bannière du haut du forum

Partagez

[Event]Le conseil des Hérauts Part.II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1128
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des Hérauts

La jeune femme regardait l’échange entre l’animal et l’homonculus se produire, bien sûr il n’y avait pas grand chose qui pouvait se produire, Orina ayant perdus ses souvenirs, mais pour Aki tout restait bien présent. Il arrivait souvent au louveteau, comme à la renarde d’ailleurs, de se blottir dans le cou de la jeune mage pour s’endormir avec elle, il avait souvent veillé sur la protégée de la Druidesse lorsque celle-ci partait en mission avec Mune, ils étaient amis, plus que par le lien qui liait l’archère avec le Gardien, ils étaient liés par une entente mutuelle. Lorsque la jeune fille au cheveux roses approcha sa main, la petite boule de poil posa son front contre sa paume en fermant les yeux. Si Aki avait encore eu la puissance de se projeter dans son esprit, elle ne doutait pas une seule seconde de ce qu’il y avait. Il était heureux de les retrouver toutes les deux et par ce contact, il rompait la distance qui les avaient séparés tout ce temps, il lui signifiait être là de nouveau, bien qu’il soit aujourd’hui si faible que ce serait probablement à elle de le protéger et tout comme la chasseuse l’avait fait à son moment, il acceptait le temps qu’il faudrait pour s’habituer de nouveau l’un à l’autre. En voyant cette scène particulièrement touchante pour l’amie des animaux, celle-ci ne put s’empêcher de penser à Mizu. La renarde lui manquait terriblement. Son lien avec le loup était fort, mais celui qui l’unissait à la Gardienne des Arbres n’avait que peu d’égal.

Vint le moment tant attendus d’une réponse … qui n’arriva pas. Les dirigeants allaient délibérer et ils auraient deux jours et demi pour se reposer, ou pour faire autre chose s’ils le souhaitaient. Sans même qu’elle n’ait le temps de réagir, la Nishiie sentit qu’on lui saisissait les poignets. Elle tenta de se retirer mais la personne en face était largement plus puissante, trop puissante. Une brûlure soudaine la surprit et la figea, puis on la lâcha pour passer à la personne suivante. Deux marques sinistres ornaient désormais ses bras. Deux marques qui l’asservissaient comme elle l’avait déjà été par un précédent sceau. Elle foudroya les prêtres du regard et respira profondément pour se calmer avant de s’adresser à la reine de Tirione.

- Peut-être sommes-nous dangereux pour vous, peut-être nous craignez vous, mais est-ce une raison pour nous marquer comme des bêtes ? Tout ça pour nous empêcher de blasphémer ou de nous échapper, de quoi avez-vous peur au final ? Est-ce vraiment une trentaine de personnes démunies qui vous effraient à ce point ? Au point des les avilir ainsi ?


La jeune femme serra les poings, elle ne devait pas se mettre en danger, pas mettre Orina en danger, surtout et Mune maintenant, qui était aussi sous sa responsabilité.

- Vous nous enchaînez. N’attendez pas que l’on se comporte autrement que comme des prisonniers conscient de l’injustice qui leur est faite.


Bien sûr, il y avait des tas de raisons logiques au choix de ceux qui avaient pris cette décision, mais la soigneuse n’avait pus s’empêcher de se rappeler ces souvenirs, ces disparités, ces rivalités, tout cela à cause de dirigeants et de dieux trop présomptueux, se trouver de nouveau rabaissée ainsi la mettait hors d’elle. Lorsque les deux larbins en robe de prêtres s’en prirent à sa fille, la rousse serra les poings plus fort encore.

- Chiens.


Insulter ces gens n’étaient bien sûr pas la meilleure idée qu’elle eût pus avoir et elle se retrouva soudainement à genoux, foudroyée par la douleur. Elle qui pensait avoir une certaine résistance se trouva bien dépourvue de moyens. Les yeux fermés, elle se mordit la lèvre pour ne pas crier, ne pas se déshonorer, pas maintenant. Du sang se mit à dégouliner le long de son menton alors que des petites dents prenaient la place des incisives naturelles de la rouquine avant de revenir à leur état normal lorsque la douleur disparut. Chancelante, la guérisseuse se releva, essuya le liquide pourpre qui coulait encore et soutint le regard narquois des prêtres qui se moquaient très visiblement de sa tentative stupide d’hérésie. Elle avait profondément honte. Honte d’être tombée, honte de s’être montrée faible devant celle qu’elle se targuait de protéger. Honte de ne pas avoir pus lui épargner ça. Elle aurait voulus pleurer, ou les tuer, peut-être les deux en même temps. Au lieu de quoi elle saisit les mains d’Orina et les caressa tout doucement.

- Je suis sûre que tout vas bien se passer.


*
**

Deux jours et demi plus tard, après que les quatre grands de ce monde se soit fait bien attendre, ils eurent enfin la réponse, une réponse espérée. Ils allaient pouvoir choisir où aller, sans aucun doute, Aki comptait rejoindre Gothregal, si toutefois Orina la suivait. Elle regarda cette dernière, une question dans les yeux. La dryade fit de nouveau appel aux dirigeants, décidément, cet être, bien que pourrissant, plaisait plutôt bien à l’archère. KCT, toujours aussi pragmatique, demanda les conditions de leur allégeance, ce qui vallait bien le coup de savoir, en effet. La jeune femme n’avait rien à rajouter à tout cela. Elle aurait de nouveau un sceau. Rien n’était mieux ici qu’avant. On lui avait arraché sa vie. On l’enchaînait à une nouvelle.Visiblement on leur laisserait la possibilité de les convertir en “bijoux” mais quelle différence cela pourrait bien faire au final ? Elle serait contrôlée, sous leur emprise. Elle ne serait plus libre. Elle regarda Vargfur dans les yeux, laissant paraître toute sa déception et sa colère.

- Je rejoins KCT, quelles seront les conditions de nos chaînes ? Quels seront les avantages pour nous de vous offrir notre liberté sur un plateau ? De nous soumettre par la douleur à vos règles alors que nous étions prêt à le faire librement ? Quel est le prix de votre soudain manque de confiance, Wolfhead ?


Ah l’arrogance. S’il fallait une chose pour perdre un Homme (ou un elfe, ou quelqu’espèce intelligente qui soit), ce serait sans doute elle. L’arrogance qui consumait Aki comme une chandelle brûle par les deux bouts. L’arrogance qui la poussait à défier, à mettre leur vie en danger alors qu’elle avait presque eu ce qu’elle voulait. Elle était la justicière, elle était puissante, elle était la Druidesse, la soigneuse, on l’adulait, on la saluait, on l’aimait, elle aimait, elle protégeait, elle sauvait. Qu’était-elle devenue maintenant ? Mune se frotta contre sa jambe, tentant sans doute de la calmer. Mais il n’y pouvait rien, il était dans le même état qu’elle. Grand Gardien respecté, il n’était de nouveau plus qu’un bébé inoffensif. Ah l’arrogance, stupide arrogance, naïve arrogance, mortelle arrogance.

Feat. Lot of people

                Musique - -  Chronologie - - Liens


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carmina
N : 18 Or 1029
dossier de personnage
Métier: Répétitrice
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t213-carmina
Voir le profil de l'utilisateur
Après toutes ces discussions, cette réunion se termina sur une promesse de conclusion trois jours suivants, suite à quoi le verdict serait rendu. Et afin de s’assurer qu’aucun Héraut ne fuirait son destin, des sceaux funestes leurs furent appliqués. Camina se laissa faire, observant la magie imprégner son corps déjà saturé de magie noire de toute façon. Chétive, elle se cambra tout de même face à la douleur, mais ses poignets avaient déjà subis pire dans les rituels que la Scribe s’était infligée.

Ses yeux qui voyaient « plus loin » observaient peur, colère, indignation, douleur et mort, larmes et colère, craintes et appréhensions, le tout en même temps suintant de chaque pore de la pièce. Mais y’avait-il vraiment besoin du regard de la Pupille du Diable pour voir tout cela ?

Elle quitta ensuite la salle accompagnée de son alliée robotique. Trois aubes et trois crépuscules passèrent, sans qu’aucun évènement notable ne vienne perturber l’attente, si ce n’était une importante conversation entre la Scribe et l’androïde. Celles-ci échangèrent leur point de vue sur la situation, et Carmina prit note du choix que la femme métallique comptait faire si jamais choix il y avait. Le sien, cependant, n’en était pas réellement un. Mais il n’existait qu’une seule direction possible pour la Scribe et elle resterait gravée dans le marbre…

----------

Suite à ces trois jours, le conseil se rassembla de nouveau, plus léger que la fois précédente. Oh, avaient-ils réussis à échapper à l’emprise du sceau ou… avaient tenté le diable et perdu leur pari ? Cela m’attristait un peu, mais il était compréhensible que leur situation et la peur de connaître la suite pouvait pousser des personnages à prendre un tel risque, allant jusqu’à le considérer inférieur au Destin que leur préparaient les grands de ce monde.  La décision, irrévocable décision, tomba comme le bruit fracassant du marteau d’un juge, comme un livre conclus que l’on referme, finissant de sceller l’histoire de ses personnages.

Oh…Je ne pouvais rien faire face à cette décision, même si je ne l’approuvais pas. Je me devais d’être neutre, en tant que porteuse du Codex,  mais ce destin qu’on cherchait à m’imposer ne risquait-il pas de mettre en mal ce serment de neutralité, d’indépendance et de recul ? Mon statut imposé de « Héraut » allait me mettre des chaînes, qui risquaient de m’imposer une place dans cette histoire, comme de l’encre tombée par accident sur du papier.  Oh, un sentiment étrange m’envahissait, un… malaise. Habituellement je cherchais à empêcher les émotions de nuire à mon jugement, mais en ce jour je n’y parvenais pas. J’eus même, l’espace d’un instant éphémère, l’impression d’être proche des autres Hérauts, d’être placée sur la même page, hum, oh… un peu comme… lorsque j’étais mage du Monastère et que je partageais les mêmes problèmes que les autres ?
Hum… Je secouais la tête.

Je n’étais pas censée partir dans cette direction.

Le nouveau chapitre Conseil des Hérauts fût donc ouvert. Les questions posées furent similaires, et étaient bien ce qu’il me semblait le plus…sensé, de se demander ! Il y avait également cette plante parlante qui émit l’idée d’un rassemblement de Hérauts, mais à vrai dire je n’écoutais pas ce plan, plutôt concentrée à observer cet étrange spécimen ! Oh… A vrai dire, ce n’était pas la seule entité intrigante, mais malheureusement je n’avais pas le temps de les étudier pour l’instant.
Ou peut-être que le cœur n’y était pas.

N’ayant pas besoin d’une semaine entière pour réfléchir à ma décision, je pris donc la parole une fois le calme obtenu, d’une voix plus attristée que je l’aurais souhaité :

« C’est donc ainsi que ce chapitre se clôt et que le prochain commence !... Oh, j’aurais vraiment voulu être enthousiaste à l’idée de voir cette histoire se poursuivre, mais je n’arrive pas à trouver l’inspiration… Oh, je suis vraiment désolée… »

Prenant une inspiration avant de reprendre, mes prochaines paroles furent un peu plus affirmées :

« Ce choix est intéressant, mais dangereux. J’espère… sincèrement, que les choses ne se termineront pas comme elles l’ont fait dans les histoires de mon monde. Je l’espère pour vous ! Les rideaux sont sur le point de se fermer, ainsi mon rôle de Scribe peut être placé légèrement en second plan. C’est donc, en… Héraut ? Que je parle…oh… je crois.


Oui ! Enfin, ce n’est pas aussi simple et je suis toujours Scribe, mais un peu moins. Simplement comme la Scribe ne peut pas vous répondre et que la Héraut est très floue, je ne sais pas vraiment par quoi commencer… Hum… Oh ! Ah oui, c’était ça ! »


Avoir retrouvé mes paroles me fit presque faire un bond de joie ! Mais cette euphorie disparut bien rapidement de mes traits :

« Rien ne m’impose d’agir comme une Héraut, puisque je ne suis en aucun cas redevable à la Dame. Donc ce rôle ne pèse rien dans ma décision.  La Scribe l’est bien plus. Or, elle ne peut pas favoriser une communauté humaine… ou en tout cas humanoïde, en défaveur d’une autre. Alors elle… enfin, je ! Oui, je, ne peux pas faire volontairement un choix d’aller vers une nation ou une autre. S’il vous est nécessaire de m’apposer un tatouage pour que votre histoire puisse continuer, sa couleur m’importe peu. Mais je dois pouvoir accomplir mon devoir de Scribe, car c’est le seul devoir qui incombe ici. Cela ne peut pas m’empêcher  d’obtenir toutes les connaissances possibles, et de les partager à tous les êtres intelligents sans exception. Et je dois aussi limiter au maximum mon interférence dans les conflits purement humains ! Enfin, humanoïdes.

Oh, bien sûr, si l’une de vos nations est prête à s’associer avec cet idéal, j’en serais ravie ! Mais je comprends aussi que cela ne soit pas dans vos intérêts. La seule chose importante est que je ne sois pas freinée, pour le reste vos histoires pourront continuer en paix.  »    

Cela sonnait… utopique ? Comme un idéal si lointain, si risible aux yeux des autres, et pourtant si important pour les miens…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ai Kyouki
N : 16 Or 982
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t261-ai-kyouki
Voir le profil de l'utilisateur

Le Conseil des Hérauts
feat. Le Conseil et ses Hérauts



Mascarade et conséquence


Pour une fois dans sa vie, les paroles de la demi-démone n'avaient ni était tourné au ridicule, ni même ignoré. Au contraire, certains des autres Hérauts allaient même plutôt dans ce sens et ce fut avec un réel chaud au cœur qu'elle reprenait sa place autour de la table, dissimulant de nouveau ses lèvres derrières ses mains jointes afin de suivre la suite de la réunion.

Plusieurs autres idées furent alors partagés, notamment celle d'un havre de paix géré et conçu pour ses étranger réunis par la Dame. L'idée était très belle, trop belle même pour avoir une quelconque chance de marcher... Surtout le fait de lier cet havre à l'une des nations qui créeraient un puissant déséquilibre entre ses quatre pays et pour cette simple raison, Ai savait que cette idée utopique ne pourrait jamais être prise en considération, surtout après les dernières paroles du Conseil.

Contre toute attente, la réunion fut clôturée plus tôt que ce qu'avait prévu la mage qui se redressait, surprise, sur son siège. Le débat était très loin d'être terminé, beaucoup trop de points restaient dans l'ombre, mais ses quatre gugusses avaient déjà envie de prendre une décision ? Les sourcils fronçaient, Ai ne remarquait qu'après coup les prêtres qui vint menotter magiquement les frêles poignets de la demoiselle qui poussait un cri avant de donner un coup de pied dans la cuisse de son bourreau.

-HE ! Ça ne vas pas la tête espèce de taré ?! Bas les pattes !

Les joues gonflés, les larmes aux coins des yeux, Ai était bien inconsciente de parler ainsi à cet homme et elle le ressentait même physiquement, une violente douleur lui taraudant les boyaux après avoir dit ses mots, malédiction offerte par cette magie qu'elle venait d’acquérir... mais cela lui était bien égale à ce moment précis. De toute manière, la salle commençait lentement à se vider et l'aventurière suivait également le mouvement. Trois jours allaient être nécessaire afin que les quatre ne prennent une décision et c'était rejoint par Ora que notre héroïne allait profiter de ses quelques jours, en ce massant les poignets, afin de combler les grosses lacunes d'informations qui l'affligeait actuellement, notamment sur le nom et la position des quatre pompes qui allaient décider de son avenir.


....


Quelques jours plus tard, ce Conseil exceptionnel était de nouveau convoqué. Les Hérauts, réunis de nouveau autour de cette table ronde mentant sur le fait qu'ils étaient l'égaux des quatre allait donc connaître son second chapitre, pour paraphraser la Scrible qui était de nouveau présente. La plupart de ceux qui avaient pris la parole précédemment était présent de toute façon, sûrement envieux de savoir comment allait se passer leurs vies futur ou craignant ses sceaux qui ornaient leurs bras. L'atmosphère était lourde ce matin-là, les quatre semblaient bien plus fatigué que précédemment et ce fut la voix de la dirigeante de Tirone qui allait entamer cette longue journée.

C'était donc ainsi que le lourd marteau de la vérité tombât sur l'assembler. De tost ses beaux discours pleins d'espoir et de bonne volonté qu'avaient pus faire les différentes personnes présentes, ses quatre monarques n'avaient retenus que ce qui les arrangeaient. Cachant lentement son visage entre ses mains, Ai écoutait sa liberté lui être lentement subtilisé avec de fort jolie promesses et paroles... Finalement, la seule liberté qui allait rester à ceux qui avaient déjà tout perdu à cause d'une inconnue d'un monde lointain allait être pouvoir choisir sa prochaine prison. Une seule semaine, c'était le délai qu'ils avaient pour plier le genou devant l'un d'entre eux, devant alors porter sur eux une marque qui allait garantir fidélité à la nation choisie.

Alors que la dryade tentait une nouvelle fois d'avoir l'intention de ces personnes imbus de pouvoir, la machine et la druidesse tentait d'avoir plus ample informations sur leurs futurs conditions plus qu'imposé, tandis qu'Ai relevait des yeux dont le blanc était devenu ébène, aux iris flamboyants tel deux fourneaux des enfers qu'elle portait sur les quatre dirigeants présidents cette très jolie mascarade. Des yeux que la petite Orina avait déjà pus admirer lors de sa rencontre avec notre mage... Un regard trahissant sa condition de demi-humaine. Frappant la table du plat de la main, la jeune fille ce redressait de nouveau, parlant d'une voix sombre en foudroyant du regard celle qui avait l'autorité ici-bas.

-J'avais osé espérer que vous aviez bien écouté ce que mes camarades et moi même avions dit. En nous forçant à rejoindre l'un d'entre vous, avec des menaces tout juste voilés et en nous enchaînant, profitant de notre faiblesse et de notre petit nombre, ce n'est pas une entente cordiale et une amitié acquise grâce à une confiance, même limité, que vous allez acquérir, mais une soumission forcé... Nous, étranger venant d'autre contrée, ce fut avec de bonnes volontés que nous sommes venus ici afin de trouver une solution liant notre condition et votre sécurité... Mais ce n'est pas avec des chaînes que l'on construit un avenir. J'espère sincèrement que Madame Carmina et moi même sommes juste beaucoup trop pessimiste sur les répercutions que peuvent engendrer ce genre de choix radicaux.

Le regard inquisiteur de la mage se tournait ensuite vers l'Elfe qui semblait également avoir bien baissé dans l'estime de la pourtant si amicale druidesse. Soupirant de déception, sans le cacher, Ai ce rassit alors que ses yeux redevenaient normaux, croisant les bras et ce calant au fond de sa chaise, elle reprenait en suivant la route prise par Aki et KCT, décidant de complètement ignorer les deux femmes pour se concentrer sur les seuls hommes du groupe qui étaient restés, jusqu'à présent, les plus sages du quatuors aux yeux de la mage.

-Vu que l'on nous laisse le choix, il est vrai que les termes exacte de cette « entente cordiale » m'intéresse également. Quels seront nos droits et devoirs envers chacun d'entre vous ? Pourrons nous changer de patrie si nous remarquons que nous nous sommes engagé chez un tyran dont la vision ne nous conviens pas ? Quel sera la force de ce sceau national que vous souhaitez nous soumettre ? Es-ce que nous aurons le droit de nous gratter le nez sans risquer d'exploser au moins?

©? Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des Hérauts
feat. Bariande



Coup de froid

Je restais u-une nouvelle fois dans l’inquiétude, sans v-vraiment savoir ce qu’il adviendrait de nous… Tout… Tout se déroulait s-sans que je ne puisse vraiment agir, sans que m-mon avis puisse aider… En fait, tout semblait déjà être décidé à l’avance, e-et aucun des hérauts q-qui était présent n’avait vraiment son mot à dire… Car n-nous étions trop désorganisés, trop dissipés et i-individuels p-pour pouvoir d-désigner u-un objectif commun… A v-vrai dire, m’affilier avec u-une nation ne me dérangeait pas… E-en fait, tant que je pouvais être a-avec Aki, cela m’allait, q-que ce soit d-dans une nation ou une autre… M-mais… C’était à G-gothregal q-que nous avions t-toutes deux commencées à nous installer, e-et cela me ferait de la peine q-que de devoir dire adieu à Lerry, a n-notre maison e-et aux Ua Brians, c-ces gens qui m-m’avaient déjà b-bien aidés en p-plus q-que certains s-soient devenus d-des p-personnes que je voyais souvent…

Mais… Il semblait que n-nous devrions r-réfléchir à ceci u-un autre moment, c-car… Les personnes d-décidèrent d-de se retirer p-pour en discuter, après avoir r-reçus nos avis… Ce… Cela se terminait d-déjà ? P-pour plusieurs jours semblait-il… Et que donc, nous a-allions devoir rester ici, d-dans cette grande v-ville, mais pas vraiment l-libre, c-car rapidement, d-des prêtes s’avancèrent, a-avant d-de p-prendre m-mes poignets, m-m’empêchant d-de bouger ! J-je regardais à g-gauche, à d-droite, e-en voyant d-d’autres personnes se tordre d-de douleur alors q-qu’ils recevaient c-ces marques… N… Non !

‘’A… Aki, je… Je ne… Aaaaaaaah !’’ Trop tard… L-la douleur c-commençait déjà à m-me prendre, m-me faisant m-me débattre u-un peu, me t-tirant l-les bras alors qu’ils me lachèrent a-après avoir poser cette marque, a-alors que j’avais l-la trace d-de l-leurs mains s-sur ma peau, c-comme s’ils avaient f-forcés e-et que j’étais vidée d-de mon énergie… Que… Qu’avaient-ils fait ? Je… J’étais sonnée, affaiblie… Et la seule chose q-que je put voir… F-fut Aki s-se débattre alors q-qu’elle souffrait e-elle aussi, avant d-de tenter de m-me rassurer, mais… Est-ce que cela… Pouvait être pire ? Je… Je n’en savais rien…

*****

Ce fut des j-jours plus tard q-que nous revînmes au conseil… Je… j’avais t-toujours u-un peu mal aux bras, après ce qu’il s’était passé, mais… Moins… Toutefois, j’étais v-vraiment angoissée, e-et ne quittait p-pas d-d’un pas Aki… Je ne voulais pas me séparer d’elle, alors que cette fatalité se rapprochait… Mais i-il semblait q-que les dirigeants avaient prit la décision de… Nous laisser nous répartir ? Ce… Cela voulait dire q-que nous devrions n-normalement être ensemble, b-bien que s-sur une malchance… T-tout pourrait arriver… J’avais p-peur, d-d’autant que j’avais p-prit un coup de froid l-la nuit dernière… Alors q-que nous vivions à Gothregal… Ce… C’était ridicule… J’étais ridicule et fragile…

Et je… Je ne fis que baisser la tête, sans savoir q-quoi faire… Tout cela… Me dépassait… je voulais j-juste trouver u-une tranquillité, m-même si je devrais b-bouger p-pour cela… Juste… être avec elle… Mais e-en même temps… Aki se montrait d-défiante avec c-ces gens, a-avec ces personnes, e-et avec le jarl… J’avais p-peur que cela ne le v-vexe… M-mais… Je sentais m-mon nez c-commencer à p-piquer… C’était désagréable, j-jusqu’à ce que vienne un instant d-de silence, q-que j-je provoquais involontairement :

‘’Atchoum !’’

Ce… Cela était un éternuement… Mais… P-pourquoi… Pourquoi l’avais-je accompagnée d-de flammes ? P-pourquoi a un mètre de moi, s-sur la table, b-brulait u-un petit foyer… Je m-mis q-quelques secondes à r-réagir, e-en commençant i-immédiatement à paniquer ! Je… j’avais utilisée m-mes pouvoirs, i-involontairement !
© Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des hérauts

Malheureusement, les réponses ne vinrent toujours pas. Les hérauts donnèrent à tour de rôle leur point de vue, s’écoutant avec plus ou moins de respect. Une fois cela terminé, au grand désespoir de Niasci, on leur annonça que les négociations allaient se poursuivre à huit clos. L’Ondine soupira bruyamment, tout cela n’allait jamais finir et ils finiraient pas mourir d’ennui avant que ces satanés dirigeants ne se soient décidés. On leur annonça donc une sorte de quartier libre.

Au grand soulagement de l’Ondine, ils ne seraient pas obligés de rester ici à attendre indéfiniment que les autres reviennent. Par contre, pour s’assurer qu’ils ne fuiraient pas, on leur appliqua sur les bras des sceaux étranges qui les empêchaient de s’éloigner. La douleur fusa dans le poignet de Niasci mais cela ne la dérangea pas outre mesure : qu’ils soient faits de murs, de corde ou de magie, cela ne changeait rien, ils s’agissaient tout de même de lien et elle commençait à s’y habituer depuis que cette grande réunion de héraut avait commencé, à la fête de Gothregal.

Elle murmura une prière à la dame, espérant que celle-ci guide les dirigeant afin qu’ils se décident rapidement. A ce moment, elle déchanta. La douleur fusa à nouveau, encore et encore. Niasci hurla, demandant ce qu’était cette malédiction. On lui intima d’arrêter de blasphémer mais celle-ci ne cessait de prier la dame pour la libérer de cette magie. Elle fut poussée dehors, en larme et passablement boiteuse.

Arrivée dehors, elle commença à voir danser des lumières de toutes les couleurs devant ses yeux. La dame apparut devant elle et Niasci la remercia de sa venue, pour la sauver. Elle souffrit d’autant plus et la dame disparut pour laisser place à des animaux de toute sorte et une rivière qui coulait à contre sens.

Quelques jours plus tard que Niasci n’avait pas vraiment vu passer, on vint la chercher dans les alentours du conseil où elle errait sans but. Epuisée, elle se rendit jusque dans la salle du conseil où plusieurs hérauts étaient déjà présents. On leur annonça la décision prise : ils allaient pouvoir faire des demandes pour rejoindre la nation de leur choix et, une fois la distribution de hérauts faite entre les nations – puisque c’était bien de cela qu’il s’agissait –, on leur appliquerait ensuite un sceau qui garantirait, d’une façon encore inconnue, leur loyauté. Comme les autres, l’Ondine s’interrogeait sur le contrôle exact qu’allait effectuer cette magie mais elle était trop fragile, épuisée et amortie avec les trois jours de souffrance et d’hallucination qu’elle venait désenchaîner.

Orina, l’enfant que Niasci avait déjà commencé éternua en crachant du feu. Cela fit partir Niasci dans un petit rire incontrôlé.



Dernière édition par Niasci le Jeu 15 Fév - 23:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des herauts
feat. The World



Conditions

La réunion continuait alors que tout le monde continuait de donner son avis. La majorité des personnes semblaient rejoindre mon avis qu'une situation imposée causerait plus de mal que nécessaire, même si certaines personnes ayant vendus leurs culs rejetaient la faute sur les autres, une chose tout à fait pathétique. Décidément cette rouquine n'avait aucun amour propre et était vraiment une plaisanterie de héros.

Les dirigeants finirent par dissoudre l'assemblée pour délibérer mais nous envoyèrent des encapuchonner nous prendre les poignées. Ceux qui avaient été visité semblaient avoir eu très mal et se retrouvaient avec des marques sur les poignés. Lorsque l'un d'entre eux se présenta devant moi, réclamant mes poignés, j'hésitais a lui coller un poing dans le ventre, mais je finis par me résignait en me disant que les choses étaient déjà assez compliqué comme ça. Mon visage se crispa sous la douleur, mais aucun autre signe ne se fit voir.

On nous informait que les sceaux assureraient notre présence lors de la deuxième séance dans trois jours au petit matin. Au retour, les dirigeants nous informèrent de leur choix de respecter le notre, dans une certaine mesure. Nous pourrions choisir une nation tout en maintenant un certain équilibre entre elles, alors que la solution pour contrecarrer les possibles trahisons se révélait être une variante du sceau que nous avions porté jusqu'à présent.

J'étais partagée vis à vis de la situation. Quelques questions traversèrent mon esprit et leurs réponses étaient nécessaires pour décider de la position à prendre. Je fis quelques pas en avant, regardant les dirigeants avec un regard rebelle et adamant tout en croisant les bras.

"Quels sont les conditions du contrat, de votre citoyenneté et de votre sceau ? Je déciderais de si vous êtes alliés ou ennemis qu'une fois que j'aurais ces informations. Je ne suis pas le genre de héro à baisser la tête et à être le bon toutou du roi. Traitez moi avec l'égard qui m'est dut et nous pourrons coopérer. Trahissez moi et vous pourrez compter sur ma colère infini. Je ne me laisserais pas piétiner comme certaines ici."

L'autorité avait toujours été un sujet très délicat pour moi, mais je pouvais faire un minimum de compromis, pour peu que la proposition était honnête.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ staff
N : 1 Or 504
http://bariande.forumactif.org
Voir le profil de l'utilisateur
Header



La décision des dirigeants ne plut pas forcément à tout le monde, notamment en ce qui concernait leur contrôle par la magie. La première à s’exprimer fut la dryade qui argua sans plus attendre qu’elle rejoindrait la nation qui accepterait son projet … si toutefois il y en avait une. Suite à quoi l’androïde, comme toujours, posa les questions rationnelles que tout le monde était en droit de se poser, à savoir les termes du contrat qu’ils signaient en s’engageant dans chaque nation, ce que la rouquine corrobora tout en s’adressant directement au jarl de Lerry qui l’avait visiblement déçue. Quant à la mage à la robe violette, elle semblait s'accommoder de n’importe qui, tant que la nation concernée était prête à la laisser vivre son expérience de Scribe pleinement. L’autre mage, violette aussi (décidément, quelle mode), se montra légèrement plus véhémente tout en reposant cette sempiternelle question, ceci avant que l’homonculus n’éternue du feu.

L’on pouvait dire que s’il y avait bien un moyen de ne pas s’attirer les faveurs du conseil, c’était de brûler la salle quasi sacrée qui leur tenait lieu d’endroit de réunion depuis plusieurs années maintenant que dame Wenton s’en était arrogé la prérogative. Heureusement pour Orina, Deswann, fort réactif, se redressa sur sa chaise et pointa sa paume vers le plafond où une large rune apparut en surbrillance avant de disparaître aussitôt, remplacée par un torrent de pluie qui s’abattit sur la fille aux cheveux roses et son entourage, éteignant d’un même coup le feu tout en lançant un regard mi-furibond mi-intéressé à la responsable du quasi désastre.

Après un petit rire de l’ondine, Sahronglaag reposa encore une fois la même question que les maîtres des nations avaient finis par comprendre. Ils se regardèrent tous, réfléchissant à qui donner la parole en premier. Fort logiquement, ce fut encore une fois la présidente du conseil qui eut cet honneur et se leva donc avec une grâce et une noblesse toute naturelle pour exprimer les réponses générales ainsi que les détails liés à sa nation.

- Le sceau qui vous est donné vous empêchera de vous retourner contre votre nation ou de fomenter une alliance contre elle. C’est tout. Il ne pourra vous contraindre à rester au même endroit ou d’autres choses de ce genre. Chacun de nous a décidé d’octroyer des privilèges différents à ses Hérauts. Pour ce qui est de Tirione, je vous garantis une place parmi les Oru, la classe noble de mon pays. Vous pourrez donc avoir esclaves et richesses à profusion si vous vous conformez à nos lois. Nous souhaitons créer une alliance équitable avec vous, un prêté pour un rendu. Une part infime de votre liberté, contre la richesse et le pouvoir.

Sur ce elle se rassit, laissant Deswann se lever à son tour.

- Je tiens à préciser que tous les Hérauts possédant des pouvoirs magiques, qu’ils soient de notre nation ou non, devront à un moment ou à un autre se faire recenser par notre conseil. Il est hors de question que des pouvoirs inconnus circulent librement. En dehors de ceci nous proposons à nos Hérauts un accès au château du conseil en tant que résident libre ainsi qu’une formation pour ceux qui le désirent et en ont les capacités. Pour ceux souhaitant vivre dans le reste du pays, nous ne pouvons en revanche rien garantir.

L’archimage se rassit tout en faisant un signe de tête à Elli qui se dressa de toute sa taille.

- Chère Arkazock, c’est avec plaisir que j’accepterais de vous confier une part de la frontière verdoyante enlaçant les dunes à l'Est de Falasea, près du canal pourpre. Il y a cependant plusieurs conditions à cela. Premièrement, mon collègue Deswann devra enchanter un anneau que vous devrez porter en toute circonstance pour ne pas faire dépérir notre magnifique flore. L’autre étant que ce domaine ne vous appartiendra pas totalement mais sera sous l’autorité du conseil des anciens. Vous subirez des inspections régulières et tous les Hérauts y résidant, ne serait-ce qu’une nuit, devront être recensés et porter sinon le sceau de Gondone, un sceau de nation. Ne saurait y être toléré un Héraut dissident. Me suis-je bien fait comprendre ? Pour ce qu’il s’agit des autres, nous n’avons aucun privilège à vous donner car les privilèges se gagnent avec le respect et l’expérience. Si vous souhaitez nous rejoindre, nous vous traiterons comme n’importe quel citoyen de nos plaines. Vous aurez un toit et de quoi vous nourrir ainsi que l’accès à nos connaissances.

Après que l’elfe eut reprit place sur sa chaise, le Gothregalien se leva à son tour.

- Je n’ai pas plus à vous donner que ma consoeur. Si vous souhaitez intégrer notre nation, je vous trouverais un travail pour que vous puissiez dormir et manger à votre faim si vous en avez besoin. Je veillerais à ce qu’on ne vous discrimine pas par votre condition et à ce que mes concitoyens vous laissent autant de portes ouvertes que si vous étiez n’importe qui. Mais n’attendez pas de moi plus de faveurs, ce que vous aurez, il vous faudra le gagner, comme n’importe qui.

Le jarl se laissa tomber dans sa chaise. Il n’avait pas répondu à la provocation de la rousse, ce n’était pas un problème qu’il souhaitait régler devant tout le monde. Si celle-ci voulait se rebeller, qu’elle y aille, et qu’elle en paye le prix. L’impératrice parla de nouveau, assise cette fois.

- Nous sommes prêts à recevoir les diverses allégeances dès maintenant pour ceux qui se seraient décidés. Pour les autres, nous vous laissons une semaine de réflexion et nous serons présents le 4 de Lifriss pour recevoir les autres allégeances, les vôtres et les hérauts arrivés éventuellement entre temps. Cependant, même si vous choisissez votre faction dès maintenant, vous êtes tous invités à revenir car nous aurons une annonce importante à vous faire. Passé ce délai, tous les hérauts qui ne se présenteront pas d’eux-mêmes à une capitale pour prêter allégeance seront considérés comme des criminels pour chaque nation et seront traqués sans relâche. S’ils ne meurent pas pendant cette traque, sachez que nous ne serons pas aussi cléments quant au choix que nous vous laissons aujourd’hui. Faites passer le message à tous les hérauts que vous croiserez.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des hérauts

Après toutes ces questions, la reine expliqua les subtilités du sceau et le fait qu’il garantissait malgré tout une certaine liberté. Niasci était rassurée, elle allait pouvoir parcourir les différents territoires comme elle le souhaitait afin de promouvoir l’idée de la dame. Elle ressentit de la douleur dans la jambe droite et ne put retenir un petit couinement de douleur. La reine devint floue et se fondit dans une sorte de brume qui lui donnait l’air d’une mini tempête de sable.

Chacun des dirigeants expliqua ensuite ce qu’il pouvait offrir aux hérauts si ceux-ci choisissaient de les rejoindre. Très clairement, les offres étaient très différentes les unes des autres : Dolienne et Tirionne offraient respectivement connaissance et richesse tandis que Gothregal et Gondone proposaient une vie tranquille avec les mêmes possibilités que leurs propres habitants. On leur laissait une semaine pour faire leur choix mais alors que l’image des autres commençaient également à se brouiller, Niasci se dit qu’il était hors de question qu’elle garde ce maudit sceau une semaine de plus, elle devait choisir immédiatement.

Elle passa rapidement les possibilités en revue. Au vu des réactions que la Reine avait eu face à la croyance de Niasci, il était hors de question que celle-ci rejoigne Tirione. Dolienne pouvait l’intéresser mais vivre dans un château et étudier la magie lui semblait une horreur. Et de toute façon, ce mage n’avait vraiment pas l’air net. Le petit havre de paix proposé à la pourrissante par la doyenne de Gondone était également une proposition alléchante si la pourrissante n’était pas une horrible hérétique. Il ne restait donc qu’une seule solution.

Niasci de prêter allégeance au jarl de Gothregal, elle avait apprécié son comportement du début à la fin et il semblait lassé autant qu’elle de toutes ces conversations. Gothregal était également le territoire sur lequel se trouvait son clan et, si elle souhaitait voyager pour transmettre partout la parole de la Dame, elle aimait l’idée de rester liée à son territoire de naissance.

Elle se tourna donc vers le vieil homme qui lui aussi était devenu tellement flou qu’elle peinait à distinguer les différentes parties du corps à part ses yeux qui brillaient au milieu de la brume. Elle s’approcha de lui.

Si vous l’acceptez Jarl Vargfur , la dame a guidé mon choix et j’aimerais vous prêter serment. Je suis née sur vos terres, près de la rivière de flèche où j’ai longtemps vécu avec mes sœurs et comme je les ai protégées, Je protégerai du mieux possible les intérêts de votre nation et de votre peuple.

Elle resta plantée debout devant lui, n’ayant pas de connaissance du comportement à adopter dans ce genre de situation. Elle espéra que celui-ci accepte et qu’elle serait rapidement libérée du sceau des dieux sombres pour qu’elle puisse enfin se reposer l’esprit qui en avait décidément bien trop vu ces derniers jours.


Dernière édition par Niasci le Lun 19 Fév - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ai Kyouki
N : 16 Or 982
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t261-ai-kyouki
Voir le profil de l'utilisateur

Le Conseil des Hérauts
feat. Le Conseil et ses Hérauts



Choix


Les Hérauts présents lors de cette réunion n'étaient évidemment pas très enclin à accepter les règles des quatre sans avoir quelques explications sur les conditions qui allaient suivrent leur allégeance à l'une ou l'autre des nations. L'impératrice de Tirione fut, bien évidemment, la première à s'exprimer sur le sujet. Argent et pouvoir social étaient ses carottes pour ramener les Hérauts de son côté, la promesse d'une vie confortable à l'abri des petits tracas que peuvent rencontrer ceux vivants en bas de l'échelle, mais à quel prix? Aux yeux de notre héroïne, la dirigeante de cette nation était bien trop arrogante et suffisante, l'image même de ceux qui, dans son monde, avait plongé celui-ci dans un torrent de guerre et de sang. La possibilité que de devenir qu'un pion entre ses mains sanguinolentes était un argument largement suffisant pour que Ai ne prennent même pas en compte ses paroles.

Derrière elle, l'archimage du Conseil de Dolienne promettait surtout toit et connaissance envers ceux qui le souhaitaient et qui pouvaient prétendre à ses enseignements sans manquer d'ajouter que ceux qui possédaient des capacités magiques allaient devoir se faire recenser dans tous les cas, ce qui semblait logique pour notre mage. Quant aux deux derniers, l'asile et la promesse d'une vie simple et tranquille étaient les seuls arguments avancés, au moins il n'y aurait pas de fausses promesses dans leurs paroles. Si le vieux Jarl n'avait pas beaucoup marqué l'esprit de notre héroïne de part sa transparence durant le Conseil, la vieille Elfe avait cependant réveillé un sentiment de crainte chez la demi-démone qui avait l'impression, après avoir avancé l'idée des chaînes magiques, qu'elle cherchait un contrôle bien plus prononcé que ce qu'elle voulait bien plus l'avouer, surtout maintenant qu'elle acceptait la demande d'Arkazok d'accueillir, dans ses terres, un petit nid de Héraut qu'elle aurait toujours sur le coude, au besoin.

Grimaçant légèrement en regardant la doyenne, Ai se tournait en direction de l'Ondine qui prenait finalement la parole en premier, non pas pour aduler de nouveau la Dame, mais pour annoncer son choix en premier, apparemment très fatigué physiquement et psychologiquement à cause des derniers jours. Pour elle, native de Bariande, son allégeance partait bien évidemment pour le chef des terres qui l'avaient vu naître, un choix des plus logique. Après la plaidoirie de la jeune femme, ce fut notre mage qui se levé à nouveau, regardant les quatre dirigeants à tour de rôle, posant un regard neutre sur le Jarl, un regard noir sur la belle de Tirione, un plus mitigé et craintive sur l'Elfe avant de finalement s'arrêter sur l'archimage, plongeant ses yeux vermeilles dans celui de l'homme.

-En ce qui me concerne, je dois avouer que l'idée d'un havre de paix qui accueillerait les Hérauts, idée proposée pour Arkazok, est plus qu'alléchante... Mais au vu de mon passif et de mon statut de mage, c'est auprès de vous, Archimage Deswann Landnight que je souhaiterais demander asile. Posant une main sur le cœur, Ai s'inclinait finalement devant l'homme en robe avant de reprendre. Aussi, si vous m'acceptez dans votre patrie, j'aimerais m'entretenir de quelques points avec vous, en privé...

Sur ses mots, Ai se retournait à sa place, laissant la parole aux autres Hérauts souhaitant prêter allégeance sans attendre la semaine qui leurs avaient été offertes.

©? Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Le conseil des Hérauts


Avec : Za Warudo

Après ma précédente intervention, je restais silencieuse, pour observer un peu comment les gens allaient chercher à répliquer. Oh, c’était sûr que plusieurs n’étaient pas ravis de posséder un tel sceau, surtout lorsque celui-ci s’accompagnait d’une douleur particulière, mais au moins étaient-ils revenus, en majorité, et donc que la suite de ce conseil pourrait se faire. J’attendais la présentation qu’ils pourraient nous faire, et voir ce que les autres personnes auraient à proposer lors de ce tour de table que j’espérais intéressant. Certains semblaient confirmer les questions que j’avais posées, et d’autres, telles que Carmina ou Arkazo’k, continuaient de poursuivre l’idéal qu’ils avaient posés. Certains semblaient être délicat à appliquer tel quel, et ce n’était que dans l’attente d’une réaction de leur part que je demeurais…

Mais il y eu le droit à un incident particulier. La jeune fille qui accompagnait Aki Nishiie éternua, créant ainsi sur le milieu de la table une vaste vague de flamme. Suffisamment éloignée, je ne risquais rien. En fait, personne ne risquait grand chose mais il valait mieux s’en occuper, et ce fut l’archimage de Doliene qui s’en chargea d’un tour de main. L’absence d’extincteur étant préjudiciable, mieux valait avoir un mage compétant dans les environs, mais cela révélait donc sur cette enfant plusieurs choses… Un pouvoir magique présent, et instable. Probablement n’arrivait-elle pas à le maitriser. Je la fixais longuement, avant d’observer les réactions. Quelques personnes impressionnées, des rires ? Visiblement a partir du moment où il y avait un spectacle, les gens étaient prêt à se divertir de n’importe quoi.

Et donc vint le moment des précisions concernant les nations. L’impératrice présenta des privilèges matériels et sociaux, afin de vivre une vie aisée dans les hautes catégories de la ville. Cela avait de quoi attirer les plus nécessiteux, mais pas forcément mon cas, n’ayant pas besoin de ce qu’elle présentait. L’archimage proposait des études, des formations, du savoir, ce qui était déjà plus intéressant… L’ancienne elfe vint toutefois à accepter le projet de la dryade maudite, en lui proposant un léger domaine… Et pour les autres, un toit et la citoyenneté… Et c’était la même chose que proposait le Jarl, pour qui les choses devaient se faire par le mérite et non par le titre… Cela était bien beau, en effet, mais il restait la principale question… Où et comment se répartiraient les hérauts ? J’avais ma petite idée en fonction des gens et des caractères que j’avais observée, et nous avions encore une semaine pour répondre… Toutefois mon choix était déjà prit… Si l’ondine fanatique passa rapidement pour gérer fidélité au Jarl puis une des magiciennes envers l’archimage, je fus la troisième à passer, me tournant non pas vers Valgfur ou Landnight, mais bien vers l’impératrice.

‘’Reine Wenton. Les avantages que vous proposez sont intéressant, mais bien des personnes ici ne sont pas intéressées par ceci. Beaucoup se battent non pas pour eux, mais pour leurs convictions, des choses qui ne s’échangent pas contre des biens ou de la richesse.’’


Je me tournais vers les autres individus, pour expliquer mon choix :

‘’Je ne suis pas une pratiquante de la magie et je connais les risques que j’encours en me rendant à Doliene. Mes particularités structurelles feront que je risque d’être utilisée en tant que sujet d’étude… Mon corps, technologique, ne conviendra pas non plus au peuple de Gothregal, ancré dans ses traditions et ses fondements… Et mes objectifs ne concernant pas le bien commun auquel vous aspirez, je ne serais pas à ma place non plus dans les terres de Gondone.’’


Je présentais cela un peu par élimination, mais j’avais d’autres raisons de rester à Heabury. L’endroit avait une position stratégique très intéressante pour pouvoir agir, les avantages proposés, bien qu’ils ne m’intéressaient pas particulièrement, me permettrait de pouvoir commencer à monter une organisation sous mes ordres afin de pouvoir mieux contrôler les environs. Dans les faits, cela me serait très profitable, et j’avais en plus accès à la meilleure technologie de ce monde, celle de Tirione, bien qu’incomparablement plus faible que celle que je disposais dans mes bases de données.

Je pliais donc le genou devant elle, parfaitement consciente du choix que je faisais. Et puis, en venant ici, cela voudrait dire que d’autres pourraient aller vers les autres nations, puisque les places à Tirione ne serait pas forcément les plus demandées. Il resterait surement des opportunistes, et bien peu de personne véritablement convaincu…

‘’C’est donc vers vous que ma loyauté sera, Reine Wenton. Je vous jure fidélité en ce jour.’’



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shayim
N : 15 Or 555
dossier de personnage
Métier: Acolyte
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t322-shayim
Voir le profil de l'utilisateur
Shayim n'avait pas particulièrement apprécié les sceaux qui lui firent appliqués. Pas un seul instant elle n'essaya de les retirer, car elle connaissait l'inutilité de ce geste. Et se détruire par simple vanité nuirait à son projet, nuirait à sa vengeance, nuirait à ses rêves.
Et pourtant, cette marque sur sa min, qu'elle considérait comme infamante, torturait bien plus son âme que son corps. A présent, elle devait sortir, attendre dans le silence et dans l'humilité la décision que ce conseil daignerait prendre pour eux, elle devait attendre et vivre, vivre pour passer le temps, vivre pour soigner ce corps et cet esprit qui seraient les outils de ses projets, l'arme de sa haine. Elle devrait occuper ses jours à voler, à s'entraîner, à mentir et à rôder, mais aussi à réfléchir et à planifier.
Ces jours, où elle serait abandonnée à elle-même, la terrifiaient.

Enfin, elle les avait vécus, et c'est vivante qu'elle se présenta à nouveau au conseil. Cependant; par un accès de prudence, la Skure avait changé d'apparence. Après les louanges hyperboliques qu'elle avait chantées à son exécrée souveraine, elle ne serait pas libre de prendre une décision qu'elle estime nécessaire avec le même visage. Elle voulait aussi être reconnue par KCT-023, car elle comprenait bien que ses constants changements de personnages devaient déboussoler cette dernière.
Elle choisit donc de reprendre l'apparence qu'elle avait lorsqu'elle et la robot s'étaient retrouvées,
juste avant le début de ce conseil, et avaient dérobé de l'argent que transportaient de pauvres gens.
Ainsi, l'espérait-elle, elle serait reconnue.

Ils devraient prêter allégeance à une nation... Shayim avait fait son choix, néanmoins elle resta encore dans l'ombre, le temps d'observer, le temps de savoir quels seraient les choix des personnes qu'elle avait en vue.
Ainsi, son chemin allait très bientôt se séparer de celui de Niasci. Il faudrait qu'elle parvienne auparavant à adresser la parole à cette ondine, dont les premières interventions lui avaient donné une très bonne opinion.
Le choix de KCT-023 la déçut énormément. Certes, elle comprenait les arguments rationnels derrière ce choix. Seulement, elle avait espéré que celle qu'elle considérait comme une alliée avait pu entrevoir la misère, la débauche et la pourriture de Tirione et qu'il lui répugnerait d'y contribuer en tant qu'Oru.
De plus, ainsi éloignées, il leur serait difficile de s'organiser.

Shayim balaya ce pensées d'un geste de la tête qui envoya voleter ses longs cheveux châtains.
A son tour, elle se dirigea vers Deswann et posa un genou à terre. Si l'attitude était la même formellement que celle qu'elle avait eue pour s'adresser à l'Innommable auparavant, son visage dénotait plus de confiance, de sérénité et de calme, moins de servilité et moins d'adoration.

"Seigneur, ce serait pour moi un grand honneur que d'être accepté dans votre nation,
où je pourrai étudier la magie et progresser pour devenir plus fort, plus puissant afin de protéger les faibles et la justice."


Cela ressemblait à ce qu'il y avait au fond de son coeur, mais légèrement maquillé, pour plair eà l'auditoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ staff
N : 1 Or 504
http://bariande.forumactif.org
Voir le profil de l'utilisateur
Après ceci, court évènement avec Carmina dont vous pouvez profiter ici !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1128
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des Hérauts

Après que les questions aient été répétées et tournées de diverses manières (précisées parfois), les dirigeants répondirent chacun leur tour. Malgré sa fureur, Aki écouta attentivement ce que chaque pays proposait. Elle n’avait pas envie de retourner à Gothregal après la trahison qu’elle avait ressentis de la part de Vargfur, mais quelles étaient les alternatives ? Tirione ? Alors certes elles seraient bien placées, mais la Druidesse ne pourrait jamais jurer allégeance à une nation qui avait fait de l’esclavage son principe de vie. Doliene ? Oui, rester enfermée dans un château et craindre pour Orina à chaque fois qu’elle mettait le nez dehors à cause de l’instabilité de ce pays, voilà quelque chose de super ! Gondone ? A vrai dire, c’était l’autre des idées qui lui plaisait le plus. Il y avait peut-être quelque chose pour elles là-bas, d’autant plus que le plan de la dryade était très intéressant. Mais cette obsession du bien commun l’excédait. Penser aux autres, la Nishiie le faisait tout le temps, mais qu’on lui interdise complètement l’égoïsme, ce n’était pas envisageable, d’autant plus qu’elle ne pouvait qu’imaginer des situations dramatiques ou le bien commun reviendrait à sacrifier une personne bien trop proche d’elle pour qu’elle puisse le faire.

Non, elle avait beau se torturer l’esprit dans tous les sens, la proposition du jarl était honnête, elle n’avait pas changée de ce qu’il leur avait offert quand elles lui avaient demandé une audience et finalement, elle n’avait aucune intention d’attaquer Gothregal et ses fiers guerriers. Avoir de nouveau un sceau. L’idée lui faisait froid dans le dos. Elle se sentait tellement mieux depuis qu’on l’avait libéré de celui qui l’empêchait de blasphémer et elle allait devoir se porter volontaire pour en mettre un nouveau. Elle ne pouvait quasiment pas supporter cette idée. Mais le quasiment faisait toute la différence. Son instinct de survie faisait le reste.

La première personne à accepter les conditions fut Niasci, qui jura fidélité à Gothregal. Malgré leurs divergences d’opinions, Aki n’avait rien contre l’ondine et elle comprenait parfaitement ses raisons.Ai suivit peu après, s’établissant à Doliene, l’endroit où l’archère et elle s’étaient rencontrés, ce n’était pas très étonnant, les propositions de Deswann étaient sans doute très intéressantes pour une mage dans son genre. KCT quand a elle, choisit Tirione. Les yeux ronds, la chasseuse regarda la robot jurer allégeance à Dena Wenton. Quelle idée étrange ! KCT n’éprouvait pas de sentiments, certes, mais … oui … cela se tenait. Après tout, qu’était l'esclavagisme de son point de vue sinon une rentabilisation des ressources ? S’ensuivit plusieurs personnes que Aki ne connaissait pas, puis Carmina qui alla poser quelques questions rapport à son statut de Scribe.

La rouquine prêta attention à l’échange qui s’ensuivit et entendit bien vite que le ton se mettait à monter, surtout avec dame Wenton qui n’aimait visiblement pas être tutoyée. Lorsqu’elle commença à menacer directement la Scribe, la soigneuse, au fait du manque total de convention sociale que possédait la petite mage connaisseuse, se jeta sur celle-ci et posa une main sur sa bouche pour l’empêcher de dire un mot de plus. S’inclinant du plus bas qu’elle pouvait et forçant la petite à en faire de même, elle ne put que ravaler son honneur pour sauver la magicienne.

- Excusez-là impératrice Wenton. L’endroit d’où elle vient ne connaît aucune personne de votre grandeur, elle ne sait pas comment se comporter avec quelqu’un d’aussi impressionnant que vous. Je vous en prie, faites preuve de clémence envers les ignares que nous-sommes.


Elle espéra que cela suffirait. Une fois la rage de la dirigeante passée, elle attira Carmina dans le coin où elle se trouvait un peu plus tôt pour lui parler.

- Écoute, je sais que tu ne comprends pas, mais tu as ton pacte avec Deswann maintenant, ne parle plus avec elle, elle le prendrait vraiment très mal et tu ne veux pas mourir n’est-ce pas ? C’est injuste, je sais, mais certaines personnes sont comme ça. Ne la regarde même pas. Tu as eu ce dont tu avais besoin, c’est tout ce qui compte à présent.


Une fois qu’elle se fut assurée que celle qui avait voyagé avec Sahronglaag ait bien tout compris, elle attendit la confirmation d’Orina avant de se lancer elle-même dans son serment. Elle fit quelque pas face à Vargfur et inclina quelque peu la tête.

- Je me vois obligée de refaire un serment que je vous avait déjà prêté, jarl Wolfhead. J’ose espérer que vous savez à quel point le traitement que nous recevons aujourd’hui est injuste. Cependant ce n’est pas Gothregal qui porte la responsabilité de vos décisions, je jure donc de nouveau de protéger Gothregal et ses habitants au prix de ma vie. A présent marquez moi et que cette histoire stupide se termine.


Feat. Lot of people

                Musique - -  Chronologie - - Liens


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orina Nishiie
N : 46 Or 1997
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Mage
http://bariande.forumactif.org/t212-orina-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des Hérauts
feat. Bariande



Serment

Je… J’avais déclenchée un… I-incendie, i-ici, a-au beau milieu d-de la salle… Mais… Comment ? P-pourquoi ? Q-que s’était-il p-passé p-pour que mes capacités r-redeviennent i-instables subitement ? La… La maladie m-m’avait-elle tant affaiblit ? L-le stress de la ville, des gens e-et de tout ce qu’il y avait m’avait-il affecté ? Est-ce que cela p-pourrait se reproduire à n-nouveau ?  Je… je n’en savais rien, r-rien du tout, et cela eu l-le don de m’angoisser énormément, m-mais dans l’immédiat, p-plus q-que de l’angoisse, c-c’était de la panique… Des gens r-risquaient d-d’être blessés, d’êtres brulés e-et j-je restais la, p-pantoise, à r-regarder l-les flammes, terrifiées…

M-mais… J-j’eu le droit à u-une rapide d-douche froide, q-qui me fit fermer l-les yeux p-par surprise p-pendant plusieurs secondes, avant q-que je ne puisse les ouvrir d-de nouveau, e-et que je ne vois l-l’archimage d-de Doliene e-en train de se rasseoir, a-après a-avoir calmement m-maitrisé la situation… L’eau tombait encore u-un peu sur moi, mais… L’incendie a-avait été r-rapidement calmé p-par son sang f-froid et sa maitrise… Très clairement, il… Il était d’un tout autre niveau q-que moi… Et il était probable que je n-ne puisse jamais espérer atteindre un tel niveau de… D-de maitrise, m-même si je le souhaitais de tout mon corps…

‘’M… Merci… E-et pardonnez-moi de… De cet accident… Je… Je ne voulais pas, mes… Mes pouvoirs m-m’ont un peu… Echappés… Je vous assure q-que cela n-ne se reproduira pas…’’

J’étais vraiment confuse, et désolée… Je baissais la tête, f-fortement, p-pour ne pas m-me faire remarquer du tout… Ce… Cela avait été la s-seule fois où j’avais été mise en lumière, e-et j’avais provoquée u-un accident… Je… J’étais vraiment u-une calamitée, b-bien que c’était v-vraiment par maladresse que mes claires i-intentions… je regrettais t-tout de même souvent de… De ne pas v-vivre exclue de la société, m-mais… Ce serait tirer u-un trait sur certaines choses qui a-avaient une trop grande importance p-pour moi…

P-plusieurs personnes c-commençaient à présenter l-leurs actes de fidélités… Madame Niasci, M-madame Ai… L’être à l-la peau grise, m-madame… KCT j-je crois ? E-enfin, d’autres après… J-jusqu’à ce que m-madame Carmina s-soit en état d-de choc, après a-avoir essayée d-approfondir l-le sujet… E-et ce fut Aki q-qui tenta d-de calmer l-l’histoire, l’emmenant d-dans u-un coin p-pour la rassurer… Je… je voulais faire de m-même, mais… J’étais trop tendue p-pour être d-d’un quelconque support…

E-et puis finalement, v-vient l-le moment de p-préter serment, d-de nouveau, a-au jarl… Nous… Nous étions mises d’accord s-sur le fait de continuer à v-vivre là-bas, p-pour éviter de devoir t-tout refaire… Ce… C’était en même temps q-qu’elle je m’approchais, e-en essayant de l-l’imiter p-pour ne pas faire u-une nouvelle erreur…

‘’Je… Je…’’

Encore u-une fois… J’avais v-vraiment du mal à ouvrir l-le dialogue… Mais je devais l-le faire…

‘’Je j-jure de… De protéger G-Gothregal, e-et toutes les personnes q-qui y habitent, q-quelque soit l-le coût… Je… Je suis prête à… Recevoir v-vôtre marque…’'
© Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Une danse d’araignée

Avec Une bande de fanatique
...


Arkazoc’k regarda avec une attention certaine les autres participants aller prêter allégeance les uns après les autres. Elle rit de la maladresse de l’un qui semblait trébucher devant le dirigeant pour finir à moitié au sol pour faire bonne figure. Les autres n’avaient pas ri, elle comprit sa méprise lorsque le suivant s’agenouilla également, prostré devant la suzeraine.
Elle était médusée par cette vision d’un adulte dominant à genoux devant une femme qu’il n’aurait eu aucun mal à briser à main nues. Et pourtant il était devant elle, montrant sa soumission, présentant sa nuque les yeux au sol. La scène était à la foi bestiale et ridiculement conventionnée. Le tableau avait quelque chose de contrasté, d’animal, de primitif, et pourtant au contraire, le froissement des voilures qui découpaient de leurs ombre une prison sur la chair de la souveraine, le cérémonial répété et rerépété dans un ballet parfait de gestes inutiles et précieux tranchaient avec le message portant clair.
Fascinée, elle posa son front sur le rebord de sa prison. Elle ne voulait maquer aucune miette de cette étrange chorégraphie qui n’était pas loin de lui rappeler la danse nuptiale de certains animaux. Celle des grosses araignées surtout. Lors de l’accouplement, le mâle, de stature bien plus petite doit laisser la femelle se convaincre de s’accoupler. Pour lui faire comprendre il tapote le sol en rythme pour lui faire comprendre qu’il est de la même espèce. Puis, il la caresse pour la calmer, tout en glissant sous elle, effleurant ses crochets venimeux. A ce moment, la femelle le domine de toutes sa puissance, et bien qu’il soit l’initiateur de la demande, il risque de mourir tué d’une seconde à l’autre. Sans cesser ses caresses, il s’accouple, et s’extirpe lentement, espérant garder la vie sauve.
Etonnamment cette femelle dominante lui faisait penser à ces araignées, et l’homme à un mâle à sa merci, tentant une danse rituelle sous forme d’une révérence trop travaillée pour éviter de la courroucer, puis à sa merci, il obtenait finalement ce qu’il recherchait.
L’analogie était neutre pour la dryade. Aucun jugement de valeur n’était attribué à un animal où à un autre. Elle ne leur prêtait pas de vilénie particulière. Chacun étant partie d’un tout plus grand, un assemblage qui les dépassait. Pourtant, à bien y réfléchir, elle était bien en face d’une araignée en train de tisser une toile, contrôlant son territoire. Elle ne souriait pas, peut-être aurait elle eut plus de facilités à se dérider si elle avait pu convaincre plus de hérauts.

Son regard croisa celui de la dirigeante de Gondone. Elle tapota s’un revers de la main la paroi qui l’entourait et lui jeta un regard entendu. Il serait bien temps plus tard pour le cérémoniel. Sauf si la reine le voulait, mais de toute façon sa position était claire. L’autre détacha son regard.

Curieuse elle reprit avec fascination sa contemplation du spectacle qui s’offrait devant ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carmina
N : 18 Or 1029
dossier de personnage
Métier: Répétitrice
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t213-carmina
Voir le profil de l'utilisateur
Si la dame d’un âge certain et le nordique semblèrent réagir positivement à ma proposition –ou en tout cas, pas négativement-, la reine commença elle à se mettre en colère soudainement comme si elle s’était retenue jusque, telle un volcan entrant en éruption après des siècles de sommeil. Elle ne fit pas que refuser ma proposition qui se voulait pacifique, mais commença à… à devenir vraiment méchante, et…effrayante, je…

Elle… elle allait m…me tuer… là…sur place, immédiatement ! Mon corps se mit à trembler, mes pieds à reculer, mes bras à se placer devant mon visage, mes lèvres s’apprêter à rétorquer excuses et supplications… mais une main se plaça alors devant elles, et une autre me força à m’incliner très bas. Je reconnu… l-la voix de la Chasseuse qui m’avait déjà sauvé la vie une fois… venait-elle de recommencer ? Elle prononça des excuses à ma place… y rajoutant des mensonges que je ne comprenais pas.
Mais pour être honnête… ç-ça ne me paraissait pas aussi important qu’à l’accoutumée…

Je sentis alors Aki me trainer plus loin, et une fois hors de portée de l’horrible aura volcanique de l’impératrice, elle commença à essayer de m’expliquer quelque chose. Cependant je ne comprenais pas, les sons se distordaient, son visage se floutait, les phrases qu’elles prononçaient, illisibles, sortaient de leurs lignes et commençaient à tournoyer dans tous les sens. Je me sentais partir, et m’entendais marmonner, décrire avec les mots humains ce que mes yeux de Scribe voyaient :

« …des silhouettes sombres, sans visage, errent dans l’océan de feu que le temps n’atteint pas…oh…le marchand qui n’est ni trop patient ni trop pressé réclame l’or de ceux qui sont perdus…mais les démunis sont forts… et les forts sont démunis… »

Les jambes de la Scribes lâchèrent prise et elle s’effondra assise, murmurant :

« Elle allait tuer Carmina…elle allait tuer Carmina…elle allait tuer Carmina… elle allait tuer… Carmina... » …avant de se plonger dans une catatonie totale.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
"Rin" Sahronglaag
N : 24 Or 117
dossier de personnage
Métier: Sbire
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t221-rin-sahronglaag
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des herauts
feat. The World



Pacte

Les dirigeants nous dirent que les sceaux protégeaient seulement les nations d'une potentielle trahison et qu'ils ne nous soumettraient pas en dehors de ce détail, nous laissant le loisir de voyager ou autres plans du genre. Les dirigeants commencèrent ensuite à nous présenter les avantages qu'ils proposaient, en échange de la loyauté de leurs hérauts. J'eu un petit sourire, en y voyant presque des marchands assurant leurs clients que leurs marchandises étaient supérieures a celles de la concurrence.

La reine de Tirione promettait un statut de noble dans son domaine, octroyant richesse et esclaves à ceux qui plieraient devant elle. Déjà que ça ne m'enchantait pas au vus de la dirigeante, cette histoire d'esclavage fit ressortir quelques rancœurs enfouies qui rendirent mon opinion vis à vis de cette nation assez amère. Le mage de Doliene lui proposait connaissance et apprentissage a ceux qui le désirait, ce qui ne m'enchantait pas au vus de mon désintérêt vers la magie. Gondone et Gothregal, eux, ne proposaient rien de spécial, jugeant que les avantages devaient se gagner plutôt qu'être octroyés d'emblée. J'étais plus partisantes de cette mentalité, estimant que moins l'on me donnait, moins l'on pourrait attendre de ma part. Mais entre ces deux nations, seule Gothregal me semblait avoir été honnête et franche au cours des ces "négociations". L'elfe qui dirigeait Gondone ne me plaisait pas, elle me laissait l'impression d'être le genre à sacrifier quiconque pour ses intérêts et ceux de sa société. Je ne savais pas vraiment si Gothregal était différente, mais c'était le seul choix qui me paraissait valable. Cependant, je voulais jouer cartes sur table avec lui, que nous sachions tout les deux dans quoi nous allions nous engager.

"Je souhaite parler avec Vargfur, en privé."


Le dirigeant me regarda d'un air stoïque et me fit signe de la tête de le suivre dans un coin relativement isolé de la pièce, un garde nous accompagnant. Une fois isolé, je lui fis part de ma décision.

"Je pense te rejoindre, étant donné que tu semble être le seul à être honorable et honnête ici, même si ça ne m'enchante pas vraiment de passer un pacte. Ceci dit, je vais jouer cartes sur table, que nous sachions tout les deux où nous allons. Je suis une dragonne, ou une demi-dragonne pour être plus précise. Mon sang fait que je ne plie devant rien ni personne, donc comme le fait que tes hérauts doivent gagner tes faveurs pour avoir des avantages, tu devra gagner les miennes si tu veux compter sur ma force, et si je n'ai aucune intention d'attaquer ton peuple ou même toi, sache que je peux être très rancunière si je suis trahie. Voilà, maintenant que les termes sont fixés, toujours partant mon vieux ?"


Avec un sourire nonchalant et amusée, je tendais la main vers le Gothregalien, attendant sa réponse avant de retourner dans la foule, peut-être en passant par les prêtres en fonction de la dite réponse.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Relhan
N : 9 Or 963
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t197-relhan
Voir le profil de l'utilisateur





Allégeance




Beaucoup de chose s'étaient passées, certaines personnes avaient déjà prêter allégeance à l'un ou l'autre des dirigeants, d'autre avaient demandé un entretien plus ou moins privé et d'autres encore n'arrivé pas à se tenir. Finalement, les hérauts et les dirigeants étaient arrivés à un compromis, ceux choisi par la Dame pourraient vivre leur vie à condition de prêter serment à une nation et de ne rien fomenter contre cette dernière. Les hérauts se verraient cependant apposer un sceau prévenant tout acte rebelle contre leur nation. L'idée d'avoir un stigmate de son appartenance ne réjouissait pas le métamorphe mais c'était un bien maigre prix à payer en échange d'un foyer et d'une formation aux arts arcaniques de ce monde.

Relhan avait déjà prit sa décision il y a un long moment maintenant. Il se dirigea là ou siégeaient les quatre dirigeants et tourna la tête vers L'achimage tout en ployant le genou.

Mon seul objectif et d'apprendre à contrôler de nouveau la magie dont je faisais preuve avant d'atterrir dans votre monde et éventuellement la développer d'une manière différente. Comme énoncé quelques jours avant, si vous m'acceptez au sein de votre nation en tant qu'apprenti, je prêterai allégeance à Doliene avec joie !



Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ staff
N : 1 Or 504
http://bariande.forumactif.org
Voir le profil de l'utilisateur
Header





Des Hérauts s’avançaient, certains s’inclinaient, d’autres non et comme la Dryade l’avait si judicieusement remarqué, c’était une danse étrange, un ballet mystérieux qui se déroulait ici, dans cette salle où chacun remettait son destin entre les mains d’autres dont ils ne connaissaient rien sur la simple foi de leurs paroles. Chacun des 4 dirigeants accueillit les choses à sa façon. Dena exposait un air suffisant, certaine de son dû. Deswann souriait sans chaleur, Elli posait une main rassurante sur l’épaule de ceux qui s’inclinaient pour les faire se relever, Vargfur hochait la tête et souriait parfois. Malgré une esclandre qui eut lieu entre la Scribe et l’impératrice Wenton, les choses auraient pu bien plus mal se passer, en réalité, la majorité des jeunes Hérauts avaient déjà fait leur choix, même si certains restaient encore en retrait, se laissant le temps de la réflexion.

Niasci fut accueilli avec un sourire parmi les premiers, Ai, KCT et Shayim eurent droit à la réponse minimum, d’autres s’ensuivirent, notamment Arkazock, qui fut temporairement libéré de sa prison de verre. Maintenus sous un charme par une rune à ses pieds, il se vit ainsi apposé comme tous les autres le sceau de sa nouvelle nation, on lui offrit également un anneau en bois noué gravé qui devait l’empêcher de répandre sa pourriture. Une des dernières fut Rin qui se comporta de manière plus que cavalière avec le jarl de Lerry. Celui-ci ne détestait pas les gens avec un caractère dur et froid, c’était l’âme même de son pays, mais il ne comptait pas se laisser marcher sur les pieds pour autant. Lorsqu’il empoigna la main de la blonde avec un grand sourire, une lueur de férocité brilla dans la glace de ses pupilles.

- Entendu jeune femme. Je suis tout à fait d’accord, le respect se mérite.

La poigne du dirigeant était en réalité si forte que la dragonne n’avait d’autre choix que de subir cette pression, encore et encore, jusqu’à ce qu’un craquement signale que les os s’étaient brisés. Y avait-il une forme de méchanceté dans la leçon que Wolfhead essayait ici de faire passer ? Pas à en juger par son sourire amusé, il estimait juste qu’avoir le culot de prononcer de telles paroles devait aller de pair avec l’honneur d’en supporter les conséquences, même si l’orgueil n’était pas non plus le dernier de ses mobiles.

Suite à quoi l’assemblée se dispersa pour revenir une semaine plus tard récupérer les dernières allégeances. La majorité allait vers Tirione, la nation qui offrait pouvoir et puissance, là où les autres plaçaient les faibles arrivants dans un contexte beaucoup plus complexe, cependant, les plus pacifistes optèrent pour Gondone qui les reçut avec grand plaisir.

Vint le moment d’annoncer la nouvelle qui était prévue. La reine, entourée déjà en plus de ses gardes de deux Hérauts qui avaient prêté serments à la garde, se leva. Un sourire ornait son visage. Elle était bien plus détendue, tout comme les autres, la semaine avait dû leur permettre de se reposer un peu.

- Chers Hérauts. Je suis fière et ravie de voir le nombre d’entre vous qui a su trouver la Voie de la raison. Les pertes qui ont eu lieu étaient déplorables, mais nécessaires. Et ainsi il en sera tant que nous serons ici pour garantir l’équilibre du monde. C’est pour cela qu’en ce jour je déclare l’ouverture officielle de la guilde des Chasseurs de Hérauts, trouvant une filière dans chacune de nos nations et étant dirigée directement par les grands prêtres. Ces Chasseurs s’assureront qu’aucun de vous n’aient à regretter d’avoir eu l’honneur, le courage et la sagesse de venir lorsqu’on vous l’a demandé. Ces Chasseurs s’assureront que chaque Héraut en ce monde paye s’il se déshonore en nous fuyant. Vous, Hérauts, êtes invités à nous rejoindre, afin de ne pas laisser ceux qui pensent être au dessus des lois que vous accepter, le rester éternellement.

Une ovation eut lieue. Venait-elle uniquement des gardes ? Non, certains Hérauts clamaient haut et fort que si eux étaient enchaînés, ils ne voyaient pas pourquoi les autres ne le seraient pas. Oui, ils s’allieraient à cette cause, ils chasseraient les Hérauts qui les avaient trahis. La fin de la réunion sonna. Trois cercles de téléportation se tenait dans la salle, un par nation excepté Tirione. Des petits groupes s’étaient formés, les amis se regardant d’un cercle à l’autre, parfois avec une certaine tristesse. De nombreuses choses s’étaient produites. Des larmes avaient jaillis. Des rires avaient éclatés. Une nouvelle ère était entamée et personne ne pouvait savoir comme elle serait, on murmurait déjà son nom sur toutes les lèvres … l’ère des Hérauts. Serait-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Personne ne le savait, mais une chose était certaine à présent ; il était finit, le temps de la liberté.

Et qui êtes-vous, dit le fier lord
Devant lequel je doive m'incliner si bas ?

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niasci
N : 46 Or 3004
dossier de personnage
Métier: Initiée
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t260-niasci
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des hérauts

L’allégeance de Niasci avait été accueillie avec le sourire ce qui la confortait dans l’idée qu’elle avait fait le bon choix. Malgré ce qu’elle ait agi d’une façon qui pouvait être considérée comme un débordement, il avait l’air content de la voir rejoindre sa nation. Elle vit Rin se faire remettre à sa place par le vieil homme d’une façon relativement violente. Elle trouva cela drôle et se dit que l’autre devrait également en rire, surtout si elle trouvait un moyen de se faire soigner rapidement après car le craquement n’augurait rien de bon pour son bras.

Niasci passa la semaine à attendre la grande annonce. Elle aurait pu partir mais elle trouvait important de représenter la Dame au conseil jusqu’au bout en tant que Héraut. Elle évita cependant de trop sortir, cette ville était bien trop peuplée pour elle et elle avait bien du mal à s’y repérer et à s’y sentir à l’aise. Elle profita donc de cette période pour se remettre de ses douleurs et des hallucinations qu’elle avait subies pendant de nombreuses journées et qui l’avaient épuisées aussi bien physiquement que mentalement à un point où elle n’avait plus su, pendant les trois jours de débat à huis clos si certains événements avaient été réels ou hallucinés.

A la fin de la semaine, elle se sentait enfin requinquée et prête à reprendre la route après l’annonce. Elle se rendit donc au conseil pour écouter ce qu’ils avaient à leur dire. On leur annonça qu’une sorte de mini armée allait être créée pour pourchasser les hérauts qui refusaient de s’affilier. Niasci était assez neutre à ce sujet. Elle avait en effet découvert que beaucoup de hérauts ne portaient pas d’amour particulier à la dame et que certains la détestaient même. Dès lors, elle ne blâmerait pas les dirigeants pour cela mais n’allait pas non plus rejoindre ce groupe.

Plusieurs hérauts acclamèrent cette décision. Niasci se félicita d’être venue à ce conseil. Cette affiliation lui semblait bien accessoire et tout cela aurait pu être réglé bien plus vite mais l’idée d’être chassée par d’autres ne la réjouissaient pas, surtout depuis qu’elle connaissait les capacités de certains d’entre eux.

Niasci suivit le jarl jusqu’au sceau de téléportation et se prépara au voyage. Elle n’avait jamais été téléportée et était très curieuse de tester cela. Elle regarda ceux qui avaient prêtés serment au jarl. Elle les connaissait presque tous. Elle était contente de retrouver Rin et la petite Orina même si elle ne savait toujours pas ce qui la liait à Aki, pour qui elle avait des sentiments plus partagés. Les quelques rares autres personnes autour d’elles ne semblaient pas prêter lui prêter plus d’attention que cela et elle se détacha donc rapidement de son observation pour profiter de sa téléportation.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carmina
N : 18 Or 1029
dossier de personnage
Métier: Répétitrice
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t213-carmina
Voir le profil de l'utilisateur
Ainsi donc, ce chapitre de l’histoire prenait fin. L’épilogue était toujours empli de nombreuses émotions. De l’anticipation et de l’anxiété envers les évènements qui allaient suivre bien sûr. Ai-je fait les bons choix ? Ai-je fait ce qu’il fallait faire ? Aurais-je dû me préserver des conséquences ? Tant de questions se posaient, tant de questions attendaient une réponse.
Mais il y avait également la nostalgie. Les regards en arrière, sur ce qui ne peut plus être changé, sur ce que l’on ne revivra plus jamais, sur ce qui nous forge et nous fait s fait avancer. Dans la bonne ou la mauvaise direction ? Seul l’avenir le saurait.

Un à un, les hérauts se faisaient marquer du sceau qui allait changer à jamais leur destin. Etrangement, le rituel ressemblait en bien des points à celui qui avait déjà offert leur liberté aux divinités, les forçant à revenir ici sous peine de périr. Mais après tout, des chaînes étaient toujours des chaînes, qu’importe leur couleur ou la main qui les tenait.  

Ce fût bientôt à son tour de recevoir ce tatouage qu’elle plutôt comme la signature d’un pacte que comme des menottes qu’on lui  imposait. Ou s’efforçait-elle de le voir ainsi ? Y’avait-il réellement eu un choix dans un premier temps, à son arrivée dans cette salle, ou même à son arrivée en ce monde ?

Si la Scribe avait été invitée en Héraut, et marquée en Héraut, était-elle toujours externe aux évènements ?... Oh, elle l’avait toujours pensé, en tout cas. Peut-être l’autoproclamée Narratrice aurait été bien avisée d’observer  un miroir et de lire ce qui s’y reflétait, plutôt que d’apposer sans cesse son regard distant sur ceux qu’elle appelait « les vrais personnages de cette histoire ». Peut-être aurait-elle alors compris à temps que sa plume narrait depuis l’intérieur de la diégèse et non pas depuis un plan extérieur n’existant que dans son imagination.

Mais il n’y avait aucun reproche à lui faire. Car cette même plume était seule coupable de ce qui arrivait aux personnages de son récit, coupable de l’avoir menée sur une route dont elle ne pouvait s’échapper, coupable d’avoir écarté toute l’aide dont la Scribe avait réellement besoin. Et enfin, coupable d’écrire ce qui allait suivre.


Carmina tendit ses poignets sans réellement prendre attention à ce qui leur arrivait, persuadée que cette formalité se passerait sans accrocs : après tout, elle avait vu d’autres recevoir cette marque, et si un évènement imprévu devait arriver, ce serait à l’un des personnages et non à la Scribe. Elle se contenta alors de regarder ce qui l’entourait, de s’imprégner, des visages, des couleurs, des émotions, des âmes, des situations. Tant d’histoires à étudier, et seulement deux yeux pour le faire… Mais voilà, après que la douleur fût passée, ceux-ci ne tardèrent pas à lui jouer des tours. Elle recula alors vivement, manqua de trébucher, et se plia en deux comme si un coup avait été porté à son ventre, avant de se figer brutalement. Elle voyait des choses défiler, bien trop. Des choses incohérentes, des choses qui n’avaient plus de sens maintenant que son fragile équilibre avait été écrasé par un sceau inconnu.

« Elle » se redressa, paniquée, observant tout et tout le monde autour d’ « elle », cherchant désespérément une explication à ce qui lui arrivait.  Mais rien. Tout autour d’ « elle » n’était que taches et formes colorées sans queue ni tête, maintenant  que [] ne retrouvait qui lui permettait de comprendre son environnement. Un point de repère pour se repérer, dans l’immensité relative de l’univers tout entier. Une base essentielle pour comparer, pour comprendre, pour interpréter : [].

Ou autrement dit : [].

[] tenta de communiquer, dans une direction au hasard, bien que le concept de « direction » commençait déjà à lui être étranger :

« i…il y a…un…problème…je… »

[] percuta quelque chose. Quelqu’un ? Plus aucune différence.
« a…aidez-moi…. » furent les mots que [] voulait prononcer à ce quelque chose, mais ils s’étranglèrent dans sa gorge, et []  oublia finalement son propre corps, restant immobile et béate, ses pensées prenant bientôt fin.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Arkazock
N : 51 Or 2408
dossier de personnage
Métier: Architecte
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t254-arkazo-k#1044
Voir le profil de l'utilisateur




Auprés de mon arbre

Avec Une bande de fanatique
...


La fin de la cérémonie avait glissé sur Arkazoc’k comme une goutte d’eau sur le plumage d’un canard toute impatiente qu’elle était de détenir l’objet tant désiré. L’anneau qu’elle portait à son doigt avait été forgé spécialement pour elle et était dardé de runes d’une langue qu’elle ne connaissait pas. Elle prit le temps de contempler l’objet, de bois et de roches mêlés. En réalité, il semblait s’agir d’un anneau double, incrusté en spirale, le bois entourant la roche de part et d’autre. Et pourtant, étonnamment, celui-ci semblait avoir poussé ainsi, lové autour de la pierre comme pour la sertir de son écrin.

En réalité l’objet était mesuré à son pouvoir tant et si bien qu’il n’existait qu’un seul exemplaire capable de s’harmoniser parfaitement avec ses capacités. Elle était à présent la porteuse de l’anneau unique, son précieux anneau. Un trésor à ses yeux.

A Peine eut-elle quitté la salle royale en essayant de marcher lentement pour faire bonne figure qu’elle se précipita dans la cour intérieure, manquant de renverser un garde à la porte. Heurté à la poitrine, celui-ci surprit fut à court de souffle pendant quelques secondes. Puis, voyant tourner Arkazoc’k courant au bout du couloir, se méprenant sur ses intentions il s’élança avec un autre à sa poursuite, armes au poing.
Inconsciente de cette chasse à l’homme, celle-ci accourut dans le jardin, oubliant la déférence induite avec le lieu dans lequel elle se trouvait. A son passage pourtant, les dalles ne feulaient qu’un délicat murmure, à peine heurtée par la plante légère de ses pieds dénudées qui supportaient son poids délicat. Sa course était gracile et tranchait avec son physique délabré. Elle sentait qu’elle reprenait de l’aisance avec son corps petit à petit. Elle n’avait pas pu bouger pendant des semaines et pourtant sa condition physique s’était plutôt améliorée. Ses muscles n’étaient pas endoloris. De fait il lui était arrivé de nombreux hivers de ne bas bouger le moindre muscle, nichée au creux d’un vieil arbre.
L’air pourtant lui semblait nauséabond. Il respirait le vernissage, la laque, et les peintures du palais. La poussière était visible et les soins quotidiens que l’on appliquait au bâtiment ne pouvaient que masquer les particules soulevées par le doubles de bottes que de fourmis qui vivaient dans cette fourmilière de bois et de pierre laquée.
Elle arriva dans la cour rapidement, et se posta avec émotion devant l’arbre. Elle glissa l’anneau sur l’un de ses doigts noueux. Une douce lueur verdâtre prit possession des runes, palpitante comme si l’anneau était mu d’une vie qui lui était propre. Elle se senti faible un instant, drainée de ses forces, puis, la balance s’équilibra, l’anneau brillant de plus belle, elle reprit son équilibre.

Elle ne sentait aucune différence. Hésitante, elle tendit le bout de ses doigts en direction de l’arbre, l’effleurant avec appréhension.
Rien ne se passa.

La dryade s’effondra en larmes.

Tant de peines, tant de maux, tant de destruction qu’aurait pu retenir un si petit objet. Avec émotion, elle prit l’arbre entre ses bras, et fermant les yeux, le visage bordé de larmes, elle resta de longues minutes à genoux, le corps collé contre le tronc à ressentir les vibrations familières. L’arbre ne lui parlait plus, les arbres ne parlent pas aux morts, mais elle pouvait le toucher, l’embrasser, l’effleurer.

Les gardes la trouvèrent facilement, enlacée sur son arbre à pleurer une sève jaunâtre. Sans savoir comment réagir, ils la laissèrent à son exaltation.

Surprise de cette inhabituelle intrusion, une petite souris, logée dans une racine s’approcha sans peur de l’intruse, la reniflant de prêt pour mieux l’inspecter. Bien qu’à ce moment la dryade ne le sût pas, elle n’effrayait plus les créatures vivantes autour d’elle. Ce serait bientôt pour elle une révolution
Revenir en haut Aller en bas
avatar
KCT-023
N : 57 Or 640
dossier de personnage
Métier: Boutiquier
Classe: Guerrier
http://bariande.forumactif.org/t245-kct-023
Voir le profil de l'utilisateur



Le conseil des Hérauts


Avec : Za Warudo

La situation s’améliorait-elle ? Je n’en savais rien, mais chaque personne partait maintenant d’un bout à l’autre du globe. Certains des hérauts que j’avais rencontrée au cour de ce conseil disparaitrait de ma vie, après n’y avoir joué qu’un rôle secondaire… J’étais toutefois un peu surprise du nombre d’individu qui avait rejoint le camp de la reine de Tirione, visiblement intéressés par les biens matériels qu’elle offrait. Je ne les blamais pas pour cela, mais cela marquait bien que certains mettaient leurs besoins avant leurs idéaux. De mon côté, je n’avais pas spécialement de besoin précis, et mes idéaux ne se rapprochaient d’aucune nation, du coup j’avais fait le choix qui me parraissait le plus productif à l’avenir.

Mais ce fut l’annonce qui suivit dans la semaine qui me laissa particulièrement sceptique… Ainsi, elle déclarait officielle l’ouverture d’une novuelle guilde, des chasseurs de Hérauts… Il était probable qu’ils ne deviennent pas de grands amis, étant donné que mes objectifs étaient un peu à l’encontre d’eux… Et le pire serait que certains hérauts rejoindrait ce groupe pour bien se faire voir… les temps qui suivraient allaient être dur, j’en étais certaine, mais il faudrait que je puisse agir, seule si besoin, afin de créer de moi-même ma propre petite organisation, ou un commando… Bref, un groupe sous mes ordre qui serait en mesure de m’obéir au doigt et à l’œil afin d’aller dans le sens contraire, en aidant quelques hérauts. Si jamais je pouvais en sauver, ils deviendraient certainement de bon alliés…

Dans l’immédiat, ce serait dans l’ombre qu’il faudrait agir, loin de la lumière et de l’exposition. La création d’une force indépendante ne se ferait pas sans difficulté, et mes premiers membres devraient être recrutés avec soin pour m’assurer leur fidélité… J’avais mes objectifs, mon destin, ma ligne directrice, restait à la mettre en application, ce qui serait fait, je l’espérais, dans les plus brefs délais, d’autant que j’allais recevoir le titre d’Oru, ainsi que les priblièges alloués… Il me faudrait déjà un manoir… En tant que quartier général. Reste qu’il faudrait réussir à la maquiller, et j’avais quelques idées sur comment faire…

Après tout, qui n’a jamais eu envie d’une petite bière ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ai Kyouki
N : 16 Or 982
dossier de personnage
Métier: Vagabond
Classe: Sans classe
http://bariande.forumactif.org/t261-ai-kyouki
Voir le profil de l'utilisateur

Le Conseil des Hérauts
feat. Le Conseil et ses Hérauts



Fin des débats


Un simple signe de la tête et un sourire d'un naturel sans faille furent les réponses offertes par l'Archimage et bizarrement, Ai n'en fut pas spécialement déçu... Pas trop en tout cas. Quelque part, cet homme ressemblait à l'image que la jeune femme ce faisait d'un mage de haut rang : Sage, suffisant, sûr de lui et le regard posé sur des choses et des réflexions qu'elle ne pouvait même pas imaginer. C'était ce qu'elle pensait en tout cas.

Dans l'élan, Carmina eut une petite discussion avec les autres dirigeants, petite discussion qui allait même jusqu'à faire hausser le ton de la gestapo local qui n'y allait pas de main morte en menace et en suffisance. Sur ses mots, Ai faillit se redresser, le regard enflammé prête à rappeler à cette...Cette... Dirigeante ?! Que sa petite ville pouvait être rasé en un claquement de doigt si elle ne descendait pas d'un étage dans elle même. Heureusement, la druidesse eut la gentillesse d'intervenir rapidement, calmement la situation d'une bien belle manière, laissant notre demi-démone, revenant à elle, étonné par ses propres pensés. Elle qui n'avait jamais osé le ton, envers qui que ce soit, avait déjà tapé du poing une fois et s'apprêtait à en refaire de même... Mais pourquoi ? Pourquoi ses pensées soudaines et incontrôlé ? Assise, fixant ses mains tremblante, Ai ce rappelé que cela lui était déjà arrivé auparavant, dans cet endroit étrange et imbibé de lave et de mana en compagnie d'Orina, déjà ce moment-là sa conscience c'était envolé l'espace d'un instant.

En y réfléchissant davantage, l'aventurière au chapeau de sorcière ce rappelait également les explications que lui avait donné Arkazok sur cette condition d'Héraut : la Dame volait la puissance à des êtres, les libérant ainsi de leurs chaînes, leur promettant alors une puissance nouvelle et aux limites inconnus. Si Ai voyait juste, ses limites que la Dame avait effacée était celle qui contenait le sang démoniaque qui coulait dans ses veines... Son pouvoir magique provenant de cette origine, cela lui semblait logique en effet et ses sautes d'humeurs seraient liés au moment où son sang noir rentrait en ébullition... Un triste et dangereux constat qui allait pousser la jeune fille à faire d'avantage attention si elle ne voulait pas finir au bout d'une corde, elle aussi...

Une semaine c'était finalement écouté, Carmina, la scribe et Relhan, le vieil homme choisirent eux aussi le chemin offert par le Conseil des Mages de Doliene, chacun pour des raisons qui lui étaient propres, mais tous attirés par le savoir et l'éducation promise par l'Archimage. Ainsi dont, à tour de rôle, les Hérauts ce virent apposer la marque représentant une rune mauve, remplaçant les stigmates précédents et s'attendant à cela cette fois-ci, notre héroïne put se préparer mentalement, ce mordant la lèvre inférieur pour faire taire la douleur qu'elle ressentit sur le moment avant de retourner à sa place en massant ses poignets, pestant en silence sur ce procédé sans oublier le fait qu'elle allait très vite pouvoir changer ses marques contre quelque chose de plus agréable et discret à transporter alors que l'autre reine omnipotente déclarait qu'une milice anti-Hérauts dissident avait été mise en place... Une ovation éclata dans la salle du Conseil, comme si ce genre d'idée allait vraiment aider quoi que ce soit et non pas empirer un peu plus la situation...

-Ainsi s'éteint la liberté, sous une pluie d'applaudissement...



Soupirant, Ai se tournait vers le sceau de téléportation qui allait la conduire à sa nouvelle demeure. Appelant son rapace d'un sifflement, Ora passant au-dessus des gardes pour aller se poser sur l'épaule de sa maitresse, elle se dirigeait vers le gliphe magique avant de s'arrêter. A quelques pas d'elle, la petite venait aussi de gagner ses nouvelles chaînes semblaient ne pas aller très bien... Le regard perdu, égaré et encore plus ailleurs qu'à son habitude, Carmina percutait notre magicienne qui attrapait les épaules de la scribe pour l'empêcher de tomber, la regardant droit dans les yeux d'un air inquiet et surpris.

-Carmina, c'est ça ? Tu vas bien ? Tu sembles être complètement à côté de tes pompes...

Voyant que la jeune femme n'était pas en état de lui répondre, Ai l'emmener, par la force de ses petits bras, en direction de Doliene, espérant que là-bas, quelqu'un pourrait l'aider.

©? Aki Nishiie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aki Nishiie
N : 61 Or 1128
dossier de personnage
Métier: Guérisseuse
Classe: Soigneur
http://bariande.forumactif.org/t180-aki-nishiie
Voir le profil de l'utilisateur


Le conseil des Hérauts

La jeune femme regarda ses poignets un instant avant de les donner au prêtre qui avait l’air particulièrement agacé. Elle détailla la peau claire, si pâle qu’on voyait quelques traits bleus représentant ses veines y courir jusqu’au coude, elle nota les cicatrices, les grains de beauté. Préparée à la douleur elle ne cria pas. Mais quand son poignet droit lui revint, il ne lui appartenait plus. Il appartenait à cette hache bleutée qui la souillait. De son pouce gauche, elle traça les contours du sceau, refaisant chaque volute, chaque détail. Elle pouvait l’apprivoiser. Ou le renier et le porter en collier. Toujours était-il qu’elle ne serait probablement plus jamais débarrassée de sa marque, que ce soit sur un bijou ou sur sa peau. Retenant ses larmes de dépit, elle se tourna vers Orina pour lui serrer l’épaule à son tour de recevoir la marque. Si seulement l’homonculus n’avait pas eu à le faire. Si elle avait juste eu le droit d’être une enfant comme toutes les autres. De rire et de jouer avec ceux qu’elle croiserait, d’apprendre et de grandir, de devenir une adulte et de se construire. Mais ce n’était ni dans ce monde ni dans le précédent que le rêve d’une mère se réaliserait et les deux compagnes de douleur devrait apprendre à vivre avec les contraintes d’être des Hérauts, une nouvelle fois.

Après avoir observé Ai porter secours à Carmina qui avait l’air d’avoir fait une sorte d’apoplexie quand on l’avait scellé sous Doliene, la rouquine se rapprocha de Deswann, entraînant Orina si elle le voulait bien avec elle.

- Afin d’éviter d’avoir à repasser par chez vous, je voudrais vous communiquer les pouvoirs dont je dispose afin que vous puissiez les … recenser, c’est cela que vous voulez ? Je me nomme Aki Nishiie, je suis une Druidesse, je dispose d’une magie liée à la Terre qui me permet de contrôler les Fluides vitaux pour me protéger, soigner, ou attaquer. J’ai également la capacité de me transformer en de multiples créatures, enfin, je l’avais et j’espère que je le retrouverais. Je peux également en cas de grand danger faire appel aux pouvoirs que ma dée … que l’on m’a confié dans mon monde pour contrôler la nature environnante. J’espère que c’est suffisant de votre côté.


Une fois cette formalité remplie également du côté de l’homonculus, elle se rendit au cercle où se trouvaient déjà de nombreux Hérauts Gothregaliens à présent attendant le départ. Au centre, légèrement en recul, Vargfur en dominait la majorité par sa taille, l’on aurait presque dit un départ en colonie de vacances avec un moniteur un peu bourrus. La majorité respectait une distance conventionnelle pour ne pas gêner le jarl, le cercle étant largement assez grand pour ne pas avoir à s’entasser à l’intérieur comme des moutons dans un pré trop petit. Aki note la présence de Niasci sans grande surprise mais également celle de Sahronglaag qui lui déplut beaucoup plus. La dragonne et la Druidesse n’avaient jamais pus s’entendre, sans doute car elles étaient trop différentes et trop semblables à la fois pour se comprendre et s’accepter. Restant à bonne distance de celle qu’elle considérait comme son ennemie, la soigneuse se contenta donc de rester proche d’Orina et de détailler les autres.

Feat. Lot of people

                Musique - -  Chronologie - - Liens


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sauter vers: