nourriture occasionnellement pour permettre de compenser la dépense énergétique de l’effort. Dans ce cadre, elle se contentait en général de champignons, de racines ou de fruits glanés le long de la route.
L’ondin lui demanda son nom.
« Arkazoc’k, je m’appelle Arkazoc’k, je viens du sanctuaire que nous sommes en train d’établir à l’est d’ici. Et pour ta gouverne, nous sommes à Gondone »

Elle sourit et ajouta d’un air amusé :
« Tu as-tu te perdre TRES longtemps pour être venu à pied depuis Gothregal »
Elle n’insista pas davantage, en fait il était possible que l’autre n’y soit jamais allé pour une raison ou une autre. C’était amusant comme perspective, mais la curiosité était le moindre de tous ses défauts.
En fait, la dryade était assez concernée par le fait de se débarrasser le plus rapidement possible de l’ondine maintenant qu’elle l’avait dans les pattes. Elle considéra la laisser ici, après tout elle était au bord de la principale voie navigable de la région et plusieurs bateaux passaient par jour, mais il n’était pas dit qu’ils la prendraient et elle n’allait pas la laisser errer dans sa foret à faire n’importe quoi. A la fin du repas frugal, elle poussa dans la direction du village.

« Suis-moi, je dois me rendre dans un village non loin d’ici, tu pourras te reposer là-bas. Ils ont besoin d’aide, je ne doute pas qu’ils ne t’appuient en retour si tu règles le problème avec moi. »

La lourde protection de son interlocutrice répondait pour elle. Si elle était capable de la porter, elle devait posséder une force importante. La dryade venait peut-être de trouver de l’aide si toutefois l’ondine récupérait rapidement.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Chasse pas si sauvage

Mar 3 Avr - 18:59

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Chasse pas si sauvage

La dryade l’invita à manger et Niasci dévora tout ce qu’il restait de poisson. Cet apport solide de nourriture était des plus nécessaire et elle se sentait déjà temporairement mieux même si, au fond d’elle, elle se doutait qu’il lui faudrait plusieurs jours pour se remettre de ce voyage quelque peu… particulier. Ensuite, on lui proposa d’aller jusqu’à un village ou d’attendre un bateau. Niasci balaya cette dernière possibilité de ses pensées. C’était certes tentant de rentrer rapidement chez elle mais elle n’avait aucun moyen de payer la traversée et s’embarquer dans un voyage en mer sans connaître les effets secondaires de son état était une bien mauvaise idée. Elle préférait ne pas se retrouver coincée sur un bateau en plein milieu de nulle part et n’avoir qu’un piètre médecin marin pour la libérer d’un sortilège dangereux par exemple. L’option du village semblait donc la plus raisonnable et elle accepta.

La pourrissante s’appelait donc Arkazock et elles se trouvaient à Gondone. Voilà qui était bien loin de Gothregal, surtout à pieds. Dans tous les cas, le moment venu, le bateau serait surement indispensable si elle ne souhaitait pas traverser le monde à pieds. Pendant quelques secondes, elle se prit malgré tout à trouver à cette idée alléchante. Après tout, elle avait bien apprécié son voyage de Gothregal à la capitale de Tirione. Mais, en comparaison, ce voyage-ci serait probablement beaucoup plus long mais surtout solitaire et donc dangereux. Elle repensa à son agression lors d’une livrai à Gothregal et trouva la perspective soudainement moins agréable… L’autre souligna le temps qu’elle avait du mettre pour venir jusqu’à Gothregal. Niasci ne put que répondre en bougonnant :

Je n’ai pas le sens de l’orientation…


Quelle autre excuse pouvait-elle trouver réellement ? Elle avait intérêt à mieux se préparer pour ses autres rencontres si elle ne voulait pas avoir de problèmes. Cependant, elle n’avait pas la moindre idée de ce qui pourrait expliquer un voyage jusqu’à cette zone de Bariande. Il pourrait d’ailleurs être intéressant qu’elle regarde une carte pour visualiser un peu mieux l’endroit où elle se trouvait par rapport à l’endroit d’où elle venait.

La dryade l’invita donc à la suivre au village. Celui-ci avait d’ailleurs besoin d’aide et elle proposa à Niasci de l’aider à remplir une petite mission. En réalité, c’était plutôt intéressant pour l’Ondine qui n’avait rien emporté avec elle. Si elle parvenait à leur venir en aide, ils accepteraient surement de la nourrir et de la loger pendant quelques jours. Elle se releva et se mit donc à suivre la dryade. Elle espéra que son copieux repas lui donnerait assez de force pour apporter une aide suffisamment acceptable pour mériter reconnaissance et donc récompense. Elle se renseigna donc, afin d’être mieux préparée :

Je t’accompagne au village, qu’est-ce qu’on doit faire exactement ? Tu connais le problème voire, la source de celui-ci ? Ca simplifierait grandement les choses et je ne suis pas sure d’être en état pour une grande enquête dans une nation inconnue…  


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Chasse pas si sauvage

Mer 4 Avr - 1:21

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Chasse pas si sauvage

Avec un bloc de métal sur pattes


L’autre n’avait pas l’air aussi mal en point que ce que la dryade pensait de prime abord ; Elle n’était pas blessée au moins, c’était déjà un point positif, elle pourrait sans doute faire d’une pierre deux coup. De toutes façons les rolrons étaient arrivés au matin, ils avaient eu l’occasion de tout saccager ou de décamper, courir là-bas n’avait pas vraiment de sens.

« Il faut chasser des Rolrons, Les créatures sont devenues agressives, on en saura plus une fois sur place, mais ce ne sont pas des bestioles très dangereuses et si j’ai bien compris elles ne comptent pas vraiment fuir. »

Prise d’un doute, Arkazoc’k jaugea l’ondine. Après tout, elle ne connaissait pas grand-chose de son interlocutrice quelle voyait en armure, certes mais dont elle ne savait rien. Le choix des armes étaien très étranges, pour une ondine un marteau et une armure lourde ? Sous l’eau elle devait couler comme une pierre. En général les créatures aquatiques préfèrent garder leur mobilité, tout cela était assez étonnant. Elle chercha a se renseigner :

« Est-ce que tu sais te défendre ? Les rolrons ne sont pas des créatures téméraires en général mais tu peux te servir de ça ? »

Elle avait pointé le lourd marteau de guerre que la dryade portait sur elle. L’arme était non conventionnelle. Les armures étant peu répandues, l’usage d’une arme spécialisée pour percer les défenses était étonnant. Si son adversaire était rapide et disposait d’une lame plus légère, il pourrait prendre l’avantage facilement. C’était le cas contre un humanoïde en tout cas. Toutefois, l’épaisse protection qui donnait des airs de Jaggernaut à l’ondine devait palier à son manque de défenses. Il ne devait pas y avoir grand monde assez fou pour s’y risquer.
Dans tous les cas, si elle voulait se battre contre un animal renforcé, l’avantage de pouvoir percer les armures était considérable, en concentrant toute la masse de l’objet en un point, le pouvoir de pénétration était colossal. Certes, l’objet était difficilement maniable, mais les dégâts infligés à chaque coup devaient être colossaux.

Encore fallait-il que l’ondine sache l’utiliser ! Si elle était faite du même bois que la dryade, sans nul doute qu’elle ne saurait pas mettre en œuvre ce genre d’armes. Après tout, l’autre avait dut apprendre à utiliser des lances et des filets, pas des marteaux et des haches ! Les ondines sociales existaient cependant, certaines s’étaient installés dans les villages, ce n’était pas si étonnant que ça finalement. Réellement, seule l’armure, rares chez les gens de peu donnait lieu a de telles questions. Peu de gens en possédaient une, et personne ne la portait au quotidien. Si ce n’était les gardes des villes qu’elle avait pu apercevoir, et même ceux-ci portaient souvent une tenue plus légère

[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Chasse pas si sauvage

Mer 4 Avr - 14:22

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Chasse pas si sauvage

Niasci écouta l’explication de la dryade. Le problème semblait être un Rolron. L’Ondine avait déjà entendu parler de ce genre de créature. Elles existaient également à Gothregal mais elle n’en avait jamais vraiment croisée. La raison pour laquelle elle n’en avait jamais vu était que ces animaux étaient très craintifs. Dès lors, elle ne les avait jamais craints mais n’en avait jamais affronté non plus. Elle se demanda si ceux-ci étaient différent dans cette région pour être agressif, si leur agitation pouvait avoir une cause extérieure ou, tout simplement s’ils s’étaient perdus, attirés par un cadavre, et étaient désormais acculés et donc prêts à tout pour survivre. En tout cas, la situation n’effrayait pas la guerrière et cela l’avait même rassurée, elle avait déjà imaginé le pire à combattre alors qu’elle n’était pas en état. Ces créatures devraient être gérables…

Hum… des Rolrons… je pensais que c’était des créatures très craintives ? Je me demande ce qui a pu les pousser à devenir suffisamment agressives ou destructrices pour devoir être chassées…


Tandis qu’elles progressaient en direction d’un village dont Niasci ne voyait toujours aucune trace, il ne devait pas être tout prêt ou ne pas être humain pour ne laisser ainsi aucune trace sur la nature. En route, la dryade en profita pour s’assurer de ses compétences techniques. L’Ondine était habituée à l’incrédulité des gens concernant ses armes et sa tenue. Sa race était plutôt une adepte de la délicatesse et de la magie que des armes de métal qui étaient plutôt utilisées majoritairement par les humains et les nains.

Oui, je sais m’en servir. Il y a encore peu de temps, je n’avais pas accès à la magie, j’ai donc cherché des moyens dérivés pour être utile à mon clan. J’ai trouvé une arme comme celle-ci sur un cadavre et je me suis entrainée. Quand j’ai quitté mon clan pour aller sur les routes, je me suis petit à petit fourni une nouvelle arme et une armure. Je ne suis pas comme mes sœurs, je ne peux pas me battre en profitant de la vitesse et de la magie alors j’utilise ma force pour briser les choses.


En observant la dryade, Niasci ne put que voir qu’elle ne portait aucune arme, aucune protection. Savait-elle seulement se battre ? Peut-être calmerait-elle les Rolrons en leur parlant. Niasci n’avait vu des dryades que de loin et très rarement, elle ne connaissait donc pas les pouvoirs particuliers de celles-ci. Elle n’avait d’ailleurs qu’un moyen de le savoir et interrogea donc sa compagne :

Et toi, tu te bas sans rien ? Est-ce que tu te bas seulement ? Peut-être que tu parles aux animaux ou que tu leur chantes une chanson pour leur demander de se calmer.


Les seules connaissances qu’elle avait des dryades étaient celles transmises dans des chansons ou des légendes et, bien entendu, tout cela ne reflétait pas forcément la réalité mais mettait seulement en avant le pouvoir spécifique de l’une ou l’autre dryade.

Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Chasse pas si sauvage

Mer 4 Avr - 15:45

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Chasse pas si sauvage

Avec un bloc de métal sur pattes


La dryade rit de bon cœur en entendant la question de l’ondine. Si elle savait se battre ? Pas vraiment en fait. Elle n’avait pas eu à le faire par le passé et si elle était agile, elle ne connaissait aucune forme d’art martial et son faible poids, doublé d’une frêle constitution l’empêcherait de renverser un adversaire où d’appuyer une lame. Non, elle n’était pas capable de se battre, su moins pas à mains nues. Encore moins avec une arme, elle ne saurait pas par quel bout la prendre et elle risquait autant de se blesser que de toucher un adversaire. Les seuls outils qu’elle n’ait jamais utilisés éraient des petits bâtons pour jouer avec des insectes. Rien qui ne puisse lui venir en aide si elle était prise à parti en tout cas.
De même, elle ne portait aucune protection. Pour elle il eu été inconvenant de recouvrir son corps de cuir, la protection qu’il lui offrirait l’empêcherait de capter efficacement la lumière du soleil, ce qui l’épuiserait à long terme. Quant à porter des plaques de métal, c’en était risible. Elle passait presque toute sa vie en forêt, comment aurait-elle pu entretenir l’objet, et encore moins courir comme elle le faisait en continu. Le bruit, l’odeur, la composition, tout dans l’objet la répugnait. Elle s’imagina une seconde courir en forêt, rameutant tous les animaux par des bruits de quincailleries qui la suivait partout, et à nouveau, elle éclata de rire.

« Non, je ne sais pas me battre, mais ça devrait suffire pour des rolrons, en général ils sont craintifs. Si ceux-ci nous poussent au combat, alors je serais contrainte au combat. »

L’autre toutefois n’avait pas tort, elle pourrait bien leur chanter une chanson, et dan les faits, il se pourrait bien que cette chansonnette marche. Certes elle n’allait pas pousser la voix, mais les animaux gravitaient naturellement autour d’elle et elle avait récupéré son don pour la communication animale. Il lui était désormais difficile de s’imaginer attaquée par une créature bien plus sauvage comme un Drhem où un tigre. Effectivement, elle pourrait sans doute faire quelque chose.

« Dans le fond, tu as raison, des Rolrons, en théorie, je peux bien les amener à m’écouter, donc on pourra peut être éviter la confrontation. Le problème c’est qu’ils sont manifestement devenus fous, donc je ne sais pas si j’arriverai à les calmer. »

L’autre n’avait toujours pas bougé, la route n’était pas longue, mais s’ils restaient immobiles, elle pourrait le devenir. Elle s’adressa à nouveau à l’ondine :

« On peux y aller où tu es trop faible pour porter ton propre poids, Ils ne vont pas nous attendre là-bas. »

De son coté, elle regarda la berge et estima la distance qui lui restait à parcourir. Une heure toute seule, deux en traînant une boite en métal. Elle ferait avec.


[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Chasse pas si sauvage

Jeu 5 Avr - 12:30

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Chasse pas si sauvage

La dryade confirma qu’elle ne savait pas se battre. Du coup, heureusement pour elle que Niasci était tombée sur sa route. L’Ondine se demanda exactement pourquoi elle était partie seule de la sorte sans rien pour se défendre ? Elle comptait apparemment sur le fait qu’ils étaient craintifs mais s’ils ne l’étaient pas de façon exceptionnelle, qu’allait-elle faire ? Après, elle irait au combat si besoin mais Niasci ne voyait pas comment elle pourrait s’en sortir. Peut-être utilisait-elle la magie ? En tout cas, elle l’espérait parce que seule, elle allait avoir du mal à vraiment prendre les choses en main si les Rolrons étaient nombreux. D’autant qu’il était hors de question qu’elle retourne d’où elle venait, elle ne savait pas s’il lui serait possible de revenir parmi les vivants une nouvelle fois et elle ne comptait pas prendre le risque. En cas de danger trop fort, elle s’enfuirait sans hésiter, quitte à abandonner la dryade à son sort. Cependant, il semblait qu’elle puisse peut-être discuter effectivement avec les créatures et ça, Niasci aurait été ravie de le voir. Mais cette possibilité n’était envisageable que si les créatures n’étaient pas prises par une étrange folie ou panique auquel cas, ce n’était même pas la peine d’essayer.

Ensuite, elle lui demanda si elle pouvait continuer sa route. Niasci essaya de se lever, voyant son état et il lui sembla suffisant pour marcher, peut-être même pour se battre, la nourriture ayant fait des miracles. Pour l’instant, tant que les choses s’enchainaient de la sorte, elles pourraient surement suivre mais, le moment de se reposer venu, elle dormirait surement plusieurs jours d’affilée.

Oui, ça ira, je peux me déplacer et me battre normalement. Mettons-nous en route, plus vite, ce sera fini et plus vite je pourrai me reposer et me remettre de mon…voyage.


Elle se leva et suivit la dryade le long de la berge qui menait au village. Elle voyait bien qu’elle la ralentissait. Arkazock avait un pas léger et rapide, presque trottinant tandis qu’elle-même avait le pas lourd et faisait vibrer les feuilles au sol dans un bruit métallique à chaque fois que son pied se posait. Elle n’était de plus pas encore habituée à marcher en armure dans un environnement naturel. Si la forêt avait été son lieu de vie pendant toute sa jeunesse, par extension autour de la rivière, elle s’y sentait ici comme une intruse qui n’était même pas capable de mettre un pied devant l’autre sans trébucher sur une racine ou écraser des fleurs. Pour penser à autre chose, elle interrogea la dryade sur leur destination. Cela n’avait pas vraiment d’importance tant qu’on acceptait de l’aider mais elle voulait juste couvrir le bruit de métal que faisait son armure.

Le village est loin d’ici ? Est-ce qu’il est beaucoup peuplé ? Quel genre de race habite dans la région, je suppose qu’il s’agit d’humains ? A Gothregal, presque tous les villages urbanisés sont remplis d’humains et les êtres des autres races font figures d’exception, est-ce le cas ici aussi ?


Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Chasse pas si sauvage

Jeu 5 Avr - 23:08

avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Chasse pas si sauvage

Avec un bloc de métal sur pattes


L’autre pouvait marcher, enfin.
La dryade se mit debout, puis repartit en trottinant le long de la berge, contente de pouvoir avancer à nouveau. Elle s’était laissé guider par sa pitié, ce qui ne lui arrivait pas souvent, mais après tout elle n’allait pas laisser l’ondine en plan. Si elle regrettait d’avoir perdu du temps, elle se félicitait d’avoir un nouvel allié pour taper sur les rolrons si ceux-ci étaient de moins bonne composition qu’elle l’espérait. Dans les faits, ce serait sans doute le cas, on ne serait pas venu la chercher pour des animaux paisibles et craintifs.

En fait, les rolrons sont d’excellents décomposeurs, aidant la nature à se défaire des cadavres, limitant les risques d’épidémie, et permettant de transformer en matière organique propre à la pousse des plantes sous forme de déjection. Transformer les cadavres en terreau était le vrai pouvoir des créatures dont ils avaient pris la chasse. Autant dire qu’elle ne le faisait pas de gaité de cœur, mais la nature survivrait bien a la mort de quelques une de ces créatures. Par contre, elle irait sans doute tirer les oreilles de l’alchimiste. C’était son boulot après tout d’éviter que ce genre de problème ne survienne.

Elle regarda l’ondine à la traîne derrière elle. Ah oui, c’est sûr que vu son état et son encombrement, elle n’était pas prête à une course d’une heure. Elle l’attendit, lui tournant autour pour ne pas la devancer de trop tout en calmant son entrain. L’autre s’inquiétait de la distance. Elle venait juste de doubler. En temps, bien entendu, pas en distance.

« Ça dépend de toi, seule j’y serais dans une heure, à ce rythme, plutôt deux. »

L’autre l’avait toutefois noyée de questions, elle n’avait retenu que la première. Elle lâcha vainement une sorte d’explication primitive.

« On est dans une forêt, il n’y a presque pas d’humains. »


Elle s’arrêta soudain, attirée par un coléoptère. L’espèce était différente de celles qu’elle connaissait ; Elle n’en avait jamais vu de telle dans la région. Le ailes avaient des reflets bleutés, le reste du corps était noir de jais, et deux petites cornes, l’une devant l’autre étaient positionnées de sorte que l’animal puisse se frayer efficacement un chemin entre les feuilles et les branches, où empaler un fruit pour lécher le nectar.

« Regarde comme il est beau ! Je n’en ai jamais vu de tel ! tu crois qu’il vient de Falasea ? dans ce cas, ce serait un spécimen urbain, ils sont particulièrement rares ! »

Sur le moment, elle avait complètement oublié sa marche et l’urgence de sa course.

[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Chasse pas si sauvage

Sam 7 Avr - 19:13

avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Chasse pas si sauvage

Très à l’aise dans la forêt, la dryade sautillait dans tous les sens et à toute vitesse. Niasci peinait vraiment à la suivre. Elle marchait de la même façon qu’un petit chien en promenade. C’est-à-dire qu’elle n’avançait pas vraiment mais comme elle allait plus vite, pour s’occuper, elle tournait autour de l’Ondine, faisant probablement deux fois plus de trajets qu’elle. A ses questions, elle commença par annoncer deux heures de route. Niasci évalua sa condition physique à l’aune de ces deux heures de trajet et à la marche déjà accomplie. Elle aurait probablement besoin de faire des petites pauses mais tant que la chaleur n’était pas trop forte, elle devrait pouvoir marcher un long moment. Certes, elle serait fatiguée mais elle survivrait et elle serait même capable de se battre après si tout allait bien et qu’elle ne se blessait pas en route. A ses autres questions, la dryade ne répondit pas vraiment. Elle laissa donc tomber et prit l’information du peu de nombre d’humain avec un certain plaisir. A Gothregal, ils étaient partout, dans tous les coins et les autres races étaient au contraire en très petit nombre.

Ensuite, la dryade lui pointa un petit insecte que Niasci regarda avec plaisir, le temps d’en faire une pause. Elle tiqua en entendant l’idée du coléoptère urbain mais, de toute façon, elle n’y connaissait pas grand-chose et n’essaya donc pas d’aller contre l’affirmation de l’être des bois.

Continuant la route en silence pendant le reste du temps, Niasci commença à voir des traces de vie : branchages écrasés, arbres coupés, bref, ils approchaient d’un village sans le moindre doute. Elle s’attendait à tout moment à voir également des cultures et effectivement cela arriva. Les cultures étaient de petites tailles et les enclos étaient bien entretenus. Cependant, une partie avait été piétinée et dévorée, probablement par les créatures qu’elles devaient chasser. Niasci s’appuya sur un arbre pour reprendre un peu de force avant d’entrer dans le village. Là, elle prit également la peine de regarder si elle voyait déjà les créatures. Elle se tut également, évitant de faire le moindre geste qui pourrait faire tinter son armure et essaya ainsi t’entendre les créatures. N’entendant rien, elle se dit qu’il serait peut-être pertinent d’aller jeter un œil pendant qu’elle couvrait et se préparait à attaquer. Etant trop facile à repérer, elle s’adressa à la dryade :

Arkazock’, tu veux bien t’avancer et partir en éclaireur ? J’ai pu constater que tu te déplaçais très aisément dans ces bois. Il pourrait être intéressant de voir si les créatures sont dans le village ou non et si nous pouvons les coincer car si elles s’enfuient, je ne pourrai pour ma part pas les courser du tout.


J’avais ainsi été franche sur mes capacités et j’espérais que la dryade suivrait mon idée et partirait en éclaireur.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Artémis, Déesse de la Chasse et de la Lune
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Chasse entre mère et fille
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» (En cours) Chasse au trésor 3

Sauter vers: