bannière du haut du forum

Partagez

Opus Auxilium [Mandra &Jörmungand]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sujet: Opus Auxilium [Mandra &Jörmungand]

Mar 17 Juil - 22:50

avatar
Jörmungand Vulpis
N : 0 Or 40
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t679-jormungand-vulpis#4490
Voir le profil de l'utilisateur
Date:
 

Le soleil me sort de mon sommeil, je soupire de frustration, je n'ai vraiment aucune envie de me réveiller. Mais bon, je ne suis pas ici pour fainéantiser, je suis censé en apprendre plus sur les classes sociales qui me sont, maintenant, inférieures. Et c'est ce petit village de paysan où j'ai déposé mes maigres bagages. Je m'extirpe de ce lit de basse qualité, le luxe n'étant pas bien présent ici, je dois faire avec. Enfin, cela ne me dérange pas plus que ça, mais je dois respecter le rang que l'on me donne. Je dois jouer le rôle que la dirigeante de Tirione a choisi pour moi, je n'ai pas vraiment le choix. C'est la meilleure chose à faire, se fondre dans le moule et patienter. Je dois patienter que mes facultés me reviennent. Le temps risque de se faire long, je le sais, mais j'ai le temps. Non ?

Je fais ma toilette avec application, avant d'enfiler mes habits où mon titre de noblesse est indiqué de part la couleur or. Je regarde ma bague, caressant du bout d'une griffe la couleur qui y prend place. Je secoue la tête, ce n'est pas le moment de penser au plan de l'enfer. Je me déplace tranquillement en dehors de la chambre de l'auberge, n'adressant même pas un regard vers l'homme derrière le comptoir et j'ignore royalement les autres personnes présentes ici. Certes j'ai l'apparence d'un être hautain, d'un noble, mais un fin observateur peut voir que ma queue fournie est autour de ma jambe droite, signe de mon intimidation. C'est que je n'ai pas l'habitude d'avoir autant de regards négatifs à mon encontre. Mais, étant donné l'état de Tirione, je vais devoir m'y faire. Et je ne suis pas un démon pour rien.

Je parviens à être dehors et je ferme doucement les yeux face au soleil. Je reprends la marche, observant les paysans se mettre à l'ouvrage dans les champs. Ma main gauche viens s'échouer derrière ma tête, tandis que j'observe des humains, d'un certain âge, cultivé la terre à moitié en train de mourir à la tâche. Mon côté démoniaque voit-là, dans les membres faisant parties de la classe moyenne, des âmes à emmener dans le labyrinthe des damnés. D'ailleurs, je ne sais même pas si je suis capable de faire signer un contrat magique avec une personne, même un non-maj.

Je repère du coin de l’œil, un groupe d'homme plus loin en train de me jeter des regards en biais. Rester à votre place, c'est tout ce que je demande. Ne jouez pas au débile. Je soupire discrètement en comprenant que je vais avoir des ennuis. Je pivote sur moi-même, paré pour changer d'endroit, mais ma tête se heurte à un torse poilu dénué de haut. Je lève les yeux, un peu craintif, je me retrouve nez à nez avec un lion anthropomorphe. C'est un Skure, son bas est gris sale. Et pourtant, il baisse les yeux sur moi et les encrent dans les miens. Il n'a normalement pas le droit de faire ça, c'est interdit. N'a-t-il pas peur de la mort ? Ne comprend-il pas qu'il doit rester à sa place ?

Un grognement s'échappe de sa bouche, je fais un pas en arrière dans un couinement. Je ne suis qu'un tout petit renard et lui, un lion immense. Sans l'assurance de ma force sur-développer, je ne fais pas le poids. Ma queue se range entre mes jambes et mes oreilles se couchent, ce qui le fait rigoler. Un peu gauchement, je lui montre mes dents, peu convaincu de réussir à l'intimider. Je rougis légèrement en voyant que cela ne le fait que rire d'avantage. J'essaye de parler sans trembler, mais ma voix augmente d'un cran dans le aiguë, signe que je ne suis pas à l'aise. Enfin que j'ai peur quoi.

"- Vous... vous n'avez pas le droit de me regarder dans les yeux... et je vous pris de me laisser tranquille et de ne pas me toucher."

Je tourne la tête sur les côtés, remarquant que les humains et d'autres créatures intelligentes s'approche de moi, si bien que cela forme un cercle complet, dont le lion et moi-même sommes au milieu. C'est pas bon du tout, ça. Pourquoi est-ce que cela marche chez les autres nobles et pas chez moi ? Ah oui, c'est pour ça que je suis là. Asseoir ma domination. Sauf que je suis un petit renard et juste comme ça, j'ai aucune chance. De plus j'ai une gueule de gamin qui fait pas peur. Allez courage !

Je recule de plusieurs pas, puis, je me tourne à demi vers ma droite pour garder le lion dans mon champ de vision. Je regarde l'homme qui ferme le cercle puis le lion. Comment fait papa déjà quand quelqu'un va contre la couronne ? Bon les cas sont rare, mais il fait un truc comme... oui voilà, c'est ça. Je redresse les oreilles, je me mets droit, ma queue levée vers le haut. Mes yeux bleu se mettent à foudroyer l'humain, je fais baisser ma voix dangereusement et je grogne.

"- Humain, écarte-toi immédiatement. C'est un ordre !"

Bon, le truc c'est que je ne suis pas mon père. Mon père, lui, il a les yeux rouges et les yeux rouges font plus peur que les yeux bleu. J'ai aussi ni sa force, ni son caractère de dominant, donc... L'humain se contente de ricaner, mais j'ai bien vu que sa couleur est devenue plus blanche, signe qu'il a eu un peu peur, mais qu'il garde la face devant les autres hommes. Ah, j'ai oublié, les mâles et leur virilité !

Mon assurance part en miette quand deux mains puissantes, poilues et dotés de griffes s'abattent sur mes épaules. Aussitôt, je couine et ma queue rejoint mon entre-jambe tandis que mes oreilles s’aplatissent, mes yeux se ferment d'appréhension.

"- T'as pas à donner d'ordre le nabot !"

J'ouvre les yeux, un brin de provocation dans le regard, bien que mes yeux fixe un point invisible. Mes lèvres se tendent dans un sourire innocent, celui d'un démon qui veut envenimer la situation. Je ne vais pas m'écraser, de toute façon je n'en ais pas le droit.

"- Je suis un renardeau et vous un lion. Pouvez-vous me dire pourquoi vous voulez m'attaquer ? Avez-vous un problème de virilité ? Je suis navré, mais une fois castré, on ne peut plus faire marche arrière."

Le lion m'éjecte sur le sol et je m'étale de tout mon long. Je me retourne, assis sur le sol, je regarde mes pattes avant, que je frotte contre mon bas. Je grimace en le voyant avancer et instinctivement je recule sans me lever. Papa doit être dégoûté de ma posture. En fait non, il serait plutôt là en mode colère noire et il ferait un massacre digne des plus grands chez d’œuvre des guerres terrestres, puis me prendrait dans ses bras pour me rassurer. Je glapis de douleur en récupérant ma queue entre mes pattes, jetant un regard noir à l'humain qui m'a marché dessus.

Je me retrouve coucher par terre en train de faire traîner d'une main par le lion. Je ne retient pas mon petit cri de surprise et douleur. J'essaye de donner des coups de pieds au lieu avec mon pied libre de son emprise, sans grand succès.

"- Lâchez-moi ! Je vous l'ordonne ! Je suis un Oru, vous me devez respect, obéissance et soumission !"

Oui, je dois peut-être me taire, mais j'essaye vraiment de faire revenir mon ennemi à la raison, de lui faire comprendre que faire ce qu'il fait risque juste de le tuer. Lui et les autres qui ne me viennent pas en aide.
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Opus Auxilium [Mandra &Jörmungand]

Mer 18 Juil - 10:10

avatar
Mandra
N : 6 Or 440
dossier de personnage
Métier: Magnétiseuse
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t576-mandra
Voir le profil de l'utilisateur
Opus Auxilium
J’ai fait ce que je pouvais, j’aurais bien voulu la soulager totalement mais malheureusement mes pouvoirs d’avant ne sont plus. Je n’ai pas totalement apaisé l’esprit de cette femme mais je repars assez satisfaite, elle n’est plus en détresse. J’ai espoir de retrouver ma puissance d’avant le grand saut, mais quand ?

Je me demande encore comment elle a su me trouver. Quand son père est venu me chercher, j’étais sur le point de terminer mon installation, ma paillasse neuve trônant maintenant en bonne place dans le coin de ma cabane, l’odeur du bois neuf envahissant le lieu. Il m’a expliqué le besoin de sa fille, son esprit trop perturbé devait être soulagé, et je n’ai pas hésité à le suivre vers Tirione dans sa carriole branlante. Il n’a pas su me dire comment mon nom était arrivé à ses oreilles, sans doute que la Dryade a du parler de moi, à moins que ce ne soient l’Ondine ou la Satyre. Leurs noms m’échappent, je n’ai jamais eu bonne mémoire pour ce genre de chose, mais leur souvenir est bien présent, leurs visages souriants s’imposent devant moi alors que je repense à elles.

Le retour est moins facile, il me faut héler les rares véhicules allant vers Gondone et les supplier de m’emmener avec eux sur un bout de chemin, refusant quelques opportunités de voyage proposées en contrepartie de propositions douteuses. Quand j’entre dans ce petit village, je marche depuis une bonne heure déjà sans avoir rencontré de transporteur potentiel et la soif me fait m’arrêter devant une taverne. Mais du bruit attire mon attention vers le haut de la rue, quelques mètres plus loin, j’y distingue un groupe d’où proviennent des voix fortes et empreintes de violence.
Je ne suis pas du genre à m’occuper de ce qui ne me regarde pas mais quand je soupçonne que quelqu’un pourrait avoir besoin d’aide, je me précipite et là c’est le cas sinon pourquoi aurais-je entendu un "lâchez-moi" aussi désespéré ?
Je m’approche donc de l’attroupement, des hommes agités qui sont apparemment excités par ce qui se déroule à l’intérieur du cercle qu’ils forment. Je me faufile entre deux balaises qui ne me remarquent même pas, tant ils sont occupés à crier.

Je n’aime pas ce que je vois, une bagarre entre deux anthropomorphes, un lion et un renard, le dernier semblant en fâcheuse posture, acculé au sol. Je me précipite au centre du cercle et me plante debout devant le lion immobile, qui me fixe avec un air ahuri.

Deux animaux qui se bagarrent pour de la nourriture ou un territoire, c’est naturel mais vous ?! La part humaine en vous devrait vous dicter la raison, la parole dont vous êtes doté ne vous sert donc qu’à des discours violents ?


Je tend la main vers le renard pour l’aider à se relever, faisant face aux hommes du cercle. Dans mes prunelles, ils doivent y lire la colère et le dégoût que tout cela m’inspire.
Et vous, vous ne valez pas mieux, encourageant ce genre de situation. Je ne sais pas si le combat est justifié, pour moi ça ne l’est jamais sauf pour sauver sa vie, mais en supposant que c’est la seule issue, il n’est même pas loyal. Regardez-vous donc, vous avez dejà sacrifié celui qui git à terre, comment peut-il se défendre seul contre tous ?  


Le lion grogne, les hommes me regardent d’un oeil mauvais, peu fiers que j’ose les contrer, il me faut bluffer si je ne veux pas finir à la place du renard.
Et si l’envie prenait certains de s’en prendre à moi, je peux vous assurer que la colère d’une chamane peut vous transpercer. Les esprits sont avec moi et j’entends leur courroux, méfiez-vous !


Je regarde celui vers qui j’ai tendu la main, j’espère simplement qu’il va faire vite pour s’en saisir, que l’on puisse s’éclipser avant que les autres ne s’aperçoivent que mon dernier discours n’est que du bluff.





Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Opus Auxilium [Mandra &Jörmungand]

Jeu 19 Juil - 22:46

avatar
Jörmungand Vulpis
N : 0 Or 40
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t679-jormungand-vulpis#4490
Voir le profil de l'utilisateur
La fin est proche ? Non, sûrement pas. Je ne vais pas me laisser faire, quitte à y laisser mes crocs. Quoi que si je trouve un moyen moins radical, surtout que je ne vais pas gagner, je ne vais pas cracher dessus. Ah ça non ! J'arrive à me retourner sur le ventre, essayant de m'accrocher au sol avec mes pattes avant, sans grand succès, en plus je me fais mal. Quelle galère !

Je sens la pression se relâcher et je me retourne anxieusement. Il me donne un coup de boule et je retombe sur le dos. J'entends tout sourd et je papillonne des paupières pour essayer de comprendre ce qui se passe. Une dame se poste entre mon agresseur et moi-même. Je soupire de soulagement, je vois ma porte de sortie et je ne vais pas me faire prier pour la saisir. Certains prennent cela pour une insulte de se faire aider en plein combat, surtout par une femme. Et cette règle est d'autant plus importante en plein Tirione. Enfin, moi, je m'en fiche un peu tout ça, tout ce que je vois c'est qu'elle, elle est là pour me sortir de ce pétrin qui m'est tombé dessus sans rien demander.

Je secoue ma tête, passant ma langue sur mon museau. Je passe ma patte droite sur mon front, grimaçant et laissant un petit couinement m'échapper. Je regarde ma patte où quelques traces carmin m'indiquent que je saigne. Je lève mes yeux bleu cyan dans la direction de la femme, mes oreilles bien que toujours coucher, écoutent attentivement ses paroles. Je me retiens bien de lui dire que le combat aurait été tout autre chose si je n'avais pas perdu mes facultés. Toutes ses créatures mortelles seraient au sol a demi-mort et ça, en utilisant seulement ma force. Enfin bref, ce n'est pas maintenant que je vais faire ce genre de prouesse.

Elle menace les paysans de ses pouvoirs de chamane. Oh ? Chamane, c'est un peu comme une sorcière, non ? Je vois alors sa main qui me quémande de me lever, je la saisis sans plus de réflexion. Et je me hisse un peu maladroitement sur mes pattes arrières. Je vois le monde tanguer dangereusement et je m'agrippe au bras de la dame, la griffant légèrement avec mes griffes sans le faire exprès. Je ferme légèrement les yeux, avant de les ouvrir. Je fais vraiment petit à côté de la dame parce qu'elle fait au moins vingt centimètres de plus moi.

"- Vous !"

Je pointe du doigt le lion qui semble vouloir se jeter sur moi d'un air affamé. Yeurk quoi. Je prends une grande respiration, concentrant mes pensées sur les paroles que je compte sortir. Je regarde le lion, j'ai toujours la tronche d'un soumis et c'est juste très chiant.

"- Pour avoir touché et regarder d'un membre d'une caste supérieure, vous êtes sanctionnées de la peine de mort."

Il grogne d'un air menaçant dans ma direction, je sers instinctivement le bras de la chamane, en me cachant un peu derrière elle. Attend mon coco, ce n'est pas terminé. Je regarde l'assemblée, continuant mon discours avec un air supérieur.

"- Toute personne qui aide à la capture de ce Skure, se verra récompenser."

Je ne dis rien de plus à propos de la récompense, cachant que cette dernière est juste d'avoir le droit de garder la vie. Les premiers hommes à réagir sont ceux vêtue de gris, ils se retournent vers le lion. Et le reste de l'assemblé commence à réagir. Avant de reculer, je lâche dans un murmure, à l'adresse de l’anthropomorphe, bien que la chamane peut aisément comprendre ce que je dis.

"- Je vous avais prévenu."

Je recule en arrière, emportant avec moi la dame. Nous pouvons sortir du cercle qui deviens difforme pour finir par devenir une nuée d'humain en train de pourchasser le lion qui a décidé de fuir. Je m’appuie contre un mur, grimaçant en me prenant la tête. Je relève ma tête vers la femme, remarquant qu'elle n'est pas de Tirione par la même occasion.

"- Merci pour votre aide. Pour vous rassurer, je n'ai rien fait pour attiser la colère de ce lion. En Tirione, les races non humaines sont discriminé par rapport aux autres. Je pense que me voir faire partie de la noblesse sans avoir sué pour y parvenir l'a rendu jaloux."
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Opus Auxilium [Mandra &Jörmungand]

Sam 21 Juil - 14:24

avatar
Mandra
N : 6 Or 440
dossier de personnage
Métier: Magnétiseuse
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t576-mandra
Voir le profil de l'utilisateur
Opus Auxilium
Le renard s’est enfin décidé à prendre ma main, du moins c’est ce que je crois jusqu’à ce que je sente ses grosses griffes me ratisser le bras. Je le regarde étonnée mais il n’a pas l’air de m’avoir agressée intentionnellement. Ceci dit, il ne me demande même pas s’il m’a blessée, alors qu’un léger filet de sang perle sur ma peau. Je me doute qu’il n’a pas voulu perdre de temps avec les conventions, qu’il nous faut vite partir avant que les autres ne reagissent violemment en voyant que je ne peux mettre mes menaces à exécution.

Alors que je suis prête à filer, voilà que la victime que je viens de secourir fanfaronne dans un discours adressé au lion, où il se prétend supérieur, que personne ne doit le toucher voire même le regarder. Je piétine nerveusement tandis qu’il poursuit maintenant vers les hommes, leur désignant son assaillant comme apport éventuel d’une récompense s’ils le capturent. Ces derniers sont bien les illustres représentants de l’espèce humaine, l’appat du gain les galvanise et ils se précipitent vers le lion sans même s’enquérir des modalités de la récompense en question.
Nous en profitons pour nous éloigner de cette scène de poursuite où l’attaquant est devenu victime ce qui ne me plaît guère plus, mais je ne peux que regarder ce spectacle pathétique de loin,  n’ayant pas le pouvoir de rendre une justice équitable pour tous.

Appuyé contre un mur, le renard reprend son souffle tout en m’expliquant que le courroux du lion était du à sa jalousie, le renard étant de noble lignée. Celà ne fait même pas une heure que je l’ai rencontré, que déjà il a avancé par deux fois sa condition nobiliaire, je comprends alors comment il peux déclencher un sentiment de jalousie haineuse avec ce genre d’attitude.

Vous savez, si vous clamez à qui veut bien l’entendre que vous êtes noble, que vous êtes supérieur, qu’il ne faut point vous regarder, alors ne vous étonnez pas d’attirer des animosités de ceux que vous inondez ainsi de vos fiers propos.

Je le fixe droit dans les yeux, moi la chamane qui devrait sans doute lui faire la révérence, et je m’attends à ce qu’il réagisse à mes paroles et à cette soi-disant provocation du regard.
Je me nomme Mandra, je suis chamane, et je n’obeis qu’au chant du ruisseau et aux rayons de la Lune. Je sais que pour vous il est d’importance de savoir que vous êtes d’un rang élevé, mais pour moi vous n’êtes qu’un être de chair qui déféque de la même manière que les autres, noble ou pas.
...
Montre moi donc tes blessures, c’est le plus important, le reste n’est que du vent. Ah, et pour te rassurer, les miennes ne sont que superficielles, tes griffes ne m’ont qu’écorchée. Tu m’as dit ton nom ?





Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Opus Auxilium [Mandra &Jörmungand]

Sam 21 Juil - 17:10

avatar
Jörmungand Vulpis
N : 0 Or 40
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t679-jormungand-vulpis#4490
Voir le profil de l'utilisateur
Accoudé au mur, je regarde de loin la chasse au lion avec une petite moue entre la joie de la vengeance et la peine en voyant le manque de loyauté des humains. C'est assez pathétique. Je grimace légèrement en voyant que j'ai blessé ma sauveuse au bras, je la soignerais bien, mais je ne sais pas vraiment comment faire.

Les premières paroles de la chamane me font doucement soufflé de lassitude. Je ne suis pas arrogant et je n'ai aucune envie de me sentir supérieur aux autres. C'est quelque chose que papa m'a appris. On a beau être roi et prince, il nous faut garder la tête sur les épaules. Ici, je ne fais qu'appliquer les lois de Tirione, ce qui me confirme qu'elle est ignare sur le sujet.

"- Nous sommes à Tirione. Il y a des interdictions dont la sentence est la mort. Notament : "Il est interdit de toucher un membre d'une caste supérieure, à moins que ce dernier n’en donne l’autorisation." Et "Il est interdit aux Skure et Biru de regarder les classes supérieures." Je ne fais qu'appliquer ce que l'on m'a appris en arrivant sur Bariande et je n'ai pas vraiment le choix. J'ai essayé de le faire comprendre à mon agresseur, mais il n'a pas entendu raison. Si je laisse passer ça, je risque de perdre en crédibilité auprès de la couronne. Surtout que ma venue ici est au sujet de l'application des lois avec ma rang."

Je penche la tête sur le côté gauche, mes oreilles sont droites tandis qu'elle me défit du regard. Je lève les yeux au ciel. Elle a quand même de la chance de se retrouver avec moi et non avec un autre Oru. Puisque c'est une étrangère, elle obtient le rang le plus bas, je vais devoir lui expliquer deux trois choses qu'elle ne peut décidément pas faire à Tirione. Je pouffe légèrement de rire en entendant la partie sur la défécation. Quoi ? Je suis un gamin, je trouve ça drôle moi.

Je grimace et je deviens gêné quand elle met sur le devant de la scène les blessures que je lui ai faites. Je me passe ma main droite sur la tête, preuve de ma gêne.

"- Je suis désolé pour les blessures que je vous ai infligées, je n'ai pas fait exprès. Même si vous êtes libre, vous devez respecter les lois de la nation où vous êtes. En tant qu'étrangére, vous obtenez le rang le plus bas, soit Skure. Faites donc attention. Vous l'ignoriez ?"

Je la regarde gentiment, avec une petite moue curieuse sur le visage. Je ferme doucement les yeux, ayant mal à la tête à cause de ma blessure. Je me redresse doucement, ouvrant à nouveau mes yeux.

"- Je suis Jörmungand Vulpis. J'accepte volontiers de nous occuper de ma blessure, mais ensuite, il nous faut aussi occuper des griffures que je vous ai faites. Pardonnez-moi, une fois de plus."
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Opus Auxilium [Mandra &Jörmungand]

Mer 25 Juil - 14:50

avatar
Mandra
N : 6 Or 440
dossier de personnage
Métier: Magnétiseuse
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t576-mandra
Voir le profil de l'utilisateur
Opus Auxilium
Je n’aime pas son discours, il est question de rang, de supériorité,  je ne comprends pas ça. Tous les êtres sont égaux aucun n’est mieux qu’un autre, Père me l’a toujours enseigné que même le plus petit animal doit être respecté, au nom de quoi pourrais-je me sentir supérieure à une fourmi ?
Mais apparemment, ici il existe tout un système de castes où les plus élevés ont droit sur les autres, les rangs les plus faibles sont alienés aux plus forts. Ce qui décide de la supériorité des uns est génétique, on nait de rang haut ou bien pas de chance.

Je secoue la tête en soupirant.

Je ne t’accuse pas d’être ce que tu es, je ne trouve simplement pas cela juste, mais c’est la loi ici et je ne peux rien y faire. Chez nous, il n’y a ni rangs, ni castes, ni chef, personne n’est au dessus d’un autre, je ne suis pas habituée à ton genre de classement et pour moi, la vie du lion qui t’a agressé n’est pas moins importante que la tienne.


Je m’arrête là car il a prononcé des mots que je pense être un avertissement caché, il me rappelle que je suis de rang inférieur par rapport à lui et de ce fait, il pourrait m’agresser ou me tuer de façon légitime.
Il m’autorise à regarder ses blessures, et semble s’inquiéter des miennes, mais est-ce un leurre pour mieux me dominer ?

Je ne suis pas lourdement blessée, ce n’est rien, voyons plutôt les votres.


Je suis repassée au vouvoiement, je tiens à éviter la moindre occasion pour lui de vouloir me punir ou me démontrer son autorité supérieure.
Je passe mes mains sur les endroits ensanglantés de sa peau.

Il n’y a rien de grave mais je ne peux pas faire beaucoup pour vous soulager de la douleur, j’ai hélas perdu tous mes dons de guérisseuse en venant dans ce monde.

J’aurais pu lui donner mon nom en réponse au sien mais qu’en ferait-il ? Je me doute que sa caste doit traiter ceux d’en bas comme des moins que rien, et en conséquence ils ne les nomment pas.
Ce qui me peine, c’est qu’il a l’air gentil mais je ne peux m’empêcher de croire que tout cela n’est que simulation.




Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Opus Auxilium [Mandra &Jörmungand]

Mer 25 Juil - 15:31

avatar
Jörmungand Vulpis
N : 0 Or 40
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t679-jormungand-vulpis#4490
Voir le profil de l'utilisateur
L'étrange dame ne trouve pas cela normal les différentes castes qui composent Tirione. Je n'y peux rien. Je suis arrivé sur ce territoire et au vu des bénéfices que je peux faire en faisant partie de cette nation, c'est une opportunité que je ne peux pas laisser filer. Étant donné que je dois commencer en bas de la chaîne alimentaire en raison de l'absence de mes pouvoirs, autant se protéger en collant les plus forts. Elle prend tout ceci comme de l'injustice, mais elle a raison. Pourtant, comme tout démon qui se respecte, je sais qu'il n'y a pas de chaos sans ordre. À moins que c'est l'inverse ? Zut, je sais plus.

Je lui montre ma patte gauche où le symbole de ma nation est présente. Prouvant l'impossibilité d'une pleine trahison.

"- Je n'y peux rien."

J'observe ses faits et gestes, fronçant doucement des sourcils. A-t-elle pris mon conseil pour une menace ? Je ne peux pas non plus lui mâcher tous les mots pour lui faire comprendre qu'il y a des choses à ne pas faire pour rester en vie. J'écarquille les yeux en grand, comprenant que la dénommé Mandra, puisqu'elle à donner son identité avant moi, viens d'ailleurs.

"- Vous êtes un héraut ?"

Doit-on la considéré comme un Oru ou un Skure ? C'est une étrangère donc c'est un Skure. Mais c'est aussi un héraut, qui est donc considéré comme un Oru. Je passe ma patte gauche sur ma tête, plissant les yeux en pleine concentration pour trouver une réponse à ce dilemme. Revenant bredouille, je décide de reprendre la parole.

"- Je viens aussi d'un autre monde. Bariande est pour le moins complexe, j'en apprends un peu plus chaque jours, mais je ne vous cache pas que mes proches me manquent, surtout mon compagnon."
Revenir en haut Aller en bas

Sujet: Re: Opus Auxilium [Mandra &Jörmungand]

Sam 4 Aoû - 12:40

avatar
Mandra
N : 6 Or 440
dossier de personnage
Métier: Magnétiseuse
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t576-mandra
Voir le profil de l'utilisateur
Opus Auxilium
Certes il me montre son appartenance à sa nation, certes je sais que quand on est de Tirione, on est soumis à la loi de la hierachie des castes, mais il ne parviendra pas à me persuader que ce système est juste. Evidemment qu’il semble bien s’y adapter et même s’y plaire, il est né du bon côté.

Je ne t’accuse de rien, tu es obligé de suivre cette loi, ce qui ne doit pas être désagréable pour toi, je pense. Mais réfléchis donc à ce que peux ressentir un bien moins loti que toi, ce lion par exemple, est-ce qu’à sa place tu n’aurais pas de rancoeur contre ceux qui dominent ?
Je veux seulement te faire comprendre qu’avant de passer systématiquement aux mains, tu peux envisager la discussion pour apaiser les tensions.

Je secoue la tête en regardant tristement le sol
Il y a bien trop de violence partout, trop de haine, trop de batailles...
Dans le monde d’où je viens, il y avait aussi ce genre de hierarchie, les dominants avaient le pouvoir et le pouvoir s’obtenait par l’argent. Avec mon Père, nous vivions retirés en forêt mais après sa mort le pouvoir m’a rattrapé.

Le visage de Branden s’impose à moi, aussi net que quand je l’ai vu pour la dernière fois en train de lécher le sang de ses victimes sur le couteau qui venait de les tuer, en hurlant son appartenance au démon. Malgré son argent, malgré son importance, il ne m’avait pas eue.

Celui qui m’accompagne aujourd’hui n’est pas de cette trempe, je le sens fier de sa lignée mais pas de méchanceté en lui. Et tandis que je finis de le soulager un peu de la douleur de ses blessures avec mes mains, je ne peux m’empêcher de croire qu’il est plus à plaindre qu’à blâmer. Lui aussi vient d’ailleurs, lui aussi a perdu son compagnon, sans doute pas une relation de même nature que moi, mais quoi qu’il en soit un être cher et il doit aussi vivre sans en oublier le souvenir. Fyren...
Bien, je pense que maintenant tu auras moins mal. Tu permets qu’on se tutoie, Jor...mur..? Ton nom est si compliqué !

Je me redresse alors, mon travail est terminé. Ainsi nos chemins vont se séparer. Lui va repartir dans ses beaux quartiers, imposant sa supériorité aux autres parce que c’est ainsi que sa vie est déterminée, sans doute même que mes paroles se seront envolées depuis longtemps quand il recommencera à montrer son haut rang avec les griffes. Moi, je repars vers ma cabane, libre et sans obligations, juste une morale de distribuer mon aide à tous en échange de quoi survivre.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Philips GoGear Opus buuug!
» Magnum Opus ~ Forum RPG Co-Admin
» cérémonie d'hommage octobre 1459
» Divergente [4 opus]
» ϟ FINIS CORONAT OPUS ϟ Groupe V

Sauter vers: